Consternant ! Il vient mouiller sur mon ancre....

...donc juste devant moi , environ 10m
Juste avant, il avait pris l' ancre d'un autre voilier en essayant de mouiller.
Vent force 2-3, pas de houle et aucune difficulté à manoeuvrer.
On est 5 voiliers à Rondinara, là où on peut en mettre une centaine en saison.
Réponse à mon inquiétude : j'aurais du consulter la météo, pas de renverse prévue, donc pas de problème!
Et si le Bms prévu sur l'ouest corse débordait sur l'est? De toutes façons, tous les bateaux tournent en même temps!
Et si je prévois de lever l'ancre tôt demain? Euh...y aura qu'à le réveiller!
Bref, le gros plouc, qu'on a du mal à imaginer.
Tellement caricature que je ne l'ai même pas engueulé.
Cerise sur le gâteau ce soir : il allume un barbecue forcément dans mon vent!
Je ne dirais pas sa ville d'origine mais il n'est (bien sûr) pas corse.
Et pourtant, je dois avouer que son ketch a de l'allure.

L'équipage
07 juin 2012
07 juin 201207 juin 2012

C'est la nouvelle plaisance, on ne mouille plus, on jette l'ancre. On va ou sont les autres, on a pas à réféchir ni a vérifier le coin ni les fonds, si il y des bateaux, alors il n'y a pas de danger.

08 juin 2012

C'est le poussin qui rejoint sa mère poule. Y'a d'autres bateaux donc c'est un endroit sûr.

Kiss Cool, ce n'est pas l'apanage de la Corse ni de la Med, là-haut, dans le nord c'est pareil.

Mais avec les courants, les "yachts" évitent quatre fois par jour. Je fais toujours 2 à 3 passages sur la zone de mouillage histoire de voir comment sont mouillés les autres, les espaces entre boats, supputer la longueur de chaîne dehors...et je suis toujours étonné de voir un gars arriver à fond la caisse, traverser le mouillage et dans un grand coup de marche arrière jeter presque toute sa chaîne. Si il se trouve trop près d'un voisin, y sortent des des pare-bats (si, si).

Contrairement à Kiss Cool, si le gars est trop proche, je le fais déménager. C'est la règle, je le sais car ça m'est arrivé aussi.

Que celui qui n'a jamais raté son mouillage me jette le premier maillon.

08 juin 2012

A quand le lance torpilles parmi le matériel règlementaire ?
Il y aura toujours de gens qui aiment la nature sauvage, à condition de ne pas se sentir trop seuls et surtout collés aux autres...on ne sait jamais!

08 juin 2012

Pour le détail de l'histoire, je lui ai fait remarquer le problème avant qu'il coupe son moteur
réponse immédiate : faut écouter la météo, le vent ne changera pas!

15 minutes + tard avec mon annexe, je tente une discussion courtoise.
Réponse : je vous dis qu'il n'y a pas de problème, par contre, votre moteur d'annexe semble peu fiable. Ne comptez pas sur moi si vous tombez en panne. :lavache:

Effectivement, si j'avais eu un bouton lance torpilles, ça m'aurait titillé les neurones :tesur:

08 juin 2012

Bonjour,

Il m'est arrivé de me trouver au mauvais endroit au mauvais moment : mouillage encombré par des bateaux arrivant en soirée.

J'avais la corne de brume à portée de main, et si un malotrou balançait son ancre en dépit du bon sens en risquant de venir sur moi, je soufflais dans l'engin et expliquais le pourquoi du comment de la chose.

J'avoue que je n'ai (chance) jamais eu affaire à un récalcitrant.

Mais j'évite autant que possible ces endroits-là. :langue2:

08 juin 2012

Il m'arrive de mouiller oringué (donc avec une bouée frappée sur l'ancre), essentiellement pour que "certains" comprennent où est mon ancre. Ca ne les empêche pas, mais je peux mieux expliquer ...
Cela dit, les incivils, ça existe partout !

08 juin 201208 juin 2012

Atention que certains ne prennent pas ta bouée pour une bouée de corps mort :lavache: :mdr:

Des fois, certains me regarde bizarrement quand je rentre dans un mouillage, justement parce que je ne mouille pas directement, je fais un tour (ou 2 si nécessaire) pour trouver la langue de sable et la bonne place.

Il m'arrive pourtant de louper mon coup et d'être trop près d'un voisin, alors si je juge qu'il y a un risque lors de l'évitage, je remonte ma chaine (je n'ai pas de guindeau, mais je mets quand même plus de chaine que dans les manuels, ça entretien la forme ...) et je recommence.

Je vois bien qu'on me prend pour un extra terrestre des fois, mais bon, j'ai appris comme ça et comme ça marche pas mal, je continue.

Et parfois, une fois que j'ai fini, je suis comptent de moi car le mouillage devrait être tranquille et ... 1/4 d'heure après j'ai un gars qui viens se coller à moi et en plus avec 4m de chaine pour 3m d'eau (si,si, du vécu) ... pffff :-(

Bon, l'essentiel est de rester courtois, mais du coup je passe mon temps à surveiller au lieu de profiter...

Heureusement, le petit TE de Now, me permets souvent de me mettre bien à l'écart et plus près du rivage que la majorité :-p

08 juin 2012

typiquement l'apéro est gâché, tu penses que ç'est déja assez compact et il y en a qui arrive vers 20 heures et qui mouille trop prés !

08 juin 2012

d'ou l'interet des bouées, désolé de me répéter

08 juin 2012

... et celui qui arrive en début de nuit dans ton premier sommeil et se mettre à proximité :-(

08 juin 201208 juin 2012

Bouées et bouées...
nous étions au mouillage sur bouée, près de l'îlet Madame (havre du Robert, Martinique) depuis tôt le matin et nous avions débarqué.

D'autres bateaux arrivent, certains chargés de touristes comme ce gros catamaran qui prend la bouée voisine. Las, un catamaran et un monocoque n'évitent pas de façon synchrone et le cata, bardé de pare-battage, vient de temps en temps se frotter contre notre flanc, ou l'inverse. Ce dont nous nous apercevons en remontant à bord. Évidement nous installons nos pare-bat aussi.
Cela ne dérange aucunement les "clients" à bord du cata, ou si peu. J'entendrai l'un d'eux dire à voix couverte : "je crois qu'ils étaient là avant !"
Au bout d'un moment le skipper du cata, sortant sans doute de sa sieste, émerge et voyant la situation vient s'excuser et discuter avec notre skipper.
Pour finir il redescend dans sa cale et ressort avec un cubi de rosé et le dépose sur notre pont...
Comme quoi, il y a bouée et bouée !

08 juin 2012

Je mets mon grain de sel sur ce fil car je connais très très bien ce mouillage qui au fil des années a beaucoup changé constructions tout autour paillote et et .et nombre de voiliers au mouillage je partage l'avis de Now et comme lui le tirant d'eau très réduit de mon bateau me permet de me mettre à l'abri de ces ...J .... F.......dans ce même lieu avec mon ancien bateau DL donc moins typé je m'étais mouillé sur 1,30 m d'eau et un de ces bateaux qui se pose vient vers moi je l'avertis "il n'y a pas d'eau" me croyant de mauvaise foi arriva ce qui devait arriver Boum puis reboum avec moteur bien monté dans les tours ....furieux le skipper s'en va mettre sa pioche plus loin et à la nage vient voir ce qu'il en retourne et moi d'entendre" Merde il est dériveur" Maintenant que mon boat est DI je suis encore plus tranquille encore que les vedettes peuvent être bien ."présentes" !.
Mon bateau à Rondinara est en photo sur mon profil .

08 juin 201208 juin 2012

Cadaquès, j'étais mouillé peinard avec mon Aquila de l'époque où l'on pouvait encore mouiller sur son ancre à cet endroit, quand un ketch d'environ 12m battant pavillon Français immatriculé à Marseille arrive, jette son ancre devant mon étrave, largue 50m de chaîne, ce qui le fait arriver en fin de manoeuvre à 15m sur bâbord légèrement sur mon arrière. Bon. c'est 15 heures, on est au dijo, détendus. J'explique au skipper que sur 6m de fond, ce n'est peut être pas la peine de larguer autant de chaîne, qu'à la renverse, on va forcément se frictionner les bordés s'il reste là. Le gars me regarde comme s'il voyait une déjection canine, ne me répond même pas, disparaît dans sa descente. 16h, 17h, les femmes commencent à râler qu'elles veulent aller à terre rôder dans les boutiques, je les amène avec l'annexe, et je reviens au bateau, pas tranquille, au lieu d'aller siroter une cerveza muy fresca à l'Amistat. Et ça ne rate pas. Le vent commence à tourner, et le ketch se rapproche. J'empoigne la corne de brume, un truc pour stade avec bombe que j'avais récupéré et qui imitait à la perfection le 38 tonnes énervé. Le gars sort, accompagné de madame en demandant qui fait ce raffût. Je lui ré-explique qu'il doit se déplacer sous peine de collision imminente. La dame regarde le monsieur, et dit: il est tout petit, il n'a qu'à s'en aller s'il n'est pas content. OK, bien reçu. Sous l'oeil un peu étonné du couple, j'ai commencé à sortir du coffre ma pince-étau, mes palmes, le bloc de 15 litres avec le stab, le détendeur, la ceinture de plomb, et leur ai annoncé que j'allais derechef démaniller leur ancre s'ils ne dégageaient pas à la minute. Le gars, après m'avoir appris des trucs sur ma mère que je ne savais pas, a lancé son moteur, embrayé son guindeau et s'en est allé plus loin enquiquiner quelqu'un d'autre.
Mon équipier a bien rigolé, et nous nous sommes votés une grappa supplémentaire bien méritée.
Comme quoi, les emm... ont toujours existé, et ce n'est malheureusement pas une race en voie de disparition..;

08 juin 2012

Hoolof, t'as fait ma journée ! Un doute subsiste cependant... Je sais que tu es le fils spirituel de quelqu'un, mais j'hésite entre Dard et Audiard... Oh pis merdre, c'est vendredi, je prends les deux, tiens !

08 juin 2012

hoolof:
:topla: :alavotre: :bravo: :pouce:

08 juin 2012

bonjour à tous,
la bonne éducation(l'étiquette en ce qui nous concerne) est sur mer, comme ailleurs, mal partagée .
Noircir des pages sur la question, malheureusement, n'y changera rien … faire avec et remercier ses parents ou quelque autre tuteur ;-)

08 juin 2012

effectivement les "c...ar" et les" em...deurs" sont légions....et rien dans le citron....C'est comme quand vous flanez et qu'apercevant la terrasse vide d'un bar vous vous attablez, là, peinard, tranquille, sirotant votre bibine....quand soudain un comique sorti de nulle part vient s'asseoir ....devinez ou ?...juste à coté de vous ! alors que toute la terrasse est vide....De ces comiques, vous en croisez un tous les 200m.......le coup du mouillage, vécu aussi ! :jelaferme:

08 juin 2012

"Noircir des pages sur la question, malheureusement, n'y changera rien "

NON! mais ça fait du bien d'en parler et de savoir qu'on n'est pas tombé sur le seul c.n du monde de la plaisance :heu: :tesur:

08 juin 2012

Tout à fait Margot :heu:
ça permet aussi d'évacuer la mauvaise conseillère.
Quant à l'épilogue de mon mouillage à Rondinara, le plouc est parti en début d'après midi en me frolant et en m'insultant :lavache:
"quel menteur! Il dit partir tôt et est encore là à midi!" :tesur:

08 juin 2012

histoire veçue ,je mouille aussi pret que possible du rivage et étant donné que je cale à peine 1m souvent il y a peu d'eau sous le bateau à marée basse .

On était tranquille a prendre l'apéro vers 18h ,un bateau arrive assez vite sur nous le skipper indique à ses équipiers de mouiller derriere .....à peu de distance de nous il se plante dans le sable ,marée descendante ..

resultat : le bateau gite ,gite encore ,et encore , 30,40 peut etre 50° plus peut etre puis se redresse .....mais entre temps il s'est passé 3h ....

je suis pas sûr qu'ils aient pris l'apero

josé

08 juin 2012

encore une
Lipari du temps d'avant les pseudo marina.
Mouillage 25 m de fond Monsieur arrive mouille 25 m se tourne vers Madame qui se préparait.....!L'annexe est mise à l'eau et pfuiiit direction resto .Le bateau vide s'en est allé se promener ,un couple d'anglais a reçu le cadeau l'a attaché sur leur bordé a attendu .Madame et Monsieur revenus du resto sont remontés à bord et VRAoummm partis Pas un mot.Rien Des gens peuvent être étranges n'est-il pas?
Bon vent et bon mouillage et Bon Apéro

08 juin 2012

certes, certes, tout cela est bien lamentable... mais réserve quelques joies peu coûteuses quand on a la chance de posséder un dériveur, de faible tirant d'eau...
le jeu consiste à venir mouiller dans un endroit impossible, cerné de mattes ou de bancs de sable, ou de quelques cailloux horriblement mal placés...
immédiatement, ou au bout d'un temps T très faible, un luron se présente à l'appel, et fait mine de venir mouiller juste là ou vous avez posé votre ancre, malgré les cris d'avertissement que vous ne manquez pas de lui lancer (et qu'il méprise évidemment, puisque c'est un luron peu sérieux); voici alors le spectacle garanti pour une ou deux heures, avec le suprême raffinement de pouvoir se transformer en sauveur ("maillez donc une poulie coupée sur la drisse de grand-voile, placez-y la grande aussière, je vous abattrai en carène et vous sortirai de ce mauvais pas"), agrémenté de quelques quolibets sur la lecture des cartes et l'utilisation du plomb de sonde...
c'est parfaitement hypocrite, mais quelle délectation!!!

parmi les meilleurs pièges à cons (les candidats sont innombrables) figurent:
- le fond de la calanque de la galère sur la côte sud-est de porquerolles
- l'anse de malfalco, dans le désert des agriates
- l'anse de rondinara
- le fond de la rade de st florent

et tant d'autres dont je me réserve encore l'exclusivité pour cause de déflorage récent...

homo sum, et nihil homini...

comme piege il y a aussi le fond a droite de la baie de l'alycastre a porquerolles ,il ne se passe pas un jour ou un voilier veut me mouiller dessus :-D j'ai 60 cm de te pour 10m de coque

08 juin 2012

avoir un dériveur a "rénové" mon sens de l'humour au mouillage! Egament dans certains passages à terre ouaf ouaf :alavotre: :alavotre:

08 juin 2012

On est méchant presque.C'est vrai que le spectacle peut être délicieux mais cela peut mal tourner.
Allez bonne navigation car son temps arrive.

08 juin 2012

je mets un ti bémol! quand tu préviens que tu as un dériveur et qu'on te répond "quest ce que vous voulez que ça me foute" .... tu laisses faire!

09 juin 2012

L'homme normal est un animal grégaire et comme tel cherche à se rapprocher de ses congénaires. Le marin n'est pas un homme normal et ne supporte pas la promiscuité. D'ou un conflit entre les deux!
Je plaisante bien sûr!

09 juin 2012

finalement, avoir un dériveur est bien plus indispensable en méditerrannée qu'en manche !

09 juin 2012

oui, c'est évident...

09 juin 2012

J'ai aussi vu un énergumène prendre ma bouée d'orin pour un corps mort ; je lui ai fait remarquer ; il m'a répondu qu'il avait l'habitude de prendre une bouée et qu'il revenait d'un tour du monde.... (mon orin était marqué en gros caractères : ORIN ) ; il avait dû avoir beaucoup de chance durant sa circumnavigation !

ça a bien sûr fini avec qq noms d'oiseaux..

09 juin 2012

Peut-être venait-il de faire une circumnavigation sans escales ? ;-)

09 juin 2012

on rigole bien de vous lire, il y a beaucoup de cons selon vous....
mais pour faire baisser la connerie moyenne, vous pourriez du haut de votre grande expérience donner quelques bon conseils pour les moins expérimentés du mouillage dont je fait partie
humble n'a pas l'air dans votre vocabulaire... peut être lors de vos débuts avez vous peut être étés le con de plus expérimentés ou aviez vous la science infuse??

11 juin 201211 juin 2012

Non ; pour éviter d'avoir la science infuse, on a tout simplement appris en équipage avant de jouer au skipper....

09 juin 2012

à votre service :

www.4-oceans.com[...]age.asp

et faites-en bon usage mais les lectures et conseils sont loin de remplacer la pratique qui confère l'expérience.

09 juin 2012

merci! les livre on les a, l'expérience, c'est en cours, mais je vous demandais plutôt des trucs et astuces, tour de main, retour d'expérience, pièges courants, etc. pour que les novices progressent à la lecture des expériences des plus anciens
sinon je trouve les critiques ci-dessus plutôt amusants, mais les conseils constructifs c'est bien aussi :-)

09 juin 2012

Toutes ces critiques amusantes me paraissent plutôt très pédagogiques pour acquerir de l'expérience par les récits.
Cordialement, Philippe. :pouce:

09 juin 2012

exactement, si certaines de ces lectures peuvent m'apprendre des choses c'est super !et éviter de passer pour un con c'est encore mieux...! faut juste savoir lire (entre les lignes ??)
:mdr: ;-)

09 juin 2012

Ponton pas trés sympa de le faire payer ton service! :non:

Je rejoins un peu l'avis de FIRST31.7 , j'ai failli faire des conneries (je suis un autodicate en voile , et j'ai pas eu la chance d'avoir des parents qui m'est payé des cours de voile a 5 ans... :whaou:)

Et y'a quelques plaisanciers (on parle pas encore de marins hein!) sympa qui avant de faire ma connerie me l'ont toujours fait gentille ment remarquer.

Ce que je déteste par dessus tout ce sont les cons qui te vois arriver pas toujours confiant , te regarde du coin de l'oeil (pret à aboyer). Et qui te font tout un tas de petites réflexions plus ou moins désobligeantes... (Pour etre un peu costaud , on m'ennuie pas trop je l'admet :reflechi:)

Bref soyez pas trop dur avec les débutants , un petit rappel a l'ordre(amical bien sur) avant qu'ils ne viennent sur votre ancre.

Et si le gars et trop con pour écouter votre conseil... (faites vous plaisir! :non:)

09 juin 2012

on apprend beaucoup plus par les erreurs que l'on commet (et ce fil est instructif sur les erreurs à ne pas commettre) que lorsque tout se passe bien et comme pour beaucoup d'activités il faut procéder par paliers, commencer par des mouillages très abrités avec des fonds de sable peu profonds et par très beau temps stable et puis s'aventurer petit à petit en accompagnant des bateaux avec des skippers plus expérimentés qui servent de guide ; cela demande du temps et de la persévérance, après une dizaine d'années d'expérience on commence à prendre un peu d'assurance et au bout de cinquante ans on réduit sensiblement le nombre de conneries par an....
le fait de se gausser des bêtises des autres n'empêche en aucune façon de rester humble par rapport à ce milieu magnifique qu'est la mer qui peut se montrer si rapidement hostile et dangereux.

09 juin 2012

bsr,
quand je dis qu'il faut mettre les parbatt au mouillage ...
j'ai pas raison .
ce qui est pas mal non plus c'est le rail de fargue qui deborde de la coque ,c'est dissuasif .
j'ai eu un neptune 99 très fegaté donc je sais de quoi je parle
alain

09 juin 2012

@ First 31.7

Qui demande pièges à éviter :

Un gars avait le niveau 0 en voile (devenu un copain par la suite).

Il part pour sa première sortie, avec nuit au mouillage à la clef, devant la plage d'une île Atlantique.

En soirée, quand il arrive, pas de vent. Il mouille l'ancre, et quand il sent qu'elle a touché le fond, bloque sa chaîne et part se coucher du sommeil du juste.

Réveillé par la brise, il se lève, et m.... ! la côte est loin :oups:

Il avait tout simplement mis l'ancre à pic à marée basse !

La mer a monté, le vent s'est levé, le bateau a dérivé :lavache:

Anecdote authentique ! :whaou:

09 juin 201209 juin 2012

pour first et bliss, la navigation ne peut pas se résumer à apprendre quelques tours de mains et astuces diverses, elle repose essentiellement sur une réflexion de chaque instant, une interrogation permanente sur le sens de la mer et du vent, seule façon de féconder l'expérience... mouiller, avec un bateau dont le prix s'énonce souvent en dizaines de milliers d'euros, mérite quand même que l'on se pose la question du "comment ça marche?", "pourquoi ça tient?", "pourquoi tous les bateaux mouillés regardent-ils, en général, dans la même direction?"; avec un minimum d'intelligence, on arrivera rapidement à la conclusion que, si on mouille sur l'ancre du bateau déjà là, invariablement les deux bateaux finiront par se toucher, ou se heurter... si on n'est pas capable de faire seul ce raisonnement, somme toute assez élémentaire, aucune leçon ni aucune expérience ne pourra nous l'apprendre...

accessoirement, l'arrogance, en navigation de plaisance, vient surtout des propriétaires de bateaux coûteux équipés dernier cri, beaucoup moins des navigateurs sans le sou qui, pour cette raison, n'ont pas les moyens de prendre un mouillage n'importe comment... ça revient à trop cher...

Homme libre, toujours tu chériras la mer (y compris les mouillages...)

09 juin 2012

@ First 31.7,

Je comprends parfaitement que tu puisses te sentir visé par beaucoup de ces messages, mais tu as tort.

Le con est un cas d'espèce, il y a beaucoup de variantes mais on finit toujours par le repérer sans faillir.

Un exemple au hasard, pour le mouillage, le gars qui vient, qui hésite qui regarde ses futurs voisins avec de la détresse dans le regard, qui ose interpeller le vieux loup de mer en train de buller sur son château arrière, celui là, recevra en récompense moult indications relatives au meilleur endroit pour la pioche, tout en préservant la tranquillité de tous et le maintien de l'harmonie générale...à moins que :

1) Le vieux loup de mer est un vieux con mais expérimenté.
2) L'aimable voisin est en fait un gars qui a réussi son premier mouillage(du moins lui semble t-il) et fort de son inexpérience toute neuve se croît d'un coup devenu placier officiel de la baie des anges qui, si le temps se détraque, deviendra en un temps record la baie démoniaque.

Ca fait trente ans que je vais assez régulièrement à Chausey, on est pas sur ancre on s'amarre sur bouées dans le Sound (une avant et une arrière). Si on arrive à l'étale tout va à peu près bien mais en dehors de cet état, le courant est fort et prendre une bouée, puis l'autre c'est pas de la tarte. Alors quand il y a du monde et que l'on se retrouve à couple c'est Rock & Roll.

Quand je suis seul il m'arrive de passer 2 heures pour m'amarrer ou je hèle un moteur pour aller passer mon bout.

Comme quoi la connerie est permanente.

09 juin 2012

Je pense que tu oublis une catégorie ... Qui ressort ce topic ...
Celui qui va te conseiller d'aller "la" sachant qu'il y a "des cailloux", "un banc de sable incompatible avec ton tirant d'eau", etc ...
Je pense que c'est ce ressenti la qui fait réagir first 31,7 ou moi ...

En lisant chaque message avec attention, j'y vois avec "consternation" une grande "connerie" partagée de part égale ... Si j'avais imaginé en venant vers le milieu maritime que je trouverais des personnes créant volontairement, sciemment des pièges pour autrui pouvant les mettre en difficulté ... J'avoue que je n'y serais pas venu avec le même enthousiasme ...

10 juin 2012

Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mon égard. Cependant si vous avez peut être une quelconque expertise dans le domaine maritime ... Je ne vous confirais pas ma santé mentale, et vous demande donc de vous abstenir de tout commentaire en ce sens :)

Cordialement,

Shamane

10 juin 2012

Ou pisse-froid ? :jelaferme:

10 juin 201210 juin 2012

suite à ce commentaire, j'ai relu le fil. Et je n'ai vu nulle part quelqu'un ayant "volontairement et sciemment" voulu en envoyer un autre en danger ! :tesur:

Vous ne seriez pas un peu parano, par hasard ?

10 juin 2012

Désolé, je retire le mot "parano". Seulement "presse-bite" alors. Il faut changer de lunettes. Vous lisez de travers :-D

09 juin 2012

Bien sûr que l'on rate des mouillages bien sûr aussi que l'on peut être grognon.Le probléme en l'ocurence est la mauvaise foi le mauvais coucheur qui se croit malin et devient malotru avec tout le monde. Pour ce qui me concerne jamais je n'ai refusé de donner un coup de main car je me plante dans les grandes largeurs........mais gigantesques avec ce bateau quand ça rate ça rate MA GNI FI QUE MENT
Comme quoi la connerie est permanente.

En tout cas je remercie HOOLOF pour son anecdote racontée de manière drolissime

09 juin 201216 juin 2020

En général , je ne bronche pas mais ça se rapproche trop je dispose ostensiblement mes deux gros pare-battage en regardant le gars en souriant , et souvent il comprend :mdr:il faut dire qu'ils sont gros pour le bateau . on les distingue sur cette photo .

maintenant je dis plus rien sur les fonds ,le dernier que j'ai prevenu m'a fait un bras d'honneur et s'est echoué a DIX metre de moi :-D allez si quand meme si le gars ou la femme est souriant je le previens ! :-)

10 juin 201210 juin 2012

mais shamane, personne n'a conseillé à quiconque "d'aller là sachant qu'il y a des cailloux ou un banc de sable"; il a même été question d'avertissements -méprisés-, et d'aide...
il faut lire correctement les posts avant de s'indigner de méfaits totalement imaginaires...

par contre, rappeler quelques règles de la navigation (et accessoirement de la courtoisie) ne me parait pas totalement inutile:
- on ne confie pas son bateau et ses occupants à un mouillage dont on n'a vérifié ni le fond, ni la hauteur d'eau, ni l'espace disponible; un mouillage forain n'est pas une place de parking de supermarché
- les règles de la courtoisie veulent que l'arrivant ne mette pas en danger, sauf cas de nécessité absolue, celui qui a fait l'effort de soigner son mouillage et sa sécurité, sous le seul prétexte que l'on ne veut pas faire cet effort
- enfin, je trouve sidérant que quelqu'un, qui manifestement ne sait pas naviguer, prenne la responsabilité d'emmener femme, enfants, invités sur un milieu qui peut devenir hostile et dangereux; une telle irresponsabilité me laisse pantois, car il y a dix mille façons d'apprendre la navigation et la mer, sans que cela coûte un centime; quant aux émotions fortes, il y a luna park et disneyland, c'est sans danger...

10 juin 2012

Bonjour,

Je n'ai pas dit qu'à la lecture de ce fil il ressortait que "tous" les intervenants poussaient à la faute.
J'ai parle d'une sensation sur certains messages.
Bien entendu les nombreux dl/di qui vont mouiller avec peu de fond pour leur sécurité, leur tranquillité ne sont pas concernés.

Par contre référencer "les pièges à con" m'interpelle.

Des "abrutis" il y en a partout, dans tous les domaines, dans toutes les "races" (ou ethnie si vous préférez) ...
Si je comprend parfaitement que l'apprentis "mouilleur" que vous avertissez gentiment de votre faible tirant d'eau vous "fâche" en répondant avec son bras d'honneur ...
Je pense aussi qu'il faut se méfier de généraliser ...

Entre répertorier les pièges à cons ou on peut hypocritement se comporter en sauveur et indiquer un banc de sable pour mouiller à un gte ne me semble "pas très éloigné" ...

La "métaphore" utilisée était pour essayer de faire passer un peu de tolérance.

Pour rester dans le sujet :

  • stage ucpa intensif sur cata habitable (10h de nav / jour mini) pour apprendre la voile et découvrir l'esprit marin (selon la doc).
    On arrive vers la zone de mouillage sur bouée balisée. Un chenal oblige à longer la zone vers la terre avant de pénétrer dans la zone de bouée. Nous sommes 9 à bord d'un cata de 12,5m. Le skipper ucpa coupe le chenal et se précipite dans un gymcana limite dangereux pour atteindre la seule bouée libre avant un autre cata ou il n'y a que le skipper à bord ...

  • cet hiver, le port ou je suis à pleins de place de libre, sur ponton ou sur le quai d'attente (ou je suis car il n'y a plus de place pour les multi), quai gasoil / démâtage / chargement libre ... On est samedi soir, un bateau est venu se mettre à couple sur moi ... Aucun salut, aucun contact, il s'est mis la comme sur un ponton ... Les personnes descendent devant le mat. Ce n'est pas le fait d'être à couple qui me dérange mais cette incivilité, ce manque de politesse ... Je ronge mon frein en me disant qu'ils sont venu voir des amis et que demain ils partirons ... Que nenni ... Les personnes sont rentrées chez elle dormir du sommeil du juste ... Le dimanche ils réapparaissent vers 18h pour désarmer leur bateau (enlever les matelas etc) en faisant d'incessant aller retour sur mon pont ... Toujours sans même avoir demande l'autorisation de monter à mon bord pour rejoindre leur bateau ou m'avoir salue ... Je sors et leur demande ce qu'ils ont prévu pour le lundi sachant qu'un coup de vent est annoncé ... Réponse : ils vont être grute et mis au sec. Le lendemain en demandant à la capitainerie aucun grutage n'est prévu, alors que les personnes sont à leur travail et donc pas a bord ...

Des Annecdotes de ce genre je suis convaincu qu'on en a tous des stock ...
Mais je regarde toujours mon prochain avec bienveillance au départ tout au moins ...

Cordialement,

Shamane

10 juin 2012

Je n'ai nulle part écrit que quelqu'un avait indiqué un banc de sable pour mouiller à un gte ...

J'ai seulement parle de "sensation" (donc pas de fait indiscutable, mais d'impression propre à chacun et donc discutable ...).

J'ai seulement écrit que "répertorier les pièges à con ou on peut aller mouiller avec un di en étant quasi sur qu'un plaisancier néophyte ou moins confirme va venir s'échouer pour pouvoir hypocritement joué au sauveur" (je me contente de reprendre des termes lu dans topic) ne me semble pas très éloigné d'indiquer un banc de sable comme mouillage sur à un gte ...
Je ne dis pas que quelqu'un la fait/écrit/dit ... Je pousse la raisonnement plus loin afin d'expliquer maladroitement visiblement mon ressenti.

Cordialement,

Shamane

10 juin 2012

Il faudrait bien lire ce à quoi on répond. Je n'ai cité le fait qu'il passaient devant le mat que pour montrer que pas totalement étranger aux coutume marine ...
Par contre se mettre à couple sans même dire bonjour, demander si cela dérange, ne pas rester à bord, désarmer son bateau (alors qu'un quai de chargement/déchargement est dispo), aller au boulot en laissant son bateau ammarre avec 2 écouté sur mes taquets sans garde ni rien alors que coup de vent annonce ... C'est tout ça qui provoque le courroux ...

10 juin 2012

personne n'a dit qu'il avait indiqué un banc de sable à un bateau allant mouiller !!!!!!!!!
ce n'est pas parce que tu continues à l'écrire que c'est vrai !

10 juin 2012

désolé toujours pas convaincu, c'était de l 'humour noir !

10 juin 2012

Ce genre de mise a couple, j'aimerais presque que ça m'arrive...

10 juin 2012

je cite : "Les personnes descendent devant le mat"

Ben oui ! La politesse et l'étiquette maritime veut que, passant sur le pont d'un bateau duquel on est à couple, on passe devant le mât.

C'eût été derrière, j'eusse compris le courroux de notre ami, mais devant.... !! :lavache:

:-D

10 juin 2012

On pouvait le comprendre aussi dans l'autre sens. Dont acte, et mea culpa.

pour tout le reste, entièrement d'accord : c'était des goujats marins de la pire espèce.

10 juin 201210 juin 2012

Je pense que Shamane a navigué aux siècles derniers dans les parages d'Ouessant.
Et là, selon la légende, la mobilité des feux pouvaient tromper le marin trop confiant.

10 juin 2012

Quelle époque de m....e nous vivons :lavache:
Hier les marins étaient attirés par le chant des sirènes :aurevoirdame:
Aujourd'hui, ce serait par les dériveurs. Quelle misère ! :oups:

11 juin 2012

Hé oui, tout va à la dérive, mon pauvre ami !!! :bravo: :bravo:

10 juin 2012

Vas à l'aventure, demande ton chemin, demande si les gens du coin sont sympa, l'un te diras "c'est un beau village et les gens sont sympas", l'autre "c'est un trou à rats, tous des cons"
Je n'en tire aucune conclusion, je vais voir par moi-même, mais j'avoue qu'il y a au moins un con parvillage et qu'on a parfois la malchance de le rencontrer.

10 juin 201210 juin 2012

:jelaferme:

10 juin 2012

bonjour,
que de noms d'oiseaux pour un mouillage , les conseils pour cette manoeuvre il y en a plein ,je crois que c'est pour ça qu'il y en a le plus ...
entre les iles de lerins,dans tous les baies abritées de porquerolles et tous les coins sympa ça devient impossible de mouiller correctement donc soit il faut naviguer en hors saison
soit avoir l'impression d'entrer dans un port ...
il faut voir la panique quand un petit coup de mistral se leve la nuit sans prevenir ....
on se croierait dans un terrain de camping qui vient d'etre innondé ...
perso je n'aime pas trop donc je prefere quitte à etre dans un endroit moins confortable etre un peu isolé ..
le coup de la bouée d'orin ça n'est plus exeptionnel ,c'est devenu très courant ..
le nouveau cours des glenans est après l'avoir bien potassé un minimum avant d'essayer d'aller noyer sa famille ou ses amis ,

alain

10 juin 201210 juin 2012

En tant que ptit nouveau, je sais que je ne sais rien. Evidemment, ça va pas m'empêcher de faire des tas de conneries, puisque par essence je ne sais pas. Mais pour en faire le moins possible...

  • je vais écouter, regarder et essayer d'apprendre
  • je ne prendrai aucun conseil pour tel (voir le post sur le gazier qu'avait fait un tdm et qui voulait s'amarrer sur un orin), mais je n'en refuserai aucun non plus
  • à défaut de sens marin, je m'en remettrai au bon sens.

Pour la troisième proposition concernant le bon sens, je pense que tout le monde peut le faire. Je m'explique. En regardant sur les cartes, on va forcément trouver un coin non propice à un mouillage de longue durée, mais propice au mouillage tout de même, donc pas trop fréquenté. C'est ce que je me propose de faire. Je vérifie que les fonds vont bien, et que j'ai la ligne appropriée. Je mouille, et j'observe les réactions de mon bateau. Comment évite-t-il ? Comment ma pioche tient-elle ? Comment l'équipage est-il capable de quitter le mouillage si ça se gâte ?

Evidemment, je vais m'exposer aux quolibets de mes contemporains... Ben qu'est-ce qu'il va mouiller là en plein vent, ce con ? Ouaip, mais je m'en tape comme de ma première cuite, parce qu'au moins, j'aurai appris quelque chose. Peut-être me ferai-je peur, peut-être qu'on se fera branler inutilement, mais au moins, quand j'arriverai dans un mouillage plus "normal", je saurai exactement comment mon bateau se comporte, et ainsi pourrai-je prévenir l'accident en informant poliment (dans un premier temps...) d'autres potentiels imprudents, devenant ainsi leur con... ou pas...

Bon vent à tous.

10 juin 2012

Péter a la hauteur de son c.l..., emporter a bord une bonne dose d'humour spécial plusieurs degrés et courtoisie, je pense que tout devrait bien se passer avec un tel équipement.
Cordialement, Philippe.
:langue2:

10 juin 2012

petite précision pour mélody, je ne me sentait pas spécialement visé par les messages. Mon manque d'expérience fait que je ne me suis encore jamais fait insulter sur mon bateau! :-p pourvu que ça dure
Sinon j'apprends consciencieusement et de manière responsable. Vu les énergumènes que vous décrivez, il y a surement de quoi perdre son calme surtout lorsq'ils mettent en jeux votre propre sécurité
je pense que le manque de savoir vivre et d'irresponsabilité est malheureusement en même proportion qu'à terre

question aux vieux de la vieille! Y a t il des endroits agréables en med un peu moins fréquentés par la meute en saison?

11 juin 2012

Les jours de vent fort mais fort VA au milieu des bouches par force 8 avant 10 va aux lavezzi
MAGIK MAGIK Prends ton courage à deux mains et vas-y tu ne regretteras JAMAIS mais JAMAIS Va au mouillage de la cala lazzarina prends les repères rentre dans le lagon mouille du mieux possible puis va embosser tu passeras les plus belles heures de ta vie de plaisancier.Tu es de Port Camargue viens me voir si tu veux je t'indiquerai les repères pour rentrer.Il te faut deux très très bonnes ancres de l'aussiére et vraiment ne pas avoir la trouille car sasouffle et sasoufflera 60 70 nds Mais c'est FANTASTIQUE

10 juin 201210 juin 2012

Élément primordial oublié par Bugcrusher: la météo !
Et en se rappelant que ce sont des prévisions, jamais des certitudes.
Se fier uniquement aux relevés des cartes serait trop simple.
Tout lieu de mouillage peut devenir traquenard si la mer le décide.
De plus, être seul dans un mouillage de rêve est de plus en plus utopique.
Et revient donc l'importance aussi, de bien choisir sa place parmi les autres.
Sans oublier que 9 fois sur 10, le voisin de mouillage est charmant. :topla:

10 juin 2012

Charmant ... Allez soyons réaliste ...

9/10 acceptable.

7/10 compétent

5/10 souhaitable

2/10 à peine seulement de "charmant" ...

Mais bon c'est comme à terre ...

10 juin 2012

Ben oui! Je persiste et signe.
Mais si toi-même tu n'es charmant que 2 fois sur 10, ne demande pas plus aux autres :lavache:

10 juin 2012

pour first31.7,

hello, tu voulais quelques conseils, connais tu ce document?
ventdularge.org[...]ort.pdf

10 juin 2012

Autre document très bien fait et qui explore tous les domaines du mouillage - technique et matériel...

je l'ai mis sur mon site mais je ne retrouve plus ma source pour pouvoir la citer (excuse)
s.media.chez-alice.fr[...]age.pdf

11 juin 2012

merci eurus
j'hésite à oringuer par peur que quelqu'un prenne son hélice dans l'orin et décroche mon ancre....
est-ce une angoisse justifiée, cela vous est il arrivé?

11 juin 2012

l'utilisation de l'orin ne se justifie que dans certaines conditions de fonds incertains, qu'il vaut mieux d'ailleurs éviter.

Privilégier autant que faire se peut des zones franches, de sable ou de vase, permet déjà de s'assurer d'une bonne accroche de l'ancre, et de pouvoir s'en passer.

11 juin 2012

L'orin ne flotte pas (à moins que t'utilises du propylo), donc le risque d'être pris dans une hélice est faible. Par contre le risque qu'un "plaisancier" pas complètement au fait des techniques de mouillage prenne ta bouée de orin pour une bouée d'amarrage est extrêmement grand.

L'autre solution est de garder l'orin le long de la chaîne mais les risques de méli-mélo sont grands surtout en zones à marées.

11 juin 201211 juin 2012

Au cas où tu t'inquiéterai pour une éventuelle méprise ou mésaventure ,autre solution pour oringuer : l'installer juste un peu plus que la hauteur d'eau de l'endroit .Mouillant plus long ton orin sera au fond et si tu as un souci tu pourras l'utiliser en toute sécurité.

11 juin 2012

j'ai utilisé un orin une seule fois, c'était l'année dernière à campo moro, au bout de 2 nuits et 3 jours je remarque qu'il était sous l'eau, je plonge ... l'orin s'était entouré autour de la chaine suffisamment pour avoir raccourci le mouillage et soulevé légèrement l'ancre
je n'utilise plus que si je mouille 2 ancres

11 juin 2012

Mettre un bout plombé

CaptainRV

12 juin 2012

merci de vos conseils

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (57)

mars 2021