Comparaison entre place à terre à l'année et place à flot à l'année

Je viens de consulter les tarifs 2014 de la sagemor, pour arzal.
On nous dit souvent que la solution pour le désengorgement des ports serait de mieux gérer les places à terre. j'ai donc comparer les 2 tarifs , pour la même catégorie:K
place à terre:contrat sur 12 mois, ber compris.10 manutentions+ 20 nuits à flot gratuites à ARZAL, et avantage passeport escales (2 nuits gratuites dans les ports affiliés): prix 2145€
Place fixe sur ponton avec passeport morbihan (même principe que le passeport escales, en plus vaste), electricité, eau :1947€
Quel intérêt pour le plaisancier?
manutentions à répétition, les 20 nuits, vont en faite servir de tampon entre la mise à l'eau et le départ.
Séjour sur le bateau en dehors des périodes de navigation ?dans le chantier ???
Tout cela pour un prix supérieur. le carénage et les bricolages sur la coque vont pouvoir certes occuper une partie du temps mais bon !!!

L'équipage
17 mar. 2014
17 mar. 2014

ce sera la même chose au nouveau port à sec (en construction) de la Base de sous-marins de Lorient,
avantage: pas d'antifouling (sorties à la journée), coque à sec et à l'ombre ne s'abimant pas (osmose, UV), ...

17 mar. 2014

Mon bateau de 9 m est dans un chantier près de St Malo, et je paye au mois, x 10 mois, soit 750 euros TTC.
.
Ce qui plombe le budget, ce sont les manutentions, à mon avis largement surfacturées : 380 Euros aller-retour.
.
cette solution reste intéressante malgré tout pour beaucoup de propriétaires loin de leur bateau, dont je fais partie, et n'effectuant que une à trois navigations par an (6 à 8 semaines en ce qui me concerne)

17 mar. 2014

intéret majeur : la coque surtout polyester sèche
et pas de crainte des mauvaises conditions météo dans le port

17 mar. 2014

Pour des sorties à la journée, c'est quand même limité (10), et à ARZAL, il faut quand même passer l'écluse.
Ce qui me fâche un peu, c'est que ce soit plus cher qu'une place sur ponton. Pour le port, l'investissement dans un ber est beaucoup plus limité que dans des pontons.L'entretien du matériel de manutention, et le personnel, sont présent de toute façon, et le prix des manutentions ne varie pas à la baisse parce que le nombre de bateaux au sec augmente.

17 mar. 2014

il y a une longue liste d'attente pour les places forfaitaires annuelles à flot....

pour 200€ tu as une place au port pour ton bateau, avec tous les avantages techniques déjà cités.

Cette formule est particulièrement intéressante pour ceux qui ne naviguent que pendant les beaux jours (mai-septembre)

17 mar. 2014

Pour celui, qui, comme moi, ne navigue qu'un ou deux mois
par an, à la belle saison, la formule hors de l'eau me parait
la plus adaptée! Pour 7,40m, sous hangar, 80euros/mois+
300euros environ de manutention, avec possibilité de travail
ler dessus au sec, pas d'antifouldingue, que du bonheur!!!

17 mar. 201417 mar. 2014

Pour avoir pratiqué la formule un bon nombre d'année, le port à sec ne procure, pour ce qui me concerne, aucun inconvénient :

Facilité de mise à l'eau :
Le PàS dans lequel était mon navire est en aval de l'écluse d'Arzal (juste en aval sur la rive gauche...).
Préavis de Màl'eau cohérent avec le délai de train Paris...Le Croisic + voiture soit 4h.
Il suffisait d'appeler au départ pour que (si marée et hiaraire de travail Ok, bien sûr) je sois sur le bateau pour sa MàL'eau.

Facilité d'entretien :
ouvert tous les jours 24/24 pour accéder au bateau et faire
tous les bricolos à la mauvaise saison.

Départ/arrivée :
Des bouées à disposition permettent de laisser le navire à l'arrivée (la sortie d'eau est faite ensuite par le PàS) et de monter à bord sur l'eau en cas d'arrivée en dehors des heures de fermeture.

Nb d'entrées sorties
Parisien, je naviguais un ouikaine sur deux. L'avantage c'est qu'il suffit de se synchroniser avec la marée pour que tout soit pratique.
Au total:
6 entrées/sorties avant les vacances d'été, juillet/aout dans l'eau, 4 entrées sorties après les vacances soit, au total en comptant les ouikaines de mauvais temps, des navigations de début mars à fin novembre.

Mis bout à bout avec les avantages techniques, il n'y a pas photo.

J'ai abandonné provisoirement la formule qui n'était pas (peu) compatible avec un multi pliable, je la reprendrai certainement lorsque j'aurais trouvé mon nouveau bateau.

En particulier, oublier les emmerdements liées à l'entretien des œuvres vives est un réel confort...

17 mar. 2014

je crois que vous n'avez pas compris le problème que je soulevais.
Ce n'est pas la comparaison entre port à sec, et place à flot. On nous dit depuis des années que la solution à l'engorgement des ports était la mise en place de ports à sec, en nous disant que, de plus, ça s'accompagnerait d'une baisse de tarif (ce qui est normal, une place à flot est plus coûteuse pour le port, qu'une place à sec).
je constate que c'est le contraire, si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi?
Pour le port, le matériel de manutention étant mieux amorti, les tarifs devraient baisser.

17 mar. 201417 mar. 2014

Pourquoi pars-tu du principe qu'une place à flot revient plus cher qu'une place à terre?
Une place à terre implique la location de la surface occupée par le navire, l'amortissement de la viabilisation de la surface, la prévision de surfaces mutualisées destinées à permettre les manutentions, plus les bers.
Une place à flot ne coûte que l'amortissement des catways.

A mon sens, le PR du stockage à terre est supérieur.
En revanche, le stockage à terre est illimité (ou presque) en capacité d'accueil, alors que les ports sont, eux, limités en capacité d'accueil.

17 mar. 2014

Comme d'autres ici, pour le moment je ne peux pas naviguer plus d'une 10zaine de semaines par an (dont 7 en été) et je suis en port à sec (en Croatie) depuis 2010.
.
Pas de carénage depuis 2009 et ma place coûte moins chère de 10% à peu près, mises à l'eau et sorties d'eau comprises. C'est tout bénef pour moi et pour mon bateau qui reste bien sec et sain ... ;-)

17 mar. 2014

Je suis à ARZAL depuis 1978, je pense connaître un peu l'environnement du port, et c'est de ce cas là dont je peux parler.
La zone de gardiennage existe depuis longtemps, elle a été agrandie peu à peu, je ne sais pas ce que tu veux dire par amortissement de la viabilisation de la surface, ni par prévision des surfaces mutualisées. Moi, je constate que le Roulev, les surfaces de stockage, les zones de manutention et de transport, etc... existent depuis longtemps.
Les pontons, eux, sont entretenus, changés (quel est le prix d'un ponton?), très bien surveillés par des personnels compétents (salaires), l'installation électrique, en milieu humide demande un entretien constant.
je pense que tout cela est beaucoup plus coûteux que le stockage sur ber.

17 mar. 2014

En faisant payer plus cher qu'une place à flot la solution alternée, la Sagemor fait une erreur de marketing et assez sûrement sur le volume d'affaires qu'elle pourrait générer une erreur économique. C'est fou comme ils ont du mal à se débarrasser de leurs vieux concepts.

17 mar. 2014

je suis entièrement d'accord avec toi

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

Souvenir d'été

  • 4.5 (106)

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

novembre 2021