Compte rendu 1ère sortie : bateau et général

Bonsoir tout le monde,
J'ai récemment fait l'acquisition pour une somme très modique avec un ami d'un Challenger Scoot, modèle Export. (www.hisse-et-oh.com[...]-moteur )

J'ai passé presque une semaine dessus avec mon pote, on a eu un vent bien trop fort pour tenter des sorties (on est tous les deux novices) sauf deux fois, une première ou c'est passé de pétole à grosses rafales en à peine une demi heure et une deuxième hier après midi, où le vent s'est fait rare et s'est levé quand on rentrait au port (on est parti de la Seyne jusqu'à Giens, voile et moteur en "alternance").

Malgré ces conditions un peu difficiles pour pouvoir profiter du bateau, j'ai passé une super semaine, appris plein de choses, j'ai pu échangé avec des marins, prendre des conseils, faire un peu de navigation, c'était super.

On a aussi fait un gros tour d'état du bateau et y'a quand même des choses à revoir dessus (acheter sans rien connaitre...le piège... même si du coup on apprend des trucs comme ça !) :

-La grand voile n'a pas de coulisseau, on se disait bien que c'était un peu la misère pour la hisser...
-un des ridoirs est pété et remplacé par une chaine. Je pense que c'est solide mais en terme de tension du bas-hauban c'est peut être pas génial.
-le moteur (plutôt cédé avec le bateau que vendu) est pas en grande forme, avec notamment le lanceur à changer
-enfin le gréement est peut être un peu "fatigué" dans l'ensemble, notamment le haubanage, avec les pataras et l'étai qui tient le GSR que je trouve un peu "lâches".

J'ai pas l'oeil qui permettrait de dire ce qui va et ce qui va pas, toujours est-il qu'on a réussi jeudi à tirer des bords avec un vent qui soufflait mine de rien pas mal, et ça avait l'air de tenir (et surtout c'était tellement bien ! Sentir le vent qui par sa seule force fait avancer le navire, sentir les effets de la barre, se faire annoncer par les commandos l'arrivée d'un sous-marin et le voir émerger, impressionnant ! Mais aussi faire la tambouille à bord, tenter des réglages pour mieux prendre le vent, empanner par surprise et être content d'être resté assis dans la cabine pour rouler une clope plutôt que de sortir la tête par le roof, bouquiner les Glénans pendant que le clapot et le vent nous empêchent de prendre l'annexe toute percée censée nous ramener au port, fêter ses 25 ans avec son meilleur pote sur notre petit voilier en refaisant le monde et en envisageant je ne sais combien de futures croisières, faire des manœuvres au port sans se foutre dans le bateau d'à côté mais voir le collègue lever les bras en l'air de joie et faire tomber la gaffe par dessus bord = le bateau qui s'éloigne lentement mais surement des coffres et faire un plouf pour la récupérer... )

J'espère néanmoins que ça a pas biché la GV de la hisser sans coulisseau, peut être d'ailleurs est-il possible de mettre à poste une GV sans coulisseau je ne sais pas....

Désolé pour les fautes qui ont du se glisser dans le message, la route pour rentrer du sud a eu raison de ma syntaxe...

L'équipage
06 mai 2014
06 mai 2014

Et ben voila ! Bienvenue au club des gens heureux d'être sur l'eau et d'avancer grâce au vent !
(J'ai pas tout compris au sujet de ta GV...)

06 mai 2014

tu as l'air super content et heureux, l'essentiel n'est il pas là?
en tout cas ça fait plaisir à lire.

06 mai 201406 mai 2014

je ne vais pas tarder non plus a faire la première mise a l'eau de mon petit first 18, impatient aussi...

06 mai 2014

C'est pas grave pour les fautes, l'important c'est le contenu.
Et tu vois le bonheur n'est pas inaccessible pour qui sait le toucher du doigt.
Sois prudent pour le savourer longtemps et bon vent . :bravo: :bravo: :bravo:

06 mai 2014

Pour la GV, il n'y a pas de coulisseau, c'est à dire qu'elle s'enfile direct dans le mat, et c'est un peu la misère

C'est sur, l'important c'est de prendre son pied et c'est le cas !

:topla:

06 mai 2014

Ok, c'est tout simplement ce que tu voulais dire.
Ben sur notre Sam pas de coulisseaux non plus !
Et oui, il y a des voiles qui sont faites avec des ralingues étudiées pour s'insérer dans le rail.

06 mai 2014

Nom d'un breton! Ca me ramène quelques 40 ans en arrière. :pouce: :mdr:

06 mai 2014

Pour la GV : un petit spray de lubrififiant sec dans le guide de ralingue (la gorge de guidage qui est sur le mat) ,ça devrait bien améliorer la chose.
bon choix de bateau en tout cas !!!
:pouce:

06 mai 201406 mai 2014

t'en fais pas dans 30 ans tu seras expert en tout

06 mai 2014

Dans 30 ans je serai un vieux loup de mer !
D'ailleurs on a pas vu énormément de jeunes sur des voiliers cette semaine là.
Merci pour les conseils pour améliorer la glisse entre la ralingue et la gorge dans le mat, c'est un souci en moins.

question : est-ce qu'on peut sur un petit voilier comme ça (7m50 env) mettre le tangon sur le mat, le suspendre avec la drisse du spi actuellement frappée sur le balcon avant, le déborder et y mettre un hamac dessous ?
L'idée du hamac m'est venue en rentrant, j'ai fouiné un peu dans le forum et cette solution est sortie. J'ai pas pu regarder ce que ça donnait ce week end...

06 mai 2014

salut,

J'ai un Scout Export, c'est un voilier génial, très bon marcheur.
Tu dois blinder tes haubans et bas haubans. Evites de donner de la quête au mat, ce n'est pas nécessaire car le bateau est très doux à la barre.
Bonne nav.
Amitiés.
Pascal

07 mai 2014

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage !

Oui ces premiers bords en autonomie resteront gravés dans ta mémoire, en plus en bonne compagnie !
Merci de nous faire partager tes premiers émois nautique et bonne future nav a toi

07 mai 2014

c'est pas toi qui a fait le film sur le créneau en bato ?
alain

11 mai 2014

que du bonheur tes posts !!! même les galeres techniques te font positiver ca y est !! t'as le vaccin !!
bienvenue dans la bande des voileux !! la magie du deplacement sans le bruit d'un moteur c'est une super sensation !et ca ne fait que commencer !!
tiens nous au courant de tes futures nav !!
CRDT

11 mai 201411 mai 2014

Salut les matelots !

Deuxième séjour sur le navire depuis jeudi, cette fois avec mon pote sa copine et un ami, on avait prévu d'aller à Porquerolles, d'y mouiller deux nuits et de rentrer dimanche matin, mais le programme à changé contre notre gré ! :tesur:

Jour 1 (la galère) :

9h : Port du Lazaret, tout est prêt pour le grand départ, chacun à son poste, mon collègue tire sur la tirette du démarreur du moteur volvo qu'on s'était fait prêter par un bouclard de Saint Mandrier et...la tirette lui reste dans les mains, ok !
10h : le cockipt s'étant transformé en atelier, remontage de ressort et réparation de fortune; soleil de plomb, les copains qui s'impatientent, mon pote et moi alternativement on gueule et on se marre et on finit par réparer cette saloperie.
10h30 : on arrive au moteur (yes !) à Saint Mandrier pour récupérer notre petit 10ch tout fatigué à l'atelier de mécanique, super on le récupère, on l'installe sur la chaise...euh il manque la connexion entre la poire de la nourrice et le moteur, oublié à Sainté... dommage
16h : après avoir fait tous les ship, on finit par trouver cette pièce (qui s'appelait alors cette "sacré putain de charogne de pièce de merde"), on se creuse la tête pour trouver toutes les petites pièces de plomberie qui permettront de de la raccorder à la nourrice (4 en tout !,super montage de la mort) et on arrive enfin à faire craquer le Mercury.
17h : après une errance dans la rade de Toulon au moteur avec un gros vent de port qui nous fait galérer, on se rapproche du bord et s'amarre à un ponton pour prendre l'apéro.
17h30 : on se rend compte que c'est le quai d'arrivée des bus marine Toulon la Seyne, on se barre vite avant de se faire engueuler et se jette l'ancre quelque dizaines de mêtre plus loin, l'apéro commence, gros moment de répit, grands sourires, soleil, la plaisance c'est le pied (sic!)
18h : on se rend compte qu'en fait on sait pas mouiller, et qu'on dérive vers les parcs à huitres...Pas de panique, on range la table de cockpit, on se dit 'un coup de moteur et on se trouve un coin mieux"
18h02 : Le moteur nous lâche... ok.... Grosse mission de dérive entre les cabanes des pêcheurs et les casiers d'huitre, ou de moules je sais pas, c'est la misère, on frôle de pas loin, réussit à sortir de là, on dérive et c'est la galère...
18h15 : Le moteur redémarre, on se dit qu'on aurait pas pu visiter les parcs à huitre de plus près, et nouvel objectif : aller s'amarrer proprement sur notre coffre au Lazaret pour finir cet apéro
19h : on approche en vue du mouillage, la maneuvre est ma foi pas trop dégueu, on est à deux metres de la bouée et le moteur...relache ! Bâtard ! le vent s'était bien levé, on est poussé contre le bateau d'à coté, on balance tous les pare battage, je monte sur son pont et m'accroche à mon bateau chéri pour lui éviter de partir s'envoyer dans les caillasse pas loin, Yoga et musculation à la fois, vacances vivifiantes... Mon pote saute à la flotte pour récupérer la marseillaise, il remonte à bord, commence à tirer, et s'élarde comme une merde (acte 1), le noeud avait lâché...et dire qu'on avait passé toute la route à se marrer avec les phrases de Tabarly glanées dans les Glénans : "le temps qu'on perd à souquer un noeud n'est rien en comparaison du temps qu'on perd s'il se défait" c'est maintenant prouvé ! du coup on se marre un peu quand même, le troisième collègue me relaie je saute à la baille récupérer les amarres et on finit en fin de compte par réussir à amarrer le bateau.
Bilan : une journée bien remplie, beaucoup de galère mais finalement on s'est bien marré, et c'est l'essentiel ! L'équipage de l'S-cargo pense s'endort pour une nuit bien méritée...

11 mai 2014

Jour 2 : La Grande Vie !
programme du jour : aller à Saint Mandrier voir si on peut pas faire un truc pour ce moteur, après on improvise
9h : On décolle, on se dit on va quand même hisser un peu la voile (Merci brunov pour le lubrifiant sec, ça aide), histoire de faire un petit tour de quelques minutes et montrer nos super connaissances en navigation pour impressionner les copains, merde, on est venu pour naviguer après tout !
15h : on est pas loin de la presque ile de Gien, le petit tour s'est transformé en grand tour, tant pis pour le moteur, avec le vent le challenger marche tout seul, c'est trop bien ! on arrive à bien prendre le vent, au près je crois, c'est génial, on fait giter, ça trace, on vire de bord, c'est pas toujours très précis mais on se régale ! On décide de rentrer avant le coup de bambou, parce que ça commence à bien souffler !
16h : on a fait demi tour, le bateau avance tout seul ça veut rien dire, on est content de le voir (enfin !) filer grâce au vent ! On tire des boys, on se rapproche de la rade mais bon c'est un peu la galère de suivre un cap...On "n'exclut pas la possibilité de prendre un ris ! "
16h15 : La prise de ris est un échec, mon pote se casse la gueule et me tombe dessus (on fait tous les deux 100kg, ça va, ça s'annule...) on se rend à l'évidence : le vent souffle bien fort pour deux novices, ça moutonne et on y panne plus grand chose... La copine a le bon réflexe de rentrer, on a plus de place dans le cockpit pour manœuvrer, le collègue à l'avant se retrouve à tanguer dangereusement entre le génois qui faseye tout ce qu'il peut et le bord, on arrive à affaler dans la douleur et on rentre péniblement (j'espère bien fort que le moteur va pas nous refaire un coup de trafalgar) jusqu'au quai d'accueil de Saint Mandrier, toujours en avec la banane parce que quand même on a vécu plein d'aventures !
17h : arrivée à marche ralentie vers la panne d'accueil, mon pote veut faire une arrivée "stylée", amarre à la main et petit saut délicat sur le ponton, il se rétame bruyamment et lourdement, ça devient dur de barrer avec la crise de fou rire, pas mal de plaisanciers viennent lui demander comment ça va, et finalement voila notre petit 7m amarrée au milieu des super voiliers de 15m et des yachts... et se rend compte qu'on a la côte avec les proprios de ces super bateaux que je crois, on fait sourire un peu...
18h : une place au ponton ça veut dire pied à terre rapidos, toilettes, douches, commerces loin...c'est mieux que notre mouillage pourrave et notre annexe percée !

Fin de la journée : apéro dans le cockpit à relater les événements de la journée, coups et coucher de soleil, petit resto et soirée sur la plage, c'est le rêve après une journée de voile riche en émotion !

On a certainement pris pas mal de risque qui auraient pu nous couter cher, mais en fin de compte ça a roulé, on a appris plein de chose, et c'était super !

Désolé pour les pavés...et les fautes !

11 mai 2014

Est-ce que la bouilloire fonctionne? Si l'eau ne veut pas bouillir, gaz allumé à donf, tu lui fais sciemment sentir que tu n'as plus envie de boire du thé. Puis tu lances à ton pote: "Moi je ne veux pas de thé; T'en veux toi? Ton pote répond: "Moi j'aime pas le thé"
Normalement ta bouilloire doit se mettre à siffler.
Pour régler un problème sur un bateau, il faut le snober.

11 mai 2014

Merci pour tes récits, je suis sur qu'on rigole au moins autant que toi... Bon courage, ça va finir par venir, mais soyez prudents quand-même :litjournal:

11 mai 2014

C'est clair, vous avez dû bien vous marrer et c'est en forgeant qu'on devient forgeron ! Mais faites gaffe quand même ... ça peut vite dégénérer !!! Allez, courage ...

11 mai 2014

Je n'arrête pas de pouffer. Excellent ! Y'a plein de vie dans ces récits, et plein de joie.
Ça me fait penser, au début de notre aventure de grands navigateurs (y'a quoi, bientôt 4 ans), à chaque fois qu'on avait fini de s'amarrer, les jambes flageolantes, je poussais un grand soupir, en me disant : Génial, on est pas morts noyés et on a pas abimé le bateau.
Et on va pouvoir recommencer.
:-D :-D :-D

12 mai 201412 mai 2014

Quel talent de nouvelliste, je revois mes débuts sur mon corsaire et votre récit si bien imagé me fait penser aux dessins de Peyton.

Bravo, on est impatient de lire le prochain numéro.

12 mai 2014

Bravo génial à lire
Nb pour glisse ralingue: liquide vaisselle

12 mai 2014

C'est la démonstration qu'il ne sert "presque à rien" de vouloir tout blinder avant de se lancer (courts, stages, etc...) au risque de ne jamais y aller !
C'est vrai que mes 2 premières saisons (2x 3 semaines) avec un Brin de Folie (9m) j'étais assez fatigué car le manque d'expérience oblige à vraiment compenser en énergie, mais au moins, c'est du vrai apprentissage et les erreurs à ne pas refaire sont réellement "mémorisées.
Ces "galères" seront certainement les futures meilleurs souvenirs. Rien ne remplace le 1er bateau quelque soit son âge ou son état.
Bon courage et merci pour ces épisodes.

13 mai 201413 mai 2014

Je suis sûr qu'on doit être nombreux à penser "ça me rappelle quelque chose" ...
On a tous débuté un jour et on n'était pas beaucoup plus fiers ...
Que d'émotions ! Si on pouvait revenir en arrière, je signerais tout de suite ! ;-)

PS : même avec 20 ou 30 ans d'expérience, on en a encore des "cagades" ...

13 mai 2014

J'ai noté un détail qui m'amuse bcp à propos du journal de bord " jour 1".
Compte-tenu de votre inexpérience, j'ai noté que vous commenciez à réfléchir à l'apéro à partir de 17h, ce qui révèle chez vous une anticipation de bonne augure et de bon aloi puisque finalement, vous l'avez bu sans doute vers 20h, après les baignades successives :whaou:

14 mai 2014

@macien le liquide vaisselle est un degraissant ! et n'a un effet que tres limité dans le temps ...
pour graisser faut mettre de la graisse ! spray silicone ou autre
le liquide vaisselle fini par assecher !!

merçi de ces reçits truculents ,je suis a toulon ,j'essayerai de vous voir :-)

15 mai 2014

de la mer et des potes. juste le bonheur. Et un vrai talent d'écriture. Merci. Au plaisir de vous lire à nouveau

:pouce:

16 mai 2014

Merci à tous pour vos encouragements, on apprend de ses erreurs c'est sur, je feuillette les Glénans et comprends pourquoi certaines choses ont marché, d'autres non, les réactions du bateau...ça "fait" sens, et ça donne envie d'y retourner.
Tribal : bien vu, nos subconscients n'envisageaient peut être pas un apéro sans baignade préalable...

Autre chose : depuis ces premières virées à voile, je ressens le vent différemment, plus intensément peut être. Le vent dans la rue, une bourrasque et un volet qui claque ne me font plus le même effet. Et me donnent encore plus envie d'aller le sentir sur l'eau !

17 mai 2014

houla!!! si tu en es là tu es vraiment malade et te soigner ne servira à rien .... fallait pas commencer :langue2:

17 mai 2014

faites quand même attention que les affmar ou les douanes et nos amis les bêtes

ne viennent pas tout gâcher avec le ripam
l'amende mini est de 1500€ .
donc armement réglementaire mini côtier
alain

18 mai 2014

Je crois qu'en terme d'armement côtier on est globalement bons. L'erreur la dernière fois était en revanche de n'avoir que deux gilets pour 4 personnes à bord, et les papiers du bateau dans la voiture.

18 mai 2014

arf il n'y a pas de suite ????

04 août 201404 août 2014

Si la suite arrive !
Dans quelques jours on charge deux sacs étanches et un parasol dans le coffre de la bagnole, direction Toulon et ensuite on improvise !
L'idée serait de partir à l'est une fois sorti de la rade pour longer la cote, et revenir au bout d'un moment, en espérant que cette fois on aie pas trop de galère ! et si y'en a tant pis on fera avec !

04 août 2014

Salut Prof,

J'avais pas vu ce fil! Super les débuts.

IL s'appelle comment ton bateau?
Le miens est au mouillage au lazaret, on se croisera peut être un de ces 4.

Je suis pas un grand expert, mais, à l'occasion je peux peut être te montrer comment prendre un ris et deux trois trucs qui peuvent servir, même si tu a l'air de te débrouiller pas mal tout seul.

On est plusieurs héoliens sur Toulon.

A+,

04 août 2014

Il s'appelle l'S-Cargo, c'est un challenger scout, 7m et des bananes, on est au mouillage au Lazaret aussi !

04 août 2014

Super,

J'ai aussi des galères avec mon HB qui est centenaire.
Si ti gardes un bout de GV, tu peux aller partout en challenger.

Alors, jamais à sec de toile.. ni d'apéro.

Bon vent.
Pascal

05 août 2014

Pour réduire la voilure, est-ce que ça se fait de n'utiliser que le génois et de laisser la grande voile affalée, ou il vaut mieux garder la grand voile et réduire en premier le génois ?

L'avantage du petit voyage qui s'annonce, c'est qu'on va apprendre pleins de choses.
J'espère que la météo sera de notre côté.

05 août 2014

Hello,

En general, pour garder l'équilibre du bateau, on commence par réduire la GV (1er ris), puis le génois, puis à nouveau la GV (2eme ris), puis encore la voile d'avant, ect, ect, ...

En général toujours, naviguer sous génois seul se fait assez bien au portant, mais pas au près.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

Souvenir d'été

  • 4.5 (152)

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

novembre 2021