Voilier en panne de moteur

En voilier, quand le vent est absent, on n'attend pas son retour. on appelle le CROSS.
Sans doute les nouveaux comportements :heu:

L'équipage
20 fév. 2012
20 fév. 201220 fév. 2012
0

no comment ... :jelaferme:

20 fév. 2012
0

Eh oui, les bateaux ne sont plus équipés d'une bonne vieille godille non plus... Tout se perd :jelaferme: :-D

20 fév. 2012
0

c'est la que la snsm peut faire de l'argent ,faire payer le remorquage cher si il n'y a pas de danger ...
alain

20 fév. 2012
0

A force de déresponsabiliser l'individu, où l'Etat et l'Administration sont les garants sécuritaires du quotidien, voilà à quoi on arrive...
Gratuit ce genre d'intervention ? Si oui, pourquoi se gêner.

20 fév. 2012
0

non, c'est de l'ordre de 350 €

20 fév. 2012
0

Non, ce n'est pas nouveau, il y a déja eu plusieurs fils sur Héo qui fustigeaient les plaisanciers qui appelaient le cross pour raison de panne ou d'incompétence.

Dans ce cas-ci et comme souvent, nous n'avons aucun détail sur la panne du moteur. Si c'est une panne évitable par un bon entretien ou simplement oublié de faire le plein, le proprio doit casquer la snsm au prix fort.

Si c'est un malheureux hasard (panne imprévisible un jour sans vent), il n'y a pas de quoi en faire un fromage.

Attendre le retour du vent ? Si le courant me pousse vers les cailloux, j'appelle le cross, n'en déplaise à certains.

Toujours est-il qu'une polémique (et même le fil en lui-même) me semblent inutiles sur un forum.

Vivement le printemps, qu'on navigue pour avoir des choses intéressantes à discuter !

20 fév. 2012
0

"si le courant me pousse vers les cailloux " j'utilise mon materiel à bord ,mon ancre par exemple .

tout remorquage de ce genre doit etre payant et au prix fort .

lorsque l'on entends l'été les appelles à la VHF pour cause de panne d'essence ça me desole

20 fév. 2012
0

au risque de me répéter, José, nous ne connaissons rien des circonstances de l'appel à l'aide dont question. Personnellement, je n'appellerais à l'aide que quand tous les moyens du bord sont épuisés.
Moi aussi, ça me désole les appels pour panne d'essence !
Oui, je mouillerais jusqu'au retour du vent si ça m'arrivait ! (omission de ma part dans le post précédent)
Mais nous ne savons pas si les moyens du bord du gars étaient épuisés ou non.
C'est souvent un concours de circonstances qui font qu'on est dans la merde, aussi expérimenté qu'on soit.

20 fév. 2012
0

A cette saison, il fait nuit de bonne heure :heu: :jelaferme:

20 fév. 2012
0

Et froid !!!

20 fév. 2012
0

je crois qu'il y a peut être un petit glissement de sens.

À mon avis, ce ne sont pas réellement des nouveaux comportements.
Ce sont des nouveaux plaisanciers qui n'auraient peut être pas navigué à l'époque où il fallait avoir un minimum de connaissances et de cultures maritimes pour naviguer.
Une époque sans GPS.

Cependant.
le GPS, c'est déjà une assistance énorme.
Alors à assistance, assistance et demi…

20 fév. 2012
0

D'accord avec Lorenzo.
Entendu cet été à la VHF: vers 10h du matin, appel d'un voilier au mouillage devant la plage du Béniguet à Houat qui demande assistance au CROSS car il est en panne de démarreur.
Ce jour là, grand soleil (pour une fois diront les mauvaises langues du sud) petite brise de 7 à 8 noeuds. Plusieurs bateaux au mouillage au même endroit.

20 fév. 2012
0

On ne sait pas tout... aurait il eu des lumieres la nuit ? depuis combien de temps etait il bloqué, etc...
je suis rentré une fois en panne a la voile (dans la petole), controlé au milieu de la nuit pour defaut d'eclairage, amende,...

20 fév. 2012
0

Ne vous méprenez pas sur mes propos précédents. Je suis dans les métiers des secours et les appels pour des futilités me font autant ch..r que vous.
Je veux simplement dire qu'on ne peut pas juger de l'opportunité d'un appel au secours sur base d'un simple article de journal.

Ce qui serait intéressant de savoir, c'est s'il y avait vraiment 0 Bft vendredi PM entre Groix et Quiberon, ce qui je pense doit être assez rare pour la saison. (ou alors 1 ou 2 Bft et un courant de tous les diables)

20 fév. 2012
0

Sauf danger immédiat ou équipier en crise d'angoisse grave, 7,5 milles de cotes ça laisse un peu de temps pour que le vent revienne, sinon on mouille

souvenir d'une course de l'EDEC avec 100 voiliers ou plus mouillés par pétole entre guernesey et je ne sais ou

souvenir aussi de Morlaix Calvi par tanger en 1976 sur un requin modifié sans moteur

souvenir aussi de ma traversée solo port cros calvi avec pétole au milieu et coude d'échappement explosé, j'ai passé un pan pan au cross par la VHF (portable) pour signaler que mon épouse risquait de s'inquiéter que j'arrive en retard, ils l'ont appelé ! ils m'ont dit ausis qu'ils avertissaient le cross corse aukazou.

J'ai un mépris assez grand pour ce genre de plaisanciers qui refusent toute forme d'aventure ou de retard, que font ils sur l'eau ??

si la SNSM facture c'est au moins une consolation

20 fév. 201220 fév. 2012
0

est ou ouest des minquiers ?
sinon exact et on écoutait à la radio un match européen de St Etienne ...

20 fév. 2012
0

Il s'agissait de l'EDHEC 1976 ou nous étions encalminés du coté de l'Est de Minquiers.

Le "record" de la traversée entre Granville et Jersey dans les années 70 était de 34 h pour 27 milles.

20 fév. 2012
0

certes, nous ne savons pas tous sur cet exemple, mais nous savons tous, pour les avoir rencontrés, que ces comportements existent

20 fév. 2012
0

Ca fait des années et des années que cela arrive malheureusement... C'est pour cela que les interventions pouvant être "évités" sont désormais payantes ! Pas assez cher à mon goût d'alleurs.

20 fév. 2012
0

Que la SNSM facture est normal mais comme " mon assurance paiera..."

Chaque année le canot tous temps de Granville va remorquer des voiliers en panne de moteur parce qu'ils ne savent pas comment sortir de Chausey ou rentrer au port à la voile.

C'est sans doute la majorité de ses interventions plaisance. Les autres étant les dépôts de cendre de défunts,et surtout les interventions pour la pêche.

20 fév. 2012
0

bjr ,
c'est ce que l'on apprend au permis mer ,si panne de moteur appeler au secours ,
venez m'aider ,venez maider trois fois ...
il y a quelques années devant le port de porquerolles un beaufort 14 à tiré des fusées
par manque de G.O une bonne àme lui a amené un bidon de 20l et lui a purge son moteur
sans un remerciement de leur part meme pas un coup de canon .
alain

20 fév. 2012
0

Rien ne nous dit s'il avaient des voiles a bord. :mdr:

20 fév. 2012
0

il y a 3 ans j'ai perdu mon hélice j'étais à Minorque et je venais de quitter mon mouillage je suis allé à Pollença (Majorque) au port ou je connaisais un chantier, rentré sous génois seul, cela m'a rappelé ma jeunesse quand on rentrait tous au port (en Bretagne)sous voile ce n'était à cette époque interdit!!

21 fév. 2012
0

Il est certain que si je réentendai un PANPAN par un voilier en panne de moteur et en aucun cas en danger (réservoir vide!!), je lui demanderai d'abord 100 Euros pour le dérangement,(que je donnerai volontiers au Cross) en Méditerannée le vent ou brise se lève toujours à un moment de la journée, quand on part en nav pour la journée il faut toujours prévoir eau et qq chose à manger et vétement chaud, surtout s'il y a des enfants.

20 fév. 2012
0

Aout 2009 vers 23h alerte Cross, le cross med mets en action la sns 066 Saint Tropez pour une fusée rouge aperçue par un témoin qui donne une direction très approximatif .Appareillage et recherche aidé par le sémaphore de Cap Camarat hé ! Oui à cette époque le sémaphore du Dramont n’est pas encore en 1° catégorie donc fermé la nuit, nous quadrillons le secteur demandé par le cross mais en vain cap Camarat nous envoie sur un éco radar fixe ce trouvant a l’opposé du secteur de recherche nous nous approchons de cet éco et j’aperçois un bateau de + - 10 mètres à son bord un monsieur nous lui demandons si tout va bien si ce n’est pas lui qui aurai tiré une fusée rouge il nous répond par la négative et nous demande de bien vouloir lui laisser profiter de sa navigation vent néant , courant néant ,mer plus que plate j’en ren-compte a cap Camarat que ce monsieur faute de moteur attendait tout simplement un petit souffle d’air pour continuer sa navigation ,le Cross ayant entendu notre échange radio a demandé a ce monsieur de les appeler toutes les demi heure pour savoir si tout allais bien, la fusée comme dans 80 % des cas malheureusement a du être tirée par jeux par un autre bateau .Et oui messieurs nous vivons dans un monde d’assisté ou certains « plaisanciers »ont peur de rater l’apéro du soir préfère demander du secours pour être certain de ne pas rater l’apéro pas grave les assurances payent et sans vouloir être méchant comment voulez vous prendre des décisions derrière un bureau sans visuelle sur une situation sans même un visuelle sur la mer (mrcc la garde et dans les terres et pas en bord de mer) Ca doit pas être facile de géré celui qui a vraiment besoin d’assistance et les autres .

20 fév. 2012
0

J'ai beaucoup de respect pour les CROSS et leurs équipages qui font efficacement un travail difficile.
Mais tu t'interroges sur la difficulté de gérer des situations sans visuelle. Même pour un MRCC qui serait en bordure de mer, son périmètre visuel serait plutôt limité en proportion de sa zone de responsabilité. Dans mon coin, le CROSS Gris Nez, installé au dessus du cap du même nom contrôle de la frontière belge au cap d'Antifer et le CROSS Jobourg qui prend la suite va jusqu'à Penmarch je crois.
Mais ils sont aidés par les sémaphores qui assurent le relais et sont également leurs yeux sur des secteurs plus réduits.
C'est pourquoi, en cas de difficulté, il faut absolument leur fournir clairement toutes les informations.
Je me souviens d'une situation ou, un jour sans un souffle de vent, j'ai pris un filet dans l'hélice au large de Berck. Dialogue avec le CROSS Gris Nez qui envisageait de me faire remorquer vers Boulogne. Nous avons discuté de cette situation jusqu'au moment où est entré dans le dialogue le commandant d'un bateau de la Gendarmerie qui effectuait des contrôles à une dizaine de milles de là et qui est venu me dépanner avec ses deux plongeurs. Pendant tout ce temps, j'avais tout de même parcouru quelque 4 milles sur ma route grâce au courant!

20 fév. 2012
0

il ne connaissait peut être rien à la voile tout simplement

20 fév. 2012
0

Vous êtes vous posé la question si, appelant le port le plus proche vous avez besoin d'un remorquage, qui va venir ?
JJ

21 fév. 2012
0

Personne sauf si tu as un copain prêt à sortir pour te donner un coup de main.
Les chaloupes et pneumatiques des ports ne sont pas là pour cela et ne sortent pas à l'extérieur (assurances?).
Tu peux peut être tenter au Havre et ils feront sortir une Abeille! Mais alors là, attention à l'addition!
En cas de problème que l'on ne sait pas ou ne peut pas résoudre, la solution la plus rationnelle est le CROSS, qui commencera par émettre un Pan Pan puis enverra la SNSM si personne à proximité pour donner suite au Pan Pan.

21 fév. 2012
0

Tu as bien résumé Ecumeur.
JJ

21 fév. 2012
0

Bonjour.
L'année passée, devant Nieuwpoort, j'ai cassé la clavette qui maintient l'hélice sur l'arbre (l'hélice était couverte de coquillages). Le vent était tombé à 2 bft. J'ai appelé le club KYCN dont je suis membre par gsm et leur ai demandé de venir me chercher au bout du chenal d'entré avec le canot de service.

Je suis rentré lentement à la voile. A l'entrée du chenal le vent était absent bien sur et j'ai du me faire remorqué par un bateau hollandais qui m'a tiré jusqu’à mi-chenal où le canot du club a pris la remorque.

Les deux personnes à bord m'ont amené au ponton visiteur où m'attendait le troisième employé du club pour m'aider à l'arrivée au ponton.

Le lendemain le canot m'a tiré sous la grue pour mettre le bateau au sec.

Et cerise sur le gâteau, le dépannage a été fait à titre gracieux.

J'en profite pour remercier ceux qui m'ont aidé dont le couple de retraités hollandais particulièrement aimable et compétant.

Donc ne désespérez pas, avec un peu de solidarité en se sort de beaucoup de situations difficiles.

J.J.

20 fév. 2012
0

Concernant les cross, deux types de personnels y travaillent, l'une les affmar, la seconde des militaires de la marine.

Auparavant il y avait les appelés. ( des grandes écoles, arts, x,ect, et des gars de la marmar) je dirai qu'a l'époque 50% des gars étaient des voileux, et la majorité naviguait ou avait navigué. (loisir ou prof)sur des navires plus ou moins importants.
Certains de part leurs professions avaient uns trés bonnes connaissances des navires marchands, vraquier, super tanker ou péchou.

La majorité des gars qui étaient de quarts avaient une connaissance de la mer, pour l'avoir pratiqué, aussi bien les militaires, que les affmar.

Je rajoute qu'il est certes plus facile de se faire une idée d'une situation quand on peut voir l'état de la mer, mais il ne pas oublier, que les cross disposent des yeux des avions ou des remorqueurs qui patrouillent lorsqu'il y a un avis de grand frais. En plus certains cross ont une vue direct sur la mer. (je rajouterai pour l'humour quand y a pas de brume)
Ils ont aussi les rapports des sémaphores et des vigi.

Maintenant appeler le cross pour un remorquage, il n'y a rien de choquant en cela, ce n'est pas un mayday qui a était lancé, mais une simple demande d'assistance. Concernant il est assuré, c'est elle qui paye, pas forcément, tout le monde n'est pas couvert, ou n'a pas de franchise, c'est restreindre a mha les gens au genre foutisme.

Entre casser un bateau, et peut être mettre sa propre vie ou celle des autres en danger, rien que pour avoir attendu..... :reflechi:

Suivant le bateau, si j'en suis le proprio ou pas, sa manœuvrabilité, les vivres, le matos à bord, la destination, l'équipage, la météo, la décision que je choisirai de prendre peut être tout a fait différente pour une même situation.

Cdlt.

seb

20 fév. 2012
0

Cela et certain que je prendrai toujours un pan-pan ou un mayday avec le plus grand intérêt je serai toujours la pour aider une personne en difficulté mais entendre constamment » c’est pas grave mon assurance rembourse « qui paye les cotisations vous et moi pour ces plaisanciers qui n’ont aucun remord d’appeler des secours pour un oui ou pour un non les cross pour qui j’ai beaucoup de respect sont obligé de mettre tout en œuvre affin de porter assistance mais si les assurances mettais des franchises élevées peu être que certains plaisanciers réfléchirait avant de demander assistance pour manque de vent et même de demander assistance car il y a trop de vent et qu’ils doutent de ces capacités pour rentrer au port « c’est du vécus ».

21 fév. 2012
0

T'as aussi l'autre solution, celle d'assumer qu'il y a un réel besoin d'assistance en mer, et que ce besoin est totalement différent du secours des vies humaines.

Quelle voiture n'a pas aujourd'hui un contrat d'assistance pour te dépanner au moindre problème (par exemple, juste venir te changer la roue quand tu as crevé alors que tu as tout le matos dans ton coffre, que le truc est à la portée d'un gamin de 12 ans et que cela ne te prend jamais plus de 10 mn) ?

On a tous entendu ces appels de "détresse" qui ne sont au final que des demandes d'assistance. Effectivement, un des problèmes c'est qu'il n'y a personne d'autre que le 16 à qui appeler.

Alors créer un service d'assistance pure, pourquoi pas, payant sur abonnement ou au coup par coup.

Il vaut mieux, à mon avis, que le gars qui est dépassé par les événements, appelle à l'aide un pro payant plutôt que le voir tenter tout seul une connerie qui se finira mal.

Je dis ça, mais je serais bien le dernier à utiliser un tel service. J'ai été, avec mes vieux hors bord, des dizaines de fois en panne moteur, de jour, de nuit, en solo, avec mes gosses, avec un équipage. Il ne me serait jamais venu à l'idée d'appeler le Cross pour ça. Je me rappelle avoir cassé mon moteur en allant en Corse. Bilan, trois semaines sans moteur. On a évidement navigué tout le temps, et le retour, sans moteur, nous a pris trois jour. Le gag, c'est qu'en arrivant à 40 milles de Porquerolles, j'ai commencé à suivre l'épopée d'un équipage d'un 45' en panne de moteur devant l'ile et qui appelait le 16 pour rentrer à Toulon... Il y avait du vent, ils avaient des voiles, mais l'idée de les mettre pour avancer ne semblait pas les effleurer.

Mais il faut de tout pour faire un monde.

Jacques

21 fév. 2012
0

Il me semble avoir entendu qu'une société s'était montée il y a 2 ans entre Marseille et Nice pour dépannage en Mer je ne sais pas si elle existe encore. Je pense que les "Chauffeurs du dimanche" ont préféré déranger le cross!!
En Bretagne des jeunes avaient montés une société entre Concarneau et les Glénans, pour amener le pain et les croissants pour le petit déjeuner! plus ludique

21 fév. 2012
0

C'est grâce à de tels débiles que bientôt nous serons obligés d'avoir un deuxième moteur homologué révisé par un spécialiste agréé etc. etc. etc...
Les réglementateurs (?) ont encore du grain à moudre !

21 fév. 2012
0

Voici un extrait de la notice d'assurance dont je viens de recevoir une proposition :

"Votre sens marin récompensé : En cas de détresse en mer, déclenchez les secours : les frais d’intervention sont garantis."

L'assurance préfère payer les frais d'intervention que le remboursement du bateau en cas de naufrage suite à la panne. Je vous rappelle qu'on peut naviguer sur un voilier sans permis et sans justifier d'aucune capacité : tout celà va dans le sens de la plaisance et non pas de la Marine.

22 fév. 201222 fév. 2012
0

En cas de détresse en mer, déclenchez les secours : les frais d’intervention sont garantis.

je pense qu'ils se réfèrent à la définition formelle de détresse: "danger grave et imminent pour les personnes ou le navire, et que l'on demande assistance immédiate", donc pas la panne d'essence bien sûr.

"Danger grave et imminent..." c'est mayday tout de suite, sinon à part l'assurance en cas de pépin grave on a à faire avec un tribunal.

21 fév. 201221 fév. 2012
0

Chut ! profil bas SVP ! pas le moment d'attirer l'attention des suce-fric de l'administration qui serait trop contente, là aussi ! D'imposer des lois inutiles ou stupides. Préfère voir un plaisancier crier os court par manque de vent que de voir radiner les autorités malveillantes

22 fév. 201222 fév. 2012
0

Il ne sert à rien de s’insurger contre cet état de chose qui n’est pas près de changer, et qui va même se développer.

C’est comme ça ! Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’accès à la plaisance est devenu plus facile, que sa pratique est maintenant à la portée de tous (hélas…), et qu’il n’y plus besoin de faire l’effort de devenir marin pour pouvoir prétendre naviguer.
Il suffit d’écouter certaines conversations débiles à la vhf, à la saison estivale, pour s’en convaincre.

Dans ce contexte, je trouve que la création de structures de dépannage privées, aux services payants, comme sur la route, serait une très bonne chose. Les services de sauvetages officiels restant bien sûr disponibles pour les cas graves.

Nb : Ne voyez pas dans mon intervention un jugement sur le fait divers à l’origine de ce fil, que je ne connais que par un article de presse.

22 fév. 201216 juin 2020
0

J'y vais aussi de mon couplet...
Actuellement, il semble que le marché de la plaisance (voile)soit "tiré" par la location.
Pourquoi ?
Pas de permis, grandes unités (40 45 pieds y a qu'a voir les salons), coût assez faible pour 3 couples, moteur peu gourmand en GO etc...
Oui mais, pas de voile (on ne sait pas faire) quelquefois il vaut mieux;-o).
On en rencontre tout l'été sur la grande bleue (et ailleurs!) de ces bateaux là alors rien d'étonnant à constater ces "dérives" de tous ordres.
Ah ma bonne dame...c'est plus comme avant !

22 fév. 2012
0

Par curiosité (HS) : en général, que demandent les loueurs de voiliers comme compétences aux locataires ?

22 fév. 201222 fév. 2012
0

le N° de carte bleue et de payer la facture de la location. :reflechi:

extrait de location de filo....

Article 6 : Utilisation du bateau - Responsabilités

6.1. Le Locataire doit être majeur. Il s'engage à utiliser le bateau en « bon père de famille » et en se conformant aux règlements des Affaires Maritimes, aux lois et règlements des pays visités.

6.2. Le Locataire s'engage à n'utiliser le bateau que pour une navigation de plaisance, à l'exception de toute opération de commerce, de pêche professionnelle, de transport, de régates ou autres.

6.3. La sous-location et le prêt du bateau loué sont rigoureusement interdits.

6.4. Le Locataire s'engage à n'embarquer que le nombre de personnes autorisé.

6.5. Les animaux ne sont pas admis à bord des bateaux loués.

6.6. Le Locataire doit s’informer sur la catégorie de navigation et de construction du bateau ainsi que des zones autorisées de navigation. La navigation ne devra être effectuée que dans les eaux du pays dans le lequel la navigation du bateau est autorisée.

6.7. Le Locataire est responsable de la tenue du livre de bord dont un exemplaire est fourni par le Loueur. C'est un document sur lequel doivent être inscrites les indications sur la navigation et la relation de tous incidents et avaries relatif au bateau et à la navigation.

6.8. En cas de perte ou d'avaries en cours de la location, le Locataire doit au préalable aviser le loueur et le courtier d’assurance en demandant des instructions, avant de prendre sous sa responsabilité toute réparation ou remplacement d’un équipement.

6.9. En cas de perte ou d'avarie grave (démâtage, voie d'eau, incendie, ...) le Locataire est tenu d'aviser d'urgence le Loueur et le courtier d'assurance en demandant des instructions. En attendant celles-ci, le Locataire sera tenu de faire établir un constat par un commissaire d'avarie afin d'obtenir de la compagnie d'assurance le remboursement des sommes qui lui incombent. Au cas où le Locataire n'accomplirait pas cette formalité, il pourrait être tenu de payer la totalité des dépenses occasionnées par l'avarie.

22 fév. 2012
0

Les loueurs pro, je ne sais pas comment ils font. Mais j'ai loué Erendil pendant une dizaine d'année. En fait, cela commençait quand le gars me téléphonait après avoir répondu à une petite annonce. On commençait à bavarder, et je lui demandait toujours sur quoi il avait navigué et où il était allé avec. Cela permet déja de voir l'experience du gars, et de voir si cette expérience était transposable sur Erendil.

J'ai eu parfois de sérieux doute, je n'ai jamais refusé une loc, mais j'ai quelque fois laissé filé l'affaire parce que je ne croyais pas que cela collerait.

Dans d'autres cas, j'ai proposé un week end de prise en main en fin de printemps, où j'accompagnais le gars.

Après, l'inventaire est un bon moyen de voir si le gars sait de quoi on lui parle. On lui montre de l'accastillage ou de l'électronique, et on voit bien s'il sait ce que c'est et comment sa marche. J'ai eu quelques doutes, mais je n'ai jamais interdit à un équipage de partir. Je me plaçais ensuite toujours à un point d'observation pour les regarder sortir du port et mettre les voiles. Une fois, j'ai vu les gars qui avaient loués et payés remonter dans leur voiture et partir. Ils m'avait laisser un mot pour me dire que cela ne convenait pas. Il faisait un temps de chien, alors qu'Erendil est un bateau de beau temps, et je pense qu'ils avaient aussi la frousse.

Au final, les pires conneries que j'ai vu était toujours faites par des gars qui savaient naviguer. Ceux qui ne savaient pas bien naviguer ne prenaient aucun risque, aucune initiative.

Jacques

22 fév. 2012
0

le loueur pro (ou pas) va te demander un CV nautique, en gros ton experience, meme si cela est difficilement verifiable.

Je souhaite rappeler que la loc a aussi certain avantage :
- le tout premier, quand tu es jeune est pas de quoi t'acheter un bateau, vive la loc
- decouverte de différents supports 25 à 45 pied ( par ex pour faire decouvir la voile à des amis néophytes dans un certain confort)
- découvrir de nouvelle zone de nav.
etc etc

Bonne journée à tous

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (81)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021