collision voilier/caseyeur, un bateau au fond [30/06/20]

Bonjour,

ce n'est pas habituel que la collision tourne au désavantage du navire de pêche, et pourtant....

actu.fr[...]55.html

L'équipage
30 juin 2020
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
30 juin 202030 juin 2020
-2

''Le Procureur de la république a lancé un mandat afin d’arraisonner le voilier Rapa au large de Port en Bessin...''

...Va passer un mauvais quart d heure le pilote de char....

Ne pas proposer d'aide, et en l'abscence de témoignage contraire, c'est difficilemnent défendable... moi je dit: au trou, et c'est la faute du motard...

01 juil. 2020
0

C'est arrivé il y a quelques années chez nous, un voilier de 15m qui a percuté un bateau de pêche pro. Le pêcheur s'est retrouvé à la baille . de mémoire le voilier s'est barré.

Hormis la fuite qui est inacceptable, ce genre d'accident est le fruit de deux bateaux sous pilote auto qui négligent la veille.
De plus beaucoup de bateaux de pêche chez nous ont tout le pont arrière recouvert d'une immonde "cabane", ce qui fait que la visi est très réduite.

3

Bonjour,
On le dira jamais assez: la veille est essentielle.
Le sens marin se perd.
Ça y est, je me met à parler comme un vieux con. Mais je préfère....
Bonne journée,
Patrice

01 juil. 2020
0

il a été percuté au niveau de l’étrave si je comprends et si la photo représente bien les dégâts. C’était donc une collision frontale ? Autrement il aurait été percuté par le côté et l’étrave n’aurait pas été endommagée ?

01 juil. 2020
0

@Yartef, non, pas forcément, il y a plein de façons de casser l'étrave du pêcheur...

Un choc frontal, à moins d'avoir un Explorateur ou un truc du genre, il serait pas beau à voir non plus le voilier. Et il y aurait peut-être 2 bateaux au fond, ou un autre souci sur le voilier : Il y a 2 ans, un voilier a démâté dans le pertuis breton lors d'une collision avec un pêcheur, il y avait eu un avurnav pour son gréement qui n'avait pas pu être récupéré tout de suite et qui ... flottait !

01 juil. 2020
0

c’est vrai. Je me posais cette question car je voyais pas la coque abîmée ailleurs que sur l’étrave. Le caseyeur a une grosse protection en caoutchouc ce explique sans doute cela.

Il a dû être pris sur la quart avant bâbord ce qui a fait éclater la coque au niveau de l’étrave. Les dégâts ne sont peut être pas au niveau du choc initial. D’ailleurs le davier n’est pas endommagé apparemment.

01 juil. 2020
0

La trace du Rapa, avec effectivement un bon arrêt buffet au large de Cosqueville et puis ça repart...

Bon, le voilier est dans un port français, j'espère que le skipper a un bon avocat ! Inadmissible car il a bien dû entendre aussi les mayday (ou Pan Pan au début) sur la VHF...

01 juil. 2020
2

Cest là ou un Ais a toute son importance....
On est d'accord rien ne vaut la veille visuelle...
Mais je ne comprends pas que AU MOINS on ne laisse pas un Ais qui va accrocher avec un avertisseur une cible quand on est obligé de se trouver occupé à autre chose....
C'est vrais que quand les gars travaillent la tête dans le chalut à l'arrière avec le bateau qui avance en PA...ils ne voient rien devant...
Je navigue dans le coin et pour la petite histoire l'année dernière un chalutier a percuté en baie de Seine en plein jours un gazier de 200 mètres......au mouillage!
Donc oui il faut veiller....mais si on peut rajouter des alarmes .....maintenant la fatigue...cela fait faire beaucoup d'erreurs..
Philou.

01 juil. 202001 juil. 2020
1

Hier après-midi il y avait un crachin dense et une visi sans doute bien réduite par moments mais avec aussi des éclaircies ; facteur aggravant mais qui devrait inciter à une veille plus attentive

Alors que l'on était aux alentours de la marée haute il aurait peut-être été préférable de le rentrer à Barfleur ?
Peut-être pas le temps ?
Vu l'état de l'étrave le remorquage devait faire entrer beaucoup d'eau

Le Rapa est un mélodie et la trace ais montre qu'il est resté un moment sur le lieu de l'accident (comté tenu d'un courant de deux noeuds portant vers l'Est à cette heure)

Il semble que le plaisancier et le pêcheur ont sous estimé les dégâts sans doute trompés par la réputation de solidité des bateaux de pêche.

01 juil. 2020
4

Le voilier n'a pas vraiment pris la fuite puisqu'ils ont conversé par VHF. Le pêcheur a estimé au départ qu'il n'avait pas besoin d'aide.
La version du "pêcheur" au BEA risque d'être croustillante, à priori il ne portait pas de marque de pêche. Vu les vents et la route, si le RAPA était sous voile, ce sera donc voilier contre NPM.
Le BEA ne manquera pas de rappeler qu'un caseyeur en route entre deux filières n'est pas en action de pêche.

01 juil. 2020
1

Il y a aussi un ruc étonnant, la réaction post collision :
le patron du caseyeur : "Sur le coup, je n’ai pas réalisé que mon étrave était endommagée", et sur le skipper : "Le skipper du voilier m’a rapidement expliqué qu’il n’avait rien vu venir, car il était occupé dans sa passerelle".
aucun n'a pensé à aller voir les dégâts, comme pour un accident de voiture.

01 juil. 202001 juil. 2020
1

Bonjour,
Le bateau de pèche était équipé d'un radar mais sans doute pas d'AIS vu sa taille.
Le voiler est équipé d'un AIS et comme beaucoup, le skipper s'imagine que tout le monde en a un.
Il ne faut compter que sur sa bonne étoile ou son électronique, la veille visuelle reste importante.
Ne pas accuser trop tôt le voilier de délit de fuite, on ne sait pas ce qui s'est dit entre les deux skippers.
Il est possible que le voilier, un Mélody c'est du solide, n'ai eu que peu de dégâts et que les skippers ne se soient pas rendu compte de la gravité des dégâts sur le bateau de pêche.

01 juil. 2020
0

c'est effectivement probable, comme quoi il vaut mieux bien regarder

01 juil. 2020
1

Il n'est pas rare que les navires de pêche soient sous pilote pendant que l'équipage ou le pêcheur solitaire sont occupés à l'arrière. Cela arrive lorsqu'ils sont en pêche et très souvent lorsqu'ils rentrent au port, à bonne vitesse, comme j'ai pu le constater très souvent sur nos côtes normandes.
Mais cela arrive aussi à nous autres plaisanciers.
L'année dernière, au cours d'une de mes ultimes sorties, grand soleil et peu de vent, au moteur dans l'estuaire de la Seine, après un tour d'horizon, je profitais des bonnes conditions, assis sur le roof. Tout à coup, j'ai vu surgir à une vingtaine de mètres l'étrave d'un chalutier venant de tribord, sous le génois. Je n'ai eu que le temps de sauter sur la barre, décrocher le pilote et virer en catastrophe. J'ai clairement commis une faute de navigation, mais le chalutier était aussi en pilotage automatique sans personne à la barre. Je suppose que ce navire était assez loin lors de mon tour d'horizon et que j'avais sous estimé sa vitesse, mais cela n'enlève rien à mon erreur d'appréciation.
Une autre chaleur remontant à une dizaine d'années, alors que je faisais route vers Boulogne. IL y avait plusieurs chalutiers en opération à proximité et je cherchais à optimiser ma route pour les éviter et surtout ne pas les gêner, en les croisant sur des routes sensiblement opposées, ce qui ne devait pas poser de problème. J'ai choisi de passer entre deux bateaux assez largement espacés, qui faisaient des routes plutôt divergentes. A faible distance, j'ai détecté le câble transversal qui les reliait et qui est subitement sorti de l'eau car ils chalutaient en bœufs! Naturellement manœuvre d'urgence pour croiser à l'extérieur de cet attelage, mais aucun des deux n'avait de pilote aux commandes : ni coup de sirène ni appel VHF. J'ai réalisé après coup qu'ils étaient peints aux même couleurs, donc le même armement. Donc méfiance redoublée dans ce cas!

01 juil. 2020
-21

les navires de pêche pro, en action de pêche ou pas, sont/devraient être prioritaires car c'est le gagne pain de l'équipage; le retour à la criée se fait le plus vite possible pour bénéficier des meilleurs prix et, pendant ce voyage retour, l'équipage prépare le poisson pour la vente donc le bateau est très souvent sous pilote, même la nuit; s'en méfier fortement mais le comprendre aussi

01 juil. 2020
2

Le AIS finira par provoquer plus d'accident qu'il n'evitera

01 juil. 2020
4

C'est quand même inquiétant tous ces témoignages de bateaux de pêche qui n'assurent pas la veille.. et qui sont équipés d'un radar. Il pourraient percuter n'importe qui, meme un collègue pecheur. Pas d'avertisseur quand le radar détecte une route de collision ?

01 juil. 202001 juil. 2020
-7

Je crois qu'il faudrait obliger les plaisanciers à faire un stage sur un bateau de pêche! Peut-être seraient-ils un peu plus indulgents quant à l'absence de veille.

Entre les poissons à vider, les casiers à vider, ré-appâter, ranger sur le pont, un problème de bout à solutionner... et bien oui, il y a des périodes de la journée et de la nuit ou personne ne regarde la mer.

A la limite, ici, on pourrait dire que si un pêcheur aborde un pêcheur, c'est leur problème. En revanche le plaisancier il doit assurer sa veille. Pas la peine d'être inquiet ou le nez dans l'électronique, le plaisancier a son sort en main! Il peut veiller.

01 juil. 2020
1

Lorsque le bateau de pêche est en pèche il est prioritaire c'est au autre de l'éviter
Le problème maintenant c'est que beaucoup navigue les yeux rivé à l'écran pensant que tous les bateaux sont équipés dais. Or les petits pêcheurs n'en sont pas équipés entre autres

01 juil. 2020
2

Quid des radars sur bateau de pêche.. S'ils ne font pas de veille, pourquoi le radar ne fait pas son boulot ?

01 juil. 2020
26

@Larent le Hareng,

donc sur le même principe, je suppose que sur la route, tu serais pour que les semi-remorques, les taxis, les coursiers etc.. qui EUX roulent pour travailler aient le droit de griller les stop, ne pas s' arrêter aux feux rouges etc...

Il y a un code, qu' il soit maritime ou routier, et c' est normal que tout le monde s' y "plie"!

Gorlann

01 juil. 2020
2

ais + mer veille qui lui detecte les radars, une securite de plus pour moins de 350 euros, je vous le recommande !!!

01 juil. 202001 juil. 2020
0

bonjour; incroyable viking ne nous a pas encore tout expliquè et fait les gros yeux... je rigole bien sure ! souvent les pechous coupent leur ais pour ne pas donner leurs bons secteurs de peche aux collegues, mefiance aussi quand on est sous genois et gitè on voit pas grand chose!! perso dans les zones tres frequentèes je suis parano avec les pechous souvent imprevisibles

01 juil. 202001 juil. 2020
1

Moi, je suis simplement étonné que l'étrave d'un bateau de pêche se déchire de la sorte dans une collision qui n'est quand même pas celle d'un bateau drossé sur des rochers...

J'ai chargé la photo sur ordi et regardé en pleine définition. C'est salement délaminé, et déchiré jusqu'au pont.
Epaisseur de la coque de ce bateau de travail ?

Une cloison étanche derrière, pour éviter que le bateau ne coule ? Non ?
Un crach box dans la partie avant sous la flottaison ?

01 juil. 2020
2

Quand je navigue de jour comme de nuit je ne m'occupe pas de la priorité avec les pécheurs!
S'ils sont en pêche ils ne sont pas manoeuvrants et donc prioritaires et s'ils font route ils trient ou préparent la pêche ! Donc perso je ne joue pas avec ça !
En plus beaucoup sont équipés de l'AIS, donc assez facile de les identifier si on ne coupe pas l'alarme!
S'équiper un émetteur AIS ne signifie pas "je ne veille plus" !!!

01 juil. 2020
2

Faut redoubler de vigilance quand on traverse une zone de pêche, leurs bateaux sont sous pilote auto, souvent personne à la barre ou en veille, occupés par leur boulot de pêche mais je me méfie surtout parce que leurs routes sont erratiques. On peut se croire sorti d'affaire parce que le chalutier que l'on surveillait n'est plus sur une route de collision et 10mn plus tard le voilà de nouveau sur ma route. Les chalutiers changent souvent de route quand ils sont en action de pêche. Donc veille permanente et en solo on ne dort pas ! Il m'arrive aussi de rouler mon génois entièrement quand la zone se densifie pour y voir clair.

01 juil. 202001 juil. 2020
0

Je n'accuse ni l'un ni l'autre.
A mon avis la grosse erreur est de trop compter sur l'électronique.
Primordial, la veille... Tout simplement.
Et si je vois un professionnel, dans la mesure du possible, je m'écarte à distance de sa route.

Concernant l'AIS ce n'est pas la panacée, loin de là. C'est juste une aide.
Quand on voit le nombre de bateaux de plaisance sur l'eau, surtout par beau temps et qu'on voit les détections, on s'aperçoit bien que c'est, et de loin une minorité.
Le danger surtout jusqu'à 6 M (ça fait quand même un peu plus de 11 kms), combien de petits bateaux (rien de péjoratif) en balade en famille, voire baignade etc
Je suis même étonné qu'il n'y ait pas plus d'accidents. Ce que je ne souhaite pas, bien évidemment.

Mon avis, entre la côte et 20 à 30 M par exemple (ou plus), on devrait être obligatoirement à la barre ou à portée de main. Le meilleur système de détection... NOS YEUX

01 juil. 2020
2

Les navires en pêche sont privilégiés et les moins privilégiés ne doivent pas les gêner et s'écarter.
En dehors de l'action de pêche, ils sont "comme les autres".
En plus de ces règles précises, il y a le bon sens et nous qui naviguons pour notre plaisir devons tenir compte qu'ils travaillent alors quelques degrés de modification de cap ne changent pas notre vie. mais encore faut il que la manœuvre soit claire, comme vis à vis des gros navires de commerce afin d'éviter le double évitement contradictoire qui peut mener à la catastrophe..

01 juil. 2020
0

Peut-être être aussi rappeler que l'AIS (voir chez les plaisanciers, le sacro-saint AIS) n'est PAS un anticollision!
On ne peut pas faire de l'anticollision avec un système qui ne voit que ceux qui se montrent, et pour le quel on est obligé de faire confiance au infos envoyée pas l'autre. Une "veille AIS" avec toute les alarment du monde n'est pas une veille. Si un bateau n'a pas d'AIS? Si il a une panne électrique? Si les données que vous recevez sont erronées?
La veille visuelle est une veille. La veille radar peut l'aider, et est excellant pour faire de l'anticoll!
Dans la mesure d'un navigation en solitaire, ou effectivement on ne peut pas toujours avoir les yeux rivés sur l'horizon, le MerVeille me semble plus utile que l'AIS.

01 juil. 202001 juil. 2020
0

@gorlann29
sans aller jusqu'à ce que tu écris, l'exemple routier.
Quelques exemples, il y a bien les couloirs de transports en commun, les priorités au sortir de leur arrêt. R412-11 du code de la route. Et en plus on peut se prendre une prune si on ne respecte pas.
www.legifrance.gouv.fr[...]icle.do
Les interdictions de rester sur la voie centrale sur les 3 voies ou sur la voie de gauche. Combien ne respectent pas...
Les distances à respecter entre les véhicules etc etc
Je n'ai pas cherché plus, je pense qu'on doit encore trouver...
Bonne nav

01 juil. 2020
0

hello
c est du le Melody
sous grand genoa , a moins de se pencher on voit pas grand chose sous le vent
ces pecheurs sont imprevisibles, il vont dans tous les sens vite et sans rien regarder
on en a tous evites
melody 1 pechou 0
loulou

01 juil. 202001 juil. 2020
0

23 octobre 2009 : Collision entre un caseyeur et un voilier devant St Cast

  • 2 blessés - St Malo - COGNAC « Rondine » 7.2 m (Pas d’usage du canot de survie)

Voilier coulé immédiatement. Assurances rapides et efficaces. *10 ans de procédure pour quelques milliers d'euros de dommages intérêts! Le patron pécheur condamné qui s'étant rendu insolvable.
*

karibario.blogspot.com[...]re.html

01 juil. 2020
0

@ gorlann29 : ton exemple est caricatural; je parlais de bienveillance pas d'installer la jungle ...

01 juil. 2020
0

Ça serait intéressant de savoir qui a pris la photo de l'étrave du pêcheur après collision : d'après le copyright, c'est le journal ? peut-être la SNSM ? le voilier ? un cormoran qui passait par là ? ; belle photo au demeurant (...Hier après-midi il y avait un crachin dense et une visi sans doute bien réduite par moments...).

0

Il y a eu quelques éclaircies mais "visi réduite sous averse"

01 juil. 202001 juil. 2020
1

L’équipage de la SNSM a alors percuté le radeau de survie du bord afin de récupérer le patron de Grain de Sel

Tiens donc, le radeau de survie serait donc utile parfois ?

01 juil. 202001 juil. 2020
1

la pêche professionnelle n'a aujourd'hui plus grand chose à voir avec celle d'hier, maintenant il s'agit d'un pillage organisé des ressources, sans aucun respect et sans aucune vision du futur (non respect des quotas, fraude, pêche sur les frayères, pêche d'espèces menacées, pêche et vente de poisson non maillé...), tout ça pour se payer le nouveau modèle de gros SUV germanique tous les ans!

alors parler de respect avec eux...

si on donnait le Sahara à exploiter aux pêcheurs pros en trois ans on n'y trouverait plus un grain de sable...

www.france.tv[...]es.html

01 juil. 202001 juil. 2020
6

LaTortue, c'est très vrai pour la pèche industrielle, mais vu la taille du bateau en question je crois qu'on peut encore parler de petite pèche. En l’occurrence c'est un casayeur, ils sont soumis à des quotas, et les ressources sont gérées raisonnablement.
On ne peut pas mettre tous les pêcheurs dans le même casier, comme pour l'agriculture il y a l'intensif industriel d'un côté et le maraîchage bio (ou en tout cas raisonné) de l'autre.

Ceci dit l'absence de veille est un réel problème chez les pêcheurs, qu'on peut comprendre quand on connaît leurs conditions de travail (sous-effectif récurent), mais qu'on ne peut pas non plus cautionner à 100%.
Dans un abordage en mer, même si je suis "privilégié" (et non pas prioritaire), du moment où je n'assure pas la veille je suis responsable. Et si je vois venir l'accident mais que je refuse de bouger parce que je considère que c'est à l'autre de le faire, alors je suis franchement con!

01 juil. 2020
1

c'est vrai "la tortue" c'est triste la photo! des dauphins??perso quand je vais sur le port à Concarneau et que je vois ces monstrueux tonniers avec helicoptere sur le pont maintenant ça me rend mal à l'aise et pourtant je suis ami avec des patrons(capitaines) de ces bateaux mais il est sure que la ressource n'a plus beaucoup de chance sans parler "des pirates asiatiques"qui ne respectent rien mais la demande est la! pas de quoi etre tres optimiste pour l'avenir

01 juil. 2020
0

non ce sont des requins.

01 juil. 202001 juil. 2020
3

il faudrait interdire tout pêche au filet, palangre, chalut, senne, ... enfin bref tous les engins de destruction massive et non sélective.

la pêche c'est un fil un hameçon (éventuellement avec une canne en plus), le reste c'est de la récolte. en appliquant ça en plus on relancerait l'emploi et la qualité du poisson (c'est de la merde du poisson de chalut écrasé par dix tonnes de ses congénères)!

01 juil. 2020
2

La pêche actuelle n'est clairement pas soutenable. L'aide des pouvoirs publics devraient s'orienter vers la reconversion, non le subventionnent de l'activité. Mais on diverge complètement du sujet.

01 juil. 2020
2

La pêche de demain existe déjà, a vous de juger si vous trouvez tout cela plus charmant que le petit pêcheur local dont on parle dans ce fil:

Chacun de nous connait les fermes piscicoles. En Islande il y a des fermes à saumon un peu partout au beau milieu des fjords. Nous avions passé la nuit à Bildudalur, petit port industriel des Fjords de l'Ouest, et siege de Arnarlax. Et comme nous étions les seuls étrangers, et en plus francais (ils ont parfois la visite de nordiques ou britons), ils nous ont fait visiter leurs bateau de récolte et leur usine. Les poissons sont transportés dans leur eau jusqu'au rivage ou ils sont aspirés dans un conduit de 100m et arrivent tout frétillants à l'usine qui les débite dans la foulée. Les abats nourrissent leurs congénères, en plus d'autres farines de poissons.
www.arnarlax.is[...]/en

Alors quand meme, meme si c'est l'avenir et que ca fait moins de collisions, j'aime bien le petit pecheur, celui qui dans les années 80 à Hyeres me donnait au petit matin un sac de sardines avec lequel je nourrissais les congres à la main.

01 juil. 2020
0

c'est juste une question de vocabulaire peut-être, mais quand on parle de pêche, on pense plutôt à la capture de poissons (crustacés/mollusques) sauvage. Sinon on parle de pisciculture/conchyliculture.
la pisciculture (encadrée) est à mon avis une meilleure solution que la pêche industrielle.

02 juil. 2020
1

@jdmuys: la pertinence de tes propos réside dans l'adjectif "encadrée", reset à savoir comment on le fait.

parce que depuis que j'ai vu des émission sur le saumon Norvégien, je ne mange désormais que du saumon sauvage.

Bizarre d'ailleurs ce contraste entre ces camps de concentration pour poissons et le reste du pays où l'écologie est quand même reine.

02 juil. 2020
2

une collision se fait à deux. si l'un des deux peut faire entendre sa priorité pour moi les deux sont fautifs.
faut etre bien tordu pour aller faire chier un pecheur en étant sur de son bon droit!
un pecheur ça bosse et vaut mieux connaitre un petit peu ses habitudes avant de s'en approcher.
tout comme à la passerelle des gros les types savent bien qu'un plaisancier ça va rarement tout droit et que sa vitesse est dès fois très variable.
je ne vous parle des betes de course qui peuvent modifier leur cap de 10° pour faire doubler leur vitesse.
identifier et comprendre un peu celui qui partage son plan d'eau est à mon avis plus important que de maitriser le code vagnon.
on pourrait aussi parler de courtoisie. je suis prioritaire j'anticipe pour dévier légèrement ma route juste parce que c'est plus simple pour moi que pour lui.

02 juil. 2020
0

Article "Presse de la Manche" ce jour.

02 juil. 2020
4

Je suis d'accord avec Senetosa.
Malheureusement, courtoisie, anticipation et sens marin sont de moins en moins là. Et je ne parle pas des interprétations scabreuses du ripam.
Un heonaute m'a une fois expliqué ici qu'il se considère comme navire à capacité de manœuvre restreinte lorsqu'il est sous spi avec comme équipage sa petite famille de débutants et donc privilégié, sans porter aucune marque...

02 juil. 202002 juil. 2020
16

Dans l'article un pêcheur qui était à 5 milles est venu en reponse à l'appel vhf.
Il dit qu'en arrivant sur zone le voilier était toujours là.

Il me paraît qu'alors parler de délit de fuite est inapproprié.

Le Rapia est identifié, un bateau de pêche est sur place. Le cross est prévenu. Il n'a plus grande raison de rester.

Dans cet article il est dit également que le chalutier a d'abord entré le chalutier accidenté à Barfleur mais que faute de moyens de levage la SNSM a pris le relais pour repartir sur Saint Vaast avec le bateau avec une étrave défoncée en remorque.
Barfleur étant un port d'échouage pourquoi ne pas avoir attendu la marée basse pour effectuer une réparation provisoire avant de reprendre la mer ?

La SNSM fait souvent des miracles héroïques mais il faut aussi parfois faire un débriefing pour apprendre d'une éventuelle erreur.

02 juil. 2020
2

Pas faux ce que tu dis Hubert, le voilier aura pensé que l'autre bateau de pêche était plus à même de le remorquer, puisque telle était la solution qui semblait tenir la route jusque là.
Se sont-ils parlés, on ne le sait pas.

02 juil. 2020
-3

le pêcheur a dit que le voilier avait fuit ?

02 juil. 2020
0

Non

02 juil. 202002 juil. 2020
3

Je ne crois pas, mais le communiqué du procureur repris dans la presse a donné au départ une mauvaise image du Para :

"Le Procureur de la république a lancé un mandat afin d’arraisonner le voilier au large de Port-en-Bessin."

Apparemment, à part le "choc", ils ont eu une attitude correcte. Reste à attendre le rapport du BEA.

02 juil. 2020
4

Actuellement le PARA est en mer au large d'Antifer en direction du Nord après avoir fait escale au Havre pendant 2 jours.
Si les affaires maritimes avaient estimé qu'il y avait délit de fuite il ne serait pas reparti.

3

Dernières nouvelles