Voilelec marque ceci sur son site

"Le montage de batteries en parallèle ne sera jamais utilisé ! " www.voilelec.com[...]bat.php

alors avec mes 500 A (en plusieurs batteries 12 v)
je monte cela comment ?
merci
Dan

L'équipage
16 mar. 2005
16 mar. 2005
0

il a raison
bonjour, dans la théorie il a parfaitement raison. il faudrait séparer les circuits et les consommants. Mais en pratique c'est difficilement réalisable à l'exeption peut-être du pilote à qui on peut dédier une batterie. Il faut aussi penser à recharger tout cela .... Ce qui limite la casse c'est de mettre en // des batteries "identiques" en age et en type bien sur mais ce n'est qu'un compromis.

16 mar. 2005
0

Resistance interne.
Le souci est d'avoir des generateurs avec la meme resistance interne et meme DDP lorsqu'ils sont en parallele sinon tu cré un circuit qui se décharge tout seul en cherchant un équilibre qu'il ne trouvera jamais. Si meme age et meme caractéristique tu es pas loin de la solution sous reserve que le vieillissement soit identique. L'isolation des circuits est a mon avis la seule solution dans le temps.

16 mar. 2005
0

Désolé.
Pas vu le post qui rentre pendant que je tape.
C'est redondant désolé! (C'est comme il a dit lui)

16 mar. 2005
0

le site de CC
n'est pas la bible, et si dans l'ensemble il procure pas mal d'informations, il ne faut pas prendre tout le contenant pour argent comptant !

a chacun de se faire sa propre idée (selon ses besoins, convictions, revenus ....)

comme en tout, il n'y a jammais "LA SOLUTION" mais en général plusieurs compromis

:reflechi:

16 mar. 2005
0

Comme tu veux !
1. Classique mais pas idéal: 3 batteries de 170 Ah en parrallèles (spéciales décharge profonde de préférence), mais avec des conditions daconniennes: elles sont absolument identiques, neuves, provenant de la même fournée, achetées en même temps, mises en parralèle et JAMAIS séparées par la suite. Cela marche , et le risque est minime (mais pas tout à fait nul) pour une durée pas trop longue de quelques années . C'est le montage standard utilisé sur 90% des bateaux.

  1. Bricolo génial: 3 batteries séparés, avec des commutateurs manuels, et à la main tu choisis l'une ou l'autre en fonction de leur état de charge putatif: idéal pour raccourcir efficacement leur durée de vie en fonction de tes erreurs de jugement. Parfait si tu ne fais jamais aucune erreur de jugement sur leur état de charge.

  2. Idéal et professionnel: 3 élément de 4 Volts 500 Ah mis en série (ça fera 12 volts). Avantage: dans ces format, il n'y a pas de m**de sur le marché, car cela ne concerne que du matos industriel professionnel. Si tu veux en tirer un max pendant de nombreuses années à 365 jours d'usage par an, c'est la solution.

Mais tu peux aussi y arriver avec une palette de batteries en promo à 100 balles de chez Auchan, ça durera un peu moins longtemps ;-)

16 mar. 2005
0

et bien!
maintenant il me reste a faire un choix car les probleme s'accumules. :-D

la hauteur sous plancher n'est que de 28 cm donc
impossible de mettre 3 blocs de 4v 500 Ah

sans compter le poids plus de 50 kg.
Dommage car cette solution de Robert me convenait largement.
je ne peux les mettre ailleurs.

il ne me reste plus qu'à faire une synthese de tout cela et à régler ce probleme au mieux..

Qu'est-ce qu'on s'emmm.... desfois dans la vie ;-)
Merci
Dan

16 mar. 2005
0

Robert otes moi d'un doute !
Des éléments de 4 volts, sont déjà des "batteries" de 2 fois 2 volts. Il me semble que sur un autre fil, tu nous avais proposé précisément de monter en série 6 éléments de 2 volts de l'ampérage requis(ici 500 Ah).

Sur tes concepts, je partage pleinement ce que tu écris.

16 mar. 2005
0

ça dépend du fabriquant ...
certains les font en 2V , d'autres par élements de 4V ou même de 6V ... question de poids !

Les miens sont en 4V, cela m'a semble un compromis raisonnable simplicité de cablage (2 liaisons interbatteries seulement) versus poids ( 60 kg par module).... et j'avais pile poil le bac à batterie fait pour cela ... par mon prédécesseur qui appréciait les solutions "pro" ;-)

16 mar. 2005
0

Es-tu sur de ne pas pouvoir mettre tes batteries ailleurs ?
On a coutume de dire qu'il faut eviter de mettre ses batteries sous le plancher. En effet, en cas de voie d'eau, elle seront tres rapidement immergées et tu n'auras plus d'electricité à bord. Il m'est dejà arrivé, de ne plus avoir de jus du tout à cause d'une petite deferlente qui s'etait partiellement engoufré dans la descente et avait mis 5 cm d'eau dans les fonds (cablage electrique sous le plancher...).

Faut bien reflechir à ce problème pendant la conception de ton circuit electrique.
Je connais pas ton bateau, alors voilà quelques idées en vrac, à toi de voir si c'est réalisable: sous les couchettes arrière dans un compartiment séparé, suspendu au dessus du moteur (certains chantier, même des grandes series font celà (ex: sun fast 37))...

16 mar. 2005
0

Pour aller dans le même sens que fdm ...
je dirais que sur un bateau en acier c'est assez simple: en trois coups de baguette à souder et 5 morceaux de tôles , plus un pot de peinture époxy, tu as un superbe bac à batterie sur mesure, soudé aux varangues, avec blocage idéal pour la sécurité.

16 mar. 2005
0

grouper des elements de 2 ou 4 volts
reveinnent en fait à n'avoir qu'une seule batterie . La question que je me posserais si je partais faire un tdm.
1 seule batterie (même composée de plusieurs éléments sera hors d'usage si un seul de ces éléments et Hs ou en cours circuit). Qu'en sera t il au bout du monde pour trouver un élément Hors standard tant en capacité qu'en dimension.

Une solution moins élégante avec 2 batteries reliées avec un inverseurs apporte à mon sens une sécurité non pas sur la durée de vie mais sur la capacité à se dépanner en cas d'anomalie éléctrique et le fait quelles soient de moindre capacité rechargeront plus vite . Il vaut peut être mieux économiser son énergie parce qu'une batterie est en rideau que de ne plus rien avoir parce qu'un élément est flashé.

Ce n'est pas un avis d'électricien confirmé , mais je me dit qu'en dépannage loin de tout on trouvera toujours une batteries aux dimensions auto, de poid lourd, d'appareillage qui entrera dans le compartiment.

Ce sera toujours une affaire de compromis entre théorie et pratique , la pièce spéciale sera toujours rare et ce qui est rare est cher

16 mar. 2005
0

8v
je ne connais pas d'électronique qui accepte de fonctionner sous 8v, encore moins de moteur électrique. Adieu GPS, pilote, froid et peut-être moteur pour les plus imprudents. Mais on peut se réconforter en sachant qu'il reste 300Kgs de batterie de qualité industriel qu'on pourra revendre au 1er bled trouvé, à prix d'or.

16 mar. 2005
0

question
pour le grand voyage, pourquoi s'entête-t-on à prendre en compte un pilote électrique alors qu'un conservateur d'allure de consomme rien ? çà fait déjà 40Ah/jour en moins. C'est pas une paille.

16 mar. 2005
0

on va p't'être ouvrir un fil sur les régulateurs...???

Mais il doit déjà exister quelque part.

De mon côté je reste branché côté batteries... :-p

16 mar. 2005
0

Tout à fait exact
Quand tu peux en installer un :-D :-D :-D
Mais tous les bateaux ne sont pas égaux devant neptune :-) et je connais bien des ketchs, des goelettes, voir des sloops auriques, peut être même des catas, enfin beaucoup de bateau qui n'ont pas l'extrème avantage de pouvoir compter sur un régulateur :-) :-) :-) et qui se satisfont tout à fait d'un pilote souvent moins cher et beaucoup plus souvent mieux adapté à des croisières de quelques semaines..... et oui, en plus de bateaux différents, il existe aussi des style de navigation différents... on est pas sortis de l'auberge hein ?
A croire même qu'il y aurait même des solutions différentes :-p .
Ce que c'est que de nous, toud'mêm.

17 mar. 2005
0

Christian couderc est tout sauf un imbécile en matière d'électricité entre autre
mais il faut aussi savoir décoder ce qui est dit

en fait le montage en // est à proscrire completement sauf pour consituer des groupes de batteries indépendant entre eux, chaque groupe devenat une seule et unique batterie.

le pb est qu'il faut prévoir qu'une avarie sur une batterie n'entraine pas une avarie généralisée

si tu prends des batteries en 2 ou 4 v de la capacité nominale requise et mises en série, la mort d'une batterie te mets dans une position pas très confortable non +

il me semble que le meilleur choix cohérent et accessible , à défaut de la perfection théorique, est d'utiliser des batteries toutes identiques constituées en plusieurs groupes absolument séparés, sachant que le coup de la batterie de démarrage spéciale pour le moteur est une fumisterie pour nos moteurs, vu les puissances requises ( sur Aloha, les 2 perkins 4 236 sont alimentés par une seule batterie de norauto de 70 A/h)

amicalement

17 mar. 2005
0

Tout à fait d'accord jp
Petit bémol, Peut-être pas toutes identiques quand même compte tenu des différences de conception entre les batterie dites de démarrage et celles à cyclage profond.

Mais il m'est arrivé, exceptionnellement de démarrer avec mon jeu de batteries de service et çà le fait sans dommages.

Bémol aussi pour evenkeel, j'ai monté personnellement un ATOMS sur mon côtre aurique et çà marchait même au vent arrière.

Sur les goelettes(modernes) et autre ketchs, pas yawl, il n'est pas interdit de faire preuve d'imagination et d'innovation comme ont su le faire des Jérôme Poncet, des Patrick Van god ou BM soi-même .....il y a déjà plus de 30 ans, une époque où le presse-bouton était encore rare. Il n'y avait pas non plus de smileys à l'époque !

17 mar. 2005
0

je privilégie les batteries identiques,
car nos petits moteurs sont parfaitement démarrés avec des batteries de servitude et en cas de pb sur une batterie, il est possible de changer l'affectation d'une autre batterie équivalente

mais c'est vraiment un choix "à la marge"

amicalement

17 mar. 2005
0

conseils
puisque tu fais du neuf, et que tu n'es pas specialiste, je te conseilles vraiment de:

utiliser des batteries identiques (même marque , même serie, etc)en parallele "a vie" pour le service, reliées par des fils trés gros, le plus bas possible (50 à 100kg!)sous les planchers par exemple (variante: des 2V en serie...mais c'est trés gros)total 300 à 500AH

une batterie ordinaire pour le moteur et guindeau, au dessus des plancher (c'est pas lourd)70 à 100AH

un systeme de trois clés comme dans l'article de robert pour permettre eventuellement l'inversion (demarrage sur service, ou service sur batterie moteur)

une charge independante par deux alt (un gros 1000w et un normal), un chargeur de quai a deux sorties separées.
et des chargeurs auxilliaires pour la batterie service (soleil, vent, arbre..hydro) munis chacun de leur regulateur

un voltmetre de precision sur les tensions (ou un super controleur plus cher)

ça repond a peu prés a tous les risques:
en cas d'inondation, la batterie moteur est hors d'eau
normalement elle se charge largement par 10mn de moteur, donc inutile de prevoir dessus les chargeurs auxilliaires
par de repartiteurs a diodes (compliqué) , ou automatiques (chers)
pas de fausses manips (les clés d'inversion sont amovibles et rangées dans la table a carte!)

en cas de panne d'un alt, tu peux toujours charger par les inversions de clés manuelles, en cas de pannes des deux (vraiment pas de pot!)tu peux charger l'une aprés l'autre par les auilliaires.
bien sur dans tous ces cas de secours,il faut une procedure claire et ecrite a l'avance,(pas connue seulement du skipper, car c'est lui qui peut etre HS)

17 mar. 200516 juin 2020
0

PILOTE OU REGULATEUR?
les régulateurs ont bien évolué au fil du temps.
Certes, ils coûtent leur prix, mais, par rapport à une grosse ingénierie de production d'électricité, de lourdes batteries, et tous les emm...qui vont avec..

A voir absoluement le site ASMER, qui fabriquent en série, mais adaptent chaque régulateur à chaque voilier, avec des résultaats tout à fait convincants:

"Témoignage de Bruno D. sur OIKIA, un cotre norvégien de 10,8 m, daté du 12 janvier 2005.

Cher Monsieur Michelly,
Je voulais vous remercier du soin apporté pour les rectifications de mon régulateur.
Je trouve ce geste très commercial de votre part.

Je tenais aussi à vous dire que depuis le changement intervenu sur le régulateur, il n’est plus le même (il est plus gentil avec moi). Plus simple d’utilisation, plus stable, plus performant.
J’ai pu le tester en 2004 sur les côtes Normandes, Bretonnes et Anglaises dans différentes situations :
- Au près sur les côtes Normandes
- Sous spi en traversant la manche au retour d’Angleterre.
- Et cet été pour aller en Bretagne au rassemblement de Brest-Douarnenez.

Merci encore de vos conseils et de votre savoir-faire.

Au plaisir de vous revoir en vous souhaitant une bonne année professionnelle et familiale.
Bruno

Le Beaufort fait encore parler de lui ! Décembre 2004
Bonjour !

Comme vous le savez, notre ORION équipe KIFOUINE, engagé dans un tour du monde pour l'association des Voiles pour Passeraile.
Chaque jour ils écrivent une NEM, récit de leurs aventures.
Celle d'aujourd'hui nous touche particulièrement !

Joyeuses Fêtes à tous !!

Suivez ce lien pour découvrir ce qu'ils pensent de notre régulateur après plus de 20 000 miles !
Nem 411 Beaufort t'es trop fort !

Voiles Magasine Janvier 2004

Témoignage de M. Jean François B.
Le 30 Août 2004,
Bonjour à toute l’Equipe d’ASMER,
Voici une nouvelle étape de franchie. Partis de LAGOS, au Portugal, nous avons rallié LANZAROTE via PORTO SANTO et MADERE.
Je dois tout de suite préciser que notre BEAUFORT nous a donné toute satisfaction.
L’ORION a barré quelques soit les conditions de mer et de vent … hormis dans la calmasse.
Il fut particulièrement remarquable au portant dans les alizés, qu’ils soient faibles sous spi, ou soutenus sous génois tangonné !
Bref, nous n’avons tenu la barre que pour les entrées et sorties de port… et réalisé de belles économies d’énergie.
Bravo pour cette belle réalisation. Je pense que notre ORION attend avec impatience la suite de ce voyage… Il n’est pas le seul.
Bien Cordialement.
L’Equipage de « MUSCADE »

L'épopée Malamok 1 ! Novembre 2004
En mer le 9 octobre 2004
On a beau avoir la cartographie numerique, cela a beau ne pas etre la
premiere traversee, l'emotion est toujours la meme lorsque les sommets,
ou les petits mornes comme c'est la cas de Saint Martin aujourd'hui,
sortent de l'horizon qui etait reste vide durant de nombreux jours(23
exactement depuis Madere).
Eh oui! Saint Martin et non pas Saint Domingue parce que cela fait trois
jours que la navigation se fait la plus part du temps aidee du moteur et
MALAMOK a besoin de refaire le plein avant de traverser le bout de
Caraibe qui me separe encore de Vanet et Vanessa. Donc refuel et en
route pour 400 milles avant d'entrer dans le lagon de Boca Chica,
arrivee prevue pour Mercredi , SI DIOS QUIERE!!
Merci aux amis qui m'ont aides á preparer une fois de plus Malamok pour
realiser cette traversee sans que j'ai eu á affronter de problemes
majeurs, notamment Jean pour la charpente marine, Pierrot pour toutes
les interminables bricoles et Dominique pour l'électronique qui m'a
permis de communiquer avec vous du milieu de l'ocean.
Il me faut egalement preciser que l'équipier infatigable termine la
traversee comme il l'a commence en pleine forme,apres avoir barrer sans
discontinuer durant 2800 milles, je veux evidemment parler du regulateur
BEAUFORT, merci ASMER.
Amities á tous et Bon vent pour ceux qui vont sur l'eau.
Jacques.

Témoignage de Phil G. Skipper Profesionnel Juin 2004
Voici un exemple assez parlant de l’état d’esprit de nos clients par rapport au Beaufort…

Quiberon, le 22 juin 2004,
Bonjour,
C’est en 2001 que j’ai rencontré Reinhold MICHELLY, patron de l’entreprise ASMER, pour la première fois. L’objectif était d’installer un régulateur d’allure efficace sur mon sloop de onze mètres, afin de naviguer sur du long court sans l’obligation des quarts de barre.

Reinhold fabriquait alors un régulateur sous licence. Ce modèle, bénéficiait d’une solide réputation. Et bien quelle déception !!!
Le premier test à l’occasion d’un aller retour en Espagne s’est révélé très décevant : Plus d’un quart d’heure était nécessaire pour régler l’aérien … et pour quel résultat ?! Un bateau qui ne tient pas sa route et part au lof à la première risée malgré des réglages fins et une voilure adaptée à la force du vent. Les conditions étaient pourtant faciles : 15-20 nœuds par le travers et au prés. Le régulateur n’assurait pas ses fonctions.

Reinhold a su prendre les bonnes orientations. Il a mis au point un régulateur d’allure issu de ses observations et de sa propre conception : Le Beaufort. Au fil du temps, toujours à l’écoute des retours et remarques de ses clients, il a fait évoluer son produit. Je l’ai toujours senti animé par la volonté d’améliorer ce qu’il fabrique.
Aujourd’hui, l’entreprise ASMER propose un régulateur d’allure abouti et efficace : Le Beaufort.
J’en suis personnellement très satisfait.
Le Beaufort est simple à régler. Il offre une grande stabilité de route au navire quelques soient les conditions de vent. Voilà qui donne envie d’offrir des miles à son bateau !

Bon courage à toute l’équipe ASMER. Continuez !
Phil G. Skipper Professionnel, Brevet d’Etat - BPPV

émoignage de Dominique B. Novembre 2003
Il possédait un régulateur d'allure et suite à des problèmes de fonctionnement a fait appel à nous.
Nous avons largement fait évoluer son régulateur. Il dispose désormais d’un Beaufort. Voici ce qu’il a écrit :

« Après avoir acheté un 12m en acier avec un Cap Horn
qui était positionné sur la jupe arrière, force était de constater qu’il m’était impossible de compter sur ce régulateur d’allure. La pale en bois immergée remontait, le réglage ne pouvait se faire et ce n’était pas faute de m’acharner a trouver des solutions pour son fonctionnement.

En octobre 2003, j’ai contacté ASMER à la Rochelle, et exposé mes problèmes. J’ai tout de suite été pris en charge par son responsable qui les a réglés les uns après les autres : Changement de la tête, des aériens, de la pale et du positionnement par rapport à la jupe. Le Beaufort me satisfait maintenant, j’ai pu le tester force 6 mer assez grosse, il est performant même en petit temps et me rend un service inégalable, car il remplace l’homme à la barre, ne consomme pas, fiable aux réglages.
Je ne pourrai plus m’en passer en navigation, même de courte durée. Il fallait qu’il marche, qu’on parte seul ou accompagné. »

A venir, encore beaucoup d’autres témoignages, récits, aventures …

BANIK :
Nous avons fini par choisir un régulateur d'allure qui peut s'installer dans la jupe en 10 minutes à l'aide de 4 boulons. Nous avons soudé un support inox à cet effet au bord de la jupe.
Le mécanisme est très simple et ne peut pas tomber en panne ou bien peut se réparer facilement.
C'est le régulateur Cap Horn, modèle Joshua qui a été fabriqué sans frais supplémentaires aux dimensions de Banik par ASMER (voir l'adresse du site dans les liens de Banik).

Pour les grandes traversées on installe rapidement le régulateur d'allure, l'annexe est solidement ficelée sur le pont. On a pas besoin de la prendre sur les bossoirs du portique.

Quand on est au moteur, on branche le pilote.

Pour les ballades entre les îles, le régulateur est démonté et rangé. La jupe est alors dégagée, on peut porter l'annexe sur les bossoirs.

La construction du régulateur est soignée et parait robuste. Pour le moment je suis convaincu par l'objet. Le principe est simple et ne peut que fonctionner. Le montage que j'ai demandé me permet d'installer l'engin dans la jupe, avec une action directement sur le secteur de la barre à roue pour éviter les drosses qui passent partout dans le cockpit. "

ETC...

Je n'ai pas d'actions dans la maison ASMER, mais quand quelque chose me paraît sérieux et efficace, je note.

Et pour ma navigation à moi, le moins possible de mécanique et d'électricité: j'en ai "bouffé" en navigation professionnelle. Un stock de batteries type lampe de poche pour des appareils à faible consommation (radio, sondeur, éclairages portatifs à LED) et même le GPS, soigneusement rangé dans sa boîte au fond du placard, au cas où. Le sextant ne consomme rien, Au mouillage, la lanterne à pétrole n'éblouit pas, tout en se voyant de loin, et la lampe Coleman évoque Lord Jim, tous en ramassant les moustiques des environs qui se hâtent de s'y suicider au lieu de s'intéresser à notre peau pas assez tannée.

17 mar. 2005
0

Attalia a raison
allons donc discuter de ça sur un autre fil.
Asmer et autres pubs n'ont rien à faire dans un fil sur l'éléctricité.
Merci a vous.

17 mar. 2005
0

c'est l'histoire de mon neveu JB
qui était tout sauf un gamin facile et charmant

chaque fois que j'en faisais la remarque à ma mère, qui est aussi sa grand mère, elle me disait toujours qu'il était super, mais elle ajoutait aussi à chaque fois qu'il s'améliorait de + en +

et effectivement maintenant, à 25 ans, il est normal

c'est un peu l'histoire des bateaux dessinés par un architecte génial, Monsieur Gilbert C, qui sont absolument parfaits dès le début, mais qui marchent beaucoup mieux après de très grosses modifications...

maintenant c'est au tour des régulateurs d'allure

un produit bien conçu et bien fabriqué se suffit à lui meme et rend immédiatement et sans modifications le service pour lequel il a été prévu

si le constructeur est obligé de faire des modifs, c'est que le produit n'est pas abouti et en industrie ce n'est certainement pas un bon signe ( voir la réputation de citroen par le passé quand les 10000 premiers clients servaient à essuyer les platres...)

amicalement coup de gueulesque

17 mar. 2005
0

j'ai je crois bien tout lu....
je pense qu'il s'agit d'un bon article qui explique assez clairement les problèmes des batteries et met le point aussi sur leurs liaisons et leurs résistances de contact (cosses, oxydation, fils de cable coupés pour insérer la cosse etc.. ) Seul petits détails qui me chagrinent c'est le fait qu'aprés que la capacité soit maintenant calculée sur 20h au lieu de 10 il faudrait ne décharger les batteries que de 50%. Pour la sécurité d'avoir de la réserve je suis entièrement d'accord, mais quand j'achète une bouteille de 1l de vin je ne veux pas qu'il y ait seulement 50cl. On doit pouvoir faire restituer entièrement la capacité d'une batterie sans destruction des éléments. Seul blème c'est que cette capacité diminue au cours des ans donc avec 50% ils ne se mouillent pas trop.Ils ont comme ça 5 ans au moins tranquilles et ils pourront dire qu'elle a certainement souffert. Par contre la tension mini de décharge est trés importante pour la survie des éléments et avec 10v il est je crois un peu bas ( c'est valable seulement avec certaines batteries) Pour moi à partir de 11,5 (pour une 12V bien sûr)sur une décharge lente, je ne parle pas d'un coup de démarreur,la batterie souffre énormément et c'est un signe qu'il faut arrêter absolument la décharge si on pense la recharger plus tard bien sûr ;-) autrement on peut auusi faire comme si c'était des piles et les jeter quand ça ne va plus.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

Après la pluie...

  • 4.5 (66)

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

mars 2021