À Roscoff un plaisancier refuse de payer le remorquage au profit de la SNSM

À Roscoff un "plaisancier" refuse tout règlement, participation ou même un don pour le remorquage demandé par lui et opéré par la SNSM! Le voilier est cité dans l'article sous le nom de "Kairos".
Faute de vouloir s'acquitter de son dû espérons qu'il en retire une "belle publicité" méritée sur les pontons !

www.letelegramme.fr[...]520.php

L'équipage
06 juil. 2020
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
06 juil. 2020
-1

Probablement un plaisancier anglais. De l'autre côté du Channel, la RNLI apporte gratuitement son assistance. Il est vrai que là bas, tout ce qui flotte cotise (contre moins de 10% des plaisanciers de ce côté!), plus des facilités notamment en matière de legs. Conséquence : le budget de la RNLI est plus du double (si ma mémoire ne me trompe pas) de celui de notre SNSM qui apporte la même aide aux navigateurs.
Dans ce cas, on peut être certain que le CROSS a avisé le plaisancier que l'opération d'assistance n'était pas gratuite, comme il le fait toujours.
S'agit-il d'une incompréhension si le plaisancier étranger ne comprend pas le français (encore que le CROSS a du communiquer en anglais (pas toujours très "fluent"!!)). Quant à l'équipage de la SNSM, il ne maîtrise peut être pas du tout l'anglais).Si on est optimiste sur la nature humain, on peut penser qu'il s'agit d'une incompréhension. Si on est moins optimiste, parions sur une incompréhension des différences culturelles. Si on est tout à fait pessimiste, on peut classer ce plaisancier dans les quelques pour cent d'irrécupérables... ou peut être un brexiteur forcené.

06 juil. 2020
1

quelques soient les motivations de ce plaisancier il est inconcevable de ne pas participer au financement de ceux qui viennent en aide bénévolement aux personnes dans la galère.
Ce type de comportement est à fustiger avec force.
Bonne nav à tous. Même à lui.

06 juil. 2020
0

Incompréhension, j'en doute.
"... et après négociation, poursuivie ce dimanche 5 juillet, ne veut même pas faire un don à la SNSM de Roscoff"
Un plaisancier qui refuse obstinément toute forme de dédommagement.

06 juil. 2020
0

Honte à lui ! Pourquoi ne pas le nommer ??? Pour lui éviter la honte ?

06 juil. 2020
3

Différence culturelle entre le monde anglo-saxon et le notre? Chez eux une institution financée par l’impôt a interdiction de faire payer ses services aux contribuables. C’est pas forcément mieux et beaucoup d’´organismes sont financés par des dons lorsque l’état s’en désintéresse.
Chez nous on attend tout de l’Etat mais on veut rien payer pour; c’est donc le joyeux mélange des genres parfois injustifiable. La Snsm en pâtit avec un financement mixte insuffisant. Vu le nombre de plaisanciers il suffirait de récolter de quoi financer son activité à travers la taxe de francisation. Personnellement je contribue volontairement chaque année mais cela devrait être obligatoire vu la mentalité de base.

06 juil. 2020
12

En France nous avons....la vedette des affaires maritimes, celle des douanes, celle de la gendarmerie maritime, celle de la SNSM, sans compter le semi rigide des pompiers!! Il y aurait sans doute moyens de faire des économies et de participer ainsi au moyen de sauvetage. Au USA il n’y a que les CoastGuards et en Angleterre la RNLI et l’armée.

06 juil. 2020
2

En Angleterre la RNLI ne fait que du sauvetage, les autres administrations existent comme en France...C'est juste une SNSM et elle reçoit aussi des dons (urnes partout et vente de goodies)
Quant aux US coast guard, c'est pratiquement l'équivalent de la gard et nationale, c'est une force supérieure à la Marine Nationale française (porte avion et sous-marin en moins) mais la richesse du pays n'a rien à voir...
En ce moment, si nous avions un corps des coast guard européen, il y a fort à parier que la majorité de ses moyens seraient en Grèce et en Sicile.

06 juil. 202006 juil. 2020
3

La RNLI ne reçoit que des dons, elle n'est pas financée par l’impôt. La particularité de cette institution, c'est le bouclage du budget. Quand les dons ne suffisent pas, la Reine y va de sa poche privée pour équilibrer les comptes.

Et si les interventions humaines ou matérielles ne sont pas facturées, il est dans les us de faire un don quand on en profite.

06 juil. 2020
0

Meme s'il est britanique, cela n'explique rien.
S'il cotise auprès d'un organisme pour le sauvetage en mer, ce n'est certainement pas la SNSM qui reçoit les sous !

06 juil. 2020
7

Il faut admettre qu’hélas , même sur un bateau , l’être humain de base reste toujours un être humain , c à d qu’il n’en devient pas pour autant un gentleman.
Nombre de fois ou j’ai prêté assistance, toujours Gracieusement, à des plaisanciers en difficultés (mécanique , mouillage, remorquage..) , et qui une fois le pb résolu , n’avait qu’une hâte , c’était de nous voir partir...
La mer est truffée de ploucs , comme sur terre, et le drame c’est qu’ils sont difficiles a repérer.
On pourrait se dire , les propriétaires sont d’une classe supérieure auX locataires , et bien non , même pas.
Alors il reste à faire le gros dos et continuer à aider, car il y en a quelques uns de sympa qui valent le détour.
Je dois cependant avouer qu’en fonction de la manière d’être interpelé, il m’est arrivé de jouer au parfait idiot , incapable de manier un tournevis, et de passer chemin.

06 juil. 2020
6

Peut-être pense-t-il que son assurance va payer directement la SNSM ? Ce n’est pas la pratique habituelle en France, mais ça ne serait pas illogique d’un certain point de vue.
On ne sais pas à combien se monte la facture, mais tout le monde ne peut pas sortir cash quelques centaines ou milliers d’euros.

06 juil. 2020
22

Accusé levez vous, le tribunal hisse et oh a prononcé la sentence vous etes coupable!
une milice sillonne déjà les pontons, on va lui régler son compte.
trois lignes sur un torchon et voilà votre réputation faite.
la semaine dernière cette meme milice cherchait déjà un melody en délit de fuite après avoir coulé un caseyeur... quid du délit de fuite??
ne vous cachez pas derrière l'erreur du journaliste, ils en font beaucoup et c'est bien vous qui avez décidé de relayer et d'alplifier ces infos de merde.
je n'y vois aucun intéret, rien à en tirer ça reflète juste qqs mauavais sentiments.
faudra qu'un jour il y en a un qui porte plainte.

06 juil. 2020
-20

Senetosa, si vous "n'y voyez aucun intérêt", c'est votre avis et votre problème, pour le reste vous n'êtes pas habilité à juger de ce qui est convenable d'apparaître ou non sur ce forum! Quant aux "mauvais sentiments" que vous évoquez, ce serait une "projection" que je n'en serais aucunement surpris ! Une consultation peut-être ?🙄

06 juil. 2020
21

tu te permets de donner un avis sur quelque chose que tu ne connais pas et tu voudrais m'interdire de porter un avis sur des faits. et les faits c'est que justement vous les ignorez.
je constate effectivement que de plus en plus d'héonautes apprécient ce genre de posts ce qui explique probablement qu'une bonne partie des mecs d'expérience ne sont plus là.

06 juil. 202006 juil. 2020
-25

Apprenez à lire Senetosa, ça vous évitera de "tenter de noyer le poisson" par une réponse complètement à côté de la plaque !
Je persiste, si les sujets appréciés par une partie de plus en plus importante du forum ne vous conviennent pas, et bien vous savez ce qu'il vous reste à faire, ça vous évitera de pourrir le (s) fil et chacun s'en portera mieux 🙄

06 juil. 2020
2

Il y a qqs année j'ai vu un plaisancier genre grosse vedette tomber en panne de GO pres de Camaret avec mer legerement formée .Appel SNSM remorquage et en guise de remerciements leur demander l'adresse de leur assurance car dans la maneuvre ils avaient plié un chandelier. le patron de la SNSM n'a pas répondu
pour ma part je pense qu'on devrait payer un peu d'assurance pour couvrir les frais engagés pour les secours que ce soit en mer a la montagne ou tout autre accidents faisant intervenir toutes équipes de secours

06 juil. 2020
8

Hola Senetosa
Merci de ne pas faire l'amalgame entre ceux qui jugent trop rapidement et Heo...
Le tribunal Heo n'existe pas,que les choses soient claires...
Il y a aussi des personnes qui ne jugent pas,qui font la part des choses...ce n'est pas parcequ'elles ne s'expriment pas sur un sujet qu'elles n'existent pas...
Je suis entierement d'accord avec toi mais ne mets s'il te plaît pas tout le monde dans le même sac ...
Et dire que les mecs d'expérience sont partis c'est une chanson maintes et maintes fois entendue...
Le fait de juger un accident,un incident,une erreur,un fait sans y avoir jamais été présent ça n'est pas nouveau ici...
Je fréquente Heo depuis je ne sais combien de temps et j'ai souvent vu ce comportement...
Ce qui d'ailleurs se répète sur pleins d'autres forums...
Merci de faire la part des choses.
Cordialement

06 juil. 2020
7

Je dois être bête mais je comprends pas bien le concept de la SNSM. C'est une association, soit, avec des cotisants soit, mais qui facture aussi ses interventions (enfin pas toutes j'imagine), et qui au passage touche aussi des subventions. On est quand même pas très loin de la société privée, tout ça en se donnant une belle image d'association désintéressée et en touchant de l'argent publique. Alors au risque de choquer, moi ça me gêne un poil: j'imagine assez mal les restos du coeur apporter des repas aux sdf et dire à la fin : "ça fait 10€"

Bref, on peut aller assez loin comme ça : le sauveteur des plages qui facture la récupération d'un enfant, le pompier qui vient te sortir de ta voiture accidenté etc.

Donc pour moi, soit on a un service privé payant (et alors on peut faire jouer la concurrence et je veux bien moi aussi monter un petit business pour chercher les plaisanciers en difficulté à l'entrée du port), soit on a une assoc, soit enfin c'est un service de l'état comme les CRS sur les plages. Mais jouer sur tous les tableaux en même temps ça me semble assez malsain et forcément ça entraine de la confusion.

D'ailleurs ça coûte combien un remorquage SNSM? Et si je suis en difficulté et que j'ai pas les moyens de payer, elle va me laisser me fracasser sur les rochers la vedette SNSM ??

06 juil. 2020
3

Faut peut-être pas oublier que la vedette Snsm ça a un coût,et il faut mettre du gazoil dedans ,et payer l'entretien,et la place de port,etc...
Ça n'est pas tout à fait comme donner à manger à ceux qui sont dans le besoin...
Et puis ces mecs ils risquent leur vie parfois,et il y en a qui meurent noyés comme il n'y a pas si longtemps...
Si tu ne veux pas être remorqué tu te débrouilles seul voilà tout...
Le prix pour un simple remorquage c'est 1500 euros,un pote échoué à l'Almanarre a payé ça il y a quelques annees...
Lui était content de s'en être sorti,mais sa femme était folle de rage mais contre son mari qui aurait dû m'attendre avant d'appareiller...
Ainsi va la vie...

06 juil. 2020
2

James.Le prix que tu indiques de 1500€ comme s'il était forfaitaire n'est pas exact.Ce peut etre bien plus en fonction du temps passé.

06 juil. 2020
0

Ah je n'ai pas dit que c'était forfaitaire,c'était après l'avoir tiré du sable en deux temps trois mouvements(le bateau n'avait rien, était juste posé) un remorquage de la plage jusque à une crique du côté de la Tour Fondue .
Je n'en sais pas plus des tarifs...
En temps passé ou en distance je ne sais pas comment est fait le calcul ?

06 juil. 2020
0

Il me semble que c'est un tarif à l'heure..

06 juil. 202006 juil. 2020
5

Bonjour,

La SNSM facture le sauvetage du matériel (remorquage), mais pas le sauvetage des personnes.
Il y à quelques années, c'était environ 200 euros de l'heure pour le remorquage.

Et ça ne coûte rien si on est correctement assuré.

En plus des subventions, si tout le monde donnais quelque chose chaque année ou si c'était prélevé automatiquement quelque part cela serait peut être gratuit, mais comme ça n'est pas le cas (quel pourcentage de plaisanciers font un don annuel ? ) il faut bien qu'ils bouclent leur budget ...

0

7500 euros il y a quelques temps pour un remorquage et 5000 pris en charge par l'assurance

06 juil. 2020
3

De mémoire, les tarifs d'intervention hors sauvetage humain de la SNSM sont établis et soumis chaque année à la Cour des Comptes, ils varient avec un taux horaire selon moyen technique utilisé, du Zodiac à la vedette tous temps.

06 juil. 2020
0

600 euros de l'heure il y a qq années pour une grosse vedette SNSM à LR.

07 juil. 2020
4

A j'étais sûr que j'allais avoir des réponses un peu moralisatrices du style " Si t'es pas content t'as qu'à te débrouiller tout seul". Pas grave.

Je trouve juste que le concept de faire payer un sauvetage ou même une assistance est ethiquement malsain et peut amener à des dérives. Je préférerais un paiement par la communauté, donc sous forme d'impôt (ce qui est déjà le cas avec 20 % de subventions pour la SNSM). Mais c'est juste mon avis.

Je viens de regarder les comptes de la SNSM : les recettes de ces prestations facturées sont assez faibles en proportion de l'ensemble du financement de la SNSM: probablement dans les 15 % , ce qu'ils appellent pudiquement "autres produits" dans leurs recettes.

11

Bonjour,
Personnellement, je serai pour que chaque bateau cotise obligatoirement.
Une centaine d’euros/annuel par embarcation ne sera pas la mer à boire.
Je voue une admiration sans borne à ces personnes qui vont, parfois au péril de leur vie, sauver les nôtres.
La SNSM me prélève 10€/mois. Je ne m’en rends même pas compte.
Je regrette seulement que la majorité des interventions servent à aller chercher des marins en panne de carburant ou sortis par force 7 sans expérience.
Mais ce n’est que mon avis...
Bonne journée,
Patrice

07 juil. 2020
2

D accord avec un prélèvement qui rendrait gratuites les assistances
En revanche, pas le même prélèvement pour un 5m et un 35m???

07 juil. 2020
1

Intégré dans le DAFN et donc proportionnel à la taille du bateau. Ca me semblerait logique. Et peut être une majoration pour les loueurs professionnels qui sont des "utilisateurs" reguliers de ces interventions de la SNSM.

07 juil. 2020
7

@Morbleau;

le concept SNSM est simple:
-sauvetage gratuit des personnes
-remorquages payants

Tu devrais facilement comprendre le concept, car sur la route c'est exactement la même chose:
-sauvetage gratuit des personnes par les pompiers
-remorquage / évacuation des véhicules payants par des professionnels du

dépannage

Le tarif du remorquage en mer, que ce soit par la SNSM ou des privés, est facturé à l'heure et en fonction du bateau utilisé pour le remorquage.
Il y a une différence entre un jet-ski qui peut être tracté par un semi-rigide et un gros catamaran
;-)
Un semi-rigide et une vedette tous temps ne coutent pas la même somme à l'achat tout comme à l'entretien.

A chacun ensuite de se tourner vers son assurance pour tenter de se faire rembourser les sommes payées pour le remorquage.

07 juil. 2020
11

il me semble qu'il vaut mieux que le remorquage soit payant pour responsabiliser les plaisanciers sinon la SNSM va être en permanence sur l'eau pour tout et n'importe quoi ...

07 juil. 2020
15

le propriétaire en cause a posté un commentaire sous l'article :

pour le dossier: par le propriétaire de KAIROS.

j'étais très heureux de recevoir de l'aide lorsque mon moteur est tombé en panne. l'échec était dû à une surchauffe après avoir aidé quelqu'un d'autre qui était coincé dans la rivière à 5 miles de là. cette personne s'est bien rendue au port parce que je lui ai donné mon hors-bord de rechange pour l'aider.

Je suis arrivé au port en naviguant sans moteur, mais j'ai dû être remorqué dans le port sur environ 500 mètres.

Je serais très heureux de faire un don de 100 euros, mais 400 euros pour une assistance de 15 minutes, c'est un peu trop. la langue barier a causé des problèmes de communication car je n'ai jamais dit que je ne voulais pas faire de don. mais bien sûr mon humeur a été gâchée lorsque le représentant du service de secours a dit: ne naviguez que le dimanche.

cette publication est très aigre.

-2

À django,
De prime abord, tu as raison.
Sauf que je vois à chaque sortie de tous petits bateaux à moteur partir à la pêche sans que leurs occupants ne portent le moindre gilet de sauvetage...
Je pense que ces embarcations sont bien plus « à risques ». D’ailleurs, cela se retrouve dans les statistiques, malheureusement.
Je suis aujourd’hui au Crouesty. Depuis ce matin, je vois sortir pas mal de bateaux, souvent petits. Je n’ai vu qu’un gilet jusqu’à maintenant.
Bonne journée,
Patrice

07 juil. 2020
0

Les "petits pêcheurs" ont souvent le gilet règlementaire au fond d'un coffre.
Ca doit être une tradition, car ils fond de même sur les lacs ou rivière, oubliant qu'ils portent souvent des cuissardes qui les empêcheront de nager s'ils tombent à l'eau...

Je pense que les associations de pêche ne font pas assez de sensibilisation sur le sujet.

07 juil. 2020
0

@Morbleu
Une association est bien une initiative privée.
Et ce n'est pas parce que beaucoup d'associations tournent pratiquement sans argent que toutes doivent faire de même, bien au contraire, car cela restreint pas mal les capacités et l'autonomie d'action.

La seule différence entre une association et une entreprise, c'est qu'elle doit a but non lucratif, et désintéressé.
Elle n'est pas censée faire de bénéfices, mais elle peut en faire. Elle est alors imposée dessus, comme une entreprise. Dans tous les cas, elle ne peut pas reverser ses bénéfices à ses membres (sauf à déclarer des salaires)

Elle peut être financée simultanément par des dons privés et publics, des cotisations, et même des ventes de produits et services !
L'activité d'assistance est donc bien un service (un peu particulier, et j'imagine que c'est propre à toutes les activités d'assistances, puisqu'elles sont réalisées dans commande formelle préalable), qui peut très bien être facturé.

Le vrai problème, pour moi, c'est pourquoi une assurance ne voudrait pas prendre en charge les frais d'assistance (ainsi que l'intégralité des dégâts liés)
Et évidement, il est impossible de se retourner contre l'auteur de l'assistance pour les dégâts qu'il peut causer, sauf à ce que l'on puisse prouver une infraction à des normes ou règlements. (bonne chance pour prouver une interdiction de plier un balcon lors d'une assistance)

07 juil. 2020
0

ne faut il pas facturer le déplacement d'un helicopter pour récuprer des alpinistes en tong sur
le Mont Blanc et les plaisanciers qui oublient de mettre du GO dans les réservoirs?????????
Ces sauveteurs prennent des GROS RISQUES en voulant nous sauver et parfois en nous dépannant

07 juil. 2020
1

Le fait de tomber en panne de GO au large devrait mettre en cause le skipper pour irresponsabilité et dans certains cas pour mise en danger de la vie d’autrui. Les conséquences pécuniaires remorquage et autres frais devraient être prises en charge par son assurance laquelle devrait être obligatoire pour ce type de garantie à l’instar de la conduite de véhicules terrestres. On pourrait y associer un bonus/malus. La SNSM et les services de l’état jy trouveraient leur compte et ça serait autant d’économies pour le contribuable.

07 juil. 202007 juil. 2020
14

Deuxième commentaire du voilier
www.letelegramme.fr[...]520.php
" Dans les eaux néerlandaises, nous aidons de nombreux marins internationaux (parmi lesquels des Français) en difficulté (moteur). (Gratuit) Pour cette raison, les Néerlandais donnent généreusement à notre service de secours volontaire. Je suis vraiment formidable pour l'aide, mais l'atmosphère de colère et de forcer à payer 400 euros alors que convenu à l'avance il n'y aurait aucun coût, c'est trop cher. J'aurais peut-être dû demander au capitaine du port de nous emmener en toute sécurité sur les 500 derniers mètres. Au fait, mon moteur est très bien entretenu. La cause de la surchauffe était un boulon cassé. À la maison, le mécanicien a indiqué qu'en 50 ans de carrière, il n'avait jamais vu ce problème spécifique.

s'il vous plaît la prochaine fois vérifier l'histoire avant de publier".

07 juil. 2020
-8

Il y a des règles en France et il faut s’y plier. Je ne vois pas pourquoi ils y auraient des exceptions parce qu’on n’est pas Français....
avoir un service gratuit à la maison n’est pas un argument et ne change rien au problème.
Juste une question de gros sous ...

07 juil. 2020
7

A ceux qui parlent de plaisanciers qui sortent en bateau sans gilet, quel est le rapport entre le gilet, le remorquage et les dons à la SNSM?
Ne pas tout mélanger svp ...

07 juil. 2020
0

En panne de moteur devant l'entrée d'un port (ça m'est arrivé deux fois, une fois au Crouesty, une fois aux Bas Sablons à Saint-Malo), la capitainerie m'a assisté avec leur barque d'accueil, gratuitement. Bien sûr, ce n'est pas la même chose que la SNSM.

07 juil. 2020
0

Le témoignage du plaisancier incriminé est assez parlant. Cela dit, il aurait pu payer les 100 euros qu'il estimait justifiés plutôt que de bouder et partir sans rien.

07 juil. 2020
11

Vous n'allez pas me croire mais il paraîtrait qu'il y ai aussi des incompétents et des sales cons dans les bénévoles de la snsm. Comme partout...

07 juil. 2020
3

Je suis étonné que ce plaisancier néerlandais puisse affirmer qu'il était "convenu à l'avance qu'il n'y aurait aucun coût". En cas d'assistance susceptible d'entraîner un remorquage, le CROSS précise toujours que ce sera payant.
400€ représente moins d'une heure d'intervention d'un canot tel que celui du Havre ou de Boulogne.
Quant à une intervention de la pilotine du port, généralement, elle n'est pas couverte par l'assurance en dehors du port et il est rare qu'elle sorte dans tous les cas. Une intervention d'assistance en dehors du port n'est pas dans son domaine d'intervention.

07 juil. 2020
3

Si le plaisancier a pris la remorque a 500 m du port, c'est choquant.

J'imagine un problème de compréhension que l'équipage de la SNSM aurait du prendre en compte.

D'autant plus, qu'il est facile de rentrer dans l'avant port de Roscoff à la voile.

Est ce que la vedette SNSM est sortie spécialement pour le remorquage?

07 juil. 2020
2

A ce stade et avec les informations disponibles, il me semble que la probabilité est élevée qu'il y ait eu un problème de communication.

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre.

(Bernard Werber)

Cette maxime se vérifie tous les jours ici, alors sur l'eau entre deux bateaux et avec une barrière de langue...

07 juil. 202007 juil. 2020
4

Comment et pourquoi une personne divulgue ce genre d'histoire à un journaliste. L'article est biaisé et partisan. C'est dommage, ce n'est pas de l'information.

07 juil. 2020
1

depuis quand les journalistes font de l'information.
Ils visent de l'audience et n'ont aucun scrupule a orienter leur articles pour vendre leur papier …

07 juil. 2020
-7

L’intervention est payante et la justification et les excuses ne changent rien à ce fait. Pourquoi ne pas accepter de payer. J’ai un profond respect pour la SNSM qui a des gros problèmes de financement alors pourquoi donner raison à ce plaisancier ? Le travail a été réalisé, il doit être payer dans les règles.
Il ne s’agit pas de l’état mais d’une association et il faut faire la différence même quand on a l’esprit frondeur...

07 juil. 2020
1

@ Viking, je sais pas trop s'ils rentraient au port de Roscoff ou à Bloscon... Complètement d'accord avec toi sur l'accessibilité à la voile... Mais pour l'avoir fait, je peux te dire que les adjoints du Shériff aiment pas et te le font vertement savoir!! ;-) Hors manoeuvre ferry bien entendu.
Cordialement
Jm

07 juil. 2020
1

Il est vrai qu’à port Bloscon ils sont assez à cheval sur les règlements

2

Ben moi j'espere ne jamais avoir a appeler la snsm ,parce qu un de mes amis les a appelé un jour et ils ne sont pas venus ,trop de vent et pas assez de fond ,pourtant a l'epoque on cotisait ,finalement c'est nous qui avons sauvé le bateau au peril de notre santé ,franchement soyez autonome c'est mieux que de compter sur les autres

1

Et puis vu le prix du remorquage moi j'ai pas les moyens de me faire sauver !

08 juil. 2020
5

Si tu te pose la question du prix c'est que tu n'as pas vraiment besoin d'être sauvé.

08 juil. 2020
3

Bjr,il semblerait que ce bateau ai squatté un mouillage dans un petit port tout proche de Roscoff et quand il s est agit de parler droit de mouillage ,la personne interpelée ne comprenait pas un mot de Francais. Décidemment auraient ils des oursins au fond du porte monnaie

08 juil. 2020
2

Normalement lorsqu'on appelle le cross pour demander un remorquage , il y a une conférence à trois , cross , snsm et personne ayant demandé le remorquage à propos du coût du remorquage envisagé.
Cette conférence à trois est enregistrée, tant qu'on n'a pas accès à cet enregistrement, on peut croire tout et son contraire.

08 juil. 2020
-8

Tout travail mérite salaire...
Le post concernant la lacération du zodiac SNSM fait écho à ce post pour lequel certains intervenants trouvent normal de ne pas payer les frais de remorquage....

09 juil. 2020
2

Cet article est lamentable. Parti pris et délation j’ai connu Le Télégramme plus pertinent...

Ceci étant dit la discussion qui s’en suit est intéressante. Je ne me suis jamais trop posé les questions qu’on devrait tous se poser sur les conditions de notre prise en charge en cas de recours au secours. J’étais persuadé que les assurances prenaient en charge le relai, point barre. A la lecture de certains posts il semblerait que ce soit un peu plus compliqué. Les questions suivantes me viennent à l’esprit:

  • Comment sont communiquées au plaisancier en difficulté les conditions de sa prise en charge. En pleine crise on lui fait un devis?

  • le corolaire: que fait-on si on a pas les moyens ou une assurance qui couvre la prestation?

  • le sauvetage est gratuit mais pas le remorquage. Si le plaisancier n’a pas les moyens on largue le bateau? Quid du risque pour les autres, l’environnement?

  • lorsque la communication est établie entre le cross, les moyens de secours et le plaisancier est que ce dernier a son mot à dire sur les moyens mis en œuvre?

En l’absence d’information, je comprends que sur le moment la présentation de la douloureuse puisse être difficile à digérer.

Ceux qui connaissent bien la procédure et les règles en la matière pourraient faire une mise au point.

Je vais aussi interroger mon assurance histoire de connaître leurs recommandations.

09 juil. 2020
3

Quand on a juste besoin d'un remorquage pas trop long, n'est ce pas mieux de simplement le demander aimablement au premier plaisancier qui passe ? J'ai déjà remorqué et été remorqué. Je ne vois pas la nécessité de la snsm dans ce cas de figure sauf si situation dangereuse. On peut souvent mouiller pour attendre.

10 juil. 2020
0

@PHILOVENT.
LOrs de l'appel au CROSS, celui ci indique dans ce cas que l'opération d'assistance est payante et demande l'accord. Mais à ce stade, personne n'est capable d'évaluer à l'avance la durée de l'intervention. Ce dialogue est enregistré.
C'est le CROSS qui définit les moyens qui seront mis en œuvre. En principe, l'assistance est incluse dans les contrats, mais on n'a pas toujours le contrat à bord pour vérifier et on n'est pas toujours dans les conditions de le faire.

@PIerre3: Je suis d'accord sur l'appel à un plaisancier à proximité de l'entrée du port, si on se trouve dans une zone où il y a du monde, ce qui n'est pas toujours le cas. J'ai été également remorqueur pour plusieurs DRagons que j'ai rentrés à la queue leu leu à DEauville il y a quelque 25 ans!

10 juil. 2020
2

Merci pour cette vision opérationnelle.

J’ai trouvé ce doc édité par la Direction Générale des Transports et de la mer qui explique bien les choses:

www.ecologique-solidaire.gouv.fr[...]Web.pdf

J’en conclu que pour être « serein » il faut faire le point avec son assurance et connaître sa couverture.

10 juil. 2020
0

Je ne pense pas que l'assistance soit incluse dans tous les contrats , en particulier dans les contrats aux tiers , il me semble qu'elle n'est jamais incluse.
Dans certains contrats , le remorquage est compris , moins, soit une somme forfaitaire , soit un pourcentage du coût du remorquage.
Contrairement aux contrats d'assurance auto , en général l'assurance ne fait pas souvent le tiers payant.
Le plaisancier doit payer la snsm et ensuite se faire rembourser par son assurance , la encore , ça dépend de l'assurance.
Il y a des cas plus compliqués , le gars qui loue un bateau , avec une caution, se fait remorquer par la snsm , le coût du remorquage est inférieur à la caution , il va négocier avec le loueur de récupérer la caution ( le chèque de caution étant de toute façon en bois) en s'engageant à régler directement la snsm, puis "oublier" de régler la snsm.
Ceux qui font de la location entre particuliers devraient faire très attention à la couverture en cas de remorquage par la snsm, ce remorquage peut être nécessaire suite à un problème mécanique sur le bateau loué , à un problème de santé du skipper , à un problème d'éthylisme du skipper...
En l'espèce , le skipper étant étranger , les gars de la snsm savaient que s'ils n'étaient pas payés immédiatement , ils ne le seraient très probablement jamais.
Un skipper n'a pas forcément de moyen de paiement , les belges par exemple n'ont plus de chèque.

10 juil. 2020
1

Si on est victime d'un malaise, qu'on appelle la SNSM mais qu'on refuse de quitter son bateau, est-ce un secours à la personne (gratuit) ou un remorquage (payant) ?

10 juil. 2020
0

@PHILOVENT.
Tu demandes si le plaisancier a le dernier mot lors d'un appel au cross.
Les choses ne sont pas si simples.
Tu te trouves en panne de moteur par mer calme , dans un endroit où tu peux mouiller et tu demandes assistance, tu auras le dernier mot , et refuser toute assistance.

Tu as lancé un mayday, la mer est démontée , il impossible de faire un hélitreuillage du ou des bipèdes sur le bateau , le cross va envoyer la snsm, sans te demander si tu paiera le remorquage , d'ailleurs , après avoir reçu le mayday , ils n'arrivent pas à te joindre , ou c'est un autre plaisancier ou un gars à terre qui les a prévenu d'avoir vu un chavirage depuis la cote.
Une fois sur place un transbordement des passagers du bateau vers la vedette de la snsm est impossible , par contre on peut passer une remorque, et remorquer le bateau jusqu'au port le plus proche, tu seras sauvé , ainsi que ton bateau...qui va payer le remorquage.

Autre situation pas si rare que ça .
Un plaisancier appelle le cross à 2h du matin , il est en panne de moteur et dérive dangereusement , il accepte de payer un remorquage .
Cing gars de la snsm sautent dans leur pantalon , appareillent du plus vite qu'ils peuvent , et arrivent à proximité du plaisancier qui leur indique qu'il a réussi à réparer le moteur et n'a plus besoin d'eux , ne veut plus de remorquage.....donc pas de facture.
La vedette va renter seule au port , les gars rentrer chez eux et essayer de reprendre leur nuit.

0

Tout à l'heure sur le 16 le cross demandait à un voilier dont le safran était pris dans un casier s'il avait une assurance remorquage

10 juil. 2020
2

Quelles que soient toutes les discussions préalables, il y a un geste qui conditionne tout. C'est la prise de la remorque.

Le bateau qui accepte l'aussière de remorque accepte de facto les conditions du remorquant, qui que ce soit.

Dans le cas idéal, en effet, on a discuté avec le Cross, avec la SNSM, RNLI ou autre société privée, et on connait les conditions. Au pire des cas, on accepte la remorque sans rien savoir.

Quand c'est possible, par VHF, la RNLI par exemple demande toujours "Acceptez-vous la remorque?" Si tu dis oui, tu acceptes tout ce qui est derrière.

Le choix est en tous cas du coté du bateau en difficulté, accepter ou pas la remorque.

10 juil. 2020
-1

Monoa "Si on est victime d'un malaise, qu'on appelle le CROSS avec un mayday mais qu'on refuse de quitter son bateau, il s'agit d'un secours à la personne.

S'il y a un hélitreuillage, le navigateur est secouru de force, si nécessaire. Le cas s'est produit il y a trois ans.

10 juil. 2020
1

@bernard1968
Je pense que c'est bien parce que la situation n'est pas simple que le flou entraîne des situations comme celle de l'article. En fait je trouve aberrant de devoir discuter en pleine intervention des secours de "qui prend quoi" en charge.
Je suis aussi dubitatif sur l'idée d'abandonner un bateau à la dérive ou qui pourrait s'échouer au prétexte que le propriétaire ne peut pas payer l'intervention. S'il y a un sur-accident (collision, pollution ...), qui est responsable?

Ne devrait-on pas bêtement imposer que la souscription d'une assurance qui couvre ces frais automatiquement? Mon assurance semble couvrir les frais de remorquage jusqu'à 5000€. Je vais essayer d'en savoir plus.

11 juil. 2020
0

Hubert, de Cherbourg, évoque le cas du safran pris dans un casier : va-t-on un jour définir la responsabilité des poseurs de casier, qui ne sont pas seulement des pièges à crustacés, mais aussi à safrans, hélices, etc.
Engins qui prolifèrent en saison à proximité immédiate de l'entrée des ports; pour approcher l'île d'Yeu en venant de l'Ouest par exemple, il est prudent d'emprunter la route suivie par le ferry de Fromentine.

11 juil. 2020
0

j'allais le dire, concernant les casiers...

11 juil. 2020
0

+1 Papy Zoom.Rien contre les casiers (j'en ai 2 qu'il m'arrive de mettre) mais on a l'impression qu'il n'y a aucune règlementation?Chacun les mets ou il veut dès lors que le coin est pechant,tant pis si c'est une entrée de port...

3

Un minimum serait le respect de la réglementation : présence d'un pavillon sur hampe lestée et interdire les bouts flottants.

12 juil. 2020
1

En Espagne,mon ami demande à la vhf si il y a un bateau qui peut le remorquer...... Un voilier français entend le message. Ce voilier appelle les secours espagnols. Ils envoient un hélicoptère....... La vedette de secours espagnol tracte le voilier de mon ami a Gerone.
De la il lui tombe une facture d'hélicoptère hallucinante. Commence une bataille judiciaire. Les mois passent. Le bateau est séquestré. Pour finir, mon ami vide le bateau complètement et leur laisse à l'état d'epave. Il doit toujours y être. Un voilier en acier jaune d'environ 11 mètres.

Souvenir d'été

  • 4.5 (168)

novembre 2021