Charter avec un diplome de la marine marchande chilienne(Patron de nave menor) vs capitaine 200

Bonjour,
je vis au Chili et l'année prochaine j'aurais l'opportunité si je le veux de commencer une formation de Patron de Nave Menor (capitaine d'embarcation légère) de la marine marchande.

Cette formation me donne la possibilité si je le veux d'être patron d'un navire de pêche, de transport de passagers ou de transport de marchandise d'un navire de moins de 24 mètres et moins de 50 tonnes (à voile ou à moteur ici ils font pas de différence en marine marchande de toute manière il faut un moteur).

Je me demande, si j'ai mon entreprise qui est propriétaire d'un catamaran (immatriculé au Chili) et mon diplome de la marine marchande est ce que je pourrais faire du charter dans certains pays étrangers (au Chili dans cette configuration, pas de soucis, mais j'aimerais bien ne pas exercer seulement au Chili. Il y a des endroits ou il fait plus chaud ça peut être sympa parfois). Je payerai mes impôts au Chili mais aussi dans le pays d'accueil?

J'ai posé la question aux aff mar locales. Pour eux, c'est oui du moment que le bateau est aux normes (enregistré en transport de passagers), le diplôme à jour, et que l'assurance assure. Mais je vois bien que vu que la question ne concerne pas le Chili ils s'en foutent un peu et je ne suis pas sur que leur réponse soit suffisante. Mais moi je me demande, au final si on fait du charter on est comme une entreprise touristique du coup il ne faut pas que être avec un diplôme du pays, pavillon du pays ou l'activité s'éxerce?

En même temps je vois que beaucoup de voiliers qui naviguent comme charter en Patagonie Chilienne ou Argentine sont français et ils n'ont pas de dilôme Chilien. Ils ont le droit de rester max deux ans dans les eaux chiliennes avant de ressortir.

Est ce que quelqu'un pourrait m'en dire plus? Ici il n'y a pas de formation capitaine 200, Yachmaster ou autre. C'est les diplômes chiliens et puis c'est tout.

L'équipage
24 sept. 2021
24 sept. 2021

Ah et autre détail, si c'est possible et légal le bateau devrait être au normes NUC locales j'imagine et Chilienne au Chili (ça me semble logique). Je demande parce qu'il y a des mini différences (genre les médicaments présents dans la pharmacie etc).

25 sept. 2021

Je vois des Nord americains faire du charter à partir de st Martin.
Il me semble que c'est possible sur st.Vincent ( Tobago cays) en payant une taxe.
Des jeunes cruisers , Argentins , sont parti pour travailler skipper + hotesse sur un cata charter à st Vincent.
Je ne connais pas son diplôme.
C'est plus la domiciliation de l'entreprise qui est difficile.
Mais ça doit etre possible.

25 sept. 2021

Je cherche des infos depuis longtemps mais c'est vrai que c'est assez compliqué et que ça a l'air de changer pas mal suivant les destinations. Il n'y a pas une seule réponse en somme.
Par contre j'ai trouvé une info sur band of boats (blog.bandofboats.com[...]sionnel ) qui confirme ce que je pensais si elle est vrai: "La législation qui s’applique ne dépend pas d’une localisation géographique, mais du pavillon du bateau sur lequel le skipper exerce. A bord d’un bateau français, il faut donc être titulaire d’un Brevet de Capitaine qui permet de commander des bateaux de 200, 500, 3000 UMS et au-delà".
Ca signifie que si je suis avec un bateau chilien il me faut un diplôme chilien. Un premier bon point.

Après reste évidemment le problème de la domiciliation de l'entreprise comme tu le soulignes lolapo. Après ça doit être possible pour un temps limité. Sinon il n'y aurait pas de paquebots de croisière. Si tu ne fais pas de daycharter et que ton port d'attache n'est pas dans le pays visité ça doit être possible. Et oui j'imagine qu'il y a des permis licence à obtenir (ce qui me semble normal). La question est de savoir lesquels et comment, ou etc.

J'essairais d'en savoir un peu plus mais j'imagine que ce n'est pas si simple. Il doit rester quelques endroits ou ce n'est pas trop compliqué mais au final tout est chaque fois plus procédurié et les grosses entreprises essaient de protéger leur business. Elles ont les moyens de se faire des filiales locales etc. Même s'ils ne respectent pas forcément tout à fait la législation locale dans certains cas.

En fait je ne sais pas si la législation est la même que pour un gros bateau type croisière. Il y a 9 ans j'ai bossé sur un bateau de la compagnie du Ponant et on traversait pas mal de pays. C'était plus ou moins le bordel suivant les pays ou on arrivait. Et il graissait parfois la patte des fonctionnaires quand on débarquait dans un nouveau pays si il fallait. Ce que peut difficilement se permettre un tout petit bateau.

C'est le genre de choses qui est de plus en plus complexe de toute manière. Chaque fois plus de normes (certaines internationales heureusement, d'autres locales), les frontières chaque fois moins poreuses à part pour le tourisme. Un bien ou un mal mais c'est comme ça.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (122)

mars 2021