Ca manque d'histoire de régates sur Heo en ce moment!!!

Bonjour à tous,

Les entrainements de printemps ont repris à la trinité, des winterseries arrivent bientôt à NP, les régates de club ne se relancent pas en ce moment? Vous n'avez plus rien à raconter, pas d'équipage à former, de personnes à provoquer (gentillement bien sur), de conseils (ou conneries) à dire?

A vous lire,

Un frustré de ne pas bouffer de l'écoute!

L'équipage
01 mar. 2016
01 mar. 2016

Bouge pas, on arrive.????

01 mar. 2016

Ouaip.

03 mar. 2016

Tu fais le spi ouest avec ton bac?

03 mar. 2016

Niet : Pas le niveau pour le faire en toute sécurité au milieu de tant de concurrents, pas prêt, pas motivé par ce type de régate. C'est plutôt côtier, long, solo ou double.

01 mar. 2016

Nous nous preparons pour le week end de paques, branle bas de l'estuaire à Deauville, ensuite la solo Deauville, puis la Cervantes, puis les docks Vauban puis la Cowes Deauville puis le tour des ports de la manche.
Le bateau est en soin intensif pour sa carene cette semaine.
J investirai bien dans Adrena first large. Des avis sur la question?
Et vous, quoi en preparation?

01 mar. 2016

En matière de préparation, c'est light sur spip :
- Préparation carène comme tous les ans
- Changement de mat pour virer les bastaques.
- Alléger le bateau, on est à environ 150kg de moins par rapport à l'an passé sur une pesée IRC.

Niveau programme pour nous, ce sera :
- Winterseries, si on est pret
- HCup
- Cowes-Dinard
- Half Ton Classics Cup
- Championnat de Belgique IRC

Il y a un bon petit niveau à Deauville j'ai entendu dire.

01 mar. 2016

C'est quoi ce truc de winterseries ? C'est le "sailing weekend" des 23 et 24/4 ?

01 mar. 2016

C'est un truc nouveau qui va arriver bientot :)

01 mar. 2016
02 mar. 2016

le sport OUI

le score NON

02 mar. 2016

ben attend on remonte les voiles ce weekend !

03 mar. 2016

Dr. Feelgood est au sec après 6000 milles intenses en 2015.

Au programme: la carène, les vernis et un remplacement du gréement courant avec une rationalisation du plan de pont, rapport un programme côtier/large en équipage réduit en asymétrique pour 2016(marre des bouts qui traînent).

Beaucoup de croisières en familles prévues après une saison du RORC assez intense, la ligue d'Andalousie en double et offshore (ORC), mais surtout la Giraglia et Middle Sea Race en équipage (IRC), le tout en T-shirt et au soleil!

04 mar. 201604 mar. 2016

En T-shirt et au soleil peut-être.

06 mar. 2016

J'aurais un peu peur de radoter...pour les anciens.

06 mar. 2016

Mais non Dany, viens au soleil en T-shirt.

Par contre, pas de marées, pas de courants, pas de cailloux, pas de vent, juste un peu de casiers pour la forme, tu vas t'ennuyer un peu...

07 mar. 2016

mais il y avait une superbe régate en janvier sur des catas 18 pieds en Martinique. Une quarantaine de concurrents et très bon niveau. A cette saison là je veux bien !

07 mar. 201616 juin 2020

Vous en vouliez, j' ai trouvé un récit que je ne pense pas avoir déjà publié.

Ma première régate sur « VERONIQUE »

Au rythme méditerranéen qui sied aux quais de St Tropez; depuis le début de la matinée les 12 équipiers cosmopolites de « VERONIQUE », Argentin, Anglais, Suédois, Uruguayen, Français et même Malouin*, préparent cette vieille dame en configuration course.

Il s’agit de ma première régate sur ce yawl construit au chantier Luke & Co à Hamble proche de Southampton, en 1907 dont je ne connais que son jeune capitaine, Cédric.

A 11 h précise, le propriétaire allemand, Hans, sa femme et ses quatre invités montent à bord. C’est le signal du départ. Le moteur est démarré, la coupée rentrée, les amarres larguées et le capitaine, à la barre, infiltre le vieux voilier de 22 m dans le petit train des dizaines de voiliers qui se déhalent à deux nœuds vers la sortie du port.

Avec le petit temps qui sévit habituellement en fin de matinée dans la baie de St Tropez, tous les voiliers classiques « tournent » tranquillement en attendant que le vent s’établisse. L’hôtesse, Julie, fait circuler des boissons… Admirer de près tous ces voiliers est spectacle rare.

Peu avant midi, alors qu’un « embryon de semblant de vent » semble s’établir, le Comité de course donne le départ des « gros ». « MOONBEAM III et IV, « TUIGA »,« CAMBRIA », »ELEONORA », « ELENA », « SUNSHINE » et une dizaine d’autres classiques plus ou moins longs, plus ou moins vieux, prennent le départ ou plutôt tentent de le prendre car leur vitesse, une fois lancés ne dépasse pas deux nœuds !

La flotte se dirige tant bien que mal vers la bouée des Issambres, au près en route directe.

Dans 10 minutes, viendra notre tour. Hans prend la barre. En utilisant un mélange d’anglais mâtiné de français, le tacticien que je suis le guide afin de se faufiler dans la flotte de voiliers plus ou moins statiques. Comme j’ai l’habitude de le pratiquer sur des voiliers modernes, j’ai repéré la ligne, supputé son coté favorable, mesuré le temps nécessaire pour la franchir à partir d’un point de repère à terre…

Trois minutes avant le coup de canon, à 200 m de la ligne nous sommes sur le bon bord, au près, mais surtout, nous avons réussi à lancer « la bête » à plus d’un nœud. A l’approche de la ligne de départ, quand les 14 équipiers s’aperçoivent que la plupart de leurs adversaires habituels : « MARIGOLD », »PARTRIDGE », « KARENITA », « PEN DUICK » « OWL » sont derrière ; et « AVEL » et son étrave à guibre, légèrement sous notre vent. La tension est palpable à bord. Seuls de nombreux petits voiliers véloces nous précèdent.

Une dizaine de minutes plus tard, le vent s’établit un peu et nous atteignons deux nœuds. Hans barre bien et nous réussissons à conserver notre avance. Mieux, il nous semble que nous « revenons » sur la flotte des voiliers partis avant nous qui, manifestement, souffrent dans une « molle » devant Ste Maxime.

Dans le sud, à 90 ° de la route, j’aperçois une bande de vent nette devant la baie des Canoubiers. Les « locaux du bord », avec leur accent inimitable, m’indiquent que « c’est le thermique qui rentre » mais me dissuadent de virer pour « chercher »la risée en arguant que « le vent va venir » , « que les autres continuent » et qu’il ne serait pas possible de « repartir » après un virement. Je les écoute d’une oreille mais l’idée me taraude. Ce qui m’étonne est le fait qu’aucun des voiliers, et non des moindres, de la flotte qui nous précède n’ait encore viré.

Toutefois, il devient évident qu’à un mille devant nous, du coté des Sardinaux, tous les voiliers sont encalminés. Hans, d'origine teutonne, dans un langage anglo-français comprend mal que l’on ne suive pas les autres.

Il est toujours difficile d’avoir raison contre tout le monde aussi je les écoute encore quelques minutes puis, finalement, en anglais, « I explain to Hans why we must to tack, now ». Mon ton impérieux le convainc même si cela nous écarte nettement de la route directe et bafoue le théorème du bord rapprochant. « Ready to tack » lance Hans ; le capitaine, Cédric, coordonne les différentes manoeuvres. « On vire », les dés sont jetés.

Ils avaient raison et je m’en doutais, relancer un yawl aurique d’une vingtaine de tonnes par 5 noeuds de vent n’est pas chose facile. Mais après plusieurs minutes, nous retrouvons une vitesse autour de deux nœuds à 110 ° de notre cap précédent ! Cap sur la « Madrague » dans la baie des Canoubiers… Nos adversaires, devant Ste Maxime, s’éloignent… Personne ne dit mot mais je sens une certaine inquiétude parmi les équipiers.

Une demi-heure s’écoule. Notre vitesse est maintenant de l’ordre de trois nœuds et nous sommes maintenant proche de la bande bleue, signe de vent. Sur notre bâbord arrière, la flotte entière est encalminée.

Peu après, nous « touchons » le vent qui refuse. Une dizaine de nœuds de sud-est, canalisé par la baie. «VERONIQUE» gite et accélère à plus de 8 noeuds. Dès que j’estime être suffisamment « rentré dans le refus », nous virons. Sur ce yawl resté « dans son jus », il n’existe aucun winch, la grand voile, l’artimon, le foc, le clin foc comme la trinquette sont bordés à l’aide de palans.

C’est un plaisir rare de voir la flotte défiler à 1,5 mille sous le vent… et l’on me dira par la suite que c’était la première fois que «VERONIQUE» se trouvait en tête d’une régate.

Quelques milles après, à la bouée des Issambres, le vent est revenu pour tous. Nous croisons juste derrière« THENDARA » « (38 m) ! Dans les quelques milles de près qui suivront, « CAMBRIA » (38 m) , « ELEONORA » ( 42 m) puis « ELENA » ( 42 m), et « MOONBEAM IV » ( 32 m) nous doublent sous le vent sans coup férir.

A l’approche de la bouée au vent, le vent mollit. Un généreux boulevard d’environ 50 m nous est offert par « MOONBEAM III » (31 m) qui venait de nous doubler sous le vent. J’ordonne au barreur, un peu surpris, de s’infiltrer entre lui et la bouée et repassons notre adversaire à la bouée alors qu’il prépare l’envoi de son spi blanc.

Malheureusement, faute de voiles de portant dignes de ce nom et aussi, à cause de la « molle » traditionnelle qui règne devant la tour du Portalet, le bord de vent arrière vers St Tropez est nettement moins glorieux. Consolation, de mémoire de l’ »ancien » du bord, Pierre, jamais « VERONIQUE », n’avait réalisé une aussi belle régate.

Il est 17 h, il faut affaler, plier les voiles, prendre sa place dans la meute qui s’engouffre au ralenti dans l’entonnoir que constitue les jetées. Des Rivas, des « cigarettes » se faufilent, les « Vedettes Vertes » de Ste Maxime essaient de sortir du port; comme à Paris dans les embouteillages, certains voiliers « font l’intérieur ».

Puis, longueur après longueur, les voiliers progressent, crochent la bouée d’amarrage tout en faisant un demi-tour, arrière à quai devant des centaines, voire des milliers de spectateurs massés sur les quais et la jetée. Les bombes à eau fusent entre voiliers, les équipages s’invectivent, on entend un orchestre sur le quai, des équipages sont costumés…

Dès la coupée mise en place, le propriétaire et son épouse me remercient, saluent l’équipage et ses invités et quittent le bateau, rapidement. Puis, comme tous les équipages du monde, nous pouvons enfin savourer ce pourquoi nous avons trimé sous le soleil : boire une bière fraîche !

07 mar. 2016

Tiens, je te croyais Grandvilain ... :pecheur: :heu:

07 mar. 2016

Il y a eu la women's cup ce week end, des news?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (154)

novembre 2021