BNSSA, CIN, CAPITAINE 200, informations et employeurs potentiels

Bonjour,

Je pratique la voile en itinérance sur voilier habitable chaque année depuis ma petite enfance entre 2 et 10 semaines par an. Mon intérêt croissant pour cette pratique m’a permis de développer des compétences diverses dans ce domaine : préparation d’une navigation (météo, itinéraire sécurisé et enrichissant pour l’équipage), manœuvres par tout temps (réductions, navigation de nuit, louvoyage jusqu’à force 6…), mouillage par tout temps et toute situation (embossage, cul à quai…), participation à l’entretien du bateau, armement et désarmement.

J'ai un niveau 4i performance validé aux Glénans (que j'ai passé afin de me situer au niveau de mes compétences en navigation).

Je viens de terminer ma formation chef de bord de 2 mois avec mon père (@Fulmar) sur son voilier (feeling 1090) en Grèce (Egée Nord et Dodécanèse) en vue de conduire dorénavant le bateau en responsabilité. Cette expérience m’a permis de préciser mon projet professionnel dans la mesure où elle relie mon désir de m’orienter vers le milieu marin, la valorisation et l’éducation au patrimoine maritime transmis par mon père, et mon intérêt croissant pour le développement dans ce domaine professionnel. Par ailleurs je souhaite m’orienter vers une diversification des activités potentielles dans ce secteur : croisière, formation, accueil grand public, pêche, découverte de l’environnement, etc.

Ainsi, Je suis déterminé à m’engager dans un projet professionnalisant. Afin de rentrer en formation Capitaine 200 voile, qui correspond à mon projet, je souhaiterais en premier lieu me former grâce à une certification d’initiation au nautisme (qui deviendra obligatoire afin de postuler pour le diplôme de capitaine 200 à partir de septembre 2016).

En vue de préparer mon entrée dans cette formation que je compte débuter en septembre 2015, je souhaite vivement acquérir une expérience formatrice et enrichissante dans le milieu du nautisme professionnel. Grâce à une dérogation des affaires maritimes, il m’est possible d’acquérir un statut de matelot/hôte sous plusieurs conditions :

•détenir une attestation d’un centre de formation qui organise un cycle de formation continue CIN, spécifiant qu’ils seraient prêts à me prendre dans leur cursus durant l’année qui suit,

•obtenir une promesse d’embarquement d’un employeur,

•ainsi que la validation préalable de la formation BNSSA (anciennement FSBC STCW95 je crois ?) que je vais entreprendre dès que possible.

Je viens vers vous afin d'enquêter sur les employeurs potentiels qui seraient prêts à me prendre immédiatement, et à me suivre sur ma formation continue.

En vous remerciant d'avance,

Hugo Woerner.

L'équipage
19 jan. 2015
19 jan. 2015

Une annonce?

19 jan. 2015

Mon post étant à la fois une annonce de recherche d'employeur et une demande d'informations complémentaires concernant le cursus que j'envisage, je l'ai également mise dans les annonces d'emploi.

J'espère que cela n'est pas considéré comme un doublon.

Cordialement,

Hugo Woerner

19 jan. 2015

Pourquoi ne pas commencer maintenant le C200, alors que le CIN ne donne pas grand chose lorsqu'on a déjà de solides bases?

Je vais réécrire une opinion déjà mainte fois exprimée: si on a un vrai projet de carrière maritime et qu'on est encore en age de faire des études, pourquoi s'orienter vers une formation conçue pour permettre à des amateurs de faire un peu de professionnel sans offrir de vrais débouchés.
Les études MarMar ne sont ni longues ni difficiles et offrent de nombreux débouchés tant à terre qu'en mer.
:alavotre:

19 jan. 2015

Pour répondre à Frablo : pour la simple raison que les lycées maritimes que j'ai pu contacter m'ont dit qu'il est très difficile d'obtenir une place en capitaine 200 sans le CIN ( que la législation obligera à passer en septembre 2016, initialement en 2015 mais elle a été repoussée apparemment).

Pour répondre à Pythecanthropus Erectus : Je ne connais pas les études "MarMar" dont vous parlez, pouvez vous me donner davantage d'informations à leur sujet ?

hugo.

19 jan. 2015

MarMar = marine marchande donc ... ! beh c'est ce que je vise avec le Cap 200...

Oui, mais avec une formation d'officier de quart passerelle, c'est du long terme, possibilités d'évoluer et totale liberté dans le choix des carrières et types de navires.
Le capitaine 200 donne accès limité à la pèche et à la plaisance à la petite semaine.

20 jan. 2015

Je suis un voileu, mon but et de pouvoir prendre à bord des passagers, et non faire carrière sur des navires marchands, suis-je dans cette optique là avec une formation d'officier de quart de passerelle ? enfin est-ce que j'ai toujours cette possibilité ?

La formation d'officier de quart passerelle conduit par équivalence à capitaine 500 dès qu'on est lieutenant.
D'autre part, elle permet de conduire des bateaux de plus de 200 tonneaux, et même 500 est assez vite atteint, même pour un voilier.
D'autre part, c'est un diplôme d'études supérieures qui donne un accès plus facile à un tas de métiers maritimes à terre, car les plans de carrière qu'on fait quand on a 20 ans fondent vite face aux aléas de la vie.
Juste question de se donner toutes les chances quand il est encore temps.
Je connais plein de patrons de yacht commerciaux qui regrettent arrivé à 30 ans d'avoir pris des raccourcis dans leur jeunesse.

20 jan. 2015

Pythec...Erectus: la voix (e) de la sagesse.....
:litjournal:

20 jan. 2015

M'étant renseigné plus en avant auprès des centres de formations (lycée maritime et CFECM) il m'est apparu que pour la formation capitaine 200 il était donc obligatoire pour certains établissements (même si la législation ne passera pas avant septembre 2016) d'avoir validé la formation CIN et un certain nombre d'heures de navigation ... (pas définie encore).

Il est donc possible en attendant de rentrer en formation CIN (septembre -octobre 2015) de détenir un dérogation des affaires maritimes sous les conditions mentionnées plus haut (STCW 95 transformée en STCW 2010 et non BNSSA, qui n'a rien à voir). Je suis donc en recherche active de promesse d'embarquement en tant que matelot.

Concernant le CAP 500, la sélection est apparemment bien rude (vivement conseillé d'avoir navigué dans la marine marchande depuis un bout de temps). Donc passer un cap 200, le valider et se porter sur un CAP 500 par la suite ou comme l'a dit plus haut Pythecamthropus de passer par la formation d'officier de quart de passerelle à condition de passer lieutenant (après 12 mois de navigation).

Il est donc possible de passer du CAP 200 (un bon début déjà) au cap 500 si celui-ci nous intéresse (c'est même la voie traditionnelle). Donc à défaut de viser trop haut et de m'embarquer dans un cursus de formation de 4 ans (en comptant la validation des temps de navigation), le cap 200 en passant par un CIN me parait plus approprié à mon projet professionnel.

Corrigez moi si je dis des bêtise, car tout ça n'est pas encore parfaitement clair dans ma tête.

bien à vous,

hugo

21 jan. 2015

Pythec ... oppose formation initiale (mar-mar donc post bac + 5 années d'étude) à la formation continue (CIN puis 200 puis 500 etc ...) destinée aux personnes "sorties du rang";
je ne sais pas si c'est réellement opposable; je pense que chacune est intéressante suivant ses capacités, son ambition, son âge (du capitaine bien sûr), son projet etc ...

21 jan. 2015

Au vu de mon parcours de formation un peu "chaotique", je peux me considérer comme étant justement "sorti du rang".

Après mon bac ES spécialité mathématiques, j'ai entrepris une License géographie aménagement/ sciences-politique qui ne me convenait pas. Je me suis à ce moment dirigé vers une formation BPJEPS animation culturelle. J'ai validé 3 UC transversales et ai décidé de me réorienter vers un BPJEPS plus technique, le BPJEPS voile me paraissait correspondre à mes attentes.

J'ai donc fais un point sur mon projet professionnel à ce moment, ce qui m'a amené à rencontrer des personnes du milieu du nautisme professionnel. Ces personnes, pour la plupart, m'ont vivement conseillé (que cela soit pour être en adéquation avec mon projet, pour l'employabilité, pour la plus grande diversité des possibilités, etc.) de rentrer en formation de la marine marchande. Celle qui m’intéresse en premier lieu est le Cap 200, je me suis donc orienté vers une formation CIN comme expliqué plus haut.

21 jan. 2015

Proposer l'ENSM pour faire du charter ou du convoyage, c'est comme conseiller de faire chirurgien pour poser des points de suture.
Dans ton cas, avec un bac ES, je te conseille vivement une préparation avant de tenter le concours ENSM, je me demande même si sans bac S l'entrée est possible.
maintenant, si ton anglais est moyen, ne tarde pas, ils parlent de faire le concours entier dans la langue de Shakespeare.

Avec ton niveau, tu vas te promener peinard jusqu'aux 3000UMS et 3000KW.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Eté norvègien

Souvenir d'été

  • 4.5 (176)

Eté norvègien

novembre 2021