Voile et handicap ponctuel ou définitif

Bonjour, vaste sujet !
Plus personnellement je dois être réopéré d'un tendon usé de l'épaule et mon chirurgien me parle de pose prothèse au cas ou. J'ai commencé à bosser à 14 ans et à 52 ans je suis "usé" aux épaules, le rugby et les chutes à moto aggravant, certes, mon cas. Le bras n'est pas invalide mais ne peut et ne pourra pas être utilisé souvent en force lors de manoeuvres d'urgence.
Dans l'optique de navigation "pépère" (j'ose le mot) connaissez vous des voileux qui vivent bien sinon leur handicap, du moins leur gêne (un bras platré ou en écharpe) lors de leurs sorties ?

L'équipage
04 fév. 2013
04 fév. 2013
0

Bonjour,

Moi c’est mon dos qui me fait souffrir, le dernier disque de ma colonne lombaire et foutu.
J’ai aussi commencer a travailler a 14ans dans l’industrie est j’ai pris ma pré pension à 55ans,
Usé par le travail.
Je fais le maximum pour éviter l’opération, mais ce n’est pas la joie tous les jours.
J’avais essayé de passer de la voile au bateau moteur, pour avoir moins de contrainte physique, Mais le moteur ce n’est pas ma tasse de thé.
Donc en juillet dernier j’ai racheté un voilier B31 cruiser, et j’ai encore le Sealine que j’ai mis en vente dans une agence.
Malgré mes problèmes de dos je continue à naviguer, mais je ne vais plus en haute mer.
Je reste dans les eaux intérieures hollandaises, quand j’ai trop mal soit on reste au port, ou on fait du moteur. Lorsque je veux faire plus de voile je prend des équipiers et moi je reste a la barre.
Je continue malgré tout à faire la maintenance du bateau moi-même, avec l’aide de mon épouse.
Lorsque les handicaps physiques apparaissent, il y a deux solutions où on ne fait plus rien,
Ou on s’adapte quand cela est possible, la vie est trop courte faut avancer, même dans la douleur.

04 fév. 2013
0

Bonjour !

Helas oui, les bobos s'accumulent avec l'âge et font peur quant à la fin inéluctable de pouvoir naviguer. A 57 balais, je sens que ça approche. Les genoux, le dos, les épaules, ne sont plus toujours d'accord de "forcer".
Alors j'ai acheté un bateau "facile", à barre à roue n'en déplaise à ceux qui trouvent que c'est de l'ego mal placé, avec des bons wiches ST sur le roof et surtout des couchettes où l'on dort bien.
Je viens d'y penser, mais c'est une évidence : si c'est pour se lever le matin avec plus mal au dos que le soir, alors j'arrête.
J'oubliais la hauteur sous barrots...

Longue vie et bon vent à tous.

04 fév. 2013
0

Les Zélandais connaissent peut-être Jacques sur le voilier "Bayard" qui a navigué des lustres avec une seule main sur un 14 m en acier. Chapeau !

04 fév. 2013
0

actuellement immobilise deuis 6 mois pour fracture du bras et de la jambe je trouve + raisonnable d'attendre la consolidation et je commence a chercher les voiliers qui privilegient la grand voile par rapport au genois, un bon palan coute mons cher que deux gros winch sel tailing et en cotier c'est le genois qui demande le + d'efforts

04 fév. 2013
0

Pour ma part, c'est le contraire. Quand je suis crevé et que ça souffle un peu, je préfère de loin naviguer sous génois seul (quand le vent est bien mis bien sûr) que de me pendre à la drisse et me battre avec la toile pour hisser et affaler la GV, même avec lazy-bag.
Le génois, c'est roule et déroule Raoul. Et hop !

04 fév. 2013
0

Il y a les manivelles électriques, mais je ne sais pas ce que ça vaut...

04 fév. 201304 fév. 2013
1

J'ai personnellement deux expériences de voileux avec handicap.

L'un, relativement moins important est le nouveau propriétaire de mon Rorqual 44. Il avait eu une main coupée quand il était jeune. On a dû un peu adapter le bateau quand il l'a pris. Le premier problème a été avec les robinets des éviers de la cuisine, il fallait deux mains. Avec des ficelles, on a réglé le problème. Finalement, le plus gros probléme pour lui était le bricolage où on a souvent besoin de ses deux mains. Il a ramené le bateau en France avec deux équipiers et navigue toujours à deux.

Mon deuxième était un ami en fauteuil roulant, impossible pour lui de marcher (polyo dans sa jeunesse). Il arrivait sur le ponton dans son fauteuil, mais, une fois à bord, on le rangeait. Il faut privilégier des cockpits étroits où on peut se déplacer en s'aidant des bras. Il descendait seul dans le carré et s'occupait de la barre, du réglage des écoutes et de la nav, mais jamais de maneuvres à l'avant. Il naviguait toujours avec un équipier confirmé. Il était chef d'entreprise et conduisait par ailleurs un gros 4x4, il avait un avion qu'il pilotait lui-même.

Je dirais que le plus gros problème, finalement, est le regard des autres, en particulier sur le ponton. Fort désagréable pour lui, comme pour ses amis d'ailleurs.

CaptainRV

06 fév. 2013
0

Hello son prénon ne serait-il pas Gérard, j'ai achetait un Bavaria 350 en 2011 à ce Monsieur, qui correspond tout à fait à ton signalement. Mais peut-être n'et-il pas le seul à naviguer avec un fauteuil roulant dans ses coffres ?

Didier

04 fév. 2013
0

Sur mon précèdent B32 j’avis une grand voile sur enrouleur dans le mat mais, je n’en garde pas un bon souvenir.
Plusieurs blocages de la voile a l’enroulement par fort vent, du a des plis dans la voile et un surpattage, et en cas de problème sur la mécanique de l’enrouleur c’est le démontage du mat assuré, avec les coûts que cela implique.
Je crois que les système les plus simple sont les meilleurs, grand voile traditionnelle semi lattée ou full baten , avec lasyjack ou lasybag pour l’affalement cela aide bien.

04 fév. 2013
0

j'ai croisé un monsieur qui était en solo, bateau de 9-10 mètres, il lui manquait tout l'avant bras, il pouvait juste tenir quelque chose de pas trop lourd sous l'aisselle, en pratique il faisait tout avec sa seule main

c'était en Galice et il venait de la Manche si je me souviens bien, comme quoi.. :bravo:

04 fév. 201304 fév. 2013
0

Vouloir c’est pouvoir, voir les exploits de l’impossible, comme cet homme qui nage, sans bras ni jambes avec un équipement adapté à son handicap.
www.rtl.be[...]la-nage

06 fév. 2013
0

L'épaule ....
C'est qd même qq chose dont on a particulièrement besoin. Sans rien y connaitre, juste en reflechissant;
wincher --> voir avec le fabricant de winch de st malo, qui fait des winchs "automatiques" avec option demultiplication forte.
Lever les bras --> pas/plus de spi symetrique (tangon)
Guindeau electrique impératif avec grosse batterie.

06 fév. 2013
0

Pour le Guindeau oui, ça me semblait indispensable. De toute façon pas de sorties en solo dans mes projets. Un HLM ça craint mais un handicapé de l'épaule ça devient compliqué.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer