Yachtmaster, Capitaine 200, STCW,BPJEPS...Je fais quoi en fait ?

Bonjour, j'ai 29 ans et j'ai découvert la voile il y a quelques années et j'en suis tombé amoureux. Je réfléchis depuis quelques temps a me reconvertir professionnellement, et je me suis penché sur le travail de Skipper. J'ai un CDI qui fait que je ne suis pas dans l'urgence, surtout qu'avec les restrictions sanitaires ce sera probablement plus simple et sur de me reconvertir d'ici un an ou deux.

Mais voila, j'ai beau cherché, je ne trouve pas de réponses clair ! Certains posts sur ce forum disent que le Capitaine 200 est incontournable, la ou d'autre disent que le Yachtmaster est équivalent (Mais les posts datent de 2011, donc peut être que la législation à changé depuis). Sur certains site de recrutements pour skipper, ils demandent un "brevet de skipper" accompagné d'un CAP réparation, entretien des embarcations, la ou d'autre demande une formation STCW, que j'ai pu lire avait remplacé la formation matelot...

Bref, je suis complètement perdu.
Je n'ai pas de BAC donc je ne peux faire aucune formation le demandant,mais je suis bilingue en Anglais.

Idéalement, j'aimerais surtout avoir des formations/compétences qui me permettront de trouver du travail dans ce milieu un peu partout en France / dans le monde.

Merci d'avance pour vos réponses, qui je suis sûr m'aideront a y voir plus clair !

L'équipage
14 mar. 2021
14 mar. 2021
0

Il y a des connaisseurs sur HEO qui pourront répondre de manière catégorique, ce que l'on peut d'or et déjà noter c'est que l'un des organismes délivrant le titre de yachtmaster (IYT) stipule clairement que ce diplome ne sera plus que d'usage "recreationnal" et ils imposent aux candidats de signer une prise de connaissance de ce point :
www.iytworld.com[...]fshore/
www.dropbox.com[...]nly.pdf
Pour le RYA, cette limitation d'usage n'est pas mentionnée, ils restent sur un usage pro et loisir,
www.rya.org.uk[...]er.aspx
mais sous pavillon étranger, il faut remplir aussi les exigences du pays et c'est là que ça bloque dixit ceux qui ont suivi cette voie.

Après, même avec le diplôme Français C200,à chaque fois que l'on se renseigne, tout le monde décourage de se lancer dans cette voie qui est "bouchée" et très peu de gars arrivent à travailler.
Bref c'est la douche froide les quelques fois que j'en ai discuté. Il semble que la voie BPJeps soit moins pire pour travailler dans la voile, mais c'est pas le même métier.

16 mar. 2021
0

A noter qu'il y a une querelle de propriete intelectuelle sur le titre de yachtmaster et que les USa utilisent ce titre pour des formations de plaisance recréative. D'ailleurs dans l'exemple que tu donnes IYT est une entreprise de certification canadienne...

on rabache un peut toujours les memes choses sur le sujet ici. Le yachtmaster de la RYA fonctionnera trés bien comme diplome pro dans les zones d'influence du red ensign. Dans les autres pays disons que ca depend et en France ca ne marche plus trop. Tout depend ou notre ami souhaite travailler.

16 mar. 2021
0

voir aussi mon message plus haut, différence entre un "MCA Approved Yachtmaster" et pas approved (comme celui du IYT)

14 mar. 2021
0

Merci Trébor pour ces liens qui vont peut être calmer ceux qui racontent des salades sur HEO au sujet du Yachtmaster. Si ceux qui forment et délivrent le Yachtmaster précisent que le yachtmaster ne peut être utilisé professionnellement, ni amener au Master of Yacht (qualification STCW).....
En ce qui concerne ce fil, il n'y a aucune formation qui permette de trouver du travail partout en France ou dans le monde. Les formations garantissent surtout le chômage.
Il existe 2 filières:
Marine marchande qui délivre le capitaine 200 voile qui permet le transport de passager (charter) et le convoyage. La moitié des diplomés ne se donnent même pas la peine de passer le Brevet, obligatoire pour exercer. Les brevetés arrivent rarement à trouver un boulot stable. Mais surfez donc sur la toile, vous comprendrez tout. STCW, c'est la norme internationale des diplômes
Jeunesse et sport délivre le BPJEPS croisière qui permet d'enseigner la croisière. Il n'y a pas plus de boulot, mais on peut avec un petit pécule monter sa propre école.

14 mar. 2021
0

Les différentes filières pour travailler en voile :
1) L'enseignement. Pour travailler à plein temps, il te faut le BPJEPS délivré par l’État (Jeunesse et sports...). Pour cela, tu dois entrer en formation (généralement rémunérée) après sélection. La sélection se fait sur un niveau de compétence nautique pratique et théorique de l'ordre du monitorat fédéral avec expérience. Généralement, les candidats sont des moniteurs fédéraux qui ont déjà exercé quelques saisons. Ensuite la formation dure 1 ou 2 ans en fonction de tes capacités et tu deviens BPJEPS et trouve relativement facilement du boulot.
2) Toujours l'enseignement, mais en passant par la filière territoriale. Soit concours opérateur territorial des APS, soit fac de STAPS et concours ETAPS, soit plus haut CTAPS. Ces concours te permettent d'être employé par les communes pour enseigner le sport. Pour les communes qui gèrent des centres nautiques, des ETAPS avec monitorat de voile sont prisés. Salaires cadre C pour les OTAPS cadre B pour les ETAPS, cadre A pour les CTAPS de la Fonction Publique Territoriale.
3) Filière Marine Marchande : Charter ou convoyage : Capitaine 200. Formation en écoles de la Marmar, Un nombre de milles d'expérience est requis. Boulot plus profession libérale ou boites de charter ou de convoyage.
Personnellement, ayant les 3 chapeaux, C'est la filière territoriale qui a été la plus intéressante;

14 mar. 2021
0

En plongée, il faut un diplôme d'état pour être rémunéré. Mais seulement en France. Partout ailleurs dans le monde, il te faut obligatoirement un diplôme américain (PADI). Techniquement moins exigent, financièrement plus cher. Mais avec un PADI seul, tu n'as pas le droit d'encadrer en France (mais à Tahiti, pas d'embauche si t'as pas acheté le PADI ! ).
Peut-être la même chose en voile ? un diplôme US ou GB qui ouvre la porte du monde ?

16 mar. 2021
0

Eventuellement via le Club Med ?

14 mar. 2021
1

Bilingue anglais, si tu acceptes de travailler hors France (et hors pavillon français) le YM sans aucun doute.
Il y a plusieurs sites anglosaxons de recherche de personnel, va juste regarder pour constater ce qu'ils requièrent comme "titre". Après, ce sont des environnements de travail beaucoup plus pragmatiques: avec un YM tu commences par exemple à faire skipper pour les groupes genre Sunsail Moorings et compagnie (en plus tu parles français, tu vas être une perle rare :) ), si tu es bon et démontres des capacités tu peux monter dans la hierarchie des bases, voir devenir reponsable, ou responsable technique, etc, si tu es bon ils ne vont pas regarder du tout le genre de diplômes que tu as ou n'as pas. Essaye de te proposer dans ces circuits avec un diplôme français, pour voir.

14 mar. 2021
0

Presque tout a été dit, belle réactivité H&O ! !

Juste une précision concernant le STCW: C'est ni plus ni moins qu'une convention internationale qui définit le contenu minimum des formations de marine marchande.
Ça concerne les diplômes de capitaine, d'officier de matelot, au pont, en passerelle, en machine...

Tous les pays membres de l'OMI ont signé cette convention pour que, théoriquement, les équipages puissent plus facilement passer d'un pavillon à l'autre.

Dans le petit monde qu'est la plaisance professionnelle, cette uniformisation à du mal à passer : chaque pays à développé ses propres formations, avec ses spécificités (c'était le BPPV en France, le yachtmaster pour les britanniques etc.), et quand ils ont voulu rentrer dans le moule ils ont souvent gardé quelques spécificités "en plus" de la base STCW.
C'est comme ça que j'explique qu'on ne puisse pas travailler sous pavillon français avec un diplôme autre que le Capitaine 200 Voile (qui a succédé au BPPV).
À l'inverse le Capitaine 200 n'est pas valable dans tous les pays.

Comme dit plus haut le Yachtmaster en tant que tel n'est pas STCW, donc ce n'est pas un diplôme commercial.
Je n'ai pas encore bien compris (parce que mon anglais est assez mauvais) ce qu'il en est de Master of yacht et des histoires de "commercial endorsement", si quelqu'un s'y retrouve je suis preneur !

Aujourd'hui pour passer le Capitaine 200 il faut d'abord faire la formation de matelot (CMP, pour Certificat de Matelot de Pont), puis naviguer quelque mois (6 je crois), pour retourner à l'école passer le diplôme de Capitaine 200 (avec module voile). Pour transformer le diplôme en Brevet de commandement, il faut encore naviguer pour totaliser 12 mois de mer.
Ces 12 mois doivent normalement se faire sous contrat marine marchande (cotisations Enim). Il est aussi possible de valider ces temps bénévolement pour des associations reconnues d'utilité publiques, et sous pavillon étranger si reconnu par la France.

14 mar. 2021
0

En complément, voir ce fil :
www.hisse-et-oh.com[...]tmaster
Il y a à la fin une intervention de Fabrice qui date de 2018 (donc qui doit être à peu près à jour) plutôt claire.

Ceci dit d'après ce que j'en comprends le YachtMaster avec commercial endorsement serait bien equivalent à un brevet professionnel ?
C'est contradictoire avec ce que nousontrait Chemistrebor tout à l'heure ?

15 mar. 202115 mar. 2021
-2

Non, le YM tout seul est un "titre" qui n'a qu'une valeur personnelle.
Si on y rajoute le commercial endorsement (pas grand chose en plus en fait), il devient un titre suffisant pour exercer professionnellement dans la plaisance commerciale pavillon UK (plus d'autres Pays qui s'en satisfont, mais pas la France).
Le MOY Master of Yacht 200 est l'équivalent du Capitaine 200, ils sont les deux titres STCW section II (donc passerelle), équivalents.
Pour obtenir un Cap200 français il faut faire toute l'histoire décrite plus haut.
Pour obtenir un MOY200 il faut avoir le YM (soit pratique soit théorie), passer d'autres modules (radio, médical, etc), et passer un oral avec la MCA. Le gros avantage du Master of Yacht par rapport au Cap200 est que la certification officielle de l'expérience pratique de navigation/commandement n'est pas nécessaire, ils reconnaissent que pour avoir le YM il faut quand même "avoir bouffé des milles", donc cela suffit.
Avec un MOY200 on peut demander le visa de reconnaissance en Cap200 français.

15 mar. 2021
0

Merci Roberto !

Donc en résumé le C200voile en France, et le YM sous pavillon britannique. Et pour transformer le YM en C200voile il faut passer par le MoY. Facile !
Peut-on, pour bosser à l'étranger, transformer le C200voile en Master of Yacht 200gt?

Sachant qu'à partir du moment où vous êtes français, si vous travaillez dans les eaux françaises il vous faut le diplôme français, et ce même sous pavillon étranger. J'ai eu cette info récemment mais je n'arrive pas à mettre la main sur le texte législatif...

Pour en revenir aux préoccupations de l'initiateur de ce fil, la question qu'il faut se poser c'est : ça veut dire quoi pour toi être skipper ?
Promener des gens ? Convoyer des voiliers ? Enseigner la voile ? En France ? À l'étranger ?
Le diplôme dépendra du projet.

15 mar. 2021
0

ET non Roberto, tu n'as pas lu les liens postés par Trébor. Je croyais, moi aussi, que le Yachtmaster with commercial endorsement permettait de travailler en U.K. et commonwealth, mais évidemment pas ailleurs et que le Y.M. permettait d'accéder au MOY, qualification STCW. Cela fut peut être, mais ne l'est plus. Le document fourni par Trébor est explicite. "Recreational only" et "no upgrade to MOY". Celà est répété, souligné. Le 2ème document est une attestation qu'il convient de remplir et qui certifie que l'on a compris que le Yachmaster est recreational et non upgrade to MOY. Tout ça vient de l'IYT. Cela clot me semble-t-il tout débat.

15 mar. 2021
1

Il y a confusion du fait que le RYA et le IYT (deux structures totalement différentes) utilisent le même terme "Yachtmaster": au fait le YM-RYA est celui qui descend des anciennes certifications UK DOT d'il y a quelques dizaines d'années, le IYT a crée une structure commerciale en donnant ces certificats avec le même nom, on va dire en surfant le succès commercial du YM "original".
On va regarder les sources officielles pour le MOY<200 GT dont on est en train de parler (les brochures commerciales du IYT n'engagent que le IYT), lire page 4 de ce document:
assets.publishing.service.gov.uk[...]221.pdf
Il y a marqué "MCA Approved Yachtmaster CoC", ceux émis par le RYA le sont absolument, par contre sur le site du IYT (je n'ai trouvé), page YM, aucune mention de "MCA Approval", difficile penser qu'ils aient oublié de l'indiquer, au contraire ils ont bien specifié que "leur" YM ne peut pas conduire au passage du MOY200 MCA. De mémoire, les Glénans offr(ai)ent ce même certificat, émis par les Marshall Islands, mais je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui.
Avec un YM RYA c'est tout bon (à quelque détail près, examen théorique avec "MCA invigilation", etc).

Sur le même document, on trouve l'indication que le "sea time" pour le MOY<200 ne nécéssite pas de certification.
Pour compléter, il y a deux MOY<200: un "limited" à 150milles, l'autre "unlimited". La différence est entre titulaires de YM Offshore/Ocean, radio ROC/GOC, etc.

16 mar. 2021
0

Merci pour toutes vos réponses, j'y vois (un peu) plus clair déjà !

Bon, voyons si j'ai compris.
Admettons que je veuille d'abord commencer en tant que matelot, prendre en expérience avant de passer skipper, le parcours serait :

Formation SCTW -> Me permet d'être matelot sous pavillon étranger (voir Français, je suis pas sur d'avoir compris ce point la?)
Formation Yachtmaster émis par la RYA-> équivalent C200, permet de travailler dans le convoyage sous pavillon étranger,et pour travailler sous pavillon francais, passer un MOY suite au Yachtmaster !

Une question (potentiellement con) :

Ça veut dire quoi travailler sous pavillon étranger clairement ? L'entreprise qui embauche doit être domicilié hors France, ou le navire utilisé pour le convoyage doit être immatriculé hors France ?

Merci vraiment pour toutes vos réponses !

16 mar. 2021
0

La profession de marin est réglementée par la Convention STCW qui encadre les formations des marins à bord des navires de commerce et de plaisance et permet, par des normes communes et la procédure de reconnaissance des brevets, de faciliter la mobilité des marins professionnels sur les navires dont l'Etat du pavillon est signataire de la Convention.

Les titres STCW délivrés par la France sont . Autrement dit, dès lors que vous possédez l'un de ces titres, il sera reconnu par la France etl'ensemble des autres Etats signataires de la convention.

Concernant la signification de travailler sous pavillon étranger : les navires possèdent la nationalité de l'État dont ils sont autorisés à battre le pavillon et l’objectif premier de l’octroi du pavillon est de juridiciser les activités qui s'y exercent en les plaçant sous la compétence d’un Etat (Droits obligations de l'armateur, employeur et des salariés, règles fiscales, règles sociales).

Autrement dit, l'employeur sera tenu par les règles juridiques tenant au pavillon du navire sur lequel embarque le marin qu'il embauche (sauf cas particuliers par exemple sur le terrain du droit social en cas de détachement du marin qui permet sous certaines conditions un maintien des règles juridiques à l'Etat du siège social de l'employeur et/ou du lieu de résidence du marin)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bien fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (154)

Bien fini ?

mars 2021