ça y est j'embarque lundi

De Port St-Louis du Rhône à Monastir via Corse et Sardaigne.

Bon vent à vous tous et au plaisir de vous lire à mon retour.

L'équipage
24 oct. 2009
24 oct. 2009

Bon vent

à toi.... :-)

16 nov. 2009

De retour

Sur la terre ferme, toujours dur après 3 semaines de mer.

Je vous ferais un petit compte rendu dès que j'aurais le temps.

Bonne semaine à tous d'ici-là

16 nov. 2009

Jacques, faut suivre !

Il vient de débarquer !

16 nov. 2009

mets plutot

un pull ;-)

16 nov. 2009

SI SI TRISTAN

met bien ton gilet de laine tu vas prendre froid ;-)

16 nov. 2009

Met bien

ton gilet !

Jacques

16 nov. 2009

Purée, hi, t'as raison

C'est plus la peine, le gilet, Tristan, tu peux l'enlever !

Jacques

18 nov. 2009

Comme promis

Voilà un petit compte rendu de ces 3 semaines de navigation :

Départ le 26.10 à 16h de Port St-Louis du Rhône par un bon 4-5 Bft de N-W qui nous pousse gaillardement à plus de 7 noeuds avec des surfs à presque 10 vers la sortie du Golfe de Fos que nous atteignons en début de soirée, passage au large de Marseille puis nous mettons le cap sur Ajaccio. Début de mon premier quart de nuit en solo, la nuit est claire mais il y a pas mal de trafic au large de Marseille et je dois manoeuvrer 2 fois pour éviter des ferries qui sortent de la rade. Le vent tienda une partie de la nuit avant de virer à l'est en faiblissant vers 3h comme prévu. Nous continuons à la voile jusque dans l'après midi, mais à 16h le vent est complètement tombé et nous démarrons le moteur pour ne plus l'éteindre jusqu'a l'arrivée le lendemain à 12h00 aux Îles Sanguinaires où nous jettons l'ancre pour manger et nous reposer quelques heures. Nous relevons le mouilage à 15h30, direction Ajaccio, afin de trouver un corps de pompe pour réparer un WC récalcitrant. Nous y passons la nuit sur un corps mort devant le port après avoir remplacé la pièce défectueuse.
Nous repartons le lendemain, direction le sud, mouillage à midi au Capo di Muro puis nous envoyons le spi assymétrique jusqu'à Campomoro où nous passons la nuit au mouillage.
Le lendemain, départ pour Bonifacio, dernière escale Corse de notre périple, que nous atteindrons au coucher du soleil. Nous aurions bien aimé traîner un peu plus en Corse, mais un coup de vent est annoncé sur le sud Corse avec force 10 dans les Bouches pour dans 2 jours, nous préférons donc continuer vers la Sardaigne rapidement pour ne pas rester bloquer, nous saurons plus tard que nous avons pris la bonne décision.

Ce samedi 31 octobre, nous mettons donc en marche à 7h, direction la Sardaigne. Les conditions sont parfaite, et c'est un vent d'ouest de 10-12 noeuds qui nous pousse rapidement à la sortie des Bouches. Nous décidons de passer entre la Sardaigne et les île Maddalena afin d'admirer le paysage, malheureusement au large de Palau le vent tombe et nous devons terminer cette étape au moteur. A 15h, nous mouillons au large de Golfo d'Aranci où nous prenons un corps-mort semi immergé dans l'hélice, plongée obligatoire pour déméler tout ça... Il est encore tôt et nous partons nous balader à terre pour découvrir une ville morte, la saison est bien finie ici, autant qu'en Corse d'ailleurs où nous n'avons croisé que 2 voilier en tout et pour tout.
Départ à 8h30 ce dimanche matin pour profiter d'un petit air qui se lève mais qui ne tiendra malheureusement que jusqu'à 10h, mise en marche du moteur à Punta del Papa pour arriver peu avant midi au large de Marina di Puntaldia où nous mouillons pour manger. Départ à 15h30 pour rejoindre le port où un employé fort peu sympathique nous oblige à prendre un emplacement juste à l'entrée, a peine mieux protégé que le mouillage, en nous disant de passer le lendemain payer à la capitainerie. Comme nous ne pouvons pas trouver de prix de nuitée, que nous n'avons pas accès à l'eau, que les sanitaires sont fermés et comme la météo est bonne, nous préférons retourner nous mettre au mouillage que nous atteignons à 17h15.

Départ le lendemain direction Orosei où nous pensons passer la nuit au mouillage. Nous y arrivons à 16h30, mais le mouillage est tellement mauvais que nous préférons remettre le cap au large et passer la nuit en mer surtout que la météo prévue est bonne. Finalement la nuit sera plus sportive que prévue car un vent de 20-25 noeuds s'est levé et nous pousses à bonne vitesse, vent de travers, vers le sud Sardaigne que nous atteignons en fin de nuit. Le vent souffle maintenant à plus de 30 noeuds avec rafales à 35-38 et c'est avec un petit bout de génois appuyé par le moteur que nous remontons péniblement au près dans une mer hachée pour rejoindre Villasimus en fin de matinée dans des rafales à près de 45 noeuds qui rendent assez sportive l'arrivée dans ce petit port. Heureusement des bras sont la pour nous aider. Nous restons une nuit au port, facturé 35 euros la nuit, tarif basse saison dans une marina vide... Le lendemain le vent à baissé et nous repartons donc au mouillage devant la plage, la nuit sera bien agitée quand même car une forte houle agite encore la baie et nous ne dormons pas beaucoup cette nuit là.
Nous partons donc le lendemain vers 10h en direction de la Tunisie. La traversée est à nouveau plus mouvementée que prévue, merci la météo italienne, durant la journée le vent remonta à 20 noeuds puis forcit à 25 durant la nuit en tournant de plus en plus à l'ouest. Le matin, nous ne pouvons plus remonter suffisamment pour atteindre l'ouest du golfe de Tunis comme prévu, nous décidons donc d'abattre largement, direction le cap Bon et Kelibia. Le bateau se cale vent de travers à près de 8 noeuds sous GV à 1 ris et 2/3 de génois. Dès le passage du Cap Bon le vent faibli rapidement pour carrément tomber. Nous mouillons à 19h30 au large de Kelibia car nous ne voulons pas entrer de nuit au port, mais à 1h du matin nous sommes réveillés par des coups de trompe, ce sont les gardes-côtes qui nos demandent de nous déplacer car nous sommes trop près de l'entrée du port, nous nous déplacons donc de quelques centaines de mètres et retournons finir notre nuit.
Samedi 7.11, 10h, nous faisons notre entrée dans le charmant petit port de pêche de Kelibia où nous sommes sympathiquement accueillis par la garde nationale qui nous aide à nous amarrer, puis par les douanes qui règlent rapidement toutes les formalités d'entrée en Tunisie. 30 minutes plus tard nous sommes libre de circuler où bon nous semble sur tout le territoire tunisien. Nous partons donc à terre pour faire quelques courses, mais il nous faut d'abord faire du change, malheureusement c'est aujourd'hui le 7 novembre, jour de fête nationale et toutes les banques sont fermée jusqu'à lundi. Finalement, nous pouvons faire un peu de change dans une boutique d'éléctro-ménager, et sans nous faire rouler, les tunisiens sont vraiment bien sympathiques et accueillants. Nous passons 2 nuits à Kelibia, le temps de laisser passer un petit coup de vent, et repartons après avoir payé le port (5 dinards pour 2 nuits, soit environ 3 euros). Lundi 9.11, c'est donc à 6h30 que nous quittons Kelibia, objectif du jour : Hammamet.
Malheureusement, nous avons été trop optimiste, et une fois de plus le vent s'établit exactement de là où nous voulons aller, corvée de près toute la journée dans 15 noeuds et une mer hachée qui nous oblige à nous arrêter à Beni Khiar car la nuit tombe et un autre coup de vent est prévu pour ce soir et demain. Nous passerons une journée ici, ville sans grand intéret avec une soit disant plage touristique où l'on est en train de construire un complexe d'appartements de luxe avec robinetterie importée :-). Prix : 3 dinars la nuit.
Nous nous remettons donc en route ce mercredi 11 novembre, bien décidés à atteindre Port Yasmine à Hammamet que nous atteignons après quelques heures de près. Nous mouillons devant la plage à 13h30 pour manger puis repartons vers le port à 16h. Cette fois çi nous sommes bien dans la Tunisie touristique avec ses plages de sable fin et ses grands hôtels à touriste. Le prix du port s'en ressent, on nous demande 48 dinars pour une nuit, nous repartons donc nous mettre au mouillage au bord de la plage juste derrière le port. Le soleil a enfin fait son retour et il commence à faire une température agréable, nous profitons de ces 2 jours à Hammamet pour nous balader à terre, nous faire happer dans chaque boutique de la Medina et difficilement en ressortir sans rien acheter.
Nous quittons sans regret Port Yasmine ce vendredi 13, nous ne sommes pas superstitieux, direction Port El-Kantaoui que nous rejoignons à 15h sans avoir pu hissr les voiles. L'accueil y est nettement moins sympathique que lors de nos premières escales tunisiennes, et comme l'on sait que nous n'avons pas été au port à Yasmine, on nous désigne un emplacement sans même nous laisser placer un mot. Nous avions de toute façon prévu de passer la nuit au port car nous devons refaire les pleins d'eau, mais ces méthodes sont, sommes toutes, un peu expéditives. Il faut savoir que malgré l'accueil sympathique de sa population le pays est très policé et que l'on ne peut pas faire un demi mille sans qu'ils sachent ou nous allons et d'où nous venons. Nous nous amarrons, payons notre nuit à 30 dinars, puis parons nous balader. Dès que l'on sort de la marina, nous nous retrouvons à nouveau au milieu de complexes touristiques avec boîtes de nuit, parc d'attractions et palaces. Nous ne serons pas malheureux de quitter cet endroit rapidement.
Nous partons donc à midi, ce samedi 14.11, avant dernier jour de mon embarquement, pour rejoindre Monastir que nous atteindrons en fin de journée après 18 milles au près serré, pour changer. Nous mouillons à la nuit tombante au pied de la Falaise de Monastir avant de partir à terre. Le lendemain, nous rejoignons le port en début d'après midi, l'accueil y est nettement plus sympathique que lors de nos 2 escales précédentes et nous retrouvons là 2 autres bateaux français avec qui nous passerons la soirée. Bateau amarré, nous partons nous balader à terre, la ville est nettement moins touristique que les 2 précédentes, mais possède toutes les commodités pour passer là un agréable séjour. Je réserve un taxi pour demain matin car je dois être à 7h à l'aéroport puis retourne au bateau préparer mon sac. Dernière soirée à bord, pour moi. Xavier, le skipper va passer l'hiver ici avant de continuer l'année prochaine son tour de Méditerrannée puis de rejoindre les Antilles l'hiver prochain. Lundi, 6h15, je quitte le bord, l'aventure est presque terminée, mon taxi n'est pas là mais j'en trouve facilement un autre qui me dépose à l'aéroport, d'où je m'envole vers les fraîches latitudes de la Suisse pour quelques mois à terre. Vivement le prochain embarquement et bon vent à tous !

18 nov. 2009

merci Tristan

Merci à toi pour cette belle rencontre avec la Med.

Heureux également de lire entre tes mots le plaisir de naviguer.

Bon hivernage :-)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

Après la pluie...

  • 4.5 (30)

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

mars 2021