coup d'est en MED

On en parle, on le craint, mais aujourd'hui il y en a un beau.... reagrdez la photo extraite de la webcam de collioure.
On navigue?

L'équipage
17 oct. 2003
17 oct. 2003

ouaip..

Je viens de passer au port (barcarès).pour doubler l'amarrage du bateau. La mer est montée de 50cm dans le premier bassin, donc on marche dans les vagues pour atteindre les bateaux, et ça secoue pas mal!

Quant à l'entrée du port, il y a des déferlantes de 2m! :les petits ports du Roussillon (Barcarès, Canet, St cyprien, Leucate) sont totalement impraticable avec ce temps, seul l'entrés à Port vendres , ou port la nouvelle, sont a envisager si on vient du large.

Allez voir vos amarrages (ou trouvez un copain pas loin!)

17 oct. 2003

et Michel?

T'as pas vu de bateau detaché a Barcares??
(un romanee par exemple)? Sinon j'y coours!

17 oct. 2003

LE MOUILLAGE

C’est bien le mouillage de Collioure qui est secoué quant je pense au plaisir que j’ai a me réveiller au petit matin dans ce port. ça doit secouer ?

A Leucate es ce que l’eau est monte ??
Mon bato est au sec en train de sécher normalement

17 oct. 2003

Coup de vent d'est en Méditerranée

A valras / plage un chalutier vient d'étre jetté à la côte.

17 oct. 2003

Pas de chance ou imprudence?

Un voilier renversé par la houle à Canet-en-Roussillon: un mort

Au moins une personne a péri en mer vendredi soir à proximité de Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) dans le naufrage d'un voilier, qui a été renversé par une forte houle, a annoncé la préfecture.
Le bateau, dont on ignore combien de personnes se trouvaient à bord, a chaviré vers 18H00 à l'entrée du port de plaisance.
Un hélicoptère des pompiers a repêché le corps d'un homme, a indiqué la cellule de crise mise en place en raison des intempéries. Au moins une personne a eu la vie sauve, a-t-on ajouté de même source.
Météo-France a maintenu jusqu'à samedi à 15H00 son "alerte orange" (niveau 3 sur une échelle de 4) lancée vendredi matin dans le département des Pyrénées-Orientales, où de fortes pluies, accompagnées de houle sur le littoral, sont attendues vendredi soir et samedi matin.

19 oct. 2003

Dans le Var

Bonjour à tous,

A Bormes les Mimosas (83), digue du port à l'est, c'est impressionnant. Les vagues passaient au dessus de la digue et retombaient sur le quai et le cockpit de quelques voiliers de 10-12 m encore amarrés là. Des voitures garées sur le quai c^^oté mer sont parties dans le port.
Pour les bateaux, il y a un voilier 9-10 m assez récent qui s'est détaché et a fini échoué sur un bout de plage. Apparemment pas trop grave pour le bateau. Aussi un petit dinghy qui s'est retourné (une seule amarre arrière à laché et il a dû pivoter sur celle qui restait).
C'est aussi un peu le bins dans un parc de dériveurs à terre.
Mais c'est toujours impressionnant le vent d'est à Bormes.

19 oct. 2003

a barcarés

pas de gros pb, et pas de romanee a la derive!
il y a quelques troncs qui se balladent entre les pontons et on les attache avec les voisins de pontons en attendant que les gars du port s'en occupent(:>)

19 oct. 2003

chavirage à canet

on en parle pas mal sur le port, hélas..
apparemment il voulait entrer a canet ,a appelé la capitainerie trop tard pour savoir comment c'était, celle-ci lui a signalé que c'était impraticable (déferlantes de 2m), et le 12m a chaviré en essayant de virer vers port vendres.

Il n'aurait sans doute pas eu de problèmes s'il avait changé de route une heure avant vers Bear.

Trés moche.

19 oct. 2003

Panique chez les bronzés !

Alors les Marius du grand Sud, y a un peu d'air et ça lève des vagues, et tout de suite c'est la panique ! Les vagues qui passent sur la digue et tout le tintouin, , mais Au Conquet et du côté des Abers, On voit ça souvent , le goémon en prime
V'nez donc faire un stage , on fera en même temps péter le gwinru , après un litre , on diminue la hauteur des vagues facilement, contrairement au pastis qui semble amplifier !
kenavo

19 oct. 2003

Coup de chien

Je regrette cette condescendance de la part de certains.
Pour avoir briqué le Fromveur avec 9 établi, j'avoue preferer cette situation à un coup de torchon dans le golfe du Lion, et pourtant c'est là que je navigue le lus souvent.
C'est moins gros que l'Atlantique, mais beaucoup plus méchant et ce ne sont pas mes copains de Qiberon ou de Molène qui me contrediront, eux qui rigolaient avant et qui ont nourri les girelles un jour de fort vent d'est.
Je t'invite à venir essayer.
A+ et bon vent

19 oct. 2003

Tourner sa langue dans sa bouche !

Yann, c'est très indélicat, ce que tu viens de dire, et prouve une certaine méconnaissance de la mer.

Pas de chance, le marin qui a péri était (soit disant) chevronné et ..... breton !

C'est comme dit Michel effectivement très moche. Un certain nombre d'imprudences ont encore été commise, peut être entre autres de se dire que quand on a navigué en Bretagne, la Med c'est de la rigolade, hein Yann ?

Pour méditer, et pour tous ceux qui se croient toujours les plus forts, voici l'article du Midi Libre:

"Le plaisancier breton est mort près du rivage

Jean-Luc Croguennec était un marin chevronné. Il n'en n'était pas à son premier "coup de tabac". Pourtant, la mer est venue le cueillir vendredi soir au plus fort de la tempête, alors qu'il tentait désespérément de se sortir des rafales de force 10. Mais à bord de son ketch de 12,5 mètres (un Euros 41), cet homme de 50 ans, cadre d'entreprise résidant à Ploubazlanec, dans les Côtes d'Armor, n'a pas eu le temps de sauter dans l'annexe de survie qu'il venait de mettre à la mer. Probablement happé par une déferlante de six mètres, Jean-Luc Croguennec a dû alors combattre la mer. En vain. L'homme repêché et hélitreuillé par les pompiers vers 19 heures venait de mourir.Parti jeudi soir d'Ibiza (îles Baléares) malgré le risque d'une météo qui allait en se dégradant, Jean-Luc Croguennec - que l'on présente comme un marin émérite - s'est donc retrouvé au cœur de la tourmente vendredi. Hier, la gendarmerie de Canet qui a en charge l'enquête tentait d'établir les circonstances qui ont amené au drame.Apparemment, Jean-Luc Croguennec a tenté de faire plusieurs approches sur les côtes catalanes. En fin d'après-midi, victime de plusieurs avaries, il devait lancer un SOS. En vue du port de Canet, il demanda l'autorisation de pénétrer dans le port pour se mettre à l'abri. Compte tenu des éléments, la SNSM (Société nationale du sauvetage en mer) le lui déconseilla et lui indiqua de rejoindre le port de Saint-Cyprien ou Port-Vendres. C'est en manœuvrant que le ketch aurait alors chaviré. Jean-Luc Croguennec aurait eu le temps de procéder au gonflage automatique de son annexe de survie. Mais sans pouvoir s'y réfugier.Hier, plusieurs questions restaient en suspens. Pourquoi ce Breton habitué aux coups de tabac avait-il décidé de prendre la mer malgré les bulletins d'alerte ? Au plus fort de la tempête, a-t-il tenté initialement de rejoindre le port de Port-Vendres réputé par les gens de mer comme plus accessible ? Enfin, pourquoi avoir dit à Jean-Luc Croguennec de virer de bord pour retourner vers Port-Vendres alors que son bateau ne répondait plus totalement (le mât central a été arraché) ? L'enquête le déterminera.Hier, sur la plage de Canet où de nombreux badauds se massaient pour voir le triste spectacle d'un bateau décharné et autour duquel un périmètre de sécurité se dressait, l'incompréhension demeurait.Yann MAREC Le ketch est venu s'échouer sur la plage centrale. Le bateau a perdu son mât principal au plus fort des rafales. Photo H. JORDANEnquête sur les causes du naufrage"

Yann MAREC

Droits Réservés à Midi-Libre

19 oct. 2003

Triste...

Un coup d'Est en Roussillon est une horreur, pour mémoire il ya qcqs années: trois cargos sur la plage à port la nouvelle, la digue d'Argeles emportée en qcqs heures...
Ya que les niais pour en rigoler.

19 oct. 2003

Encore une illustration...

..de ce que la Méditerranée n'est pas une flaque tranquille, mais un des mers les plus traîtresses qui soit, et qu'un coup de tabac en Méditerranée peut mettre à mal l'"Atlante" le plus chevronné...
C'est un des raisons qui font qu'il est sage d'avoir un gros diesel sur cette mer, même si c'est pas très 'sailor attitude', AMHA...

19 oct. 2003

AH NON ...S.O.S. Modérateur

Ca va pas recommencer tout de même, y a déjà un thread où les je-sais-tout se sont entretués à propos d'un triste évènement entre le continent et la Corse, et là y a un patronyme breton qui vient remettre une couche,
Yann, laisse la méditerranée tranquille , peu importe la mer, le trou dans l'eau c'est jamais bien gai, va plutôt mettre un cierge à Ste Anne du Portzic en mémoire de ton compatriote disparu, paix à son âme.

20 oct. 2003

les coups d'Ouest à Nouméa !

Curieux, ici aussi à Nouméa, les coups d'ouest sont presque autant craints que les cyclones !
Et plus fréquents, cela va de soi !

20 oct. 2003

Mouai...

Ehh Yann...
Moi aussi, avant de venir naviguer en Médit., je pensais un peu comme çà...
Mais pas au point de balancer des énormités pareilles sur un forum, surtout sur un fil où ont évoque la mort de quelqu'un.
Mais je pense que tu dois commencer à t'en mordre les doigts (t'as l'air sympa et pas bête après tout).

Tu vois, quand j'ai navigué pour la première fois en Médit., il y à 15 ans, j'étais aussi un peu goguenard, fier de mon "expérience" de chef de bord glénanais.
Et ben j'ai rapidement compris au bout de 12 heures quand je me suis retrouvé à fond de cale à resserer les boulons de varangues du solide ketch plan Cornu que j'avais décider de faire passer le Sicié coute que coute avec du 9 dans le nez... (coup de vent non-prévu, celà va de soit !)

La Méditerranée est une mer réellement DANGEREUSE et imprévisible, avec une nette tendance à générer des vagues "casse-bateau". Je préfère largement naviguer en Bretagne, j'y suis beaucoup plus tranquille.

20 oct. 2003

leçons..

ne pas donner de leçons mais en tirer les leçons , c'est tout ce qu'on peut faire d'utile.

Une remarque quand même: l'Euros a un gréement faible (on s'en rend compte dés qu'on en voit un) ,il a cassé. Il est trés motorisé (comme tous les Amel ) mais rien n'a pu éviter le drame cependant.

Alors ? a part essayer de ne jamais se mettre dans de telles circonstances, peut être rester a bord quand on va a la cote proche et sableuse au lieu de rejoindre la survie dans les rouleaux? et surtout anticiper un changement de point d'arrivée bien avant de découvrir qu'il faut rebrousser chemin devant le port..

20 oct. 2003

reflexion..

je pense aussi que seul a bord depuis deux jours dans le baston, avec avaries sur avaries, on doit être épuisé et moins apte a juger et prendre la bonne décision.. ce serait le cas pour nous tous (même ceux qui prétendent l'inverse), en tous cas surement le mien..

20 oct. 2003

Mare au canard

Encore une foi la Méditerranée c’est déchaîné et a fait un mort comme quoi il faut faire très attention sur cette mer qui est Loing d’être tendre.
Par vent d’est violent la plupart des ports du Roussillon sont inaccessibles.
Bon a retenir

21 oct. 200316 juin 2020

scénario catastrophe

je suis passé voir l'épave sur la plage.
il semble s'étre juste couché car les livres ne sont pas tombés de la table
La coque a peu souffert (merci Amel), le grand mat est au fond de l'eau, mais les drisses et bomes trainent autour: plusieurs sont dans l'hélice , bien serrées..

le pauvre gars a dématé, puis l'hélice s'est immédiatement bloquée dans le fouillis inextricable qui trainait dans l'eau. S'il était resté dans le carré , il serait encore là, car le bateau s'est juste allongé sur la plage.. (photo)

21 oct. 2003

Dans deux accidents similaires,

Un vers Argeles et l'autre à Frontignan (ya une dizaine d'année), par grosse mer d'Est et bateau trop prés de la cote:
Talonnage, puis chavirage, les équipiers restés à bord s'en sont sortis, ceux qui ont essayé de nager jusqu'a la plage se sont noyés, même avec des gilets!
Ne pas s'approcher de la cote, dans ces conditions! Ya trés peu de ports accessibles.

Michel, es tu au Barcares semaine prochaine?

21 oct. 2003

oui

j'habite a coté, sauf lundi, (tel avant)

21 oct. 2003

Drossé à la côte

Il y a 2 ans, un copain (avec mon ancien bateau : un Sangria) a été drossé à la côte au même endroit en essayant de rentrer au port de Saintes-Marie (en Roussillon, pas en Camargue).
Le scénario a été le suivant :

Vent 6 SE avec 2m de houle.
Arrivé près du chenal d'entrée de Sainte-Marie, il a empanné et la poulie de bosse de ris sur la bôme a laché.

Il a voulu mettre le hors-bord en marche mais celui-ci a refusé de démarrer car, sur une chaise extérieure, il a été rincé par quelques déferlantes.

Privé de GV, il a essayé de reprendre du large sous foc seul mais, déjà trop près des rouleaux, incapable de lofer, il est allé à la côte.

Ils sont heureusement restés DANS le bateau, un peu secoués, mais ont pu débarquer quasiment à pieds sec en toute sécurité.

Le bateau s'est couché sur le sable, sans dommage (juste l'antifouling et un peu de gel-coat rayé) et le bateau a été renfloué qques heures plus tard par une puissante vedette qui l'a ramené au port de Canet.

Confirmation : les ports de Leucate à Argeles sont tous quasiment inaccessibles par fort vent de SE : une grosse barre de déferlantes de travers à l'entrée. Dans ces cas là, en venant du sud, mieux vaut essayer de s'arreter à Port vendres ou, si impossible, passer le cap Leucate et tenter Port la Nouvelle.

21 oct. 2003

Tirons des lecons...

Moi aussi, je connais mieux le clocher de Ploubazlanec que celui de Canet en Roussillon.

Alors, j'aimerais comprendre (en faisant de nombreuses conjectures, on était pas là) ce qui s'est passé pour le pauvre proprio de l'euros parce que je n'aimerais pas vivre la même chose.

Il est parti jeudi des baléares. Que disait la météo à ce moment là? le fort vent de se était il prévu?

Ensuite, la route directe passe par le cabo creus, une péninsule dont la côte nord est toute constellée de criques abritées du se.

On peut imaginer que la brafougne est entrée (ou tout au moins était annoncée) au moment du passage du cap creus.

N'était il pas prévisible que la cote du roussillon était impraticable? Sur la carte, ca a l'air de couler de source: grandes plages et les ports aux embouchures des rivières--&gt barres à prévoir.
Personne n'a envie d'etre au vent d'une côte pareille, même avec un tres gros bateau.

Aurait-il voulu rejoindre marseille ou la côte d'azur et une avarie l'aurait forcé de fuir vent arriere. Mais là encore, on peut au moins diriger son bateau a 40° pres, pourquoi choisir cette côte là?

Y a t'il quelque chose qui m'échape?

21 oct. 2003

A quoi sert donc un hors-bord?

Merci pour les commentaires passionnants.

Mais à quoi sert donc un hors-bord?
L'utilité en est normalement de remplacer le grément défaillant par bonace ou tempête.
Quid si les déferlantes l'arrachent du bord?

Le mât du bateau naufragé (R.I.P.) reposait-il sur une épontille, sur le rouf, sur le fond?
Faites-vous confiance au mât repliable sur le pont?
Les haubans en polypropylène peuvent-ils concurrencer ceux d'acier sur ces croiseurs -oui, ils sont trop épais et forment des turbulences dans l'air, mais ne seraient-ils pas plus résistants dans un grain?

Y a-t-il des cas où quoique ayant vu immédiatement les signes annonciateurs d'un sérieux grain, vous n'ayez pu rentrer à temps pour l'éviter?
Peut-on barrer l'oreille rivée à la radio?
Autrement dit, prudence est-elle toujours mère de sûreté?

21 oct. 2003

Comprend pas

Tu as raison, Benoit, je me pose aussi les mêmes questions.
Néanmoins, la question du Creus est un peu moins évidente qu'il n'y paraît car ces parages sont terribles avec du vent de SE et il vaut mieux l'arrondir largement.

Dans ce cas, en passant au large, il n'y a peut-être pas trop la possibilité de lofer pour revenir sur, par exmple, Puerto de la Selva. Donc, direction le Béar, qu'il vaut mieux arondir aussi...

Le baston était effectivement anoncé et la décision de prendre la mer dans ces conditions est incompréhensible.

21 oct. 2003

beuh...

Si t'arrives a remplacer un greement defaillant par un hors-bord dans la tempète, chapeau.

Pour moi la seule erreur du copain de swanee(plus facile a analyser dans son fauteuil) c'est justement de se ruer sur son hors-bord plutot que de -ou rentrer sous foc seul -ou gagner le large sous foc seul pendant qu'il est encore temps.

Mais de nouveau, je n'étais pas la...

21 oct. 2003

Effectivement

Le copain qui avait racheté mon ancien bateau était débutant. Nous en avons longuement reparlé et il est clair que le fait d'avoir essayé de s'en sortir au moteur lui a fait perdre de précieuses minutes pendant lesquelles le vent les poussait à la côte.

Par contre, le fait qu'ils soient restés à l'intérieur du bateau a été très bien vu.

21 oct. 2003

swanee

entre El port de la Selva et Bear, il y a une côte déchiquetée ou les abris n'ont pas l'air de manquer.
une marina au nord de la punta d'en poch, la cala garvet, colera (ca donne pas envie d'y aller...), cala de port bou, cerebere, Banyuls, port-vendres (après Bear)

D'apres ce que je vois sur la carte, il semble que cette cote soit assez abrupte (pas de plage mais aussi pas de remontée des fonds) des anses concaves et pas mal de pointes est-ouest dont les côtes nords sont franches et devraient etre abritées.

Tout cela pour dire que si je me trouvais dans le baston de SE au large du cap creus, j'essaierais de me diriger par la plutôt que vers les grandes plages plus au nord

Vais-je droit à la mort?

21 oct. 2003

Le seul abri sur du coin,

C'est Port Vendres. Le piege avec une mer d'Est, c'est que souvent la mer est plus forte que le vent: ya souvent 6/7 de vent pour des creux de 3/4M, et l'approche des ports se fait dans des fonds de 4/5M.
Donc ça deferle au max, et on risque de toucher le fond, en Med les vagues se suivent de trés prés, et dans ce cas ben on embarque un gros paquet de mer, qui noie tout...
Et ça finit souvent mal.

21 oct. 2003

d'acc avec Kidd

Les "calas" entre la Selva et Bear sont soit des pièges (ouvertes à l'Est ou Sud), soit impossibles d'accès dans ces conditions (Banyul et Cerbère compris).

La Selva reste accessible car la "passe" est très grande et on peut virer sur babord une fois passée la jetée pour s'abriter. D'autre part, il y a possibilité de mouillage une fois à l'abris de la jetée (utile si pas manoeuvrant ou équipage réduit).

Mais, de toutes façons, en venant des Baléares avec du SE, il vaut mieux s'arreter beaucoup plus bas, genre Palamos (grand port de commerce très accessible) et ne pas essayer de passer le Creus.

21 oct. 200316 juin 2020

si on connait le coin..

la selva est un bon abri, ouvert au nord mais protégé, et port vendres a assez d'eau et de largeur a l'entrée pour les cargos, donc le meilleur abri possible.

bon, mais on n'était pas a sa place.. il est possible que le dématage et le blocage d'hélice soient arrivés bien avant, et qu'il était en fuite sous gréement de fortune (artimon seul et foc bricolé) , donc quasiment non manoeuvrant , et ne pouvait choisir sa route...

photo de l'hélice avec une écoute de 25mm bien serrée ..

21 oct. 2003

Comme quoi...

Le coupe-orins est un investissement qui peut s'avérer rentable...

21 oct. 2003

Euros bateau pourri ?

"Une remarque quand même: l'Euros a un gréement faible (on s'en rend compte dés qu'on en voit un)" : Michel, tu compares l'Euros avec quoi ? Un BAVARIA ?
J'ai un Euros de 1971. Rien n'a bronché en 30 ans. C'est un bateau sur et marin, enfin, il date de l'époque où on savait les construire pour durer et encaisser.
En revanche, je ne me serais pas risqué seul dans une mer pareille et ferai tout pour ne pas me retrouver dans une situation semblable. Je navigue sur Hyères, et si nous sommes coutumiers des coups de mistral, les coups de chiens d'est sont encore plus redoutables, d'autant plus dans le golfe du LION. Quant à l'éternel débat Atlantique/méditerannée, je le laisse à ceux qui ont du temps à perdre.
Je conclurai par une pensée pour la famille de la victime.

Christophe

22 oct. 2003

a christophe

quand je cherchais une occasion, je trouvais le haubannage de l'Euros un peu faible, surtout l'artimon, mais c'est sans doute une impression, alors que le reste ,comme tous les amel , est trés costaud. Et celui là est surement renflouable, car la coque semble impeccable.

mais un dématage peut arriver sur n'importe quel bateau.

22 oct. 2003

ben en tout cas...

D'apres tes photos Michel, il semble que l'endroit le plus sur dans ces conditions (vent et mer 10bf qui poussent sur une plage) le lieux le plus sur reste l'intérieur du bateau...

26 oct. 200316 juin 2020

Coup de Vent . du 17 octobre Chalutier à la plage à Valras

Une vue du chalutier jetté à la cote par la tempéte du 17 0ctobre,

Les 3 pécheurs sont sains et saufs.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Météo idéale pour un mouillage à l'île de Sein

Souvenir d'été

  • 4.5 (5)

Météo idéale pour un mouillage à l'île de Sein

novembre 2021