Définition du skipper au...féminin

On entend(surtout on lit), le mot skippette(voir un fil en ce moment sur la vidéo -en taverne-entrecotes, pour ne pas le citer). Or, nous trouvons(ma femme et moi), que cela est un chouia péjoratif.
Ne peut-on féminiser une profession, certes dans certaine tradition porte malheur sur un bateau, sans qu'il soit un tantinet méprisant. Exemple: skippette, fillette, quequette, jupette, zezette...
Sufixe ayant connotation a être plus petit.
Ce n'est pas valorisant.

L'équipage
07 déc. 2018
07 déc. 2018

C'est l'hiver?, je m'ennuie!! Ça faisait longtemps que je n'avais posté. Poste qui n'appartient pas qu'à V.35!!
A prendre au second degré, vu c'est post a connotation macabre.

07 déc. 2018

On pourrait dire une "Suzanne"... voir la longue route. C'est une référence tout ce qu'il y a de plus valorisant.

07 déc. 201807 déc. 2018

Skippeuse ? Mais bon ça sent quand même le débat féminazi sur le fond... ce qui est petit est mignon en ce sens "ette" a plus une connotation mignon, mignonette...
Enfin on en est à supprimer mademoiselle des formulaires sous couvert de discrimination, on peut bien féminiser tout le genre masculin ...

08 déc. 2018

Et skipperine ça va pas ?
:acheval:

07 déc. 2018

Comme c'est un mot étranger venant d'une langue qui, je crois, n'applique pas de féminin à ce mot, pourquoi ne pas tout simplement dire "une skipper" ?

07 déc. 201807 déc. 2018

Couchette, couette, chaufferette, gaufrette, sucette, cagette,... et poète !

Sinon casque, casquette, mais sac, sacoche, alors skipperoche

Sachant que salopette n'est le féminin de ...
et cacahuète non plus.

La terminaison en "ette" n'a rien de péjoratif...
"Après une petite causette avec son amie Juliette, Josette s'en est allée acheter des chaussettes pour ses jumeaux Jul et Jos."

07 déc. 2018

Mais lors de ses emplette quelle ne fut pas sa tête lorsqu'elle croisa circoncpet(te) son mari aux bras de la vendeuse de supérette

07 déc. 2018

skipette n ' est absolument pas péjoratif . C ' est comme Schtroumpfette , plutôt sympa .

07 déc. 2018

Voila les préconisations de l'Academie

07 déc. 2018

Ce ne sont pas les préconisations de l'Académie, rien à voir!!!

07 déc. 2018

Sans lunettes, je lis ton post : "Voila les préconisations de l'Académie".
Peut être un coup de Tonton Aloys???

07 déc. 2018

tu pense a quelle académie ? je ne vois pas de mention dans mon post ?
quant a voir il existe les lunettes

07 déc. 2018

J'avoue que "skipette" j'aime pas trop. J'ai lu essentiellement des réponses de mecs. "Skipette ouais ça fait "mignon" mais pas sérieux... autant garder le terme anglais "skipper" point. Enfin c'est mon opinion. Parce que quand on gère un bateau, y a rien de mignon quand on a les mains pleines de graisse, de rouille et qu'on manie plus souvent des outils électro portatifs que sa trousse de maquillage... Et je ne me sens pas l'âme d'une "Schtroumpfette"...

08 déc. 2018

Pareil! on parle d'une fonction qui n'a rien à voir avec le sexe de l'humain qui la rempli donc skipper pour les hommes et femmes, comme docteur et sage femme, trop pourri doctoresse et maieuticien...Même job même nom ! même si pour certains métiers l'usage a permis de s'habituer genre infirmier, chanteur...mais skipette trop moche :non: :-(

07 déc. 2018

Hello
Là c'est sûr, avec tes mains pleines de cambouis tu va faire retomber l'ambiance...
Ma copine qui bricole seule, change ses pneus hiver seule, et pelle la neige comme les mecs, elle se nomme elle même "Bricolete "
Bon c'est pas un métier...
On peut dire capitaine aussi
Je dis skipper tout simplement

07 déc. 2018

boulanger, boulangère

skipper, skippère

Je vous laisse deviner ce qu'elle perd!

07 déc. 2018

skipper ! un drolle de mot ça ,
ça m'a toujours fait penser a un nom de lessive

07 déc. 2018

ou de kangourou

07 déc. 2018

non , le kangourou , c'etait skippy :reflechi:

07 déc. 2018

Ouais!! Et sinon?
Quand Florence Arthaud a gagné la route de La limonade (euh!! Je veux dire la Prestigieuse Route du Rhum), certains mals, pensaient que les vrais skippers l'avaient laissés passer devant, par ..politesse.
Rassurez-vous, le ridicule ne tue pas (quoique).

08 déc. 2018

@thé vert A lire et à relire!

07 déc. 2018

mal au pluriel s'écrit maux...

Quand à Louisette, la vendeuse de la supérette, ne connaissant pas Josette, fut sujette à un grand embarras quand celui qui l'accompagnait lui lâcha promptement la manchette et fit une pirouette (alouette...).

07 déc. 201807 déc. 2018

La proposition de hi " un skipper, une skipper " me convient bien. Elle est tout à fait logique.
Mais je préfère utiliser les subtilités de la langue bretonne :

"ur bagsturier = un skipper" "ur vagsturierez= une skipper"

Avec la mutation de b en v pour un nom féminin singulier ! Je vous épargne les pluriels !

Mais est-ce ici la place de ce topic ? Ne devrait-il pas être en Taverne ?

08 déc. 2018

D'abord vous n'avez qu'à parler français au lieu d'aller chercher des complications avec des anglicismes à la con juste pour faire snob.
J'ai fait le tour de l'Europe avec mon bateau et en arrivant dans un port jamais personne ne m'a appelé skipper mais toujours " Capitaine " que ce soit le personnel ou les autorités galonnées.
Ce terme de skipper est venu avec la course, qui était le terme qui désignait le barreur. En fait on est revenu un peu à l'origine puisqu'en équipage c'est celui qui commande le bateau.

08 déc. 201808 déc. 2018

@okilebo
Tout à fait d'accord. Avez-vous remarqué le nombre de propriétaire de "boat" sur ce forum ? Depuis Voltaire....

10 déc. 201810 déc. 2018

Au féminin, on dit UNE boite, non mais alors !

(voir : "se mettre une boite" )
(comme un diable sort de sa boite)

10 déc. 2018

c'est quoi un bouat ?

12 déc. 2018

Une boite verte de thé vert, par exemple ?
:mdr:

08 déc. 2018

Perso, je préfère "capitana" ! Dans les pays hispanophones, c'est comme ça qu'ils appellent la personne qui fait les papiers... même si ce n'est que l'équipière ! j'adorais ça.
:-p

08 déc. 201808 déc. 2018

@Okilebo: Joseph Conrad, dans "Lord Jim", utilise le terme de skipper pour designer le commandant d'un paquebot.

08 déc. 2018

Skipper étant un mot d'origine néerlandaise, je ne vois pas trop le lien avec le polonais.

09 déc. 2018
09 déc. 2018

Ce mot n'a jamais eu pour origine le néerlandais.
A quoi ça sert qu'on vous explique ? :)

hisse-et-oh.com[...]skipper

09 déc. 2018

@persil : Que le mot soit d'origine anglaise, néerlandaise ou "norroise", je ne vois toujours pas le rapport avec le polonais... et le mot reste rare pour désigner le commandant d'un navire de commerce dans la littérature maritime anglaise du 19eme siècle...

09 déc. 2018

Ca ne me surprend pas.

11 déc. 2018

eh bien, c'est pas compliqué : puisque Conrad écrit en anglais, et que le mot skipper est plutôt d'origine anglaise qu'autre chose, je ne vois pas en quoi il devient important de préciser que Conrad est d'origine polonaise. Le fait qu'il écrive en anglais suffit à justifier l'emploi du mot skipper.

Ou alors il existe un lien entre le polonais et l'anglais qui explique cet emploi ? Si c'est le cas, comme j'ignore ce lien, je pensais tout bêtement que persil allait donner l'explication...

11 déc. 2018

hé les copains, 3 jours que vous êtes là dessus !
vous devez rudement vous emmerder dites donc ! :-p

Fastoche.
Un peu de culture dans ce monde de brute :

Marie Leszczynska (polonaise) a été l'épouse d'un de norrois (Louis XV)

Autre chose? :litjournal:

12 déc. 2018

Et tu as bien raison.
Alors, tu en penses quoi?

08 déc. 2018

ben... pour un Polonais qui écrit en anglais, il n'y a rien d'extraordinaire à cela.

08 déc. 2018

hum... décidément ...
ce n'est pas parce que tu "ne vois pas trop", qu'il n'y avait rien à voir...

www.cnrtl.fr[...]stantif

SKIPPER, subst. masc.
Étymol. et Hist. 1. [1653 (Boullay-Le-Gouz, Voyages, p. 537 ds Bonn., p. 134: Skipper en anglois [...] signifie un patron de vaisseau de marchand)] 1773 (Morand, Charbon de Terre, II, 433, ibid.); 2. 1898 « celui qui mène un yacht dans une course » (Le Sport universel illustré, 15 oct., 674a ds Höfler Anglic.). Empr. à l'angl.skipper « commandant de navire » att. dep. 1390 et prob. issu du m. néerl. ou du m. b. all. Schipper apparenté à l'angl. ship « bateau » (NED).

09 déc. 2018

ben... depuis au moins 1653 le mot "Skipper" est répertorié comme d'origine anglaise...
tandis que celle que tu annonces (néerlandaise) comme référence ultime est citée de façon prudente avec l'adverbe "probablement", et très approchée ("shipper") .

Par ailleurs, puisque décidément tu ne vois pas le lien, il se trouve que "Józef Teodor Konrad Korzeniowski herb. Na??cz, est né le 3 décembre 1857 à Berditchev (Ukraine - Empire russe) et mort le 3 août 1924 à Bishopsbourne (Kent - Angleterre). D'origine polonaise, il est un écrivain de langue anglaise majeur du xxe siècle."

=> comme je le faisais remarquer, il n'y a donc rien d'extraordinaire à ce qu'un écrivain d'origine polonaise utilise le mot "skipper"quand il écrit en Anglais. De là à le prendre en référence, sans aucune précaution...

09 déc. 2018

Ben... c'est un peu comme le parasite ou le lierre : si tu ne "vois " pas, je ne peux rien pour toi.

10 déc. 2018

Né en Ukraine, d origine polonaise, écrit en anglais. C est peut être pas tout à fait LA référence en la matière. Mais là encore, si tu ne vois pas, pour t écris-je ?

11 déc. 2018

"et que le mot skipper est plutôt d'origine anglaise qu'autre chose"

..... puisque ch'te dis que non !!!!!

11 déc. 2018

Et oui, que veux tu, c'est l'hiver!!!!

11 déc. 2018

que veux-tu, moi, j'aime comprendre !

@Yves(.) : oui, mais si on fait rentrer le norrois dans la danse, je vais encore moins comprendre ce que le polonais vient faire !

11 déc. 2018

Eh ben voilà !!!! Moi, je comprend vite, mais faut m'esspliquer len-te-ment !

08 déc. 2018

Un ou une skipper s'occupe du bateau une skipette sa serait pas en dessous de la ceinture...

08 déc. 2018

Vu que ce post s'adresse en partie à nous deux (La SKIPETTE et moi même), je vais répondre après avoir eu une conversation sur ce sujet avec celle qui partage notre balade.
C'est elle qui s'est nommée "Skipette" pour deux raisons:
1 - C'est comme ça qu'elle aime se présenter auprès des enfants que nous rencontrons, ça a un coté plus sympathique pour eux que Skippeuse, skippeure ou skippère.
2 - Comme elle le dit elle même, le voyage, l'aventure etc. oui, mais la voile pour la voile, bof.. Alors skipette est bien représentatif dans son esprit de ce qu'elle veut.

Maintenant, il faut que je vous raconte une conversation que j'ai eu avec elle hier soir:

Moi - Dis donc, tu as vu, tes films sont appréciés même par des voileux, tu vois que tu as raison d'y passer du temps. En plus, d'habitude, il y a un intervenant qui vient systématiquement dénigrer tout et n'importe quoi et il n'est pas intervenu, c'est rare, tu devrais prendre ça comme un compliment!
Elle - Ah bon, il y a des types comme ça sur votre forum.
Moi - Et oui...mais lui, c'est vraiment un cas.

Et hop, quelques temps plus tard, SkipperTramex intervient pour un commentaire gentil.
Moi - Incroyable, il est intervenu et plutôt positivement!!
Elle - Oh, attend un peu, vu le personnage (je lui ai montré l'historique de ses interventions), ça ne devrait pas durer, il va bien trouver quelque chose.

Et re hop! gagné....on a le droit à une nouvelle polémique :lavache:

J'ai trouvé que sa réaction (celle de la dite Skipette ) a été le résultat d'une très bonne analyse:

"Ce type doit avoir un sacré problème qu'il n'arrive pas à résoudre. Plutôt que de se payer un psy, il vient essayer d'exister ici et il est comme certains enfants, il a besoin d'attention et utilise ce qu'on appelle l'attention négative, comme un gosse qui casse ses jouets."

Voilà, depuis, je recherche un sujet de sa part qui ne soit pas polémique ou négatif et c'est vrai, elle a raison, j'ai du mal à trouver.
Maintenant, SkipperTramex, rassures toi, elle va bien, ne se sent pas humiliée ou rabaissée par le terme de skipette vu qu'elle ne se sent en aucun cas celle qui dirige le bateau mais bien comme celle qui est toujours présente pour tout à bord dès qu'il le faut, celle qui a un moral d'acier et qui accepte de se faire trois semaines sans voir la côte sans se plaindre mais qui avoue ne toujours pas savoir régler une voile, non pas par incompétence mais parce que ce n'est pas son truc.
C'est quand même à mon avis énormément plus glorieux et respectable que de passer son temps derrière un clavier à chercher comment lancer une polémique systématiquement.

09 déc. 2018

Excellente analyse Madame.
:pouce:

12 déc. 2018

Éloquent ou élogieux!!

09 déc. 2018

:mdr: oui, très bonne analyse, d'autant plus que le profil de l'humidimètre n'est pas très éloquent.

www.hisse-et-oh.com[...]skipper

12 déc. 2018

Je vois pas de trop son rôle (au sens strict!!), de skippette(féminin dans sa tête de skipper), si elle est là non pas pour diriger le bateau(dixit toi), mais pour toutes les autres tâches(la vaisselle? Que j'adore faire).

08 déc. 2018

Squipeuse , skieuse, squi péte ou chieuse , le fait est que quand quelques unes sont présentes ; à l' image du petit alizé chaud qu ' amené nautigirl hier, les choses se reequilibrent. A mer comme à terre ou sur un forum, entre mecs ça va cinq minutes. Aprés se passe ce que tu décris, même si cela peut aussi etre généré par la gente feminine dans le cas d'une preneuse de tête. Avoir conscience de ça, permet de resituer la réalité des échanges, et laisser pisser, tant que pas d'attaques :-) Un bocal de mec est un bocal de mec . Pour le sujet je nai pas d'avis. Même je m'en tape. :mdr: Quelqu' un qui sait faire marcher son bateau.Skipper pff

08 déc. 2018

J'ajoute que pour travailler avec ''des skipper'' toute l'année, qu'on les appelle Capitaines . Tu t'adresses au capitaine . Sur les voiliers il y plus de skipper mais la plupart du temps ce sont des capitaines . En petite plaisance :des 'propriétaires' . Ensuite on croise des skipper voile de location, et des skipper, plutot des solo sur des bateaux un peu grands ou de régates ,course . Comme quoi un terme peut aussi avoir sa niche .
Au final chacun fait comme il veut, et pense comme il l'entend .
Pour moi au féminin, c'est La capitaine .

08 déc. 2018

On peut toujours changer skipette sur un bateau, c'est simplement une question de moyens.

08 déc. 2018

Quand en Italie la « guardia costiera » s’approche de nous, (moi à la barre et mon époux à divers bricolages, ils m’annoncent: « Voliamo vedere il comandante » Et vexée je suis.
:oups:

08 déc. 2018

Non, manque de répartie:
« Sono io stesso« 
Et basta!

08 déc. 2018

En Italie les donne capitaines, sont rarissimes. On parle de diriger le bateau, pas d'être a bord . Et en solo, plus que rarissime denrée très rare.. ;-)

09 déc. 2018

S'ils ne savent pas de combien de personnes se compose l'equipage, la question se justifie.

08 déc. 2018

De l'utilité de ce fil ? Son honnêteté ?
N'avons nous pas plus à partager que quelque titre ?
À la radio c'est Monsieur ou Madame, j'en reste là.

08 déc. 2018

Par analogie avec les us et coutumes militaires d'un autre temps :
Madame le skipper assure la fonction de commandant.
Madame là skipper est la femme du skipper.

C'est simple, extrêment précis. Pas mal dans notre milieu où il est efficient d'avoir un terme pour chaque fonction et chose, une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.

08 déc. 201808 déc. 2018

Dans la marine comment appelle -t-on une femme qui a pour poste de commander un navire ? cela existe- t-il ?Et dans le cas des hommes au poste de commandement d'un bateau ? C'est quoi ? Le pacha ? Mais le pacha n'est pas un 'Commandant', dérapez pas j'ai pas fait exprès .

08 déc. 2018

une femme commandant ? c'est déjà comme ça chez moi ... :cheri:

08 déc. 201808 déc. 2018

Même si l'appellation devient générique pour tous les 4 et 5 galons (même ceux qui n'embarquent pas), commandant est aussi une fonction qui n'exige pas d'avoir au moins 4 galons sur les manches pour que l'appellation soit correcte.

08 déc. 2018

Merci alors le responsable du navire dans la marine est appelé commandant, si j'ai bien compris. Mais il pourra être bien plus galonné d’après la hiérarchie. Et une femme sera la commandant(e) ?
Y en a - t-il ?

08 déc. 2018

Je n'ai pas d'expérience de la Royale, mais je parierais qu'on l'appelle "Commandant".

08 déc. 201808 déc. 2018

www.defense.gouv.fr[...]tionale

1993 première femme commandant de bâtiment...

Il a dû y en avoir quelques-unes depuis !
5 en ce moment...

www.lopinion.fr[...]-142012

08 déc. 2018

Merki Flora ; elles sont donc des 'commandants' . 5 pour cent de la flotte. Comme en plaisance finalement .

08 déc. 2018

Et je viens de voir aussi qu'il y en a de plus en plus dans la Mar Mar, souvent la seule femme de l'équipage.

08 déc. 2018

La sexualisation des métiers, c'est comme l'écriture inclusive, ça pique les yeux. Le boulanger fait le pain et la boulangère le vend. Et si c'est madame qui est le boulanger, c'est monsieur qui est la boulangère.
Dans le milieu militaire, la seule différence entre mon capitaine et capitaine lorsque l'on s'adresse à quelqu'un, c'est que "mon" est l'abréviation réglementaire pour Monsieur. De toute façon a l'armée, il n'y a ni homme ni femme, ni blanc, ni noir. Tout le monde est militaire et dans la même m...de

09 déc. 2018

@juliusse : sincèrement, tu as entendu beaucoup de monde désigner le mari de la boulangère en disant "la boulangère est un excellent commercant" ?

09 déc. 2018

@ Juliusse; et aux autres.

Il est exacte qu'on dise "mon" suivit du grade dans les armées, hors la marine.
Mon est alors le diminutif de "monsieur", donc inapplicable pour les dame.

Le cas de la marine est différent. Pas de "mon" devant le grade.
La cause ? Napoléon ayant trouvé la prestation de la marine tellement pitoyable à Trafalgar décida que ses dirigeants ne méritaient pas le "monsieur" (donc le "mon"), signe de respect, devant leur grade; d'où l'appellation avec le grade en directe.
Depuis je pense que les marins ont su faire preuve de qualité et grandeur!

09 déc. 2018

Après la sanglante défaite de Trafalgar, à son retour de captivité en Angleterre, l'amiral de Villeneuve s'est suicidé (???), à Rennes, de six coups de couteau au niveau du cœur. De la classe!
À la Restauration les officiers de La Méduse se sont comportés de façon parfaitement indigne.

09 déc. 201816 juin 2020

A mettre au féminin !
Vous avez 2 heures. :mdr:

09 déc. 2018

Of course, tous ces holas languistiques naissent dans la tête d'humains avec une quéquette.
Skippeuse me semble une dénomination qui sonne pas trop mal.

09 déc. 2018

Ouais, ça aurait peut-être plu à Georges, dont le bateau s'appelait "Sauve qui peut"...

culturebox.francetvinfo.fr[...]u-53245

:-p

09 déc. 2018

Laissons à César, pardon à Georges :

:-)

09 déc. 2018

Donc "Skipperesse" est très nettement au-dessus du panier :star2:

09 déc. 2018

A l'annonce de sa mort, je roulais vers Paris, je m'en souviens encore, ça m'avait rendu tout chose...avec même une tite larme à l'oeil !
La deuxième fois que j'ai connu cette émotion pour un poète/chanteur c'était pour Allain Leprest.

10 déc. 2018

ce n'est pas un mot très élégant.
skippeur non plus, peut on faire confiance à un trouillard qui à peur du ski ?

09 déc. 201809 déc. 2018

Mon avis sur la question :
"Le skipper"
En tant qu'appellation générique pour tous les skippers, et skippers conjoints.
Lorsque le rôle de skipper n'est pas partagé, j'adore le terme "l'amirauté", quel que soit le genre de l'amirauté ... Ca correspond superbement à la répartition subtile de l'autorité vis à vis du capitaine !
 
Après, ce n'est qu'une appellation par défaut, sur laquelle chacun peut se créer son cas particulier... Si le conjoint du skipper souhaite s’appeler "le couillon de pont" pour bien marquer sa sexualisation et sa non-qualification de skipper, libre à lui.
:D
Mais de façon moins provoc', il pourra s'appeler simplement "l'époux du skipper"
 
De façon générale, pour les mots ayant déjà leur correspondance sur les 2 genres, je préfère que l'on les laisse tels quels, mais on n'en crée plus de nouveaux.

09 déc. 2018

Puisque on s'entend bien avec nos cousins Germains on pourrait s'inspirer de la langue de Goethe et propose "Skipperine" qui aurait en plus un côté rétro TV cathodique, d'autant que la voile c'est vraiment rétro,
(et c'est aussi très politique du moment puisque cela permet avec dérive de transformer une marche arrière en marche avant).

09 déc. 2018

Ici on n'a pas ces problèmes: Système matriarcal au premier degré.
On dit CHEF Et souvent, à partir de 15 Ans le mot nous échappe quand elle braille trop fort on dit MAMAN!

09 déc. 2018

Le vent souffle et les amarres grincent, je viens de refaire l'étanchéité d'un capot...
Eric Tabarly, dans son livre"Mémoires du Large", en parlant de lui, se nomme "skipper".
Pour les querelles de psy chez le boucher, il aurait été heureux que la demoiselle, skipper a ces jours, plutôt que d'un "on-dit", vienne dialoguer(si le Coeur lui en dit), ici.

09 déc. 2018

Je réponds donc: je ne suis pas "skipper à 'S'es et non ces jours. Mais bref, pas le temps ni l'envie de résoudre vos problèmes d'ego. Premier et dernier message de ma part.

10 déc. 201810 déc. 2018

Me reprendre à l'encontre de la net'éthique vole largement moins haut que la mouette pré-nommée lili.
Donc, pour en revenir au sujet, sans être sur un bâtiment militaire ni de commerce ni de pêche, sans ressortir l'origine (controversé?). Ni être italien.
Reste quoi?
La skipper

10 déc. 2018

Oui, mais si tu embauches une pro? Ou si tu es une pro?
Si tu es skipper, au féminin, de ton voilier.
Je ne parle pas de la conjointe
Avant, il y avait patron(BPPV).

10 déc. 2018

perso je préfère "chef(fe ?) de bord" et oralement la prononciation est identique seul l'article défini change.

11 déc. 2018

PtitLu (immatriculé à Nantes), je vote pour toi, mais il peut y avoir confusion entre les chefs de quart ou autre et le skipper.

11 déc. 2018

"Et l'élégance n'a d'importance que si l'on y pense"
Sansévérino.

11 déc. 2018

Ma nièce m'appelle simplement "Pacha", mes équipier(e)s par mon prénom, j'ai entendu des italiens parler de moi entre eux en tant que "ragazza", et on m'a souvent demandé en France si le skipper était à bord...

12 déc. 2018

Patron/patronne, en pêche, comme à la maison...
:reflechi:

12 déc. 2018

Faut être breton pour bien apprécier la vérité profonde de cette phrase.

12 déc. 2018

Et pourquoi pas une "skipmère", pour aller avec un "skippère"

12 déc. 2018

Duducjhe, on t'attendait.

12 déc. 201812 déc. 2018

Veuillez m'excuser d'être vulgaire, mais pour moi tout cela c'est de la branlette. Ou de la frilosité.
Et tout en haut de la pyramide, des académiciens culs serrés hissant des murs linguistiques autour de leur territoire très masculin.
Osez le mot qui ne sonne pas forcément bien. C'est pas grave. Dans la plupart des cas, c'est un frein culturel pour un obstacle qui n'en est pas un.
En musique, on appelle cela de la dissonance. En jazz par exemple, la production de Thelonious Monk (1917-1982) peut encore choquer certaines oreilles peu familières à cette musique. Ses compositions sont dorénavant classées parmi les plus belles, les plus touchantes, du répertoire jazz.
Il y a plein de mots féminisés parfaitement entrés dans le langage courant et qui, pourtant, ont choqué à leur apparition.

12 déc. 201812 déc. 2018

Le Monk: Round Midnight, la première portée n'est pas un canard il faut la jouer, le gars canné, qui va prendre l'air, coup de blues : Autour de minuit je donne rencard à ma bonne étoile....
Sublime!
Mais le Monk avait aussi une sacrée dose d'humour.

12 déc. 2018

Lorenzoro, et que dire de Charly Parker!!

12 déc. 2018

Le Bird, on lui reproche plus d'être trop bavard…

On parle des mots, il y a aussi la fonction. Être une écrivaine au 19eme siècle, cela devait être un statut sacrément difficile à défendre, à faire exister.

12 déc. 2018

Pas sûr ! Tiens Raoul Ponchon qui disait qu'il y avait plus de cons que de femmes...Tu crois qu'il écrirait la même chose en 2018 ?

12 déc. 2018

Faudrait en parler à toutes les secrétaires qui se font plus ou moins tripoter par leur patron.

12 déc. 2018

Ben je pense que non; Skippette est plutôt valorisant, cela sonne bien à l'oreille c'est chantant. plutôt que skippeuse comme peureuse, pleurnicheuse, chieuse c'est lugubre.
Allons mesdames, relevez la tête montrez l'exemple au skippeurs comme j'ai peur, quel malheur, j'ai plus de beure .
JJ

12 déc. 2018

Qui est skippette ?

12 déc. 2018

Un peu tout le monde si tu veux mon avis.

12 déc. 2018

skipper déjà je trouve cela un tantinné snob et de connotation prétentieux…

chef de bord me parait plus approprié donc au feminin Cheffe de bord

12 déc. 2018

Moi j'aime pas les chefs....encore moins les cheftaines.

13 déc. 201813 déc. 2018

Oui pour la première phrase.

Mais non pour la seconde parce que ce que tu appelles la cheffe de bord est le chef de bord comme le serait un homme ou tout autre personne qui assume cette fonction.

Induire un distinguo dans la dénomination de la fonction de chef (fonction strictement asexuée) revient à exprimer que cette fonction n'est pas assurée de la même manière par un homme et une femme ce qui, de fait, introduit une comparaison et, par conséquent une hiérarchisation.

Reste à savoir qui saura se montrer à la hauteur de cette différence...

Pour ce que j'ai pu observer, j'ai toujours été très impressionné par l'efficacité, le courage et l'autorité des femmes chef, directeurs, professeurs, procureurs ou ingénieurs et souvent navré que les cheffes, directeures, professeures, procureures ou ingénieures passent plus de temps à revendiquer leur "e" plutôt que d'assumer ce qui le précède.

L'objectif cherché est-il d'utiliser le "e" comme un signal?

Mon avis sur l'intéressante question posée par ce fil c'est qu'un chef de bord qui s'appelle Gérard ou Lucien ou Janine ou Anatole ou Lucette doit se faire appeler Gérard ou Lucien ou Janine ou Anatole ou Lucette et ce sont ses actes, ses décisions, sa façon de se tenir d'échanger et de naviguer qui feront qu'il ou elle sera reconnu par les autres comme étant le chef de bord. :litjournal:

Oui, bien sûr puisque le qualificatif concerne le chef et pas la personne.

Tu peux d'ailleurs très bien écrire cette nuance en disant C'est dommage qu'une personne (une femme?, un homme?, mais de genre féminin) aussi talentueuse fasse un chef aussi médiocre.

C'est d'ailleurs pour cette raison que la féminisation systématique est absconse : être chef est remplir une fonction. Cette fonction n'a strictement rien à voir avec la sexualité, l'espèce ou quoique ce soit d'autre que le fait d'être le chef (les chiens ont aussi des chefs de meute par exemple, chefs de meutes qui peuvent être mâles ou femelle) et, en particulier;, rien à voir avec le sexe.

Il faut distinguer la personne qui est à l'intérieur de la panoplie (l'acteur qui peut être homme ou femme et qui, à ce titre n'est qu'une personne normale sexuée) du personnage de chef (le rôle tenu par l'acteur) qui, lui, est asexué.

Une institutrice promu au poste de directeur devient directrice.
Une conne promu au poste de directeur devient directeure (j'en ai vu...).

Je pense que, s'agissant d'une institutrice promue, on pourrait dire que, anciennement institutrice elle a été promue au poste de directeur et qu'elle est désormais directrice.

14 déc. 201814 déc. 2018

J'ai considéré d'office qu'une conne ne pouvait qu'être masculin. :mdr:

Oui, sauf qu'on peut être responsable sans être chef et lycée de Versailles.

J'entends bien.
Mais...
Être un chef n'a rien à voir avec responsable, dirigeant, animateur, administrateur, directeur .....

Un responsable s'en prend plein la gueule puisqu'il est responsable.
Ceci étant, il peut être responsable sans pour autant être à la tête de la bricole.

Un dirigeant dirige.
Ceci étant, il peut diriger sans pour autant être à la tête de la bricole.

Idem pour un administrateur, un directeur, etc.

Un chef, c'est autre chose : c'est la "personne à laquelle on reconnaît le premier rang pour guider un groupe, pour orienter son action" (Le Dictionnaire).

Être chef n'est pas une affaire de pouvoir, de compétence ni de main mise.
Être chef, c'est être la tête (tiens, un nom féminin...) de l'être constitué par le groupe.
On est reconnu comme étant le chef.
On ne peut être imposé comme étant le chef.

Non.
Guider un groupe et orienter son action PEUT être une affaire de pouvoir.

Sous la menace et la contrainte n'importe quel gugusse est en mesure de Guider un groupe et orienter son action.
Sauf qu'il ne s'agira pas d'un chef.

Le pouvoir d'un chef vient de sa reconnaissance en tant que tel par le groupe et si, effectivement, c'est une forme de pouvoir, ça reste très différent de la notion générale de pouvoir.

Oui mais c'est juste un leader pour les glaouchophones puisque ces peuplades appellent le chef : leader.
:mdr:

Désolé, un chef est reconnu quelque soit la langue :langue2:

Lit d'heure?

14 déc. 201814 déc. 2018

Je te ferais remarquer que, contrairement à la fonction de chef qui ne fait appel à aucun caractère sexuel, celle de l’hôtesse d'accueil, en revanche est parfaitement sexuée et en référence directe à ce qui fait que les messieurs hétéro sont attirés par les femmes.

Que je sache, la première qualité recherchée chez une hôtesse d'accueil n'est pas sa connaissance des écrit de Goethe en langue originale mais très clairement son pouvoir de séduction sur les hommes.

Ton planton peut devenir hôtesse d'accueil mais, ce faisant, ça va d'emblée avoir une influence différente sur la clientèle captée.

Tu as raison : cheve de bord, c'est bien. :pouce:

13 déc. 2018

Plutôt d'accord sur le fond.
Mais ....
Que dirais-tu d'une femme chef de bord qui mènerait son bateau avec talent ?
Que c'est un chef talentueux ?

14 déc. 2018

Finalement, je suis de moins en moins convaincu par ta démonstration. :))

OK, tu fais le distinguo métier-fonction.
Mais alors, .... s'agissant d'une institutrice qui est promue au grade et donc à la fonction de directrice ?
Devrait-on dire "l'institutrice est maintenant directeur" ?

Et que penser de la rédactrice de base devenue rédactrice en chef ? :))

14 déc. 2018

"Une conne promu au poste de directeur ..."

Il est vrai que là où une conne est promu(E), ce qui préfigure tout de même une marge de progression , un con est souvent autoproclamé et le reste ( ... cf Brassens)

14 déc. 201814 déc. 2018

Et pour reprendre ton exemple "... une femme aussi talentueuse fasse un chef aussi médiocre."

Il est tout-à-fait correct de dire (et d'écrire) "... une femme aussi talentueuse fasse une responsable aussi médiocre. "

14 déc. 2018

Oui, sauf que je n'emploie pas le mot responsable en tant que synonyme de pondéré ou raisonnable mais en tant que synonyme de dirigeant, animateur, administrateur, directeur .....

14 déc. 2018

Guider un groupe et orienter son action est bien une affaire de pouvoir.

14 déc. 2018

"Le pouvoir d'un chef vient de sa reconnaissance en tant que tel par le groupe"

Ce que tu décris ici ce n'est pas le chef mais le leader !
Le chef s'impose, le leader est reconnu.

14 déc. 2018

Et le féminin de leader ??? :)

14 déc. 2018

En fait, ça ne tient pas debout ton histoire de fonction qui doit rester "neutre" et invariante.

Exemple : doit-on dire "ce planton de service exerce aujourd'hui la fonction d'hôtesse d'accueil" ?

14 déc. 2018

Pas du tout.

Ce que j'attends d'une hôtesse d'accueil c'est de m'orienter, même si sa plastique peut avoir un bref effet inverse !

Je ne vais pas au siège d'une compagnie d'assurance en espérant y croiser des minois de réconfort !

14 déc. 2018

En fait, le truc qui me gène dans cette affaire de chef-cheffe, c'est qu'on ne respecte pas la féminisation des mots masculin se terminant en "f" : veuf-veuve, sportif-sportive ...

Je propose donc à l'assemblée qu'on adopte définitivement le concept de "chève de bord" !

14 déc. 2018

Un planton peut aussi être une sentinelle !

12 déc. 2018

Cheffe de bord , Leffe à bord.

13 déc. 2018

A la grande pêche, voir à la pêche sauf la petite pêche, doit pas beaucoup avoir de femme!!

14 déc. 201814 déc. 2018

La cheftaine de bord pour les scoutes marines...

15 déc. 2018

Ma femme qui au contraire de certains ici, ne manque pas d'humour, me suggère, en référence aux guides et scouts de France :
"guide suprême "

15 déc. 201815 déc. 2018

...voire dans certains cas " Mein Fuhrer "!
Le ton y est, manque plus que la petite moustache chez certaines...
:acheval:

( post à repeindre couleur Marine Nationale sans hésiter...)
:topla:

15 déc. 2018

le point goldwin atteind ou peut etre good wind, même gwin (pas ru)...

15 déc. 2018

Primos, promis, si elle marche sur l'eau.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (88)

Piégeage des gouttes

mars 2021