Yann quenet est en train de faire lisbonne canaries sur son baluchon de 4m et les marquises aussi

Je viens de voir la video sur un site Us je ne sais pas mettre le lien si quelqu'un est plus doué que moi ?

L'équipage
06 juil. 2019
06 juil. 201906 juil. 2019
06 juil. 2019
0

Oui c'est ça, merçi !

06 juil. 2019
0

C'est un "ami" Facebook que j'apprécie. Toujours à côté de la meute, ingénieux et efficace, il trace sa propre route.

0

Je suis allé le voir en Bretagne lors de sa construction ,un homme genial et plein d'humour,dommage depuis que son site est sur Facebook je ne peut plus le suivre

06 juil. 201916 juin 2020
2

Voici un bateau qui devrait plaire au chat.

19 mar. 2020
0

C'est un cat boat très cohérent ,j'aime bien les deux tangons pour déborder la voile au portant
puisqu'il a une bordure libre ,son système de réduction par enroulement est parfait dans ces tailles
mais oblige d'avoir une voile complètement plate ,donc pour les allures serrées ,le rendement est moins bon, l'idéal serait d'avoir un creux le long du mat avec une bande de rattrapage comme sur les gse mais ça fait du poids dans les hauts et sur ces petites tailles ça compte .avec son étrave coupée il a le volume d'un 8m à l'intérieur .
alain

0

Quelqu' un peut savoir si il est a?rivé?

07 juil. 2019
0

ou trouver sa construction ?

07 juil. 201907 juil. 2019
07 juil. 2019
0

140 miles à 4 nds,ça fait un jour et demi. Pour l'instant ni FB ni son site ne parlent de son arrivée.

07 juil. 2019
0

Quel est l'intérêt de cette étrave plate ? est ce une facilité de construction ? Et qu'en est il de l'efficacité à affronter les vagues dans une mer formée ?

0

C'est un scow avec étrave ronde ,ça se répand beaucoup pour les petits bateaux en ce moment ,ça permet d'avoir plus de volume

07 juil. 2019
0

Bonjour,

La vidéo qui parle de cette traversée :

a été "Ajoutée le 28 juin 2019"

On peut imaginer que cela a été fait des Canaries ?

07 juil. 2019
0

Pas faux !

08 juil. 2019
0

Est-ce que c'est lui qui avait coulé dans le Gascogne il y a deux ans environ ? Si c'est bien lui, plutôt opiniâtre, le garçon.

0

Oui c'est lui ! Il a refait quasiment le même bateau mais en quillard cette fois ,avec une voile qui s'enroule sur un mat carbonne pour une meilleure stabilité

08 juil. 2019
0

Merci

09 juil. 2019
1

Pas peu fiers de voir notre pavillon de club flotter à sa poupe.

06 déc. 201906 déc. 2019
0

En complément : Baluchon et monsieur Quenet ont désormais traversé l’Atlantique.

0

Maintenant à travers le pacifique :
maps.findmespot.com[...]/Track

18 mar. 202018 mar. 2020
0

Bonjour

Edit Le lien demandait identification puis fonctionne maintenant sans !

18 mar. 2020
0

Il est fantastique ce petit bateau( et le mec aux écoutes:-))

Le blog de la fabrication vaut le détour. Des solutions simples et un peu de technique là ou il en faut.

photos.google.com[...]vyXhXfQ

18 mar. 2020
0

Super cet album !
J'ai noté un poids de 70 Kg pour chaque demi saumon en plomb, soit 140 Kg de lest.
Ca ne semble pas beaucoup, non ?

18 mar. 2020
0

J'aime beaucoup ses plans de bateaux. Le skrowl 900 tout particulièrement. J'ai eu l'occasion de le rencontrer via un ami qui le connait très bien, le gars est super en plus.

18 mar. 2020
0

J'adore bravo

29 avr. 2020
2

Baluchon est à Atuona aux iles Marquises ! Bravo ! A lire ici :
www.facebook.com[...]uenet.5

29 avr. 202029 avr. 2020
1

Bravo yann ! Un mec formidable , c'est vrai qu'il sait tout faire dans la simplicité et la bonne humeur

30 avr. 2020
0

👍👍👍👍👍 excellent

0

Est ce qu'il raconte sa traversée sur facebook ? Si quelqu'un pouvait faire un resumé pour ceux qui n'ont pas facebook ça serait gentil ,merci !

30 avr. 2020
3

www.facebook.com[...]uenet.5

Résumé de la traversée panama/les Marquises (un peu d'indulgence pour l'orthographe et les ponctuations c'est encore une fois écrit avec le téléphone) je publierai un texte plus corrigé et une compilation un peu plus tard pour ceux que ça intéressent
15 mars 2020, je commence à en avoir ma claque du Panama, en plus de m'avoir complètement séché avec leurs tarifs pour millionnaires, c'est une galère sans nom pour avoir le Check-out et la clearance permettant de pouvoir sortir enfin du pays. à cause du corona virus, les services portuaires et d'immigration ne délivrent plus rien (à part bien sûr de lâcher un bon billet, en ce cas, un fonctionnaire bien gras emprunte le tampon du bureau et viens au bar d'à côté te faire les papiers illégaux et anti datés (en plus il faut lui payer une Corona au passage)) je ne suis décidément vraiment pas fait pour ça, je décide de mettre les voiles en mode pirate sans autorisation advienne que pourra...
Je serre un peu les fesses quand même en quittant le mouillage, il y a la police du canal qui patrouille sans arrêt et j'aimerais bien ne pas avoir affaire à eux une nouvelle fois, j'essaie de me faire le plus petit possible (c'est pas dur je sais) c'est plus fort que moi mais dès que j'entends le bruit d'une vedette rapide je rentre encore plus la tête dans les épaules dans l'espoir d'être encore plus discret (c'est un peu con c'est vrai) Avec très peu de vent, je slalome entre les immenses cargos au mouillage progressant tant bien que mal vers le large et la liberté, en fin de journée, le vent et la nuit me font enfin disparaître du royaume des policiers et des bandits, adios Panama ! à nous deux le Pacifique ! ça fait un bout de temps que j'en rêvais de ce foutu Pacifique, j'ai du mal croire que j'y suis enfin, c'est tout juste si je me sens encore pisser tellement je suis content d'y être.
L' alizé redevient mon ami et me pousse tranquillement vers l'archipel des galapagos et vers l'hémisphère sud (en fait je n'ai pas l'intention de m'arrêter aux galapagos où les autorisations d'escales sont fastidieuses, mais ça fait tout de même un point de chute en cas de problème)
Après dix jours de nave pépère, je rencontre la difficulté majeure de la traversée: le pot au noir, c'est une zone carrément merdique situé au niveau de l'équateur qui délimite les alizés de l'hémisphère Nord et les alizés de l'hémisphère Sud (les intellos appelent ça la ZIC zone intertropicale de convergences) les vents y sont très faibles et de directions variables accompagnés souvent de grains assez violents, au temps de la marine à voile c'était le cauchemar des marins, on pouvait y rester encalmine des semaines, de nos jours le pot au noir ne dérange plus grand monde, un bon coup de moteur et quelques dizaines de litres de gasoil et hop l'affaire est réglée, il n'y a plus guère que pour les coureurs au large et pour certains huluberlus qui n'ont pas de moteur où les difficultés sont encore présentes.
Finalement je m'en démerde pas trop mal de cet enquiquineur de pot au noir mais il faut être vigilant tout le temps pour ne pas se faire surprendre par un de ces fameux grains qui peuvent descendre le mat ou déchirer la voile en un rien de temps ce qui serait fâcheux pour le reste du voyage. Au bout d'à peine trois jours à la barre sans pratiquement dormir, je passe sous un magnifique double arc en ciel complet, porte de l'hémisphère sud et des alizés du même nom, je vois déjà la Polynésie et les vahinés me faire des grands signes, je suis à deux doigts de me faire dessus tellement j'ai la banane.
En fait dès les premiers jours, les difficultés commencent, le pacifique et l'hémisphère Sud ça se mérite quand même un peu, je commence à avoir gravement besoin de sommeil, mais je me fais enquiquiner pendant pratiquement deux jours par une flotte de pêche qui n'arrête pas d'écumer la mer dans tous les sens, m'obligeant à manœuvrer sans cesse pour les éviter, y'a vraiment pas moyen d'être peinard, si c'était pour retrouver ça, j'aurais mieux fait de rester naviguer en Manche ! Les bateaux pissent la rouille de partout, certains n'ont pas de signal AIS et mettent à l'eau d'immenses filets munis de bouées lumineuses, je pense qu'il s'agit d'une flottille de chalutiers Chinois mais ça pourrait être tout aussi bien des chalutiers péruviens ou equatoriens.
Qu'elle horreur ! J'ai dû m'endormir, mon Baluchon est couché sur le sable, j'ai beau le pousser de toutes mes forces, il ne bouge pas d'un centimètre, il est tout bonnement échoué, j'aperçois deux silhouettes sur la plage, je fais des grands signes pour demander de l'aide, vu les circonstances j'aurais bien aimé trouver deux rugbymen, mais en l'occurrence c'est deux superbes filles en maillot de bain, l'une a un fusil harpon sur l'épaule et l'autre tient un balaise de poisson au bout du bras, je leur explique en polonais que j'aimerais bien qu'elles m'aident à pousser mon bateau, avant de m'apercevoir que je ne parle pas Polonais et qu'il est peu probable qu'elles le comprennent en retour, je me remet à pousser le bateau avec l'espoir qu'elles comprendrons ce que j'attends d'elles. C'est alors que la fille au harpon me prend par la main et m' entraîne vers les dunes toutes proches, sa copine me sourit et me fait un clin d'œil comme si j'étais le plus beau mec du monde (rien que là ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille) on se dirige ensuite tous les trois vers une sorte village composé de huttes d'où sort des dizaines d'autres filles tout aussi bien gaulees que mes deux guides, ho la vache !
Au centre du village, la fille qui me tenait la main m'attache à un poteau qui devait se trouver là par hasard, toutes les filles se mettent alors à m'observer, certaines me prennent en photo avec leurs smartphones où est dessiné un étrange symbole, une sorte de pomme à moitié croquée, l'une des filles, vêtue d'un tee-shirt rose bonbon où il est inscrit shoping avec des paillettes me regarde comme si elle allait me dévorer tout en faisant des bulles avec son chewing-gum et en tournicotant une de ses couettes avec son doigt, je ne sais pas pourquoi mais je commence à avoir très très chaud. Puis l'ensemble des filles se mettent à chanter une sorte de complainte et commencent à tourner en rond autour de moi.
AIDE NOUS À PAYER LES TRAITES DU DERNIER MONOSPACE ET DE LA NOUVELLE MACHINE À LAVER.
Mon sourire jusque là béat commence à baisser légèrement, d'autant que je m'aperçois que je suis attaché super serré et que ça va pas être facile de se sortir de ce merdier...
C'est alors que je me réveille en sursaut, il me faut pas mal de temps pour comprendre que je ne suis pas sur une île avec des filles super canon en maillot de bain mais à l'intérieur de mon bateau qui danse la danse de Saint Guy au beau milieu du pacifique, je hisse la tête dans un demi sommeil par le capot pour voir: plus de chinois en vue, tout va pour le mieux.
Les jours se suivent ensuite milles après milles en père peinard sans incident notoire , je repense quelques fois avec nostalgie à l'île au filles, le reste du temps je lis, j'écoute de la musique et des podcasts, c'est pas vraiment la vie de galerien.
Mais je constate quand même que jours après jours la distance parcourue quotidiennement diminue de plus en plus, ça me contrarie un peu, en me baissant par dessus bord je m'aperçois que la coque en entièrement recouverte d'anatiphes une sorte de mollusque caoutchouteux très dur à décoller, Doux jésus ! ni une ni deux j'enroule la voile, enfile mon masque et mon tuba et plonge pour gratter toutes ces horreurs de mollusques, au bout d'une bonne heure d'effort je commence à retrouver une coque à peu près propre, je remonte à bord assez satisfait de moi, et recommence à vaquer à mes petites affaires quand j'entends un peu plus tard un grand coup dans le gouvernail, que passa ? Puis un autre coup, je me penche et je vois un requin qui essaye de chopper quelque chose sous la coque il a l'air très énervé le garçon, il n'est pas immense, dans les 2 mètres tout jaune avec des ailerons blancs, il a l'air de s'intéresser très fort à quelque chose situé sous le bateau mais même moi qui adore nager je n'ai aucune envie de voir de quoi il en retourne, je n'ose même pas imaginer si j'étais tombé nez à nez avec lui pendant ma séance de grattage, finalement je décide que dorénavant je vais éviter de plonger, même si je met quelques jours de plus pour traverser, c'est quand même moins embêtant que d'avoir un bout de bras ou de jambe en moins.
Et puis finalement, comme ça au bout de 44 jours de navigation qui m'a semblée plus ou moins réelle, l'île d'Hiva Oa est apparue un beau matin en plein milieu de l'océan , je me suis demandé sur le coup si c'était bien la réalité (peut-être suite au souvenir d'une certaine autre île) j'ai du mal a croire que j'y suis vraiment, il va me falloir sûrement plusieurs jours avant de redescendre sur terre.
Arrivé au mouillage d'Atuana, je suis super bien accueilli par les autres bateaux, ça fait plusieurs semaines que suite au Corona virus, la Polynésie met les bateaux entrant en quarantaine avec interdiction de descendre à terre pendant 14 jours et interdiction de quitter l'île, une sorte de solidarité s'est mise en place entre les navigateurs confinés, on m'annonce la nouvelle mais on me dit que les mesures sont en train d'être assouplies, on m'apporte de la nourriture ça tombe bien car il ne me restait presque plus rien à manger à bord, des fruits, des œufs de la bière bien fraîche, du chocolat le tout dans le plus joli décor qui puisse être, cette fois c'est sûr je suis bien tombé au paradis et il est bien réel celui là 🙂
Suite de l'aventure au prochain épisode...

30 avr. 202016 juin 2020
1

Merci... génial !

44 jours de Panama aux Marquises... sur cette coque de noix, un vrai exploit, non ?
et avec bonne humeur/humour.

02 mai 202002 mai 2020
0

@ Flora : non ce bateau est le skrowl qui a coulé entre le maroc et madère lors de sa première tentative de transat; le bateau sur lequel il navigue aujourd'hui est le baluchon :

voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]a999251

02 mai 202002 mai 2020
0

Voir récit du naufrage ici www.boat-et-koad.com[...]che.php

1

Merçi bil!

30 avr. 2020
3

maintenant qu'il est sur des îles il n'est plus incontinent .
alain

0

Je remonte le fil une pareille aventure merite que l'on s'y interesse de plus pret !

01 mai 2020
0

bonsoir
juste bravo et respect ...

02 mai 202016 juin 2020
0

Respect et bravo pour l'exploit et la prouesse technique

02 mai 202002 mai 2020
0

Super, génial, et tout et tout! J'adore!
En plus j'ai beaucoup aimé sa façon de raconter sa traversée, sans esbrouffe et sans pathos...une bien belle traversée...bravo!
👍

02 mai 202016 juin 2020
1

c’est tellement tripant ! Si ça intéresse quelqu'un je crée un blog autour de Yann Quenet et de son bateau Baluchon afin d'appréhender ce type d'expérience. Le blog évoluera en fonction des éléments autour des éléments de construction, navigation etc..taveacbaluchon.blogspot.com[...]/

04 mai 2020
0

Bravo pour ce blog !

04 mai 2020
0

Merci

05 mai 202005 mai 2020
0

J'ai été contraint de désactiver le blog en raison d'attaques personnelles voir réponse et propos de virginisland. Yann informé.

05 mai 2020
0

@Taveac: ne t’occupe pas des attaques personnelles il y en aura toujours ton blog était très bien

02 mai 2020
0

Super belle histoire et traversée, tout est encore possible quand on s’en donne la peine, suite de l’aventure à suivre avec plaisir

04 mai 2020
0

Superbe aventure !
Et un bien beau récit !

04 mai 2020
0

@taveac, je serai toi, je demanderai quand même l'autorisation au principal intéressé avant de créer un blog. Pas par souci légal (tu fais ce que tu veux), mais par simple courtoisie maritime. Ceci dit l'intention est louable, et bienveillante, je te l'accorde.

04 mai 202004 mai 2020
0

Bonjour évidemment J'ai effectivement informé Yann de mon initiative tout en lui rendant hommage [même si par ailleurs toutes les informations sont publiques.] Mais pourquoi me demandes tu cette précision cher juliusse?

04 mai 2020
-1

@taveac, a parce qu'il faut un titre pour pouvoir te donner un conseil ?
J'ai eu l'occasion de rencontrer Yann, et j'aime bien ce qu'il fait. Bien entendu que les infos sont publiques (d'où le fait que je ne parlais pas de souci légal). Et d'ailleurs je ne t'ai rien demandé, je me suis contenté de donner un conseil de politesse.
Si tu l'as mal pris, dommage pour toi.

04 mai 202004 mai 2020
0

Pas soucis je reste polis et courtois en te demandant simplement la raison de ton conseil de politesse cher Juliusse, tu aurais pu avoir un intérêt particulier ? la réaction de Yann a été favorable. As tu remarqué la beauté des fruits des marquises? Portes toi bien en ces temps confinés :)

04 mai 202016 juin 2020
0

Bonjour à tous Petite précision concernant le blog initié en témoignage à Yann, j'ai informé Yann de mon initiative ainsi que mes raison personnelles ( non mercantiles). Je ne fais donc que compiler des données, articles et photos que je trouve par ci par là... Par ailleurs je mets en liens des sites se rapprochant de près à son projet mais aussi des informations et sites autour de la "micro croisière" . Souhaitant que ces précisions vous permettant d'appréhender ce blog ( en évolution selon mes recherches) sans prétention sauf de saluer l'exploit et de souligner son intérêt pour des initiatives similaires ou assimilées.

Quels beaux fruits tout de même !!

04 mai 2020
-9

Ben moi, si un gugusse lambda se mettait a faire un blog ou un bouquin ou une autre merde sur moi et ma carrière de marin, toudumondiste sur une main, comment j'enverrais un boulet de 18' dans sa gueule, direct.
Tu vois Taveac, je crois que tu n'a pas compris les marins, je crois aussi que tu te mêles de ce qui ne te regarde pas.
En bon français.
Je mets des liens se rapprochant a son aventure, je le tiens au courant de ce que je fais comme conneries.
Qu'est ce qu'il ne faut pas lire comme abjections.

05 mai 2020
4

Bonjour
apparemment ce que j'ai compris c'est que TAVEAC a demandé la permission à Yann et qu'il en est bien content vu des Marquises.
Donc pas de problèmes... tout va bien
En revanche, vous me semblez un peu virulent et dégradant !!! ....

05 mai 2020
1

Nous avons bien compris, Tavéac.

Inutiles de te répéter, la caravane passe, inutile de se préocuper des aboiements !

très sympathique de ta part de faire un blog compilant les publications net sur les exploits de Yann !

Tu as raison, ces fruits sont magnifiques, de plus je suis certain qu'ils sont autrement plus gouteux que les ersatz vendu en Europe comme des fruits exotiques alors qu'ils ont démarré leur voyage sans êtres murs...

05 mai 2020
2

Les gros lourds ont encore frappé.
Comment peux t'on faire pour lire le blog maintenant ?
Il y a possibilité ?

05 mai 202005 mai 2020
2

Bonjour J'ai écrit à Yann pour l'informer de l'ambiance ici bas... voici donc en partie sa réponse:
"...je ne vois aucune objection à ce que tu parles de mon bateau sur ton blog et t'autorise bien sur à continuer à publier Amitiés Yann" Il semble donc que je peux envisager de réactiver le blog et continuer ce travail ?. Merci à Yann pour ses encouragements!)

05 mai 2020
1

@taveac, j'espère que n'as pas pris mes propos précédents comme une attaque. Ce n'était pas le but. Et d'ailleurs, ton blog était bien, perso, tout ce qui peut aider à montrer que petits bateau, petits soucis et grands voyages, je suis à 100% pour.
Le seul truc qui m'a titillé, c'était le titre du blog, "taveac baluchon", qui pourrait laisser penser à certains que tu es associé de près ou de loin à la concrétisation de ce projet. D'ailleurs, certains commentaires ont montré que malheureusement c'était le cas. Je te souhaite en tout cas de pouvoir republier sur les petits bateaux au plus vite.

05 mai 202005 mai 2020
0

"Tavéac-Baluchon" n'est pas le titre du blog ( qui est bien** Baluchon **)c'est son adresse blogspot! car cette adresse était déjà prise. Concernant ma réponse à la tienne cétait juste pour te signifier qu'en temps que marin la courtoisie est une règle d'or qui a peut être disparu si j'en juge par certains propos de certains : dégradants et infamants (synonymes de "abjection") ça casse évidemment l'ambiance et la motivation. Et comme je te l'ai déjà dit pas de soucis.

05 mai 2020
2

Le grain est passé, le Blog est réactivé

05 mai 2020
1

Ouf !
Tant Mieux !
Merci pour tous les curieux et intéressés par la navigation de Yann !

05 mai 202005 mai 2020
0

@ Arzac N'empêche que j'ai perdu une matinée avec ça et malheuresemnt ce n'est pas la première fois que je rencontre ce type de réaction ici bas.

Ce blog est donc particulièrement dédié à tous ceux qui n'ont pas les moyens d'avoir un Trans-océanique mais qui rêvent d'évasion sur leur coque de noix défraîchie, en l'équipant et la préparant pour des randonnées aux frontières du possible.

Bonne navigation des confinés et continuez à rêver d'horizons tropicales accessibles.

oceanix-ts.blogspot.com[...]4m.html

2

Sur un forum il y a souvent de mauvaises reactions ,ce n'est pas une raison pour accuser le forum dans son ensemble ,içi nous somment nombreux a apprecier yann et ses petits bateaux ,donc merçi taveac de relayer les aventures de baluchon sur ton blog

05 mai 2020
0

@ Pierre 2 the minimalist j'ai cru comprendre que tu n'avais pas accès à Facebook pour le coup tu loupes effectivement de l'info locale et aussi un peu d'ambiance amicale, j'essaierai de faire aussi au mieux dans ce sens [selon le temps que je pourrais y consacrer: pour aujourd'hui c'est + que mort, SABOTAGE!]. Tu peux aussi t'inscrire pour recevoir des nouvelles publications sur le blog.

05 mai 2020
0

Moi j ai Yann en direct sur F
Mais bonne route au blog
Belle initiative 👍

05 mai 202016 juin 2020
0

Il est aussi joli le voilier au mouillage derrière Baluchon, on dirait un design ancien..
Quelqu'un sait-il quel est le modèle ?

0

Sur une des photos il y a un grand voilier en acier avec des dauphins peints sur la coque ,c'est mollymawke le voilier des Shinas qui est une famille de navigateur assez celebre en angleterre

0

Merçi pour les nouvelles Taveac !

15 mai 2020
2

Des nouvelles de Yann et de son bateau...que j'adore.

voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]3a5191a

03 juin 2020
0

Yann Quenet, dont l'esprit aventurier et les qualités d'homme et de marin sont inversement proportionnels à la taille de son Baluchon nous donne quelques nouvelles depuis les Marquises

03 juin 2020
0

salut pbra6464 j'aurai bien aimé lire l'article complet malheureusement comme souvent il faut s'abonner au media pour lire un seul article, si tu pouvais mettre l'article complet en pdf ... merci

03 juin 202003 juin 2020
2

En fait, ce n'est pas Yann Quenet qui donne des nouvelles, c'est l'avis de Bourgnon sur cette navigation... J'ai pu lire l'article en question, mais je n'y plus accès maintenant.

Franchement, aucun intérêt !

J'ai pu faire un copié/collé quand même...

"Son voilier de quatre mètres, qu’il a conçu et construit lui-même pour 4 000 €, ressemble à une coquille de noix. Pourtant, Yann Quénet vient de traverser deux océans à bord de son « Baluchon » et déconfine à Hiva Oa, aux Marquises (Polynésie française).

Traverser l’Atlantique et le Pacifique avec un tel bateau, « c’est un vrai exploit », assure le navigateur Yvan Bourgnon, pour qui « Baluchon » « est un vrai petit bijou ». Le défi de Yann Quénet ? Construire, en vue de faire le tour du monde, un voilier en 400 heures pour 4 000 €. Le défi et « le budget bateau-équipement ont été respectés », confirme ce Briochin, contacté par Messenger. Le marin concède cependant « 1 500 € supplémentaires » pour une balise de détresse, un pilote automatique et des panneaux solaires…

Un tel budget, poursuit-il, « implique (que je n’ai) pas de moyen de communication avec la terre et pas de météo. J’ai uniquement utilisé le GPS d’une tablette classique avec la cartographie gratuite en open source comme moyen de navigation ». Et « pas de moteur à bord, juste une voile et une godille ». Pas besoin de prendre des ris quand le vent forcit : la voile s’enroule autour du mât. Quant à l’eau, en l’absence de dessalinisateur, Yann Quénet s’est « rationné à deux litres par jour ».

« L’Optimist de la course au large »

« Son voilier, c’est la simplicité absolue, c’est l’Optimist de la course au large », résume Yvan Bourgnon, en référence au petit dériveur conçu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur lequel les jeunes mousses font encore aujourd’hui leurs premières gammes. « Mon rêve, c’est de faire le tour du monde à la voile mais sans contrainte », explique le solitaire, 50 ans, qui, dans la vie ordinaire, conçoit et vend des plans de navires à des particuliers.

« Pour moi, avoir un gros bateau demande vraiment trop de temps et d’énergie, c’est compliqué et stressant. Avoir un bateau plus simple, paradoxalement, ouvre la voie à la liberté et au voyage », dit celui qui a effectué plusieurs transats sur des voiliers conventionnels. Pour ce petit quillard rouge et blanc, à la proue rectangulaire pour ne pas enfourner dans la vague, entièrement construit en contre-plaqué de 9 mm, « tout a été très bien pensé. Ça répond à ce que voulait Yann, une autonomie maximale », explique Hervé Le Merrer, un autre « aventurier » des mers, comme il se définit.

L’hommage d’Yvan Bourgnon

« Bien sûr, l’espace est compté (…) Mais il a conçu un superbe petit bateau qui va faire parler de lui », prédit Didier Corfec, préparateur de Bourgnon et vieil ami de Yann Quénet. Car, tractable sur remorque, « Baluchon » a aussi la capacité de « revenir sur sa quille automatiquement s’il se retourne » ! Pour Yvan Bourgnon, « non seulement il a tout fait lui-même depuis le premier coup de crayon. Mais en plus, on ne peut pas faire le tour du monde manière plus écolo (…) C’est énorme ce qu’il est en train de réaliser ».

Parti à l’automne des Canaries, Yann Quénet s’est posé un peu en Guadeloupe, avant d’emprunter le canal de Panama et de se lancer à l’assaut du Pacifique : 44 jours de mer, dont « plus de 30 jours sans avoir de ses nouvelles » jusqu’à l’arrivée à Hiva Oa, rappelle Hervé Le Merrer. L’autonomie recherchée a payé. « Je n’ai jusqu’à présent pas rencontré de difficultés techniques majeures. Comme le bateau est simplifié au maximum, tout a marché parfaitement », constate Yann Quénet. Et la récompense est là : « Voir son petit voilier qu’on a conçu et construit soi-même dévaler à toute vitesse les grandes vagues de l’océan, voir apparaître à l’horizon des îles lointaines dont on a rêvé depuis toujours, tout ça procure un véritable sentiment de joie, ça paraît même parfois irréel, tellement c’est intense ! ».

À vrai dire, le confinement, à part l’espace réduit de son bateau, Yann Quénet l’a à peine connu. Aux Marquises, c’est l’heure du déconfinement. Et plus tard l’attendent l’Australie et le cap de Bonne Espérance. Retour prévu en Bretagne en 2022."

03 juin 2020
1

Merci Flora...🙂

03 juin 2020
0

muchas gracias Flora

0

Merçi flora !

04 juin 2020
1

Merci Flora 🙂 pour ta contribution, voici néanmoins le document en PDF comme demandé par @Quizas

04 juin 2020
0

merci pour le pdf, je le garde en mémoire. génial son projet et son petit bateau, ça serait vraiment intéressant de voir comment cette coque navigue et se comporte avec un peu de vent et de mer, si ça se trouve mieux que avec de plus grosses unités, lui à l'air très content de sa construction, on continue à suivre son voyage.

20 juin 2020
0

Ce mec est génial.Est ce que c'est un inscrit Hisse et oh? :)

0

Il a eté inscrit il y a quelques temps sur heo mais vu le peu d'interet pour les heonautes ont pour ce qui sort de l'ordinaire je pense qu'il est passé a autre chose !

20 juin 2020
5

Il est arrivé à Tahiti; mais oui Pierre, qui ça peut intéresser ici?...:
"Hiva Oa (île Marquises) -TAHITI:
En fait cette toute petite navigation de 780 milles (environ 1500 bornes pour les terriens) n'a pas posé de difficultés à part un passage particulier que je vais essayer d'exposer ici.
On me pose souvent la question pour savoir ce que j'utilise comme moyen de navigation, cette question m'a toujours parue bizarre et de second plan vu que pour traverser un océan il suffit juste de se rendre d'un point A à un point B avec seulement de l'eau de mer entre les deux, de mon point de vue, savoir précisément sa position au beau milieu de nul part ne présente pas beaucoup d'intérêts (en fait j'ai toujours aimé cette sensation que procure le large d'être situé quelque part sans savoir précisément où, une sorte de flou artistique qu'on ne peut évidemment pas se permettre en navigation côtière).
Par pure paresse intellectuelle, je privilégie toujours les solutions les plus simples pour résoudre les problèmes auquel je suis confronté, ce n'est pas neuf comme idée c'est en gros le principe du "rasoir d'Ockam" un truc philosophique qui ne date pas d'hier, c'est un peu avec cet esprit que j'ai construit et que j'essaye de faire naviguer mon bateau.
Ce principe du rasoir d'Ockam qui en gros se résume à pourquoi faire compliqué quant on peut faire simple s'oppose carrément à la tendance actuelle qui préconise totalement l'inverse.
Bref pour me positionner en mer j'utilise le GPS de mon téléphone et un appli gratuite avec la cartographie incluse (open cpn) , c'est à mon sens beaucoup plus simple et beaucoup plus économique que d'avoir un traceur GPS ou de de se servir d'un sextant qui implique d'avoir aussi une montre qui donne l'heure exact, des éphémérides de l'année en cours, une calculatrice et aussi des cartes papiers pour reporter son point.
Jusqu'à Panama je ne me suis en fait jamais vraiment bourré le mou avec ma position, j'allumais le téléphone tous les deux ou trois jours pour voir mon avancement et basta (pour être honnête j'avais à mon départ de Lisbonne une solution de secours avec un ordinateur portable qui n'a évidemment pas tenu le coup des secousses du bateau par la suite).
Mais même si le téléphone était venu à rendre l'âme ça n'aurait pas posé de problème, en suivant juste le soleil couchant il aurait quand même fallu être un sacré branque pour arriver à louper l'Amérique.
Mais pour la première étape du Pacifique par contre là j'ai moins fait mon malin, comme je n'avais pas pour des raisons pratiques la possibilité d'emmener beaucoup d'eau et de nourriture, louper la première île grosse comme une chiure de mouche à 4000 milles de distance risquait d'être assez problématique, je me suis à un moment mis à pshycoter grave, d'autant que si jamais je loupais les Marquises, les prochaines îles seraient l'archipel des Tuamotu qui ne sont que des anneaux de corail hyper bas sur l'eau où la mer y déferle de partout et qui sont pratiquement invisible avant d'avoir la quille dessus, qui plus est si on veut s'y arrêter, il faut y entrer par des passes étroites pleines de courants sournois (sans moteur c'est encore plus chaud), et une fois que l'on est à l'intérieur on a une mega impression d'emprisonnement surtout si le mauvais temps vient à se mêler de la partie. À la fin, rien que le mot Tuamotu me faisait super flipper presque à la limite de faire un gros caca nerveux.
Aller visiter ces atolls finalement demandent une navigation bien trop précise pas vraiment faite du tout pour un zigoto tel que moi.
Mais pour partir des Marquises en visant Tahiti on a beau tracer toutes les routes que l'on veut il n'y pas vraiment pas d'autres solutions que de passer en plein milieu de ces atolls dangereux, ce qui signifie que pendant plusieurs jours il ne sera pas question de se la couler douce ni de lire ni d'écouter de la musique ou des podcasts ni même de roupiller tranquillement sans avoir à passer son temps à se préoccuper de sa position.
Tout ça m'a obligé pour une fois de bien préparer ma route sans partir comme d'habitude le nez au vent.
un navigateur charitable m'a aussi donné un ancien GPS à main (un grand merci à lui) ou j'ai enregistré les points de slalom entre les atolls ce qui m'a permis de naviguer sans le stress de la panne.
À part ça la navigation a été quand même un véritable plaisir avec de très bonnes moyennes, un vrai régal, j'ai bien contourné prudemment tous les ilots, à la fin je me suis bien foutu de ma propre gueule d'avoir eu si peur de ces maudits atolls.
Au niveau lecture, je me suis mis pas trop foulé non plus en me tapant la trilogie de millénium de Stieg Larson, ce qui a provoqué le moment le plus pénible de la traversée, juste au plus fort de l'intrigue, un emmerdeur de bateau de pêche c'est mis juste sur ma route, m'empêchant de finir le bouquin en paix, on peut jamais être tranquille finalement.
Après pratiquement 8 jours de mer juste au moment de rentrer dans le port de Papeete le vent c'est mis un peu à forcir m'obligeant à tirer des longs bords dans le port de commerce parmi les ferry, les cargos et le remorqueurs qui me faisaient tous des coucous amicaux, même les gendarmes maritime m'ont croisé en me saluant, ça change bien du port de Saint Brieuc avec son contingent de cheffaillons toujours près à dégainer le bazooka juste parce qu'un misérable bateau de 4m serait en mesure de gêner je ne sais qui (le règlement c'est le règlement !).
Arrivée au ponton sans difficulté avec une manœuvre presque parfaite (un des très gros avantages d'un petit bateau), parmis tout un tas de yachts géants offrant un contraste quasi comique avec ma coquille de noix.
Papeete est une ville laide et bruyante mais je compte quand même y passer quelques jours histoire de m'y remémorer un séjour que j'y avais fait il y a plusieurs années du temps où j'étais jeune et beau 😉
Départ dans quelques jours vers. Moorea pour y retrouver des paysages de cartes postales.
Suite du récit du voyage de Baluche autour du monde très très bientôt yeah..."

20 juin 2020
0

Merci CLK, c'est sympa ! 👍

21 juin 2020
0

Little Bigorneau a de plus un style avec une pointe d'autodérision dans ses récits, sur une page de son premier blog ou il relate sa transat en fregate, il y a déjà ce mélange d'humour et de simplicité qui rend l'histoire accessible et marrante, un peu dans le style des bouquins de Jonas Jonasson.
little-bigorneau.wifeo.com[...]eau.php

25 juin 2020
3

Yann Quenet vient de mettre une courte video en ligne :

08 juil. 2020
2

Bonjour à tous ! Quand Nautigirl rencontre Baluchon, ça donne des heures de discussion. Ici la première partie de l'interview. La suite arrive très vite !

16 juil. 2020
0

Merci Nautigirl pour ces 3 vidéos (et aussi l'ensemble de ton oeuvre !), le ton spontané et complice avec Yann ! Super intéressant.
Une question : Pourquoi Yann qui s'est fait ballotter héroïquement à n'en plus finir, dans l'Atlantique et le Pacifique dans son tout petit Baluchon, par 40 nœuds de vent, vagues et tempêtes, semble si timoré et tourmenté en se cramponnant aussi ardemment à la poignée de ta voiture ?

Bonne navigation

16 juil. 2020
1

Toi, tu n'as pas fait attention à la fin de la première vidéo : je l'ai expliqué haha ! Moi aussi ça m'a surprise. En fait, il a l'habitude de constamment s'accrocher à des poignées à l'intérieur de son bateau. Du coup, il reproduit inconsciemment la même chose à l'extérieur dès qu'il voit une poignée. Rien à voir avec ma conduire hahaha ! (enfin, c'est ce qu'il m'a dit !)

24 juil. 2020
1

Il est poli 😬

24 juil. 2020
7

Baluchon amarré à Papeete juste à coté de NOMAD IV,l'un des voiliers les plus rapide du monde. "100 pieds full carbone" VS "4 mètres de système D". Tout les opposes ! Le contraste et saisissant lorsque l'on fini par trouver baluchon sur la photo :)

02 août 2020
0

Extraordinaire personnage que ce Yann Quenet. Tout en fraîcheur simplicité et gentillesse. Son périple est incroyable, à l'image de son bateau. J'adore son humour, sa manière de raconter les choses et ses péripéties. Une vraie belle et grande découverte et certains feraient bien de s'en inspirer un peu, mais manque de bol cela ne s'invente pas.
Côté cagnotte tout à l'air de pas mal fonctionner. Au final rien d'étonnant et une chose positive qu'il entraîne de par ses qualités et l'intérêt qu'il sucite par sa seule façon d'être pas mal de gens avec lui, qui apprécient cela.
C'est bon signe.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le grain s'éloigne.

Après la pluie...

  • 4.5 (72)

Après la pluie, le grain s'éloigne.

mars 2021