Bon Noel à tous !

Que le père Noel soit généreux avec vous, vos enfants et petits enfants…
Passez de bonnes fêtes de fin d'année en famille et rêvez de vos futures navigations cet été.

L'équipage
23 déc. 2019
23 déc. 201916 juin 2020

Noyeux Joël à toutes zé tous !

23 déc. 2019

Sniff, tu y crois encore, sniff!!

23 déc. 2019

Joyeux Noël !
Et si on allait voir du côté des antipodes s'il y a un peu plus d'activités nautiques que par chez nous ?

Mais bien sûr, y a la "SYDNEY-HOBART" qui démarre le lendemain de Noël!

Aucun équipage français, probablement, mais une femme fait la une, c'est la première "indigène", comme ils disent, skipper propriétaire d'un Bénéteau, à participer dans l'histoire de cette course mythique. Elle s'appelle Rebecca, pur produit d'un métissage aborigène-espagnol-british, etc... c'est elle-même qui le dit.

👍

rolexsydneyhobart.com[...]hobart/

_Premier propriétaire/skipper indigène à courir dans la 75e année de Rolex Sydney Hobart

Le lendemain de Noël, au départ à 13 heures de la 75e course de voiliers Hobart de Sydney du Cruising Yacht Club of Australia (CYCA), une page d'histoire sera écrite lorsque Rebecca Connor et son bateau, Wonderland, participeront à la course pour la première fois.

Rebecca Connor, qui vient de Stockton sur la côte centrale de la Nouvelle-Galles du Sud, navigue depuis seulement deux ans et devrait devenir le premier propriétaire/capitaine indigène à participer à la Rolex Sydney Hobart.

"J'ai navigué il y a un peu plus d'un an. Un ami, Joe de Kock, est venu d'Afrique du Sud pour les Jeux Olympiques de Sydney - il m'a vraiment fait découvrir la voile. Mais j'ai six garçons qui me tiennent très occupé, alors je n'ai pas continué", a déclaré Connor.

Des vacances en Grèce ont ravivé son intérêt. " J'ai sauté sur un yacht de 50 pieds avec huit personnes que je ne connaissais pas et je suis parti pendant une semaine - et j'ai adoré ça. J'ai dit à mon mari : "Achetons un bateau".

"Mon mari est un pêcheur fou, alors il ne pensait pas à un yacht, mais à un bateau à moteur. Néanmoins, il a soutenu mon rêve, et nous avons trouvé Wonderland (un Beneteau Oceanis 473) à Yeppoon, Queensland.

"Le bateau s'appelait déjà Wonderland. Dans notre culture, le Pays des Merveilles est lié au Temps du Rêve, ce qui convient parfaitement. Je l'ai emmené naviguer et Joe (de Kock) m'a dit : " Si tu n'achètes pas ce bateau, je le ferai ", alors je l'ai acheté. Le propriétaire, James Toole, a été très honnête et est venu naviguer avec nous. Nous nous sommes mis d'accord sur un prix immédiatement, et nous en avons discuté ", a expliqué Connor.

Connor explique ainsi l'histoire de sa famille : "J'ai un héritage mixte avec des secrets et des inconnues. Le côté de mon père est assez sombre, mais ma mère est plus claire et sa famille maintient que c'est un héritage hispano-autochtone - donc nous sommes un mélange".

Connor dit qu'elle a eu affaire à beaucoup d'Autochtones dans son milieu de travail : "Je m'identifie donc à notre culture. Je suis très respectueuse de la culture. " J'ai été élevée partout. Ma sœur aînée est née en Nouvelle-Guinée, je suis née à Wee Waa en NGS et nous nous sommes finalement installées à Newcastle. Mon père était pilote de plumeau, mais quand on a déménagé à Newcastle, il est devenu pêcheur."

Connor dit : " Je suis à la fois surpris et pas surpris d'être le premier capitaine propriétaire autochtone. La navigation de plaisance est considérée comme élitiste et difficile par certaines personnes. Je suppose que c'est spécial d'être le premier, car cela permet de faire tomber certaines barrières."

Est-elle nerveuse à propos de la course de 628 milles nautiques à venir ? "Je me sens assez calme. J'ai vraiment hâte de sortir des têtes et de naviguer..."

Et même si Connor est peut-être nouvelle dans la course, elle dit : " La moitié de l'équipage a déjà fait la course auparavant ; Kyle Hancock (son deuxième responsable), Paul Flanagan et Oonagh O'Donovan ont tous navigué sur Freyja en 2017. Meika Wright l'a également fait auparavant. Je suis le skipper et mon objectif principal est de terminer avec l'équipage et le bateau intacts.

" La voile a été une vraie thérapie pour moi, elle m'a sauvé la vie. J'aime particulièrement naviguer au crépuscule, c'est tellement paisible", a-t-elle déclaré, ajoutant : " Il n'y a pas moyen que j'aurais pu faire cela sans le soutien de mon mari, Allan.

" Mes trois plus jeunes garçons, 11, 9 et 7 ans, naviguent. Ils suivent le programme Tackers au Newcastle Cruising Yacht Club. C'est un très bon programme là-bas. Nous naviguons occasionnellement au Port Hunter Sailing Club à Stockton, mais plus socialement.

"Mes garçons sont tous fiers de moi. Mes garçons plus âgés pensent que je suis un peu en colère, mais cela ne les surprend pas. J'espère qu'ils sont inspirés par ce que je fais - qu'ils apprennent que quand on se concentre sur quelque chose, on le fait. Grâce à la course, j'espère inspirer plus de gens à s'impliquer dans le sport ", a conclu Connor._

Traduit avec (version gratuite)

23 déc. 2019

Mais si, il y a un Français : DAGUET !

rolexsydneyhobart.com[...]daguet/

Bravo à Rebecca car c’est une course difficile qui peut être très dangereuse.
Bon choix de bateau (j’ai le même), c’est pas un hasard.
Je lui souhaite le meilleur.
Bonne journée,
Patrice

23 déc. 2019

Pour ceux que ça intéresse, le tracking :

rolexsydneyhobart.com[...]racker/

26 déc. 2019

Ils sont partis la nuit dernière :
rolexsydneyhobart.com[...]adcast/

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer