De l'autre côté de l'appareil photo, le côté obscur

Bonsoir,

Dans ce court docu, DARK SIDE OF THE LENS, le photographe-narrateur nous parle de sa fascination pour les vagues et les surfers, et bien-sûr de sa passion pour la photographie.
Où l'on s'aperçoit qu'à voir les clichés souvent magnifiques des plus belles déferlantes l'on oublie les conditions de prises de vue souvent difficiles et dangereuses dans les eaux froides de l'océan.

Magnifique lumière du chef'op. Fascinantes images.

Un très beau film que je vous conseille.

L'équipage
05 avr. 2012
07 avr. 2012

Bonjour,

Voici un article de présentation du photographe irlandais Mickey Smith qui a réalisé le film suivi d'une transcription de son texte original.

Suivez ce lien :

blog.surf-prevention.com[...]-smith/

08 avr. 201208 avr. 2012

Merci Christophe pour ces liens et cette découverte :
c'est extraordinaire ! Quelle santé, quel coup d'œil, quelle passion !

Il me manque la compréhension de certaines scènes (les images sur murs, forêt, falaise) car mon anglish is not very good : si tu sais le commentaire, tu en rapporteras deux mots ? c'est sa pensée, ou bien il projette ses images sur ces supports ?
...

j'ai finis, après longue résistance, par autoriser je ne sais quelle visite de flash player sur mon ordinateur pour pouvoir voir ce film. Après c'est curieux que ce soit autant chez viméo que youtube, mais bon, on s'en fout :)

08 avr. 2012

Bonsoir Pierre et tous,

Je suis en train de traduire le commentaire.
Je pense le poster ce soir, sinon demain;

A bientôt

09 avr. 201209 avr. 2012

Voici la traduction du commentaire de Mickey Smith que je propose. Elle est sans doute (très) imparfaite mais je pense qu'elle donnera une idée de ce qu'exprime l'auteur.

"La vie sur la route est une chose que j’ai prise à bras le corps. Ma mère nous encourageait toujours à ouvrir nos yeux et nos coeurs au monde, à développer nos esprits afin d’apprendre à être inspiré.
Je vois la vie dans des angles, dans les lignes de perspective, un léger mouvement de la tête, le clignement d'un oeil, les magiques lueurs subtiles que les gens pourraient ignorer. Les appareils photo m'aident à traduire, interpréter et comprendre ce que je vois. C'est une attitude simple qui me fait sourire.
Je n'ai jamais eu l'intention de devenir quoi que ce soit mais seulement d’être créatif et pousser les limites de mon expérience vers l’aventure. Par passion. Tout cela signifie toujours quelque chose pour moi et même plus que quiconque qui aurait des rêves.
Mon coeur saigne le sang celtique et je suis magnétisé aux frontières familières des littoraux larges, brutaux, froids que défie le franc cavalier des vagues. C’est là que mes battements de coeur sont les plus forts. J'essaye de rendre hommage à cette magie par des photographies.
Les chutes d’eau et les tempêtes infinies pour de rares moments merveilleux chaque hiver sont aussi bien une bénédiction qu'une malédiction que je savoure. Je veux voir la vague chevauchée indiquer le chemin, je le vois dans mon esprit et le ressent dans la mer. C'est une étrange aptitude à maîtriser. On y parvient seulement en passant du temps dans les vagues, sur toutes sortes de vagues, sur toutes sortes d’embarcations, ça signifie de longs moments dans l'eau.
Flottant en mer parmi la houle océanique, vous apprendrez toujours quelque chose ; elle a été toute la vie le professeur de classe et le sera toujours.
Enterré au-dessous des falaises formant la côte, l’esprit soufflant des images de vagues vides me brûle.
Invincibles houles océanes actionnées par les profondes eaux froides. Lourdes vagues... vagues pesantes.
Enflammer l'imagination, transmettre quelque étincelle divine. Chuchoter les possibilités, ensorceler les situations où je prospère assez pour documenter.
Nous prenons tous des coups dans l’action : dos cassés, demi noyades, noyades, hypothermie, entorses, fractures, la morsure du gel, des blessures à la tête, des points, des chocs ont cassé mon bras... juste ces deux dernières années. Toujours regarder devant ça chaque hiver malgré le froid rampant dans ton cœur, te rendant fou et jour après jour murmurer à soi-même de tenir la position et attendre la session à venir.
Le Côté Sombre de la Lentille, une forme d'art pour vous et qui n’est pas à nous, les bêtes de somme silencieuses du monde surfant.
Il n'y a aucun cliché sucré. La plupart des gens ne savent pas qui nous sommes, ce que nous faisons ou comment nous le faisons... sans parler de qui veut nous payer pour cela. Je ne veux jamais prendre ceci pour acquis, j'essaye donc de garder des motivations simples, réelles, positives.
Si je racle ma vie, au moins c'est un raclement qui a comme valeur ma vie. S’il n'y a aucun avenir dans cela, je me souviendrai de la valeur de ce présent.
Pour les feux de bonheur ou les vagues de gratitude, pour tout ce qui nous a amené à ce point de la vie, à cet instant où l’on agit, on s’en souviendra avec une photographie ou une cicatrice.
Je me sens véritablement chanceux, la main sur le cœur, de pouvoir dire que j'aime ce que je fais.
Et je ne pourrais jamais être un homme riche, mais si je vis assez longtemps, j'aurai certainement un conte ou deux à raconter à mes neveux. Je le pense au plus profond."
Mickey Smith, (traduction AG)

09 avr. 2012

C'est très beau ...
Merci encore pour cette découverte si profonde et si sombre,
si sombre héros
chapeau bas

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (55)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021