Ballade morbihannaise - huiles sur toiles - zénitude

Un peu de zénitude ne peut pas nuire par les temps qui courrent.

Faute de pouvoir se balader je vous propose une petite visite en douceur dans nos jolis paysages du Golfe du Morbihan et ses alentours mais d'une manière un peu inhabituelle.
Dans le post dédié aux créations humoristiques beaucoup m'ont bien amusé et ça détend.

Alors voilà ma petite contribution à la détente avec quelques une de mes huiles sur toile consacrées au paysages du Golfe du Morbihan et les environs de la région.

(N'y voyez aucune recherche lucrative ou de quelconque notoriété , je ne suis pas vendeur du tout ( j'en ai vendu autrefois ..) et je ne peins que pour mon plaisir, alors si ce plaisir peut être un peu partagé j'en serai ravi)

Dans l'ordre:
- Golfitude - élucubration sur le thème de la carte marine et le Golfe du Morbihan
- chemin côtier derrière le Logeo (Golfe)
- plage de Kercambre (presqu'île de Rhuys) un matin d'hiver
- Marée basse au Lindin ( Golfe)
- Canal de Nantes à Brest ( on s'éloigne mais ça reste "chez nous")
- De Terre et d'eau (Golfe)
- Vue depuis Berder (Golfe)
- l'appel - d'après une vue sur l'isthme de la presqu'ile de Quiberon, chemin côtier en face du fort de Penthièvre, lumière nocturne "réinventée", thème = évocation de l'appel du large
- marée basse le soir à St Philibert

L'équipage
03 avr. 2020
03 avr. 202016 juin 2020

Suite:
- mise à sec à l'Ile d'Ars (Golfe)
- Eglise de l'Ile d'Ars (Golfe)
- marée basse à Port aux Moines ( St Gildas de Rhuys)
- petite plage à Belle-Ile
- Ile aux Moines, pointe sud (Golfe)
- marée basse derrière l'anse de Kerners ( Golfe)
- Holavre vue depuis l'Ile aux Moines (Golfe)

03 avr. 2020

J'adore le premier, ton "élucubration sur le thème de la carte marine et le Golfe du Morbihan"
👍

03 avr. 202016 juin 2020

Sur le thème des cartes marines, j'en ai commis plusieurs dans ce style disons d'allégorie à la carte marine et son invitation au voyage, comme celles-ci par exemple.

03 avr. 202003 avr. 2020

J'aime bien le deuxième. Mais est-ce que d'autres thèmes que les paysages marins t'inspirent également? N'hésite pas à les mettre en ligne.

03 avr. 202016 juin 2020

a une époque je me suis essayé au type "trompe l'oeil" , un travail de patience pas inintéressant

puis divers paysages , un peu de portrait mais tres peu c'est un travail totalement spécifique

03 avr. 2020

Quelle technique Dom ? Acryl sur toile ?

03 avr. 2020

en général je commence les "très grandes lignes" et les masses principales à l'acrylique ( plutôt qu'un premier jus léger à l'huile, ça sèche tout de suite) et ensuite je fais tout le travail à l'huile.

03 avr. 2020

Bonne technique figurative en tout cas. Quel formats utilises-tu en général ?

03 avr. 2020

formats = tres variables selon l'envie, l'inspiration, le sujet.
quelques toiles faites en extérieur sur le motif sont plutôt des petits formats 6 ou 8 Paysage ou Marine
Et je vais parfois jusqu'au 12P (46 x 61 cm)
quelques fois plus sur d'autres thèmes de compositions autres

03 avr. 2020

C'est très sympa.

03 avr. 2020

Superbe, Dom !
Si je devais en choisir un, ce serait "Petite plage à Belle-Ile"

03 avr. 2020

Merci Dom. Notre amour pour le golfe du Morbihan trouve là un début d'explication. MM

03 avr. 2020

magnifique

03 avr. 2020

Très agréable, merci!

04 avr. 2020

Mon préféré est le ´chemin côtier derrière le Logeo’
👍

04 avr. 2020

J'aime beaucoup, ce fil fait partis de mes favoris dorénavant... 😌

04 avr. 202016 juin 2020

Merci pour vos plaisants commentaires.

En parallèle à ces toiles qui témoignent de ce bonheur d'admirer notre magnifique Golfe du Morbihan, j'avais écrit ce texte il y a quelques années.
A l'époque je travaillais et vivais encore en région parisienne et je venais m'y ressourcer aussi souvent que possible.
J'y voyais une sorte de bascule mentale entre la verticalité saillante des grandes métropoles urbaines et l'horizontalité de ces paysages marins, qui sans doute me conduisirent ensuite à aller vers l'horizontalité ultime de la haute mer.
En ces temps troublés où on ne sait plus trop de quoi sera fait notre avenir, la réflexion ressurgit .... peut-être avez-vous eu vous aussi ce ressenti ?

Horizons

Dans nos vies urbaines, nos environnements visuels sont prisonniers du règne de l’angle droit et de la verticalité qui réduisent nos perspectives à des proximités agressives, saillantes comme des lames de couteaux.
Ajoutant à cela la « laideur des faubourgs » (comme le chanta Brel) dans leurs excès d’enseignes et d’affichages saturés de couleurs vives et de messages disparates, comment se projeter soi-même quand de véritables horizons visuels ne sont plus accessibles.
Je crois fermement au fait que nos constructions mentales dépendent beaucoup de nos environnements visuels, et ceux-ci que j’évoque sont souvent désormais incontournables dans nos vies dites modernes. Et si l’on peut penser que nos constructions sociétales dépendent sans doute pour bonne part de nos constructions mentales individuelles, comment ne pas en conclure qu’il y a des liens de causalité dans ce que notre modernité a de tellement écrasant.

C’est pour cela que les échappées vers de grands et lointains horizons sont indispensables à la conservation d’un mental serein.
Dans cette belle Bretagne Sud où je vais autant que possible ( actualisation = j'y vis désormais), par exemple, j’apprécie particulièrement le Golfe du Morbihan pour la douceur de ses lignes. C’est le règne de l’horizontal, des longues perspectives ouatées qui échelonnent les lumières et les couleurs dans de vastes éloignements, depuis les verts tendres, les terre verte, les verts émeraudes ou plus profonds encore des arbres proches jusqu’aux doux pinceaux des îles qui jouent à cache-cache les unes derrière les autres comme dans un concours d’estompages de bleutés jusqu’au fond de l’horizon, alternés par les gris-vert et les outremers de la petite mer, les ocres et les terre de sienne des langues sablonneuses, les pépites d’or des ajoncs printaniers.

Souvent sur le Golfe le ciel est ensoleillé pendant qu’un ourlet de nuages dessine au-dessus de l’horizon comme une couronne tout autour de la petite mer ( mor bihan), cette reine celtique, comme pour signifier que c’est elle qui maîtrise le dieu soleil et que les nuages et la grisaille appartiennent au monde terrien.
Dans les frimas de l’hiver, les fonds des anses se peuplent des grandes familles de migrateurs, et alors les innombrables culs blancs des petites oies bernaches font scintiller les flaques de la marée basse pendant qu’on perçoit en tendant un peu l’oreille leurs paisibles conciliabules dans le silence cotonneux.

Baudelaire aurait pu y écrire ici son « invitation au voyage » :
« Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté. »

Puis au détour des innombrables passes entre les îles, les pointes, les criques, les rocs à demi noyés, comme si on était allé perdre ses sens dans les dessous de dentelle d’une souveraine, après avoir salué l’aigrette ou le héron pêchant avec tant d'élégance au bord de la rive à marée basse, on apercevra une porte ouverte sur le large, on la traversera dans les cavalcades du courant de la Jument qui donneront le tournis autant au bateau qu’à nous-mêmes, et on écarquillera les yeux sur l’immensité de l’océan qui s’ouvre devant nous, saupoudré de quelques dernières îles, Houat, Hoëdic, déposées là un peu plus loin en mer comme pour nous aider à nous souvenir de ce qu’est une terre avant la grande échappée vers l’infiniment horizontal.

(ci-jointe = Cap au 300)

04 avr. 2020

Superbe bravo !

04 avr. 2020

Bravo Dom ! tes toiles sont belles, ce fil est une très bonne idée.

04 avr. 202016 juin 2020

Construire le rêve ....naissance d'une toile, de la réalité à l'imaginaire.

Dans l'ordre des photos :
- le paysage réel à St Philibert (Morbihan, derrière la Trinité) à marée basse.
mais sur la photo, le ciel est trop "ordinaire" .. il faut essayer de dépasser ce réel.
- la part du rêve s'introduit dans un ciel imaginaire qui va déterminer toute la suite
- un peu de feu dans le lointain, puis les premières tendances du premier plan pour commencer à donner la profondeur
- commencer à soigner les détails comme ce dériveur échoué .. un Sun 2500 sans doute ?
avec ce qu'il lui faut de vraisemblance minimale, on est voileux ou pas ? non mais ...
- au premier plan, un Guépart peut-être ?
on y est presque ?
- quelques ombres, un peu de lumière sur la bouée de corps mort, des algues qui pendent aux lignes de mouillage
.. Et on y est .. paré pour voyager dans sa tête ...

02 nov. 2020

Merci pour tes explication sur ton travail, c'est très instructif !

04 avr. 2020

Ben oui, c’est tellement simple.
Merci pour ces explications enrichissantes...

Bonjour Dom
Quel talent!
Vraiment très agréable à regarder.
Un petit bonheur de plus dans notre confinement...
Bonne journée,
Patrice

07 avr. 2020

Remontons ce fil pour le plaisir des yeux et de l’esprit... 🙂

07 avr. 202016 juin 2020

Merci Sylvz1

Alors tant qu'à faire de le remonter .... je profite de cette "invitation" et je vous mets la construction d'une ballade à Berder, une de nos magnifiques petites îles du Golfe. Tableau déjà mis précédemment mais je livre ici quelques explications méthodologiques et pratiques.

Et je vais vous dévoiler un "petit secret d'artiste" ... le Nombre d'Or

Dans ma démarche personnelle, au-delà de la réalité visuelle du paysage, je m'attache à définir la composition générale, et notamment ce que le photographe appellerait le "cadrage" mais qui ici peut être une recomposition par rapport à la réalité visuelle
De telle sorte que j'utilise très souvent le "nombre d'or"
- en 2 mots, le Nombre d'Or connu depuis la haute antiquité grecque et utilisé notamment en architecture définit une règle d'équilibre.
- le principe peut s'énoncer ainsi = prenez un segment de droite C, divisez le en 2 parties inégales A (petit) et B (grand) de sorte que le rapport entre le petit segment et le grand soit égal au rapport entre le grand segment et le tout.
- autrement dit, A/B = B/C , avec A+B = C, développez l'équation et vous obtiendrez le fameux nombre = 0,618
C'est à partir de ce nombre qu'on établit des règles d'équilibres de formes, de masses, en architecture depuis les temples grecs comme en peinture par exemple.

A partir de là, on peut obtenir 4 "points d'or" sur la toile en segmentant les côtés à 0.618.

Sur ce travail " Berder"
- première photo, j'ai défini les lignes de fuite vers un point d'or, et matérialisé ces lignes sur la photo. Toute la composition, la ligne d'horizon, les nuages qui n'existaient pas en réel ni sur la photo de travail, la bande de sable et la ligne de l'eau, la masse des arbres, fuient vers ce point vers lequel je cherche à "emmener" mes spectateurs, avec le point positionné dans cette règle d'équilibre.
- 2eme photo = les grandes lignes sont bien avancées
- 3eme photo, le travail sur son chevalet pendant que je me sers par exemple une petite binouze bretonne. travailler encore les petites touches du lointain qui suggèrent l'Ile aux Moines à l'horizon, une voile blanche juste comme une sorte de "point d'exclamation", les détails de premier plan pour la vraisemblance. Des fois j'y arrive bien, des fois moins, c'est pas toujours facile car faire du figuratif qui fonctionne demande souvent de dépasser le réel pour y parvenir contrairement à ce que que certains pensent, qu'il ne s'agit que de faire de la copie de ce qu'on voit .. c'est bien différent en fait.
Je cherche en général à emmener mes spectateurs, à les inviter à pénétrer dans mon paysage, ça ne marche pas à tous les coups.
- 4e photo, bah on va s'arrêter là .. parfois dans ce genre de travail on pourrait aller dans le détail à n'en plus finir.

07 avr. 202007 avr. 2020

Passionnantes ces explications, mais j'ai quelques questions de béotien à te poser:
-Concernant les peintures représentant des paysages, je suppose que tu travailles en extérieur, à moins que ce soit en atelier à partir d'une photo, ou peut-être un mélange des deux?
-Quelles sont les différentes étapes avant de commencer à peindre? J'imagine que tu commences par un dessin.
-Concernant les peintures issues de l'imagination de l'artiste, quelles sont les étapes?

Je te précise que je ne connais strictement rien à la technique picturale,d'où mes questions, mais je suis toujours émerveillé à chaque fois que je rentre dans un musée de voir ce qu'il est possible de faire avec un pinceau et une toile, c'est pour moi un mystère, donc si tu pouvais profiter de ce fil et de cette période de confinement pour nous instruire sur cet art, ce serait super, car même si on peut apprécier sans comprendre, et heureusement d'ailleurs, c'est encore mieux quand le mystère s'éclairci.

Merci en tout cas pour ce fil.

07 avr. 202016 juin 2020

Je peins assez peu souvent en extérieur sur le motif, la plupart du temps en atelier y compris pour les paysages.
En extérieur :
- la difficulté est de pouvoir travailler vite, car la lumière (et donc les ombres) changent très vite, et toute la perception des couleurs qui en découle, avec le risque que le tableau perde de sa cohérence lumière et couleurs. C'est un travail pas toujours facile et ma technique n'est pas assez au point. Certains travaillent en extérieur à l'acrylique qui a l'avantage de sécher plus vite mais j'ai du mal, je préfère l'huile pour sa finesse, sa capacité à fusionner les couleurs. Ou parfois j'utilise les deux, les grandes lignes en acrylique puis je fais les détails ( y compris finitions en atelier) à l'huile.
exemple sur ce paysage (ci-joint photo 1) de l'ile d'Aix fait sur le motif en extérieur et acrylique + huile, juste quelques retouches de finitions de détails ensuite pour marquer des points de lumière à postériori car l'huile est longue à sécher.
Par contre on a l'avantage "sur le motif" souvent d'un rendu de couleurs plus lumineux, et plus de "touche directe" qui donne une spontanéité intéressante ... si on s'est bien débrouillé sur la lumière du départ. C'est le ciel qui va définir la tendance, tres souvent, et un ciel, même dans un figuratif, ça a une composante finalement assez abstraite.. et ça bouge tout le temps sauf ciel bleu total.

En atelier:
pour les paysages, le travaille souvent d'apres photos prises sur place auxquelles j'ajoute un parfois croquis au crayon et/ou avec des annotations pour mieux mémoriser l'impression du moment qui disparaîtra sur la photo.

le dessin de départ est en général très grossier et sans détail, juste quelques traits de crayon pour le cadrage du sujet et les grandes lignes, voire même des masses de couleurs principales posées à l'acrylique et le dessin naît au pinceau lui-même.

Pour d'autres types hors paysage, j'adapte ma technique aux objectifs visés. Par exemple sur les deux trompe l'oeil mis en début de fil, par exemple, j'ai travaillé d'abord l'exécution du panneau de bois du fond, les veines du bois, et seulement ensuite une fois sec (plusieurs jours après) je me mets à exécuter les objets avec dessin détaillé ( mais jamais trop, les formes et les volumes, mais c'est le pinceau qui dessine les détails). sur ces trompe,l'oeil par exemple, je fais une maquette réelle avec le panneau, les objets, et le jeu est de coller au réalisme le plus possible, c'est très différent du paysage, mais c'est un exercice qui me plait beaucoup dans le sens ou il y a comme une sorte d'effet "yoga mental" à se plonger dans cette réalisation qu'on peut conduire dans les détails du détail à n'en plus finir.

Photo 2 = dans cette réalisation imaginaire, donc travail en atelier, le paysage de fond est exécuté par exemple d'après une photo (il me semble me souvenir) et un surtout de l'imagination, par contre la carte marine avec ses replis et ses ombres , et pour qu'elle ait de la crédibilité, est exécutée d'après une carte réellement posée avec les plis et les ombres issues d'un éclairage;

Voilà pour ces quelques "éclairages" ...

Puis-je ajouter que dans une certaine mesure et en extrapolant un peu, il y a dans ce genre de "voyage dans la toile" y compris pendant le travail, comme une sorte de proximité avec mon goût pour la navigation en solitaire, comme une sorte de résonance mentale.

D'ailleurs j'avais intitulé une présentation à une époque "Voiles et toiles", j' associe de la poésie qui vient résonner avec la peinture, et j'avais maquetté un recueil poésie-peinture, j'y reviendrai peut-être un jour, cette association me plaît bien.

07 avr. 202016 juin 2020

Suite ....

Sur certains travaux de pure imagination (photo 1) je m'appuie sur un mélange d'imaginaire pour la vague sur le rocher et de photos de vols de fous de bassan pour réaliser cette composition intitulée " comme un fou"
Mais le travail des vagues est un des exercices que je trouve parmi les plus périlleux car sous couvert de faire du "figuratif" sur une vague ou un mouvement de la mer, c'est en fait quasiment du travail abstrait qui doit donner une impression de réalité.
Le rendu de la mer en mouvement est paradoxalement plus compliqué que l'exécution d'un sujet précis ( enfin à mon niveau en tout cas ...)

photo 2 = là par exemple sur cette représentation de la mer, j'ai puisé dans la recherche d'exemples de marines pour m'inspirer et chercher une technique , un peu comme on ferait ses gammes ou on répète un morceau de musique avant de jouer ses propres compositions. Mais je ne suis pas totalement satisfait .... quelque chose manque que j'ai du mal à définir et retravailler, dans le premier plan de la vague en rouleau il lui manque de la lumière, les stries d'écume ne sont pas réussies comme j'aurais aimé.. alors j'arrête et ce tableau restera en l'état un peu inachevé .. il faut que ça reste du plaisir .Ou bien - ça m'arrive - j'y reviendrai plus tard, parfois même des années après, une envie soudaine, une illumination sur la touche à donner.

Mais faire une mer la plus réaliste c'est comme une sorte de Graal, comme une exigence du "voileux" que je suis.

et ça ne marche pas à tous les coups ....

07 avr. 2020

Merci de nous faire partager votre passion et bravo pour votre "enseignement"
Merci aussi pour les beaux souvenirs que peuvent rappeler les rives de ces eaux qui me sont familières et baignent mon pays natal.

07 avr. 2020

Un grand merci DomNomade, n’hésite pas à nous faire découvrir tes futures œuvres...

07 avr. 2020

Merci, c'est super sympa d'avoir pris le temps d'éclairer les béotiens que nous sommes pour certains.
Surtout n'hésite pas à continuer de commenter tes œuvres, voire même celles des autres, c'est pas interdit puisque ça peut nous permettre d'avoir un regard un petit peu plus averti. 😊

07 avr. 2020

Superbe!
Ma préférée, sans aucune hésitation, "l'élucubration de carte marine et le Golfe".
Les univers se mélangent tellement bien qu'on ne voit pas vraiment le passage de l'un à l'autre.
Vraiment magnifique.

07 avr. 2020

Merci pour cette fraîcheur et ces explications qui montrent que "ça n'est pas si simple" !
Bravo, on ressent bien l'ambiance du coin en vrai.

07 avr. 202016 juin 2020

Dom - Tu es notre Caillebotte.
Un de nos grands peintres, Gustave Caillebotte a conçus des nombreux voiliers. Excellent régatier, il a même peint sur son spi une tête de chatte !

08 avr. 202016 juin 2020

Confinemement, confinement .... tenez bon !

Aujourd'hui je vous emmène un peu plus loin, on sort du Golfe avec la marée (sinon on ne sort pas, hein ...) et on part en ballade.

  • Dans les anglo-normandes à Chausey, la chapelle sur la grande île, beaucoup ici connaissent sans doute ...
  • auparavant, en montant, on sera passé par Ouessant (essai d'après photo, inutile de dire que ce n'est pas peint sur le motif pour celle-ci ...)
  • puis on redescend plus au sud avec pour changer un peu une petite aquarelle sur une de ces nombreuses pêcheries sur le littoral du côté de St Brévin (Loire Atlantique)
08 avr. 2020

Toute la magie de Chausey est dans ta toile et ta pêcherie est-elle une aquarelle ? Elle en a la légèreté …
Merci pour les moments de rêve

08 avr. 2020

oui absolument, c'est bien une aquarelle comme je l'ai écrit à propos de la pêcherie.

08 avr. 2020

A propos de l'oeuvre de Caillebotte postée plus haut par Ouzo, si Dom pouvait nous la commenter, ce serait sympa.
Perso j'adore, et sans être connaisseur en peinture, je suis plutôt sensible à l’impressionnisme.

08 avr. 2020

Bien volontiers, j'adore aussi, Caillebotte et les impressionnistes en général.
Enfin je vais le faire à ma manière, ça vaudra ce que ça vaudra peut-être que quelqu'un ayant fait un cursus Beaux-Arts me flanquerait un zéro pointé ... bah , même pas peur ...et puis j'ai déjà ma petite idée.

Je vous mets ça plus tard ce soir

08 avr. 202016 juin 2020

Alors voilà mon commentaire (ou analyse mais restons modestes) sur ce magnifique tableau impressionniste de Gustave Caillebotte "Le bassin d'Argenteuil".
Au passage, j'en profite pour faire ce préambule.
Caillebotte mais aussi Claude Monet et ses "régates à Argenteuil" on peint magnifiquement ces bords de Seine ... et quand on voit ce qu'est devenu Argenteuil ( mais pas seulement hélas) ...en ces temps de bouleversement de nos certitudes sociétales, nos questionnements sur notre impact sur la nature prennent une résonance particulière je pense.

J'ai ajouté une photo d'une impression du tableau de Caillebotte sur laquelle j'ai placé des éléments d'annotation pour étayer mon propos d'analyse.

La composition générale=
- les lignes directrices se font vers le pont au fond à droite pour emmener le spectateur dans le tableau, c'est ce que j'essaie à mon modeste niveau de faire dans mes toiles et que j'appellerais "l'intention initiale de l'artiste".
- cf photo et annotations = le fameux nombre d'or dont je vous ai parlé précédemment est manifestement exploité ici - je ne suis pas surpris car Caillebotte était aussi un ingénieur et a conçu des voiliers (les plans caillebottes) et aussi fin régatier donc on peut reconnaître là son sens de la cohérence - voyez les annotations sur la photo que j'ai mise, le mât du bateau au premier plan est exactement situé sur l'axe vertical à 0,618 x la largeur de la toile
et qui plus est, la bôme elle-même située au nombre d'or sur l'axe horizontal, l'intersection précise du mât et de la bôme ( le vît de mulet , en somme) est très exactement sur un "point d'or" de la toile, intersection des deux axes selon la règle du nombre d'or.
Venant d'un peintre ingénieur, qui peut croire que c'est un hasard ? J'y mets ma main au feu ...

Les valeurs =
lorsqu'on parle des valeurs , il s'agit de l'intensité des couleurs qui créent la sensation de profondeur.
Je met ici mon petit credo personnel sur le "figuratif" à propos duquel certains esprits ... chagrins? ... disent que le figuratif n'est que la recopie de ce qu'on voit;
Non, pas d'accord !
Pour donner le sentiment et la perception de réel à partir d'une toile blanche et plate, il faut manipuler en quelque sorte de l'illusionisme, donner l'illusion de réel.
On voit clairement ici que les lointains sont traités de plus en plus vers des bleus légers alors que les représentations des éléments proches sont traités avec des couleurs plus vives et plus intenses.
Le pont au fond et les collines derrière à peine perceptibles se perdent dans un estompage de bleus et la touffe d'herbe au premier plan , dans son vert intense, vient couronner le travail d'illusionisme pour créer la profondeur.
On pourrait soupçonner Caillebotte d'avoir inventé cette touffe d'herbe qui n'existait pas dans le paysage réel, uniquement de manière intentionnelle à ce que je viens d'expliquer, je l'ignore mais je n'en serais aucunement surpris.
Dans le même objectif, les lointains sont volontairement flous et les plans proches plus précis

Les couleurs =
là aussi c'est passionnant à analyser.
Là on commence à entrer dans le perceptuel, la façon dont on touche l'émotion du spectateur.
J'ai mis une 2eme photo avec la roue des couleurs et j'y ai symbolisé le triangle de l'accord des couleurs que Caillebotte a utilisé ... à mon modeste opinion et de manière simplifiée dans l'analyse.
Mais quelques notions auparavant.
Je ne vais pas faire un cours sur les accords de couleurs, il y a de quoi en écrire de pleins ouvrages, mais en 2 mots.
On joue sur les complémentaires ( dans la roue des couleurs , la complémentaire d'une couleur est celle qui lui est opposée sur le cercle) Les complémentaires selon le dosage se renforcent.
Dans le tableau de Caillebotte, je vois un accord principal sur 3 couleurs que j'ai symbolisé par le triangle dessiné sur la roue des couleurs.
1- Le bleu de l'eau dans ses nuances de touches typiquement impressionnistes.
2- le vert dans ses différentes composantes, estompé vers le bleu sur les arbres du second plan pour les éloigner et intense, dans le l'herbage du premier plan pour les rapprocher.
3- le jaune-orangé du rouf du voilier en premier plan, répété ensuite en moins intense ( car plus loin ...) du petit voilier en second plan)

Le jaune orangé de ce roof est la complémentaire du bleu (de l'eau) et vient littéralement exploser à la figure du spectateur et contribue à l'émotion, à la sensation de "réel sublimé".
C'est cette couleur chaude sur une toute petite surface qui vient donner toute la chaleur de la toile qui est dans sa masse principale en couleur froide.
Encore une fois, aux détracteurs du "figuratif" ( il y en a) je dis que dans la réalité je parie que ce rouf n'était pas du tout de cette couleur, c'est purement l'intention et le talent de l'artiste dans sa maîtrise de la palette qui le conduit à mettre ce rouf de cete couleur ... vous avez dit figuratif ? oui Mais ...!!!

A propos des accords de couleurs = étant également un peu musicien ( je fais un peu de guitare et j'écris mes chansons) , je suis en quelque sorte "tombé cul parterre" quand j'ai compris qu'un accord de couleurs et un accord de musique fonctionnaient selon des principes assez semblables.
Tout comme dans un accord musical, un accord de couleurs pourra avoir une tonique et une dominante ( personnellement ça m'a un peu bouleversé de comprendre ça)
Pourrais-je dire que dans ces deux cas, il s'agit d'une nature vibratoire ( le son et la lumière sont des vibrations sur des fréquences certes très éloignées , mais de nature vibratoire tous les deux) qui viennent résonner dans notre âme ... pour le dire avec un peu de poésie ...?

Ici, clairement la dominante est dans le bleu associé au vert, en couleur froide et la tonique ( toujours avec une surface très réduite) en couler chaude complémentaire, un truc "qui pète à la gueule" est le jaune orangé du rouf du voilier.
Cette tonique vient faire "chanter" le tableau tout comme la tonique d'un accorts musical vient faire chanter cet accord.

La touche impressionniste =
contrairement aux "aplats" de couleurs dans les tableaux figuratifs classiques très "léchés", les touches caractéristiques des impressionistes qui consistent à juxtaposer des coups de pinceaux apportent une vibration des couleurs qui ajoutent à l'émotion.
Le courant des "pointillistes" (Georges Seurat, Paul Signac, allez voir les wikipedia et autres sur le pointillisme vous comprendrez) qui a suivi les impressionnistes a poussé cela à l'extrême, dans le domaine de la vibration des couleurs.
Cette technique impressionniste n'est pas facile à maîtriser, je l'aime beaucoup mais je n'en suis pas bien capable j'avoue à regret. J'ai connu un peintre dans ma phase d'apprentissage (ceci dit je n'ai jamais fait aucune école d'art quelle qu'elle soit ... c'est plutôt sur le tas) qui faisait des paysages impressionnistes sublimes, avec la la touche, la maîtrise des couleurs, alors qu'il avouait lui-même qu'il était incapable de dessiner un bonhomme correctement... et il vendait bien le bougre !... comme quoi l'art de la peinture met en oeuvre des éléments parfois étonnants dans le talent.

En tout cas, ce "Bassin d'Argenteuil" est un régal du genre ....
Je n'avais jamais fait vraiment ce genre d'exercice d'analyse commentée dans le concret.
Merci de m'en avoir donné l'opportunité en me le demandant, ce fut un plaisir.

Et puis mine de rien, le nombre d'or .. pile poil sur le mât du bateau ... hein ?

02 nov. 2020

Bonjour,

Je découvre ce fil. Merci beaucoup pour ce partage de connaissances et de nous faire partager la joie de décoivrir ces oeuvres.

Vous nous parlez du "point d'or". Si j'ai bien suivi, il y en a donc 4 sur la toile. Comment choisissez vous celui que vous allez utiliser pour conduire notre regard ? Au hasard ? Est-ce le sujet qui vous commende ? Ou y a t il, là aussi, un "code", une "règle" connue des seuls "initiés" ?

Philippe

08 avr. 2020

👍🤗👏

09 avr. 2020

Merci Dom pour toutes ces explications, c'est passionnant !

09 avr. 202009 avr. 2020

Passionnantes toutes ces explications sur la composition d’une œuvre picturale, mais je t’avoue que je ne savais pas qu’il fallait avoir fait « maths-sup » pour peindre, et pour moi qui suis fâché avec les chiffres, je préfère retenir la notion de juxtaposition des coups de pinceaux des impressionnistes qui apportent une vibration aux couleurs, et qui ajoutent à l’émotion…c’est plus poétique.
J’aime bien également le parallèle que tu fais entre les couleurs et les degrés d’une gamme comme que la dominante et la tonique.
Toujours est-il que je regarde maintenant ce tableau avec un œil un peu plus averti…enfin, juste un petit peu hein, faut pas exagérer.
N’hésite pas si tu le souhaites, à nous commenter d’autres œuvres connues de styles différents, ça nous change un peu du truc qui nous emmerde actuellement.
Un grand merci.👍

09 avr. 2020

oh sincèrement, ( je le prends comme un trait d'humour, t'inquiètes pas) ça n'a vraiment rien de maths sup.
Un maçon, un charpentier, un menuisier, et autres métiers du genre et du niveau CAP ont largement autant sinon plus de "science mathématique ou apparentée" dans leur métier.
Il s'agit juste de comprendre que peindre ne procède pas du simple fait de regarder un paysage ( ou un objet ou quoi que ce soit d'autre sujet) et de l'exécuter à coups de pinceau comme une "photocopieuse" mais à y mettre une certaine technique qui se travaille - comme un musicien travaille son instrument - et dieu sait qu'il y a des musiciens qui resteront nuls en maths, et pourtant s'il y a bien un domaine très technique c'est aussi la musique;
Au final , dans ces deux disciplines artistiques, peinture et musique, la technique n'est "que" le moyen pour parvenir à transmettre l'émotion .. "que" ...mais indispensable sinon en musique on fait des "couacs" et en peinture on fait des "croûtes" ... et cette technique requiert surtout de la volonté et beaucoup ( beaucoup !) de travail mais aucunement des prédispositions aux mathématiques ... et bien heureusement.

09 avr. 202009 avr. 2020

@DomNomad
A propos de musique et de nombres, il y en a un qui était particulièrement "branché" dans ce domaine, c'est J.S. Bach. Il y a d'ailleurs toute une littérature à ce sujet.

Pour info il est sorti dernièrement un cd sur Leonardo Da Vinci qui met en correspondance dix chefs-d’œuvres de Vinci avec des musiques de son époque. Un beau livret accompagne ce cd avec des commentaires et des détails sur chaque tableau. Cela dit, il faut apprécier la musique de la renaissance qui est quand même loin des canons esthétiques actuels, mais perso j'ai beaucoup apprécié ce cd, ainsi que les commentaires du bouquin qui nous permettent d'apprendre beaucoup de chose sur ces œuvres.
www.francemusique.fr[...]n-dadre

09 avr. 2020

@DomNomade, en musique je dis toujours que le 'génie' c'est 95% de transpiration et 5% d'inspiration ! Bref, que de gammes pour en arriver à se faire plaisir et surtout faire plaisir aux autres …
Merci pour ta comparaison peinture - musique qui est très juste. Je me souviens d'une discussion au coin du feu avec Arcabas, peintre que j'aime infiniment, où nous faisions la comparaison entre la quête infinie pour que le tableau, ou le son, idéal s'approche du tableau, ou du son, réalisé … quel gouffre sépare l'idéal de la réalisation, cependant, que de travail pour seulement en arriver là !

11 avr. 202016 juin 2020

Visiblement, la perspective de confinement me donne le temps de m'atteler à une nouvelle toile.
Allez, c'est parti, je vais mettre la progression ici, tiens, je n'ai jamais fait cet exercice, un peu comme parfois quand on peint en extérieur avec des promeneurs qui s'arrêtent, commentent, chuchotent entre eux, posent des questions ( ou ces sales gosses qui déconnent et se marrent .. rho ...noudidiou d'bon sang!)
Et puis faute de pouvoir aller chercher de visu un paysage marin ( sniff...) je reste dans mon périmètre vannetais terrien (1 km / 1 heure...donc photo)

Je n'en suis qu'au tout début.
-photos dans l'ordre:
- balade ce matin dans le sous-bois derrière chez-moi, grand ciel bleu et lumière superbe car celle plus rasante du matin qui fait des belles ombres, pas comme le soleil qui plombe à la verticale du milieu de journée.
A ce propos, tenez, si vous voulez voir des belles lumières sur le Golfe du Morbihan, je vous assure ....allez-y le soir ou tût le matin c'est là qu'on a les plus belles avec ces déploiements d'ombres et lumières qui s'étirent c'est à tomber par terre parfois !

Ici on voit déjà dans ces beaux éclairages, ltoute une déclinaison de verts du vert sombre au jaune éclatant, puis le chemin qui tire presque dans les violets, complémentaire du jaune .. tiens-tiens !
- retour à la maison, hop, un format 12P (paysage), soit 61 x 46 cm ... de quoi bosser et avoir un bel espace de travail.
on pose le sujet dans le cadre avec quelques traits de fusain rapides et sans détails, les lignes principales.
Même si ce n'est pas le cas sur la photo, sur la toile le point de fuite au fond du chemin se situera sur la toile au point d' ...? ( pour ceux qui suivent) donc on réadapte la composition.
- quelques coups d'acrylique pour fixer les troncs des arbres et commencer la "charpente" du tableau en quelque sorte
- et un premier jus acrylique léger pour donner les premières tendances
- réflexion sur l'accord de couleurs du tableau avec la roue des couleurs:je suis ben servi à la base par le paysage.

La base de travail est posée.
Ma stratégie après réflexion va être celle-ci (cf la roue des couleurs)
* le jaune de la lumière du soleil qui fait éclater la fond du chemin et ses rappels dans les branchages sera la tonique
* le chemin s'équilibre dans un ton qui va dans les violet striés de clairs et d'ombres , c'est la complémentaire du jaune ( en face dans la roue) ça me semble pas mal.
* et le reste de l'équilibre se fera par des liens chromatiques sur les variés de verts qui se déclinent du clair au foncé, dans la proximité du jaune sur la roue vers les tons froids, et des touches teintés d'orangés et dans les troncs pour un lien sur des tons chauds.
... quelque chose comme ça.

Allez au boulot ...!

11 avr. 2020

La créativité en directe, merci DomNomade...🙂

11 avr. 202016 juin 2020

Bonsoir Dominique,
Un régal de se balader dans tes toiles. Merci pour ce partage, tu nous ravis une fois de plus !
Marie-Hélène c'était attelée à des copies, notamment Brueghel l'ancien
Bises
Christian

11 avr. 202011 avr. 2020

Ah dis donc!!
Bravo Marie-Hélène...!
La copie est un excellent travail d’apprentissage j’en ai fait pas mal à une époque.
là son Brueghel a l’air superbe.

11 avr. 2020

A oui, as-tu l'original chez toi ? 😁

www.ibiblio.org[...]rap.jpg

11 avr. 202011 avr. 2020

Super, on attend la suite!😉

12 avr. 202016 juin 2020

JB Olive - pour les sudistes...

13 avr. 202016 juin 2020

Confinement - déjà un mois ....
La toile avance ... Le mélange du médium pour la peinture à l'huile - huile de lin et essence de térébenthine a un petit côté comment dire - mais non je me shoote pas à ça mais c'est toujours aussi agréable.
Et puis quand on est là-dedans, dans sa toile, me croirez vous si je vous dis que c'est un peu comme quand on est seul à la barre en pleine mer .... rien d'autre n'existe... une sorte de yoga mental qu'on doit pouvoir retrouver dans bien d'autres disciplines et qui je vous assure, fait du bien par les temps qui courent.
Se sortir l'esprit du brouhaha des résosociaux, des niouzes perpétuelles et généralement flippantes.

Donc, ça avance, tranquilos peinardos ...
J'ai commencé le travail à l'huile et vu que c'est trèèèès long à sécher, j'en ai pour un bon bout de temps ... chouette !

le sujet commence à "causer" mais on est encore loin du compte ... les grandes tendances , disons.
Oh j'avais envie de faire ce petit aparté impertinent :
- la chloroquine, les effets secondaires je sais pas
- mais la térébenthine .... pas si mal !

26 avr. 202016 juin 2020

Toile terminée ....
Encore 15 jours avant de (peut-être) pouvoir re-naviguer ?

Le temps d'en faire une autre ?
Une marine cette fois-ci peut-être ?
Faut que je trouve un sujet

26 avr. 2020

J’apprécie ta touche et je trouve cette toile belle. Merci pour le partage !

Et si tu manques d’aspiration pour la prochaine toile, tu peux même lancer un concours ici. Je suis persuadé que les idées serons légion…

26 avr. 2020

Super intéressant ce fil, et perso ça m'a permis de mieux comprendre le processus de création d'une oeuvre picturale.
Concernant ton prochain tableau, pourquoi ne sortirait-il pas uniquement de ton imagination? Je suppose qu'il s'agit là d'un exercice très différend, mais certainement très intéressant.

26 avr. 2020

@Ouzo: merci, et ton idée est intéressante ... lancer un appel aux sujets pour une toile marine à partir de photos que me proposeraient ceux qui veulent ?

@ BW988: merci également ta suggestion fait partie de mes questionnements, mais ....
j'admire les artistes qui peuvent sortir une composition de leur pure imagination.
J'avoue modestement que ça ne fait pas partie de mon domaine, de savoir faire ou bien d'intérêt? Les deux sont liés en fait il me semble.
Pour ma part, j'ai besoin d'un élément visuel, d'une lumière, de quelque chose qui m'interpelle et me donne envie d'en faire ... quelque chose d'autre ni naîtra de mon regard et de ma capacité à l'interpréter ( le dépasser ? si je ne suis pas trop prétentieux ...)
en gros, je me sers du réel pour l'embarquer dans mon imaginaire et le ressortir à ma manière ... mais je ne suis pas sûr d'être capable de faire l'inverse.

Dans les deux cas de vos suggestions intéressantes, mais je voudrais juste dire que l'expression picturale parmi bien d'autres expressions artistiques, et sans pour autant aller jusque là où vont les "artistes de métier" qui vivent un engagement de vie souvent bien difficile, est un moyen de dépasser sa propre réalité, meubler son imaginaire ... et que ça fait du bien dans la tête, dans l'âme ... ça aide à regarder différemment le monde.

Me comprendrez vous si je vous dis que ça prolonge en quelque sorte ces moments magiques que j'ai vécu seul en plein océan - comme sans doute beaucoup d'entre-nous ici - où notre regard sur le monde est émerveillé pendant un instant qu'on croirait éternel?
Regarder le monde différemment ... voilà !
S'attarder sur la naissance subtile de ce qui sera bientôt un lever du jour, dans des tons d'un léger rose tendre qui effleure l'horizon dans l'est, avec la traînée encore violacée d'un nuage qui s'étire comme une écharpe qu'on aurait oubliée pendant cette nuit de nav' qui s'achève, et pendant laquelle on s'est retrouvé particule élémentaire faisant partie de l'immensité céleste.

... Tiens et si je le tenais, mon sujet de prochaine toile ?

27 avr. 2020

+1 DomNomade

27 avr. 2020

Elle est lumineuse ta dernière toile, j'aime beaucoup...

27 avr. 2020

bravo , très beaux rendus ....méritent expo en galerie

27 avr. 2020

Ta toile est une invitation au voyage, dans la sérénités du déplacement pédestre. Merci pour nous sortir du confinement....

27 avr. 202016 juin 2020

Tenez tant qu'à partir en ballade, allons-y.
- Port-Aux-Moines à marée basse, petit port situé dans la presqu'île de Rhuys ( St Gildas de Rhuys),
Jadis abri naturel dans une faille de rochers ( la partie droite du tableau) utilisé par les moines de l’abbaye, Port aux Moines existe toujours au sein du port actuel qui a été étendu en 1965
Ce tout petit port abrite essentiellement les pêches promenades des "papys-pêchous" du coin, avec quelques petits voiliers dont l'un parvient à se faufiler dans l'enclave rocheuse de l'ancien "port aux Moines"
Là dans ce havre paisible on est à quelques kilomètres seulement du Crouesty et de Port Navalo.

  • puis quittons le Morbihan, allons en Bretagne Nord du côté de Ploumanac'h .. toujours à marée basse, j'aime bien les marée-basses en fait. ça ouvre des perspectives de premier-plans plus intéressants.
28 avr. 2020

DomNomade, je viens de réécouter une très belle musique de Modest Mussorgsky intitulée "le vieux chateau", et ça m'a fait penser à ton fil, car j'ai aperçu un piano dans ton atelier.

Il se trouve que la musique que je mets en lien fait partie d'un ensemble de morceaux qui évoque des tableaux du peintre Viktor Hartmann qui était un ami de Mussorgsky, d'où le titre de l'ensemble "Tableaux d'une exposition".
Alors je me dis que si les œuvres de Viktor Hartmann ont inspiré Mussorgsky, peut-être que sa musique pourra t'inspirer à ton tour, qui sait?
Continue à nous parler de ton art, c'est passionnant.

29 avr. 202016 juin 2020

Merci BWV 988 ...
c'est vrai que ce sol dièze qui se répète indéfiniment dans ce morceau de Mussorgsky a quelque chose en commun avec la "dominante" dans un tableau ... question de résonance qui fait vibrer nos émotions en actionnant - qui sait un même mécanisme intérieur ?

Le piano qui est sur la photo, je n'en joue plus, ou très rarement, j'ai basculé il y a quelque temps sur la guitare, car bien plus facile à transporter dans un bateau, n'est-ce pas?

Mais en matière de piano, j'ai beaucoup aimé jouer à une époque de morceaux de Eric Satie.
Les fameuses gymnopédies mais bien plus les gnossiennes que j'adore.
Particularité de Satie, contrairement à quasiment toutes les partitions habituelles, dans les gnossiennes il n'y a pas de mesure, c'est très étonnant ... ça invite en quelque sorte à faire couler, glisser les notes et l'émotion en même temps sans la contrainte d'un tempo mathématique rigoureux, il faut que ça vienne de soi ...et la partition est assortie de notes telles que " portez cela plus loin" ou "avec émotion" .... une partition poétique en somme.
Ou plutôt, tiens je dirais que Satie était à la musique ce que d'autres furent à la peinture .... un impressionniste lui aussi ..?
Il y a quelque chose de "pictural" dans Satie.

Bon je conçois que mon propos n'a guère à voir ni avec le coronavirus ni avec la navigation qui est notre passion commune ...
Quoique ..!
Et si finalement tout ça, peinture, navigation, musique, avait un lien dans nos recherches d'une forme de paix de l'âme en nous confrontant à la beauté sous toutes ses formes ?

Ecoutez par exemple cette "gnossienne numero 1" ( écoutez les gnossiennes, il y en a 6 et c'est sublime ..) que je mets en lien (c'est le morceau que j'ai le plus joué dans ma petite vie pianistique) et imaginez que vous écoutez ça par une belle nav' de nuit, seul en mer, tiens, sous la voûte étoilée !

ci-joint, dans un toute autre style que le paysage : une toile que j'ai titrée "Petit-déj"

29 avr. 2020

Ah ben ça c'est pas mal, car figure toi que je viens juste de commencer à bosser la Gnossienne n°1. Mais bon, il me faudra plus de temps que toi pour finir une toile.
J'aime beaucoup ta toile "Petit-déj".

29 avr. 2020

Le sable de Ploumanac'h renvois la lumière de ce ciel pourtant sombre faisant du sol un puits de lumière qui illumine la toile du bas vers le haut. C'est saisissant et d'une poésie splendide…

29 avr. 2020

La video postée par DomNomade passe très bien chez moi. En revanche, celle postée par BWV 988 juste avant ne passe pas: l'image est noire et quand je clique, j'ai ce message d'erreur:

An error occurred. Please try again later. (Playback ID: m-EqwjZdUfCZs9B9)

Ceci m'arrive très souvent avec les video YouTube postées sur Hisse et Oh.

Quelqu'un a-t-il des lumières sur ce problème? Cela vient-il de moi?

29 avr. 2020

Idem pour moi avec la vidéo de BWV j’ai refait une recherche sûr YouTube pour la retrouver on dirait que le lien copié dans le post n’est pas bon.

29 avr. 202029 avr. 2020

Nouvel essai avec un un lien différend. Je préférais l'image du précédent. J'espère que celui-ci fonctionnera.

29 avr. 2020

La musique de Satie est tellement belle… Je suis un peut de la même paroisse. La musique en mer complète la navigation et procure des moments de rare bonheur. Ce qu’il y a de plus noble dans l’homme, communier dans la beauté de la création.

Pour ma part c’est le n°2 de Rach

16 mai 2020

On peut penser que DomNomade a préféré prendre la barre en main plutôt que le pinceau...😉
Bonne journée à tous !

16 mai 202016 juin 2020

Ah ... pas encore mais ça ne va pas tarder. J’ai une toile commencée mais comment dire ...mon regard est attiré un peu ailleurs.

Au bout de ce petit chemin entre Vannes et Séné ... les eaux du Golfe ... alors comment résister pinceaux à la main.
Mais il sera sans doute - une fois fini - le témoin de mes dernières balades pédestres période confinement. J’aimais bien l’idée portée par ces chênes têtards aux branches noueuses et tortueuses qui pourraient évoquer quelque monstre étrange... sans pour autant partir dans quelque délire surréaliste ... le monde réel nous offre assez par lui-même ... suffit de regarder par ses yeux-de-dedans ....
Rha la vache ce confinement m’aurait-il fait virer mystique?

Meuh non ...
Mais j’y reviendrai ... plus tard ...mon petit Nono ( Nomade) s’impatiente.

30 oct. 2020

Bon et bien ... c'est reparti , renvoyez la toile d'une autre manière !!

La dernière toile du confinement V1 était restée inachevée, pour cause déconfinement et re-navigation avec renvoi de ... toile.
Va falloir la terminer au confinement V2 .
Puis d'autres à venir ...( des toiles, pas des confinements ....hé, ho !)
Chevalet en place, toiles neuves, quelques pinceaux neufs et 2 ou 3 tubes ( un joli bleu outremer, tiens, tant qu'à être confiné loin de ces outremers qui nous fascinent!)

02 nov. 2020

En bref, confiner les voiles fait hisser de la toile !
;-)
Merci, nous attendons avec patience la suite !

30 oct. 2020

Bonsoir à toi DomNomade, et à tous également !
Un autre plaisirs évidemment, mais que tu peux partager plus facilement sur ce forum.😉

30 oct. 2020

Bonjour DomNomade
Je découvre le fil.
Je suis désespérément émerveillé par les peintres capables de créer tant de couleurs, et sachant en faire un tableau magnifique.

Quelques questions.
Combien de temps (années) entre les premiers et derniers tableaux présentés? Car je trouve que ta technique s'est très améliorée, en particulier dans le rendu des ciels et la finesse des détails.

Je verrais bien une ou deux de tes toiles sur mes murs!

30 oct. 2020

Ah te revoilou DomNomade, régale nous de tes toiles et de tes commentaires super intéressants.😉

30 oct. 2020

Hâte de découvrir tes nouvelles toiles !

30 oct. 2020

Bon ce n'est pas une nouvelle, mais j'ai de la réserve aussi dans les anciennes pour alimenter la thématique.
Pour démarrer notre confinement allons faire un tour virtuel et sans attestation, dans le Golfe du Morbihan avec cette sorte d'allégorie de la carte marine qui invite au voyage ou bien comme ici à la simple ballade dans notre "petite-mer ( mor = mer, bihan = petite)

01 nov. 2020

Dom, merci pour avoir relancé le fil et le partage de tes toiles !

02 nov. 2020

Désolé, je n'avais pas vu ce fil !
Très sympathiques tes créations !
Bravo !

02 nov. 202002 nov. 2020

Je réponds à quelques questions posées:
( je prends la précaution de dire en préambule que ce que j'énonce est le fruit de mon expérience personnelle - je n'ai pas fait d'école d'art et on pourrait sans doute me contredire - mais pas forcément parole d'évangile, et d'ailleurs y en a-t-il une en matière d'art ? J'ose espérer que non sinon l'art serait devenu statique depuis bien longtemps)

@PHIL_972= sur le choix du point d'or par rapport aux quatre possibles dans la surface de la toile:
En fait le choix que je fais va dépendre du sujet, s'agit-il de poser une ligne d'horizon dans une marine avec un objet ou une intersection remarquable sur l'axe vertical, par exemple, ou bien d'un tout autre thème. A partir de là, c'est "l'intention de l'artiste" qui choisira où il veut conduire le regard du spectateur.

Un exemple avec le tableau en photo ci-jointe que j'ai intitulé "L'appel" ( sous entendu "du large")
Cet appel est symbolisé par la lune dans ce ciel de clair de lune avec ses scintillements sur la mer que nous ici voileux affectionnons particulièrement. La lune - objet intentionnel d'attraction du regard, est placée sur un point d'or qui donne cet équilibre géométrique (voir la littérature sur le point d'or, ya pléthore).
Pour le reste, je suis parti d'un paysage en lumière tout à fait banale pris en photo de jour ( l'isthme de Penthièvre à l'entrée du la presqu'ile de Quiberon, le petit chemin qui longe la côte côté baie qui m'a juste servi de base de départ, mais pas véritablement dans le but de reproduire ce paysage, puis j'ai "inventé" cette lumière de clair de lune et la palette qui en découle pour créer une ambiance qui sert l'émotion de cet appel du large, avec ce chemin qui semble nous y emmener. (J'espère avoir adressé cette intention.
En gros, de ce paysage peint, il n'y a que très peu de réalité du paysage initial.

Ceci n'a rien d'une règle absolue. D'autres peintres dans d'autres styles ne s'attacheront peut-être pas du tout à cette notion de nombre d'or mais à d'autres "intentions esthétiques" et c'est tant mieux.

@Polmar: sur le nombre d'années entre mes premières toiles et actuellement.
J'ai commencé vers 1992 par l'aquarelle , puis l'huile en autodidacte - mais c'étaient alors des croûtes pas bien réussies jusqu'à ce que le hasard me fasse rencontrer un peintre aux alentours de 1995 chez qui j'ai passé l'essentiel de mes samedis après_midi pendant quelques années, à tout apprendre, en recommençant par les bases, dessins perspectives anatomie estompage etc, puis un jour on reprend les pinceaux, et ce ne fut jamais des cours didactiques mais du travail dans son atelier sous sa gouverne, en commençant par copier les toiles de maîtres, excellent apprentissage.
Il y a en matière d'art des choses qu'on n'invente pas soi-même, il faut une initiation, en peinture ou musique c'est assez incontournable ou alors c'est que l'artiste a été touché par la grâce du talent pur ?
Un peu comme quand on apprend à naviguer et maîtriser un bateau auprès d'une personne compétente et non pas par une école, ce fut parfois l'apprentissage non pas didactique mais par le geste,il lui arrivait de prendre ma place, prendre mon pinceau et refaire par exemple un de ces grains de raisin de ces incontournables natures mortes où la précision est essentielle, le grain de raisin me sautait à la figure, et j'avais compris le geste du "maître".
Ce mode d'apprentissage que je dirais "fusionnel" m'a énormément servi.
Puis j'ai commencé" m'affronter au regard du public en participant aux salons d'automne en région parisienne entre 1997 et 2005 grosso modo, où parfois j'avais quelques toiles étaient acceptées par le jury, et où j'en ai vendues quelques unes.
Après cela j'ai eu des périodes de peinture intensive, puis des très longues périodes sans ... mais j'ai l'impression que c'est un peu comme le vélo, on ne perd pas. Contrairement à la musique, où la non pratique d'un instrument demande un re(-travail énorme pour retrouver sa capacité de jouer.

02 nov. 2020

Merci pour toutes ces explications passionnantes.
j'adore l'atmosphère qui se dégage de ta toile avec la lune, c'est magnifique.👍

02 nov. 2020

Oh que j'aime ce tableau...

02 nov. 2020

Merci, je m'endormirai encore une fois un peu moins ignorant ce soir.

02 nov. 2020

Magnifiques peintures , bravo, c'est un bonheur à regarder ...Moutik !

02 nov. 2020

Merci pour ta réponse.
Ton maître qui t'a pris ton pinceau de la main me rappelle une aventure similaire.
Un des dessinateurs industriels de mon service était aussi artiste peintre et donnait des cours.
Un jour, lors d'une promenade, je tombe dessus en train de donner un cours en extérieur.
Une des participantes se battait avec les détails des arbres à dessiner alors que la toile était loin d'être avancée.
Le professeur annonça que ce n'était pas cela, ce qui était vrai. Il pris le plus gros pinceau de la dame et commença à étaler du vert à grands traits.
Et brusquement le paysage était sur la toile!

Admiration!!!

05 nov. 202005 nov. 2020

Comme un fou ...Ah l'émerveillement des fous de bassan que l'on rencontre souvent en mer, n'est-ce pas?
J'avais voulu aborder ça dans une toile.

Dans les thèmes de peintures marines le sujets sont parfois difficiles à aborder car l'aspect fugitif de la mer en mouvement est très compliqué à rendre,
Peindre une vague, en tout cas dans mon expérience et dans les tentatives, revêt un mélange d'abstrait et de réalisme, cela demande un niveau de technique que je ne suis pas toujours sûr d'avoir.
- abstrait car les formes elles-mêmes dans la technique pour les aborder sont vraiment abstraites contrairement à un arbre par exemple qui a des formes rationnelles ou ... rationalisables..
-réalisme car derrière cette abstraction, il faut que le rendu final ressemble vraiment à une vague crédible, avec son mouvement, sa dynamique, ses couleurs.
Bref, là j'en bave souvent.

Dans l'exemple ci-joint javais voulu évoquer à la fois la beauté des fous de bassan et la folie de ces oiseaux qui jouent avec les vagues d'une manière tellement magnifique.
J'ai donc imaginé ce fou en vol et je l'ai placé dans le contexte d'une vague pour renforcer le sentiment de "folie".

J'ai intitulé cette toile "Comme un fou"
Je dois avouer que je suis toujours resté un peu sur ma faim sur cette création.
Quelque chose qui manque mais que je ne sais pas bien définir.

L'art est difficile et exigeant ... il faut parfois admettre qu'on n'arrive pas exactement à ce qu'on imaginait au départ. C'est aussi un message à passer ...

05 nov. 2020

T'es huiles sont très belles
Bravo, Dom ! 👍

05 nov. 2020

Ton Fou est superbe!!!

05 nov. 202005 nov. 2020

Merci Dom nomade de faire vivre ce fil passionnant.
Je te fais part de ma petite observation de béotien.
Si j’ai bien compris, tu as voulu symboliser au travers de ta toile avec la lune « l’appel du large », et je suppose que c’est ce que tu ressens, mais personnellement je n’ai pas le même regard sur cette œuvre magnifique, pour moi elle symbolise plutôt une forme de sérénité, de beauté mystérieuse dont on ce demande ce qu’elle peut cacher. Toujours est-il que j’adore cette toile et l’atmosphère qui s’en dégage.
Concernant ta toile avec le fou de Bassan, je la regarde avec plus de froideur, disons qu’elle ne m’émeut pas, et je ne ressens pas du tout cette folie que tu as voulu exprimer, mais je serais bien incapable de dire ce qu’il aurait fallu faire pour que cette folie apparaisse. Surtout ne prends pas ombrage de ce que je viens d’écrire, ce n’est simplement que le ressenti d’un ignare en peinture qui voudrait bien être capable de faire la moitié de ce que tu fais, mais continu de nous instruite sur cet art difficile.😉

05 nov. 202005 nov. 2020

@BWV 988 ( les variations Goldberg de Bach ... n'est-ce pas?)

Oh tu sais, a chaque fois qu'on commence à s'exposer, quel que soit le genre artistique,( en musique aussi, tiens !!) il faut être prêt à tout entendre, et ne surtout pas en prendre ombrage des critiques sinon c'est pas la peine, on se fera du mal inutilement.
Les premières fois où j'ai eu des toiles acceptées par un jury d'un salon de peinture, à la fin des années 90, il m'arrivait de rester proche de mes 2 ou 3 toiles sans ne rien dire, et juste pour écouter les commentaires ... parfois sympathiques ... parfois bien moins.
Ne pas prendre ombrage de critiques participe aussi à nos progrès, comme en bien des disciplines même hors des domaines artistiques.

J'ai trouvé qu'ici en ces temps de confinement (V1 puis V2 !) il y avait matière à utiliser notre bon forum de voileux pour y proposer cette forme d'exposition dans la mesure où les thèmes marins font bonne partie de mes toiles.
Je n'en attends pas forcément de satisfecit ni d'éloges, mis il s'agit juste partager ça au même titre que d'autres partagent leurs photos, leurs videos ... Et qu'au moins si ça devait lever des polémiques elles pourraient être moins toxiques que certains sujets qui le sont parfois.
Donner à voir autre chose - comme chacun peut le faire sur ce forum - puisque nous sommes terriens forcés pour quelque temps.
Et là, particulièrement sur les sujets des peintures marines, les regards portés par les héossiens, même s'ils sont critiques, peuvent être intéressants.

Ici, sur le sujet de la vague ( qui fait l'objet d'un autre fil ces jours-ci) c'est l'opportunité de discuter à propos de la complexité d'une vague, élément essentiel de notre univers marin. Complexité dans bien des aspects y compris dans la difficulté à la représenter autrement qu'avec un appareil photo, qui lui-même d'ailleurs, a toujours cette propension à l'écraser quand on la photographie.

05 nov. 2020

Attention hein DomNomade, mon intervention n'avait rien d'une critique, c'est juste un ressenti, et je serais vraiment mortifié que tu l'aies interprétée autrement.😊

05 nov. 2020

Mais bien entendu, et je n'en fais aucune interprétation négative.

05 nov. 2020

Concernant "l'appel", la lune me montre un chemin, que je suis et arrive à l'océan, et là, c'est le large... 😌

05 nov. 202005 nov. 2020

Comme quoi on peut admirer une œuvre avec un ressenti différent. Alors peut-être que les pros regarde d'avantage l'aspect technique en occultant l'aspect émotionnel contrairement au vulgum-pecus qui, comme moi, qui n'entend rien à la technique.

25 nov. 2020

Bientôt à demi déconfinés ... avec un rayon de 20km notre joli Golfe du Morbihan - notre « petite mer » va redevenir accessible.

Je vous emmène au Logeo ... côté presqu’île de Rhuys.
Vous connaissez ?
Allez y donc vous faire une douzaine d’huîtres avec un petit verre de blanc face à ce tout petit port, voir cette belle lumière avec la marée basse qui découvre bateaux et parcs à huîtres et des jolies couleurs.

25 nov. 2020

Bonjour DomNomade,
pourrais tu, pendant notre "demi-confinement" nous faire profiter au moins à demi, de tes nouvelles créations à venir ?
merci !
;-)

25 nov. 202025 nov. 2020

Volontiers... celle en cours n’est pas tout à fait terminée mais je vais prendre le temps d’en montrer le cheminement ... je fais ça dès que possible ... je ne veux pas non plus trop occuper le forum avec ce sujet un peu hors cadre « voile » mais juste donner à voir et comprendre comment on peut porter un regard ... différent? ... sur les beautés qui nous entourent.
Car mine de rien c’est aussi un
des éléments qui ont construit la motivation du voileux que je suis devenu ... porter un regard différent sur la beauté du monde ... à ma manière mais qui demeure une contribution à ma motivation de marin.

25 nov. 2020

@"je ne veux pas non plus trop occuper le forum avec ce sujet un peu hors cadre « voile »"

On est en taverne, un bistrot donc, et dans un bistrot on peut donc discuter d'un peu de tout, et je m'associe à la demande d'Arzak.

25 nov. 202025 nov. 2020

Ambiance automnale accessible dans le cercle du kilomètre de confinement, je suis allé chercher l’inspiration auprès d’un petit étang à la périphérie de Vannes.
Faute de Golfe et d’eau salée on la fera eau douce ... et stagnante.

Ce petit étang de Lestreinig caché dans les bois derrière Séné ( pour les vannetais qui connaissent) a déjà le charme de sa légende autour de ses elfes venues des pays nordiques ( photo 1)

J’y suis d’abord allé à différents moments de la journée et de météo, donc de lumière, pour mieux m’en imprégnier.
(Photo 2 et 3)
Il faut choisir quel moment d’éclairage on va utiliser car ça change très vite et c’est toute la difficulté de la peinture de paysage.

Les arbres dans la lumière du matin sont éclairés rive droite pour y faire chanter un peu de chaleur dans les tons terre de sienne pendant que ceux dans l’ombre de la rive gauche qu’on mettra dans des tons sur une base de terre d’ombre brûlée associée a des touches de bleu viendront valider l’impression d’où vient la lumière du soleil.
Le premier plan avec cet arbre mort qui se noie dans l’eau en essayant de surnager, de survivre, apportera la touche d’émotion avec la symbolique du dérisoire de vos vies qui ont toutes une fin. ( mais non c’est pas triste, la beauté du monde en intègre ces infimes finalités).

Photos suivantes, au boulot.
Le dessin sommaire initial, un premier jus à l’acrylique pour poser les masses principales ( c’est ma technique)
J’ai posé le point de fuite de ma perspective devinez où sur la toile, ( pour ceux qui m’ont lu depuis le début).
Le premier travail à l’huile est sur le ciel dans lequel il faut essayer de montrer d’ou vient la lumière en la donnant plus sur le coté gauche des nuages.
Puis on travaille les détails, une fois posé la base huile des arbres de droite, on en travaille les volumes par touches de plus en plus précises au fur et à mesure qu’on s’approche du premier plan.
Pour le moment la surface vert tendre des lentilles d’eau est encore un aplat qu’il va falloir travailler par touches pour donner du réalisme et faire vibrer.
La validation de la sensation qu’il s’agit bien d’une surface d’eau est faite de la manière suivante:
- l’effet miroir des arbres du plan droit du tableau par répétition de leur couleur
- le morceau de ciel bleu plus prononcé au premier plsn
- l’echo symétrique de l’arbre mort
- et le debut d’apport des feuilles mortes dans des tons plus prononcés qui viennent vibrer depuis le tout premier plan jusque dans l’eau. Je renforce cette impression en marquant bien des feuilles mortes sur les zones dans l’eau par dessus le reflet dans l’eau des branches de l’arbre mort.

C’est pas encore fini.
Il reste encore a travailler les details, à faire vibrer encore plus la toile avec l’ajout de touches chaudes dans le premier plan, des jeux de touches complémentaires et des effets de reflets plus estompés dans les plans lointains pour donner la touche non pas de réalisme à proprement parler, mais de crédibilité et aussi de poésie.

Et puis au cours de mes pensées je me dis une chose.
Ma prochaine ballade en solitaire - après deux confinements cette fois je veux vraiment repartir et j’ai un peu décidé vers où - je pense que cette fois-ci je vais emmener à bord mon matos, ma boite chevalet ... auparavant je dissociais nav et peinture .... et pourquoi pas désormais,

Dom

25 nov. 202025 nov. 2020

L'automne nous donne des lumière rasantes, ton tableau nous les offres...merci.
Oh oui, prends un peu de matos et montre nous le rivage vu de la mer, et la mer, de la mer.

25 nov. 2020

Je suis peut-être complètement à côté de la plaque, mais j'ai le sentiment que tu as d'avantage cherché à t'inspirer de la photo n°2 (la plus lumineuse) plutôt que la n°1, je me trompe?

25 nov. 2020

En fait c’est la même photo mais avec un jeu de contraste et luminosité différente pour mieux mettre en evidence certains éléments. Ça aide car dans la situation actuelle du confinement l’heure de ballade me permet en gros d’aller sur le lieu, y passer quelques minutes et rentrer donc la mémoire du lieu, des détails, de la lumière reste fugitive.

16 jan. 2021

www.arte.tv[...]quetes/

Dom, j'ai pensé ton fil !

17 jan. 2021

J'ai vu sur le fil consacré à la lecture, une superbe vidéo postée par Kobaia à propos du peintre marin Yvon le Corre qui m'a fait penser à ton fil, et qui je pense, aura parfaitement sa place dans celui-ci.

17 jan. 2021
17 jan. 202117 jan. 2021

Merci à vous pour ces liens.vu
Ah William Turner et ses ciels de feu .... je me souviens avoir des Turner il y a longtemps à la National Gallery de Londres.
L'histoire raconte que Turner se serait fait attacher au mât d'un bateau un jour de tempête pour mieux en capter la puissance et la reproduire dans une toile "Vapeur dans une tempête de neige" de (1842) .... réalité ou légende ?

Friedrich et sa symbolique ....!!

Le passage sur Courbet illustre bien ce qui me semble une terrible difficulté dans la peinture marine: peindre une vague relève à la fois de l'abstrait et du réalisme.
L'abstrait car définir une forme propre à une vague est presque impossible, il faut lui trouver une dynamique
Et le réalisme car elle doit rester néanmoins une vague, crédible.
Un arbre, un paysage, se rationalisent dans l'exécution et on y ajoute l'émotion (si on y parvient)
Mais une vague reste irrationelle en tant que telle, mais doit être terriblement réelle au final.
Je crois que c'est ce qui me pose les plus grandes difficultés.

30 nov. 2021

Bonsoir tout le monde, quelles sont tes dernières œuvres que tu pourrais nous montrer DomNomade, et que ça te fasse plaisir aussi hein...😉

02 déc. 2021

Hello

Un paysage des coteaux dans la région de Pau, lumière de fin octobre.

03 déc. 2021

On ressent bien l'Automne, belle toile DomNomade...merci.

06 déc. 2021

belle toile, merci pour le partage

06 déc. 2021

Tu saisis la lumière d’une manière particulièrement sensuelle. Bravo pour ce beau tableau et un très grand merci pour le partage.

06 déc. 2021

Parmi tous ceux que tu nous a montré, c'est vraiment l'un de mes préférés. 👍

07 déc. 2021

Bonjour DomNomade,
Rien de nouveau sur le blog (Dylan reste au portant 🙂) ?
Pas de beaux boat trip en préparation ?
Bon vent !

25 juin 2022

Bonjour tout le monde !
Tu as bien une dernière œuvre à nous montrer DomNomade...😉

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

Souvenir d'été

  • 4.5 (89)

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

novembre 2021