De l'utilité de savoir bien nager!

Un plaisancier de 52 ans tombé de son bateau a miraculeusement échappé à la noyade après avoir nagé de nuit pendant plusieurs heures dans l’eau glacée de l’océan pour atteindre une plage du sud des Landes

L'équipage
01 juil. 2013
01 juil. 201301 juil. 2013

Bonjour
.....................................................................................................................
[url=]

Alain :-/

01 juil. 2013

17 °, c'est pas chaud !
Mais "glacée", il serait mort...

01 juil. 2013

avec ou sans gilet ?

01 juil. 2013

Sans!

01 juil. 2013

"...Le naufragé aurait fait une erreur de manœuvre et serait tombé à l’eau alors qu’il ne portait pas de gilet de sauvetage..."

01 juil. 2013

Bienvenue à lui au club de ceux qui ont une bonne étoile !

Alain :-/

02 juil. 2013

Ce n est plus une bonne étoile, mais une constellation a ce niveau là...

01 juil. 2013

Juste pour créer la polémique: avec un gilet de sauvetage, il n'aurait peut-être par survécu.
:jelaferme:

01 juil. 2013

tout à fait d'accords: il n'aurait pas pu nager aussi "bien"ni aussi loin. Alors :cap ou pas cap d'enlever son gilet de sauvetage??
Tout le monde dira: "faut pas passer à la baille" certes ,mais quand on y est...et seul en plus. Le secret : une combi en néoprene enfilé en solo ?

02 juil. 2013

Impossible : allergie au néoprène. Faudrait que je sois vraiment sûre que je vais tomber à l'eau.

02 juil. 2013

Oui mais le latex est moins isolant :jelaferme: :acheval:

02 juil. 2013

Bonjour Hélène

Les combi ne sont pas toutes en néoprène, me semble-t-il.
Alain :-/

03 juil. 2013

Moins isolant, mais plus imperméable !
:acheval:

03 juil. 2013

Peut etre quand meme possible de le garder en le degonflant pour nager, et le regonfler a la bouche pour se reposer. A essayer.

02 juil. 2013

Ou alors, enlever le VFI (tiens, j'ai pas encore essayé de le faire dans l'eau...) car on ne peut nager avec, et le garder accroché à soi pour s'en servir comme "bouée" afin de récupérer.
Mais effectivement, il a eu une sacrée bonne étoile !

02 juil. 201316 juin 2020

Bonjour

On peut supposer qu'il avait une forme physique correcte, qu'il n'était pas inadapté au milieu aquatique et qu'il savait gérer son stress.
La part de chance, c'est la visibilité, l'absence supposée de courant portant au large et la distance à nager.
Voir ce graphique, mais je pense aussi que la "couche graisseuse" est déterminante ...

Alain:-/
J'ai ajouté un second graphique et un :
[URL=]

02 juil. 2013

Il serait intéressant d'avoir son avis : comment s'économiser, en étant en hypothermie, et continuer à pouvoir bouger ses membres inférieurs.
Il doit avoir une bonne connaissance de ses limites pour avoir pu nager aussi longtemps. Je pense qu'il fait du yoga.

02 juil. 2013

Au journal télé il a raconté qu'au début il tournait en rond, puis il a aperçu des lumières (de bateaux?) et il a nagé vers elles.
Il disait également, avoir nagé très doucement, sans vraiment s'arrêter (il avait l'impression de refroidir lorsqu'il arrêtait )

Quoiqu'il en soit, c'est un miraculé... Ça me rappelle l'histoire, racontée par je ne sais plus qui (Caramel?), du solitaire espagnol, au large d'Alicante, tombé à l'eau en posant culotte; ils avaient entendu ses cris et ramassé le bonhomme après qu'il eut passé plusieurs heures dans l'eau...

02 juil. 201302 juil. 2013

Non seulement il savait bien nager, mais il a su passer la barre de rouleaux qui déferlent tout le long de la côte Landaise et cela de nuit et bien fatigué!!!!!
C'est vrai qu'il faisait calme donc vagues peu méchantes....
Dans certaines zones de la côte Portugaise l'arrivée aurait sans doute été mortelle!
Les bains de minuit sur la côté Landaise peuvent être sportifs!
L'avantage, c'est que l'on a pas à s'inquièter du maillot au passage des vagues, n'est-ce pas LN?

02 juil. 201302 juil. 2013

En plus d'un "bonne étoile", ce qui a surement contribué à le sauver :

La motivation mentale de se sauver (penser à ses enfants, femmes, famille)
Se fixer très rapidement un cap et un repère ("bonne étoile" des lumières ou bateaux vers la cote basque !)
Et trouver un rythme de nage, régulier et adapté : ni trop lent pour ne pas etre en hypothermie ou faire du sur place, ni trop rapide pour ne pas s'épuiser prematurement;

Bravo à lui

02 juil. 2013

arriver ds les rouleaux c'est quasi gagné après une si longue nage; donc ds ce cas, vive les rouleaux...(sans cailloux, c'est mieux).
une vhf portable ds la poche (étanche...) et/ou ptite balise de détresse, + un long bout trainé ds la flotte/sillage du bateau, peuvent être utiles en solo.

02 juil. 2013

La balise de détresse individuelle certainement mieux adaptée que la VHF portable car elle émet en continu et permet en permanence la géolocalisation.
Quant au long bout trainé à l'arrière du bateau, je doute fort de son efficacité : si le bateau marche ne serait-ce qu'à 5N, l'extrémité du bout sera déjà à distance lorsque le baigneur involontaire sortira la tête de l'eau. Il faudrait parvenir à l'attraper au vol et au dessus de 3N environ, impossible de remonter ne serait-ce que pour se rapprocher du bateau. On revient donc toujours au même refrain : s'attacher pour ne pas passer de l'autre côté des filières + port du gilet gonflable.

02 juil. 2013

En fonction de la marée et s'il était face à une baïne, c'était foutu pour lui.

Il aurait nagé 15h mais combien de kilomètre?
Des moyens aeriens avaient été mis en place pour le retrouver. Il serait interressant de savoir pourquoi avec des lunettes thermiques il est passé inapercu.

02 juil. 2013

Un téléphone étanche dans la poche, ça peut aider aussi !:heu:!
Mais un ange gardien, une bonne étoile aussi.
J'aimerai avoir son récit.

02 juil. 2013

D'après le journal SO de ce jour :

Jean Damitio, 52 ans, est tombé dans l'océan tandis qu'il naviguait à bord de son voilier de plaisance. L'accident s'est produit dimanche soir et a nécessité les recherches de trois hélicoptères de la gendarmerie, ainsi que le concours actif de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM).
Parti du port de Capbreton dimanche, vers 18 heures, cet habitant de Rivière-Saas-et-Gourby (près de Dax) a été retrouvé sur une plage d'Ondres par un promeneur, ce lundi matin, vers 10h30. Jean Damitio était conscient, mais en hypothermie. Il venait de nager 15 heures... seul.
Voici ses impressions, recueillies au centre hospitalier de la Côte basque, à Bayonne :
"Voici la première chose que j'aimerais que l'on retienne de cette expérience : il faut mettre un gilet de sauvetage et être muni d'une balise, pour être plus vite repéré par les secours [...]. J'ai voulu régler ma voile quand je me suis retrouvé de l'autre côté du bateau, puis à l'eau, sans pouvoir remonter. C'est allé vite et je ne sais pas exactement comment j'ai fait mon compte. Je me suis agrippé au bateau, mais mes doigts ont glissé."
"Très vite, je ne savais pas où j'allais. Je me suis dit que j'étais en train de tourner en rond. Et la nuit est tombée. A deux reprises, j'ai fait la planche. Mais j'ai eu très froid. J'ai donc nagé lentement et sans m'arrêter jusqu'à la côte, après avoir aperçu les feux des bateaux, au large de Bayonne."
"J'avais très soif. J'ai bu un peu d'eau de mer volontairement, bien que cela soit contre-indiqué. Et j'en ai bu un peu involontairement [...]. Par chance, il n'y avait pas beaucoup de houle. En nageant, j'ai pensé à mes enfants et à mon ânerie, que je devais réparer. Arrivé sur le rivage, je me suis effondré. Mon énergie a fondu d'un coup, quand j'ai vu que j'étais sauvé."
Le quinquagénaire a suscité l'admiration du personnel, au service des urgences (l'admiration était réciproque). Au-delà de l'aventure vécue par son patient, le médecin a d'ailleurs jugé ce cas professionnellement intéressant : "15 heures dans l'eau, c'est rare".

03 juil. 2013

Bonjour , juste par curiosité , combien d'entre vous ,portent un gilet en toutes circonstances ?????? moi , très rarement........

03 juil. 2013

On raconte dans les tavernes, que dans certaines eaux, un full metal jacket est plus utile. :mdr:
Blague mise à part, je n'en ai pas porté pendant un bon bout de temps, même en dériveur, parce qu'on peut affirmer, que porter un modèle type "Bibendum", entravait tellement les mouvements à la manœuvre, qu'ils étaient plutôt nuisibles à la sécurité du navigateur :
"Une main pour le bateau, une main pour désentraver le gilet, et pour l'Homme il n'en restait aucune, sauf à s'en faire greffer une supplémentaire".
Quand ils sont apparus et se sont démocratisés, nous portions à bord (petit croiseur), des bodys de véliplanchistes sous les vêtements, ce n'était pas une panacée dans la canicule, mais ça tient bien chaud la nuit quand ça pique en mer.
Pour finir, quand sont apparus pour la plaisance, les gilets auto gonflants, mettre le gilet est devenu un reflex conditionné et le port est devenu obligatoire à mon bord, pour tous sans exception, à l'extérieur, tout du moins (ne serait ce déjà, que pour donner l'exemple et que les petits ne prennent pas le port de leur gilet pour une brimade).
Je dirais même que je l'enfile avant d'avoir avalé le K'fé. C'est vraiment de la mauvaise foi, que d'argumenter que ça gène.
Bien que ce ne soit pas recommandé, on peut enfiler un vêtement par dessus (T-shirt, pull, Sweat shirt, etc, bref quelque chose d'ample qui se déforme facilement, s'il advenait que le biniou se gonfle).
De toutes façons, pour des raisons de santé de l'épiderme (on ne le dira jamais assez), on restera toujours couvert en mer.
Autre avantage, de ces modèles, le harnais incorporé est toujours capelé, et la longe de l'homme de quart sera toujours accrochée à une filière, les lignes de vie toujours à poste, en navigation, même par beau temps (effet suggestion de la prendre).
On peut difficilement dénombrer, combien de gens sont passés à la baille, en allant sur le pont, "vite fait", désengager la contre écoute de la voile d'étai, lors d'un changement de bord inopiné, et qui ont plongé à la suite de leurs lunettes, pour les rattraper par exemple (encore un réflexe).
En bref, on a jamais jamais l'air stupide avec un gilet ! Par contre on se sent bien penaud, quand on voit des proches, qui pleurent la disparition en mer d'un être cher.
Mais chacun arbitre ses choix à son bord, qu'on se le dise aussi. :-)

09 juil. 2013

Porter un vêtement quel qu'il soit par dessus un gilet gonflable est extrêmement dangereux. Qui est capable d'évaluer la résistance dudit vêtement au gonflage du gilet? Personne.
Je ne vois d'ailleurs pas l'intérêt de porter un vêtement. Il m'arrive d'être torse nu (eh oui, parfois en Manche!!!), sinon, le gilet gonflable se porte PAR DESSUS tous vêtements.

Pour répondre à Pitalugue, je porte mon gilet, de même que mes équipiers éventuels, avant de quitter le ponton. Paradoxalement, le risque de tomber à l'eau est également important pour une manœuvre banale et dans de bonnes conditions. C'est justement là que l'attention se relâche.

03 juil. 2013

:pouce:

03 juil. 2013

Et le bateau ????

03 juil. 2013

souvent la nuit, dans le gros temps et surtout quand je demande de le porter à mes équipiers. mais on est là pour donner des conseils et quand je lis que le gilet l'aurait tué, j'hallucine...

04 juil. 2013

Cette histoire semble improbable.
J'ai participé aux recherches une grande partie de la nuit, on était trois bateaux à quadriller la zone, dans un premier temps de jour puis de nuit. Nous sommes équipés de JVN, de phares de recherche et nous avons ratissé large. L'hélico de la gendarmerie à fait une première recherche de jour, il est ensuite revenu de nuit. Le Puma SAR de Cazaux est arrivé de nuit avec une caméra thermique et a tourné pendant plus de deux heures. Le lendemain nous sommes reparti avec pour consigne de vérifier si aucun corps n'était accroché à un fanion de pêche, le Puma SAR est revenu pour quadriller la zone.
Quand on voit l'interview du "rescapé" à aucun moment il dit avoir vu ou entendu un bateau ou un hélico (le Super Puma fait énormément de bruit), il raconte son histoire très calmement comme s'il donnait des leçons de survie dans une mer déserte.
Je pense, que au bout de quelques heures, on doit se préoccuper un peu de savoir si les secours ont été déclenchés.
Il dit qu'il ne voyait pas la côte alors qu'on voit les lumières de Capbreton de très loin? Il dit aussi qu'il tournait en rond, il y avait un peu de clapot qui allait vers le bord, nager face au clapot n'est pas facile, on a plutôt tendance à nager dans le même sens.
Ensuite quand on regarde les courbes de survie, dans une eau à 17° on est très loin des 15h et en plus en nageant on raccourci ce temps.
J'aimerai bien savoir la vérité tout de même.
Pour le bateau, on lui a sorti indemne de la plage.
Blue

04 juil. 2013

Bonsoir
juste sur un point:
je crois volontier qu'un nageur ne puisse pas voir un côte basse.
Alain

05 juil. 2013

Si c'était une côte sans lumières, je l'admet, mais là on est loin d'un ile déserte car il y a des immeubles sur la côte à Capbreton et il y a deux tours à Hossegor qui se voient de très loin, sans compter le phare. En plus le tracé de son GPS indique une distance maxi de 3.5M lors de cette sortie???
Blue

09 juil. 201309 juil. 2013

26 h de survie en février! ( ou 23 h d'après un de mes copains)
Toute règle à ses exceptions.

Au début des années 80, un caseyeur a chaviré à le Sud Est Minquiers, 4 des 5 pécheurs ont rapidement coulés.

Le 5 ième, dont c'était la première marée, a dérivé jusqu'à St Cast durant 26 h accroché à une épave et sans équipement particulier!

En avril (année 80...), une concurrente de l'Edhec est tombé à l'eau de nuit, au large de l'embouchure de la Loire, sans gilet, je crois,. Elle a été récupérée le lendemain.

09 juil. 2013

Il y a pas mal d'années, un homme jeune et nageur entraîné est tombé à l'eau, quelque part dans l'ouest du Cotentin si je me souviens bien. Il a nagé pendant 22 heures pour regagner la terre ferme.
Mais ces quelques exceptions ne sont que des exceptions à ce qui est connu en matière de survie en mer.

09 juil. 2013

En avril 1997, France Pinczon du Sel (depuis 2000 sur le voilier polaire VAGABOND) naviguait entre la Trinité sur Mer et Port Joinville sur un voilier qui devait faire la course de l'EDHEC. Dans la nuit, elle est tombée à la mer par des creux de 4 à 5 mètres. Elle est restée 5 heures dans une mer formée et de l'eau à 15 degrés, le temps que les secours soient alertés et qu'ils arrivent sur les lieux. Cf son livre « Carnets de bord. A la grâce d'un coup de mer. »

09 juil. 2013

Combien de nautiques ce monsieur à priori en très grande forme a t-il parcouru a votre avis?

09 juil. 2013

Croyez ce qui vous arange, j'etais sur le terrain et les info qui nous font dire que c'est un gros fake. Salut

09 juil. 2013

Quelle infos, stp ?
Alain :-/

09 juil. 2013

Sur un autre fil il apparaissait que la lecture des posts précédents ne précédait pas toujours l'émission d'un nouvel avis...j'en ai fait l'expérience récemment d'ailleurs.

10 juil. 2013

Bonjour
J'ai suivi tout ce fil, qui m'a intéressé, et ce qu'avance Dominique m'étonne et m'intrigue.
Je n'ais pas d'avis sur la question mais comme c'est une accusation GRAVE (et diffamatoire), je me permet de demander plus d'infos...
Alain :-/

10 juil. 2013

Effectivement, ce qu'avance Blue est étonnant.
Soit il a des éléments prouvés et il donne ses sources soit c'est diffamatoires.
Pour avoir entendu le naufragé s'exprimer depuis son lit d'hôpital, il me parait invraisemblable qu'il ait tout inventé...
Blue indique que" le tracé de son GPS indique une distance maxi de 3.5 M lors de cette sortie???" , comme si effectuer 7 km de nuit était à la portée du premier venu...
Ce ne serait pas la première fois que des sauveteurs ne trouvent personne dans une zone parfaitement définie.
Donc si Blue a des éléments complémentaires, qu'il nous les apporte ou nous dise quelle administration détient la vérité, dans le cas contraire, c'est lui qui est un menteur et, pire, un diffamateur.

10 juil. 2013

On ne peut pas divulguer certaines informations tenues au secret comm dans le domaine medical et les info policieres. Donc , continuez a penser ce que vous voulez, je n'interviendrais plus sur ce fil. Blue

10 juil. 201310 juil. 2013

Ce que tu viens de préciser me semble justifié, mais tardif : tu en as largement assez dit pour semer un énorme doute et tu as donc déjà dépassé la réserve professionnelle que tu évoques.

Ce dépassement plus la communication de ce qui me semble être ton nom dans ton profil seraient, à mon sens, deux raisons suffisantes pour que tu demandes aux gestionnaire de ce forum de supprimer tes interventions comme de cette dernière.

Si ce que tu avances est vrai, ça couperait court à toute curiosité (dont la mienne), si ce que tu avances est faux, ça te donnerait une possibilité de tenter d'échapper à la diffamation.

Enfin j'dis ça, j'dis rien... :litjournal:

10 juil. 2013

La tête juste au dessus de l'eau (disons 20 cm), on voit dans le meilleur des cas et sans clapot à moins d'1,5km
d = racine carrée de (h x (12600+h) (d, la portée et h, la hauteur, étant exprimés en kilomètres)

12 juil. 2013

Et oui, la portée visuelle et la hauteur de l'observateur et de l'objet vu, or au ras de l'eau on est proche de zéro, d'après les calculs de Sarkis, visi 1/2 M, si le il a parcourut 3.5 M, comment il fait pour voir la terre ?? de jour, il n'y a rien, de nuit le halo de la cote!!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

"Le temps d'une pause" sur le Canal du Midi avec un SIR 530

Souvenir d'été

  • 4.5 (14)

"Le temps d'une pause" sur le Canal du Midi avec un SIR 530

novembre 2021