Voiles neuves : croisière ou côtière ?

Bonjour à tous,
Me revoilà avec mes voiles...

Donc je vais faire faire des voiles neuves à mon yacht de 8,20 m.
Après avoir demandé des devis un peu partout et être un peu plus fixé là où je vais les faire faire, je me pose une autre question. Je sais, je vais vous fatiguer avec mes voiles mais bon, le retour de votre expérience est bien sympathique dans mes décisions alors j'abuse encore un peu...

Les maîtres-voiliers proposent en général 3 types de finition dans leur gamme :
- régate
- croisière
- côtière
La régate n'est pas au programme, donc j'élimine.
La gamme côtière, premier prix, peut me contenter sans doute.
La gamme croisière, dite hauturière, me parait mieux, mais plus chère.

Mon programme va être de la balade familiale avec les enfants, et un peu plus aventureuse quand on se retrouvera en couple.
Nous sommes en Méditerranée, et il est vrai que pour l'instant on va découvrir les côtes pas loin de chez nous, mais plus tard, un tour de la Grande Bleue nous tente bien... Grèce, Turquie, Tunisie, Corse, Sardaigne, Italie, Espagne, Algérie, ... Il y a tant à faire...

Vous, vous avez quelle gamme de voiles à bord de vos bateaux ?
Quel est votre programme ?
En êtes vous content ?

Merci par avance et bonne journée.

L'équipage
10 fév. 2012
10 fév. 2012
0

bonjour
fait déja en fonction de ta bourse,et la côtière et suffisant pour les ballades et le jours ou tu voudra faire le tour de la grande bleue je pense que tu changeras de bateau.

10 fév. 2012
0

Je ne comprends pas bien pourquoi on appelle les voiles bas de gamme "cotières" et les autres "hauturières". Je trouve que c'est un abus de langage puisque les voiles bas de gamme vont simplement être moins solides et vivre moins longtemps que les autres.
Je pars souvent du principe qu'il faut être riche pour acheter pas cher. Je préfère des godasses à 200 € qui durent 5 ans à celles à 50 € qui durent six mois.

Je pense que choisir la solidité et l'endurance de ses voiles en fonction du type de navigation (côtier ou hauturier) est un mauvais calcul. On peut très bien prendre un coup de vent près des côtes et exploser le génois car on l'a choisi bas de gamme.

C'est vrai que c'est dur au moment même, mais quel plaisir par après !

10 fév. 2012
0

en plus c'est plutôt en côtière que tu apprécieras le plus des voiles de qualité, on fait souvent du prés en med

10 fév. 2012
0

Bonjour,

Histoire d'alimenter le fil, voilà ma contribution.

AMHA il n'est pas raisonnable de poser la question de la réalisation des voiles en ces termes qui fleurent plus le marketing des écoles que l'artisanat qu'est tout de même la réalisation d'une voile sur mesures !

Que l'on distingue "régate" de "croisière", why not! En revanche, quand à décider d'une voile de croisière, toujours AMHA il faut distinguer les voiles non en fonction de leur facture. Concernant une voile d'usage en croisière, j’attends de mon voilier plus de précision sur :
- le textile employée et son grammage,
- la nature des finitions réalisées.

Merci aux maîtres-voiliers de rester factuels. Une voile n'est pas un parfum. Et les éléments techniques n'ont rien de sorcier.

Sur mon voilier, déplacement lourd employé hélas très occasionnellement, le grammage sera un élément essentiel pour supporter la charge. Pour d'autres, naviguant très régulièrement sur un déplacement plutôt léger, ce pourra être certains éléments de finition.

Un avis parmi d'autres

10 fév. 2012
0

C'est un sacré problème, puisque tu vas garder tes voiles une dizaine d'années, et que c'est elle qui font marcher ton bateau. L'écart de performance entre un bon et un mauvais jeu de voile est considérable.

Mais il y a beaucoup de choses qui peuvent faire qu'un jeu de voile est bon ou mauvais. Cela dépend du tissu utilisé, mais aussi de la capacité qu'a ou non le voilier à traduire ce que tu veux.

Le tout est d'abord un problème de budget. C'est lui qui va déterminer le type de tissu qui sera utilisé pour fabriquer tes voiles.

Tu as en gros trois choix :

  • Les tissés, c'est les tissus classiques généralement en dacron.
  • Les laminés, c'est des tissus composites, faits de plusieures couches empilées (une de mylar, des fibres rapportées unidirectionnelles, deux faces de taffetas pour protéger l'ensemble)
  • Les membranes, c'est un film avec les fibres orientées, protégées ou non par des taffetas.

Les tissés ont servi pendant des années à faire les voiles. Ils marchent bien, mais résistent mal à la déformation. Tu perds au bout de quelques années les performances initiales.

Les laminés, qui doivent être assemblés dans le sens des efforts, donc idéalement avec des coupes triradiales, ont une bien meilleure longévité. On leur reproche leur tendance à moisir.

Les membranes sont indeformables, mais réputées plus fragile. Elles craignent les UV, doivent être roulées plutot que pliées et pour ça sont pas forcément bien adaptées aux petites navs tranquilles. Elle ne sont pas beaucoup plus chère maintenant que les laminés, dans la mesure où l'assemblage de la voile, constituée de trois, quatre ou cinq panneaux est beaucoup plus simple que les triradiales et leur 50 panneaux.

La solution laminée (par ex DC Dimension) est souvent un bon compromis. Tu as la performance, la durée, et peu de précaution d'usage.

Mais à la fin, encore une fois, le tissu ne fait pas tout. La manière dont le voilier traduira ton souhait compte aussi. La c'est une question de feeling.

Jacques

10 fév. 2012
0

Jacques , ou classes tu le tissu hydranet ? j'ai découvert l'année dernière que mon GSE qui est encore utilisable après 10 ans et beaucoup de milles et d'abus etait en hydranet, c'est vraiment solide et ça se déforme moins que le dacron basique. il y a aussi plusieurs catégories de dacron, me semble t il .

10 fév. 2012
0

Et je crois qu'il y a aussi plusieurs hydranet, le radial semblant être celui qui marche bien.

C'est un tissé (il n'est pas composite) de dacron et de spectra. Je le connais mal, mais il a effectivement une bonne réputation de longévité. C'est un tissu prisé des navigateurs au long cours.

En terme de prix, il se rapproche du laminé. Par rapport à lui, il aurait l'avantage de ne pas être sensible à la moisissure. Il est, normalement, utilisé en coupe triradiale.

Jacques

10 fév. 2012
0

oui c'est cela une belle coupe radiale, de la mousse sur le guindant pour rester correct enroulé les premiers tours

un poil lourd en dessous de la taille du gegene de LW, 33 mètres carrés
j'ai hérité de cette voile quasi neuve qui est dans le genre indestructible, a servi au moins 24 heures enroulée à 13 ou 14 tours de TMT sans déformation
pas une voile de course c'est sur

10 fév. 2012
0

voile menbrane pas cheres ??? ce que l'on m'a dit :
GV 15 x 5 = 8000€ peut tre qu'il y a des chariots ???

10 fév. 201210 fév. 2012
0

Je n'ai pas dit "pas chères", j'ai dit "pas beaucoup plus chère que les laminés" :-)! ...

J'attend une voile à corne de 32 m² en trilam TT à 4.600 € faite par All Purpose la Trinité. Le même voilier me proposait la même en DC à un peu plus de 4.000 €

De souvenir, j'avais payé la voile sans corne en DC autour de 3.200 € chez Technique Voile il y a dix ans.

Jacques

11 fév. 2012
0

t'as raison erendil .
j'airemarqué que l'humidité s'infiltrait entres les 2 menbranes , pres des fibres ..
la voile a 2 saisons de regates.j'ai pas reussit à savoir par " trilam" si on pouvait coller soi meme .
une GV roulée c'est assez galere à transporter , meme si on a pas une smart .

11 fév. 2012
0

Le trilam north ( en planche) ne me semblait prendre l'humidité ainsi. (désolé pour toutes les fautes) .

10 fév. 2012
0

Mon voilier m'a expliqué ainsi la différence entre un bon dacron et un laminé (DC) :
- Le DC durera moins longtemps que le dacron, mais conservera sa forme et donc ses performances jusqu'à la fin, alors que le dacron se déformera peu à peu et finira comme un sac ; c'est le délaminage qui aura raison du DC ;
- Les voiles en laminé seront meilleures dès le début car elles auront une coupe tri-radiale, alors que le dacron sera limité à une coupe cross-cut (laizes horizontales).

10 fév. 2012
0

Les voiles en DC ne délaminent plus vraiment. C'était vrai jusqu'en 2000. Je pense maintenant qu'une voile en DC a la même longévité qu'un dacron, mais qu'elle conservera sa forme, alors que celle en DC sera défoncée.

Ce n'est d'ailleurs pas qu'un problème de durée. Une voile en dacron utilisée hors de sa plage (par exemple mal étarquée, ou utilisée dans du trop gros vent) peut être défoncée en une sortie.

J'ai eu trois jeu de GV en DC. Les deux premières ont durée 6 ans chacune et ont fini vraiment à bout de souffle. La dernière a tenu un peu plus de 10 ans et reste encore belle pour sa forme. C'est vrai aussi que nous avions beaucoup plus travaillé les renforts. Par contre, alors qu'elle avait résisté bien 8 ou 9 ans à la moisissure, là, elle commence sérieusement à virer au gris là où j'avais fait poser des renforts en insigna.

Par contre, il ne faut pas lésiner sur l'échantillonnage du DC et ne pas hésiter à monter d'un cran par rapport aux recommandations du voilier.

Jacques

10 fév. 2012
0

J'ai fait faire une GV de qualité hauturière car tel est mon besoin. si j'avais eu plus de sous, j'aurais fait faire le génois.
pour le prix, et bien j'ai trouvé un voilier qui ne m'a pas fait plus cher que le std des grandes marques.
La voile que j'ai remplacée de gamme standard, na pas tenu dans le temps pas 10 ans.
JJ

10 fév. 2012
0

Bonsoir. Il y a trois ans, j'ai demandé à mon voilier une GV pour vingt ans au moins et une petite amélioration dans la coupe et depuis, pas de soucis, elle est toujours aussi raide malgré les lessivages en baignoire.
@ GRIBOU, la mécanique est en place.

11 fév. 2012
0

Oui mais ces cons là ils on commandé l'inverseur dans l'autre sens donc je me démène pour trouver une hélice. J'en aurais une dans la semaine. c'est vraiment difficile d'avoir quelque chose.
Mais pour en revenir aux voiles, si l'on a l'intention de garder le bateau, mieux vaut du solide qui dure que du chiffon pas cher (j'ai remplacé du NORTH).
JJ

11 fév. 201211 fév. 2012
0

J'ajouterais à ce qu'a dit Jacques (Erendil) qu'il est impossible d'aplatir une voile en coupe longitudinal (cross cut) même neuve comme on peut le faire avec une voile à panneaux tri-radial.

Au prés, dans la brise ça représente un sacré intérêt, réduction de puissance (gite), amélioration du cap.

Moi j'ai fait le choix du laminé (DC-line) l'an dernier, vraiment très content de ce choix.
Je n'aime pas beaucoup non plus cette dénomination "côtier-hauturier", ça veut rien dire du tout.

Sylvain.

11 fév. 2012
0

D'abord changer de maître voilier, celui-ci ose une différence entre côtier et hauturier, comme si le vent n'était pas parfois aussi brutal à la côte, c'est une autre façon de dissimuler une augmentation de prix.
Après avoir choisi un autre maître voilier, mais un bon, demander course croisière et augmenter le grammage d'un bon cran. Je ne sais pas si le voilier de hong kong existe toujours (Lee Sail je crois) mais il était d'un très bon rapport qualité prix. Quand à savoir le genre de tissus c'est une question de prix ! Savoir si on peut ou pas s'offrir un tissus exotique, le dacron se déforme à la longue, c'est sûr mais il est toujours utilisable 20 ans après sinon plus et faire moins de cap vaut mieux que de ne pas pouvoir en faire à cause des finances insuffisantes.

11 fév. 2012
0

Bon, le facteur limitant numéro 1 c'est la bourse... Ok, mais je pense que pour les voiles le principe énoncé par picarre est juste : "il faut être riche pour acheter pas cher".

Si tu compte barouder en med prend ce qu'ils appellent finition hauturière quitte a mettre un peu plus. La Med est dangereuse dans le sens ou les conditions changent rapidement.

Vagues courtes et rafales, ce qu'il y a de plus usant pour le gréement, donc prendre costaud.

Si en nav familiale tu utilises deux riz, puis qu'un jour tu te retrouve en couple pour partir plus loin et que tu as besoin du 3eme riz, en finition côtière ou ils grattent sur tout tu sera emmerdé car tu l'auras pas => frais supplémentaire.
Ou comme la finition sur le coinceur du nerf de chute, un truc innomable en plastic qui pète forcément au début d'un bord de près de 15h...
Tout un tas de petit détails qui peuvent faire la différence quand les conditions durcissent.

La voile c'est comme le moteur, c'est un élément de sécurité sur lequel il faut être vigilent et ne pas lésiner sur la qualité pour barouder en med.
Ne pas prendre "le bas de gamme" pour les voiles serait plutôt mon conseil mais il y a aussi de très bonnes occasions...

11 fév. 2012
0

pour moi , la qualité commence par celle du tissu en ensuite le talent du voilier .
je leur dis ce que je veux et en general , ça marche .
ps : je n'ai pas vraiment de connaissance en regate . je suis plutot hauturier ...

11 fév. 2012
0

Tu as de la chance ! Moi je leur dis ce que je veux et ils me font ce qu'ils veulent. Alors je râle et je change de voilier en leur disant pourquoi. Après ils sont pas content de se retrouver en faillite ou en difficulté. C'est bête non ?

11 fév. 2012
0

Je suis bien embêté pour distinguer de visu les tissus laminés, hydranet, DC et les membranes. Quelqu'un aurait-il un lien vers une explication avec des photos, svp ?
Ces tissus exotiques s'assemblent-ils en cross-cut ou bien obligatoirement en coupe orientée ?

12 fév. 2012
12 fév. 2012
19 fév. 2012
0

Je viens de constater l'apparition de traces noire au niveau des liaisons et coutures entre les panneaux de mes voiles (DC line).
Très probablement de la moisissure, bon, ça n'a pas l'air bien méchant, les voiles font juste un peu moins propre de prés, ça me conforte dans mon regret de ne pas avoir pu bénéficier de taffetas polyester gris (ou autre que blanc), bah comme ça on vera de loin que se sont des voiles tri-radial... :-)
Pour la peine elles passeront le reste de l'hivernage à l'intérieur (c'est madame qui est heureuse) plus-tôt que dans mon garage, pourtant pas spécialement humide.

19 fév. 2012
0

j'ai une GV en laminé qui est un peu moisie de partout (elle reste sous sa housse presque toute l'année), pas très beau mais ne nuit pas à la résistance, les nettoyages ont pas fait grand chose ...

19 fév. 201219 fév. 2012
0

La moisissure est le premier probléme visible avec les voiles en DC, et apparait au bout de 5 ou 7 ans, d'abord là où il y a plusieurs épaisseurs, ou des renforts en insigna ou autre.

Le long des coutures, ce n'est pas forcément de la moisissure, notamment avec le scotch double face qui a servi à l'assemblage, et qui rapidement retient des saletés.

La moisissure se traite trés bien avec des produits anti moisissure, moi j'ai utilisé le truc en spray pour sanitaires de Casto. Tu pulvérises, laisse agir 10mn, éventuellement tu frottes doucement à l'éponge. Tu rinces, et s'il en reste, tu recommences. Il est recommandé de travailler à l'ombre.

Mais elle revient vite.

Il parait que les laminés sont maintenant traités à l'antifongicide.

Jacques

20 fév. 201216 juin 2020
0

Le laminé en DC coupe tri, on ne reconnait plus son bateau.
Je suis passé d'un génois en dacron coupe "standard" voile d'origine (Bavaria 37) à une génois en DC coupe tri. Rien à voir.
En méd, le PB c'est que soit il y a très peu de vent ou trop de vent.
Quand il y a très peu, le génois en dacron est trop lourd, donc pas de maintien.
Quand c'est fort, le dacron se déforme et creuse beaucoup trop, il peut être déformé en quelques sorties si rafales importantes ce qui est souveant le cas en méd.
Pour info, je suis passé de 27m2 à 38m2 et je n'ai pas à réduire plus tôt, tellement il est possible d'applatir en bordant bien. Voir la photo.
Et que dire de la remonté au vent !
Alain

20 fév. 2012
0

une tôle !

20 fév. 2012
0

Oui Bil56, on peut dire une tôle, bien bordé.

20 fév. 2012
0

ton voilier t'a assuré qu'il n'y aurait pas de pb de délaminage dû à l'enroulement ?...

20 fév. 2012
0

J'ai été conseillé par un spécialiste du gréement, régatier à ses heures et qui travaille sur beaucoup de bateau. Il ne signale pas de PB particulier.
La seule précaution c'est de ne pas la laisser trop longtemps pliée. En hivernage, je la roule et la laisse dans le bateau.
Sur l'enrouleur elle n'as pas de plis.

20 fév. 2012
0

Et encore, tu peux facilement laisser une voile en DC pliée. Le tissu, trés apprété, est vraiment raide. Au début, tu as presque l'impression qu'il te faut une cintreuse à tôle pour plier ta voile...

Cela dit, rouler sa voile est effectivement la meilleure solution pour l'hivernage. Cela ne se justifie pas pour les voiles en DC entre deux sorties.

Aucun problème d'enroulage non plus. Ce qui fragilise les voiles collées, c'est le fasseillage. Il faud border immédiatement sa voile, et ne pas laisser battre la chute en jouant du nerf de chute.

Jacques

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Arc-en-ciel Viveiro

Après la pluie...

  • 4.5 (152)

Arc-en-ciel Viveiro

mars 2021