Arrêté du 4 mars 2014 relatif aux modalités de délivrance par équivalence du certificat d'initiation nautique et du brevet de capitaine 200 voile

Cet arrêté vise à modifier l'arrêté du 5 juin 2013 relatif aux modalités de délivrance par équivalence du certificat d'initiation nautique et du brevet de capitaine 200 voile délivrés par le ministre chargé de la mer aux titulaires de certains titres de formation professionnelle délivrés par le ministre chargé des sports, afin d'y introduire la possibilité pour les titulaires des titres délivrés par le ministre chargé des sports d'obtenir un brevet de capitaine 200 voile restreint, à certaines conditions.

www.legifrance.gouv.fr[...]exte.do

Par ailleurs, la mission plaisance des affaires maritimes travaillent actuellement sur une instruction concernant le permis Capitaine 200 pour les Clubs Nautiques pratiquant des ballades en mer (Cf. interview du Chef de la mission plaisance H. Coasguen)

Pour résumer, l'objectif est de permettre un transport accessoire de passagers à une activité d'enseignement avec un chef de bord doté d'un brevet Jeunesse et Sports.

En revanche, dès lors qu'une club nautique ou une association souhaite diversifier ses activités et, proposer à titre d'activité principale l'embarquement de passagers, le Chef de bord devra être titulaire d'un brevet marine marchande.

la rédaction de la division 240 va également être simplifiée.

L'équipage
14 avr. 2014
14 avr. 2014

merci , mais je n'ai rien compris ....

tu peux faire plus simple ?

14 avr. 2014

bah non Alain, c'est normal, si c'est tordu et incompréhensible, ça justifie ces professions juridiques .... :jelaferme: :litjournal:

14 avr. 2014

Ce texte ouvre une passerelle pour les détenteurs d'un brevet jeunesse et sport d'obtenir le brevet de capitaine 200 voile (brevet marine marchande STCW).

14 avr. 201414 avr. 2014

"Ce texte ouvre une passerelle pour....." surtout restreindre encore plus l'espace de liberté existant en mer.

14 avr. 201414 avr. 2014

Tout est d'ailleurs écrit en début de l'arrêté :
"...cet arrêté vise à davantage encadrer juridiquement....."
Le problème des juristes est qu'ils créent souvent de lois alors que les intéressés ne leur ont rien demandé...

14 avr. 2014

Et pas l'inverse !?

14 avr. 2014

Bonjour, j ai peut être mal compris mais ça veut dire qu BÉES ou BPJEPS avec son module croisière peut avoir son C200 restreint en passant ces trois modules supplémentaires ?

14 avr. 201414 avr. 2014

Merci !
Un BE peut donc devenir Cap200 par équivalence, et pour sa validation doit faire 12 mois OU 6000 NM.
D'où vient ce "6000 NM" ?
Et pourquoi ne s'applique-t-il pas aux cap200 ?

14 avr. 2014

mais ça veut dire qu BÉES ou BPJEPS avec son module croisière peut avoir son C200 restreint en passant ces trois modules supplémentaires ?

Oui. Même un CQPAMV. Mais attention, c'est "restreint", c'est a dire:

"le brevet est restreint aux navires à voile d'une longueur de coque de moins de 12 mètres, ne transportant pas plus de 12 passagers et effectuant une navigation diurne à moins de 6 milles d'un abri."

D'un autre coté, les équivalences pour l'obtention du Cap200v a partir d'un BE ou BPJEPS, on CQPAMV, cette fois non restreint demandent entre autres les mêmes "modules validés" (module sécu, CRO ou CGO, médical I ou II). On peut dire que c'est un premier pas vers une validation complète du Cap200voile complet (non retreint)

14 avr. 2014

Çà me semble répondre au problème soulevé il y a peu :

www.vannes.maville.com[...]ctu.Htm

15 avr. 2014

Pas vraiment, puisque d'après l'article les animateurs n'ont aucun diplôme - ni BE, ni cap200. De plus, le C200 restreint dont il est question ne concerne que les navires à voile, donc pas les barques à moteur.

14 avr. 2014

Dans la marine marchande , on a plein de certificats , 10 modules à valider tous les ans , tous beaux les uns plus que les autres , à encadrer tellement c'est beau !
En attendant on ne peut plus mettre une barcasse à l'eau parce que c'est dangereux , on a quand même le certificat annuel ( on la regarde et c'est bon !)
Avec toute la sécurité que l'on nous impose , nos bateaux ne sont plus bons au bout de 25 ou 30 ans , mais bon on les revend et c'est les mêmes sous pavillon étranger qui viennent s'éclater chez nous ! (Ex Erica ,amoco etc ),
Un marin français est devenu trop cher , en tous cas sous son pavillon ,
alors voilà , des légisplaisances on en a eu , et voilà le résultat , avis à bon entendeur ! D'ailleurs je croyait qu'il était viré le marin de bac à sable .
Vive la France et sa réglementation , au moins ça donne envie de partir !

Michel

15 avr. 2014

Je veux bien entendre que la législation de la marine française ne donne pas un cadre permettant d'exercer le métier. D'autant qu'on ne parle ici que des brevets, après il faudra discuter de l'immatriculation au commerce des barques, des contrôles techniques, etc...
Je sais bien que le résultat est que (presque) tous les skippers travaillent au noir, sans assurance sociale ni RC.
On est d'accord que c'est une situation ubuesque dont la seule sortie par le haut est de travailler à l'étranger, sous statut étranger, sur des bateaux étrangers, en laissant les propriétaires de bateaux français se démerder.
Mais je ne crois pas que ce soit la faut de M. Legisplaisance...

15 avr. 2014

Et les écoles de voile "associatives" et leurs moniteurs autoproclamés sans B.E. elles devienner qui dans ce fatras?

15 avr. 2014

@Pascal11: cela fait bien longtemps que cela n'existe plus. Toute école de voile déclarée comme tel emploie au moins un moniteur fédéral, ou un CQPAMV, et un BPJEPS ou un BE pour chapeauter.
C'est la pleine saison de recrutement et les annonces fleurissent sur LE site de référence
www.agencevoile.fr[...]dex.php

15 avr. 2014

si si mes voisins de ponton dont les bateaux ont une belle barre rouge sur la GV ont inscrit dans le dos "moniteur" et pourtant ils n'ont aucun diplôme autre que celui délivré par leur structure.

15 avr. 201415 avr. 2014

??? A sètes?
??? Une barre rouge dans la GV?
Si c'est des Glénans que tu parles, tous les moniteurs ont un diplôme FFV Monitorat Fédéral de voile avec leur spécification: les "dériveur" font du dériveur, les cata font du cata, les "planches" encadrent la stages de planche et les croisiéristes font de la croisière). Leur diplômes sont délivrés par des formateurs eux même issu de la FFV. De toute façon c'est simple: tout moniteur voile en france a sa formation ecrite, formatée, évaluée OBLIGATOIREMENT issue du cursus de la FFV. Ce qui veut dire que ou que tu passe ton monitorat (aux Glénans, à l'UCPA ou dans toute structure associative) le contenu, l'évaluation et les conditions de délivrances sont strictement les mêmes.
Certains passent même la version un peu plus complète qui leur permet de devenir semi-pro (le CQPAMV qui leur permet d'être rémunéré durant les vacances scolaires) qui a termes deviendra le standard.
Le diplôme que tu passe dans une structure est reconnu dans toutes les autres structures (les écoles de voile Françaises).
Seul les écoles "privées", non associatives (les guides du grand Large, la Macif etc...) ont des salariés à l'année qui eux sont BE, BPJEPS ... (dont le pré-requis est aussi un monitorat fédéral)

15 avr. 2014

Tout ça, c'est du bruit pour rien. Le candidat est uniquement dispensé du module voile, qui ne représente qu'une petite partie du Cap 200.

Il lui faut passer le module Sécurité, un beau petit morceau pas triste, passer le CRO (à repasser tous les deux ans) et le module médical.

Et tout ça pour un diplôme restreint.

A mon avis, à oublier. Encore un truc inventé par des technocrates.

CaptainRV

15 avr. 2014

CRO (ou CGO) et médical 2 (ou 3), tous les 5 ans, pas 2.
Mais dans ce cas, il n'est pas restreint.
Si je comprend bien, il n'est restreint qu'avec le CRR (qu'on a tous) + le module sécurité (1 semaine de cours, on n'a pas passé le même?) + le médical 1 (~= secouriste de base).

15 avr. 2014

Je trouve que c'est une avancee vers le modele anglais. Je m'explique.

En angleterre, la rya n'a pas dissocie les fonctions de skipper et et d'enseignant. En fait etre formateur c'est une formation complementaire a etre skipper, ce qui est plutot logique quand on y pense. Quand on est skipper avec des potes ou autres qui ont jamais navigue on est formateur quelque part meme si on a pas les qualifications pour.

Sur le principe anglo saxon l experience est plus importante que le diplome. Avoir le yachtmaster ca ne veut pas dire que tu est un yachtmaster mais que tu peux commencer a bosser peut etre comme second pour le devenir. Un diplome dans le sprit anglosaxon c estune porte ouverte pas un aboutissement.

Ensuite a toi de voir si tu veux t'orienter vers le boulot de skipper, dans ce cas la il faut valider un certain nombre de milles, le stcw 95, visite medicale pour avoir l'autorisation commerciale de bosser comme skipper pro.
Ou tu decides que tu preferes l'enseignement et tu decides de passer le 'cruising instructor' qui permet d enseigner aux debutants. Bien sur pour ensiegner a un niveau plus eleve il faut un peu plus de formation ( etre 'yachtmaster instructor').
Au niveau de l'enseignement il y a egalement des divisions entre type de voilier: deriveur, 'keelboat' (quillard mais pas habitable style Sigma 8m ou Class 8) , habitable ou multicoque (ca c'est recent mais ca montre l'ouverture d'um pays pourtant pas porte traditionellement vers le cata ou tri).

Ou faire les 2 a la fois comme la plupart des skippers anglais que je connais.

Et oui c'est comme ca que ca se passe. J'ai fait tout ca (je ne suis pas alle jusqu au yachtmaster instructor qui est vraiment pousse et je n etais pas pret a m'investir pour avoir le niveau requis).

Tout ca pour dire que si en France on envisage de faire des passerelles entre les boulots de skipper et formateur meme si ce n'est certainement pas assez (restrictions de longueur), c'est plutot un pas dans la bonne direction, non?

15 avr. 2014

c'est plutot un pas dans la bonne direction, non?

Ouais bof. Pour avoir passé un BE (aujourdhui BPJEPS) puis un BPPV (aujourdhui Cap200voile), les deux formations sont à l'opposé l'une de l'autre surtout du fait d'être dépendantes de stuctures fondamentalement différentes (ministère J&Sports Vs. ministère de la mer) tant dans leur Histoire que dans leur approche.
Faire des passerelles ne seront que des ersatz. La juste chose serait de tout effacer et de tout ré-inventer, et là le modèle Anglo-saxon serait effectivement une bonne source à copier.

16 avr. 2014

Et ben justement si ces equivakences ont ete creees c'est que des personnes ont realisees que la separation complete comme ca se fait en france entre les metiers deskipper et formateur n'etait pas forcelent justifiee.

Alors bien sur si on est pas d'accord avec quelque chose recommencer depuis le debut serait ideal, mais c'est illusoire. Et on peut aussi penser qu'un petit pas reel c'est mieux que rien du tout

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Coque de bateau

Souvenir d'été

  • 4.5 (84)

Coque de bateau

novembre 2021