Abandon Vincent Riou

Bonjour,
Vincent Riou vient d'abandonner le Vendée Globe suite à une collision avec un OFNI. Je suis bien triste pour lui. Ces collisions semblent très fréquentes en course et sont déjà la cause de 2 abandons dans le Vendée + la casse du foil d'Alex Thomson. Evidemment la vitesse est un facteur aggravant et les conséquences peuvent être dramatiques à 20, 25 ou 30 nœuds. Qu'en est-il pour les bateaux de croisières? Est-ce que la rencontre avec un OFNI est une vraie préoccupation pour les gens qui voyagent ou pas?

L'équipage
22 nov. 2016
22 nov. 2016

Je pense que comme la fin du message se termine en question il souhaite tout simplement parler d'autre choses que du VG ;)

22 nov. 2016

6 noeuds contre 20 noeuds. Ca doit faire une différence dans l'eau, non ?

23 nov. 2016

De mémoire, l'énergie cinétique est 1/2 m X V².
Donc un choc contre un OFNI "fixe" à 20 noeuds impose d'encaisser et de disperser plus de onze fois plus d'énergie qu'à 6 noeuds.

22 nov. 2016

,il y a eu un fil sur ce sujet ,ou je pronnais le confort en mer avec une
vitesse relative entre 6 et 9nds suivant la taille des voiliers par rapport aux luges inconfortables qui épuisent leur équipage .
à une époque j'ai eu en copro un uldb de 14m en alu qui maintenant navigue au guatemala avec mon ancien copropriétaire ,dès que l'on dépassait 10nds c'était un tambour et on faisait des sauts de carpe .
et j'avais la trouille de taper quelque chose
dans ces vitesses relatives même si on heurte un ofni on à peu de chances d'avoir une avarie importante .
les propriétaires de cata ou de tri pensent différremment ,mais quelle est leur moyenne sur un grand parcours par rapport à un mono je ne rentrerais pas dans la polémique ...
pour moi le voilier le plus rapide c'est celui qui n'épuise son équipage
et ou l'on est pas obligé de se déplacer à 4 pattes .
alain

23 nov. 2016

Si les coques sont fines ce qui est le cas de la plupart des tris et quelques rares catas, le confort malgré la vitesse est acceptable. L'horizontalité facilite encore plus les déplacements.

Mais ce n'est pas le sujet n'est ce pas......

23 nov. 2016

Les catas ne sont pas tous des luges. La plupart de ceux qui traversent ne naviguent pas beaucoup plus vite qu'un 40". Sur Mindelo Antilles l'écart est de un ou deux jours.

23 nov. 2016

Même à basse vitesse un OFNI peut faire mal. Surtout s'il touche un organe fragile, par exemple le safran suspendu des bateaux modernes.
Un container à fleur d'eau peut provoquer une voie d'eau surtout si on le frappe avec le côté de la coque.
Mais la rencontre avec un animal peut aussi faire des dégâts alors il vaut mieux ne pas y penser...

23 nov. 2016

Erendil est un cata rapide, mais en croisière, on dépasse très rarement les 10 nds.

Le problème des OFNI est une réalité. Le jour, on veille toujours, mais la nuit, c'est effectivement la loterie. Même en veillant attentivement, c'est quasi impossible de voir suffisamment tôt l'OFNI qui flotte à ras de l'eau.

J'ai déjà tapé des petits trucs, sans conséquence. Mais taper un truc qui ferait quelques centaines de kg et avec des coins un peu agressif fera assurément très mal.

Je me rappelle avoir eu très peur sur une fin de traversée. Nuit noire, entrée dans la grande passe de Porquerolles à de 11 - 12 nds. Content d'arriver. Bam, tape un casier, ZZZZ, le mat de la bouée frotte sous la nacelle. J'ai le moteur sur une chaise sous la nacelle, je me dit que si le mat de la bouée l'accroche, il y aura au moins un des deux qui va casser. Plop, le mat sort derrière et pars dans le sillage. Ce ne sera pas pour cette fois.

Jacques

23 nov. 201623 nov. 2016

c'est de nuit que c'est le plus stressant de passer sur un OFNI plus ou moins immergé

J'ai eu l'occasion de le vérifier entre Barcelone et Majorque, à 5 noeuds, ce n'a pas été un choc mais un bruit de raclage qui se déplace sous la coque.

Heureusement, pas d'accrochage de la quille, du speedo, de la chaise, de l'hélice ni du safran qui sont plus particulièrement vulnérables

Ca fait tout drôle, car ce que l'on a touché avait une grande inertie.

En plongée au mouillage, j'ai constaté un trace agressive sur plus de 6 mètres, les couches d'antifouling (d'une bonne dizaine d'année) ont sauté et le plastique était à nu voire légèrement rayé, sans doute une épave avec des angles métalliques agressifs

Un conteneur immergé ça doit faire mal! mais se prendre une bache plastique de plusieurs m² ou un bout en nylon , ce n'est pas moins stressant et ça peut aussi faire des dégats

Pour ce qui est de PRB et Vincent:

c'est pas la mer, c'est pas le vent,

c'est pas le marin, c'est pas le bateau, c'est pas l'équipe,

c'est l'imprévu "aléatoire"...qui conduit à l'abandon

Le bateau et son skipper étaient au niveau des foilers.... dommage pour tous que les comparaisons ne puissent continuer ....

Il y a encore SMA en course pour suivre les perfos...

23 nov. 2016

il y plusieurs année de cela un copain c'est payé une bille de bois il doit son salut d'avoir pu et d'avoir eu l'idée de s'echouer sur la plage toute proche

23 nov. 2016

. J'ai vu récemment un reportage à la télé sur une course d'Imoca (si je me rappelle bien) entre les USA et la France. Plusieurs bateaux ont percuté des poissons lunes.
. Cet été, j'ai failli me prendre un cachalot, il m'a vu au dernier moment (moi aussi d'ailleurs), droit devant à moins de 15 mètres et a plongé; à 20 nœuds, c'était l'accident assuré.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (38)

novembre 2021