à la recherche du Sterec 2 dérivant au milieu de l'atlantique (suite et peut-être fin)

re-bonjour à tous,
petit rappel de motivation des fils précédents :
si ce voilier n'est pas récupéré, les options ne sont pas vraiment satisfaisantes :
- il peut créer un danger de navigation
- il peut couler et polluer
- il peut aller à la côte, être vidé de son contenu et sa coque y moisir des dizaines d'années.

si ce voilier est localisé et récupéré les options sont plus plaisantes :
- il peut être récupéré au large par un autre équipage ou un pêcheur qui pourront en tirer un certain bénéfice auprès de la cie d'assurance ou du propriétaire, ou être gardé ou donné si il n'est pas réclamé.
- lorsqu'il se rapprochera des côtes sa localisation peut être transmise aux autorités compétentes pour qu'elles le récupèrent, le restituent à la cie d'assurance ou au propriétaire ou éventuellement le saisissent pour en tirer un certain bénéfice, ou en faire don à une association ou un club de voile.
(il faut penser que si le bateau est récupéré dans les eaux caraïbes ou sud-américaines les lois maritimes internationales ne vont pas forcément être respectées ...)

si vous voyez d'autres raisons ou contre-indications à récupérer ce bateau ... ou pas, n'hésitez pas à nous les faire connaître.
à ce jour la question étant : comment localiser ce voilier à la dérive ?

L'équipage
26 jan. 2020
26 jan. 202026 jan. 2020

petit résumé sur cette recherche du voilier Français Sterec 2, Gib Sea 38 DL.
1/ pas de trace de MMSI enregistré

2/ le cargo SUNDA (MMSI: 636017261) faisait route : Gibraltar => Santarem
à reçu le mayday le 09/01/2020 à 09:39:56 et s'est dérouté
position du sauvetage 17 09'00"N 37 24'00"W
à finalisé le sauvetage le 10/01/2020 à 12:45:02 et a repris sa route

le voilier Sterec 2, Gib Sea 38 DL. a eu à peu près ces conditions méteo
du 5 au 10 Janvier dans la zone naviguée, source www.ventusky.com[...] , il y a sans doute mieux
comme source mais cela nous donne une idée:
5/01 NE 17nds 2m
6/01 NE 17nds 2m30
7/01 NE 25nds 3m
8/01 ENE 18nds 3m30
9/01 E 20nds 3m70
10/01 E 18nds 3m30

pour estimer sa dérive après le sauvetage je me permet d'imaginer un pronostic:
du 10 au 25/01 tendance sur zone :
vent moyen ENE 10 à 20nds avec mer du vent et houle à lavement.
puis jusqu'à mi-février ça devrait rester dans ces conditions si il maintient sa dérive aux environs du 17°N
courant faible portant à l'ouest 0,2 à 0,4nds jusqu'a l'arc antillais.
on peut estimer que ce voilier tel qu'il est vu sur les photos du sauvetage, sans voile et avec fardage de ses superstructures,dérivera à l'ouest à une vitesse moyenne de un peu moins de 2nds soit environ 40NM/jours et pourrait arriver du côté de la Guadeloupe (point de sauvetage le 10/01 à 1400NM à l'est de la Guadeloupe) donc environ 35 à 40 jours de dérive soit en vue aux environs du 15 au 20 Février, à la grosse louche ...
disons qu'il devrait arriver entre Trinidad et Saint Martin la deuxième quinzaine de Février 2020 si il n'a pas coulé ou n'a pas été récupéré d'ici là !
il est bien évident que je peux complètement me planter ... ou non,
à vous pour d'autres estimations.

26 jan. 202026 jan. 2020

pourquoi 3 fils sur le même sujet ?
il n'y a pas de raisons pour que tu ais faux dans ton raisonnement, il est à la louche et on ne peut pas faire mieux;
et quelle est ta conclusion ? tu veux louer un bréguet atlantique pour le retrouver ? une aiguille dans une botte de foin ? ce voilier, forcément désemparé, si il a la sagesse de dériver vers une terre, sera récupéré, très éventuellement, par hasard ou pas du tout;
je ne vois pas comment cela peut se passer autrement

26 jan. 2020

Hello,
J'avais mal lu au départ, je croyais qu'il avait été abandonné plus au sud...
Ton scénario est tout à fait correct je crois, ce ne serait pas le premier voilier à venir s'échouer sur une plage (au mieux) d'une des îles de l'arc antillais.
Mais je ne vois pas, sauf à mobiliser de gros moyens, comment faire pour le localiser avant.

On peut imaginer que les propriétaires essaient de le récupérer de leur côté ?

26 jan. 2020

Bonjour. Je découvre ce nouveau post concernant ce bateau.
Je ne sais pas si vous aviez correctement lu mais ce bateau est aussi leur maison.
Car il n'ont plus rien à ce jour.
Je ne comprend pas cet acharnement à vouloir récupérer ce bateau pour le donner à un tiers.
Je ne vois pas ce qu'à fait de mal cette famille à part avoir perdu son bateau qui n'est autre que leur maison !!!
Avec toute cette énergie dépensée pour obtenir ses infos, il serait plus honorable et plus humain de votre part de les aider à retrouver leur bateau car oui il le cherche aussi et veule le récupérer.

26 jan. 2020

@Doudidou
Pourquoi toujours voir tout en noir? Quel est ton intérêt à ce jeu?

Puisque le bateau est leur maison, il y a intérêt à le retrouver avant qu’il ne soit piller. Sur Facebook et Twitter les proprios crient à l’aide. Qu’est ce fil sinon une tentative de les aider?

Une communauté comme Heo aura plus de chance de sortir du positif qu’eux tout seul. Déjà qu’ils pleurent parce que le consul de France ne les aide pas suffisamment!

26 jan. 2020

@ Doudidou : faut mettre le chien sur la piste ...

26 jan. 202026 jan. 2020

salut,
@Flora :oui au départ je supposais qu'il n'était pas loin des côtes brésiliennes, erreur de ma part, mais avec la position du sauvetage on suppose que le bateau devait venir des Canaries et n'en était qu'a la moitié de sa traversée directe Canaries-Antilles Françaises.
@Laurent le hareng : pourquoi 3 fils sur le même sujet ? parce que le deuxième fil commençait à être long et que les commentaires n'étaient plus vraiment centrés sur le sujet de fil, quand les fils deviennent long il est pratique et courant sur HéO d'ouvrir une suite.
"il faut mettre le chien sur la piste" je crois que le chien a été embauché par le centre spatial pour faire la promo des prochains vols spatiaux pour chiens (de luxe), par contre mettre des dauphins sur la piste des voiliers recherchés c'est une idée à développer !

26 jan. 2020

@Doudidou : faut lire ce post avant de dire n'importe quoi

26 jan. 2020

et la nasa avec ses satellites

Daniel

26 jan. 2020

Ce malheur souligne l'intérêt d'avoir un émetteur AIS alimenté par des panneaux solaires et qui peut continuer à émettre même après abandon du bateau si celui-ci n'a pas coulé ou subi des dégâts irrémédiables. Sur une transat, c'est un équipement archi-minimum, surtout si en plus on n'a que ça comme domicile.

26 jan. 2020

@Doudidou : relis bien l'intitulé et les explications de ce fil, il n'est pas question de gruger qui que ce soit, je comprend le côté affectif de tes interventions mais il faut bien que tes amis et toi-même se rendent compte que les choses ne se passent pas toujours comme on le désire, ce sont les évènements qui commandent, donc dans le cas de ce voilier à la dérive, la première chose à savoir est de pouvoir le localiser dans une certaine zone pour que les organismes compétents puissent lancer une alerte et un avis aux navigateurs sur zone et que ensuite si il est repéré et récupéré, la destination du voilier va surtout dépendre de qui le récupère, dans quelles conditions, dans quel pays, etc... il est donc intéressant de pouvoir influencer ces facteurs.

crois-en mon expérience, si tes amis désirent récupérer leur bateau à moindre frais et à moindre complications et au lieu de se plaindre que tout le monde leur en veut et personne ne les aide, ils seraient très avisés dès qu'ils leur est possible de participer aux recherches avec des gens qui en savent un peu sur le sujet et de s'intéresser à ce fil et aux nombreux sujets lancés sur les supports nautiques et forums anglo-saxons, espagnols, etc...

26 jan. 2020

Faut arrêter de fantasmer Quizas. Trouver ce bateau, c’est maintenant l’équivalent de trouver la proverbiale aiguille dans la botte de foin. Il y a une petite chance qu’il se fasse repérer juste avant de s’échouer quand il sera proche d’une côte ou d’une île.

26 jan. 2020

@Numawan : je n'en suis pas sur, un exemple : les bateaux sur cette zone estimée sont avisés qu'il y a un voilier à la dérive, ils voient au radar un écho pouvant correspondre à un voilier, écho sans correspondance AIS et ne paraissant pas se déplacer ... ils peuvent légèrement se dérouter ou du moins sortir les jumelles.
quant à l'intérêt de connaître sa position, il faut demander aux propriétaires ou aux assurances, perso si c'est mon bateau et qu'il n'est pas trop loin je tente de le récupérer.

26 jan. 2020

Ne serait-il pas possible de construire la polaire d'un voilier à la dérive ?
Est-ce que les voiles ont été affalées avant son abandon ? idem pour la barre : a-t-elle été amarrée avant l'abandon du navire ?

26 jan. 2020

il faudrait surtout savoir pourquoi il a été abandonné et dans quel état il était au moment de l'abandon

26 jan. 2020

Ceux qui ont lu tout ce qui précède et regardé les photos en ont déjà une certaine idée.

26 jan. 2020

@ matelot@19001 : et pourquoi tu ne fais pas état de ton idée ?

26 jan. 2020

Parce que je la garde pour moi, et que je ne souhaite pas relancer des discussions qui ont déjà rempli deux fils précédents. Ici on parle localisation.

26 jan. 2020

alors garde le pour toi; fais gaffe, parfois, ça reste sur l'estomac un si lourd secret ...

26 jan. 2020

Parce qu’il n’est pas votre secrétaire.

26 jan. 2020

d'après mes recherches il existe des programmes d'analyse d'images satellites destinés au repérage des bateaux en pêche dans zones interdites, transports de marchandises illicites dans des zones à risques, sans compté toutes les applications liées au renseignement civile et militaire. ces programmes sont capables de détecter des bateaux à partir d'une taille de 8m, vitesse et direction. il suffirait de rentrer des données de recherches telles que zone approx. de recherche, taille du bateau, vitesse et direction estimée de dérive, etc... pour pouvoir repérer un voilier de 12 m dérivant à environ 2nds et cap env. 270° dans zone approx. donnée.
peut-être un service à créer en collaboration avec les organisations gérant l'analyse d'images satellites, et peut-être même que ce service existe déjà et qu'il suffit de les contacter, de leur fournir les données plus ... quelques dollars.
si vous avez des infos dans ce sens, affaire à suivre.

27 jan. 2020

Oui il y avait eu un cas il y a plusieurs années (auquel j'ai très modestement participé): on rechercheait une épave disparue depuis un moment, un organisme avait donné des images satellitaires haute définition de la zone de recherche, il y avait un site collaboratif où on contrôlait "pixel par pixel" ces images, qui au fur et à mesure changeaient de code couleur, comme ça les participants voyaient les parties qui avaient été déjà analysées ou pas.
De mémoire, un travail colossal on y passait des heures et quand on dézoomait pour voir combien on avait contribué c'était très démotivant.
(De mémoire, c'étaient des australiens ou sudafricains qui chercheaient des amis dans une zone de l'Indien, mais je peux bien sûr me tromper, en tout cas un projet en langue anglaise)

27 jan. 2020

C'était peut-être ceci

blog.maxar.com[...]ingnina

27 jan. 202016 juin 2020

Il suffit en effet de revenir aux seules infos disponibles :

www.maritime-executive.com[...]tlantic

"On January 10, the crew of the geared bulker Sunda rescued a sailboat adrift in the mid-Atlantic. Captain Ivan Versic, along with his officers and crew, found and saved four people who were stranded aboard the boat due to an engine failure, according to vessel operator Seastar.

After learning of the sailboat's situation, the Sunda diverted to meet up and effect a rescue. "We made contact through VHF radio and found out that everything was fine with the crew, only they were tired. We agreed to delay the rescue for the next morning due to inclement weather. Shortly thereafter, we made the first visual contact with the boat, and we stayed nearby all night in case of an emergency," Capt. Versic told media.

...

With all four people (and one bulldog) safely aboard, the Sunda got under way once more, bound for Brazil. The yacht was left behind.

The Sunda offloaded her passengers at the port of Macapa, at the mouth of the Amazon."

C'est assez clair il me semble au vu des photos et des points soulignés : c'est un voilier en bon état apparent, avec un moteur en panne. L'équipage de 4 personnes + le chien ont voulu être débarqués parce qu'ils étaient fatigués. Ils ont été débarqués à Macapa, embouchure de l'Amazone.

27 jan. 2020

@ Flora : ça fait vraiment ch... qu'un si beau bateau ait été abandonné ... même si ils avaient, peut être, de très bonnes raisons ...

27 jan. 2020

Oui... difficile à comprendre. On sait bien que dans cette zone, tout ce qui flotte finit par arriver quelque part aux Antilles.

27 jan. 2020

hello
c est drole je pensais qu un voilier navigait a la voile
fatigues les pov cheris
faudrai ralentir voire arreter le conn.....es
comme quoi toutes ces suretes electroniques ne servent finalement qu a securiser une bande de pieds nickeles qui dans d autres temps seraient restes dans leurs penates 😍😍😍
en montagne c est la meme
revenons au Darwinisme

si t es pas bon tu retoune au biotope
loulou

27 jan. 2020

Là, pour le coup, je pense que l'électronique ne change pas grand chose à la donne (je peux me tromper, bien sûr, mais...).

Ceci dit, ça n'est pas le sujet de ce fil, et on ne va pas repartir à la dérive comme sur les deux précédents.

27 jan. 2020

Oui c est bien le cas. C est pour ça que les appels au cross ne concernaient pas un soucis moteur. Mais bel est bien un problème de barre bloquée puis réparée 2 fois sans un réel succès paraît il. Pour
Cela aussi que leur approche du cargo en plus des Mauvaise Condition aurait été compliqué.

27 jan. 2020

Sauf grosse erreur, il me semble que les voiliers abandonnés lors des années précédentes n'ont jamais été retrouvés.

27 jan. 2020

Un cas rigolo: Alex Thomson abandonne Hugo Boss en 2006 dans le Pacifique sud, l'épave est retrouvée 10 ans après en Patagonie

www.boatinternational.com[...]--29537

27 jan. 2020

V 35
ou peut-être que ceux qui ont retrouvé n'ont jamais rien dit...

27 jan. 2020

Sans présager du cas qui nous occupe ici...

Un équipage panique et abandonne un bateau qui était en tout objectivité en état de naviguer. Disons moteur en panne mais gréement, voile, gouvernail en état. Le bateau est assuré tout risque.

Est-ce que l'assurance va prendre en charge des opérations de recherches ? Va-t-elle indemniser les propriétaire après un certains délai considérant le voilier comme perdu ?

27 jan. 2020

Bonjour
Je viens de tomber sur vos postes.
Ben y a de tout du concret et ça bravo et part contre beaucoup de contre vérité et de l emballement.
Si je peux mettre ma pierre à l édifice et corriger qu'elle qu'es contre vérités.
J ai lu aussi l article de ce journal qui a declanché je pense les foudres de toutes et tous.
Alors après confirmation ce voilier a été abandonné après 3 appels au cross gris nez pour une avarie de barre. Et. On pour un probleme de moteur, qui lui était aussi le cas mais pas le Declanchelent. Et oui ils étaient effectivement fatigués après 9 à 10 jours si je ne m abuse de très mauvais temps non decelé p
ar les Instances météo et après des demandes au cross eux non plus n en savairnt pas plus.
Donc après je veux bien que les gens s emballent mais j ai lu des trucs pas très cool à leur sujet.
Dommage car le site a l air bien.
.

27 jan. 2020

"were stranded aboard the boat due to an engine failure" et "only they were tired"
écrit sur un site maritime. Cela semble clair.

Ils ne sont pas les premiers à abandonner un voilier au milieu de l'Atlantique parce qu'ils étaient fatigués.

Et surement pas les derniers.

Pour juger que la qualité du skipper et de l'équipage, vous noterez qu'au milieu de l'Atlantique, ils naviguaient avec leurs deux annexes GONFLEES après avoir rencontré des jours de mauvais temps !

27 jan. 2020

A parce qu un mec écris cas dans un journal C est la Sricte vérité et C est donc la vérité, pas de doute à l interprétation ni à un manque d infos supplémentaire.

En ce qui concerne les annexes ça je peux pas dire mais je sais que dans ces habitudes il le fait et la je ne vois pas en quoi Ca rentre dans le sujet. Et oui mauvais temps plus de 9 jours et pas de simples grains et toutes les.uits ça montait et je peux comprendre l état de fatigue après plusieurs nuits peut être sans dormir, perso je moins categorique que vous sur certain propos. C est fou tout de même les gens préfère se référer à un article qu à des expli actions je m en excuse pas complete sûrement mais plus proche de ce qu ils leur est arrivé en ayant eu leurs proches.

27 jan. 202027 jan. 2020

Maritime-executive .com est un site maritime qui n'est pas comparable à Voici ou Var Matin...

Tu écris "mauvais temps plus de 9 jours et pas de simples grains et toutes les.uits ça montait " et** tu trouves normal de naviguer avec ses annexes gonflées** ?

*L'Atlantique cela se mérite. *

27 jan. 2020

Peut être mais cha un est libre de navicuer comme bon lui sel le et puis sans savoir le pourquoi de la chose je vois pas la polémique.
À m est déjà arrivé de le faire et de tomber sous un grain j ai pas été la ra ger pour autant. En plus ça. Peut toujours servird en cas de soucis. Et peut être qu aussi qu ils l ont gonflé pour s en servir le cas echeant ça j en sais rien mais quid du sujet. Y en a bien qui ne mettent jamais de gilet ou ne s attachent jaimais C est pas pour autant une raison d un naufrage ou d un incident

27 jan. 202027 jan. 2020

Pour le truc de l'annexe gonflée, il est difficile de juger sans savoir. Peut-être l'on t-il gonflée en préventif au cas ou elle se serait avérée utile pour le transbordement sur le cargo. Alternativement, si j'ai une avarie qui pourrait occasioner une voie d'eau (du côté de la mèche de safran par ex. vu qu'on parle d'avarie de barre) je gonflerais l'annexe en préventif aussi, pas par 35 kts de vent bien entendu mais si le temps est gérable comme cela semble le cas sur les photos. On a (presque) tous un bib de survie mais on a je pense tous lu des cas ou le bib n'avait pas exactement la fiabilité qu'on aurait souhaité. Je me souviens que dans le cas de Dove 2 je m'étais agacé de l'abandon du bateau mais c'était sur base d'infos précises sur la situation, ici c'est encore trés vague.

27 jan. 2020

Je suis juste venu donnée quelques infos en ma possession et arrêter ce faut procès à charge à cause d un article de je ne sais quelle source et sans a oir été erifiée. Car je ne pense pas que. Eux qui étaient à bord aurait pu dire une connerie pareil. On n abandonné pas un voilier au large pour un soucis moteur. Surtout que je ne vois pas trop ces dernier paniquer pour ça. Proche des côtes qu on puisse paniqué je peux comprendre mais je l ai déjà vu le faire mouiller sans mettre le moteur si pas nécessaire. Alors svp essayez d être moins catégorique sur certaines charges. Merci pour eux car ils ne sont pas au mieux.

27 jan. 2020

la fatigue n'est pas une raison pour abandonner un voilier au milieu de l'atlantique; panne moteur et/ou gouvernail en rideau ? je vois que la (les) raison(s) de l'abandon du voilier ne sont toujours connue(s) ...

27 jan. 202027 jan. 2020

Les causes de l'abandon d'un bateau peuvent être une grande addition de facteurs qui pris un à un sont relativement bénins, je me souviens d'un article suite à l'interview du skipper de Kolibri, le Swann 44 S&S abandonné au large des Açores, il parlait notament d'oeufs écrasés au fond du cockpit (il avait eu une grosse tempête pendant plusieurs jours). Cela fait sourire, mais si ce petit facteur s'additionne à 19 autres facteurs relativement bénins si isolés, c'est difficile d'expliquer pourquoi on a abandonné un bateau à un journaliste sans avoir l'air ridicule, pourtant le fait est la limite de résistance de l'équipage était atteinte et l'hélico ou le cargo était la. Il y peut-être 80 ans des histoire comme Kolibi, Dove 2 ou ce bateau-ci ne seraient probablement pas arrivé car je pense que d'une manière générale la patience et la capacité de résilience des gens a tout simplement considérablement diminué em moyenne vu le confort de la vie moderne et l'habitude qu'on a d'être en permanence confronté à des choix qui étaient beaucoup moins nombreux et à porté de main avant. Choix de monter à bord d'un cargo, choix de divorcer d'un conjoint, choix de consommation, choix de changement de vie. Vu cette réalité moderne ou diable trouverait-on les habitudes de patience et de résilience pour faire le gros dos dans une situation difficile comme un bateau qui commencerait à merdouiller dans un temps pas génial et ça pendant pas mal de jours. Moi même je ne suis pas certains d'avoir cette patience et résilience, j'aurais appris ça ou ?? Quand ?? Le seul truc est que j'adore mais vraiment j'adore les bateaux et je sais qu'en abandonner un me serait trés trés difficile et aussi un énorme coup à mon amour propre de marin. Aussi je pense pouvoir me débrouiller si avarie de barre/safran (je veux dire dans ce type de zone ou tous les chemins (alizés/courant) mènent à Rome).

27 jan. 2020

Pierre - idem

27 jan. 2020

A nouveau hors sujet mais petit rappel de comment on fait lors d'une avarie de safran dans une zone ou on sait qu'on va de toutes façon toucher une côte dans un futur relativement facile à déterminer:

1/ prendre le mouillage (ancre).
2/ la laisser trainer derrière le bateau fixée à une patte d'oie qui peut par exemple être faite avec les écoutes de spi.
3/ reprende les extrémités de cette patte d'oie de part et d'autre du bateau à l'endroit ou celui-ci est le plus large (histoire d'avoir le plus de bras de levier possible). La il faut avoir 2 poulies simples (Ca au moins il faut prévoir d'avoir ces poulies à bord ou anneaux de friction). Ensuite reprendre les extrémités de ces bouts (écoute de spi par ex.) sur les winchs du cockpit.
4/ Pour aussurer une certaine stabilité directionelle au bateau ne pas utiliser la GV mais uniquement le(s) foc(s) (tangonné(s) par ex.)
5/ on reprend sa route avec une assez vague mais suffisante possibilité de le diriger mais toujours au portant. On fignole la direction en agissant sur la patte d'oie qui positionne l'ancre qu'on traîne comme on le souhaite à babord ou tribord du sillage.
6/ Ce n'est pas un truc théorique/inventé, un voilier Suisse a complété sa traversée de l'atlantique comme cela sur avarie de safran il y a qlq années, les types ont eu besoin d'un remorquage que sur les tout derniers miles de leur trajet. Voir aussi la demo sur Youtube (Swann S&S Chasseur) mais faite avec une ancre flottante qu'on pas toujours à bord.

27 jan. 2020

@pierre3, tu as tout à fait raison, une avarie de barre se gère, mais il faut la résilience dont tu parles dans ton post précédent...

27 jan. 2020

@ Pierre3 : avec tout le respect que je te dois, cette solution, pour l'avoir tester, ne fonctionne pas vraiment, la seule solution certaine est d'emporter un gouvernail de secours mais cela relève de la préparation à terre

27 jan. 2020

Si si ça marche très bien dans un v v récents 2 voiliers sun fizz ou le genre , un avec un seau métallique et le tangon en travers

27 jan. 2020

Si si ça marche très bien dans un v v récents 2 voiliers sun fizz ou le genre , un avec un seau métallique et le tangon en travers

27 jan. 202016 juin 2020

À afficher à la table à cartes ?

27 jan. 2020

Si je me souviens bien, ça c'est le montage que les Suisses auxquels je fait référence dans mon point 6/ ont utilisé. On voit le perfectionnement dans l'usage des pare-bats. De nouveau, on a des jours pour perfectionner le système à sa guise, chose qu'on n'a pas quand on fait un bref essais une après-midi lors d'une croisière.

27 jan. 2020

Je pense que j'avais trouvé le lien vers cette image ici sur H&O.

27 jan. 2020

Ça me paraît une installation bien compliquée. Je ne vois pas quel est l’interêt de la ‘rope bridle’ par exemple.

27 jan. 2020

Peut-être que sur le bateau de l'image il n'est pas possible d'accrocher au centre.

27 jan. 2020

A avoir à l'esprit en ayant réfléchit un peu "à l'avance" sur comment le mettre en oeuvre sur son bateau et avec le matériel disponible à bord.

Ps : si tu affiches à la table à carte tous les plans B, C, D potentiels pour toutes les avaries possibles, tu vas vite manquer de place.

27 jan. 202027 jan. 2020

Larent, tu veux dire aucune possibilité de direction du tout ? Si je suis dans les alizés du moment que le bateau zigzague dans un angle de 60 degrés je suis content, le but est simplement de progresser ver l'ouest autour de +/- 3 noeuds ou plus si gérable. On boit un peu moins d'eau à bord et c'est tout.

27 jan. 202027 jan. 2020

@ Pierre3 : toutes les techniques de safran de fortune que l'on peut imaginer et qui ont été essayées (tourmentin, mouillage, tangon + plancher vissé) donnent des résultats très peu efficaces; quand on fait du hauturier, il faut partir avec "ceinture et bretelles" et pas "bite et couteau"; pour avoir essayer par temps calme et mer plate, on arrive à faire plus ou moins des "trucs" mais ça ne marchera pas au long court; imaginez les efforts à reprendre sur un 38'? et même quelque soit le bateau; il faut déjà que le vent soit bien orienté ... et la vitesse obtenu va être 0.5nds, 1nd ? pour un voilier qui fait du 5nds moyen, ça veut dire que le voyage va durer 5 à 10 fois plus longtemps ? ce n'est plus le même voyage; on ne peut pas partir en se disant, si je pète mon safran, je ferai un safran de fortune, ce n'est pas sérieux; la seule solution, c'est le safran de secours;
et je parle même pas des efforts énormes que l'équipage doit fournir pour maintenir le voilier sur sa route avec un safran de fortune; faut être réaliste ...

27 jan. 2020

A propos de résilience, la vieille histoire de ce couple qui a dérivé pendant 40 jours en faisant -littéralement- des ronds dans l'eau car leur safran s'était bloqué sur un coté.
Contacts quotidiens avec les MRCC mais sans jamais vouloir déclarer l'état de détresse, finalement après 40 jour, sans plus d'électricité/eau, ils ont demandé à être évacués.
www.bymnews.com[...]ils.php

27 jan. 202027 jan. 2020

Oui, respect à ce couple. Le safran coincé d'un côté je vois diffilement pire situation si la cause du coinçage se situe sous l'eau. Dans tous les cas, sauf pour ceux qui régatent, avoir une trés solide collection d'outils à bord sur longs trajets.

27 jan. 2020

Pierre 3 à tout compris.

Il est possible de naviguer avec un voilier sans safran au moins entre 90 et 180° du vent.

Pour en savoir plus :

karibario.blogspot.com[...]il.html

Par ailleurs , jamais l'on ne doit JAMAIS naviguer à la voile avec une annexe gonflée ou tirée à l'arrière. Et encore moins au large...

Sur Gib Sea 38, ce n'était pas une mais DEUX qui étaient gonflées et bien saisies..

27 jan. 2020

On est dans une nouvelle ère. Il ne faut plus être marin pour partir en mer. Il faut un GPS cartographie, un téléphone, des fichiers Grib et un "tuto" youtube.

Et quand on a une panne électrique, quand la météo réelle n'est pas celle des Grib, quand on est fatigué, il reste le téléphone pour appeler à l'aide et engueuler "le pays" quand les secours ne sont pas assez rapides.

C'est ainsi. J'étais déjà vieux jeu dans les années '80 parce que mes modèles sont Jérôme Poncet, Loïc Fougeron, Robin Knox-Johnston, Slocum ou Moitessier. Alors aujourd'hui...

Je continue ma vie de marin vieux jeu en parallèle de cette nouvelle manière de vivre la mer. Je la vois, mais ne la comprends pas. Quant à la voir gérer une avarie de barre, faut pas trop leur demander!

29 jan. 2020

Malheureusement (ou heureusement ?) , cette tendance n'est pas propre à la voile. Quand un avion devant rapatrier de vacanciers sur 15.000 kms, pète un moteur se pose sans dommage sur l'aéroport le plus proche et qu'il ne faut "que" 24h pour envoyer un autre avion récupérer tout ce petit monde, ça hurle et ça fait les gros titres. Notre société veut parcourir le monde mais sans prendre plus de risque qu'en restant dans son canapé (et encore...)

27 jan. 2020

@micmarin, 👍

27 jan. 2020

Voila une des origines du schéma ci-dessus:

www.yachtingworld.com[...]l-69460

27 jan. 2020

Autre article, autre système, mais toujours la patience.

www.sailmagazine.com[...]-rudder

27 jan. 2020

Contre la fatigue qui fait prendre de mauvaises décisions, se rappeler Eric Tabarly lors de la transat anglaise sur Pen Duick VI.
Plus de pilote dans le mauvais temps, décision prise d'abandonner et de mettre la barre dessous.
Puis dodo.
Au réveil, reposé, il se dit que c'est trop bête de ne pas tenter de continuer.
Pour au final finir premier de la course.
Mais la compétence du marin était certainement supérieure à celle de l'équipage du voilier objet du fil de discussion.

Quand à la qualité de l'information du site de l'association, je trouve que donner comme exemple de déchets ramassés à l'épuisette un ballon gonflé me parait peu crédible. Alors, le reste?

27 jan. 2020

Re à quel moment il a été dit qu ils rallient at les secours n arri aient pas assez vite. C est fou les gens qui rajoutent âneries sur âneries. Ils ont juste gueuler et repondu à froid sur Tweeter que j ai lu que les autorités les lachaient car si ce que j ai compris de leur prochent que le cross leur aurait dit qu il n y aurait personne du condulat. Et ils se sont inquiété à cause des vaccins et du chien qu ils le saisissent. Rien d autre. Et il est toujours facile d elaborer des scenarios à terre. Et tout le monde n à pas toujours la solution surtout si la fatigue et la. Et en. E qui concerne le fait d être marin il ne navigue pas 3 fois dans l année comme beaucoup après j arrête je vois que ça ne sert à rien chacun à son apriori de la chose et il est impossible de faire cha ger les idées des gens. Voilà je voulais juste rétablir des vérités après il est toujours facile de refaire le film avec trois pseudos infos non vérifié et même moi je ne connais pas tout mais j en déduit pas des médisances.
Bonne Continuation.

27 jan. 2020

En bon français compréhensible ça donne quoi ? Because I'm wondering if you speak french or if your messages are translated on Google translate...

27 jan. 2020

Casparcas, arrête de pagayer, tu fais plus de tord à ces gens que de bien.
Ici, l'objet est d'essayer au minima de localiser leur bateau, pas de leur payer un billet d'avion retour.
Si tu as des idées, tu les suggères à Quizas. Sinon, tu restes en veille sur le 16.

27 jan. 202027 jan. 2020

@Casparcas : salut
as-tu vu le sujet de ce fil ? on recherche le bateau qui dérive, on ne cherche pas des noises à l'équipage, pour cela il y a le fil précédent, du coup le fil N°3 part également en brioche, c'est dur la vie sur HéO !

@Roberto : j'ai trouvé sur le net pas mal de gens qui ont développé des programmes pour analyser les images satellites, techniquement il n'est plus besoin de faire une analyse visuelle, en rentrant les bons paramètres ces programmes devraient détecter le bateau recherché, après c'est certainement une question de cout, ne serait-ce que pour avoir accès à la BDD des images sat. mais les grosses structures gouvernementales civiles ou militaires utilisent déjà cette technique pour détecter pêche furtive, pateras, trafics en tout genre et éventuellement le ministre de la mer Iranien en ballade sur son Dufour 2800 !

@Viking 35 : SI on en retrouve et tu pourras certainement nous conter l'histoire du jeune Açorien en route en solo pour l'Islande avec un alu de 45', en tempête et avarie grave au large de l'Irlande, abandon, puis bateau ramené 6 mois plus tard par un pêcheur Irlandais qui téléphone à l'Açorien : salut j'ai ton bateau il est dans mon garage vient le chercher c'est gratos, depuis ils sont potes !

27 jan. 202027 jan. 2020

En ce qui concerne l‘absence d agent consulaire, elle est condamnable c sur, il y a un consulat général à Belem , à vue de nez 400 kilomètres mais avec le delta au milieu ça ne doit pas être facile à rejoindre Macapa qui est plutôt plus près de la Guyane française

27 jan. 2020

Pardon un simple consul honoraire bénévole ...

29 jan. 2020

Les autorités consulaires font ce qu'elles peuvent. Peut-on les blâmer de ne pas avoir pu dépêcher quelqu'un en temps et en heure ? Aux dernières nouvelles, parmi ces "marins", aucun n'était blessé ou nécessitant une aide urgente. Vu les conditions dans lesquelles ils ont abandonné leur bateau, je présume qu'ils n'ont pas débarqué les mains vides et avec une bonne carte de crédit, on parvient à se loger et se trouver une place dans un avion dans à peu près n'importe quel bled sur terre.
La question qui face : un marin ne se doit-il pas d'être un minimum débrouillard ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les enfants de la mer

Souvenir d'été

  • 4.5 (64)

Les enfants de la mer

novembre 2021