De l'usage des moteurs

Le premier bateau avait un couach 8cv démarrant (parfois) à la manivelle. Le second avait un Mercedes qui fut en panne une bonne partie du temps, le troisième, plus simplement, n'avait pas de moteur, le suivant un Ford qui était si peu utilisé que quand nous le démarrions, il fallait réamorcer au "start pilot" ou à l'essence. Enfin, pour le dernier (qui fut le second), nous avons diminué la puissance par 2 sur le nouveau moteur. (1000h en 12 ans). Je n'ai aucune confiance dans la mécanique. Je ne connais pas et n'aime pas l'odeur ni le bruit. Du coup mes moteurs ne sont pas fiables et je manoeuvre la plupart du temps à la voile.
D'accord pour nos marinas européennes bondées et étroites, mais ailleurs, pourquoi ce bruit?
Quel est votre sentiment?, quel est votre usage? Comment vous sentez vous avec votre moteur?

L'équipage
07 mai 2020
07 mai 2020

C'est comme pour la voile, il faut s'intéresser à la mécanique pour progresser.

07 mai 2020

Bonjour, je trouve super d'arriver à manœuvrer à la voile mais sans même parler des marinas, quand l'été je vois les manœuvres beaucoup de voiliers au moteur au mouillage... Vu ce que ça donne au moteur, heureusement que tout le monde ne s'amuse pas à manœuvrer à la voile (moi-même je serais incapable de faire toutes mes manœuvres à la voile).

07 mai 2020

ça peut être un organe de sécurité, non ?
par exemple si on est poussé vers une côte ?

07 mai 2020

s'il y a bien un organe qui n'est pas de sécurité c'est bien le moteur ..il est fait pour tomber en panne lorsqu'il devient indispensable ...

je suis toujours etonné lorsqu'il demarre !!

ils étaient fiable il y a longtemps mais plus maintenant ils sont devenu trop sophistiqué

07 mai 2020

Ah, je me sentais un peu seul dans mon antimotorisité profonde ;-)

07 mai 2020

Calypso:

« s'il y a bien un organe qui n'est pas de sécurité c'est bien le moteur ..il est fait pour tomber en panne lorsqu'il devient indispensable ... »

J’espère que tu n’a ni voiture ni motos et que tu fait tous à dos de chameaux!!! Demande à un mec de la snsm pourquoi il ce sert de moteur est pas de mettre des voile à la place pour sauver des personnes.... mise à part un point dans la geule.... et la colère qu’il auras à entendre des connerie... ou il te diras qu’il en a ras le bol d’aller chercher des voiliers qui sont en panne de moteur car y en ont aucun entretient....

07 mai 2020

En même temps, la SNSM a d'autres choses à faire que d'aller chercher des voiliers en panne de moteur. Z-ont qu'à hisser les voile, non? C'est quand même pas vital de rater le diner chez Raymonde la voisine ? J'espère que la SNSM facture bonbon;

10 mai 2020

j'ai fait appel à la snsm à 2h du matin en panne de moteur ,échoué dans le premier lac de gruissan
bien planté dans la vase ,je ne voyais pas comment m'en sortir autrement avec un coup de vent annoncé
en plus ,c'est la seule fois de ma vie de plaisancier et je n'en suis pas spécialement fier .
tout ça grâce à un pompîste qui m'a mis de la m...à marseille quand j'ai pris un peu de g.o .
quand j'ai mouillé au milieu du chenal il n'y avait pas un poil de vent vers 22h .la flemme de gonfler l'annexe et de mettre le hb à couple .
alain

07 mai 2020

c'est bien a mon humble avis le tort des voileux de penser que leur moteur est un organe de securité ,un jour au l'autre ils s'aperçevront que ce n'est pas le cas et il sera trop tard ...

le securité pour un voilier c'est ces voiles , le moteur n'est qu'un auxiliaire ...enfin pour moi on peut avoir un point de vue different bien evidement .

perso je ne me fie jamais à mon moteur .

07 mai 2020

donc a partir de ce constat j'ai "mes" reflexes :par exemple je hisse la GV dés que possible en sortant du port qu'il y ait du vent ou pas m^me lorsque tout ce presente bien je l'installe au ponton ..au retour pareil je rentre les voiles au dernier moment ..
Ainsi si le moteur s'arréte je suis mainoeuvrant (plus ou moins biensur)
Et par ailleurs l'ancre peut etre mouillé tout de suite ,elle est sur le pont ...

et mon moteur est de 1987 il demarre impecccable et je fais son entretien moi m^me voir beaucoup plus que la simple vidange ...

mais je ne lui ferais jamais une confiance aveugle et je ne le considére pas comme une securité ... surtout par mauvais temps .

pour la godille !! 6.5t ça commence a faire

08 mai 2020

D’où l'idée d'un système de secours avec un moteur électrique à monter en 2 secondes sur un support déjà installé et qui pourrait bien aider à se sortir d'une situation dangereuse. Ça pourrait être l'électrique un peu sur-dimensionné utilisé pour l'annexe, ou un générateur électrique réversible, ou un moteur électrique dédié à cet usage, c'est à dire pas d'autonomie pour la balade mais de quoi se déplacer sur 1 MN à 2 kt.

"ils étaient fiables il y a longtemps mais plus maintenant" a écrit Calypso2

alors pourquoi remplacer un moteur ancien qui n'est pas au bout du rouleau... si ce n'est à cause d'un "pro" qui veut vous en vendre un et n'a pas la compétence pour entretenir ,voire remplacer un accessoire de l'ancien

comme il a été dit plus haut, un moteur c'est comme la voile, ça s'apprend, ça s'entretien, pour répondre présent quand il le faut, et c'est à l'utilisateur de s'y mettre...

il y a aussi la godille, qui n'est pas à la portée de tout le monde mais ça s'apprend aussi, mais ça peut couiner aussi quelque fois pour les amoureux du silence.

07 mai 2020

"la godille, qui n'est pas à la portée de tout le monde"
N'importe quoi !!!
La godille c'est facile !

Mais c'est fatiguant et on ne peut donc faire beaucoup de milles...
Quant à remonter un courant de 5 ou 6 noeuds, bof, bof.

la godille, c'est facile... oui pour celui qui veut bien se donner la peine d'apprendre

mais tous les bateaux ne sont pas équipés pour... et d'abord d'avoir un aviron adapté, le trou de godille, la dame ou les tolets ne sont pas indispensables, un erseau, ou un bout tenant l'aviron sur un pied de chandelier fait l'affaire

09 mai 2020

J'ai appris dans le guide des Glénans, donc c'est facile.
Une dame de nage ne coute presque rien, et un aviron ce n'est pas cher...

Enfin, il y en aura toujours qui préfèreront faire du bruit avec un gros moteur, leur coté "ado broum broum" j'imagine
;-)

09 mai 2020

Jusque dans les années 90? , l' aviron de godille était obligatoire sur les bateaux de moins de 8m, et nombre de beaucoup plus gros en avaient, notamment la Sereine des Glénans (13m).

Après, comme d' habitude avec la législation française, obligatoire d' en posséder ne voulait pas, bien-sûr, dire qu' il fallait savoir l' utiliser!

Gorlann

10 mai 2020

Quelle puissance peut-on développer avec une godille ? Ben, pas tant que ça même avec une bonne technique - et pendant combien de temps ?. S'il faut lutter contre le courant ou contre le vent on risque fort de se trouver dans les cailloux...

10 mai 2020

maintenant avec les moteurs on fait n'importe quoi ..à l'époque de la godille on avait le plus souvent un HB donc pas trop puissant que l'on utilisait simplement pour arriver au port ou pour partir ..donc il était de coutume de rentrer avec la marée et de sortir avec egalement .... et en cas de probleme on sortait la godille mais le courant nous portait ... c'est ça navigué en securité ...mais il fallait parfois se lever à 4h du matin et rentré a minuit ...

10 mai 2020

Je comprend ta philosophie, José, mais quand on veut sortir de la Rance pour la journée il ne faut pas rater l'écluse...

10 mai 2020

oh je comprends , mais ayant mon bateau à la Passagére je sortais avec le courant et idem au retour sinon bonjour et en cas de panne dans le coin faut mieux avec une ancre a poste !!!
si le courant ne me permettait pas de rentré en Rance je laissais le bateau aux bas sablon , avec un petit hb on n'avait pas le choix il fallait faire avec ...

et celà a été finalement une bonne école

10 mai 2020

On mouille avant peut être?

En fait j'ai appris à naviguer "à l'Anglaise" : on sait ou on va , on sait surtout ou on ne veut pas aller.

10 mai 2020

Moins d’un cheval-vapeur. Bien moins ...

10 mai 2020

Pas même un homme-vapeur ?

09 mai 2020

Petite citation d'Antoine:
" Toute mécanique possède un état normal, stable et naturel, l'état de panne; on peut parfois, pour une durée toujours limitée et avec beaucoup d'efforts, la maintenir dans un état instable et anormal, l'état de marche"

07 mai 2020

Ton bateau est avant tout un voilier. Tu n'es poussé vers une côte qu'en cas d'avarie grave.

et si la côte est sous le vent......

07 mai 2020

Relire "Rôle de plaisance " d'urgence...

07 mai 2020

J Perret. Relu il n'y a pas longtemps. je ne sais pas si on le trouve encore.

07 mai 2020

Je l'avais trouvé sur un site de vente de livres sur internet il y a une quinzaine d'années, exemplaire neuf, "non coupé". En ces temps lointains, les "vrais lecteurs" affirmaient que devoir couper les pages au coupe papier était une partie inhérente à la "vraie" lecture! Je rêve d'un coup de massicot pour régulariser la tranche!
Publié chez Gallimard en 1957, un must surtout pour ceux qui fréquentent Honfleur (vraiment changé depuis!) et les eaux normandes. Le "matelot" de Jacques Perret était un dessinateur de marine qui publiait ses dessins notamment dans Bateaux si je me souviens bien.

Quant au moteur, s'il est bien entretenu, peu de problèmes. On lit en ces lieux des restes de culture "Glénans". Jusqu'à des éditions récentes, le moteur était considéré comme un accessoire bruyant, peu fiables. J'ai aussi le souvenir du moment où dans un port arrivaient des voiliers avec leur bande rouge et c'était un peu "tous aux abris!".
Dans la mesure du possible, j'aimais pratiquer une aussi belle manœuvre que possible sous voile (appréciée des seuls anglais voisins!), mais avec le moteur eu point mort et ralenti en cas de besoin. En mer, lorsqu'on se trouve en panne totale de vent, cela peut être utile ou bien pour appuyer lorsqu’un courant vicieux est nettement plus fort que la poussée vélique;

07 mai 202016 juin 2020

On le trouve chez Folio.
A relire souvent !

07 mai 202016 juin 2020

Bonjour,
si tu navigues en Med, tu verras que le moteur est utile. L'été, c'est soit trop de vent, soit pas du tout.
Et quand il n'y en pas du tout, je suis bien content d'avoir un moteur.
Accessoirement, en 45 ans de nav, je n'ai eu qu'une seule panne de moteur: arbre cassé sur un 6Cv EVINRUDE. Et encore, c'était à quai, à Gruissan.
Mais mes moteurs, je les entretiens. Moi même...
Et tiens, l'année dernière il y a même un voilier des Glénan qui m'a doublé au moteur entre Cassis et Marseille. Et sans cône. Eux qui honnissaient les moteurs...

07 mai 2020

Oui, c'est vrai que la méditerranée est une mer difficile pour des gens comme moi. 8 jours pour les 340' entre Ports Saïd et Rhodes ; Etre obligé de tuer une tortue entre la Grèce et la Sicile parce qu'il n'y avait plus assez à manger à bord... "donne moi du vent et je te donne des miles" (La Longue route)

07 mai 2020

Oui tout dépend de la zone de navigation.
Pendant 3 ans autour de la Caraïbe, nous avons navigué sans moteur : le vent y souffle assez régulièrement, c'était une époque où on trouvait une place de mouillage facilement, pas les forêts de mâts actuelles. Pour l'énergie on avait éolienne + panneau solaire.
C'est sans doute moins facile aujourd'hui parce qu'on a moins de place pour évoluer partout.
Mais l'habitude est restée, on n'utilisait le moteur que quand c'était indispensable. Jamais pour "faire de la route"... Et quand il tombe en panne, on retrouve vite les bons réflexes, il nous est arrivé aussi de nous faire remorquer par un copain !

Pour répondre à ta première question, j'ai horreur du moteur, c'est le seul organe du bateau auquel je ne me suis jamais intéressée... mais j'ai peu navigué seule !

07 mai 202007 mai 2020

Moi j'aime l'odeur de l'huile chaude.... et de l'huile de coupe.
Comme a bien dit Philou, il faut s'intéresser à quelque-chose pour progresser, l'entretenir.
Et une mécanique qui n'est pas utilisée se corrode, les glissières gomment, le carburant qui est un mélange n'est plus homogène, la batterie se décharge etc... et donc panne.
Je ne connais pas le temps maxi idéal entre deux fonctionnements : une semaine?
Et ne pas tourner au ralenti (encrassage de l'échappement) et sans charge (glaçage des cylindres)
Donc la prise de mouillage au moteur, relever l'ancre (guindeau donc moteur pour charger la batterie), tout cela participe à l'entretien de la mécanique et des batteries.
Ce qui ne m'empêche pas d'avoir choisi un bateau et des voiles pour faire le minimum possible de moteur....

07 mai 2020

Oui, je me force. ;-). L'idée initiale du fil était un peu suite à des navigateurs plus ou moins perdus ou très déconfits pour cause de panne de moteur. Avoir une discussion sur les usages du moteur. Sécurité ou pas, utilisation régulière ou pas .... Par exemple, l'an passé je me suis presque fait emboutir dans la brume par un Bavaria Norvégien, lancé à fond de 5ème au moins à 8 noeuds, alors que je progressais calmement à 3 Noeuds sous spi. Donc, votre usage du moteur?

07 mai 202007 mai 2020
  • j'ai hiverné le mien il y a 2 ans, fin aout, après avoir rincé le circuit eau de mer, à l'eau douce puis antigel. Bouché échappement et admission
  • l'année dernière, pas mis en route du tout pour si peu, car pas bougé du mouillage. Juste remonté à la maison les batteries pour les mettre en charge

j'ai hâte de dé confiner pour le mettre en route. Faudra auparavant que je déconfine la voiture à l'arrêt depuis 8 mois, qui en plus a 36 ans.

07 mai 2020

J'en ai un peu marre de l'opposition voile/moteur. Je me régale à manœuvrer mon voilier et je suis ravis de mettre le moteur en marche quand j'en ai besoin (un moteur bien entretenu démarre). Alors cessons de larmoyer et d'opposer l'un à l'autre. Les deux sont complémentaires et me remplissent de bonheur. MM

07 mai 2020

L'optique n'était pas d'opposer les deux. Mais de "dédramatiser" les pannes éventuelles. Bien sur, on est bien mieux à faire une manoeuvre sérrée au moteur, mais nos voiliers sont manoeuvrables à la voile dans presque toutes les conditions rencontrées. Mouiller, prendre un coffre, se mettre le long d'un ponton.... je pense qu'il faut aussi parfois se forcer à manoeuvrer à la voile.

07 mai 202007 mai 2020

votre voilier est très certainement facilement manœuvrable en solo dans un espace restreint à la voile.

mon voilier ne l'est pas .

07 mai 2020

Non. 15m, 18 tonnes, quille longue...

et après le voilier avec un moteur auxiliaire, avec l'age on peut passer au bateau à moteur, sans voile eh oui!

alors la voile, c'est aussi apprendre à avoir un moteur et à s'en servir

07 mai 202007 mai 2020

De mon côté, je préfère nettement les vieux moteurs, plus simples, plus faciles à entretenir. Mais je m'efforce tant que possible et là où c'est possible de manœuvrer à la voile et à la godille, j'y prends beaucoup de plaisir.
Mon premier bateau avait un HB en puits, sous-puissant et capricieux, du coup j'ai appris à me débrouiller sans moteur. Depuis ce jour je me suis promis d'avoir un moteur diesel fiable, sur un bateau d'une taille me permettant de me passer de moteur pour avancer à la godille et manoeuvrer sous voiles

08 mai 2020

Redémarré un moteur (de voiture ancienne pas de bateau) de 92 ans la semaine dernière après 6 mois d'arrêt partit en deux coups de manivelles.

Je ne me demande même pas si ma voiture actuelle tournera encore dans 50 ans...

Etait-il utile de complexifié à outrance les moteurs de bateau ? A quand le retour d'une marque produisant en Europe des moteurs simples, presque basiques pour un prix correct ?

08 mai 2020

+1 pour iclo420

Gorlann

08 mai 2020

@ iclo
Je pense qu'il y aurait un vrai marché. Comme pour la Dacia, que Renault destinait initialement aux pays de l'Est et qui fait un carton en France !

Perso, je compte faire le stage STW l'hiver prochain – et j'ai un moteur monocylindre antique, qui fonctionne :-)

07 mai 2020

En accord avec Juliusse !!!

J'aime bien la mécanique en général (autos anciennes, motos anciennes) mais je n'aime PAS DU TOUT les moteurs lorsque je fais de la voile !

De plus je trouve les moteurs bateaux (particulièrement les HB) peu fiables, et les mécanos qui les entretiennent de même ;-) parce qu'a chaque fois que j'ai loué un voilier il y avait des problèmes avec le HB...

Le mien est vaguement entretenu par moi-même, mais il est très fiable (c'est une vieillerie) bien que peu puissant mais malgré tout je l'emploie très peu car pour moi, la voile c'est le vent, le chuintement de l'eau sur la coque, le silence, mais pas le boucan d'un moteur !

07 mai 202007 mai 2020

Sur la fiabilité des HB, j'ai changé mon Yam 6Cv 2 temps de 26 ans qui tournait encore comme une horloge (dernier démarrage après 5 mois off au 2e coup de lanceur) par un Yamaha 8cv 4 temps pour cause de norme de pollution sur le Léman. Jamais une panne sur ce moteur que j'entretenais pourtant bien peu, il traîne encore dans ma cave au cas où le nouveau devait me laisser en rade, mais probablement qu'en eau douce les moteurs souffrent moins qu'en mer.
En 4 ans, une seule panne sur le 8cv, due à une erreur de ma part, je l'ai couché du mauvais côté et j'ai rempli les cylindres d'huile.

Ceci dit c'est peut-être moins vrai pour les toutes petites puissance sur les annexes qui sont souvent proches de l'eau.

07 mai 2020

Parmi ses formations, STW en a une sur l'entretien des moteurs diesel, et une sur les HB.
stw.fr[...]mations
A mon avis, c'est un bon investissement.

07 mai 2020

Moi j aime bien le moteur de mon voilier ⛵. Point

07 mai 2020

je ne pense pas que l'usage du moteur soit négatif. Je pense qu'il faut prendre le moteur marin pour ce qu'il est, une aide qui est susceptible de tomber en panne. je suis toujours étonné de voir des voilier voiles ferlées (quelquefois avec les prélarts à poste) tourner à quelques dizaines de métres au vent d'un cap dangereux... Je suis de même étonne des appels de détresse pour cause de moteur en panne. Apprendre à manoeuvrer à la voile, anticiper, choisir le bon endroit ... est une sécurité.

07 mai 2020

Le voilier est un bateau à moteur sans permis.

07 mai 2020

@libenter;
tes propos sont assez incompréhensibles !?

J'imagine que tu n'as jamais fait de voile ?

Le "permis bateau" est un acte quasi administratif très facile à réaliser à peu de coùt.

Faire de la voile est bien plus complexe !
Et l'apprentissage autrement long !

07 mai 2020

Non je n'ai jamais fait de voile.
En fait je n'ai jamais navigué.

Par contre j'ai beaucoup fréquenté les minimes.

Aller au moteur mouiller devant Rivedoux , déjeuner bien arrosé et retour au moteur etait un sortie en mer très appréciée.
Certains n'avaient même pas de voiles à poste.

ce que dit libenter@ est exact pour beaucoup de gens qui veulent faire du bateau sans avoir de permis.

les conséquences: ils ne savent ni faire de la voile, ni bien utiliser d'un voilier au moteur qui a des réaction particulière (différente d'une auto mobile).

07 mai 2020

Comme d'autres j'aime bien la maintenance dont moteur mais je n'aime pas l'utiliser hors port.
Par contre il est indispensable c'est clair lorsque l'on est au port sur catway.
Meme s'il est très important de bien connaitre son moteur,une panne au mauvais moment peut toujours survenir donc avoir un plan B et remonter une voile tres vite est une bonne chose.

07 mai 2020

Il y a longtemps, j'ai fait une saison de charter à Rhodes. Nous rentrions tous le samedi après midi, bateaux entre 15 et 20m, Fernande, Landfall ... et nous mettions un point d'honneur à faire notre manoeuvre à la voile. Ancre à l'avant sur l'erre, culage avec le vent, arrière au quai. (Le quai etait bien orienté, certes)

07 mai 2020

Oui tout est possible et je suis d'ailleurs déjà arrivé à ma place à la voile plusieurs fois.
Mais avec du vent accéder à des endroits compliqués à la voile c'est ingérable.

07 mai 2020

Chacun ses priorités, pour moi le moteur est l'organe le plus important du bateau au point que j'ai eu longtemps deux bateaux : un pour faire de la voile (surtout régate) et l'autre pour naviguer...
Je vais du point A au point B, quand le vent est contraire ou absent, je vais au point B au moteur, il y a bien longtemps que je ne tire plus des bords !
C'est la philosophie Fifty, les voiles sont là en sécurité, pour être sûrs d'arriver quelque part sans appeler à l'aide !
Au boulot, il n'y a que le moteur, pendant les congés c'est dur de se passer des habitudes et des heures d'arrivées assurées ! Le tout fait 300 jours de nav par an (et 3 litres à l'heure !)

Bravo au philosophe qui met tout le monde d'accord avec son fifty et félicitation pour sa sagesse

07 mai 2020

Les moteurs actuels sont aussi fiables que les anciens. Plus légers, plus de couple à puissance égale. Le seul point faible reste l'électronique, mais jusqu'à présent, je n'ai pas eu de problèmes particulier et je n'ai pas d'exemple de panne irrémédiable parmi mes connaissances.
La seule chose que je regrette par rapport aux moteurs ancienne génération, c'est l'absence de manivelle. En cas de batterie faiblarde, avec un décompresseur par cylindre, ça aidait bien. Et pour régler les culbuteurs aussi. Mais bon, on se débrouille sans.
Et puis j'ai un peu de mal à comprendre la mode des moteurs turbo sur un voilier. Mon voisin en est à son deuxième turbo en cinq ans, j'ai beau lui expliquer qu'il faut qu'il pousse son moteur à fond de temps en temps, ben non, c'est 1 500 tours maxi... tout le temps.

07 mai 2020

Je n'arrive pas à pousser le moteur. Déjà, quand il tourne, j'ai en permanence l'angoisse qu'il s'arrête. Quand je le démarre, je suis persuadé qu'il va faire trois pets et terminer dans un suintement discret "Pffffffff", donc, si je le pousse au delà de 1500 tr, je pense qu'il va exploser et mettre le feu au bateau. C'est grave docteur?

07 mai 2020

Un petit tuto pour te montrer comment pousser un moteur (faut pas mettre les doigts dessus par contre, c'est chaud) :

07 mai 2020

Un bon psy devrait venir à bout de tes phobies...

07 mai 2020

Bonjour,

pour moi, un moteur sur un bateau est certes très pratique, mais je ne conçois pas de ne pas pouvoir m' en passer.

j' ai acheté mon bateau avec le moteur d' origine(1973) bloqué, et considéré comme mort.

J' ai ramené le canote du havre en Bretagne sud sans moteur, et sans problème.

Je l' ai ressuscité, et depuis 8 ans, il me donne satisfaction.

A chaque fois que j' en ai l' occasion, je manœuvre à la voile ou à la godille, et quand je rentre dans un endroit exigu au moteur, je suis toujours prêt à renvoyer de la toile ou à mouiller.

Et puis ce qui est super avec les vieilles mécaniques montées dans des bateaux alus avec cale moteur non isolée, c' est que çà incite à utiliser le moteur le moins possible, c' est bon pour la caisse de bord et la planète!

Gorlann

07 mai 2020

Ah oui, la "cale moteur non isolée", c'est très motivant pour tout faire à la voile ! j'ai connu ça sur le bateau d'un copain...
;-)

07 mai 2020

Bonjour, une question peut être bête ou idiote qui me turlupine: qui aurait testé l'utilisation d'un moteur de 2cv Citoen(425 ou 602cc 29cv)sur un bateau. pas de problème de pompe a eau d'entartage 1 seule durite ;alternateur; refroidissement intégré a air. évacuation extérieure ou pour chauffage intérieur.fiable ,assez sobre ,pièces facilement accessibles- de 100kg .mécanique et réglages simples.inconvénient bruit et carburant essence.Pb entrée air pou refroidissement .

07 mai 2020

Avoir de l'essence à bord? pas envie.

09 mai 2020

moi non plus je ne souhaiterais pas avoir d'essence à bord, pour un moteur en cale !!!

07 mai 2020

Je ne suis pas spécialiste, mais il me semble que la vitesse de déplacement sur terre de la 2CV, jusqu'à 90 km/h donc supérieure à ce qu'on peut espérer sur un voilier, est une variable qui joue un rôle important pour amener de l'air frais dans les ailettes de refroidissement.
Dans un climat non polaire, pas sûr qu'on arrive à refroidir le moteur. Sauf à faire tourner en permanence un gros ventilo.

07 mai 2020

Ce n' est pas impossible, mais un moteur de Deuch est large, et il faudrait avoir une très bonne ventilation de la cale.

Gorlann

09 mai 2020

Bonjour Petit Navire

Il y a eu en moteur hors moteur des refroidissements par air exemple Tomos.

Le Moko

10 mai 2020

merci j'en ai eu un ,à l'époque j'avais un noroit avec un 4cv tomos
très bruyant ,surtout ne pas le toucher ,c'était la brûlure assurée, la bougie perlait sans arrêt
une galère ,je l'ai remplace par un seegull.et dire que j'ai été en corse avec .
alain

10 mai 202016 juin 2020

Un seagull, excellent, j'en ai vu un dans un musée...

10 mai 2020

"Bonjour, une question peut être bête ou idiote qui me turlupine: qui aurait testé l'utilisation d'un moteur de 2cv Citoen"
Je ne l'ai pas fait mais j'ai navigué, à la pêche sur le 5.5m morin d'un copain qui en avait intallé un.
Bruyant mais très efficace dans les courants du golfe du Morbihan et de superbes pêches de daurades
Il utilisait 2 vitesses sur 3 suivant les besoins

07 mai 2020

et comment sont tous les bateaux avec hors bord ou moteur essence ?.pas plus d'incendies qu’avec nos batteries et circuits électriques si l'on respecte les consignes de sécurité

07 mai 2020

Oui mais même a l’arrêt au ralenti une 2 deuch ne chauffe pas ! ventilateur incorporé en bout de vilebrequin!.

07 mai 2020

Il était un petit navire, il était un petit navire, qui n’avais jamais jamais navigué qui n’avais jamais jamais naviguer hoe hoe.... bon refroidissement à eau mon lapin.... quoi c’est quoi un refroidissement à eau? Eux de l’eau c’est quoi? Dés molécule c’est quoi? D’ailleurs on parle de quoi? En tous cas je sais plus et toi? Ça serais cool de ce renseigné avant mais bon tu est nouveau alors bienvenue petit 🚣‍♀️ 🚣‍♂️ 🚤

07 mai 2020

Bonsoir , j'ai simplement suggéré une idée en disant que c’était peut être idiot merci de vérifier votre orthographe avant de critiquer .un forum c'est pour exposer des idées bonnes ou mauvaises mais pas pour :(Ça serais cool de ce renseigné avant mais bon tu est nouveau alors bienvemphasized textenue petit 🚣‍♀️ 🚣‍♂️ 🚤 ) merci et bravo pour ta contribution.

07 mai 2020

Lol attaquer l’orthographe c’est quand on a plus d’arguments... mais exposé des idées qui on était dit plus de 1000 fois a un moment donné faut arrêter ( j’écris pas bien mais je sais lire et comprends. Certain savent écrire est pas comprendre.. ironique non) mais je t’aime bien quand même, tu serais une fille je t’aurais invité à boire un verre 🥃 ;)

07 mai 2020

Bonsoir,

il y a eu des moteurs in-board à refroidissement à air, notamment sur des vieux gréements.

Mon trimaran (Bucaneer 33) est motorisé par un Dolfin 13 cv, bi-cylindre 2t in-board sans inverseur, avec un embrayage centrifuge comme sur les mobylettes.
Pour la marche-arrière, on arrête le moteur et le redémarre en sens inverse, la dynastart tournant à la demande dans les deux sens.
Inconvénient, pas de refroidissement en MA, car la pompe à eau tourne à l' envers.
Avantage: moteur léger et très efficace pour un tri de 10m.

Parmi les bateaux motorisés avec des in-board essence, Damien avait un Couach BD2 de 15 cv, et çà ne les a pas empêché de remonter l' Amazone jusqu' à Manaus!

Gorlann

07 mai 202007 mai 2020

au ralenti ça va, mais en ville ces moteurs souffraient, l'huile aussi, d'autant qu'ils n'avaient pas de filtre ! le pb serait vraiment d'évacuer l'air chaud
j'ai connu des moteurs Bernard sur des canots, mais ils étaient quasi à l'air libre, bonjour le bruit !

07 mai 2020

J'ai appris la voile sur dériveur: pas de moteur donc toutes les manoeuvres la voile.
C'est une bonne école.

07 mai 2020

J'ai appris la voile sur dériveur: pas de moteur donc toutes les manœuvres à la voile.
C'est une bonne école.

J'avais oublié le : "à"

10 mai 2020

J'ai un petit HB au cul de ma caravelle, il a eu une panne qui ne valait pas de le réparer.
Je m'en suis passé une année, mais malgré une bonne paire d'avirons son absence a limité mes capacité de sortie.
Les courants de l'archipel sont costauds... j'en ai racheté un.

07 mai 2020

moi je bichonne mes moteurs,je fais en sorte qu’il soit toujours en bon etat,propres ,entretenus ,purgés et reglés.
tout ce que je leurs demande est de craquer a la première sollicitation,parceque si je les sollicite c’est que j’ai besoin d’eux.
de la a dire que je suis enchanté de marcher au moteur...non.
quel plaisir quand on les coupe.

08 mai 2020

le moteur s'il est correctement entretenu ,il se fait oublier .il doit démarrer à la première sollicitation .
tous les autres véhicules ne sont pas à pédale que je sache ,et ils fonctionnent quand on en a besoin .
par contre on n'est pas obligé de le faire fonctionner tout le temps ,j'ai fait 350h en 9 ans et je fais en gros 1500mn par an .
si vous avez des problèmes avec c'est de votre faute soit par négligence soit par ignorance .
et apprendre c'est souvent intéressant ,en ce moment il y en a un avec son maramu qui ne sait plus quoi faire ...
alain

08 mai 2020

Alain, ne t’acharne pas sur ce pauvre maramu, en plus il sais ce qu’il doit faire!! Eu... payer payer payer 💰 💰. Je suis vraiment étonné de la négligence de la part de nombreux voileux sur le « moteur » qu’il déteste par dessus tous!!! Une question me turlupine, les voileux on t’ils souvent 1 jeux de voile d’avance?

08 mai 2020

Perso, j'ai une seconde GV, un second genois pour l'enrouleur + un ou 2 pour l'etai largable. Mon moteur marche bien, je lui fais l'entretien de base. Filtres et vidange. Mais il n'empêche que je pense que sur un voilier, la sécurité, ce sont les voiles et s'entraîner à faire les manœuvres à la voile (éventuellement moteur en route débrayé au cas ou) permet de se rassurer et d'envisager sans angoisse le retour dans un port ou dans un mouillage en cas de panne.

08 mai 2020

J’ai vus beaucoup de port ou rentrer à la voile est interdit, du coup personnes n’a eu de problème par le port si on rentre à la voile alors que c’est interdit ?

08 mai 2020

Il est vrai que les marinas modernes ne sont pas vraiment adaptées. Mais la navigation à la voile demande de l'anticipation et de la reflexion. Choisir son lieu de mouillage ou d'amarrage fait partie du sens marin (mon gd père disait : "en mer, si tu dois te presser, c'est que tu l'as fait trop tard" ;-) )

08 mai 2020

pour l'usage ou non du moteur ce n'est pas tant la manoeuvre qui pose de gros probleme c'est plutot le coup de vent ,la mer formée ,le mauvais temps ..et a mon avis la securité dans ces cas n'est pas avoir recourt au moteur comme on le voie tres souvent mais plutot l'adaptation de la voilure aux conditions de navigation ..
c'est là qu'est le danger ..a mon avis croire que le moteur est dans ce cas "la securité" est une erreur car il n'est pas fait pour ça .

08 mai 2020

Pour rentrer en marche arrière à la voile on fait comment, désoler mais moi la voile je n’y connais rien....

08 mai 2020

Donc comme je disais plus haut, un petit stage de dériveur ne te ferait pas de mal.

08 mai 2020

Grand voile à contre , le cul sur la bôme.

J'ai fait de jolis créneaux comme ça.

Faut pas qu'il y ait force 7 non plus.

08 mai 2020

Pour ça je préfère me mettre en avant de la bome et la tirer, en cas de rafale, ça évite le catapultage 😜😋

08 mai 2020

Pour entrer quelque part en panne de moteur, généralement, je dis bien généralement, il est possible d'arriver à la voile jusqu'au premier ponton, souvent celui d'accueil ou du carburant ou autre où il y a de la place facilement accessible.
Ensuite on se fait aider pour aller à une autre place, à la demande de la capitainerie.

Toujours pareil, c'est plus facile si c'est pas la cohue de l'été... et qu'il y a un petit vent favorable !

08 mai 2020

Flora parle vrai, du vécu perso. Oui, bien entretenu, un moteur ça marche, sauf quand voulant le mettre en route juste à l'entrée de LR j'ai cassé la clef dans le contacteur. Je suis allé à la voile jusqu'au ponton accueil d'où j'ai appelé la capitainerie "Donnez nous votre point GPS, nous vous envoyons des secours" "Pas besoin, penchez vous un peu je suis juste là sous vos yeux" Ils en revenaient pas.
Après 2 années de circum navigation, sortie par 45 kts de vent pour aller chercher des copains qui allaient faire des bêtises, voulant à tout prix entrer dans un lieu compliqué qu'ils ne connaissaient pas (de l'autre côté de la terre). Il fallait sortir par un chenal très étroit (20 m de large maxi), pile face au vent (normal...) puis slalomer entre des récifs sans signalisation. Nous sommes donc partis au moteur mais... foc prêt à dérouler (bout et écoutes à la main) et juste à la sortie, cueillis pas un énorme clapot le moteur s'est arrêté net. Envoi des voies, RV avec les copains, retour à la voile. Les cochonneries au fond du réservoir (quasi vide nous étions très loin d'une pompe) se sont prises d'humeur vagabonde.
Ce que je fais de mon moteur : le moins possible, le mini du mini, restes de ma jeunesse à la voile sans moteur, plaisir de manœuvrer "à la voile pure", restes de régates où on fait 1 miles en deux heures contre le courant pour passer un cap, etc...
Des journées entières et successives sans moteur. Quels que soient mes bateaux.
Moteurs entretenus avec soins par moi. OUI, il faut s'y coller et apprendre (beurck, j'ai horreur de la mécanique)
Les vieux moteurs plus fiables... pas toujours évident surtout pour les HB.
Autrefois les in bord étaient le plus souvent à essence, sources de pb et risques.
"Mariniser" des moteurs terrestres n'est pas une avancée bénéfique sauf que les moteurs de voiture font 4 fois plus de km qu'autrefois. Pour nous, ce sont tous les périphériques autour de cette "pseudo-marinisation" qui posent problèmes.
Oui, stupidos les turbos.
Tout ça pour finir au moteur avec l'achat d'un bateau sans voile cet hiver ! Santé défaillante d'un vieux voileux un peu "puriste" mais toujours avec l'envie d'aller sur l'eau (partagée à 120% par son équipière) Je vais essayer d'être un "motoreux" respectueux des voiliers, j'ai assez pesté contre tous ceux qui ignorent sans état d'âme les bateaux à voile, surtout de près !
Cdt
Yves

08 mai 2020

Merci Yves et bonne continuation au moteur avec ton équipière ! ;-)

09 mai 2020

Comme le disait un de mes professeurs de mécanique : "L'état naturel d'une mécanique c'est la panne. L'état extraordinaire c'est quand ça marche". Laissez un moteur sans entretien et sans fonctionnement et il retournera à son état naturel !

Il est donc nécessaire d'intervenir pour maintenir cet état extraordinaire. Et de le faire sans hypocrisie...

  • Soit on considère qu'il ne sert à rien et dans ce cas le plus simple est de le débarquer (gain de poids et d'espace) et de le mettre en vente (ce qui rendra heureux celui qui en cherche un et qui n'a pas les moyens d'en acheter un neuf)

  • Soit on pense pouvoir en avoir l'utilité et dans ce cas il faut :
    1/ qu'il tourne régulièrement
    2/ dans de bonnes conditions, c'est à dire en lui laissant le temps de monter tranquillement en température (et sûrement pas en le laissant tourner au ralenti pendant 10 minutes ou plus comme je le vois souvent faire)
    3/ dans de bonnes conditions c'est aussi, une fois qu'il est en température harmonisée (c'est à dire en gros le temps de sortir du port + 5 minutes) le faire tourner minimum une demi-heure à pleine charge (c'est à dire environ 90% de sa puissance maximum). Un diesel s'encrasse et n'est pas conçu pour tourner au ralenti : le combustible brûle mal et encrasse tout, de la segmentation aux soupapes en passant par le turbo et cela génère des pannes.
    4/ l'entretenir un minimum. Vidange et filtration et surveiller et traiter les fuites qui apparaissent immanquablement

Après, chacun est libre de faire et penser ce qu'il veut avec son moteur ou pas ! ;)

09 mai 202009 mai 2020

On peut pas dire mieux.... +5 direct Pour alizé

09 mai 2020

pareil : +5 pour Alizé. Une très bonne synthèse.

09 mai 2020

et oui tout est dans l'entretien ... plusieurs solutions
-le faire soit m^me ce qui permet d'apprendre et de savoir ce qu'il nous dit lorsqu'il devient récalcitrant .
-ou faire appelle au mécano : mais j'ai une facture de l'année derniere sous les yeux :103.50€ pour 1.25h sans aucune piece ...juste un réglage suite a une réparation .

D'ou ma façon de faire ;ne pas considérer le moteur comme quelque chose d'indispensable et surtout pas de securité ...

mais bon le mien apres 4 mois d'hivernage il a demarré sans probleme .

09 mai 2020

D'accord aussi avec Alizéee. Je me souviens d'un mécano dans un chantier réputé en Angleterre qui m'avait dit :"drive it like you stole it"

09 mai 2020

@Alizé, on a eu le même prof !

09 mai 202016 juin 2020

Eh oui, l'entretien...
Ici un moteur de 9 970 heures sur un Wauquiez...

09 mai 2020

Là il est limite en rodage....

09 mai 2020

je vois l'alternateur d'arbre ..
cachotier .
alain

09 mai 2020

Pourquoi as tu mis ton moteur dans ton salon ? :-D

09 mai 202016 juin 2020

Hélas ce n'est pas le mien ! C'est un 4154 d'un autre Amph...le mien (un 4236 de 40 ans) à moins d'heures (3000) mais est bien plus dégueu !

09 mai 2020

en lui laissant le temps de monter tranquillement en température (et sûrement pas en le laissant tourner au ralenti pendant 10 minutes ou plus comme je le vois souvent faire)

Pouvez-vous me dire comment "lui laisser le temps de monter tranquillement en température" et combien de temps ?

Premier inboard, que je vais commencer à utiliser très prochainement, excusez ma méconnaissance ☺

09 mai 2020

C'est très simple, il suffit de l'utiliser sous charge réduite. C'est à dire éviter les montées en régime brutales et éviter de l'utiliser à régime de rotation élevé tant qu'il n'est pas à "température". (et la température n'est PAS (en tout cas au début) celle qui est affichée par le cadran de temperature qui est celle de l'eau). Il faut attendre (et imaginer) que le moteur dont la source de chaleur provient de l'intérieur et du haut (haut des cylindres, haut du piston, culasse) ait le temps de se répartir dans l'épaisseur et la masse de l'acier et de la fonte.

Si besoin est de s'en convaincre, aller toucher le moteur en divers endroits 10 minutes aprés son départ puis retournez-y 1/2 h après :)

09 mai 2020

Vous pouvez aussi faire un autre test : laissez le tourner 10 minutes au ralenti et aller le toucher en différents endroits, vous verrez qu'il n'est pas monté en température. S'il n'y a pas de charge, il n'y a pas de montée en température.

C'est la raison pour laquelle il n'est pas opportun de n'utiliser son moteur que pour rentrer/sortir du port. Cela ne revient qu'à l'utiliser dans les pires conditions pour lui : à faible température et sans charge.

(c'est aussi pour ça qu'il vaut mieux acheter une voiture d'occasion à la campagne qu'en ville où elle n'aura connue que des embouteillages. Mais ce n'est pas le sujet...)

09 mai 2020

Merci Alizeee pour le complément d'infos ☺

09 mai 2020

j'ai expliqué ça à un client qui avait une cigarette avec deux v8 de 300cv (les bonbons candy)
d'ailleurs ils avait une écurie de F1 roses et c'est pas d'hier ,.
quand il arrivait à bord avec ses pilotes ils embarquaient le matériel de survie et il me disait dans 5mn je suis à porquerolles .
un jour il m'appelle en me disant qu'un de ses moteurs ne démarrait pas.
effectivement un morceau de bielle dépassait du carter ,
on a fait venir un moteur neuf des US directement à l'aéroport d'hyères ,puis nous avons procédé à l'échange ,après bizaremment ,il démarrait en arrivant à bord le temps d'embarquer le matériel de survie de chez dom perignon entre autre
alain

09 mai 2020

pas compris avec le rapport du sujet...y’a peut etre kéke chose qui m’a echappé!!🧐

09 mai 2020

on parle moteur oui ou non ?
alain

09 mai 2020

oui fritz on parle moteur,mais pas tous les moteurs: ceux de nos voiliers au mazoute,comment on les utilise ou pas,les astuces etc

là,ton anecdote fort intéressante est a cote de la plaque,non?

10 mai 2020

le principe est le même qu'il fasse 1000cv ou plus ou 4 c'est pareil
à part les rotatifs wankel et encore il faut les faire chauffer .
c'est le gros problèmes des refroidissements directs qui ne chauffent pas assez ou trop
et jen parle pas de ceux qui virent le thermostat ..
alain

09 mai 2020

img.aws.la-croix.com[...]933.jpg
et ça c'est pas de la mécanique ,les pilotes entre autre c'était de manequins féminin
alain

10 mai 2020

bin la pareil..je ne vois pas le rapport avec le sujet: de l’usage de NOS moteurs.
t’as...t’as,,, t’as un moteur de f1 entretenu par un manequin féminin sur ton bateau?
oui!!!!!ca change tout,t’es dans le sujet.

09 mai 202009 mai 2020

J’ai pas capté ce que tu a écrit Alain... t’es sûrement a la bière la!! ( j’espère que t’es pas au bistrot et que tu remplis l’eau de ton bateau en attendant)

Genre le mec est partis sans faire chauffé les moteur??

;)

09 mai 202009 mai 2020

bonjour à tous: quand on voit comment certains manoeuvrent au moteur dans les marinas, faut peut etre pas trop leur conseiller de rentrer à la voile ..... apres les assurances vont encore flamber!pour etre pratique sans rappeler toutes les evidences enumerer içi à savoir un diesel doit tourner regulierement en charge à sa vitesse nominale; un moteur marin entretenu ne doit pas tomber en panne tout le monde sait ça, ce qui ne veut pas dire qu'un incident ne peut pas arriver d'ou la necessitè d'avoir un minimum de connaissances!

pour causes d'ecologie et de polution il est sure que les moteurs modernes sont un peu plus compliquès
avec une certaine experience des moteurs de cargos aux moteurs de voitures de course, apres des centaines de milliers de milles parcourus et des convoyages de toutes sortes de bateaux= quelques petites idees= en plaisançe je n'ai jamais connu un moteur qui cassait brutalement (une seule fois un renault couach ou le gasoil est passè dans l'huile= montè en regime incontrolable et casse evitèe de justesse en mettant en force un gros chiffon dans l'admission d'air)

les pannes habituels=contact le demarreur est aux abonnès absents grand classic sur les perking= relais lucas merdiques! solution shunter le relais avec un fil depuis le plus batterie à la causse plus du selunoide et changer le relai par un bosh

le moteur cale brutalement =prise d'air= mettre un reservoir en charge(plus haut que le moteur)
le moteur devient poussif ne monte pas dans les tours et pas de fumèes sus pectes à l'echapement= filtres colmatès

clac au demarreur = batterie trop faible , bonnes batteries et un clac assez fort et fils de batteries tres chauds = plus inquietant essayez de tourner le moteur à la main, à la manivelle ou avec une douille sur le boulon de poulie de vilbrequin qui entraine la pompe à eau, si pas moyen de tourner= vous avez de l'eau dans les cylindres( l'eau n'est pas compresible) remedes= moteur à injection indirecte= virer les bougies de prechauffage et faire tourner le moteur au demarreur (s'il n'est pas grillè la il va faire tourner le moteur et envoyer de l'eau partout !,vous remettez les bougies et vous vidangez l'huile deux ou trois fois! moteur à,injection directe pas de bougies de prechauffage = la il faut demonter les injecteurs et meme remede que precedement ! au port installer un systeme antisiphon, toujours avoir des filtres et de l'huile en reserve à bord! en general apres l'intervention vous remettez en route

le moteur chauffe , plus de sortie d'eau et pourtant vanne ouverte =l'entrèe est colmateè ,le rotor de pompe est cuit ou le waterlock plastique a cramè(ce qui arrive quand on oublie d'ouvrir la vanne) perso j'ai deux entrèes d'eau avec un bipasse
voila les pannes les plus courantes en dehors d'un moteur completement usè et pas entretenu! sur les moteurs modernes d'une certaine cylindrèe le calculateur electronique d'injection peut lacher mais le moteur doit pouvoir touner lentement en mode degradè et vous permettre de rentrer au port

09 mai 2020

oui et bien il y a quelques années on part a deux bateaux ..celui de mon copain , moteur Volvo neuf sous garantie ..apres 5 ou 6h de nav au moteur (petole) il m'appelle à la vHF ..moteur en panne ..je resume "soupape tordue" .. moteur neuf ...un coup de pot la brise thermique c'est levée donc il a pu finir à la voile
SAV impeccable avant d'arrivée au port à la voile un mecano l'attendait sur le quai ,il a fait le necessaire immediatement (tard le soir) le bateau est reparti le lendemain matin ...
je precise :le moteur avait été changé à La Rochelle , et reparé à Audierne ...

09 mai 2020

...oui oui ..perso sur mon Volvo 2003 j'ai eu une panne , il nous a fallu une bonne saison pour la detecter et j'ai fait venir un mecano qui n'a pas resolu le probleme ..et ça m'a couté des sous ....donc prudence ...

09 mai 202009 mai 2020

additif; j'ai enumerè quelques pannes courantes en general evitables avec du bon materiel montè et entretenu dans les regles ;si vous ne savez pas reparer reste la solution pour un voilier de s'approcher d'un port à la voile de mouiller et de demander un remorquage plutot que de tenter une entrèe hasardeuse surtout de nuit! apres il y a les pannes ou un exellent entretien n'a pas d'effet et quand en grande croisiere au bout de nulle part vous devez vous debrouiller tout seul =la plus courante ,un bout dans l'heliçe, ou celle çi rencontre un gros obget genre casier ou tronc d'arbre la plusieurs possibilitès= le coupe orin n'a rien pu faire et le moteur s'est bloquè net avec un peu de chançe la mer est calme ,vous pouvez plonger ou il n'y a trop de fond et vous pouvez mouiller, de toute maniere il faudra plonger! souvent une fois le bout ou le filet degagè ça repart meme avec une heliçe un peu tordue mais parfois si le moteur tournait vite vous pouvez avoir flinguè l'accouplement moteur inverseur=( damper)= c'est plutot rare c'est souvent les silent blocs qui sont à moitiè arrachès ,si le moteur n'est pas desalignè on peut tenter de le caler provisoirement avec des bouts de bois et faire route tout doucement jusqu'à un mouillage ou on va pouvoir reparer; perso j'ai toujours à bord un demarreur de secours (un adaptable ne coute pas une fortune )un damper de secours des silent blocs et des bougies de prechauffages;il suffit de desacoupler l'inverseur du moteur pour acceder au damper avec un pied de biche ou un gros tournevis on fait reculer l'arbre et l'inverseur(prevoir du frein filet pour le remontage et une clavette eventuelle pour l'arbre : pour les silent bloc, il faut desacoupler l'inverseur ou l'arbre ,avec un petit cric bouteille et une cale on leve le moteur un cotè à la fois et on met d'autres silents blocs c'est pas bien compliquè et ça vous evitera d'etre pris en otage par le"pirate" du coin

09 mai 2020

Merci Captainwat2 pour cette liste des pannes les plus fréquentes. Ça permet de faire un premier dignostic.

09 mai 2020

si ça peut aider le but est atteind

09 mai 202009 mai 2020

régulièrement je mets mes moteurs a fond ( a chaud et en charge bien sur) pendant 3 a 4 minutes.
question aux cadors du mazout:
est ce une procedure correcte pour decalaminer/ deglacer/ verifier qu’il prennent le meme regime max et que sais je encore..

ne pas oublier ceci:
l’additif preventif pour GO contre les bacteries.
si il y a bien un truc que je n’aimerais pas avoir a regler,c’est bien ca:nettoyage de la boue due aux bactéries 🦠 de GO, du réservoir au injecteurs...
alors preventif régulièrement et reservoir maintenu le plus plein possible.

09 mai 2020

un diesel à fortiori avec turbo qui tourne toujours en sous regime sans atteindre sa temperature glaçe ses cylindres et s'encrasse idem pour les voitures qui ne font que de la ville ! avant de passer le ct avec un diesel qui roule doucement en ville un bon coup d'autoroute ne fera pas de mal au controle polution! pour les moteurs performants la pire chose est de tirer dessus à froid,apres ce qui est tres important c'est egalement le grade et la qualitè de l'huile bien sure un moteur essençe qui est toujours à fond dans les tours aura une durèe de vie limitèe ! perso pour mon moteur diesel de bateau donnè pour kw maxi à 2800 tours je tourne en general à 2300/2400 constant , à ce regime j'atteind ma vitesse critique pour la longueur de coque de voilier,plus rapidement je pousse de l'eau et ne vais pas plus vite de plus la consommation explose

09 mai 2020

J'emprunte les quelques lignes suivantes à @estey dans un autre fil :

"Ainsi, même en naviguant sur un voilier, il est plus prudent de pouvoir s'aider du moteur, en cas de besoin : exemple rentrer à Capbreton, sans moteur est une gageure, dès que le musoir Nord masque le vent alors que la houle vous amène inexorablement vers les bancs bordant la digue sud; de même, la passe Nord du bassin d'Arcachon, l'estuaire de la Gironde, le pertuis de Maumusson, l'entrée du golfe du Morbihan..."

09 mai 2020

Pour la Gironde , Maumusson et l'entrée du golfe ça se fait sans moteur.

Mais pas par n'importe quel temps ni n'importe quand.

09 mai 2020

Toi tu dis "ça se fait...", lui il dit "il est plus prudent de..." Ce n'est pas incompatible.

09 mai 2020

et bien pour l'entrée du Golfe du Morbihan , je fais le contraire m^me vent dans le pif ..je rentre ou sort à la voile et mon moteur en route en securité pour eviter si necessaire les autres bateaux ...mais surement pas le moteur seul ...avec 6 ou 7nd de courant à la moindre panne du moteur vous étes cuit ,c'est les rochers direct ...

09 mai 2020

D'accord avec Calypso. De toute façon je ne quitte jamais un port sans avoir hissé à minima la GV.

09 mai 202009 mai 2020

idem ...

et puis m... tirer des bords en rentrant dans le golfe avec le courant , virer juste avant les contre courants à la seconde pret , et chacun à son poste ,l'adrenaline qui monte et le speedo qui atteint les 10/12nds et evidement sans élever la voix que du bonheur ... s'il faut rentrer au moteur alors autant resté dans son canapé devant la télé ..

09 mai 2020

Allez, juste pour taquiner un petit peu:

10/12nds au speedo (donc sur l' eau et au près en plus), wahou!, c' est un avion de chasse le Calypso.

Et çà donnait quoi au GPS, 15/16 nds?

09 mai 2020

T'es méchant, Gorlann. On avait tous remarqué l'erreur, mais on est tolérant ;-))

09 mai 202009 mai 2020

bien vu gorlann !! 👍😂 d'autant plus que ça fait bien longtemps que j'ai laissé tombé mon speedo

09 mai 2020

C' était de l' humour bien-sûr, surtout que je suis tout-à-fait d' accord avec José!

Gorlann

10 mai 202010 mai 2020

Le moteur inboard est source d'emmerdes et de coûts pour une majorité de plaisanciers qui aiment d'abord et surtout la navigation à la voile...pendant 10 ans j'ai naviguer (tour de corse par exemple) en catamaran de sport F18...pas de moteur et une paire de pagaie au cas ou ? Une réelle liberté ! vivement un marché de masse dans la plaisance pour des pods électriques qui permettrons pour quelques ampères et à moindre coût de manœuvrer dans les marinas aux moteurs...électriques ! Le reste du temps on fait de la voile !

10 mai 202016 juin 2020

perso,je trouve que voile et moteur se complètent et se securisent.
quand je pars au moteur c’est voile hissee des fois que le moteur s’arrête ( bout dans l’helice par exemple) et quand j’arrive a la voile pres de la cote j’ai deja mis le moteur en marche des fois que le vent tombe ou gros courant.

je suis arrivé une fois a port miou avec mon gibsea 30,panne seche et reserve du jerricane insufisante.
c’est bien encaissé ( 30 m de parois) c’est un goulet en S.
en jouant avec l’enrouleur de genois,on est arrivé pile poil jusqu’a ma place.le facteur chance du vent dans le bon sens et pas de courant aide bien aussi...

10 mai 2020

Pour naviguer depuis 15 ans à capbreton, je ne connais pas un skipper de voilier qui sortiraient ou rentreraient sans moteur du port... c'est possible et cela se fait de temps en temps mais c'est tout sauf la norme...contrairement au golf du Morbihan que j'adore !

10 mai 2020

Le "golf" du Morbihan, c'est facile à condition de ne pas oublier les balles

10 mai 2020

Capbreton est un cas très particulier.

10 mai 2020

Avec mon Samouraï, le moteur souvent en vrac (faute d'argent pour le maintenir en bon état de marche), je me suis spécialisé, contraint et forcé, aux manœuvres à la voile. J'ai pu rejoindre mon catway directement à la voile, me garer le long d'un quai, poursuivi par des pécheurs qui couraient en hurlant après leurs canes qui, accrochées amoureusement à ma quille, filaient aussi vite que mon bateau.
Aujourd'hui, 50 cv dans mon autre navire me permettent de créer un soupçon de risée dans la pétole méditerranéenne de l'été, d'utiliser le guideau électrique pour un mouillage fiable et un dos préservé, et enfin, oh bonheur ineffable, de pouvoir jeter négligemment quelques glaçons dans mon 51...
Autres temps, autres mœurs, donc, je m'adapte au confort. sans oublier que dès que je le peux, je coupe le moteur pour enfin entendre le silence, le glissement de la carène sur l'eau, le vent dans les haubans..., laisser mes souvenirs faire remonter à la surface de ma mémoire mon Samouraï et mes premières navigations d'une richesse exceptionnelle.

10 mai 2020

@akwaba, ça me rappelle comment moi aussi j'ai appris à manœuvrer à la voile et à la godille, sur mon premier bateau, un edel4 avec son f..ing tohatsu 4cv qui refusait de démarrer toujours au bon moment.

10 mai 2020

Nous voilà donc réconcilié autour du moteur

Pour moi ce n'est pas une mecanique fiable en qui l'on peut avoir une confiance aveugle il faut mieux toujours rester sur nos gardes et l'avoir à l'oeil ... il a été fait pour faire travailler les mecano et vendre des pieces à un prix de dingues et non pas pour assurer une securité aux bateaux
Contrairement a mon vieux tracteur agricole de 1954 qui demarre au quart de tour et a qui je fais une vidange quand j'y pense et je lui mets le vieux go du bateau et il ne bronche pas ..

10 mai 2020

@calypso, les vieux blocs servant à faire des moteurs marins étaient quand même assez fiables. J'ai eu un ys12, qui ne m'a jamais fait défaut, et qui je suis sur pouvait tourner avec de l'huile mélangée à de la boue, et la moitié de ses pièces seulement en bon état.
J'en ai même vu un dans une mine au Brésil, utilisé pour faire tourner la pompe à eau, il tournait h24 à fond dans la merde, et les mecs disaient que c'était formidable car il ne tombait jamais en panne.

10 mai 2020

Souvent le moteur est fiable, c’est plus celui qui l’utilise qui ne l’es pas..

10 mai 2020

On pourrait aussi poser la question de la façon suivante : un moteur de conception ancienne (et qui est donc plus polluant lorsqu'il fonctionne) mais qui tourne encore sans problème 25, 30 ou 40 ans plus tard a-t'il un impact plus important sur l'environnement qu'un moteur beaucoup plus pointu en terme de conception (moins consommateur et donc moins polluant lorsqu'il fonctionne), plus complexe aussi donc plus enclin à tomber en panne et dont la durée de vie est généralement bien plus plus courte (10 à 15 ans) et qu'il faudra donc remplacer 2 ou 3 fois dans la même période de temps que celle du 1er moteur ? Car construire 3 moteurs pendant le temps où 1 seul suffisait est aussi consommateur de ressources et donc source de pollution, non ?

10 mai 2020

@Alizee tout a fait d'accord ..mais ça ne fait pas tourner le commerce ..il me semble qu'il y a une ampoule à incandescence qui est allumé depuis plus d'un siecle ..a voir les notres a la vitesse ou elles sont morte..

10 mai 2020

Il nous faudrait un indicateur du genre :

(énergie utile totale produite par le moteur)
/ divisé par
(énergie totale nécessaire pour produire et maintenir le moteur, énergie nécessaire pour extraire le carburant)

10 mai 2020

Et énergie pour recycler le moteur.

10 mai 2020

A la nuance près que si l'énergie pour le recycler sert à fabriquer autre chose, il ne faut pas la compter sans pondération (par exemple différentiel entre fabriquer l'autre chose à partir de minerais de fer contre fabriquer l'autre chose avec la ferraille du moteur). Sinon cette énergie est comptée deux fois.

10 mai 2020

@Alizee, perso, je pense qu'il vaut mieux utiliser correctement et entretenir un vieux moulin qui ne sera utilisé que comme auxiliaire, que d'en construire un autre.
Je suis d'accord avec ton raisonnement.

10 mai 2020

Un moteur quelqu’il soit ne casse pas si il est bien lubrifié et bien refroidi.... la différence aujourd’hui c’est l’électronique qui est beaucoup plus sujet à la panne.

A l’époque le carburant n’était pas le même ( le gasoil avais beaucoup plus de souffres donc était meilleur lubrifiant que aujourd’hui.... Mais pollution le souffre hein!!) les moteur essences était moins bien fabriqué que aujourd’hui mais le super était avec du plomb et l’ors de l’explosion, le plomb ce mettait partout et à chaque explosion cela protégeait tous le moteur ( même un moteur chinois de qualité merdique aller jusqu’à 500 000km...) donc le plomb protégeais toute les pièces en friction ( je sais pas si a l’époque il avais fait expert) d’ailleurs beaucoup de vielle voiture de collection mette du substitut de plomb.... sinon le moteur casse dans 30 000 km.... je veut juste dire que les norme sont un vrais chalenges mécanique pour les constructeurs ( a t’elle point qu’il triche sur les norme pollution ...)

10 mai 2020

salut Vitalis; l'additif dans l essence pour remplacer le plomb c'est surtout (en theorie) pour les sieges de soupapes des anciennes perso je n'en met pas! il est vrai que l'essençe d'aujourd'hui a bien changè, le gasoil c'est bien pire à part qu'il ne gele plus par contre il vieillit mal avec la partie"agricole" aditivèe! j'avoue avoir une certaine nostalgie des vieux moteurs marins devenus bien rares= les gros monocylindre Danois Undestead sur les Colin Archer de peche ou Kraabencuter, pour la marche arriere il fallait arreter et relancer le moteur ,les Burmeister and Wain (ancetres des Man), les Garner, les Blackstone, les vieux baudouin, les khd(Deutz)! les Kromout hollandais des mecaniques qui tournaient jours et nuits par tous les temps pendant des annèes à la peche ou sur les gros YAchts et puis plus petits les Sab à mettre en route avec une meche ou une cartouche les mak,les Buck les Mtu(mercedes), les Poyaud,Les Clm; qui se souvient des premiers Yanmar plaisance importès cylindre horizontale et demarrage à la manivelle avec un renvoi de chaine(mecanique increuvable) Yanmar fait toujours des gros moteurs basiques inusables mais pas importès ( on les trouve surtout sur les jongues de travail)! mais c'est du lourd! les petits moteurs plaisance sont pour la plupart des moteurs industriels ou tracteurs marinisès les bases deutz(vetus) kubota( Nanni ou Beta) ou Man(Nanni) Mitsubishi (midif ou son frere espagnol) sont d'exellents moteurs fiables seul peche en general la marinisation (les echangeurs parfois fait à l'economie ou mal pensès=electrolyse) les Anglais Ford Saab et perking Saab ont ete longtemps montès en plaisance(certaines series etaient extremement robustes) comme volvo(souvent des Perkings repeints en vert) qui a fait à l'epoque ou il etait encore Suedois en grosse cylindrèes des mecaniques inusables mais tres cheres mais egalement des moteurs baclès et perfectibles comme en automobile (base peugeot) en hb Honda,et Yamaha ont ma preferençe et pour le souvenir british seagull(dont j'ai gardè un exemplaire de chacun des modeles fabriquès)

Un moteur quelqu’il soit ne casse pas si il est bien lubrifié et bien refroidi..

Et c'est souvent là qu'il y a pb.
Ex. Durite mal serrée par le mécano sur un moteur neuf, plus de refroidissement ...
L'alarme de niveau d'eau dans la cale a sonné avant l'alarme de chauffe moteur stoppé avant la chauffe

Plastique venu se coller sur la crépine on l'a vu une fois bequillé pas de surchauffe il passait encore un peu d'eau

10 mai 2020

L'électronique des moteurs est probablement ce qu'il y a de plus fiable dans ledit moteur. Pas de pièce mobile, pas d'usure. Aucune raison qu'elle s'arrête. Il y a 40 ans quand l'électronique a commencé à être introduite, c'est vrai qu'il y avait des pannes, mais maintenant ce n'est plus cas. Les parties les plus fragiles sont les capteurs, mais qui peuvent se changer sans trop de difficulté.

10 mai 2020

J'ai souvenir d'un De Dion-Bouton monocylindre à pétrole de 1902 dans une vieille barcasse.

Fallait se méfier du retour de manivelle ( et amorcer à l'alcool à bruler).

10 mai 2020

la en effet ça commençe à dater, il y a aussi les petits moteurs à vapeur on en voit de temps à autres dans les fetes nautiques les British sont les speçialites

10 mai 2020

Un moteur correctement installé, normalement entretenu et bien utilisé est probablement l’élément le plus fiable d’un bateau.

Cela n’empêche pas de tenir compte de l’éventualité d’une panne dans certaines circonstances.

Et cela n’empêche pas non plus de savoir résoudre les pannes les plus courantes.

10 mai 2020

C est d une limpide evidence

10 mai 2020

c'est a dire que quelque chose qui peut avoir des "pannes éventuelles" est "fiable" ?ce n'est pas forcement tres évident

10 mai 2020

La notion de fiabilité n’est pas tout-ou-rien ; c’est quantifié (MTBF et MTTR).

Une poulie peut coincer, une ferrure de tangon peut casser, un winch peut surpayer, une écoute de foc peut échapper, une ferrure de safran peut casser, etc. Bref, la fiabilité d’un moteur doit être relativisée par rapport aux autres organes du bateau.

La fiabilité ressentie est fonction de ses compétences et de son expérience, de sa rigueur dans l’entretien et dans l’usage, de son degré d’anxiété, etc.

10 mai 202010 mai 2020

.+ 1000 !

10 mai 2020

ah oui ...mon copain François fait appelle a un mecano pour installer un Volvo neuf je dis bien neuf ..il fait La Rochelle/Arzal ... 3/4 a la voile Arzal /Lorient puis troisieme nav au niveau des Glenans soupape tordu ..

tu appelle ça de la fiabilité !!!

10 mai 2020

Quand tu voit là fiabilité du vent en Méditerranée.... mieux vaut avoir un moteur....

10 mai 202010 mai 2020

Il est bien connu que la fiabilité suit une courbe en U. Il y a des pannes de jeunesse, suivies d’une période d’usage normal, puis de pannes de vieillesse. Le cas que tu cites est une panne de jeunesse.

On doit porter une attention particulière à un équipement neuf ou nouvellement installé. J’ajouterais : après une intervention de maintenance. Cas typique : changement des filtres à GO, purge incomplète, le moteur cale dans le chenal en sortant du port. Remède : faire tourner le moteur 1/4 d’heure après toute intervention.

Pareil pour la VHF neuve : là mettre sous tension pendant une heure et émettre à pleine puissance de temps en temps.

10 mai 2020

"le moteur cale dans le chenal en sortant du port" ça me rappelle quelque chose... et quand tu as du F4 dans le nez et que tu vois les moellons de la digue à la sortie des Bas-Sablons... Tu es content d'avoir les voiles prêtes et des équipiers réactifs... du vécu.

10 mai 2020

C'est d'ailleurs pour assurer les pannes de jeunesse que tu cites que la notion de "garantie" a été inventée. Pour limiter l'impact sur le client la fameuse courbe en U. C'est aussi pourquoi les extension de garantie sont inutiles, car une fois que la plateau est atteint la probabilités de pannes est liée au MTBF.

10 mai 2020

D’où l’intérêt d’un TRS taux de rendement synthétique....

10 mai 2020

comment peux tu dire que c est un manque de fiabilité ,sans connaitre la causse de cette casse ?

10 mai 202010 mai 2020

j aime bien ce type de discussion , un moteur ça tombe en panne , ben oui ça arrive , et la voile c est mieux .... Ben oui un enrouleur ça se bloque jamais , une drise de gv ça casse jamais , et bien sur il y a toujours du vent pour naviguer contre le courant........
Sortir de ça place GV haute , j aimerais bien voir ça dans les ports Corse avec 15 de vent par exemple ,je vois pas en quoi cela peut être sécurisant bien au contraire .
Naviguer en MED sans moteur c est souvent faire de la voile sur place pendant des jours et des jours ,mais surement pas avancer d un point A vers un point B

les moteurs anciens étaient biens plus faibles ....c est surement pour cela qu ils y en avait plein les etablis démontés dans les garages ou autres , sans parler du kilométrage a 10000kms beaucoup étaient rincés , combien maintenant ,Vous pouvez démonter un bloc moderne a 300000 KMs SI bien entretenu il est comme neuf

Nos moteurs sont fiables,tous des moteurs terrestre marinés (a moins d avoir de très grosse cylindrées et encore ) ,moderne mais sans électronique ou peu , beaucoup sont utilisés en TP,agriculture ,et dans des conditions biens plus durs ,et ça fait X fois le nombre d heures de ce que font les mêmes moteurs en plaisance .
Mais même bien entretenu et bien utilisé une panne et toujours possible , il faut juste savoir l accepter ,au même titre que les pannes qui peuvent arriver sur les autres équipements du bateau qui sont pour beaucoup biens moins fiables

j espère pour vous que vous ne prenez jamais l avion,malgré l’entretient,la redondance , et une technologie avancée , ben çà tombe encore en panne pas rassurant tous ça A quand les AIRBUS a voiles .

Naviguer en MED sans moteur c est souvent faire de la voile sur place pendant des jours et des jours ,mais surement pas avancer d un point A vers un point B

les anciens ne naviguaient que pendant la bonne saison avec les vents étésiens...et à la rame bien souvent
La rame, c'était leur moteur.

Mais même bien entretenu et bien utilisé une panne de moteur est toujours possible , peut-être
mais l'important est alors de savoir la diagnostiquer et de tout faire pour savoir la réparer soi-même
(plus de carburant, filtre à carburant encrassé, manette des gaz déconnectée, étouffoir coincé, filtre à eau encrassé, batterie déchargée....)

10 mai 2020

Ha ben oui les anciens ....... ils ramaient par ce qu il n avais pas de moteur

je suis d accord avec toi il est preferable de savoir se dépanner ,mais dans tous les cas que tu sites , ces pannes sont le resultat d un manque d entretien et pas un manque de fiabilite

10 mai 2020

@éric60,

et tu ne t' es jamais demandé pourquoi un moteur de bagnole faisait en son temps 100000 km et sur les "moderne", à 300000 c' est comme neuf?

Je te propose d' utiliser dans ta bagnole neuve les lubrifiants et filtres des années 70, pendant que dans ma bagnole des années 70 je vais utiliser des lubrifiants et filtres modernes.

Dans 100000km on démonte et on compare, t' es d' accord?

Je dis çà parce que je roule au quotidien avec une moto des années 60 (environ 30000 km/an) et c' est bizarre, tous les collègues collectionneurs qui utilisent vraiment leur véhicules (pas simplement quelques rallyes par an mais des dizaines de milliers de km) ont tous constaté la même chose: les moteurs, qui dans les années 50/60/70 cassaient à 100000km font désormais les 300000 sans problème!

Je vais maintenant comparer le Couach RC11 de mon canote, qui, a 47 ans démarre à la première compression sans la moindre fumée à l' échappement et consomme 0,75 l/h, qui accepte de tourner avec n' importe quel carburant frelater sans le moindre raté et a encore de belles années devant lui avec n' importe quel moteur marin moderne équivalent en puissance.
En 47 ans, combien de changement d' échangeur et à quel prix? Combien de panne parce que le GO n' était pas assez pure?

Certes un moteur moderne pèse 2 fois et demi moins lourd et est trois fois moins bruyant, mais qu' en restera t'il dans 47 ans?

Gorlann

10 mai 202010 mai 2020

ben non je me pose plus la question depuis un moment ,que la lubrification ai permis de fiabiliser les moteurs dans les années 80 c est pas un scoop , ce que tu oublies dans ton raisonnement, c'est qu'a cylindrée égale la puissance n est plus du tout la même , prend par exemple un 1600CC des années 70 qui sortait péniblement 70 80CV ,passe ça puissance a 150cv voir plus ce qui se fait couramment sur les moteurs 'modernes', tu lui fais faire 300000kms et on en reparle .
Après utiliser de l huile "moderne" donc synthese ou semi ,oui c'est un plus a conditions que le moteur soit conçu pour jeux ,pression d huile ,temps etc , mais sur un moteur qui n est pas conçu pour ,c'est consommation d huile assurée ,et pas forcement pour un meilleur resultat a terme .comme un moteur moderne n'est pas conçu pour tourner avec une minérale a forte viscosité

Mais bon ,ce n est que mon point de vue , je vais encore tripoter des moteur 45ans de plus et peut être que je verrais les chose autrement

10 mai 2020

4 000 000 de km pour la Volvo de 1967(essence) de Irv Gordon...

10 mai 2020

C'est quoi ta bécane ?

10 mai 2020

enfin je reviens toujours a me poser la m^me question comment peut-on naviguer en relative securité si l'on n'est pas un temps soit peu bricoleur ..il faut etre mecano, electricien , avoir des bases en electronique, peintre, menuisier , et j'en passe ..

je me demande comment ils font ?

10 mai 2020

C'est ce qui fait l'intérêt de notre activité :
Il y a toujours du bricolage à faire....

un ex un anglais à Portmouth arrive au ponton en tenue de ville, sans doute venait-il de mettre à l'eau.
une bonne demi-heure plus tard je passe à côté pour aller en ville. Le moteur tourne toujours, lui assis dans le cockpit, amis il n'a pas de verre à la main , bizarre.
Je tend l'oreille, bruit un peu tambour de l'échappement, je m'approche : pas d'eau qui sort.
A tout hazard je lui signale. - "oui, je sais " dit-il "mais je n'arrive pas à l'arrêter"

je lui propose de jeter un oeil, il accepte. Je soulève les marches : chaleur intense, tout est blanc et il y a du liquide bleu en fond de cale !
Il n'avait pas ouvert la vanne d'eau moteur et ne savait même pas où elle était.
j'ai arrété le moteur en bouchant l'entrée d'air.
la poudre blanche était celle de l'extincteur automatique (j'aurais cru que le moteur se serait arrêter dans cet environnement) et le relais de stop avait plus ou moins fondu il ne pouvait donc pas l'arréter normalement.

on était dans l'heure de midi et attendait que le mécabno ouvre pour l'appeler !!!

un truc à crâmer le bateau et ceux des voisins avec.

10 mai 2020

oui et apres qaund tas fais tout ca tu peux naviguer mdr

je pense qu'il a seulement peter le joint de culasse, le moteur ne faisait pas de cliquetis suspect, mais c'était un vrai four là dedans !

10 mai 2020

Bien d' accord avec toi!

Gorlann

10 mai 2020

Je plussoie aussi!
Eric

10 mai 2020

question aux connaisseurs et autres ..
* j'ai un petit moteur HB tohatsu 2 temps 3.5cv , il fonctionne ... mais de temps en temps j'ai des problemes .. a mon avis dû au carburant qui doit vieillir ...
je precise que je demarre la saison avec du melange neuf et qu'à chaque fois que j'arrive à la cale je mets le moteur à fond quelques mn pour le décrasser ...

mon idée c'est d'acheter du mélange tout preparé avec de l'essance sans depot ...c'est cher mais vu les quelques litres que je consomme dans la saison si celà peut m'éviter des ratés ça me ferait plaisir .

une idée farfelue ou pas ?

10 mai 2020

@ gorlann et calypso +100000.

je me suis toujours dit que si on faisait de la moto ( 50 ans que je roule et compétition plus jeune) ca voulait dire savoir faire sa mecanique,ca voulait dire passionné,ca voulait dire demerdard...
idem pour la voile,pour les memes raisons.
si on est passionné d’une activité,on se donne les moyens d’en savoir le plus possible pour etre autonome.

la plus grosse carte bleu ne te sert pas a grand chose au milieu de l’atlantique dans la petole ou la brafoune,moteur bloqué par les fils de peche qui ont bloqués ton helice,que tu as essaye de démarrer sans savoir la raison,bouffé tes batteries et pas de panneaux solaires.....veridique histoire arrivée a un couple ( plus tout jeune) qui traversait sans expérience,venait juste d’acheter leur voilier .... arrivee au marin separation et mise en vente du bateau.

11 mai 2020

il y a une différence entre "faire de la moto" et "conduire une moto (ou un scooter)"
(d'un collègue motard)
Et faire de la moto, sur un CV pour un technicien, gros bon point...

11 mai 2020

il t’en manque une: piloter une moto.
faire de la moto est un terme generaliste..

10 mai 202016 juin 2020

@ calypso2,
un tohatsu de 3,5 ca demarre et tourne comme une horloge.j’en avait un,ca demarrait toujours .

s’assurer que le filtre a essence fait sont boulot.
demonter carbu,verifier pas de depot ( gomme),pas d’impuretés dans gicleur principal ( 1-2 sur eclaté)et diffuseur (1-1 sur eclaté) qui se trouve apres le gicleur principal dans le puits.
souvent des petites merdes passent outre le filtre,a travers le gicleur principal et stagnent dans le diffuseur.
verifier que le circuit de ralenti est propre ainsi que gicleur si equipé.
bon fonctionnement du flotteur.
deja ca ,c’est tres simple a checker.

10 mai 2020

d'accord avec tout ça c'est fait a chaque fin de saison , mais ma question de l'essence ??? bonne idée ou pas ...

10 mai 2020

Oui José, cette essence est intéressante pour un moteur qui tourne peut et pas régulièrement.

Gorlann

11 mai 2020

merci Gorlann donc je vais faire avec les melanges tout preparé

10 mai 2020

Ce qui est bien chez Tohatsu, se sont les chaises acier...

10 mai 2020

l’essence vieillit,le mélange aussi.

11 mai 2020

Calypso2 : "Le moteur à fond pour le décrasser..." Si c'est à fond au point mort tu peux oublier, ça sert à rien d'autre qu'à raccourcir sa durée de vie. Maintenant si c'est à fond en naviguant pendant 1 dizaine de minutes avant de l'arrêter, là ça le fait.

Ce qui me fait penser que certains font ça aussi (le moteur à fond au point mort juste avant de l'arrêter) avec des moteurs turbocompressés : la mort du turbo qui continue de tourner par inertie (et parce que son régime de rotation est bien plus élevé) bien après que le moteur se soit arrêté. Or c'est la rotation du moteur qui assure la lubrification du turbo...

11 mai 2020

@ José
C'est une très bonne idée. Personellement j'utilise un additif conservateur pour essence ça côute beaucoup moins cher...
Il y a 2 ans avec des potes en allant a Houat, panne à mi chemin, plus trop de vent, on est rentrés quand même... C'était du au melange qui avait tourné... trop con! depuis une dose de produit à chaque fois que je fais le mélange...

En tous cas à vous lire, j'aime mon mousquetaire qui se conduit comme une mobylette... Même si mon Malta est "fiable", je n'aime pas le bruit, alors j'en fais le max à la voile... EN revanche je ne me sentirais pas d'en faire autant sur un 8-10 mêtres...

11 mai 2020

ah merci je vais faire avec du melange tout fait cette année .

11 mai 2020

En fait, ce ne sont pas les moteurs qui ne sont pas fiables, ce sont plutôt les utilisateurs...

bravo Tangalo

9a devrait être le mot de la fin....

11 mai 2020

Il y a une question qui me turlupine...
Ce fil, initié par Ed, ne serait-il pas une réponse au fil démarré par Bluemanta, dont on a plus de réponse...?
Question sotte et grenue, bien sûr, quoi que...
:-)

11 mai 2020

C'est vrai que l'idée initiale était de faire réagir et de montrer que : soit tu te débrouille en mécanique et c'est bon, soit c'est un truc qui te passionne pas et c'est mon cas, et tu te débrouilles avec tes voiles qui sont pour moi la sécurité. Mon moteur actuel, tout neuf de 12 ans tourne comme une horloge et est entretenu, mais ayant pratiqué les bateaux sans moteurs ou avec moteurs en panne, je souhaitais montrer qu'on peut aussi se débrouiller sans. Toutes ces discussions sont intéressantes.

11 mai 2020

Le mieux étant encore de savoir se débrouiller sans moteur (parce que ça peut tomber en panne) tout aussi bien que sans voiles.
Parce que ça peut aussi tomber en panne (j'ai déjà eu un enrouleur coincé et j'ai déjà eu aussi hissé la drisse de grand voile tandis que la grand voile, elle, restait sagement dans son lazy bag vu que la manille s'était ouverte).
Et puis on peut même tomber en panne de vent.

Et quand tu tombes à la fois en panne de vent et de moteur... tu fais le bouchon multicolore au milieu de la flotte, et avec un peu de chance Ed vient à la rescousse avec des barbounia (si t'as pas de pot, c'est Tartarin qui se pointe, il te regarde contemplatif et tu crèves de faim).
:o)

11 mai 2020

;-)))

15 mai 2020

@ philge
sauf que Ed a démarrer ,ce jour ,un fil sur les moteurs
et bluemanta n’a pas démarrer son moteur au fil des jours..

on a pas de news,j’espere qu’il a trouvé une solution.

15 mai 2020

S'il avait été à Marie-Galante, on aurait pu craindre qu'il ait coulé une (bouteille de) Bielle...

15 mai 2020

La plupart des pannes n'ont rien à voir avec le moteur, mais sont le fait d'un manque d'entretien du système d'alimentation en carburant.

16 mai 2020

Exact, red sky, et les berbères ont inventé un nom pour ça, ils disent "panne chèche"...

16 mai 202016 mai 2020

C'est vrai et c'est parmi les pannes les plus difficiles à trouver. Une micro fuite quelque part sur le circuit de fuel, invisible, et tu changes tout peu à peu avant de trouver le changement qui resout le problème.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (194)

mars 2021