De retour après ma 1ère Transat, sur un Kelt 8m, beaucoup à dire...

J'y ai rencontré le meilleur comme le pire.

Le meilleur: La Graciosa, Las Palmas, Mindelo, la Martinique, l'ambiance "voyages" dans les ports, les rencontres, les excellentes coryphènes, la découverte des poissons volants, les dauphins, la rupture avec notre société stressante et pressée.
Pour ce qui est de l'Inmarsat avec l'Isatphone Pro, aucun souci sans antenne additionnelle, il suffit de pointer vers le bon satellite, et d'utiliser le kit main libre pour appeler, nickel en ce qui concerne la qualité voix.

Le pire: Une traversée Mindelo > Martinique avec trop d'avaries, et de grosses vagues violentes qui couchaient le bateau et nous amenaient à la limite du chavirement. Une, plus grosse que les autres, nous a roulé et mis le passavant bâbord complètement sous l'eau. L'eau est passée par dessus le dossier de la banquette du banc de cockpit du bord qui était dans l'eau, et nous avons bataillés accrochés sur l'autre bord pour aider le bateau qui peinait à se redresser. Nous avons cru que notre Transat allait s'arrêter là...

Ce qui nous a surpris, c'est l'irrégularité de la force du vent. Il passait du simple au double (parfois plus) en quelques secondes. La mer était rarement calme, et elle se levait d'une manière impressionnante dès que le vent forcissait. Les rafales arrivaient en même temps que les vagues, nous promenant comme un fétu de paille.

Je ne repartirai jamais en Transat sur un si petit bateau, car l'insécurité a été totale, nous y étions en survie plusieurs jours de rangs.
J'ai pourtant navigué dans 45 kts de vent, traversé Gascogne pendant un coup de vent avec une mer dantesque, je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie de marin, et mon ami pareil. Jamais nos vies n'ont été autant en péril.

Pour les avaries: Bôme arrachée (tous les rivets), batterie de service qui a cassé sa sangle et est allée sectionner le fil du gyroscope du pilote, donc panne du pilote, coulisseaux neufs de GV arrachés, la pièce en métal (5mm d'épaisseur x 5cm de large) qui relie le pilote ST4000+ à la barre franche "déchirée" alors qu'elle semblait en excellent état, re-panne du pilote. Mon pot a du la remplacer avec une pièce en fer enlevée d'un étau en la "forgeant" après l'avoir chauffée au gaz. Une cloison a bougé et les marches de la descente ne tenaient plus fermées, le verrou s'ouvrait tout seul, et quelques autres soucis.

Bref, la Transat a tournée au cauchemar, et aurait pu devenir un drame à tous moments.

Mais regret ni remord, c'est fait, avec la furieuse envie de refaire le voyage avec mon bateau.

L'équipage
03 fév. 2014

c'etait quoi le bateau ? :-)

03 fév. 2014

Kelt 8...

04 fév. 2014

Non Pierre il se trompe 7.99M ;-)

kelt 8m !!! alors la bravo ! :pouce:

04 fév. 2014

Pour ceux qui n'auraient pas suivis le début:
www.hisse-et-oh.com[...]tinique

03 fév. 2014

Waou, rude expérience, tu oublies de préciser le type de voilier ?
Merci

03 fév. 2014

merci j'avais trouvé sur un autre fil. Dans des conditions musclées nous n'avons rien cassé sur notre First 30. Un Kelt 8 mètres c'est vraiment juste en déplacement et en lest, ça doit bouchonner grave !
Content que vous soyez arrivés sains et saufs !

03 fév. 2014

Merci beaucoup pour le retour. Heureux du dénouement.
J'ai une petite question. Tous les problèmes ne viennent ils pas à la base d'un pilote qui ne tiens pas le bateau?

03 fév. 2014

Ben mon vieux, content de te savoir de retour après tout ça....

03 fév. 2014

Récit instructif. Le Kelt 8 m est pourtant un voilier marin pour sa taille.
Cela doit donc faire réfléchir ceux qui envisagent de traverser avec des trapanelles...

03 fév. 2014

Viking tu voulais dire
tarentelle ????

:mdr:

03 fév. 201403 fév. 2014

Salut Kako,
J'ai eu un kelt 8 : c'est un très bon croiseur surtout au près mais très rouleur au portant et, comme beaucoup de ses "contemporains", il n'avance pas à cette allure. Les voiliers de cette époque ont des arrières assez pincés pas comme ceux d'aujourd'hui. Il était d'ailleurs présenté comme un excellent croiseur mais pas plus. C'est pour ce type de navigation qu'on le choisissait et qu'il avait une si bonne réputation.
J'en étais très content pour de petites croisières en Bretagne par moins de force 6. Une transat, je n'aurais pas osé sachant que c'est au portant la plupart du temps..
Amicalement
Mido

03 fév. 2014

"comme beaucoup de ses "contemporains", il n'avance pas à cette allure...." Tout cela est relatif, puisqu'il était le plus stable des 8 m de cette époque et que son arrière n'était pas étroit... On tenait le spi jusqu'à 30 nds, ce qui était impossible sur le Trident 80, le Flush Poker, l' Armagnac, le Sail 9m...

03 fév. 2014

Oui Viking35, il est réputé pour être un des meilleurs de sa génération. C'est pourquoi je le compare uniquement aux voiliers d'aujourd'hui aux arrières très larges donc bien plus stables et rapides aux allures portantes.

03 fév. 2014

Et cela met en perspective ce que représente, en terme de navigation, la classe mini transat.
La première catégorie, à son époque, qui démarrait à partir de 10 mètres, était tout à fait représentative.

03 fév. 201403 fév. 2014

Vent au cul, avec des vagues qui nous venaient par l'arrière et nous prenaient par tribord lorsque les rafales nous faisaient lofer (avec 3 ris dans la GV), c'était intenable.

Durant plusieurs jours, c'était x fois par heure qu'on se retrouvait le passavant bâbord sous l'eau, avec l'angoisse de la prochaine vague. Sans compter les déferlantes qui nous submergeaient.

On sentait bien qu'on était en survie...des jours entiers, sans répit, l'horreur !

Cette sensation de se sentir si petit à la merci de vagues si grosses et si furieuses, à des centaines de milles des côtes les plus proches, était terrible. Le 16 décembre, nous avons bien cru que nous ne passerions pas la journée tant la situation était critique.

03 fév. 2014

Pourquoi diable avoir gardé de la GV !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
que de la toile sur l'avant et le comportement du bateau aurait été, à mon avis transformé.

03 fév. 2014

Bravo pour cette nav! :bravo:

Small is beautiful qu'ils disaient ... les conseillers ne sont pas les payeurs! :heu:

03 fév. 2014

:pouce: :pouce: :pouce:

03 fév. 2014

La partie alizé de la transat ouest-est-se faisait traditionnellement avec deux génois jumellés.
Plus de problème d'auloffées intempestives.

le kelt 8m est un bateau tres rond et court en flottaison ça ne m'etonne pas qu'il ai été aussi instable de route :-)

03 fév. 2014

Il me semble qu'il ne fait que 6,20 m en longueur de flottaison, ce qui est vraiment court.

03 fév. 2014

Donc moins qu'un mini !

03 fév. 2014

de toute facon pour une transat dans des conditions normal il faut un bateau d au moins 10 metres car ca donne de la stabilite longitudinal et donc de la securite pour tout et il faut avoir la plus grande longueur de flottaison ce qui n est vraiment pas le cas avec un kelt 8 m
belle perfo mais a quel prix ????

03 fév. 2014

Chapeau kako !
et merci de nous faire partager ton expérience...
moi je ne l'aurais pas fait ! :oups: :oups:

03 fév. 2014

Ouf!
merci pour ce récit, une expérience qui pourra servir à beaucoup!

03 fév. 2014

Bravo ! Je ne pensais pas que vous en aviez bavé autant, même si je vous trouvais très balèzes de partir avec un 8 m sans doute bien préparé...

C'est terrible ton récit ! :lavache:

Merci pour ce retour d'expérience, assez rare.

:bravo:

03 fév. 201403 fév. 2014

Et bien tout d'abord, un grand bravo pour cette nav, merci pour le retour et content de savoir que ça c'est finalement bien terminé.

Pour ceux qui, comme moi, n'ont pas l'expérience du grand large, à lire certains témoignages ici ou ailleurs, on en à parfois l'impression que ça va tout seul et que c'est facile même sur un petit bateau.

Merci de remettre les choses en perspectives.

Cela dit, et sans porter aucun jugement. Est ce que avec le recul, tu considères que le bateau était insuffisamment préparé?

Peut être qu'une préparation plus poussée aurait changé les choses (avarie de pilote + bôme arrachée = pas glop!), ...) car j'imagine que les avaries ont augmentées le sentiment d'insécurité?

La même chose avec un bateau en parfait état, et vous auriez été tout autant secoués, mais peut être plus confiants?

En tous cas, ton récit est instructif !

03 fév. 201403 fév. 2014

Oui Now, nous avons conclu que la préparation du bateau aurait du être encore meilleure, mais surtout qu'un petit bateau, pas spécialement conçu pour ce type de nav, n'a rien à faire en Transat.

Evidemment que la succession des nombreuses avaries, ont ajouté au sentiment d’insécurité, et nous ont fait douter. Heureusement que mon pot est un bricoleur hors pair, sans quoi je doute que l'issue aurait été la même. Il a su faire face à toute la casse. Le remplacement de la pièce du pilote est un exploit dans les conditions que nous avons connues.

Et je souhaite passer un message à ceux qui veulent tenter l'aventure. Ne pas croire qu'une Transat est ce qui est le plus facile contrairement aux dires de certains. Il faut un bateau approprié, préparé avec une extrême rigueur, car plusieurs semaines de mer dans des conditions difficiles peuvent mettre à mal le matériel...et les hommes.

C'est vrai que lorsqu'on lit des récits de traversées idylliques, on peut croire que ce n'est que du bonheur. Mais après mon expérience, je dis que ça peut aussi être la dernière nav !

03 fév. 2014

Notre vitesse moyenne de Mindelo à la Martinique a été de 5,4 knt et nous avons pourtant enregistré un surf à 17,3 knt. Pour vous dire à quel point la mer nous a "bousculé".

Vent arrière, je trouve que le bateau n'avait pas suffisamment de vitesse, les vagues venaient trop fort sur nous. Quand certaines vagues déferlaient contre la coque, de l'intérieur le bruit était tellement violent, qu'on aurait cru qu'on était entré en collision avec un tronc, et que le bateau allait se casser en 2.

03 fév. 2014

17.3 Kts!!!!!! :whaou:

04 fév. 2014

Salut Mr Kako une question vous aviez combien de poids à bord ?

03 fév. 2014

Bonjour et respect, comme disent les djeuns !
Ce que tu décris m'évoque un bateau surtoilé, quand même !
Vous étiez à quelle vitesse ?
Combien de jours entre Mindelo et Martinique ?
:reflechi:

03 fév. 2014

Un bateau surtoilé avec une GV de 14m² avec 3 ris ????

C'est peut être que le vent était un peu fort pour le bateau.

03 fév. 2014

Ce n'est certes pas une critique.
Personnellement, je ne serais jamais partie avec un tel bateau.
Mais si "le vent est un peu fort pour le bateau", quand on est au milieu, on fait quoi ?
On réduit encore. Et on se met en fuite. La GV était de trop, même à 3 ris.
Le risque majeur, c'est ce qui a failli leur arriver, se mettre en travers de la mer et que le bateau ne se redresse pas, ou que le mat casse.

03 fév. 2014

On a posté en même temps...
Oui, une moyenne de 5,4 nds avec un bateau de 6,20 m de flottaison, pas très étonnant que vous ayez été bousculés...
:lavache:

03 fév. 2014

Je viens d'aller voir ton profil, c'est sur que ça aurait été plus confortable avec ton bateau :langue2:

Mais cette transat sur le kelt, te fais une sacré expérience ... :pouce:

03 fév. 2014

Tous d’abord bravo et merci pour le retour d’expérience (rare). J’avais deux petites questions la première à quelle période avait vous fait cette traversée ? La seconde : Une autre période n’aurait pas était plus opportun ou une route différente ?
Serait-t-il possible d’avoir plus de détail sur la préparation du boat, quantité de gaz oïl embarqué, combien d’eau, Combien de nourriture, aménagement par rapport au Kelt de série, (quelques photo) …
Merci !

03 fév. 2014

On a traversé en décembre. Un gros portique en inox avec un panneau solaire comme "aménagement" spécifique, qui n'a pas ajouté en stabilité au bateau.
160 litres de gas-oil et 300 litres d'eau environ (entre l'eau potable et l'eau pour se laver).
Le bateau était un peu trop lourd !

03 fév. 2014

Oui, sur mon Biloup, le portique avec les panneaux avait aussi trop rajouté de fardage. j'avais rectifié le tir en enlevant un panneau. ça allait pour du cotier/semi hauturier ou on ne se prend jamais le vent fort pendant plusieurs jours, mais je n'aurait pas fait de grand large comme ça après une ou deux expériences sur 24h.

Les panneaux prennent le vent et mettent le bateau en travers.

ça, plus le bateau très chargé, ça explique le comportement du bateau.

Pas facile de tout concilier sur une coque de 8m ...

03 fév. 2014

Objectivité dans le propos, humilité, c'est à ça que l'on reconnait les vrais marins. Respect.

03 fév. 2014

Comment toi et ton ami avez-vous affronté la peur ?

A t-elle été un frein (résignation...) ou un moteur à la survie ( acceptation, motivation...) ?

D'un point de vue personnel, comment as-tu surmonté les périodes de forte tension, de peur, de stress ?

03 fév. 2014

Je vais te l'avouer très humblement, "Arthur Gordon", quelques larmes chacun de notre côté nous ont aidé à évacuer un peu de tension, et quelques prières probablement inutiles. Mais je pense que dans des moments aussi difficiles, tout est bon tant que ça soulage.

Sincèrement, par moment nous nous sentions totalement désemparés et sans autre solution que celle de faire à chaque instant de notre mieux.

Nous pensions à ceux qu'on aime. et qui nous attendaient. Nous avons été très soudés dans les moments les plus pénibles et avons accepté ce qui se passait et auquel nous n'étions pas préparés psychologiquement.

Nous pensions bien qu'il pourrait y avoir des moments difficiles et du danger, mais jamais autant, et si longtemps.

03 fév. 2014

das l'autre fil, il est mentionné des conditions atypiques avec des vents à 45 noeuds voire 55 , quelle épreuve ! chapeau bas

03 fév. 2014

Voilà une amitié renforcée, j'imagine ;-)
Bravo à vous deux, en tout cas, et merci pour ton humilité

03 fév. 2014

Merci pour ce récit qui offre une autre vision des transats.
Je rejoins Now pour la première partie de son intervention (la partie prépa ne m'a pas l'air d'être en cause), n'ayant moi même que très peu d'expérience.
Ton récit m'a fait penser à un fil que j'avais ouvert sur la navigation sous génois seul, également. Avez-vous essayé et si oui, quel retour, dans ces conditions?

Mais content que ça se soit bien fini, car au moins, vous avez vécu une belle expérience, et comme tu dis, pas de regrets

:pouce:

03 fév. 2014

Sous génois seul les 3 derniers jours, plus confortable, mais avec une mer beaucoup plus clémente.

03 fév. 2014

:pouce: :pouce:

Partage d'expérience enrichissant.

03 fév. 2014

Merci pour ta réponse, je précise qu'il n'y a pas de jugement (je suis bien loin de pouvoir en emettre !!!), mais plus pour m'aider à mieux apprendre de ton expérience ;-)

Vu que tu es au Cap, peut être à bientôt sur Mare Nostrum :alavotre:

03 fév. 201403 fév. 2014

Bon nombre de petits voiliers ont sillonné l'atlantique.
C'est forcément plus sportif mais cela reste envisageable.
La chance, coté météo, n'a pas été de votre coté cette fois-ci.

03 fév. 2014

Vu la lg de fllt et la vitesse moyenne de la traversée, vous lui avez tiré dessus, pas étonnant que cela soit 'sportif'. Et dire qu'au départ tu voulais faire la 'course' avec les minitrarsatleur!!
La mer se lève vite et tu décris bien le coté 'psychologique' de la chose.

03 fév. 2014

Evidemment, avoir de la chance et ne pas être la où il ne faut pas au bon moment est l'idéal.
Mais ça on ne le sait qu'après.

03 fév. 2014

Comme plus haut, je dis chapeau !
Et pour relativiser, savoir que pour les mini-tansateux, cette année, ç'a été [u]très[/u] dur...
Et probablement pour quelques voiliers de taille plus conséquente !

03 fév. 2014

Bravo, pour votre traversée et merci de ce témoignage. Je pense qu'il serait intéressant de mettre en parallèle votre expérience et celle de Takari qui vient de traverser en solo avec son Jouet 920. Il dit que ça a été costaud mais il a tout le temps maitrisé et pas de casse.

tu as des nouvelles de takari ? :-)

il es ou le jouet club? merçi :-)

merçi ,j'ai lu en tout cas il ne tarit pas d'eloge sur son jouet 920 malgré une traversée venteuse :-)

03 fév. 2014

oui il a posté sur le "Jouet Club" pour dire qu'il avait fini sa traversée et que ça avait été chaud aussi. Maintenant il doit en profiter :-p

En tout cas il avait l'air ravis du comportement du bateau...

03 fév. 2014
03 fév. 2014

Takari dit : "9 jours non stop sous tourmentin et mer défoncée,"
à la même période...
:lavache:

03 fév. 2014

Oui c'est assez bluffant. J'aime sa préparation. Simple is beautiful :heu:

03 fév. 2014

Quand on est parti de Mindelo, il y avait 2 grands voiliers juste devant nous qui partaient pour les Antilles.

Après avoir dépassé Santo Antao, on s'est retrouvé avec pétole pendant quelques miles, puis d'un coup le vent est monté et la mer s'est levée d'une manière impressionnante. Un des 2 voiliers a fait demi-tour..

03 fév. 2014

:bravo: :bravo: :bravo: :bravo:
Quelle aventure extraordinaire !

03 fév. 2014

:bravo: RESPECT !!!!

03 fév. 2014

Bonjour Kako
Bravo à vous deux, merci pour les infos durant la traversée et merci pour ce debriefing très instructif.
Je me pose une question : quid du retour du Kelt en métropole ? A moins que ton pote le laisse aux Antilles.

03 fév. 2014

Bernard, il est hors de question qu'il le ramène un jour !

03 fév. 2014

Merci Kako pour ce retour instructif, humble et honnête !:topla:

Suite à cette expérience, vas-tu apporter des améliorations, changements à ton bateau actuel auxquels tu n'auraient pas pensé sans cette traversée ?

Et, as-tu informé tes proches des difficultés que vous rencontriez durant la traversée (état de la mer, casses, moral) ou as-tu attendu l'arrivée ?

En tout cas, félicitation à vous deux, et encore merci à Zoé, pour avoir relayé les infos :-)

03 fév. 2014

Zoé sera contente que je lui relaye tes félicitations "Dagget".

Je disais à ma femme que les conditions étaient très difficiles mais sans plus. je lui ai expliqué plus tard.

Mais me femme a immédiatement compris que ça ne s'était pas bien passé, car je n'arrivais pas à en parler pendant quelques jours.

D'ailleurs, j'ai mis quelques semaines à venir vous en parler, car il m'a fallut du temps pour que les choses se remettent en place dans ma tête.

03 fév. 2014

C'est tout à ton honneur de venir le faire.
Bravo aussi à ta fille pour le suivi.
Je crois que tu es mûr pour repartir avec TON bateau bien préparé, pas surchargé avec un équipage qui aura confiance en toi !
:pouce:

03 fév. 2014

Eh bien ma femme qui voulait un bateau plus petit :cheri: :lavache:,
je vais lui faire lire ton fil comme cela elle va ére d'accord pour 'le m' de plus :heu: :-D

Vous avez eu moins de chance, coté météo, que ce couple avec enfant et leur petit Etap (22' de mémoire ).

Enfin arrivés à bon port , pas de bléssé, pas de grosse casse et une belle moyenne (comme je l'avais écris sur ton autre fil )
89% de la vitesse de carène c'est bien ,bon nombre de bateau sont plutot sur le même trajet à 70%.
Vous avez du quand même tirer sur la bête :alavotre: :alavotre:

03 fév. 2014

Mon KAKO
je suis content de te lire après tout ça...
Pour voir le meilleur je conseil à tous le monde un film qui montre tes qualités de pêcheur et l'ambiance à bord de SADHUhttp://youtu.be/7cxSoOIMCnQ
:bravo:
Didier ton ami et poteau.

03 fév. 2014

bonjour,
on ne peut pas prévoir la météo sur une transat il y a des périodes plus favorables que d'autres .
j'en ai fait 4 ,pas une pareille à l'autre , la dernière ça a été le pompon après 4 jours de calme plat ça c'est terminé a 700mn de près sérré avec le hood38 qui remonte comme une bête ,je vois mal un kelt 8m au près dans 25nds de vent avec la mer qui va avec ....
bravo pour la présence d'esprit et les qualités de marin j'ai suivi tous les jours la progression sur le forum
avec les fichiers grib je me disais que ça ne devait pas être drôle pour vous tous les jours
alain
:bravo:

03 fév. 2014

de nombreux amis qui ont transaté cette année m'ont fait part des très très forts alizés cette année !!

03 fév. 2014

On a eu droit à peu de vent et coups de vent. Pas simple de savoir quand c'était calme s'il fallait sortir de la toile, parce qu'en un rien de temps le vent montait et restait soutenu longtemps avec la mer qui va avec.

Gros bisous à mon ami Didier, qui a su dans des conditions pas possible mettre ses talents de cuisto au service de nos estomacs.

Une chose est certaine, on a bien mangé, mis à part quelques jours où on a pas eu d'autre choix que les madeleines.
:tesur:

03 fév. 2014

Ton récit m'a presque rendu malade ... :-(

Belle leçon d'humilité, mais y'avait un peu d'inconscience ou au moins d’insouciance à partir comme ça, non ? En tous cas, moi, je ne l'aurais jamais fait sur un tel bateau ...

Content que vous soyez revenus entiers ! ;-)

03 fév. 2014

bonjour,
le bilan :
quelles sont les erreurs que vous avez commises pour que ceux qui vont marcher sur vos traces ne commettent pas .
perso je pense à la présence du bimini qui à augmenté considérablement le fardage ainsi que le portique
le rapport surface de voile /surface du bimini n'est absolument pas en faveur de la raideur à la toile
mais je n'en reste pas moins admiratiof
alain :bravo:

03 fév. 201403 fév. 2014

Je pense que le bimini et le portique n'ont pas joué en faveur de la stabilité du bateau. Surtout que le portique c'est vraiment du costaud pour un 8 mètres, mais on ne pouvait pas l'enlever. Le bimini on aurait pu l'enlever, mais pas évident à démonter et à remonter. Il aurait fallut un bimini pliable facilement. Quand le soleil tapait dur, ça nous faisait un petit coin d'ombre appréciable, même si c'était seulement pour quelques heures. Mais certainement que lorsque le bateau était couché, ça ne favorisait pas son redressement.

Les voiles en ciseaux faisait beaucoup travailler le pilote, et je trouve que ça n'améliorait pas le confort, mais on n'avait pas toujours le choix.
Les 3 derniers jours, naviguer avec la seule voile d'avant était plus confortable, mais vu que la mer était plus clémente, difficile de dire si cela aurait été le cas dans la baston. Perso, j'étais plus tenté de ne conserver que le génois. Mais pas simple de se mettre face au vent pour l'affaler, et de la renvoyer en cas de nécessité.

03 fév. 2014

merci pour le récit! et félicitations, la prochaine fois ça ira mieux :-)

03 fév. 2014

Bravo aussi et merci...

03 fév. 2014

Hello,
Et ben...sacrée aventure, Kako...!
Merci pour ce récit...j'espère que ma femme ne tombera pas dessus!
Que de souvenirs, désormais...! :lavache:

03 fév. 2014

je n'y crois pas.Trop de discutions,bidon sur le site.

03 fév. 2014


Bonjour "Daniel 76"
Je suis d'accord avec toi trop de bidon mais là tu peux voir toute les étapes '...
Perso je préfère odyssée de Sâdhu l' étape 3+ la mer et 2 hommes
Sinon tu peux voir la pêche ou la cuisine...
Cordialement
Au fait c quoi ton bateau ?

03 fév. 2014

Franchement, Didier, t'as aucune raison de te justifier...

04 fév. 2014

Didier moi je penche pour un pédalo :jelaferme:

03 fév. 2014

Achète toi d'abord un bateau et ensuite tu pourras venir causer "daniel76".

Si ce fil ne te convient pas, passe ton chemin. Et respecte les gens que tu ne connais pas.

03 fév. 2014

??? Pas compris ton commentaire, Daniel ! :lavache:

J'ai suivi, comme beaucoup d'autres, le récit de cette "aventure" sur l'autre fil (Merci Zoé) et je ne vois rien de "bidon" là-dedans...

03 fév. 2014

daniel76 ... Candidat au trophée "Troll grincheux 2014"

03 fév. 2014

En fait le kelt 8 fait exactement 6,05 m de flottaison, vraiment court.

Quoiqu'il en soit, je remercie notre valeureux Sâdhu, d'avoir tenu le choc, et de nous avoir amené seins et saufs, même s'il a beaucoup souffert. Il va prendre sa retraire au soleil. Son propriétaire l'a bichonné depuis, et il va faire des navs tranquilles dans les Antilles.

03 fév. 201403 fév. 2014

Après avoir visionné votre vidéo, je comprend mieux l'instabilité que vous attribuez au Kelt 8 m.
Comment voulez vous qu'un voilier de 8 m soit stable en ayant sur l'arrière un bimini, un portique et un moteur plus un enrouleur de génois!

Retirez le bimini, le portique et l'enrouleur de génois, centrez les poids, gréez un tourmentin, remplacez le pilote de base par un bon pilote ou un régulateur d'allure et vous obtiendrez un autre voilier et une traversée sereine.

03 fév. 201403 fév. 2014

c'est exactement ce que disais au 4 eme post. la différence entre 8 et 9 mètres est considérable, ensuite, bimini, moteur HB, portique radar.
mais je garderai l'enrouleur ! on peut y fixer un TMT

:lavache:
ça a du être un enfer

03 fév. 201403 fév. 2014

Vous avez oublié le radar dans les barres de flèches.

Il est certain qu'il y a pas mal d'équipements dans les hauts qui n'étaient pas prévus à la conception du voilier.

Maintenant, un voilier de 1 mètre de plus (le jouet 920 dont on parlait sur ce fil), c'est aussi plus de 1 tonne en plus, donc plus de 50% de déplacement en plus. Ca doit changer pas mal.

03 fév. 2014

"Viking35", je ne pense pas que le pilote ST4000+ soit un mauvais pilote pour un Kelt 8.

Pour le bimini, le moteur et le portique, tu as certainement raison, sauf que le portique ne peut être enlevé (il fait parti du balcon"), pour l'enrouleur c'est à voir.

La traversée aurait probablement était moins dangereuse, mais sereine j'ai un doute ?!

03 fév. 2014

C'est soit de l'humour décalé, soit il n'est pas nécessaire de relever...

03 fév. 201403 fév. 2014

Laissez tomber, ça ne mérite même pas qu'on s'y arrête.
Pas beaucoup de contributions constructives, critiquer pour critiquer n'a aucun intérêt.
A moins qu'il n'ai juste oublié le smiley qui va bien, mais bon, j'y crois pas trop ...

03 fév. 2014

Y'en a toujours que ça dérange un fil qui ne contient que des post de bonne tenue. :doc:

03 fév. 2014

Bravo les gars.
Bravo pour la traversée, pour les vidéos et pour vos commentaires de retour.

03 fév. 2014

Pourquoi ne pas mettre ce fil en rubrique "navigation"? Il serait plus à sa place, non?

03 fév. 2014

encorebravo,kako,de cette transat et du récit que tu nous en a fait.J'ai eu un kelt 8 pendant 7 ans et je le trouvais très sécurisant,mais je suis resté en med.Comme quoi tout est relatif!Petite question:est ce que c'etait un petit (1m40) ou un grand(1m60) tirant d'eau.peut etre que c'est important pour la stabilité?jean

03 fév. 2014

Il fait 1,60 m de tirant d'eau Jean.

03 fév. 2014

d'abord félicitations pour le courage et la lucidité de ton récit, et oui ça fait bien réfléchir a la prépa et a la taille, meme si d'autres ont fait avec plus petit c'est quand tu y es que tu regrettes, quand a daniel 76... no comment ! encore bravo mec !

03 fév. 2014

merci pour ce recit
je retiendrais ce qui me parait l'"enseignement" principal:
toutes choses égales par ailleurs(bonne construction/bonne préparation/voiles,gréément,safran OK/....)un "vrai" (et raisonnable)voilier hauturier,c'est au minimum une Dizaine de mètres et tout ce qui résulte de cette longueur(habitabilité/acceptation d'une certaine charge/franc bord/poids/.......)
"pour du hauturier"small is not beautiful"
évidemment je m'attends à une voléé de contradicteurs
"et les travérséés des mini transat"!
"et les tours du monde sur des 6/8m" voire plus petits
"et les traverséés en cata de sport"

03 fév. 2014

pour ma part je pense que question grosse mer vous avez été servi

qu'en plus apparemment vous avez fait une traversée à 5,3nds, c'est très rapide pour sadhu, et ça engendre une tenue de route plus difficile

avec la grosse mer cela fait deux facteurs dures à résoudre

fallait-il naviguer qu'avec des voiles d'avant???j'en sais rien!

vu le design du bateau il est assez rond, donc rouleur donc inconfortable au portant, troisième facteur qui avec trop de vitesse, et la grosse mer à entrainer quelques casses qui auraient pu peut être être évité par l'anticipation, facile à dire évidemment

cala a pu paraître "effroyable", mais c'est comme ça en mer (quand on en chie) welcome et bravo!

03 fév. 2014

Pour résumer, sur un petit voilier (en plus d'une préparation sans faille): Pas de portique, ni de moteur d'annexe, ni de bimini, une charge minimale. Et peut-être n'utiliser que la voile d'avant. Ainsi on doit optimiser la sécurité et le confort.

On peut tout tenter avec n'importe quoi, mais il faut alors compter sur la chance, et une mer clémente.

Pour rien au monde, je ne retenterai une telle aventure dans de telles conditions, et je sais que mon ami Didier pense idem.

On en est revenus très humbles. Souvent j'ai pensé à certains bateaux qui ne sont jamais revenus (dont un dont on a beaucoup parlé ici), et spirituellement je m'en suis senti très proche dans les moments où j'ai eu trop peur.

Je remercie la mer, si belle et si cruelle, de me donner la chance de pouvoir encore en profiter. Une chose est certaine, je ne la regarde plus de la même manière.

J'aime la lune qui tant de nuits m'a rassuré, repoussant de sa lumière cette obscurité où se tapissait le danger.

Et quand je regarde les étoiles, j'aime à penser qu'une était la mienne. Mais ne sachant laquelle, je les remercie toutes.

03 fév. 2014

Joliment dit ! En plus, tu nous reviens "poète" ? ;-)

03 fév. 2014

:pouce: :pouce: :pouce: :pouce: :pouce:

03 fév. 2014

:pouce: :bravo:

13 avr. 2015

Et même les grosses unités réputées peuvent flancher en haute mer, c'est bien ce qui est arrivé au voilier TAO
www.voilesetvoiliers.com[...]ntique/

Alors que conclure ?

03 fév. 201403 fév. 2014

Je n'ambitionne pas de faire une transat avec mon Kelt 8,50 mais j'ai été surpris de lire sur le comportement du Kelt 8,0.
Je ne reconnaissais pas mon bateau.

Par curiosité, j'ai comparé les fiches techniques des Kelt 8,0 et 8,50.

Pour une largeur à peu près équivalente, le K 8,50 a 1,5 mètre de plus à la flottaison, son lest est de 1500 kg comparativement à 900 kg pour le K8,0. La carène me semble fort différente également.

03 fév. 2014

En dehors de leur constructeur et de leur matériau, le Kelt 8m et le Kelt 8.5 n'ont rien en commun.
Leur conception est totalement différente et il est normal qu'un dériveur soit plus lesté qu'un quillard.
A la lecture du récit, moi non plus, je ne reconnaissais pas l'excellent voilier de 8 m sur lequel j'ai beaucoup navigué.

03 fév. 2014

"... il est normal qu'un dériveur soit plus lesté qu'un quillard..." Ouppss!!! Désolé, j'aurais dû écrire que le lest du K8,50 (quillard) est de 1200 kg.

Par ailleurs, je partage totalement l'avis que l'ajout d'un portique et autres ont certainement contribué à son mauvais comportement.

03 fév. 2014

Bravo a vous! pour avoir fait le même parcours il y'a un an avec un jaguar 27 de 8.15m, je sais que c'est pas tous les jours facile.. :pouce:
Dites vous qu'avec un petit bateau les souvenirs de galères et tout ce qui tourne autour sont quand même une fois arrivé inoubliables et même si le confort en pâtit .. :-p

Avec un gros bateau, certes plus de confort, le mauvais temps arrive un petit peu moins vite mais je trouve que c'est différent , tu te rapproche plus des croisières co..ta et c'est moins marrant..

Bref je ne regrette pas de ne pas avoir acheté de kelt 8 :langue2: et je peux vous assurer que vous n’êtes pas prés d'oublier votre périple (jeune?)

03 fév. 201403 fév. 2014

C'est vrai c'est pour ça que je disais que c'était pas tous les jours facile..
Pour ma part j'avais pas d’anémomètre , mais un bon trouillomètre et vu les valeurs de celui ci parfois j'en menais vraiment pas large..

J'avais pas de bimini (pour ma part je trouve qu'en nav hauturière c'est une connerie à moins que tu puisse le replier vite fait.

Ah oui pour le poids t'avais oublié la tonne en plus d'eau de gasoil et de conserves!

J'avais par contre un panneau solaire assez balaise sur un portique du genre 120 * 60 et pour être honnête ça ne pas vraiment dérangé (je m'en suis peut etre pas rendu compte non plus!) :langue2: :langue2:

03 fév. 2014

Bliss: Je doute que tu aurais été plus à l'aise avec les conditions météo qu'ils ont rencontré.
Avec ses 1.35 m de TE et un déplacement de 2540 kg, le Jaguar 27 n'aurait pas été à la fête dans la même configuration. (bimini et le reste...)

03 fév. 2014

ces deux voiliers n'ont rien a voir .
ni au niveau carène ni au niveau comportement ,j'ai navigué sur les deux le 850 c'etait le DI et le 8 le gt aux régates de novembre à hyères dans les années 80/90
avec le 8.5 on peut affronter la haute mer plus sereinement
je ne critiquerais pas je suis admiratif de la performance et surtout du sang froid des deux marins .s'il n'y avait eu que le radar comme fardage c'était encore acceptable ...
une navigation hauturière sur les acores par exemple aurait servi de test ..
alain

03 fév. 2014

Merci pour la sincérité du témoignage.
Le fardage excessif par l’ajout de superstructures et le poids dans les hauts sont dangereux pour un petit bateau que les architectes n’ont pas pensé pour cela.
Au-dessous de 10m, les portiques arrières sont à mon avis à proscrire ;
Par gros temps aux allures arrivées une navigation sous foc seul (ou sous tourmentin) devrait être privilégiée. Elle fatigue moins le gréement et le pilote qui contrôle mieux le bateau. L’idéal pour une transat par les alizés serait des trinquettes jumelles établies avec deux solides tangons.

03 fév. 2014

En ce qui me concerne j'ai quasiment pas mis la GV de la traversée, juste le génois et parfois y'avais pas grand chose (bon avec un tp 10 comme pilote tu fais pas de folie non plus..)

Mon seul regret ne pas avoir mis un régulateur d'allure, ça m'aurait permis d'envoyer un peu plus, la prochaine on ne m'y reprendra pas!

:reflechi:

03 fév. 2014

Est-ce que le Kelt est resté en Martinique?

03 fév. 2014

Oui il se repose au marin

03 fév. 2014

Le portique était pour les navs méditerranéennes, pratique pour aller de mouillage en mouillage, et l'annexe était dégonflée et rangée. Le moteur y'avait pas trop pour le mettre ailleurs que sur le balcon. Le panneau solaire était quand à lui nécessaire. Bien sur que tout ça n'optimise pas un bateau.

Ce serait peut être aux architectes de mieux penser à tout ce confort dont nous avons du mal à nous passer.

04 fév. 2014

Pas du tout écœuré, je vais re naviguer avec mon 411, mais pour l'instant j'en profite le weekend au port avec ma femme , ma fille Zoé, et mon chien. C'est bon d'être à plat et en sécurité aussi, avec tout le confort. Mais j'espère faire la Corse cet été.

04 fév. 2014

@flora
Oui j'ai sorti SÂDHU très vite pour faire le tour : vit de mulet problème de rivets cassés. pour la pièce "neuve " car changée avant la traversée . Pour la descente et le meuble cuisine frigo oui faudrait tout refaire ça grince en bougeant..le bateau est de 1979 ! .l.eau fut un problème ponctuel quand les vides vite mettaient trop de temps pour évacuer l'eau des vagues dans le coc pit évidemment on prenait le Max dans les coffres qui communiquant avec l'intérieur par le compartiment moteur.....
Pour le sondeur changement de la sonde, pour le speedo HS, fixation radar H? gréement courant H?, génois 150€ de couture GV 50€ coulisseaux cousus, en clair avec 1500€ les traces de la traversée ne forment plus que de vieilles cicatrices.
Tu sembles pouvoir m'éclairer sur le mouillage ?
Le bateau est pour le moment à l'ancre ... Si tu sais dis moi quoi... Merci
Didier

03 fév. 2014

nous trainons depuis maintenant 5 ans dans les ports de l atlantique et je suis souvent effare et inquiet de voir l equipement des bateaux de serie relookes '' grand voyage ''des portiques enormes des panneaux solaires des eoliennes des annexes sur bossoirs des biminis des gv sur enrouleur enfin tout ce qui peut rendre un bateau inconfortable a naviguer et dangereux

pogomoramora.fr

03 fév. 2014

8 mètres tout confort et traversée océanique ça fait beaucoup de critères relativement peu compatibles. votre coefficient de stabilité était gravement entamé !
vous avez été courageux et vous avez eu de la chance de passer à travers dans des conditions apocalyptiques et inattendues c'est sur.
j’espère juste que tu ne vas pas etre éoeuré et que tu vas re naviguer avec ton 411 qui est un excellent bateau !

04 fév. 2014

fais signe quand tu passes en Corse !

04 fév. 2014

@Sâdhu
Bonjour, je suppose que tu prévoies une inspection générale approfondie ?
Il semble que la structure ait un peu bougé ? La descente ? La fixation du vit de mulet ?
Vous ne parlez pas d'entrée d'eau ?
Comme tu le sais probablement en vivant là-bas, ça peut remuer sérieux dans les canaux des Antilles, même si ça n'a rien à voir avec ce que tu as vécu dans cette traversée... Je ne parle pas de la saison cyclonique, c'est un autre sujet !

16 fév. 2014

Désolée, j'avais zappé ce post... Je ne comprends pas ta question !
J'ai fait de longs séjours à la Martinique en bateau, que veux-tu savoir ?

03 fév. 2014

Merci pour le récit et pour les réponses aux commentaires...
j'avais suivi le fil de préparation, celui du départ et la progression mise par Zoé. Je n'imaginai pas ça comme ça, ou du moins pas à ce point.
Une question sur le rythme des quarts et la gestion du sommeil... comment ça c'est passé à 2 ?

Bon retour sur terre.

03 fév. 2014

Pour les quarts, c'était rarement la journée. On faisait en principe 2 quarts chacun par nuit. J'ai toujours fais le 1er quart de garde et Didier le suivant, puis à nouveau moi. Et quand Didier se levait, on buvait le café ensemble avant que j'aille me reposer. La 1ère semaine de la Transat pas de café car c'était ingérable.

Les quarts pouvaient durer 2 heures comme 5, pas de règle. C'était selon la fatigue de chacun. Mais plus du repos que du sommeil durant la 1ère semaine qui était bien trop agitée.

Plus d'une fois, il a fallut que l'un ou l'autre abrège son quart pour prêter la main à l'autre. Les nuits les plus dures, celui qui dormait ne quittait ni combinaison ni bottes afin de pouvoir être sur le pont immédiatement.

La fatigue était grande après quelques jours. Durant mes veilles, j'enroulais ma longe autour d'un taquet qui se trouvait juste dans mon dos afin de rester assis quand je piquais du nez. Mais une vague, ou un grain, ou un départ au lofe, me sortais vite du sommeil qui m'envahissait.

Par 2 fois ce sont des poissons volants qui m'ont fait émerger. Un que j'ai reçu dans le dos, et l'autre qui s'est éclaté derrière ma tête. Grosse frayeur ne comprenant pas ce qui se passait, dans l'état comateux dans lequel je me trouvais. En plus ça vole vite ces bestioles, et quand ça te prend dans la tronche ça ne fait pas de bien.

03 fév. 2014

merci kako de nous revenir avec tant de simplicité et d humilité , une leçon pour beaucoup , dont je suis.
longue route pour la suite

03 fév. 2014

Je viens de voir la vidéo "la pêche..." Alors là, chapeau ! Tu es le grand maitre de la pêche à la coryphène ! Quel morceau !

03 fév. 2014

salutatous
les gars (et les filles) arrêtez de dire que c'est la taille du bateau, le bimini, le moteur, les voiles en ciseau ou pas, l'âge du capitaine etc etc qui est en cause (du moins cela ne l'est qu'à la marge); tout voilier va un jour rencontrer des conditions de mer et de vent pour lesquelles les conditions de navigation vont devenir vite insupportables; si vous n'avez jamais rencontré des conditions insupportables en côtier, c'est que vous n'avez pas vraiment navigué ou seulement quand il fait beau ... l'avantage du côtier, c'est que, au pire, ça dure une journée;
quand tu fais du hauturier, ça peut durer une semaine voire plus;
pour ma part, je n'ai JAMAIS lu de VRAI récit de voyage hauturier dans lesquels le bateau, à moment donné, n'en a pas pris plein la gueule;
en tout cas merci à kako et son copain de rétablir la vérité sur ce qu'est un voyage à la voile; et surtout bravo à eux pour avoir résister et résister et résister et encore résister pour s'en sortir;
cordialités maritimes
larent le hareng

03 fév. 201403 fév. 2014

Salutatoi larent.
Ça va ?

Une vingtaine de posts plus haut, c'est kako lui même qui liste tout ce qu'il enlèvera dans les hauts pour sa prochaine.
Je trouve plutôt bien qu'il tire de telles conclusions à l'issue de son expérience.
Je trouve tout aussi bien qu'il en fasse état auprès des autres navigateurs et les encourage à eux aussi élaguer au dessus du pont.
Épurer les hauts, c'est préparer le bateau à affronter plus dur.

Perso, dans les hauts, j'enlève TOUT en dessous de 15 mètres de coque.
Je ne conserve que le gréement.

Ceci dit.
C'est un exploit.
Un petit, mais un exploit tout de même.

03 fév. 2014

Je crois qu'on aurait pu améliorer la situation avec moins de ci et moins de ça , avec les voiles plutôt comme ci que comme ça...mais qu'on aurait quand même dérouillé !

Mais quand même convaincu que tout optimisé, le danger aurait était un peu moins grand. Ni l'un ni l'autre n'avions une telle expérience. Didier énormément de milles, moins beaucoup moins. On le ferait différemment après cette expérience. Mais jamais plus sur un 8 mètres, j'ai trouvé que ça se rapproche trop de l'euromillions pour "gagner".

03 fév. 201403 fév. 2014

@ kako : oui, vous auriez quand même dérouillé;
envisager de faire du hauturier sans avoir fait un stage "sécurité" digne de ce nom ne me semble pas raisonnable (et je ne parle pas de vous mais de manière générale); et un vrai stage sécu qui dure une semaine complète pour tout voir (pas un stage de 5 minutes ou tu apprends à lancer une fusée et ouvrir un bib)

03 fév. 2014

A moins que j'aie mal lu, il me semble que Kako parle de vent 20 à 25 nds, ce qui est un alizé musclé mais pas exceptionnel.

03 fév. 2014

Je n'en doute pas. Je ne fais que rappeler ce que tu as déjà écrit. Tu n'avais pas encore parlé de vent plus fort. Vous aviez un anémo ou c'est une estimation ? :-)

03 fév. 2014

C'est le vécu antérieur, l'expérience, qui affine la perception et relativise la notion de mauvais temps. La première fois, on a tendance à augmenter la force du vent et la hauteur de la mer. La deuxième, on se dit, ça je l'ai déjà vécu et ça impressionne moins, etc... Et bien sûr la taille du bateau a une grosse importance. J'ai toujours eu entière confiance dans les bateaux sur lesquels j'étais. Je n'ai jamais eu d'anémo.
J'ai connu 4 fois du gros mauvais temps, au large, toujours sur des bateaux bien plus grands et lourds qu'un Kelt 8m. Paradoxalement, ce n'est pas quand j'ai eu le plus fort que j'ai eu le plus peur... L'aspect psychologique joue un rôle aussi.
Ma plus belle trouille, qui a duré 24h, c'était à l'approche du 40°S dans le Pacifique, alors que ça soufflait "seulement" un bon 6, avec une houle très haute, pas dangereuse, bien ronde. Le baro descendait et on était encore à 100 milles de l'arrivée. J'angoissais à l'approche de ce qui pouvait arriver.
Et puis je l'ai vécu et surmonté.

Pour reprendre tes mots, ce qui n'est "pas du tout raisonnable" sur un petit bateau, ça arrive vite ! :jelaferme:

04 fév. 2014

Bonjour,
Les bateaux sur lesquels j'ai navigué au large faisaient entre 10 et 12m...
Sans bimini, arceau, etc... un cockpit profond et une bonne couchette de mer.
C'est avec l'Endurance 35 (sans GSE) que j'ai connu le pire mauvais temps.
Je n'ai jamais pensé ma dernière heure arrivée.
C'est pas tant la taille du bateau qui compte pour moi, mais sa conception, sa solidité, son déplacement (pas trop léger).
Je ne serais pas tranquille sur un cata, dans les conditions de mer et de vent les pires que j'ai connu... je constate sur le forum et ailleurs que je ne suis pas la seule !
Autre sujet, mais pas si éloigné : est-ce qu'aujourd'hui on ne part pas sur des bateaux disons "limites" parce qu'on a la possibilité d'appeler au secours facilement ? Ce qui d'ailleurs est un leurre... mais ça rassure !

04 fév. 201404 fév. 2014

C'est peut-être aussi la compétition, la voile-spectacle qui influence...
La mini-transat, entre autres.
Quand tu traverses à 5 nds de moyenne, sur un bateau aux mouvements doux, tu peux vivre tranquillement, tu pêches, tu cuisines, tu lis, tu dors, etc... peu importe si ça dure un, deux ou huit jours de plus !
A 8 ou 10 nds, le bruit et les mouvements brusques sont tels que tu ne peux rien faire d'autre que guêter l'accalmie ou la survente !
C'est un autre monde et ce n'est pas celui que j'aime.
:heu:

tres juste :pouce:

03 fév. 2014

Marie Noëlle, y'a des jours on a eu bien plus de 25 nds.

03 fév. 201403 fév. 2014

@ Flora :) : un 6B bien établit depuis longtemps ça veut dire 30/35 nds dans les rafales et elles peuvent durer un temps certain;
mais, et tu le sais aussi bien que moi, ce n'est pas le vent qui est le plus dangereux, c'est l'état de la mer;
2 ou 3 trains de houle croisés comme on les rencontre en hauturier, plus la mer du vent, et les conditions d'un alizé musclé virent très vite au pas du tout raisonnable;

04 fév. 2014

@ Flora :) : parfaitement d'accord avec toi, mais cela veut dire que, à moins de 15m, point de salut possible ?

04 fév. 2014

@ Flora :) : parfaitement d'accord avec toi; de plus, l'équipage atteint bien plus vite ses limites que le bateau atteint les siennes et je pense que les candidats à la transat n'ont souvent pas conscience de cela par manque d'expérience (d'ailleurs la grande majorité des candidats parle d'une transat europe/antilles et très très peu parle du retour);
je pense que la littérature a instillé, par un excès de romantisme, que la transat allé est une ballade de santé; cette expérience vient remettre les choses en place et c'est très bien

04 fév. 2014

est-ce qu'aujourd'hui on ne part pas sur des bateaux disons "limites" ??

Oui. La plaisance c'est démocratisée. Donc il y a beaucoup plus de gens avec des moyens plus limités qu'avant.

Il n'y a AUCUN problème technique à concevoir et construire aujourd'hui un bateau de 10m50 et 10 tonnes. Mais il faut avoir conscience qu'il sera au prix d'un bateau de 10 tonnes, au même prix que les bateaux de 13 mètres actuels.

03 fév. 201403 fév. 2014

chapeau pour votre traversèe . :pouce:

03 fév. 2014

Peut-être que je n'ai pas bien suivi ....

Si j'ai bien compris, vous avez eu de mauvaise conditions la première semaine. Quoi au juste comme conditions? Force 8, 9, 10 ou quoi?

03 fév. 2014

45 55 nds

03 fév. 2014

Chapeau bas , même très bas à tout les deux mais aussi au bateau car il semble qu'il ait affronté une mer bien plus grosse que ce à quoi il est prévu et bien qu'il soit possible que certains poids étaient mal placés il vous a amené à bon port , ce qui me laisse à penser que vous étiez quand même bien préparés tout les trois , bravo !

03 fév. 2014

Numawan, sur un bateau de 8 ml bien chargé, avec des trucs qui remontent encore le cg (centre de gravité), style (radar, enrouleur portique avec panneau solaire), plus augmentation du fardage( radar, bimini, gse, re-portique), vu la moyenne, le F8/10 est plus vite atteint, tt au moins dan le comportement du bateau et dans la tête de l'équipage (surtout pour une 1 èr transat).
@Kako, c'est toi qui avait embarqué un désal? tu l'as essayé ? Le spi ? Combien d'h moteur ? Combien des 250 mn d'isat consommé ?

03 fév. 2014

Merci pour ton récit et pour les enseignements que l'ont peu en tirer (je suis un adepte des petits bateaux)
La bôme c'est à quel niveau qu'elle à rendu l'âme (vit de mulet !), dans une manœuvre particulière ?
A la louche, tu estime l'ensemble du poids supplémentaire embarqué à combien (vivres, outils, etc.) ? L'enfoncement de la carène une fois chargé était de combien ?
Bon, sacrée expérience quand même :-)

03 fév. 2014

Merci pour les vidéos , un peu plus je vomissais mon 4 heures !!
Quel matériel utilisé pour les prises de vue (apparemment un gggrrand angle)
Et ton dessal ?

03 fév. 2014

les mer de l'arrières sont les plus dures, les plus casse-gueule, il ne faut pas l'oublier. un petit bateau au prés, on lofe, on monte à la vague, ça faseye un peu, on est prés de la cape ou on y vient, cela passe, l'étrave reste quand même une bonne protection. au portant, rien n'est pareil... les arrières norvégiens, une étrave arrière, cela avait un sens avec des bateau relativement lent au portant. il suffit de regarder en dériveur en régate dans le brise : combien de dessalage au prés, combien au portant. barrer au planning c'est excitant, mais après une demi heure, à jouer de la barre et de l'écoute on est épuisé, au prés cela n'est pas de tout repos, mais les risques sont moindre, la vitesse aussi, ceci expliquant cela.

03 fév. 2014

Merci, bravo et respect ! :pouce: :alavotre: :bravo:

J'espère ne pas t'embêter avec une question déjà posée (je crois avoir tout lu, mais on sait jamais)

Ton pilote auto a l'air assez musclé, combien de batteries avais-tu ? Aurais-tu tenu la traversée sans le groupe que tu mentionnes ?

J'ai un 8m aussi, mais je ne n'oserai jamais tenter la traversée. En revanche, la sécurité m'intéresse au plus haut point. Du coup je me dis que pour 2 ou 300 milles, ta configuration devrait permettre de ne pas avoir de gros souci électrique. Est-ce le cas ?

La question peut te paraître bête, mais voir les feux s'éteindre en plein milieu de nulle part, et le pilote déclarer forfait, ça me fout une trouille verte...

03 fév. 2014

avec mes camarades nous sommes partis le même jour que Kako. compte tenu de la différence de taille (Lagoon 400) nous sommes arrivés à PàP 8 jours avant lui. la météo rencontrée : canaries/Mindelo quasiment au moteur. première moitié de l'atlantique : vents variables en force et en direction. dernière semaine entre 30 et 50 noeuds (apparents) grand largue avec des grains pendant 3/4 jours sans discontinuer. c'est vrai que la perception du temps est bien différente selon la taille du bateau. jamais nous ne sommes sentis en difficulté. la seul chose qui me gène (beaucoup) sur un cata c'est la certitude que si on cabane çà sera aussi stable à l'envers qu'à l'endroit, et c'est vrai qu'au milieu de nulle part on ne voit pas bien qui pourrait passer nous faire coucou (pas un bateau vu en 3 semaines). de ce point de vue j'aurais preferé être sur un mono. je n'ai pas honte de dire que parfois quand je voyais l'anémo partir en 10 mn de 25 à 50 nds je n'étais pas trop rassuré. j'avais un peu tendance à être Monsieur on en prend un autre ? alors que mes camarades (qui n'en étaient pas à leur coup d'essai) étaient du genre on largue çà avance pas.....

d'après ce qu'on m'en a dit, cette année les alizés étaient faibles et très sud, mais quand ils sont arrivés ils buffaient plus que d'ordinaire !

en tout cas belle expérience à recommander

04 fév. 2014

@ jcl : pour compléter, un cata, c'est beaucoup plus stable à l'envers qu'à l'endroit !

04 fév. 2014

Euh de quel type ?
Louisiane , Catana Edel ?

04 fév. 2014

Qui connait un cata de ce type qui ait chaviré? J'ouvre un nouveau fil sur ce sujet.

04 fév. 2014

Certains feux à ...pétrole sont efficaces :-p :jelaferme: :acheval:

03 fév. 2014

Bravo pour ce récit et toute l'émotion qui est encore palpable.
Chacun en tirera les enseignements qu'il veut mais, comme a dit quelqu'un, l'expérience est une lumière qui n'éclaire que le chemin parcouru...
Sur le sujet récurrent de la préparation du bateau, tout est vrai : j'ai moi-même vécu sur ma transat des avaries qui étaient prévisibles, mais aussi d'autres qui ne l'étaient pas. Et à moins d'emmener un deuxième bateau pour avoir tout en double, il y aura toujours une part d'incertitude et de risque.
Quant à la peur... chapeau pour l'avoir surmontée mais quand même si on peut éviter d'en arriver là... :lavache: :oups:

04 fév. 2014

Très beau récit plein d'humilité. Respect et chapeau bas à tous les deux pour ce partage. :pouce:

04 fév. 2014

Bravo et merci pour ce rapport qui remet les pendules à l'heure.
Nous avons fait la même traversée mais plus tôt et je pense avoir eu raison car avec des bateaux modestes (mon Endurance 35 ne fait que 8 mètres 50 à la flottaison) il vaut mieux partir début novembre si il n'y a pas de cyclone menaçant qu'en décembre. ne pas écouter les "experts" à bord d'unités de 45 pieds qui vous disent que l'alizé "n'est pas établi".
Certes, nous avons quelque peu manqué de vent et mis plus de temps: 21 jours, soit à peu près 4 noeuds de moyenne, toujours sous voile d'avant seule (spi, génois trinquette selon). Et alors ? Zéro casse, beaucoup de sérénité et de lecture tranquille.
C'est une autre façon de naviguer, loin des standards actuels, celle des déplacements lourds qui ne surfent pas mais tracent un long et lent sillon...
Encore bravo à vous.

04 fév. 2014

je me souviens d'une traversée camaret/Scilly à bord de sereine des glénans, vieux côtre bermudien de 1952, 12m/12T de lest, quille longue, bateau parfaitement taillé pour le hauturier; on ne peut pas parler d'un bateau volage;
la traversée s'est faite avec 2 houles croisées pourries et, en fait peu de vent (20/25 nds), et bien les conditions étaient vraiment dures; à la barre, je pense que mes bras ont dû s'allonger de quelques centimètres ...;
donc pas de bataille, à mon avis, entre bateaux modernes et bateaux anciens

04 fév. 2014

La Seriene ce serait plutôt 12 t de déplacement et 5t3 de lest
12,50 m de longueur et 3,40m au maitre bau avec ...2,10 m de tirant d'eau et 73m2 de voiles
D/L ...3,73

04 fév. 2014

@ longcours : oups tu as raison, j'ai écrit trop vite, 12T de lest, ... c'est un peu lourd, c'est effectivement 12T de déplacement

04 fév. 2014

Oups architecte Dervin

04 fév. 2014

La lecture de cette traversée et de celle de JCL ci dessus correspond à celle d'autres voiliers qui ont fait l'ARC cette année. Ainsi un kelt 13,5 m a rencontré des vents de 60 noeuds à la latitude la plus basse de son voyage et cela durant plusieurs jours avec, au portant, déferlantes dans le cockpit et pour finir casse des drosses du safran. Aucune pilot chart n'indiquent cette force de vent à cette latitude en décembre. J'en viens à me poser la question si les changement climatiques ne sont pas occupés à modifier très sensiblement le climat et que la traversée de l'Atlantique risque de ne plus être cet l'alizé tranquille décrit de manière récurrente dans toutes la littérature de plaisance de ces 50 dernières années. Cette hypothèse m'inquiète. Qu'en pensez vous?

un kelt 13.50 ?????

04 fév. 2014

Kirié feeling 13,50 amha !

04 fév. 2014

Kirié ?

04 fév. 2014

Il a peut être voulu parlé du Kelt 39 ;-)

04 fév. 2014

C'est possible.
Tant mieux si ça incite à toujours se préparer au pire !

04 fév. 2014

Oui mais après ta femme te traite de "parano" , j'ai beau lui répéter la phrase d'un célèbre "tycon" : "seul les paranos survivent" en espérant (pour une fois :oups: :tesur:) avoir le dernier mot....mais :heu: :non:

04 fév. 2014

"le pire n'est jamais décevant", c'est un personnage d'un film de Lelouch qui dit ça, je crois, et, en mer, on devrait toujours se préparer avec cet idée en tête

04 fév. 201404 fév. 2014

@Piebou, je pense que ta remarque sur le changement climatique et la navigation hauturière (et cotière) mériterait un fil à elle toute seule.

04 fév. 2014

Que tu as entièrement raison. En med, le temps change également.

oui les temps changent :il y a de plus en plus de yachts de plus de 40 m :-D

04 fév. 2014

Bonjour,j'ai vendu mon bateau,fin juillet c'était un dufour 24.Je continu de voir h&h pour le cas ou je pourrais aider.

04 fév. 2014

Oui, kirié 13.5, pour la précision. Le type précis du voilier ne change cependant rien, à la question sur la météo rencontrée et à la question de savoir si c'est un phénomène conjoncturel ou plus structurel. Si cela devait être structurel, on pourrait bientôt considérer que traverser avec un petit voilier est plus que fortement déconseillé.

04 fév. 2014

en fait le monde devient plus violent et moins accueillant, l’océan aussi.
Je viens de relire les 2 Le Toumelin et Slocum, les alizés c’était pas cela et gerbault aurait eu du mal.
Un copain les a fait il y a une dizaine d'années en oceanis 320, c’était une année musclée avec du 7 plusieurs fois mais pas ce que kako raconte si bien et qui est multi confirmé, 55 à 60 noeuds
:lavache: :lavache: :lavache:

04 fév. 2014

Oui et non.

La première catégorie uniquement au delà de 10m de long, ça ne date pas d'aujourd'hui. Sans oublier que les bateaux moyens de cette époque étaient plus lourds que ceux d'aujourd'hui.

04 fév. 2014

Faire des liens de causalité entre météo et climat est peut-être un peu hasardeux...
Même si la météo de cette année est un peu bizarre, pas qu'au niveau des alizés, ce sont des situations déjà répertoriées dans le passé.
Quand a savoir le pourquoi, les mécanisme en cause sont tellement complexes...
Cycle centenaire, influence del Niño ou de la Niña sur la circulation générale, fluctuation du Gulf stream ou des jets streams...

04 fév. 2014

Pour tenter de répondre à tous.

Une fois le spi entre Las Palmas et Mindelo.
Bonne préparation avec outillage pléthorique, de la riveteuse, en passant par la pince pour couper les haubans, pinces diverses, une multitude de colliers inox, vis, écrous, bref de quoi démarrer une belle carrière d'artisan.

Le dessal n'a servi qu'entre les Baléares et les Canaries (je n'y étais pas). Beaucoup de lavages à l'eau de mer pour économiser l'eau douce, et rinçage à l'eau douce.
Les heures moteur durant la traversée n'étaient que pour recharger les batteries.
Même pas 100 unités utilisées avec l'Isatphone, entre les SMS et quelques appels voix.
Baume cassée au niveau du vit de mulet sur un empannage.
Pour le surpoids difficile de l'estimer, mais Sâdhu faisait la gueule au départ de Las Palmas, et sa proue plongée "joyeusement" dans l'eau.
Pour la vidéo, GoPro.

Malgré le panneau solaire, la nuit il fallait mettre le moteur au moins 3/4 d'heure car le pilote travaillait tellement que ça vidait les batteries.
Voir disparaître les lumières de la côte, et savoir qu'on ne verra plus personne avant quelques semaines, c'est à la fois excitant et un peu angoissant.
J'avais l'expérience du large, mais seulement 3 jours sans voir la terre. Du très gros temps (Gascogne), mais durant une journée.

Barrer avec une barre franche dans une très forte houle, avec des vagues qui te prennent par le cul et sur le travers, tu le fais pas longtemps. mais bien obligé pendant que Didier réparait le pilote (2 fois cassés).
La 1ère semaine a été extrême et sans répit, mais quasiment jusqu'à l'arrivée au Marin, on a eu très peu de répit. Des jours quelques heures tranquilles, et 3 à 4 jours sans difficultés, mais toujours avec des trains de vagues qui nous bousculaient violemment par moment. C'était pénible, et avec Didier on priait pour avoir pétole et pouvoir se reposer physiquement et moralement.

L'angoisse était différente entre le jour et la nuit. Le jour on avait peur parce qu'on voyait des vagues énormes venir à l'assaut de notre petite embarcation, mais quand ça se calmait un peu, on pouvait souffler. Et la nuit, on avait peur parce qu'on ne voyait pas arriver celles qui allaient nous mettre en danger.

Je l'avoue sans honte, j'ai connu les plus grandes peurs de ma vie, et ferais tout à l'avenir pour ne pas me retrouver dans une telle situation, où on ne maîtrise plus rien, où on se sent impuissant, où on se jette à 2 sur un bord en espérant que que le bateau ne chavirera pas, où nos yeux balayent tous les organes essentiels pour voir si rien n'a cassé, où le moindre bruit inhabituel fait accélérer le rythme cardiaque.

Mais curieusement, on a jamais paniqué. Parfois on se parlait pour se rassurer mutuellement, pour savoir si l'autre n'allait pas flancher, pour se dire: On se battra comme des chiens enragés, mais on ne lâchera rien! Et ce sont toutes nos petites victoires journalières, qui nous ont aidé à croire qu'on pouvait se sortir de cette panade.

04 fév. 2014

tu écris tellement bien que c'est le moment de reprendre tes contributions et de faire un article, ça sera utile à d'autres et ça rappelle les fondamentaux

04 fév. 2014

Oui, un (long) article de synthèse.

04 fév. 2014

Chapeau et profite bien de la Terre, et merci pour le débreafing, très instructif.

04 fév. 201404 fév. 2014

Bravo pour votre transat et surtout merci pour le retour d'info...çà fait réfléchir....moi qui commençait a penser à la lecture de fils ici ou ailleurs et surtout à la vue de videos, qu'une transat, c'était "cool" et que la question de la taille du bateau n'intervenait que pour la dimension confort...

Juste une petite remarque : sentiment d'un grand décalage entre ce que tu relates et ce qu'un "pékin" moyen comme moi tire de la vidéo.: je vois la video et je me dis : transat, pas de problèmes sur un voilier de 8m, même chargé etc ..

donc grand risque d'induire en erreur un "apprenti-transateur"...

alors si vous pouviez mettre un commentaire de quelques lignes sur cette video, en guise d'avertissement (?), çà serait peut-être bien....tout le monde ne lis pas Hisse et Ho

04 fév. 2014

Ce serait plus un récit sur 'gérer sa peur et ses angoisses' ?

04 fév. 2014

Une conclusion technique : vive le régulateur d'allure !

04 fév. 2014

ou quatre barreurs ...
:acheval: :acheval: :acheval:

04 fév. 2014

Ou une dameuse pour aplatir la mer... :mdr:

04 fév. 2014

un grand MERCI ...
Pour nous avoir fait partager la réalité d'une transat avec un voilier de 8 mètres; une nav' pleine de joies et peines...
Les "vraies" expériences vécues sont régulièrement passionnantes sur HeO.
OUI, un article, pourquoi pas un livre, serait le très bienvenue

04 fév. 2014

Je vais rédiger un article qui décrive au mieux tout ce que nous avons vécu, en y associant les côtés psychologiques. Je crois que ça va m'aider à exorciser quelques démons qui traînent encore dans un recoin de ma tête. Mais déjà, ça fait du bien d'en parler ici.

04 fév. 2014

en 2004 nous avons étés surpris entre madére et graciosa par une tempéte tropicale de sud est non prévue par le fax météo , après 7 h à la cape et retour en fuite sur funchal ou 4 batos avaient coulés dans le port et la patinoire sur la plage avait disparu , je suis resté choqué et pourtant je n'ai jamais eu peur ,ma seule crainte c'était que quelque chose casse. ça fait 10 ans
et quelque fois en mer j'y repense ..et c'était sur le hood pas un kelt 8m
alain

04 fév. 2014

ce fil devient une vraie kako phonie
alain

04 fév. 2014

Il devait en être ainsi…

04 fév. 2014

Lorenzo, je pense que tu te trompes de sujet, c'est plus une question de stabilité que de pilotage.

04 fév. 2014

Je répète que le Kelt 8 m a une bonne stabilité de route, surtout chargé comme il était. Mais un pilote même bon, dans des conditions de mer formée, il fait ce qu'il peut, mais ne remplace pas un bon barreur... Le régulateur lui, peut le faire...

04 fév. 2014

D'après ce que j'ai vécu avec un Atoms sur des bateaux différents, quand ça piaule au portant, le bateau fait de larges S sur sa route, ça doit rallonger un peu, mais on s'en fout, du moment qu'on est pas à se faire rincer dans le cockpit, on se contente de veiller dans la descente et jeter un oeil sur 360° régulièrement. Un régulateur (l'Atoms en tout cas) a beaucoup plus de force beaucoup plus longtemps que n'importe quel excellent barreur. Et il consomme 0 (quelque carburant que ce soit...)
Au près jusqu'au travers, le bateau trace sa route bien droit, à condition bien entendu qu'il soit bien équilibré sous voiles. C'est la première des conditions, au moteur, ça marche pas du tout !
La seule et unique fois qu'il (pas moi, mon costaud de cap'tain) a fallu barrer parce que le bateau tombait en travers de la houle , c'était au large de la Colombie, vent fort contre courant fort, houle 3 à 4m très creuse, pire qu'en méditerranée. Il a pas rigolé, mais ça n'a duré que quelques heures.
:bravo:

04 fév. 201404 fév. 2014

@larent le hareng
Oui Atoms aussi

04 fév. 201404 fév. 2014

Effectivement tu n'as pas compris le principe de l'atoms. C'est une pale immergée qui par un jeu de biellette va lui faire prendre un angle sur l'axe vertical. C'est angle va faire basculer la pale par la force de l'eau d'un cote ou de l'autre et cette force là va entraîner la barre fixe ou à roue donc le safran.
Exemple navik

04 fév. 201404 fév. 2014

Effectivement je doutais de mon explication :-)
En premier oublie le fletner c'est encore autre chose.
En deuxième la pale immergée ne remplace pas le safran elle sert seulement a donné de la force aux drosses qui elles, vont diriger ta barre donc ton safran. Regarde la video à 2 minutes 50 c'est plus parlant

04 fév. 201404 fév. 2014

Oublie la gite.
L'aérien fait pivoter (lui donne un angle par rapport a l'eau) l'axe de la pale immergée dans l'axe vertical et c'est a ce moment par la force de l'eau sur la pale que cette dernière part a gauche ou a droite

04 fév. 201404 fév. 2014

Yes qui transmet la force du mouvement pendulaire de la pale immergée.

04 fév. 2014

L'ingéniosité du système c'est que au fur et à mesure de la transmission de l'information (de l'aérien jusqu'au gouvernail)
les bras de leviers sont utilisé au mieux.
Depuis le centre de poussée de l'aérien qui lorsqu'il bascule sur son axe , par un système de tringlerie donne un angle à l'immergé .
Même cette petite surface de l'immergé à (par exemple 4 nds ) cela donne une bonne poussée qui est aussi "multipliée" par le bras de levier de l'immergé divisé par la distance entre l'axe du secteur et la gorge ou se trouve le cordage qui reviens sur ta barre .
Nous avions un Atoms standard (il existait un modèle avec un plus grand secteur) sur un cotre classique (en acier) de 14,10 m au pont et ...22 T.
Avec une barre assez "lourde", mèche inclinée sur l'arrière ( comme sur les anciens bateaux , par ex Le Kurun), bien sur safran pas compensé et pas de bagues se terminant en "on".
Et bien pas de problème pour l'Atoms, même avec un aérien en cp plus petit que celui en alu .
Si j'avais à refaire de la voile et à aller un peu loin , sur un conservateur d'allure !
En plus l'Atoms tu arrive à le réparer c'est du super simple
:pouce:

04 fév. 2014

Te voilà mûr à point, Laurent, pour entamer la lecture de la bible des régulateurs d'allure.
Ici : bit.ly[...]/uT6yjn
Ou là : windpilot.com[...]fra.pdf

On y parle (un peu) de fletner.
Une façon parmi d'autres de réguler l'allure mais qui n'est pas (plus) la plus usitée.

Et quelques liens constructeurs :
www.caphorn.com[...]/
www.beau-fort.com[...]/
www.sailomat.com[...]/
www.selfsteer.com[...]/
www.windpilot.com[...]/
www.hydrovane.com[...]/fr
www.selfsteering.com[...]/
www.south-atlantic.com.ar[...]/
christian.navis.free.fr[...]te.html

Beaucoup de fils aussi sur H&O ou chez les voisins.

04 fév. 2014

Moi qui ne suis ni scientifique ni théoricienne, je ne peux que raconter ce que j'ai vécu. L'Atoms barre dans toutes les conditions ou presque (voir plus haut) un bateau sous voiles bien réglé, pas surtoilé. Une fois que le bateau est réglé sur le cap moyen que tu veux, tu mets l'aérien bout au vent (apparent, forcément !) avec les deux petits bouts ad-hoc. A remarquer qu'il ne faut pas qu'il soit gêné par quoi que ce soit. Sur le Flot 40, on avait remarqué que l'artimon déversait dessus au travers et qu'il valait donc mieux l'affaler dans ce cas-là.
Sur l'Endurance, quille longue, c'était bien plus facile à régler. Au travers, la barre franche de l'Endurance est dure quand on est bien toilé. L'Atoms avait beaucoup plus de force que moi, je l'ai constaté x fois !
Ensuite tu règles les drosses de barre pour que le bateau garde le cap, tu surveilles un moment pour affiner le réglage et basta ! Avec l'expérience, en fonction de la force du vent, tu sais qu'il faut ou pas laisser du jeu. Faut un peu de feeling... je ne sais pas l'expliquer autrement !
Bien entendu, un régulateur suit le vent. Il faut y jeter un oeil de temps en temps et modifier en fonction, en commençant par les voiles, si le vent a changé !
En méditerranée, c'est galère. Dans les coins où le vent est assez constant ou en grande traversée, c'est un bonheur !

Aussi, un régulateur, ça fait pas de bruit, par rapport à un PA qui couine et em... si tu dors à l'arrière !

Personnellement, j'aime beaucoup barrer, mais en grand voyage, c'est indispensable à mon avis un régulateur. C'est cher, c'est sûr, mais une fois installé, ça ne coûte plus rien ou presque, et c'est facilement réparable.

04 fév. 2014

@larent
Je comprends pourquoi tu comprenais pas ! Le safran n'est pas bloqué... c'est toujours lui qui travaille, par l'intermédiaire des drosses, elles-mêmes pilotées par l'ensemble aérien/fletner !
Comme avec un PA, sauf que c'est le vent qui fournit la puissance, pas l'électricité.
;-)

04 fév. 2014

Larent : Un régulateur type Navik, Atoms et quelques autres ont une grande puissance grâce à leur fletner. Il n'est pas toujours simple de trouver le bon réglage Mais, et c'est là la différence avec un barreur, il n'anticipe pas les mouvements des vagues. Sur une mer peu agitée, c'est parfait. Au près aussi même dans la brise.
Au portant avec de la mer, c'est délicat, voire impossible, si l'on ne dispose pas d'un voilier parfaitement équilibré.
C'est pourquoi, je pense que c'est mission impossible sur un voilier de 8 m avec une quille profonde. C'est là ou l'avantage des quilles longues se fait sentir...

04 fév. 201404 fév. 2014

"un régul est-il plus fort que toi pôvre barreur ?" Sur la durée , oui mais à condition de disposer d'une quille longue. Ce n'est pas la longueur du voilier qui fait la différence mais son poids et sa quille.
Ce qui sera possible à un Vancouver 27 ne le sera pas pour un Sangria.
Winibelle II a été le premier voilier à traverser de Douarnenez à New york par les alizés en solitaire avec un régulateur sommaire en 1934.
Son voilier est toujours à Granville dans la famille de Paul Marin Durand Couppel de Saint-Front plus connu sous le nom de Marin Marie...

www.google.fr[...]/imgres

04 fév. 2014

Sur l'Arielle, bateau à moteur, il avait conçu une vraie girouette.
Sur Winibelle, il s'agissait d'un système sommaire basé sur ses trinquettes jumelles.

04 fév. 2014

relire :
Si prés du Cap Horn
Rayon vert au cap Horn
La longue route
Cap Horn à la voile
Damien
Tu verras que malgré des systèmes pour le moins rudimentaire, (coutants quelques dizaines de francs, boite de conserve, tube de plombier etc) ces navigateurs n'ont quasiment jamais barrés sur des dizaines de milliers de milles (on pourrais même écrire centaines de milliers en cumulant juste ces trois bateaux).

04 fév. 2014

Il s'en sort même super bien. J'ai utilisé l'Atoms sur un romanée par très gros temps au portant, le genre de météo où tu restes à l’intérieur porte fermée car tu as aucune chance dans le cockpit. Tu as juste une petite pensée pour les drosses car si un d'elles cassent tu es vraiment mal barré.

04 fév. 2014

Oui et je rajouterai qu'en fait c'est de la magie et j'ai même l'impression qu'ils anticipent je suis certain que ces morceaux de ferrailles ont un cerveaux. :-)

04 fév. 2014

@ viking35 : le fletner ramène le bateau sur ça route quelque soit les conditions ?

04 fév. 201404 fév. 2014

@ Flora :) et Tupperware : je n'ai jamais utilisé de régulateur donc je suis complètement naïf sur le sujet; mais par contre, j'ai beaucoup barré dans de grosses conditions et quand je n'y arrive plus, comment un régulateur peut y arriver ? avec un fletner qui est si petit ? avec un safran bloqué dans l'axe ? (que d'ailleurs le fait de le bloquer peut le faire péter si trop de contraintes);
expliquez moi svp (ou alors je n'ai strictement rien compris au principe de fonctionnement d'un régulateur)

04 fév. 201404 fév. 2014

@ Tupperware : effectivement, je n'ai rien compris au fonctionnement de l'atoms, mais pire, je ne comprends rien à ce que tu m'expliques :-D;
l'atoms a une pelle comme toute les régulateurs (appellée fletner dans d'autres techniques j'imagine), l'aérien joue sur cette pelle comme dans tout régulateur, ok, et tu dis que l'aérien joue aussi sur la barre (franche ou à roue) ? et comment un petit aérien peut contrecarrer les mouvements d'une pelle et d'un grand safran ? :oups: :litjournal: :lavache: :jelaferme:

04 fév. 201404 fév. 2014

@ Tupperware : effectivement, la vidéo est tout à fait bien faite et je comprends mieux l'agencement entre toutes les parties de ces régulateurs (j'ai dû rester à une conception anté-diluvienne des régul car, dans mon souvenir, c'était beaucoup plus basique que ça);
mais maintenant faut que je comprenne comment ça marche et là, c'est pas gagné ...
la pelle joue sur le safran quand la gîte change, si j'ai bien observé (quand le bateau gîte plus, le système, via la pelle, tire sur la barre et fait donc loffer le bateau, ça ok);
mais il fait quoi l'aérien ?

04 fév. 2014

@ Tupperware : ah ok ! avec cette dernière explication et un retour sur la vidéo, je comprends mieux le système; ma foi d'une sacré belle et grande ingéniosité;
la différence de surface entre la pelle et le safran est compensée par le bras de levier que représente la partie en arrondie et en contreplaqué, j'imagine;

04 fév. 2014

Merci jpla tu me sauves la vie :-)

bit.ly[...]/uT6yjn
page 61

04 fév. 2014

@ Flora :) : j'ai certainement séché le cours sur les réguls ... ;-)

12 avr. 2015

bjr,
ce n'est pas le vent qui fournit la puissance ,c'est la vitesse du voilier
le vent fournit la référence de l'allure a suivre en fonction de l'orientation de l'aérien
plus il y a de vent et mieux le régulateur fonctionne
à l'inverse d'un pilote auto qui décroche rapidement
l'inconvéniant du régulateur est que si le vent change de direction le voilier change de route ,mais il existe des alarmes de changement de cap
alain

04 fév. 2014

très intéressantes toutes ces infos et c'est docs techniques, merci;
quand vous dites que c'est puissant, je veux bien mais un bateau qui se vautre par ce que ça déferle un peu (et pas besoin d'avoir force 12 pour que ça déferle) , un bon 6 bien établi et quelques rafales et une houle pourrie et tu prends des croches pieds comme qui rigole;
il fait quoi votre régul intelligent et costaud ? il s'en sort ou il perd les pédales ... car c'est bien ça l'origine de cette digression : un régul est-il plus fort que toi pôvre barreur ?

04 fév. 2014

Je crois plutôt que conservateur d'allure était sur le bateau suivant de Marin Marie son bateau à moteur l'Arielle avec lequel il a effectué la traversée NY / Le Havre
Pour Winnibelle il avait seulement mis au point un système de trinquette jumelles et de renvois .

04 fév. 2014

C'est ce que je précisais : pas de conservateur d'allure sur Winibelle
lire:
Vent dessus
Vent dedans

la partie Vent dessus parle de sa traversé avec Winibelle et la deuxième partie Vent dedans de sa traversée avec l'Arielle,.
Plusieurs photos des deux bateaux et seul l'Arielle a un conservateur d'ailleur plus ou moins décris par des croquis parmi les pages de photos de la fin du livre ( dans ma réedition Voiles Gallimard 2000).
A noter qu'il a aussi durand cette traversé utilisé un des tout premier pilote automatique "de plaisance", qui a assez bien tenu son rôle et cela en 1936

04 fév. 2014

bonjour
au portant avec de la mer
tu touches a la limite du regulateur car il lui manque un petit quelque chose:il est asservi via l'aerien a la direction du vent
mais aussi,avec un pivot(presque ) horizontal a la variation de la force du vent
pour pouvoir etre utilise dans des conditions de mer arriere,il devrait etre asservi egalement au sillage afin de pouvoir combattre les embardées provoquées par les lames

04 fév. 2014

"il n'anticipe pas les mouvements des vagues"
Mais si, faut lui parler gentiment et il finit par obéir... le bateau je veux dire !
:blabla:

04 fév. 2014

En tout cas, moi il me parle et j'écoute !
:-p

04 fév. 2014

Le régulateur, il s'en fout de la stabilité. Il bosse sans rechigner quoiqu'il arrive. Pour zéro watt.

04 fév. 2014

Le régulateur ramène le bateau sur sa route quoiqu'il arrive, mais il le ramène en combien de temps ? Car le problème est bien là, une fois que t'es travers à la vague elle te roule avec une telle force, que tu ne reprends ta route que quand celle-ci est passée.

Je ne discute pas ici de la fiabilité ni de l'économie de conso d'un régulateur.

L'idéal est un bon barreur qui anticipe à mon humble avis. Mais combien de temps le reste t'il "bon" avec une barre branche sur laquelle l'effort à fournir est quand même conséquent ? Les bras perdent rapidement en performance dans une mauvaise mer. Si à cela on ajoute la fatigue car on n'a pas le temps de se reposer correctement, ce sont les bras, la tête, et tout le corps qui perdent en performance.

Donc, ignorant en la matière, je demande si un bon régulateur t'empêche de partir travers à la vague en cas de grosse survente ? Et si une déferlante te prend par le côté, le régulateur te maintient t'il sur ta route ?

04 fév. 2014

Et les pilotes gyro ???

04 fév. 2014

ces propositions me paraissent tout à fait adaptéés....
En particulier le fait de barrer en fuite...sans laisser ce soin soit à un régulateur d'allure,soit à un pilote electrique(à moins peut etre de disposer d'un NKE ou B etG modèle "vendéé globe"dernier modèle)

.
sauf erreur(kako pourra confirmer ou infirmer)le kelt n'a pas été mené "en fuite" sous TMT seul+GV complètement affaléé/ferléé sur sa bome/bome poséé et fixéé sur le roof....en particulier,avaient ils prévu de pouvoir établir un TMT malgré la présence d'un enrouleur.
'j'ai vécu une quarantaine d'heures de fuite sur Aquila dans le golfe de Gascogne(loin au large) sousTMT seul et en barrant à 2(3/4 heures chacun,à tour de role....dur,dur(fatigue et froid car orages de grèle)mais possible et tenable...évidemment si cette situation avait pérduré 24/48 h de plus...l'épuisement n'aurait pas été loin...??
plus tard,sur ce bateau nous avons installé un Navik,trés bien,vraiment bluffant...mais jamais utilisé au portant par gros temps et la mer qui va avec.....
A titre d'anecdote
Jeean luc van de heede(VDH)lors de son dernier vendéé globe(ou e crois il avait términé 2éme?)barrait au portant dans les gros vents du grand sud 10 à 14 heures par jour(!),solution la plus sure et efficace.....SVP ne pas voir dans ces propos quelque critique de Kako et son équipier.....ils sont bien arrivés de l'autre coté!
mais je le redis,pour moi,un "vrai" et raisonnable voilier hauturier doit tourner autour de 10 m.....minimum

04 fév. 2014

Oui mais la désidratation les aurait guettés ils auraient été obliger déboire beaucoup plus :alavotre: :alavotre:

Et comme ils semblent allergique à l'eau le poids des canettes embarqueés aurait par trop ralentis le Kelt :jelaferme: :acheval:

04 fév. 201404 fév. 2014

Je n'ai pas l'expérience du pilote, ni de régulateur d'allure ( Navik) au delà de 30 nds et avec un voilier de moins de 10 m.

Mais j'ai du mal à imaginer que l'un ou l'autre puissent CORRECTEMENT barrer un voilier de 8 m avec 45/55 nds de vent!

Je n'ai jamais eu plus de 45 nds sur un Kelt 8m et encore, passagèrement et il ne me serait pas venu à l'idée de confier la barre à un pilote...

Dans ces conditions, sur ce type de voilier, il y a 3 solutions:
1 Barrer en attendant que cela passe avec un équipage au rappel.
2 Barrer en fuite si l'on dispose de plusieurs bons barreurs.
3 Tenter de prendre la cape courante sous tourmentin et 3 ris
4 Prendre la cape sèche.
Avec plus de 50 noeuds:
1 pour quelques heures, la fuite sous tourmentin ou à sec de toile, avec des traînards, si la mer est grosse.
2 Prendre la cape sèche.

A noter qu'à 50 nds même un génois enroulé donne trop de fardage...

04 fév. 2014

Nous avons un pilote Navicontrol, et c'est vrai qu'au portant, lorsque la mer se forme, au moment ou le bateau donne l'impression de vouloir "lever la patte"( peut étre pour éviter cela que les Anglais ont décidés de dire "elle" , :reflechi: :tesur:) le pilote avait tendance à confondre le mouvement avec un changement de cap .
Nous avons donc rajouter un "gyro"...mais nous n'avons pas été br...er depuis !!
Dés que cela nous arrive on vous fera par de nos impressions.

04 fév. 2014

sur le kelt un navik aurait été parfait mais il aurait fallu enlever le bimini qui l'aurait perturbé .
je pense que d'envoyer le portique et le bimini par cargo vous aurait évité bien des déboires .
alain

04 fév. 2014

Le régulateur, il bosse bien si la voilure est équilibrée.

04 fév. 2014

Oui, comme un pilote c'est la base. Bon en fait c'est la base tout court d'équilibrer son voilier.

04 fév. 2014

Dans ce que raconte Kako, ce n'est pas spécialement la trouille d'avoir le pilote en vrac qui le fait se 'répandre' ici(et si cela peu lui faire du bien, qu'il n'hésite pas). Et puis je ne parle pas de stabilité de route. Je pense que le régulateur (d'allure) est aussi sensible à la stabilité de route du bateau que de son moment d'inertie (et surtout les 2).

" qui le fait se 'répandre'"
je trouve cette expression un peu pejorative et ça me choque !

04 fév. 2014

Je n'ai pas l'impression que tu aies compris mon propos.

04 fév. 2014

je lis ce récit, je suis perplexe, mais je pense que la peur est personnelle mais transmissible, d'habitude la peur est rétroprospective, là elle est présente dans l'action.
bravo à nos marins, mais je me dis peut être ils ont eu de la chance d'être en vie. André

04 fév. 2014

Attention , quand je dis perplexe, c'est suite à toutes les avaries, du matériel, gérer ça dans du mauvais temps faut le faire. Chapeau bas

05 fév. 2014

en plus Capten tu connais les avaries ;-)

04 fév. 2014

j'ai dis ce je penses,j'esperes me tromper,mais lorsque dans l'album photos il y as des vues truquees, on as le droit de se poser des questions.Pour ceux qui savent lire tant mieux pour eux et tant pour les autres.sI LE RECIT EST VRAI ....

04 fév. 2014

C'est où qu'il y a des photos avec des vues truquées ?

04 fév. 2014

il est vrai que comme tu etait absent photos,boat echoue sur rocher un peu bizarre.Je ne vais pas tout ressortir,cela ne nous interesses pas.

si le recit es vrai! mais oui daniel tu as raison et les twinstowers c'est les aliens qui les on fait peter :-D

04 fév. 2014

et les américains ne sont jamais allé sur la lune, c'est sur !

04 fév. 2014

Heu désolés de te contredire , elles sont toujours la mais les Aliens les ont rendues invisibles :jelaferme: :acheval:

04 fév. 2014

daniel76
''Je continu de voir h&h pour le cas ou je pourrais aider.''
bein , tu devrais arrêter de voir h/h , c'est pas bon pour ce que tu as , ça te rend malade ......
Moi votre histoire me plais beaucoup , bravo !

04 fév. 2014

Moi je suis tout a fait d'accord avec Daniel,

ca se voit direct que leurs videos sont des faux grossiers :

ils ont réalisé des maquettes au 1/48eme et ont filmé le tout dans leur bagnoire, puis ont placé a posteriori leur images par transubstantiation.

Quant à la position transmises regulierement pendant leur périple c'est facile tout le monde connait le coup : une balise fixée sur le corps d'une tortue !

Le motif de cette vaste supercherie ?? Le Complot judéo comuno maconique poussé par les américains et destiné à dominer le monde.

Si ces preuves ne vous suffisent pas ben moi je comprends plus rien

04 fév. 2014

répandre = propager, faire connaître (dictionnaire.reverso.net[...]9pandre ).

04 fév. 2014

oui, mais "SE répandre", c'est "Se montrer beaucoup dans le monde dans l'intention de se faire connaître" (Larousse)

04 fév. 2014

Parfait, tu peux donc aller voir ailleurs.

04 fév. 2014

Ca ne me derange pas que kalo se fasse connaitre dans le monde (d'hisseo?), deja il etait tres connu parson ancien post, pour moi l.incident est clos

04 fév. 2014

Ben non Marennes (en 1 seul mot), comme le prouves la suite

04 fév. 2014

Un grand merci Kako pour ce compte rendu et encore félicitation pour cette nav !!
Vous parlez les uns et les autres de photos et videos, mais ou trouve t on celles-ci ?
Merci

04 fév. 2014

Un peu plus haut....

04 fév. 2014


a voir oci étape 2, étape 3 puis 2&3 pêche et enfin 2&3 cuisine...

04 fév. 2014

Je dirais bcp plus ht.

04 fév. 2014

encore plus haut, j'ai vue c'est chaud quand même

04 fév. 2014

Voilà vous savez tout, Daniel76 était de l'équipage, parti avec Kako et le proprio, c'est lui qui filme (ca c la preuve) et du coup notre héros kako avait peur en réalité du sournois daniel76, enfin la vérité sur cette odyssée...

04 fév. 2014

c'est beau le reve de reste a quai

04 fév. 2014

Et maintenant danile76/76/76 en zozotte (je jure que j'y suis pour rien, quoique).
Entre le cauchemar d'être en mer et le rêve de rester à quai, va pour ...

04 fév. 201416 juin 2020
04 fév. 2014

combien de temps allez-vous tous marché.

04 fév. 201404 fév. 2014

Bon, daniel76, tu parles ou tu te casses. Tu deviens ridicule. Dis ce que tu as à dire.
Ou tais-toi (a jamais?)

04 fév. 2014

Nous on court, c pa pareil, mais arthur y va fort.

04 fév. 2014

c'est vrai mais pas vexé.

04 fév. 2014

Bonsoir,
Ma femme et moi avons fait une Transat sur un Gib Sea 26 il y a 30 ans de cela. Voyage sur 2 ans. cela restera parmi nos plus belles années. Trajet: France, Canaries, Cap Vert, Sengal, Bresil, Guyane, Antilles et retour par les Açores. Nous n'avons connu qu'un pepin, bome cassée au large du Senegal (de ma faute)mais vite réparée grace aux amis de bateaux avec un manchon en bois en Casamance. Le pilote, un Baby Atoms a parfaitement fonctionné. J'avais bien préparé le bateau en renforcant la coque avec des "omégas", surdimensionné le gréement, voiles neuves, doublé les évacuations de cockpit, démonté et remonté tout l'accastillage, etc. Le bateau avait été préparé de A à Z. Nous avons eu des conditions musclées par moments, bateau couché une fois mais j'étais tellement sûr du bateau que nous n'avons jamais eu d'inquiétude. Et à l'époque, navigation au sextant. Pas de VHF, juste une CB BLU.
En conséquence ce voyage sur une petite unité n'a pas été du tout un cauchemard, loin de là.

04 fév. 2014

Comment comparer 2 nav sur 2 bateaux différents et avec 2 équipages non identiques? Et je pense pas que le sextant change quelques choses, faut vivre un peu avec son époque, (sauf si t'as que 400 000 euros = mais c une autre histoire).

04 fév. 2014

Faire la nav en appuyant sur un bouton et la faire par des visées au sextant, puis des calculs qui prennent un certain temps, avec une certaine incertitude, sur un petit bateau, ça n'a rien à voir...
Les bateaux sont comparables, le trajet est le même, la mer est la même, ils étaient deux à bord.
Je vois pas ce que le fric a à faire dans l'histoire !
:-( :goodbye:

05 fév. 2014

" vous savez le truc lambda, tu fais rouler un bateau,puis tu chronomètres son temps jusqu'à l'arrêt. "

Euh :reflechi:
Non ce truc lambda je ne connais pas peux tu nous éclairer ?
Ce que je connais :
- tu fais rouler le bateau et tu chronomètre le temps qu'il met pour faire Babord/Tribord/Babord et la tu obtiens la période de roulis
(par exemple pour notre fier coursier au début 2,3sec ce qui est peu et inconfortable , puis au fil du temps avec mat, panneaux portique éoliennes et ...2tonnes de bois sur le pont , ben il faut bien passer l'hiver! Presque 3 secondes )
- on peut aussi charger un coté avec X kgs à X m de l'axe et mesurer tout "bêtement avec un fil à plomb pendu sur un barrot, le plomb dans un seau ,un double décimètre posé sur les rebord du seau ,tu lis de combien le fil se déplace , tu refais la même chose de l'autre bord .
Et avec ces donnés : poids sur un bord , distance à l'axe de ce poids , déplacement du fil sur le double décimètre , longueur du fil entre le barrot et le double décimètre , avec les autre donnés concernant ton fier coursier , tu peux obtenir ce qui se rapporte à la stabilité( hauteur CG,GM etc).

Sans mesure avec juste un calcul tu peux aussi voir de combien ton CG va remonté si par exemple tu mets 100kgs de bimini panneau solaire à x m de la flottaison etc

Par contre je ne connais pas ce que tu décris.

Si intéressé je peux scanner quelques pages

04 fév. 2014

ben non la mer ne fut pas la même.
Pour le fric c'était une petite allusion à Bourgnon qui a fait le même trajet grosso modo à la même époque sur un cata/proto de sport, mais avec un sextant et pour un budget de 400 000 euros (il prévoit le tdm).
Pour info, j'ai démarré mes 'grandess navs' au sextant (1984).
Pour en revenir à notre illustre Kako, il serait interessant de comparer 2 kelt, le 'sien' et un standart et de mesurer son moment de gîte/redressement (pas sur du bon terme), vous savez le truc lambda, tu fais rouler un bateau,puis tu chronomètres son temps jusqu'à l'arrêt.
pour Daniel, revient, tribal est un carac...iel. (non je déconne).

05 fév. 2014

ho que si , la navigation au sextant ou au gps est complètment différente ,
j'ai pratiqué les deux ..
avec le sextant surtout par les alizés il y a l'incertitude ,souvent le ciel n'est pas exploitable et l'horizon pas net ,la déclinaison est de 18° au milieu mais pas toujours , ça occupe il faut tenir une estime la plus précise possible et la recaler quand on peut .
alain

04 fév. 2014

Bonsoir,
Je trouve que Viking35 est un peu catégorique avec sa théorie sur la stabilité des petits bateaux à quille profonde.
J'ai fait en 1993 un voyage au Groenland via l'Islande avec un Armagnac 8m55 avec retour direct en solo en septembre sur la Bretagne.
La flotaison du bateau était enfoncée de plus de 10cms car il était équipé pour être en autonomie quasi totale ( machine à coudre, groupe électrogène, outillage complet pour quasi toute réparation coque-gréement-moteur etc).
Je l'avais équipé d'un Navik et d'un AT60.
Durant la traversée retour, j'ai essuyé une très grosse dépression (qui avait fait énormément de dégats en Bretagne) et le régulateur barrait PARFAITEMENT le bateau. Ca à duré plus de 24 heures au portant sous 4 ris et tourmentin, je n'ai repris la barre que lorsque l'immergé du navik a cassé dans un surf. Il faut bien savoir que plus il y a de vent apparent et mieux un régulateur barre. Lorsque l'on a un bateau bien stable au portant, c'est vraiment super.
La cassa du pendulum est la seule avarie que j'ai eu durant ce voyage.
Malgré la traversée musclée de Kako, je continu à penser que certains petits bateaux bien préparé peuvent affronter des conditions très difficiles.
Gorlann

merçi chafogo et gorlann :-)

05 fév. 2014

Il y en a un peu marre du mythe du petit bateau marin.

On peut faire comme on veut, un mini 6.50 n'encaissera JAMAIS autant que peut le faire un Melody. Et un Melody n'encaissera JAMAIS autant qu'un Amel 54. Que ce ne soit pas les rêves que les gens veulent entendre, c'est fort possible. Mais c'est malheureusement la réalité.

Et je parle même pas du confort, et de la capacité de l'équipage à prendre une bonne décision quand il a subi une semaine d'enfer sans pouvoir se reposer ni manger correctement.

Maintenant, si vous voulez absolument, vous trouverez certainement des gens qui ont joué à la roulette russe avec 5 balles sur 6 dans le barillet, et qui sont encore vivants.

05 fév. 2014

j'approuve ce salutaire rappel à la réalité....
se souvenir des déclarations de peter Blake à son arrivéé en rade de brest(sur le grand cata Enza je crois)dans du trés gros temps
"j'aurais préféré etre sur un 80/100m de long(!!)et si possible en acier..."
je ne garantie pas les termes exacts...mais c'est bien le sens de sa déclaration

05 fév. 2014

Tout à fait en phase avec François.
D'ailleurs, le nombre de transat 6.5 accidentés est impressionnant et devrait poser question.
Ce fil a au moins le mérite de faire s'interroger ceux qui imaginent se rendre aux Antilles avec n'importe quel voilier.

05 fév. 2014

Tout à fait d'accord.
Cependant, la plupart des gens qui naviguent sur des petits bateaux le font pour des raisons économiques et non pour des raisons "marines". Entre un Kelt 8 et un Amel 54, y'a pas photo pour le confort ni pour le porte-monnaie.

05 fév. 2014

Roulettes française : les frères BERQUE par exemple.

04 fév. 2014

C'est vrai que cette année ça a été costaud en transat, perso avec Takarii, je m aperçois maintenant que par rapport je n ai rien casse, mais fallait être prudent, et avoir un bateau qui tienne bien le choc.

Perso, 9 jours sous tourmentin, parfois à sec de toile en fuite.... Ça a changé de ma première !

Bon retour sur la terre ferme

04 fév. 2014

Et pas de régulateur.... Et pas de problème..... Vive le st 2000 plus tout à fait standard !!!!

05 fév. 2014

Il est comment, le st 2000 non standard ? :pecheur:

04 fév. 2014

Deja felicitation a nos deux super marins, et comprenons tres bien leurs deboirs et les situations plutot perilleuses ,car nous naviguons sur un edel3, et aussi bien en ballades à la journées qu'en croisieres hauturieres de plusieurs jours, avec une descente au açores, alors nous saluons tres respectueusement, leurs courage,la modestie et leurs franchises dont ils nous ont fait part.
Ensuite nous esperons que le 76 de daniel corespond soit à son age, soit à son année de naissance, mais surtout pas qu'il est du 76....
Etant donné que nous sommes du HAVRE donc du 76 je tient à signaler que nous ne somme pas tous demeurés, et que nous n'avons rien a voire avec se genre d'individu. et les vaisseaux fantomes ? les sirenes? les E.T? et les sirenes qui detournent les vaisseaux fantomes des E.T pour les balancer sur les twins towers ?
Merci.
Ps: sur se genre de petit bateau, quand il y'a un portique, le regulateur rajoute encore du poids d'ou le choix d'un bon pilote auto.
A+ The MATSYL Team

05 fév. 2014

Matsil t'as un portique, c'est pas de la dentelle.

05 fév. 2014

ok pour les tenants du régulateur d'allure vos arguments et expériences sont parlants mais, kako posait la question de savoir si il avait eu un régulateur d'allure, sa transat se serait passer cool en sirotant (par avance) des ti-punch ou il aurait dérouillé comme il a dérouillé ?
en d'autres termes, le régulateur d'allure est un très bon compagnon de voyage quand 10% du temps vous avez des mauvaises conditions et tout autant quand vous avez 90% du temps des mauvaises conditions ?

05 fév. 201405 fév. 2014

AMHA :
C'est dans des conditions musclées que le régulateur d'allure est supérieur au pilote électrique : puissance et souplesse en même temps.

Mais je pense que le bimini aurait perturbé son fonctionnement correct.

Et puis, avec seulement la GV et pas de foc, la voilure n'est pas équilibrée, et là, le régulateur ne peut rien faire de bon, alors que le pilote essaiera, avec beaucoup d'efforts pas forcement bons pour la barre, et grosse consommation d'électricité.

J'adore naviguer avec le régulateur...

05 fév. 2014

Le bimini était vraiment une erreur. En vent arrière avec un peu de gite il prend le vent et fait pivoter le bateau.
Je remercie vraiment kako de son retour d’expérience de son récit sans triche avec ses joies et peurs car je suis sûr que cela apportera beaucoup aux suivants.

05 fév. 2014

@ Papy-Boom : ok, dans le match pilote auto/régulateur, le régul l'emporte haut la main, mais faut dire que les pilotes que l'on trouve sur nos bateaux sont quand même la base (quand tu vois qu'un pilote sur un 60' Imoca fait faire le vendée au bateau, c'est quand même une autre technologie);
mais ma question porte sur le match régul/barreur; c'est le barreur forcément la solution ultime ou le régul tient mieux ?

05 fév. 2014

Dans mon cas, le barreur étant seul, il n'y a que le régulateur, ou le pilote, que j'utilise aussi, qui puissent assurer un service 24/24.

05 fév. 2014

Gorlann a répondu puisque avec son Armagnac, entre le Groenland et l'Islande, il a "essuyé une très grosse dépression qui avait fait énormément de dégats en Bretagne" et le régulateur barrait parfaitement le bateau". Lisant cela, devons nous en conclure que les régatiers qui ont subit la petite dépression à 50/60 nds lors du Fastnet 1979 avec des voiliers plus gros étaient vraiment des brêles...Eux qui n'ont pu envisager que la fuite à sec de toile et la cape sèche...

05 fév. 2014

Vous voulez dire que toute la traversée c'est faite avec le bimini ouvert? (j'avais pas capté ça)

Si c'est le cas, oui, effectivement ça à du bien modifier le comportement du bateau, mais on peu dire qu'il est bien solide pour avoir tenu par ces conditions! Il c'est même pas déchiré?

Sinon, si bien roulé, le bimini à moins de prise au vent que le portique + panneau. A ne sortir que par petit temps.

05 fév. 2014

plus il y a de vent plus le régulateur est puissant et réactif
j'ai eu 2 atoms que j'avais optimisés au niveau du pendulum dont un monté sur le portique avec un cable morse pour transmettre l'information de l'aérien .
actuellement je n'en ai pas car je navigue en med et jamais plus de 100mn d'un coup avec de bonnes météo
alain

05 fév. 2014

bonjour
plus puissant et reactif
oui,sans aucun doute
mais....
sur une carene planante ou des conditions musclées qui occasionne des surfs,le dit regulateur donnera des reactions aberrantes car il ne fera pas la difference entre un lof et un depart en surf,les deux se traduisant par un vent plus pointu
donc plus puissant et reactif mais risque sur la pertinence de la reaction
petite question:avec ton cable morse n as tu pas observé une fatigue ou usure consequente du dit cable?

05 fév. 2014

c'etait sur un cata qui a fait la boucle atlantique avec , il avait un cable et des rotules d'avance qu'il n'a pas utilisés
alain

05 fév. 201405 fév. 2014

@larent le hareng
En croisière sur un bord de près de 24 heures deux personnes lambda qui se relaient à la barre contre un régulateur, je mise à la louche 4 heures d'avance pour le régule. Contre un pilote sans interface girouette je mise sur 6h d'avance pour le régule.
Au portant, barreur devant avec la fatigue qui va avec.
Je ne parle pas bien sur de pilote avec gyro.

05 fév. 201405 fév. 2014

Tupperware: Un First 30 ou un plan Stephens, SANS pilote ira presque aussi bien qu'un régulateur au près... et mieux qu'un pilote si vent est variable.
En 1976, E.Tabarly sur Pen Duick VI a gagné la Transat en traversant 6 dépressions SANS régulateur ni pilote...

05 fév. 2014

Sur il y a toujours des exceptions :-)

05 fév. 2014

@ Tupperware : merci pour ces infos très précises; et ce qu'elles que soient les conditions ?

05 fév. 2014

soit un bateau "assez grand"(10....et mieux 12/14m...et plus....)donc aux mouvements plus doux ,au confort intérieur sans commune mesure avec,par ex,le kelt 8 m...
2 bons barreurs se relayant toutes les 3/4 heures seront a mon avis plus performants que tout pilote ou régulateur...sachant que le barreur au repos à l'intérieur,peut vraiment se nourrir trés correctement,se reposer et dormir,en particulier,bien calé dans la couchette arrière..(.qui par sa position "subit"moins les chocs des paquets de mer...)...voire dormir au centre du bateau sur le plancher bien calé par force coussins/oreillers....
evidemment,2 mauvais barreurs,peu résistants et inexpérimentés...??

05 fév. 201405 fév. 2014

Je donne l'exemple pour du près et sur 24 heures et parle de barreurs lambda.
Tu écris "sachant que le barreur au repos à l'intérieur,peut vraiment se nourrir trés correctement,se reposer et dormir"
Sous régul les deux se reposent. Un régule au près va lofer ou abattre au top et bien mieux deux personnes qui ne sont pas des barreurs d’exceptions.
Et à nouveau il y a toujours des exceptions.

05 fév. 2014

Merci beaucoup kako pour ce fil très instructif. Bonnes navs.

05 fév. 2014

Viking35,
je n'ai pas dit qu'un Armagnac standard s'en serait tiré de la même façon.
je ne pense pas que la préparation d'un bateau pour le Groenland et le Fastnet en course soit la même.Mon Armagnac avait subi une grosse préparation (ce n'était pas mon premier voyage du genre) et les erreurs du passé améliorent la sécurité des navigations à venir. La GV au 4ème ris ne faisait que 4m2, le tourmentin était sur bas-étai avec enmagasineur, les bas-haubans étaient repris sur les cadènes de haubans (ce qui permet de déborder la GV à 90 degré de l'axe du bateau et améliore grandement la stabilité de route au portant) , le gréement dormant était surdimensionné avec évidemment des bastaques aux bdf.
Le BIB n'était pas en hauteur sur le rouf mais dans le cockpit contre la barre d'écoute, les chaines de mouillage étaient rangées dans les fonds à l'avant du lest.Toutes les choses lourdes étaient sanglées ou bridées dans les fonds, les vidanges de cockpit étaient doublées et le bateau 100 % étanche en cas de retournement et rien ne pouvait bouger à l'intérieur.
Malgré la surcharge, je me suis toujours senti en parfaite sécurité sur ce bateau.,
Je n'aurais sûrement (à tort) pas préparé le bateau de la même façon pour le Fastnet ou une transat par les alizés.
Gorlann

05 fév. 2014

L'Armagnac est un excellent voilier, le Kelt et, pour moi, supérieur. ;-)
Malgré tout, il ne fait que 8 m et la mer d'Irlande, et pire l'Islande sont les zones parmi les plus dangereuses au monde.
Alors, dans une forte dépression, aucun voilier n'est à l'abri de sérieux problèmes.

05 fév. 201405 fév. 2014

Mon experience avec régulateur et pilote, sur un bateau un peu plus grand 12m.
J'ai un Windpilot, au portant par vent fort + vagues il tient très bien le bateau. Le windpilot réagit de deux façons: 1. à des changement de direction du vent (normal, comme tous les régulateurs) à travers le mouvement de l'aérien, mais aussi 2.il réagit par rapport au mouvement de l'arrière du bateau.
J'essaye d'expliquer: quand une grosse vague arrive et commence à prendre le bateau, dès qu'il amorce son mouvement de rotation (car la vague prend d'abord l'arrière du bateau), la pendule immergée part tout de suite sur le coté et envoie la correction immédiate à la barre. Cela se passe bien avant la correction donnée par l'aérien, qui va suivre. Bien sûr le windpilot "réagit", ne prévoit pas la vague, mais dès que le bateau amorce le départ à l'auloffée la correction est puissante, rapide et immédiate.
.
Le problème que j'ai constaté ce sont les drosses: il faut qu'elles ne soient pas élastiques du tout, tout centimètre perdu est une correction moindre, donc pas bon. Ce qui est acceptable en faisant du près car il y a la drosse "à l'abattée" qui travaille plus, si on est au portant les deux drosses travaillent et il faut qu'il n'y ait pas de mou, du tout. Peter (l'inventeur du Windpilot) dit d'utiliser du 6-8 polyester, j'ai pris du pré-étire et quand le régulateur travaille autant au portant ce n'est pas suffisant.
Une fois le bateau est parti est s'est mis de travers à la vague et c'était à cause de l'elasticité de la drosse en fin de vie.
L'usure aussi: avec une paire de drosses j'ai fait 3-4mille milles en conditions normales, avec le gros temps j'en ai changées deux en quelques jours.
.
Chapitre n.2 le pilote :blabla:
J'ai un pilote avec gyro (le gyro fait maison): au portant vagues arrière c'est spectaculaire, par contre c'est spectaculaire la consommation éléctrique aussi. Enclencher ou désenclencher la fonction "gyro" multiplie par X fois la consommation de courant. Finalement je l'utilise seulement quand je remplace les drosses du Windpilot :mdr: ou tiens avec houle résiduelle arrière sans vent. Là je viens de recevoir un nouveau capteur gyro fait maison un peu plus complet et je vais le tester pour voir ce que cela donne.
.
Comme "qualité" de barreur, impressions personnelles si on met 10 pour un bon barreur humain, le gyro arrive à 9-9.5, le windpilot 8.5/9, pilote sans gyro 6-6.5?. Si on n'a pas un bon barreur ou si on rajoute la fatigue ou la perte de concentration il n'y a pas photo l'humain disparait.
:-)

05 fév. 2014

C'est intéressant , mais un regulateur s'adapte à chaque voilier , et à chaque allure,et à la force du vent. Démonstration à mon sens inutile et hors sujet
(J'utilise un beaufort sur un s37)
Au regard de la video de KAko , le bateau est une papa mobile avec son bimini (fixe ?!!!) , les pare bats à poste en navigation , le rangement , le chargement .
Bref, la gueule dans le vent !faux pas abuser non plus !
Désolé ça m'énerve , après on parle de sécu ?

05 fév. 2014

Un s37, c'est quoi, stp ?

05 fév. 2014

Oui le fil a dévié sur les régulateurs mais bon quand quelqu'un pose une question il y en a pour répondre (il est en taverne le fil) Concernant la papa mobile je crois que l'on est tous en accord. Mais comme quoi des gens ne sont toujours pas au point avec le fardage et ces conséquences.

05 fév. 2014

Les pare-batts à poste en nav, ne me dérangent pas il faut bien les ranger quelques parts ?? Dire que pour moi, pour faire une dizaine de milles par flegme, je les laisse à poste, ou juste sur le pont (que vas-tu dire).
Pour moi, la mésaventure de Kako, vient d'un bateau surchargé et pas près (sur une vidéo, on voit des protections inox de cadran???).

05 fév. 2014

Question à Kako: La traversée a t-elle été effectuée avec le bimini ouvert ou pas?

05 fév. 2014

trop fort les gars!
vous dissertez sur des kms sans savoir si le bimini était ouvert!?

pour moi un bimini n'empêche en rien un régul de marcher surtout au vent Arrière

d'autres part un bimini dés que le vent forcit est Normalement fermé autrement il s'Arrache

b
cdlt;o))

05 fév. 2014

en lisant le fil la première fois ,c'est la seule chose que j'ai retenue
sur mon boat de 6tonnes ,j'ai un bimini de 6m2 + 2panneaux solaires de 1.5m2 sur un pôrtique le plus petit possible
des 25nds le bimini est dans sa housse
alain

05 fév. 2014

Il l'a déjà dit :
"Je pense que le bimini et le portique n'ont pas joué en faveur de la stabilité du bateau. Surtout que le portique c'est vraiment du costaud pour un 8 mètres, mais on ne pouvait pas l'enlever. Le bimini on aurait pu l'enlever, mais pas évident à démonter et à remonter. Il aurait fallut un bimini pliable facilement. Quand le soleil tapait dur, ça nous faisait un petit coin d'ombre appréciable, même si c'était seulement pour quelques heures. Mais certainement que lorsque le bateau était couché, ça ne favorisait pas son redressement."
Kako

:lavache:

05 fév. 2014

Les pare-battages étaient rangés dans la cabine avant et pas à poste !
Oui, la traversée a été faite avec le bimini ouvert, car on ne peut pas le plier.

05 fév. 201405 fév. 2014

Le bimini ouvert!Merci de ta franchise mais quelle connerie!
Je comprend maintenant que vous vous soyez fait peur...
Car 55 nds de vent avec la GV seule à trois ris et un bimini ouvert plus un portique confirme que le Kelt 8 m est un voilier raide à la toile, en plus sous pilote!
C'est pour moi incroyable qu'on puisse imaginer traverser l'Atlantique sur un voilier de 8 m de cette façon. Il est vrai qu'à la même période Y.Bourgnon traversait en solo sur son Hobie Cat...

05 fév. 2014

@Kako
re bravo...
Le fil se fait long à ouvrir, tu veux pas ouvrir un fil sur les régulateurs, pour décharger celui-ci ?

05 fév. 2014

Merci Flora de confirmer , j'ai du mal même en relisant à me dire que c'est vrai !
J'ai montré le fil à un pot Cdt de ferry , la plaisance n'a pas gagné des points ,
Alors que lui même pratique la voile en mer d iroise .
C est vrai qu'en Bretagne il fait beau au moins 3 fois par jours , alors les chapiteaux sur les bateaux on n'en a pas besoin !
Ceci dit , ça ne me fait pas rire , ils s'en sont sortis , heureusement pour eux ,
Une petite pensée aux secours en mer , aux bénévoles qui se déplacent souvent
pourquoi ?

05 fév. 2014

Parce que sur ce forum, il y a au moins 50 personnes qui vont expliquer que c'est faisable sans problème avec un Corsaire :

www.hisse-et-oh.com[...]orsaire

Alors, un 8m, même avec un bimini, ça doit le faire les doigts dans le nez.

PS : Vu ce qu'a subi Takari ("Perso, 9 jours sous tourmentin, parfois à sec de toile en fuite...."), Jouet 920 pourtant 50% plus lourd que le kelt 8m, je doute que l'absence ou la présence du bimini ait changé grand chose sur le kelt.

06 fév. 2014

J'ai lu :
"Ce que je retire de ces différentes expériences, et aussi de celles des autres comme Kako, c’est que voyager avec un petit bateau, oui bien sûr, et si c’était à refaire je le referais. Mais si les moyens financiers sont là, ben… un plus grand c’est quand même mieux…"

Ce que je retiens :
"ben… un plus grand c’est quand même mieux…"

pas 50 personnes ,mais deja dans ce fil il y a deja 4 personnes qui temoigne d'une bonne traversé avec des bateau de moins de 9m ou 9m :-) lis un peu le reçit de boatlover plus bas

05 fév. 2014

Un corsaire à déjà traversé ....

05 fév. 2014

@ Cargo296 : ton pote cdt de ferry, c'est lui qui était capitaine sur le costa concordia ?

05 fév. 2014

Le Costa concordia c'est d'abord des morts , c'est ensuite pour le Cdt la plus grande honte de la marmar , dont je fais parti depuis 27 ans , si c'est de l'humour , faut voir ,
Drôle de repartie dans l'esprit maritime .

05 fév. 2014

C'est vrai que coté fardage un Cdt de ferry c'est bien placé pour en parler :oups: :jelaferme: :acheval:

05 fév. 2014

De même que les Cdt de navires transportant des passagers n'ont pas gagnés des points avec le Cdt du Concordia !
Quel amalgame...

05 fév. 201405 fév. 2014

Pas d'accord! La plaisance gagne des points car kako raconte son aventure avec aussi les erreurs commises, on est toujours plus intelligent après. Des conneries tous le monde en fait y compris ton Cdt de ferry. Avec le temps on en fait moins. Et un type qui écoute Scorpions :-)

05 fév. 2014

Plastique-box je t'ai mis une étoile malheureusement je ne peux pas faire mieux dommage ;-)

05 fév. 201405 fév. 2014

désolé, mais vous n'avez pas le droit d'engueuler ou de donner des leçons à kako et son copain, ils ont parfaitement assuré de bout en bout, ils sont arrivé à bon port et sains et sauf avec leur bateau et sans faire appel aux secours; moi, j'appelle ça des vrais chefs de bord; ils ont eu en plus le courage de venir dire que ça a été difficile alors que 99% de ceux qui témoignent d'une longue navigation parlent seulement des bons moments et jamais des moments durs (et pour moi, ces derniers sont des irresponsables), alors que tout le monde en vit sur un bato;
respect à kako et son copain s'il vous plait

05 fév. 2014

Voilà longtemps que je n’étais pas intervenu sur ce forum, mais comme la problématique d’une transat avec un KELT 8m m’a concernée jadis, je me permets d’ajouter mon grain de sel.
En effet, je pense pouvoir prétendre avoir une certaine expérience de ce bateau, puisque j’en ai possédé deux (pas en même temps hein…suis pas armateur !)
A bord du premier, nous avons, ma compagne et moi, effectués une transat aller/retour.
A bord du deuxième, nous avons effectués une nouvelle transat suivie d’une traversée du pacifique jusqu’en NC.
Entre ce deux voyages, d’autres navs France/Cap Vert et France/Sénégal, dont l’une s’est terminée par un naufrage (flot 18) et l’autre par la vente du bateau au Sénégal (mousquetaire).

Pour en revenir au KELT 8m, j’en ai le souvenir d’un excellent bateau très marin, qui possède en gros les qualités marines de l’armagnac, avec la stabilité de route en moins, et là je suis formel, contrairement à l’avis de viking que je ne partage pas du tout. Ce bateau est une toupie, ce qui d’ailleurs présente certains avantages en termes de manœuvrabilité. A part ça je ne l’ai pas trouvé particulièrement rouleur.

Il y aussi un autre KELT 8m qui est allé dans les années 80 jusqu’en Islande et aussi au Spistberg.

Concernant la transat épique de KAKO, je dois dire que j’ai été effaré par l’amoncellement de trucs et de machins sur le pont de ce bateau. J’énumère : l’enrouleur, le bib sur le pont, l’arceau et le bimini, le moteur hb, un radar (alors là c’est le ponpon !).
Perso les ponts de mes bateaux ont toujours été dépouillés, avec toujours le souci de descendre autant que faire se peut le CG au maximum, et aussi de limiter la surcharge, inévitable dans le cadre d’une navigation hauturière. Par exemple nous avions pour une transat Cap Vert/Antilles embarqués 100 litres d’eau, soit 80 litres dans la vache à eau et 20 litres de réserve en bidons, plus 20 litres de gazole en supplément du réservoir d’une vingtaine de litres. Pour l’eau il nous en restait à l’arrivée ce qui fait que nous avons traversé le Pacifique avec à peu près la même quantité, ou à peine plus. Le bib était dans le coffre (je sais ce n’est pas l’idéal pour l’accessibilité).
Pour moi c’est une règle, si on décide partir avec un petit bateau, la répartition des poids, la limitation de la surcharge, et aussi le fardage, doivent être une priorité absolue.
Et dans le cas de KAKO, je suis persuadé que si cette règle avait été respectée, cela ne les auraient certes pas empêchés de se faire brasser, mais le bateau se serait mieux comporté et se serait redressé plus facilement après s’être couché, et leur confiance en le bateau aurait été accrue.

Maintenant pour le choix entre le régulateur d’allure et le pilote électrique, je crois que le choix du régulateur est pertinent pour des bateaux du type armagnac , et KELT 8m et autres bateau de croisière du même genre, ayant des capacités d’accélération limitées. Pour avoir mieux en terme d’efficacité, il faut lorgner sur des gyro pilotes type NKE. Quand au ST4000, bof . En fait il barre comme un mauvais barreur débutant à qui on demande de tenir un cap, et il ne faut pas lui en demandé plus.

Mais de toute façon sur un bateau comme le KELT 8m à la stabilité de route très relative (c’est un euphémisme), le régulateur ou le pilote (a part peut-être un gyro plus sophistiqué) sera vite dépassé au portant avec une grosse mer. Je me souviens en particulier d’une nuit dantesque le long des côtes Colombiennes, ou le régulateur n’étalait plus. Et là, pas le choix, il fallait barrer.

Ce que je retire de ces différentes expériences, et aussi de celles des autres comme Kako, c’est que voyager avec un petit bateau, oui bien sûr, et si c’était à refaire je le referais. Mais si les moyens financiers sont là, ben… un plus grand c’est quand même mieux…

PS : Bravo en tout cas à l’équipage de KAKO d’avoir su gérer ses peurs et angoisses.
A propos je suis impressionné par la nav de GORLANN au Groenland avec son armagnac. Super !
Je profite de l’occasion pour te saluer Stéphane (CHAFOGO), très content d’avoir de tes nouvelles. Je pense que tu devineras qui se « cache » derrière mon pseudo.

05 fév. 2014

Merci à Boatlover de sa contribution qui recadre parfaitement les faits. Je lui pardonne de ne pas partager ma notion de stabilité de route du Kelt 8 m. Peut être est ce parque j'ai toujours barré un Kelt avec son immense pelle de safran qui limitait les départs au lof. Et puis mes souvenirs ont ... 40 ans.

Par ailleurs, je doute maintenant que Kako ait rencontré plus de 45 noeuds de vent. La raison? Comment aurait pu tenir un bimini avec le vent qui prend dessous lors des coups de gite?

merçi ,tout cela est vraiment instructif! j'ai lu aussi dans une revue qu'un petit kelt 8 m avait subit au mouillage un cyclone il y a quelques années aux antilles,il n'avait pas eu trop de degat

07 fév. 2014

Hé, bien sûr mon cher Georges, content également d'avoir de tes nouvelles. je te recontacte en MP
Complètement d'accord avec tes remarques sur la gestion des poids. Cela parait tellement évident surtout pour un petit bateau et un déplacement léger.

05 fév. 201405 fév. 2014

Mais larent, ou as tu vu des engueulades ou des donneurs de leçons?

Sauf dans quelques posts très minoritaires tout le monde a remercié Kako pour son retour et tout le monde était admiratif de la perf, et je pense que la plupart sont sincères.

Cela dit, une fois passé cette étape, c'est sain et instructif, de chercher à tirer les leçons des problèmes rencontrés lors de cette traversée.

Personnellement, même si il n'en est pas question à court terme, traverser l'atlantique à la voile me tente (un des fantasmes classique quand on fait de la voile) et paradoxalement le récit de kako ne freine pas du tout cette envie, par contre, j'aimerais bien mettre toutes les chances de mon coté pour que cela se passe au mieux (en sachant qu'il y a toujours des impondérables) et en cela, ce fil est très, très intéressant, y compris les critiques.

Alors certes il faut peut être faire le tri dans les commentaires, mais n'édulcorons pas trop la discussion, sinon elle en perdrais tout intérêt.

Edit : Oups, le post de boatlover c'est intercalé entre celui de Larent et le mien, mais vous aurez fait le lien...

05 fév. 2014

@ Now : parfaitement d'accord avec toi, faire un bilan POSITIF où chacun peut donner son avis, oui, et c'est même une obligation

05 fév. 2014

Pour répondre à long cours , c'est très pertinent ton intervention : son chip , c'est 156 mètre de Long , 27 mètres de large , 6 mètres de tirant d eau , 26 mètres de tirant d'air ! Effectivement , il sait de quoi il parle . Mais bon , il y a aussi des ballastes et deux stabilos de 6 mètres de Long .Et c'est pas gagné tout le temps
Pour mettre à quai même à 2 remorqueurs pour pousser .
Globalement , on est la pour faire avancer le débat ou pour faire les pleurotes ?
On a tout à fait le droit de dire des conneries , le tout c'est de réagir .
Le bimini qui ce démonte pas , entre ma vie et le beau chapiteau , il y'a quelques coûts de couteaux! Surtout sur une transat et tant pis pour les coups de soleils !
Boat lover a tout explique en fait avec du calme et de la sobriété .

05 fév. 2014

C'est très pertinent en effet car tu donne toi même les chiffres soit (d'après tes chiffres) 4000m2 env. de fardage donc je répte ton copain Cdt de ferry c'est de quoi il parle au sujet du fardage , mais si tu es d'un avis contraire et que tu pense qu'il ne sait pas de quoi il parle , libre à toi ,tu le connais mieux que moi après tout !
Sinon Il y a aussi des ferries qui se plantent majestueusement , grâce à leur fardage et malgré les propulseurs ( pour l'utilisation des remorqueurs je dois dire que c'est exceptionnel)
Et même des cargos...
Ce que je trouve particulièrement inintéressant ce sont les donneurs de leçons qui chassent en meutes dés que quelqu'un lance un fil en toute honnêteté.. Ce qui est sommes toutes assez rare ce type d'honnêteté.
Je me rappelle un intervenant qui après avoir exposé ses doutes et ses incertitudes a tellement pris une volée de bois vert ( dont aussi en MP) qu'l a aussitôt clôturé son compte.

Moi je trouve plutôt sain quelqu'un qui parle de ses doutes ses peur ses erreurs cela nous change tellement des "matamores" qui :" même pas peur", toujours la bonne décision, pas le moindre doute, jamais rien cassé, toujours plus vite que les autres....etc

Je lis même sous la plume de ceux qui ont l'expérience des choses surprenantes par exemple plus haut : "et même un radar la c'est le pompon"
Et bien, question remonté du CG, les 4 kgs du radome sont au pifomètre 3 fois moins néfastes que les 40 kgs du bip sur le roof .

Mais si Kakou et son copain avaient mis , par soucis d'abaisser le CG, leur bip au fond d'un coffre ...les même auraient aussi trouver cela irresponsable.

Je dirais que si j'avais eu à faire le même trajet, peut être aurais je fait des choix différents, peut être pires ou meilleurs, mais ils ont traversés (assez vite comme je l'avais écris sur un autre fil) ce sont débrouillés par eux mêmes, n'ont mis de personne d'autre en danger, n'ont pas cassé leur bateaux (contrairement à d'autres ).
Donc encore merci de nous avoir fait partager cette traversée en toute franchise .
Juste une question que je réitère : quel matos pour les prises de vues ?

05 fév. 201405 fév. 2014

40 kg à 1 mètre ça fait la même que 4 kg à 10 mètres.
Si il y a les deux, ça fait :
- Comme si il y avait 2 radômes (et pas de bib), ou,
- Comme si il y avait 2 bibs (et pas de radôme).
:lavache:

Si il y a 2 radômes et 2 bibs... :jelaferme: :jelaferme: :jelaferme:

05 fév. 2014

J'ai pensé comme toi longcours.
Il est à bien moins de 10 mètres.
J'ai juste un peu arrondi les valeurs pour la démo.
Ce que j'ai écrit est plutôt correct pour des bateaux de 10 ou 12 mètres ; selon là où se trouvent d'une part le radeau, d'autre part le radôme.

05 fév. 2014

Il a dit GoPro quelque part...

05 fév. 2014

@ longcours : attention, 4kgs au 2/3 du mât (ou presque) ça fait un sacré bras de levier et au niveau de la stabilité ça fait beaucoup beaucoup plus

05 fév. 2014

Je doute que son radome soit à 10m ou alors il l'a mis en tête de mat
:lavache: :non:

Je suis parti sur un radome de 4 kgs à 4m de haut 16 m/kg
Et un bip de 4 places en. 40kgs à 1,2m de haut 48m/kg

05 fév. 2014

bonsoir
en statique,oui
en dynamique,4kg a 10 m,ce n'est plus du tout la meme chose que 40 kg a 1m

05 fév. 2014

"Ce que je trouve particulièrement inintéressant ce sont les donneurs de leçons qui chassent en meutes dés que quelqu'un lance un fil en toute honnêteté.. Ce qui est sommes toutes assez rare ce type d'honnêteté."

Bien d'accord avec toi ! :pouce:

05 fév. 2014

"CHAPEAU BAS" pour Kako, Didier et Zoé qui nous a tenu au courant.
Merci du récit et rien d'autre à dire que

:bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

Guy

05 fév. 2014

je lis, je suis le fil et j'adore, comme dit now instructif et constructif, une question me turlupine quand meme, bon ok régulateur...pilote ben moi je prendrai les deux ...au cas ou et puis le poids qui revient mais en hauturier ne pas prévoir l'imprévisible me semble dangereux surtout pour l'eau, le carburant ,la bouffe... bien répartir oui c'est évident ,le bimini j'avoue que meme moi qui est un tout petit en grande navigation je travaille a la réalisation d'un bimini démontable en deux minutes mais lui aussi il me semble indispensable, mais ne pas avoir un système de production d'énergie tel que les panneaux solaires me semble une grosse erreur et un danger l'énergie est a mon sens vital en plus du confort qui "répare" les hommes et ça aussi c'est important pour tenir quand c'est dur! ce n'est que mon avis,sans jugement des avis divers et variés au dessus

06 fév. 2014

C'est le problème du "petit" bateau. On ne peu pas TOUT avoir : la stabilité, la charge utile, le confort.
Il faut faire des impasses quelque part. Faut juste ne pas espérer ne pas tomber dedans.

Si kako avait enlevé son bimini, et pris moins d'eau et de fuel, il serait peut être tombé sur 15 jours de calmasse au lieu de 45-55 nœuds de vent. Allez prévoir le temps réel 15 jours ou 3 semaines à l'avance.

05 fév. 2014

www.hisse-et-oh.com[...]tinique
Bonjour à tous et surtout merci pour toutes vos infos constructives je suis certain que l'on apporte plus par nos erreurs reconnues que par nos exploits fictif...
En tout cas on est vivants heureux et altruiste
alors merci à la vie à la voile
Didier

05 fév. 2014

:pouce:

05 fév. 2014

Tout à fait d'accord que sans bimini, sans portique, sans bib sur le pont, et avec moins de poids, etc...le comportement aurait été meilleur.
C'est très con ce que je vais dire, mais pour le bimini on en a causé plusieurs fois avec mon ami Didier, mais on a pas pu se résoudre à le virer, car c'était irrémédiable et y'avait des journées où le soleil tapait tellement qu'on se voyait pas sans.

05 fév. 2014

Mode Humour ON

J'ai tout un stock de casquettes publicitaires . Demandez-moi, la prochaine fois ... :-D

Mode Humour OFF

05 fév. 2014

Sans mauvais esprit et sans intention de dénigrer.
Dans l'une des vidéos (sais plus laquelle), il y a quelques photographies de l'arrivée au Marin, en Martiti.
On y voit une ancre à l'étrave.

Le mouillage a-t-il fait le voyage saisi au davier ?
La chaine dans la baille ?
Si oui.
Côté fardage, ça joue un tout petit peu, mais c'est pas une catastrophe.
Côté centrage/descente des masses, c'est plus défavorable.
Sais plus qui dit plus haut avoir sanglé le mouillage dans les fonds pour sa traversée.

06 fév. 2014

L'ancre est restée sur son davier, mais la chaîne de mouillage redescend à l'intérieur du bateau, en bas à l'entrée de la cabine avant. L'ancre était assurée par un bout...

06 fév. 2014

@Gradlon, mais je ne te trouve pas agressif ! :-D

06 fév. 2014

Excuses moi d'être un peu agressif, mais je crois que ce que tu as fait équivaut à escalader le mont blanc avec des espadrilles.

06 fév. 2014

Donc il y a un puits à chaîne.
Bien conçu ce Kelt des seventies.
De ce point de vue là.

05 fév. 2014

Bon alors Kako et Sâdhu 97,

Rien ne vaux l'expérimentation, alors pour valider l'hypothèse que c'est bien le bimini et le portique qui ont influencés négativement le comportement du bateau, il ne vous reste plus qu'a les démonter (en profiter pour recentrer les poids tant que vous y êtes) et à refaire une transat dans les mêmes conditions de meteo avec le même bateau et après vous nous racontez....

Je l'aurais bien fait, mais j'ai pas le temps et puis mon bateau est trop grand, et puis, vous racontez si bien ...

trop facile ... :oups: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

;-)

05 fév. 2014

:pouce: :mdr:

05 fév. 2014

sans oublier daniel!!

05 fév. 2014

Ah Daniel76, il va nous manquez.
Donc concrétement bcp de chance d'être arrivé vivant de l'autre coté? Je comprends d'autant mieux la peur/angoisse à bord et la peur retrospective.

05 fév. 2014

il faut vraiment s'ennuyer pour en remettre une couche.Au fait a manquer pas de z.

05 fév. 2014

je ne pense pas qu'ils aient risqué leurs vies; par contre ils se sont bien fait branler et se sont fait bien peur, ça c'est sûr;
la casse subie me semble très classique pour une transat allé musclée

05 fév. 2014

Spéciale dédicace à notre z..o76 (c bien un Z) www.hisse-et-oh.com[...]tografe

06 fév. 2014

pas sur que kako si il en refait une transat viendra vous exposer ici sa traversée , intervenants donneur de leçon qui on du tous juste faire qq milles a la journée .

un kelt 8 m qui a eté loins

06 fév. 2014

a force de dire que m importe bateau peut faire une transat , car la transat c est une promenade de santé facile . enfin quelqu un qui indique qu il faut une bonne prépa et pas sur n importe quelle boat

06 fév. 2014

Et bien justement ce kelt 8M a vraiment été mal préparé pour une transat !

06 fév. 2014

Usain Bolt cours le 100m facilement en moins de 10 secondes. Ce n'est pas pour autant que TOUT le monde peut le faire.

06 fév. 2014

Un "détail" important. L'Isatphone a très bien fonctionné et à un moment il faut diriger l'antenne vers l'ouest et non plus vers l'est car on passe sur un autre satellite.

Mais surtout, il serait inutilisable dans la survie, tout simplement parce que celle-ci serait ballottée par la mer, et qu'il faut maintenir l'antenne du téléphone vers le satellite x mn pour pouvoir appeler ou envoyer un sms. Ce qui serait donc impossible. Il vaut mieux une balise je pense, ou peut-être un Iridium ?!

06 fév. 2014

d'abord BRAVO ,et merci de nous rapporter cette belle aventure,
juste au sujet de l'Isatphone, je pense qu'il est préférable à une balise car il a une autonomie très supèrieure à celles ci ?
pouvoir envoyer des sms au moins pendant 8 jours et peut-être certainement + avec la position et surtout ,pouvoir dire ce qu'il se passe me semble plus efficace.
il serait intérressant de faire des essais dans une survie et dans une mer agitée (évidmmt en exercice)
Je pense souvent à certains drames récents (je crois que tu en a fait allusion dans un de tes fils)
encore merci pour ton retour d'expérience.
Ivan

Mouais... Je l'ai déjà dit ailleurs mais mon iSatPhone, lors de son voyage inaugural a rendu l'âme dans le raz blanchard.. Mon GSM étant plat, je l'ai pris pour donner des nouvelles car cela bastonnait un peu beaucoup... Une vague un peu plus forte, et vlan, le machin bleu est parti vers le paradis des téléphones... Pourtant on n'a pas été submergés, juste mouillés...

Faut dire que cette nuit là fut particulièrement funeste avec un portable Dell qui a fini dans l'eau du fond des cales et idem pour la VHF portable (mais pas étanche)... :+(

Donc l'IsatPhone, c'est bien quand il fait beau (ou alors on met une antenne extérieure..)

07 fév. 2014

" l'Isatphone, je pense qu'il est préférable à une balise"
continue à penser, l'essentiel c'est d'y croire !!!
L' Isatphone est IP54, alors les sms pendant 8 jours.......

ps: j'ai un Isatphone et une balise

06 fév. 2014

Je ne suis pas d'éccord avec toi, mais je n'ai pas testé etb de toute façon prévoir une poche étanche car l'appareil ne l'est pas.

06 fév. 2014

Quelle belleexpérience et chapeau Messieurs pour votre vécu !
Dire que je voulais finir en beauté et fêter mes 80 ans en traversant avec mon boat! Maintenant j hésite et, en tous cas je vais pouvoir tirer des leçons de vos malheurs!
Merci Kako et Didier pour cette leçon d' humilité !

06 fév. 2014

Je me joins à la meute de ceux qui disent merci pour ce récit prenant, sincère et fort instructif. Au vu des nombreuses autres videos qu'on trouve sur le net pour la même traversée, je ne peux m'empêcher de remarquer que cet équipage semble avoir subi des conditions météo inhabituellement défavorables. Pour ça aussi, chapeau bas.

06 fév. 2014

Les conditions me paraissent normales, il faut arrêter de croire que l’alizé est une petite brise tranquille.
Piqué sur Banik
"Bien des gens pensent que l'alizé est un vent doux et chaud qui pousse tranquillement les voiliers d'Est en W. En réalité ce vent souffle en moyenne à 20 - 25 nœuds et sa direction peut varier de près de 100 degrés. L'alizé atteint souvent 30 à 35 nœuds, voire plus dans les grains."

06 fév. 2014

et oui à lire certain récit, je m'étais fait à l(idée que l'alizé était un vent constant au portant), ce fil me ramène à la réalité, que finalement en mer il faut s'attendre à tous , notamment dans ces transats que je ne connait pas, à l'inverse de la med que je connais particulièrement dans le gros temps ,traversé baléares ,jusqu'à une tempête remonté face à la vague et au vent

06 fév. 2014

Sur la question petit bateau/grande croisière, je suis en train de lire MingMing de Taylor, pape de la navigation minimaliste. Livre remarquablement écrit et remarquablement traduit. Je suis frappé de voir combien certaines personnes aiment, voire recherchent pour Taylor, l’inconfort à la mer et les zones de navigations où ils sont sûrs d’éprouver le maximum de stress.
Il ne s’agit donc pas que de budget. On peut penser que pour certains le graal c’est la souffrance. Sans doute dans leur tête, une sorte de rémission des péchés. De temps en temps je me demande si ce n’est pas cette idée qui a été à l’origine de l’école des Glénans. Mais c’est un débat que je ne veux pas rouvrir.

07 fév. 201407 fév. 2014

@ gradlon :encore un jugement de valeur a l'emporte piece ,roger n'a simplement pas les moyens d'avoir un bateau plus gros ,alors il se contente de ce qu'il peut avoir .

"une sorte de rémission des péchés" ya un psy qui te suis ?

je te taquine

:-D :-) :-) :-)

06 fév. 2014

Nous avons traversé en décembre 2012, mon épouse et moi-même, le vent était effectivement en moyenne 20-25 nds mais la mer était relativement grosse et croisée. J'avais lu des récits sur le soit-disant tapis roulant. Nous avons été bien ballotté, secoué, mais de tapis roulant rien! Quant aux grains nous en avons eu jusqu'à 10 dans une journée et ça pulse pas mal. Le jour on les voit arriver, donc pas de problèmes pour les gérer c'est la nuit que cela devient impressionnant.
Notre régulateur n'a pu fonctionner correctement car l'aérien était perturbé par les deux panneaux solaires sur le portique. Mauvaise préparation. Les pilotes ST4000 sur la barre franche de secours et le SPX 5 sur la barre à roue n'ont pas tenu leurs rôles dans cette mer, nous avons donc barré 15 jours 24/24.
Sur le retour il en a été de même car là une fois encore les 2 pilotes ont lâché, l'électronique pour le ST4000 et le moteur pour le SPX5, donc 3 semaines à la barre au près.

Avant les Canaries nous avions rencontré au maroc 2 jeunes allemands, de Kiel, qui prévoyaient la traversée en flush poker. Nous étions admiratifs mais jamais nous n'aurions envisagé une telle traversée sur un tel bateau. Je précise
que j'ai un Dufour 36 issue du 4800.
Donc bravo pour l'avoir réalisé dans ces conditions.

06 fév. 2014

Absolument, gwenhadu, je reconnais là ce que j'ai moi-même vécu, mais nous avions un Atoms "libre" (sans être perturbé par quoi que ce soit) et il a barré tout du long à l'aller et au retour...
:pouce:

06 fév. 201406 fév. 2014

Perso, je trouve hallucinant qu'on envisage de traverser l'atlantique avec un 8m bimini installé (ou du moins qui ne peut pas se plier).

06 fév. 2014

En effet, Lorenzo.
Je n'imaginais pas que quelqu'un aurait cette idée saugrenue. Mais, au moins, grâce à Kako et ce fil, certains auront notés quelques erreurs à ne pas faire.
Pour Gwenhadu, un Flush Poker, bien que n'ayant pas la stabilité de route d'un Kelt 8m, est tout à fait capable de traverser s'il est BIEN PREPARE. Evidemment, le confort ne sera pas celui d'un 40 pieds ou d'un catamaran mais cela me paraitraît bien petit aujourd'hui. Moi qui ai gagné ma première régate en tant que skipper sur un Poker en mai 1974!

06 fév. 201406 fév. 2014

J'enfonce le clou.

Bimini, radar, portique, GV conservée dans le mauvais temps aux allures portantes, autant d'indices qui font penser à quelque chose qui ressemble à une inaptitude à réaliser un tel périple.

bretagne.france3.fr[...]13.html
25ème minute
Philippe Harlé :

"C'est une erreur de voir une corrélation entre la sécurité d'un bateau et sa dimension. Il y a des gros pétroliers qui font naufrage et il y des petits bateaux qui traversent les océans"

La conclusion de cette histoire fut heureuse, c'est le principal.

Philippe Harlé :

"C'est une erreur de voir une corrélation entre la sécurité d'un bateau et sa dimension. Il y a des gros pétroliers qui font naufrage et il y des petits bateaux qui traversent les océans".

c'est ce que je preche depuis plus de 10 ans sur ce forum et je me heurte a une incomprehension totale,je ne dis pas que si on a les moyens il faut preferer un petit bateau mais je dis que si on a pas les moyens il ne faut pas hesiter a partir sur un petit bateau bien preparé :-)

07 fév. 2014

Et c'est pourquoi il ne faut pas attendre d'être vieux pour partir.

Style : quand je serai retraité je ferai.. :non:

06 fév. 2014

a un certain age on ne part plus sur de petit bateau ...

07 fév. 2014

je ne vois aucune personne a partir de 50 ans ( même moins ) en voyage autour du monde sur un 8 m .....

06 fév. 2014

certes lorenzo...la citation de P. harlé est tout à fait recevable...jusqu'à un certain point....ou plus précisement mérite d'etre étofféé
toutes choses égales par ailleurs c'est à dire
une coque sérieusement construite pour un petit bateau,comme pour un grand
un varanguage idem
des ancrages de cadènes idem(solides)
appareil à gouverner idem/bon rapport de lest
voilure
préparation
ect....ect....
par exemple un Muscadet en trés bon état...et un hallberg Rassy 45 lui aussi en trés bon état...
pour moi le choix(evidemment en laissant de coté l'aspect financier!)est vite fait:je traverse sur H et R!!

06 fév. 2014

Je serais tenter de me répéter en disant que ce ne sont pas les bateaux qui traversent mais les marins qui sont dessus.
Donc entre un Bébert Raçi avec le gus qui a abandonné son boat du coté du Cap-Vert (faute de GO, puis réamorçage raté) ou un jeunot qui a fait une mini-transat avec un muscadet, qui arrive de l'autre coté ? (je parle de l'ensemble).

06 fév. 2014

Fou furieux complètement DANGEREUX....

Depuis Harlé, les connaissances en architecture navale ont un peu évolué.

Aujourd'hui, on sait pertinemment qu'il y a un lien à peu près direct entre la taille d'un voilier, et la hauteur nécessaire des vagues pour le faire chavirer.

06 fév. 2014

Francois2, il n'y a pas eu d'accident sur la minitransat, il y en a juste qui on coulé, suite, a priori par collision ou des dématages et des abandons, mais il serait judicieux de comparer les moyennes. Pour revenir a la tranquadra que je ne suis pas, était-ce au même moment ? peux-tu ramener tes dires a l'ensemble des minitransats?

06 fév. 2014

François2, si on suit ton raisonnement, les 60 p du VG, les bateaux de la route du Rhum et la volvo race (aussi avec son ancien nom) ne devrait pas être dangereux ?

06 fév. 2014

Quel rapport entre la navigation en course et la plaisance? Quel rapport entre un bateau de course et un bateau de croisière?

06 fév. 201406 fév. 2014

Théoriquement on arrive à une vague haute comme la largeur du bateau.
Ce qui signifie qu'un bateau de 12m, large 4m, dans une mer créée par 20 noeuds de vent suffisamment longtemps+fetch, avec donc une hauteur de vague significative H1/3 de 2m, s'il reste suffisamment longtemps déhors il peut rencontrer une Hmax H1/1000 de 4m qui va le faire chavirer.
.
Donc on peut chavirer sur un 12m avec 20 noeuds de vent :alavotre:

06 fév. 2014

Aussi :
blogs.lexpress.fr[...]de_mer/

Il y avait 77 minis. Il y en a 3 qui ont chaviré. Pourquoi ceux là et pas les autres ???? (NB vagues de 4m)

07 fév. 2014

Le clemenceau n'est pas encore démoli ? :mdr:

pour une fois tribal( ;-))je suis d'accord avec toi !

07 fév. 2014

Je pense que pour mettre tout le monde d'accord il faut commencer par ne pas mélanger les pommes et les poires ! En effet, à qualité égale de gréement de carène d'accastillage etc..., un bateau plus grand aura plus de chance de se maintenir correctement et de ne pas chavirer c'est de la physique pure ! C'est sûr qu'un bateau de 10 mètres avec une carène de compétition un gréement et accastillage top dernier cri et étudié pour une transat aura plus de chance qu'un de 15 m pourri avec une carène de m... et du jeu dans tout le gréement...

07 fév. 2014

Mais ce n'est pas une croyance ....
C'est un fait scientifique avéré. (Etudes après le Fastnet 79 et le Sydney Hobart 98). Et donc, tant qu'il n'y aura pas une étude scientifique qui prouvera le contraire et expliquera ou était l'erreur de l'étude précédente, plus le voilier est gros, plus il faut une grosse vague pour le faire chavirer.

Et des bateaux comme l'aviateur qui traversent l'océan .... Quelle représentativité statistique ? Simplement en prenant les données de l'ARC, on doit trouver que des Bavaria et autres Océanis de plus de 10m ont traversé l'Atlantique au moins plusieurs centaines de fois au total, sans rencontrer trop de problèmes.
Combien de traversées pour l'aviateur ou autres bateaux du même style ?

07 fév. 2014

Les faits : taille de l'échantillon statistique pour pouvoir en déduire quelque chose de sensé :
combien de gros bateaux, quel pourcentage avec des problèmes ?
combiens de petits bateaux, quel pourcentage avec des problèmes ?

06 fév. 2014

Suite ...

Il suffit simplement de comparer les statistiques d'accidents sur la minitransat (6.50m) et la transquadra (9-11m) pour se rendre compte que les propos de Harlé sont aujourd'hui DANGEUREUX.

06 fév. 201406 fév. 2014

C'est une plaisanterie d'un gout fort douteux.

Patrick Van God
Christian Massicot
Marie Agnes Peron
Philippe Graber
Pascal Leys
Olivier Vatinet

Sans compter les préparatifs comme Jean marc Allaire.

A part ça, certains vont prétendre que traverser l'atlantique sur un 6.50 est sans trop de risques ...

06 fév. 2014

J'ai écris quelque part ( je crois sur le fil "chavirage") me rappeler avoir lu 'quelque part' qu'une vague égale au tiers de la longueur à la flottaison est théoriquement capable de nous faire chavirer .
Peut tu confirmer ou infirmer car je ne sais plus ou j'ai lu cela !? :reflechi: :doc:

06 fév. 2014
06 fév. 2014

Il faut bien sur des rouleaux de 4m, pas une houle de 4m:

www.equipped.com[...]iad.pdf
Naiad 11m90 * 4m, 2m23 de T.E. Peut chavirer dans la plus mauvaise condition dans des brisants de 4 à 5m, en fonction du chargement.

07 fév. 2014

Mdr me reste plus qu'a acheter un navire de 50 m de large !!

Savez si il y a un Ulcc à vendre quelque part ? :reflechi: :oups:

06 fév. 2014

en effet, beaucoup d'eau de mer a coulé depuis Harlé. C'est pour cela que l'on voit des bateaux comme l'aviateur, véritable coffre fort, qui traversent les océans.

Désolé, mais je continue de croire aux propos de P. Harlé plutôt qu'aux tiens. Ss doute parce que je suis un vieux (C?)

06 fév. 2014

C'est pas si rare que ça

dans le cas de l'arc c'est plus souvent des gros bateaux qui ont eu des problemes que des petits sur ces dix dernieres années ,d'ailleurs un peit sadler 29 a finit par ses propres moyens apres avoir eu une avarie de safran alors que deux plus gros (13 ou 14m)ont abandonné le navire pour les memes causes :-)

07 fév. 201407 fév. 2014

je savais exactement que tu allais me demander ça :-D si j'ai un peu de temps je reprends mes revues anglaises depuis dix ans et je te fais un topo !mais de memoire je sais deja que tu vas etre deçu :-)
ps:les anglosaxons ont une autre vision du petit bateau "sur" que nous ,et je ne suis pas loin de leur donner raison

06 fév. 201406 fév. 2014

Laurent,
A part le bimini, on allait pas démonter tout le bateau. Pour le portique il aurait fallut démonter le balcon arrière. D'autres avaient l'aptitude et ne sont jamais arrivés.
Le bateau s'était bien comporté entre le Cap et les Baléares (35 noeuds de vent et 6 à 8 m de creux), et jusqu'au Cap Vert, équipé idem. On n'aurait jamais cru avoir une si grosse mer, avec des vagues aussi furieuses, illusionnés par tous ces beaux récits de Transat, des alizés qui t’emmènent comme un bébé dans son berceau.
On avait un outillage d'enfer, une pharmacie digne d'un pharmacien, et on a pu tout réparer.
Maintenant on sait, on a compris, on ne s'y fera plus prendre.
C'est pourquoi je ne veux pas raconter une belle histoire qu'on a pas vécu, et ne pas faire de marketing sur les alizés, espérant qu'au moins ça servira à un.
Je t'avoue que par moment j'ai maudit toutes ces beaux récits d'un voyage peinard. Puis me suis dit, on est toujours responsable de soi même.
C'est vrai que ç'aurait pu être moins hard avec des modifs et seulement la voile d'avant, mais en aucun cas ça n'aurait pu être une formalité. C'est ce que j'aimerais que les "naïfs" comme nous comprennent.

06 fév. 2014

"Le bateau s'était bien comporté entre le Cap et les Baléares (35 noeuds de vent et 6 à 8 m de creux),"

6 à 8 m ! tout à fait exceptionnel quand même dans cette zone, c'était quand ça ? C'est presque la hauteur du mat du bateau... une maison de 3 étages.
C'était si haut que ça ? La météo ne l'avait pas annoncé ?
:tesur:

06 fév. 201416 juin 2020

pour apporter quelques précisions sur le bateau des jeunes allemands qui sont bien arrivés à la Barbade rien ne dépassait. Pas de panneaux solaires, pas de bimini. Juste un rectificatif ce n'est pas un flush poker mais un poker. Viking me le confirmera. Par contre vie spartiate mais à 25 ans...


06 fév. 2014

Effectivement, il s'agit d'un Poker. Même excellente carène de Joubert que le Flush Poker avec un tirant d'eau plus court. (1.5m ou 1.6 m) Voilier méconnu, nettement plus habitable qu'un Sangria. On les trouve souvent autour de 4000 €!

06 fév. 2014

Le Flush Poker, comme son nom l'indique, n'a pas de rouf, il est "flush deck" !
A l'époque où j'avais un Rêve de Mer, pour moi le Poker était un "gros" ! Il y en avait pas mal à La Rochelle dans les années 70.

06 fév. 2014

Merci lorenzo pour la vidéo,

06 fév. 2014

:pouce:
Bravo Kako et merci pour ce témoignage !

06 fév. 2014

quelle était la longueur moyenne d'un voilier dans les années 80 ?

Guy

9 metres

06 fév. 2014

Merci pierre

06 fév. 2014

la moitié d'aujourd'hui ?

06 fév. 2014

C'est combien aujourd'hui ??? :-p

12 metres

06 fév. 201406 fév. 2014

Merci Pierre, mais c'est tiré d'où ce chiffre de 12 m ? ça me paraît beaucoup (pour la France) :tesur:

06 fév. 2014

OK ! On va dire plutôt que ça correspond à la moyenne des bateaux qui "transatent, alors ? Parce que par chez nous (façade atlantique en gros), la taille moyennes des bateaux dans les ports de plaisance est très en-dessous des 12 métres. Je dirais certainement plus proche des 9 m que de 12 ... ;-)

c'est tiré de la statistique sur les transats des alizées(francaise et anglaise)et ces derniers temps ça serai plutot 14m !

06 fév. 2014

quand tu vois Bilou (j'ai oublié son nom) dire que le muscadet était un grand bateau à l'époque ???

06 fév. 201406 fév. 2014

François2 est un furieux complètement DANGEREUX....

Aujourd'hui, on sait pertinemment qu'il y a un lien à peu près direct entre la taille d'un voilier, et la hauteur nécessaire des vagues pour le faire chavirer.

Il est donc criminel d'encourager les gens à traverser l'Atlantique autrement qu'à bord d'un cargo (les cargos ne naufragent jamais) ou à bord d'un paquebot (les paquebots ne s'échouent jamais)

06 fév. 2014

J'aurais préféré une réponse avec des arguments techniques plutôt qu'avec un sophisme. Mais chacun fait avec les arguments qu'il peut avoir :langue2: :langue2:

06 fév. 2014

"La meilleure des sécurités, c'est de rester au port." C'est pourtant dans les ports qu'il y a le plus de décès de plaisanciers... ;-)

07 fév. 2014

ha! qu'elle est triste de dure
la vie de matelot
on y couche sur la dure
on n'y boit que de l'eau
exct exct......
c'est pas d'hier et ça n'a pas changé
alain

07 fév. 2014

¨Pourquoi "n'importe quel bateau" je crois me souvenir qu'il y a eu au moins un véhicule amphibie !! (et par véhicule amphibie je ne veux pas dire navire mais un truc avec des roues) :reflechi:

06 fév. 2014

Il n'y a pas d'argument technique. La meilleure des sécurités, c'est de rester au port.

L'histoire de la plaisance (depuis Slocum en 1898) jusqu'à aujourd'hui le prouve : n'importe quel bateau peut traverser l'Atlantique pourvu qu'il flotte (relire "les aventuriers de l'Atlantique" d'Humprey Barton aux ed Artaud). Tout le reste dépend du capitaine, de sa préparation, et bien sûr il faut avoir un peu de chance. Même un Kelt 8m équipé d'un bimini idiot peut y arriver.
J'ai personnellement traversé avec un 8m en alumium (le Huit) bien trop léger pour ça, équipé d'un mat spaghetti (pas cuit) et d'un safran trop fragile. Certains ont même pronostiqué que je ne reviendrais pas. J'ai navigué en conséquence, tranquille. Et je suis revenu par les Açores sans craindre pour ma vie.

Encore bravo pour Kako. C('est une magnifique leçon d'humilité.

06 fév. 2014

ou sur la route pour rejoindre le bateau...

07 fév. 2014

surtout sur les aires de carénage ..
c'est pour ça que je remplace ma bouée couronne par un sac de plâtre ,en cas de chute c'est plus utile
alain :-D

06 fév. 2014

"et bien sûr il faut avoir un peu de chance."

Il semble malheureusement que plus le bateau est gros, plus on risque d'avoir de la chance. Revoir les statistiques d'accident entre la minitransat (6m50) et la transquadra (9-11m).

06 fév. 2014

Bonjour,
Je ne ferais aucun commentaire, tant de choses ont été dites. Mais ajouterai cette expérience à d'autres racontées et à celles vécues.
Merci à vous.
JJ

06 fév. 2014

MMouais…

On pourra dire ce qu’on veut, il n’en demeure pas moins que le seuil du mauvais temps arrive plus vite sur un petit bateau que sur un gros, toutes choses égales par ailleurs bien sûr, à savoir des bateaux de qualités marines et de construction équivalentes, et comme dit plus haut, je préfère encaisser 45 nds de vent avec un Hallberg-Rassy 45 qu’avec un mini 6.50, malgré les grandes qualités marines de ces bateau eu égard à leur taille.

Maintenant ,c’est pas pour ça qu’il faut s’abstenir de pratiquer la nav hauturière avec un petit bateau, s’il est bien préparé, mais il faut savoir à quoi s’attendre.
Cela dit c’est vrai que c’est bien sympa de faire beaucoup avec peu, et en ce qui me concerne, je ne regrette pas de l’avoir fait.

06 fév. 2014

Portique, ou pas, bimini, etc ... ma conclusion est qu'une transat n'est jamais une promenade de santé. Ce témoignage a le mérite de (re) mettre les pendules à l'heure.

06 fév. 2014

7 transats aller , du prés serré a tirer des bords sur les 3/4 du chemin .... a la mer formée pénible avec grain fort, a la traversée hyper cool . donc c est selon la chance de la méteo . Mais une transat c est 3000 M d ocean , pas la promenade a la journée .......tout peu arriver

06 fév. 2014

Quoique TDM, des journées, puis des journées, après des journées ça fini par faire 3000 M ?

07 fév. 2014

bonjour, Kako, je n'avais pas vu ton retour sur le forum.

Bravo et merci encore pour tes récits très instructifs.

A+

07 fév. 2014

en fait kako ce qui t as vraiment manqué c est une liaison satellite
tu aurais pu te connecter sur le forum et la plus de problème tt le monde t aurais expliqué comment faire
il y en aurait meme qui t aurais remonte le bimini rien qu en branchant ton usb dessus

blague a part merci pour ton récit et ta vision juste de la chose

07 fév. 201407 fév. 2014

En décembre, dans les canaux antillais, la remontée du sud vers le nord n'était vraiment pas plaisante...
Et depuis, l'énorme anticyclone qui reste positionné entre le sud des USA et l'Afrique, contribue à un hiver assez venté ici (en laissant passer toutes les dépressions délétères vers l'Europe).
Bravo à l'équipage du Kelt!

07 fév. 201407 fév. 2014

Tibitin

Tu as raison, si il avait eu les conseils comme souvent c'est le cas , je suis sur qu'il aurait été vraiment dans la m....
:mdr:

07 fév. 2014

Didier, je sais pourquoi vous avez eu des problèmes pendant la traversée et je pense que Antonie3 ne va pas me contredire
tu as oublié d'installer la sonde ;-)

le seul probleme de notre ami kako c'est qu'il possede un magnifique croiseur de 12 m ,c'est pour ça qu'il a du souffrir sur un kelt 8m,si il venait d'un muscadet il aurai trouvé le kelt henaurme (c'est de l'humour bien sur ) :-p

07 fév. 201407 fév. 2014

Au rayon Transats, on avait parlé sur un autre fil

www.hisse-et-oh.com[...]er-zeus

de celle de Gérard effectuée approximativement en même temps que celle de Kako.
Le récit de la Transat de Gérard, sur Nunky, alias le Bismark (le seul First 30 toutenfer de l'assoce ) est ici
association-first30.org[...]re.html
Gérard, dans ses billets parle d'Eric, rencontré aux Canaries, qui a traversé en même temps avec son Coco 6.50. (Voir dans le billet écrit depuis les Canaries.)

07 fév. 2014

il y a un bateau pour chaque age sur ce genre de voyage ..... encore plus si tu es en couple

07 fév. 201407 fév. 2014

tu as bien confirmé mes propos , jeunes couples , remarque tu peux etre jeune couple a tout age ....
j aimerai bien que les épouses donnent leurs avis sur un long voyage sur un 8 m ......
Ma femme 1 iere transat et pacifique sur un 9 m a 23 ans , puis d autre transats tj sur des bateaux plus grand , aujourd hui ( elle a dépassée la cinquantaine )voyage jusqu a Tahiti sur un cata de 12 M pour le confort . On a retrouvé a Tahiti notre voilier de 9 m ( voyage de 80 a 84 France Tahiti ) jamais et moi non plus on pourrait repartir sur ce bateau

07 fév. 2014

gérard de nunky m'a écrit à son arrivée à Ste Anne, "belle navigation mais rude et réservé aux passionnés".rien à rajouter.

07 fév. 2014

Nunky il est tout seul !
En ce moment, il y a plusieurs jeunes couples qui traversent sur de "petits" bateaux... Et une nana seule de 40 et qqs années sur un bateau "moyen"...
:heu:

07 fév. 2014

l'intervention de Kako est très intéressante.
Pour beaucoup , il y a eu d'abord manque de préparation . Pourraient ils faire la liste de ce qu'aurait du comporter une préparation idéale?

08 fév. 2014

Au premier abord, ce n'est pas difficile.
Virer tout ce qui dépasse et qui peux déséquilibrer le bateau même le bib, à mettre en fond de cokpit
Le pilotage électrique ne doit servir qu'en secours.
Un étai larguable avec une voile de brise et tourmentin.
Là je peux vous assurer que le bateau n'est pas le même. (Expérience).
J'ai un petit bateau préparé pour ce genre de course. et j'ai du comme les copains prendre ce genre de mesures.
Après, il reste un domaine pas facile à résoudre, c'est l'étanchéité de la descente. A l'intérieur des filets pour ramasser tout ce qi peut descendre.
Comment vont faire les Jester qui se lancent en atlantique nord en Mai ? et bien la simplicité et faire le dos rond quand cela devient nécessaire.
Mais bon je les encourage à recommencer et je suis sûr que ça ira mieux.
JJ

08 fév. 2014

"Comment vont faire les Jester qui se lancent en atlantique nord "

Ben certaines années , il y plus d'abandons que d'arrivés:
www.jesterinfo.org[...]st.html

Et de façon inexplicable :reflechi: la longueur moyenne des bateaux arrivés est de 27.6 pieds. La longueur moyenne de ceux qui ont abandonné est de 24.5 pieds.

08 fév. 2014

Bonjour,
la préparation de base me semble bien résumée par Gribou25.
Pour la descente, j'avais opté sur mon armagnac pour une porte sur charnières dégondable avec joint et poignée type panneau Goïot. L'inconvénient était qu'au près, il était plus aisé de rentrer ou sortir d'un bord que de l'autre.Par temps clément, elle était évidemment rangée dans un coffre et j'avais un rideau en plastique transparent.
Un autre point qui me semble primordial est les vidanges de cockpit, la plupart du temps insuffisantes et de diamètre trop petit. Ne pas hésiter à en rajouter dans tous les coins. C'est pas chère et vite réalisé!
Gorlann

08 fév. 2014

Bon ben voila tt est dit, il ya plus qu'a rajouter que le skipper a réussi a rendre son voilier dangeureux en pensant à l'équiper de matos et en oubliant un truc gratuit est 'invisible ' au port, la stabilité.

08 fév. 2014

Sans le vouloir , ici aussi on lit souvent que l on peut sur un " petit" bateau faire de grande traversées . bah non , que pour certain et en fonction de l age en grande majorité ....

08 fév. 2014

TDM, pas d'accord du tout, perso je ne connais pas ce bateau, mais des intervenants en ayant l'expérience n'ont pas du tout eu la même sensation (pour parler par euphémisme de l'aventure relaté par Kako) de ce bateau et ayant rencontré au vue de leur périple des conditions similaires. La mini-transat au début, si tu veux exclure des bateaux pointus d'aujourd'hui, font 6.50, les 27 p anglais etc. Je dis tjs que ce sont les marins qui naviguent pas leurs bateaux.

11 fév. 2014


Ravitaillement pour petit bateau.
JJ

11 fév. 2014

:heu:
Tu y crois toi ?
On dirait un film muet des tout débuts du cinéma...
:-p

11 fév. 2014

en tous cas bravo kako pour cette aventure qui je suis sur t aura endurcis et rendus plus prévoyant tu a eu le courage de le faire et je ne pence pas que ce sera ta dernière traversé qu il face 8m ou 50 mètres! tous et réalisable avec une bonne organisation une bonne dose de courage et il et vrais un soupçon d inconscience mais ces cela qui nous apprend a êtres humble face a la mer on ne la dompte pas on ne l apprivoise pas on apprends juste a faire celons sont humeur tous et dangereux dans la vie suffit d anticipé les danger pour les géré aux mieux en tous cas chapeau bas surtout avec un petit bateau de série

12 fév. 201412 fév. 2014

Tout est question de confort.... et surtout de mental :litjournal:

Moi et ma femme on se dit qu'on ne repartirait pas sur un bateau de 27 pieds.
Par contre a partir de 32 pieds ça nous semble très correcte a deux!! :pouce:

14 fév. 2014

Bonjour Kako !
Je reviens à ton récit : bravo , je vous tire mon chapeau a tous les deux, ça me fait rêver et en même temps ça me fout les jetons...faut pas que ma femme le lise..
Je vais envoyer le lien à un pote qui veut traverser seul sur un Challenger Horizon, ça me parait pas raisonnable...( il doit être du côté de Gibraltar actuellement)
A un de ces jours peut être, on est presque voisins ( ponton C)...

14 fév. 2014

Drakkars, as-tu lu les critiques?

16 fév. 2014

Oui.. Et ?

16 fév. 2014

plus le bateau est petit
plus les conditions océaniques sont impressionnantes
plus la préparation doit être poussée
plus l'équipage doit faire preuve de résilience et d’opiniâtreté...

mais la "petitesse" a aussi ses avantages, même en terme de sécurité (bouchon), si le bateau est absolument étanche !

en transat E>O, la fuite est plus ou moins au bon cap... c'est déjà ça de pris

je n'ai pas utilisé ma GV de Finisterre à Marie-Galante, mais souvent le solent et le tourmentin.

tirerdescaisses.blogs.stw.fr[...]ue.html

www.marine-oceans.com[...]araibes

16 fév. 2014

Bonjour et merci pour ce récit
J'aurais une petite question en toute humilité
Après avoir lu le récit et vu les vidéos, je m'étonne de voir souvent le bateau sous GV seule.
Personnellement, c'est un système auquel je fais rarement recours tellement je trouve le bateau dur à empêcher de partir systématiquement au lof. Et tellement plus confortable en mettant la voile d'avant. Surtout quand ça commence à tourner au vinaigre.
Est ce que l'option génois seul posait problème ou y avait-il une raison précise ?
Merci de la réponse.

12 avr. 2015

instructif la remontée de ce fil, générée par le fil de yoan1 à priori,
j'en déduit dans les préparations que j'envisageais sont pour certaines stupides, pour d'autres, malgré mon inexpérience, je visais juste.

12 avr. 2015

T'as du cul, Kako
Néanmoins, elle me plait bien ta démarche . . .
Au fait t'es où là, encore dans la Med ?
( Je pouvais pas m'en empêcher, le jeu de mot, désolé )

13 avr. 2015

Et qu est devenu le voilier mis en cause::

13 avr. 2015

Il est â la pointe du bout sur corps mort toujours navigant.

01 juil. 2016

Depuis qques jours Sadhu dématé est mouillé devant chez moi dans la baie de St Pierre, Martinique. Semble abandonné. Que lui est-il arrivé ? En tout cas le fameux bimini rouge tellement commenté est toujours bien en place..

13 avr. 2015

Salut
Demonter la gv et la bome des le demarrage de l'Alizé , serait peut etre securisant.
cordialement

12 nov. 2015

surtout pas... comment remonter le vent pour aller chercher un MOB ??

03 juil. 2016

Pour le MOB Mettre au moteur !
Et le MOB ce ne fait pas partie de la normalité....

combien de transats loupées sur un 8m pour combien de reussies ? a chaque fois on se refere a ce fil alors que plusieurs heonautes ont reussis de belles transats sur un 8m :-)

12 nov. 2015

et même plus petit

01 juil. 2016

J'ai transaté cette année, un aller en novembre/décembre et retour en mai/juin sur des bateaux entre 11 et 12m, sans soucis.
Mon voilier personnel mesurant 8,5m, j'ai pu raisonner à chaque fois sous la forme "est-ce-que mon bateau aurait pu étaler cette mer". A chaque fois la réponse a été positive, donc il aurait été possible de traverser avec mon Gibsea mais, il y a un mais.
Tout d'abord à l'aller, comme chacun sait premier trajet en été pour rejoindre les Canaries, sans problème et ensuite en hiver, régime des alizés pour rejoindre les Antilles. Dans les alizés, j'ai constaté des vents variant de 10/12 noeuds jusqu'à 35. Ce qui fait que je considère plus prudent d'être sous génois seul, éventuellement une trinquette ou un solent sur étais volant et sur la fausse panne si on est proche du vent arrière. On a de tout façon la houle dans les fesses. Et c'est là toute la difficulté. Si le bateau peut surfer et que sa vitesse de carène associée à sa toile lui permet d'accélérer entre deux vagues sans se faire "tamponner" par la suivante, tout va bien. Si ce n'est pas le cas, c'est au mieux inconfortable et au pire risqué. La vitesse de carène normale d'un monocoque à partir de 10/11m répond normalement à ce cahier des charges. Mais en dessous, çà dépend. Vérifier les polaires.
Sur le trajet retour, bien équipé pour anticiper la météo, çà me parait jouable mais à la condition d'accepter l'inconfort de longues journées au près avec les déferlantes qui balayent le pont.
Sans parler bien entendu de la limite de charge d'un petit voilier qui ajoute à l'inconfort.
Donc je ne doute pas que de petits voilier aient pu faire ce voyage mais je pense que leurs équipages ont vécu plus une expérience de guerrier que de paisible plaisancier.

01 juil. 2016

N'exagérons pas. Ce n'est pas la guerre. C'est juste inconfortable. Quant aux déferlantes qui balayent le pont, ce sont les embruns qui mouillent. Le départ des Antilles jusqu'à toucher les vents d'ouest, c'est 5-6 jours de près. OK, c'est très pénible. Il y a pire comme supplice.

01 juil. 2016

Juste des embruns, faut voir. Il y des fois ou s'est fait claquer comme il faut. Passé les alizés, nous avons croisé en tout 4 dépressions. Ca fait pas systématiquement du vent d'ouest. Je dirais qu'on a fait à peu près 70% de la route entre prés et travers.
Sinon guerrier à prendre au figuré. Mais avec un 8m, certainement pas une promenade pour charmer la demoiselle.

01 juil. 2016

J'ai toujours pensé que l'aller Mindello > Martinique n'était pas trop difficile. J'ai traversé une fois sur cata de 45". C'était une promenade. Il a même fallu mettre le moteur.
J'ai traversé une deuxième fois sur un mono de 12m. Nous avons eu du vent entre 20 et 35 nds mais avec une mer croisée qui nous faisait partir au lof. J'ai mis la GV avec un ris et le génois tangonné à contre et retenu, un jour après Mindello et retiré en arrivant à Ste Anne en Martinique...Ca bougeait un peu bien sur mais c'était vivable. Notre équipier nous faisait de la très bonne cuisine et d'excellents gateaux.
Par contre je suis un peu craintif pour le retour que je n'ai pas fait.

01 juil. 2016

Le retour est évidemment beaucoup plus technique que l'aller. Les alizés sont stables, au moins en secteur et donc une fois les voiles établies, c'est que du bon temps.
Le retour est en revanche beaucoup plus vivant puisqu'il faut une stratégie météo qu'on ajuste au jour le jour. Mais il ne faut pas le craindre, c'est nettement plus sympa sur le plan de la navigation.

01 juil. 2016

pourquoi partir s'il faut revenir ???
après on vit sur ses souvenirs et on a des regrets .
alors on recommence .....
j'en ai fait 4 la première sur un westerly bi-quille de 10m
la deuxième sur un vagabond 50 (taiwan) la troisième sur un uldb de 14m
en alu et la dernière il y a 11 ans sur mon hood 38 ,je n'ai jamais eu le même temps pourtant sensiblement aux mêmes époques ;les trois premières dans le cadre de la transat des alizés ,la dernière j'ai mis 4 mois pour arriver à st françois en faisant du tourisme .
maintenant je n'ai plus envie de refaire de grandes traversées
le cabotage à la rigueur 48h mais pas plus .
tout ça pour dire que traverser sur un 8m surchargé en fardage
je ne le conseille à personne .
alain

01 juil. 2016

L'ennui pour le retour c'est qu'il faut quitter les Antilles ....

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

entretien carène mai 2020

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (66)

entretien carène mai 2020

février 2020