Voile de mouillage

Ce fil s'adresse à ceux qui restent au mouillage, même quand ça commence à souffler un peu…

Ici, ça souffle un peu, comme chaque jour à cette heure-ci : 20 à 25 nœuds et quelques rafales; le calme va arriver, puis la brise de nuit parfois très forte.

Le comportement des navires à l'ancre est classique : essuie-glace autour de la position nominale face au vent. Le mien d'autant qu'il est en dérive haute.

Un voilier NZ, magnifique 45 pieds cockpit central (grande chambre à l'arrière, petite cabine à l'avant) vient tout juste de mouiller à coté de moi.
Il hisse une voile spéciale mouillage : 3 triangles reliés par un coté, 1 petit va vers l'avant, les 2 autres plus grands en arrière sur chaque bord. Et le bateau est immédiatement hyper stable sur la position face au vent.

Je suis allé les voir, couple de néo zélandais en grandes vacances autour du monde. Ils m'ont fourni l'adresse du fabriquant :
www.bannerbaymarine.com[...]dex.php

J'y vois plusieurs avantages : stabilité spatiale sur le bateau très agréable, ventilation renforcée par cette position permanente face au vent, et accessoirement meilleure tenue de l'ancre par disparition des a-coups dus aux surventes.

Ce système est il connu ? même si j'avais déjà vu des tape-culs au mouillage qui modèrent l'effet essuie glace, c'est la première fois que je vois ce principe de voile double.

Y a t il d'autres vendeurs en France ?

L'équipage
31 août 2019
31 août 2019
1

Vu sur YT, une autre façon de faire, sur pataras double :

Sans doute plus compliquée à mettre en œuvre...

31 août 2019
0

Du fait maison, double V sans aileron central avant; le plus long prendre les mesures car c'est fortement biscornu. Hisse' avec la drisse de gv ou balancine, point "d'amure" a' l extremite de la bome, les deux points d ecoute vers deux attaches sur le portique. Tout borde' a' fer.


Je pense le retailler un peu plus petit, amha c est un truc utile avec du vent fort/tres fort, tandis que celui immobilise deja tout a 20-25 noeuds, a ces vitesses de vent mon bateau est deja assez stable donc pas si indispensable que cela; monter un truc pareil avec 35+ noeuds risque d etre sportif, plus petit c est mieux c est je crois.
Amha les tailles des modeles commerciaux sont un peu trop grandes, mais bon je dis cela juste en les regardant.

31 août 2019
1

Bonjour,
.
Dans cette page, il y a 4 liens vers des vidéos d'un mouillage par 60 noeuds avec voile de mouillage faite avec les moyens du bord.
.
www.thoe.be[...]uillage
.
Bon vent à vous !

31 août 201931 août 2019
0

Oui : j'ai découvert… après avoir démarré ce fil…
Le système US me parait quand même bien pensé.

04 sept. 2019
0

Salut Pierre! Tu m'excuseras mais sur ta vidéo il n'y a clairement pas 60kts de vent... A partir de 55 kts de vent la crête des lames est soufflée et l'eau vole ( ce n'est pas moi qui le dit mais Mr Beaufort). Sur la minute et quelque que dure ta vidéo il n'y a pas une goutte d'eau qui vole... Même sur la vidéo des voiles de mouillage leur mouvement laisse imaginer plutôt 45kts, maxi 50 kts.
Si vous voulez voire la différence, il y a 70 kts ici
.

à partir de 18min45
.
C'est pas le même tableau, même si ça reste l'Islande fin août 2013...

Tout ça pour revenir au sujet initial et dire qu'à mon avis une voile de mouillage peut-être un élément de confort quand le vent est modéré et stable (par ex alizé) si votre bateau louvoie beaucoup mais en aucun cas utile en cas de tempête ou plus.
Surtout gardez en tête que par mouillage sous le vent d'une côte par tempête le vent est irrégulier en force mais aussi en direction avec des claques qui peuvent avoir pratiquement 30° d'écart avec le vent moyen. Imaginez le comportement d'une voile de mouillage dans ces conditions...

A mon avis, la sécurité d'un mouillage par >tempête, tranquille est une (très) grosse ancre, de la chaîne à 7x la hauteur d'eau minimum et un système d'amortisseur par bout nylon à plat pont. Très important, si votre bout amortisseur passe dans le davier le ragage le tuera peut-importe comment vous le protégez : il ne peut survivre à 24h avec + de 50 kts. Infos sur ce système sur les très bon site : artimon1.free.fr[...]ont.htm

Par exemple Pierre sur la couverture de ton book sur le mouillage, ce n'est pas le tuyau d'arrosage jaune qui va protéger ton bout de céder rapidement avec le ragage sur ton davier, d'autant qu'il semble exister pas mal de frottements...

Bonnes navs à tous!
damien

04 sept. 2019
2

Bah non ça fait belle lurette qu'artimon à un côtre (un Salt 56 des chantiers Garcia...)

04 sept. 2019
1

sur le fond, parfaitement convaincu de l'intéet de ce type de voile
sur la taille de la voile, je me dis que comme les voiles principales, la voile pour 70 noeuds doit être plus petite, plus plate et d'un grammage plus élevé que celle utilisée par beau temps pour garder l'ombre constante pour l'apéro.
On a bien un génois et une trinquette, pourquoi pas deux voiles de mouillage différentes?

05 sept. 2019
1

Salut Pierre!

Si je pinaille il y a une raison, c'est parce que je suis agacé... Je m'explique... Je suis un lecteur plutôt assidu de HeO quand je peux, plutôt lecteur que posteur acharné même si j'ai écris un certain nombre de longs posts. En effet j'aime ce forum car si les avis sont souvent (très) tranchés, il y a de nombreuses contributions très intéressantes postées par des gens qui ont le savoir et/ou l'expérience.

Je suis agacé car à chaque fil sur le mouillage tu mets un lien vers tes vidéos (la dernière fois tu disais mouillage par 70 nœuds si je ne me trompe) et en fait on se rend compte très rapidement en se rendant sur ton site que ton expérience tu ne la partages pas mais tu la vends. De plus 12.36€ pour tes expériences de mouillage ce n'est pas particulièrement bon marché.

Tu te demandes si j'ai lu ton livre, la réponse est non car je n'ai pas envie de dépenser 12.36€ pour avoir ton avis. De plus comme tu le précises ta technique est adapté à ton bateau qui fait 12m (Irisoft 40 si je ne m'abuse) et qui doit être plutôt déplacement léger (strip planking non?). Petit tirant d'eau et bisafran, on comprend qu'il soit volage au mouillage. Ta technique est adaptée à ton voilier mais pas au mien. Je ne vois pas pourquoi acheter ton expérience. Mais je veux bien en discuter.
Tu vois artimon et moi on a des bateaux plus grands et des déplacements lourds (moi acier de 1975, 15m pour 20 tonnes) et il a trouvé une solution qui nous convient.
Je me pose la question si tu parles de l'amortisseur à plat plont dans ton book? Si c'est le cas tu reverses des dividendes à artimon? C'est quand même son idée à la base. J'imagine que dans le livre que tu vends il y a beaucoup d'éléments que tu as repris gratuitement des expériences des autres sur STW ou ici...
Je veux bien discuter de nos expériences respectives mais je n'irai pas te vendre ce que j'ai appris en quelques années de navigations de 80°N à 68°20S. Soit dit en passant aucun bateau qui travaille dans le sud n'utilise de voile de mouillage.

Pour résumer à un problème initial identique : rupture des bouts amortisseurs, on arrive à 2 stratégies différentes, amortisseur à plat pont pour déplacements lourd et voile de mouillage pour déplacement léger?
Je n'ai pas pu lire ton livre mais j'ai lu une partie de ton journal de bord pour lequel je te félicite ; il est clair, bien écrit, intéressant et gratuit ;-). J'ai glané quelques infos sur ta technique de mouillage et il y a encore d'autres exemples sur lesquels on n'est pas d'accord. Tu dis (si je me rappelle bien) que tu es passé pour ton voilier à un bout amortisseur de diamètre 26 et que tu préfère la construction squareline. Eh bien ça ne me paraît pas judicieux du tout. En effet un bout amortisseur est fait pour amortir et ne doit donc pas être surdimensionné. 26mm pour ton poids de bateau paraît clairement excessif. De plus il faut préférer la construction 3 torons car celle ci est plus élastique que la squareline. Bien entendu il faut du nylon et pas du polyester qui est moins élastique. Sur mon boat de 19 tonnes le bout amortisseur fait 3m (un peu cours peut-être) et c'est du nylon de 20mm 3 torons épissé des 2 côtés (chaumard et main de fer, j'ai la flemme de faire le nœud de bosse à chaque fois...) Ça fait 3 ans qu'il est là et je compte plus sur les doigts de la main les mouillages à +50 nœuds. D'ailleurs la main de fer Wichard est un peu tordue (souvenir d'un mouillage agité aux Malouines) mais le bout n'a jamais bougé alors qu'avant de passer au système à plat pont j'ai explosé 2 amortisseurs plus gros.
Tu vois, je te donne mon avis, je ne dis pas que tu as tord, probablement ta solution est la meilleure pour ton bateau. Chez toi le bout de 26mm en squareline ne doit pas vraiment s'étirer et donc ne s'use pas dans le davier. Mais apater les héonautes avec des vidéos de mouillage à 60-70 nœuds (même si l'on peut pinailler sur la force réelle ;-) ) pour les faire venir sur ta page et leur vendre ton guide (ne dis pas que tu n'y penses pas, on est humain n'est-ce pas?) eh bien ça m'a donné envie de pinailler comme tu dis...
Surtout que si je ne me trompe un forum comme celui-ci est fait pour partager ses expériences et non pas vendre ses expériences aux autres.

Peut-être que je suis le seul à avoir eu cette impression, peut-être que je suis parano, auquel cas méa culpa je m'en excuse. Mais tu es je pense quelqu'un d'intelligent et tu peux comprendre mon ressenti. Dans ce forum fait pour partager ses expériences/poser des questions ça m'agace quand quelqu'un fait de la pub (même déguisé) pour ce qu'il a à vendre.

Dans tous les cas continue à raconter tes belles navigations et au plaisir de te rencontrer un jour sur l'eau et de partager nos avis respectifs (je paierai la bière si tu veux... ;-) )

Bien amicalement,

Damien

05 sept. 201905 sept. 2019
1

Hello Pierre!
Il ne faut pas prendre la mouche! Si tu relis mon post je suis beaucoup moins catégorique que toi...
D'ailleurs tu as dû mal lire car je n'ai jamais dit qu'artimon avait inventé le bout élastique mais l'amortisseur à plat pont ce qui n'est pas pareil!
Tu dis que tu partages ton expérience et j'en suis ravi mais note tout de même qu'avant que j'intervienne ton seul post était :

"Bonjour,
.
Dans cette page, il y a 4 liens vers des vidéos d'un mouillage par 60 noeuds avec voile de mouillage faite avec les moyens du bord.
.
www.thoe.be[...]uillage
.
Bon vent à vous !"

C'est un partage d'expérience rapide, surtout que pour en savoir plus il faut payer... Si encore tu décrivais sur le forum les moyens utilisés pour réaliser ta voile de mouillage ce serait très intéressant pour les personnes concernées et c'est le sujet du post...
Tu me demandes à moi d'expliquer sur le forum mon expérience de voile mouillage, mais pour que tu partages la tienne il faut te payer? Est-ce équitable?

Relis bien ce que j'ai écris, je ne fais pas de caca nerveux, je ne suis pas ton concurrent (je n'ai rien à vendre) je pose juste des questions. Le ton de ta réponse apporte quelques informations..

Dans tous les cas je pars pour 3 semaines sans internet donc je te lirai à mon retour.

Désolé si j'ai pollué le forum mais d'habitude les intervenants qui vendent des biens/services on l'autocollant "pro", ce serait peut-être à réfléchir...

En tous cas encore bravo pour ton livre de bord et bonnes navigations!

Damien

05 sept. 2019
2

salut Pierre salut Damien
votre légère prise de bec est un peu surréaliste pour 99% d'entre nous qui n'iront jamais mouillé en Islande ou aux Malouines par 70 noeuds, vos conseils sont bons à prendre et à tester en fonction de chaque type de bateau et des conditions de vent, le bouquin de Pierre à acheter si on le désir et les récits de navigation de Damien à lire avec plaisir.
au fait, que pensez-vous de mon amortisseur de mouillage (tous droits réservés)

www.hisse-et-oh.com[...]typique

07 sept. 2019
0

On pourrait aussi dire que les articles de M.Fraysse dans Loisirs Nautiques sur l utilite d une section textile relativement longue dans une ligne de mouillage, contre le "tout chaine" traditionnel, remontent a '93-'94 (?, annee plus, annee moins), et que dans d'autres Pays on parle de "long snubbers" depuis une bonne quinzaine d annees. Apres, que ce soit a plat pont ou tout dans l eau, que certains preferent du multiple petit diametre multiple cassant a du gros unique mais moins cassant, etc etc, ce sont des applications pratiques d un meme principe.
Si on cherche un "premier", je crois que la veritable idee nouvelle soit apparue avec les articles, puis declinee en des facons plus ou moins personnelles/differentes dans le temps, chacune avec ses pro et contre.

bv r

07 sept. 2019
0

Premier élément de réponse... rapide...
.
Supposons que le ratio idéal soit 7H. Soit VB la distance entre le voilier et la bouée et BA la distance entre la bouée et l'ancre. Soit HB la distance de la bouée à la chaîne. Soit FB le franc-bord.
.
Il faut respecter 7H entre la fixation de la bouée et l'ancre (à cet endroit h = H - HB)
.
Quand la chaîne se tend, il faut au moins 7H => VB doit être supérieur 7 * (FB + HB). Si c'est le cas, la bouée va s'enfoncer quand la chaîne se tend et apportera l'effet supposé d'amortissement (S'IL EXISTE) sans compromettre la tenue de l'ancre puisqu'il y aura toujours plus que 7H.
.
La question est donc de savoir s'il y a amortissement ou pas. Là je n'ai pas (encore) de démonstration irréfutable. Je n'ai que du feeling. S'agissant de ligne de mouillage, je sais par mes études de la question, notamment avec un simulateur calculant les surtensions dans la ligne lors des embardées, avec ou sans amortisseur, que le feeling est TRES souvent mis en défaut.
.
Mon impression est que la bouée n'intervient que quand la ligne est quasi tendue (sauf peut-être si VB était extrêment long). Dans ce cas, le choc survenant lors de la tension de la ligne ne serait que très faiblement amorti par ce montage. Sans doute trop peu pour pouvoir qualifier le système de véritable amortisseur. Il ne serait donc efficace que par temps modéré, auquel cas, il est inutile, car la chaîne se suffit à elle-même.
.
Cela ne devrait pas faire la joie des partisans des gueuses supposées contribuer à l'amortissement de la chaîne. Dans son simulateur Fraysse montre qu'un tel lest n'apporte pas de bénéfice significatif.
.
Mon avis, est qu'il vaut mieux répartir le poids de ce lest en poids d'ancre de plus grande taille et/ou en envoyant plus de chaîne. Si vous considérez un lest de 20 kg (déjà pas simple à manipuler dans la brise), il équivaut à 8.5 m de chaine de 10 mm (2.35 kg/m). Il faut mieux ajouter 1H ou 1.5H et réduire l'angle de tire sur l'ancre. Si parallèlement on installe une Rocna de 33 kg au lieu d'une de 25 kg (qui ont les mêmes dimensions à quelques cm près), il ne faut que 5 m de chaîne supplémentaire pour être (globalement) plus efficace qu'une gueuse de 20 kg.
.
Tout cela s'applique bien évidemment au mouillage par gros temps. A partir d'une certaine force de vent (disons 35 kts) la ligne se tendra de toute façon dans les embardées. A ce moment-là, l'effet amortisseur de la chaîne devient nul... Lors du mouillage par vent inférieur, on peut supposer qu'un minimum de précautions suffit (choisir une bonne ancre bien dimensionnée, envoyer 7H ou plus et prévoir quelques mètres de cordage nylon amortisseur). Dans des conditions "normales", les erreurs sont plus vite pardonnées que dans le baston.
.
Hier justement, au Danemark, Thoè était amarré à un corps-mort "officiel" (cartographié sur les cartes). Il l'a déplacé de 50 m avant de l'entraîner à 0.5 m/s. J'ai alors jeté l'ancre et 45 m de chaîne par H=4 m (donc 10 à 11 H) + un amortisseur constitué d'une aussière et d'un amortisseur conçu pour tenir un bateau de 30 tonnes. L'ancre n'a pas dérapé. Il y avait 40 à 45 kts de vent...
.
N'en déplaise à ceux qui accuse IrisT de plagiat (assertion calomnieuse), mon eBook dont le titre est "Mouillage : Techniques avancées (2016)" peut peut-être apporter un éclairage sur le choix de la ligne de mouillage à ceux que cela intéressent. Après, le facteur psychologique a son mot à dire, car il faut se sentir en phase avec ses choix et décisions techniques.
.
Amicalement, Pierre
.
PS1 : Alain Poiraud en parle page 75/76, mais ne défend le système que de façon qualitative/pseudo-logique, et je me méfie de ce type de considérations hâtives...
.
PS2 : Dans ce système, le bateau est relié à la bouée et l'ancre par le cablot épissé sur la chaîne. Je me méfie de cela comme de la peste, car le câblot n'est pas suffisamment dimensionné (voir calcul de résistance des matériaux). En cas de rupture du câblot, on perd toute la ligne. Artimon semble d'accord sur ce point si l'on en juge par le fait qu'il ramène la chaîne sur le pont et la prolonge avec une aussière menée tout au long du pont (moins largement dimensionnée que la mienne).
.
Personnellement, si la chaîne est trop courte, j'accepte l'idée de larguer toute la chaîne plus du câblot. MAIS mon bout amortisseur reste noué sur la chaîne. Je ne me fie pas au câblot. C'est mon amortisseur qui est la partie résistante de la ligne textile. Le câblot ne servira que plus tard, pour relever le mouillage (la chaîne). Il ne participe pas à la tenue de la ligne. Il sert tout au plus de sécurité très temporaire si le bout amortisseur lache, le temps de le remplacer par un autre.

09 août 2020
0

Impressionnant. ...
De la survie .

04 sept. 2019
1

100% d'accord pour l'amortisseur à plat pont.
pour un système améliorant le maintien du bateau dans le lit du vent il faudrait faire des essais à 60 ou 70 knts, même si le vent fait des écarts de 30° il n'est pas sur qu'un système de voile de mouillage dimensionné à ces conditions de vent soit inefficace, il faut juste l'essayer à 30/40/50/60+knts, quitte à dimensionner/améliorer le système selon les conditions de vent et le type de bateau.
et si on met au point une voile de mouillage efficace de 30 à 50knts ça couvrira déjà les besoins de 95% des plaisanciers !

04 sept. 2019
1

La voile de mouillage, que je n'ai pas encore, n'interdit absolument pas l'amortisseur à la mode Artimon, que je pratique depuis longtemps…
Artimon ne parle pas de voile de mouillage, mais il a un ketch, et doit certainement se servir de sa voile... d'artimon :langue2:

04 sept. 2019
0

Oups.
J'ai confondu avec le bateau d'un ami...

04 sept. 2019
1

Bonjour Damien,
.
A quoi bon pinailler ? Comparer le vent au mouillage dans une vallée étroite au pied d'un glacier à du vent sous le vent d'une côte.
.
Qui a dit que j'utilise un bout de tuyau en cas de tempête ? Il ne suffit pas de regarder une photo de couverture pour en déduire le livre... Cette photo a été utilisée dans un autre cadre dans le livre... (prise en Grèce)
.
Actuellement mon davier est équipé d'un rouleau en forme de trapèze. Si le bout rague, c'est sur du nylon qui tourne quand il s'allonge.
.
L'autre photo de couverture montre bien la mer s'envoler... Et ce n'est pas parce que le mouillage avait tenu cette fois là (12.5 m d'eau avec uniquement 50 m de chaîne, 4 bouts élastiques ayant cédé) que j'en ferai une règle de bonne pratique... Cela m'a donné au contraire le besoin de trouver des solutions adaptées...
.
Je connais Artimon d'avoir participé à un fil très intéressant sur STW (sur le mouillage par gros temps). Son montage décrit dans le lien n'est pas adapté à la plage avant de Thoè. Etc.
.
Bref, je veux bien discuter de sujets précis mais pas sur des suputations de ce qui est écrit dans un livre qu'on n'a pas lu... (si c'est le cas)
.
Ceci dit, quand on est dans des circonstances pareilles, je ne pense pas qu'il y ait de règles et de recettes infallibles à suivre. On agit en fonction le l'évaluation que l'on fait des circonstances. Il m'est arrivé en effet d'affaler la voile de mouillage, estimant qu'elle n'était pas adaptée à la situation du moment. Je pense d'ailleurs, qu'étant fabriquée avec les moyens du bord, elle est trop creuse et peut-être trop grande...
.
Amicalement
.
Pierre

05 sept. 2019
0

@Patxaran,
.
Toute à fait d'accord ! Et peut-être utiliser une voile plate par très gros temps... et une double par moyen temps...

05 sept. 2019
0

On est de plus en plus loin du sujet de fil (Voile de mouillage). Après les Beaufort, c'est mes livres, et mon piratage supposé des autres !
.
Il faut donc arrêter d'acheter des livres de qui que ce soit. Quel auteur a-t-il écrit 200 pages d'inventions inédites ?
.
Quant à ce fil, je ne fais pas de pub. Je partage mon expérience de voile de mouillage. Les vidéos (regarder les 4) montrent l'amplitude des embardées avec via voile de mouillage. Ni plus ni moins. Il n'y avait peut-être que 54 noeuds... ;-)
.
Explique donc nous ton expérience des voiles de mouillage (si tu en as essayé), quand la tienne était adaptée et pourquoi tu l'as abandonnée.
.
Ce n'est pas correct du tout de prétendre que j'ai pompé l'expérience des autres ! Et encore moins que je la vends. Le bout élastique n'est pas une invention d'Artimon. Le mien résulte de discussions privées avec un ami, antérieure au fil de STW et postérieure à mon expérience et mon analyse de la question.
.
Il n'est pas en Squareline, mais en trois torons. Il a été dimensionné en appliquant les formules de rsistance des matériaux avec un coefficient de sécurité adapté ET suite au developpement d'un simulateur graphique du comportement au mouillage. Mon bateau n'est pas plus volage qu'un autre, parfois moins, etc.
.
Je pense, à lire tes propos, que tu fais un caca nerveux par rapport à moi, que tu te construis une histoire qui n'a rien à voir avec moi ni ce que je dis ni ce que j'écris, juste pour réagir (gratuitement), non pas par rapport à moi, mais par rapport à l'histoire que tu te racontes.
.
Quand à moi, je ne dis pas que ma solution est la meilleure, ni même la meilleure pour mon propre bateau. Ni que mon livre est vaut la bible d'Alain Poireau (destiné à vendre ses ancres) que tout le monte achète et respecte après avoir empoisonné les forums plus que moi !
.
Voilà également, pourquoi j'interviens peu sur les forums. Et que je parle des sujets que je crois connaître plutôt que d'affirmer des pseudo-vérités sur tout et n'importe quel sujet comme au café du port...
.
Au plaisir de te rencontrer, avec ou sans bière ;-) car les contacts perso vallent bien mieux, sont plus clairs et cordiaux que les impressions que l'on retire des posts.
.
Bien à toi, Pierre

05 sept. 2019
0

Tu as tellement raison que je t'envie.
.
Je vais donc prendre exemple sur toi et ne pas risquer de me taper l'étiquette "pro" pour avoir écrit des livres.
.
Désormais, je vais faire comme toi : venir ici sans poster de message (quasi rien à part dans ce fil), juste pour lire ce que d'autres écrivent (gratuitement) et pêcher ce qui m'intéresse (gratuitement) sans rien partager.
.
Je me tairai désormais...
.
Bon vent à toi, Pierre

05 sept. 201905 sept. 2019
0

Salut Quizas!
Merci pour ton post.
Ce que m'a appris l'expérience des quelques années de navigation dans les hautes latitudes et les nombreuses superbes rencontres réalisées sur place avec des gens de (très) grande expérience est : ALLER A L'ESSENTIEL! Plusieurs raisons :

Il faut te dire que lorsque tu vas déraper et devoir relever le mouillage en catastrophe, il va y avoir 40 kts, il fera nuit, il pleuvra à torrent et le vent descendra de la montagne de 90° de là où tu l'avais prévu... Du coup tu devras dégager en vitesse. Et le seul moyen de le faire à tous les coups est d'avoir une seule ancre au bout d'une seule chaîne... Plus il y a de trucs qui trainent dans l'eau ou de trucs à faire plus tu risques l'accident.
Par contre ton système me semble intéressant pour ceux qui naviguent dans le Pacifique pour surélever la chaîne des patates (mais ça a déjà été dit dans le fil en question...), et rien n'empêche d'expérimenter!

De plus, tu sais quand tu fais une centaine de mouillages par an si tu prends 1/2h par mouillage à installer amortisseur/voile de mouillage ou autre ça fait 50h que tu ne passes pas à te balader et/ou aller à la rencontre des gens... (15mn avant, 15mn après)

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? En mouillant une grosse ancre au bout d'une chaîne avec la longueur qui convient vous êtes tranquilles dans 99.99% des cas! Et ça vous a pris 5 minutes tout compris... Et dans le 0.01% des cas avec problème, ce n'est pas une voile de mouillage ou un amortisseur compliqué qui va vous aider...

Mais encore une fois c'est mon avis qui découle de mon expérience...

Amicalement,

Damien

07 sept. 2019
1

Quizas : " que pensez-vous de mon amortisseur de mouillage (tous droits réservés) "
sauf erreur, Alain Poiraud en parle dans on bouquin (à vérifier)...

31 août 2019
0

Bonjour Roberto,
en effet les voiles montrées sur ce Yt sont bien plus grandes que celles de mon voisin.
Pour le hissage, dans ce que j'ai vu c'est simple : 2 accroches au point d'écoute, la troisième au vit de mulet, et étarquage fort de l'ensemble par une drisse. Il doit y avoir eu une période de rodage pour placer les accroches aux bonnes distances...

31 août 2019
3

bonjour, j'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur ce sujet. J'ai essayé plusieurs solutions comme voile de mouillage (voile dans l'axe, voile en v, voile inclinée sur le côté,) mais c'est de loin la voile proposée par Banner baymarine qui fonctionne le mieux. J'en ai fabriqué une sur le même principe et j'ai eu souvent l'occasion de voir que lorsque mon bateau (un 36 classic Dufour) équipé de sa voile de mouillage ne bouge pas plus que 5 à 10° de l'axe du vent, de nombreux bateaux autour font l'essuie-glace à plus ou moins 60°ce qui entraînent des à coups sur le mouillage et souvent des dérapages.
Si une voile en v fonctionne, il ne faut pas sous estimer la partie en y de la voile de banner baymarine. En effet, lors des surventes dans les mouillages exposés entre 25 et 40 noeuds, le vent varie souvent de 20 à 30°. Ce sont ces variations qui lancent le phénomène d'essuie-glace et c'est là que le "pied" du y est le plus utile.
Si le vent tourne sur tribord, le côté babord de la voile sera déventé par le pied du y alors que le côté tribord sera agrandi de la surface du pied du y ce qui remet immédiatement le bateau dans le nouvel axe du vent. De ce fait, le bateau reste stable évitant les à coups sur le mouillage. Cette voile est relativement facile à réaliser soi-même à condition d'utiliser un fort grammage. Elle peut aussi être commandée aux USA, environ 400 dollars pour un 36 pieds.

05 sept. 2019
0

" Ce sont ces variations qui lancent le phénomène d'essuie-glace et c'est là que le "pied" du y est le plus utile. "
.
Pas d'accrod. Un bateau dans un vent constant sans variation de direction, fait aussi des embardées. C'est parce que l'étrave est plus sollicitée Il est instable car la position de son centre de son centre de voilure est en avant de son centre de carène. Pour qu'il soit stable (comme la girouette d'une église), il faut mouiller par l'arrière (comme l'explique D. Jordan). Mais mouiller par l'arrière n'est généralement pas possible.

01 sept. 2019
2

Au mouillage, sur mon précédent bateau, je montais le tourmentin en bout de bôme, bien étarqué, pour éviter au bateau de se ballader. MM

01 sept. 2019
0

Oui, j'avais pensé à ça aussi. C'est efficace ?

01 sept. 2019
0

Super, mais c'était un bateau de 1960 à quille longue (longue, pas profonde !!!) et ça devait aussi aider à la stabilité. MM

01 sept. 2019
1

le ketch a cet avantage de pouvoir hisser la voile d'artimon bien bordé pour rester dans le lit du vent et eviter les embardé

01 sept. 2019
01 sept. 2019
0

une voile, comme une aile, a besoin d'avoir par rapport au vent un angle d'incidence.
Deux voiles en Y me semble logique car les deux voiles "portent" en même temps et s'équilibrent.

01 sept. 201916 juin 2020
0

La semaine dernière, mon voisin au mouillage dans les Cyclades avait une sorte de tourmentin à l’envers. Pourtant c’était un grand voilier de 38 m (Yam 2). Il ne faisait pas d’embardées dans les rafales. J’avais mon artimon à demi déroulé comme d’autres et les bateaux ainsi gréés faisaient beaucoup moins d’embardées que les autres qui n’avaient rien mis.

01 sept. 2019
0

long bateau mais pas haut de franc bord, donc fardage faible?
intéressant car cela montre que la surface de la voile dépend du bateau et n'a pas forcément besoin d'être très grande.

09 août 2020
0

bonjour ,
on peut faire ça avec le TMT
alain

09 août 2020
3

@fritz, fait gaffe, la dernière fois que j'ai dit ça, je me suis fait fumer comme quoi c'était pas adapté, que c'était trop grand, que seule la voile "spécial mouillage" à lapoduku€ était viable et bien sur que aucun voilier digne de ce nom ne pouvait en fabriquer à l'exception de la marque "Ultrachèr"

09 août 202009 août 2020
-8

ben... essaie avec ton tourmentin, fais des photos pendant un coup de vent, publie les, et on en rediscute ensuite.
Moi, j'ai fait l'essai, oui. Toile trop grande, beaucoup trop raide, absolument pas coupée pour ça. De plus, une simple toile ça ne marche pas sur mon bateau : ce n'est pas pour rien que les idiots qui en ont une DIY (pas leur TMT, ils manquent trop de ton intelligence pour ça) ou bien ceux qui en vendent, la font en double, forme de V ou mieux encore en forme de Y. Mais pour le découvrir, faut l'essayer en navigueant ailleurs que sur le net...

Et, si tu relis correctement et sans mauvaise foi, tu verras que jamais personne n'a dit qu'on ne pouvait tailler une voile de mouillage soi-même. Y'en a même qui donne les plans pour ça.
Mais on a aussi le droit de ne pas envie de se faire chier, on peut avoir d'autres chats à fouetter, gagner du fric pour se la payer, par exemple. Faut pas être jaloux comme ça.

09 août 2020
5

@Faby9, Tu as bouffé du lion !!!!
Quelle agressivité incroyable et tout cela parce-que l'on donne son avis. On est loin d'un mouillage calme et tranquile....

09 août 2020
-5

C'est que je n'aime pas la mauvaise foi, c'est tout.
Mais il semble que désormais, Juliusse ait essayé un TMT; c'est nouveau, la dernière fois il avait du oublier qu'il avait fait l'essai dans des cas ultimes ?

09 août 2020
1

C'est mal me connaître que me dire que je suis jaloux. D'ailleurs, je te rassure, je vis bien mieux que la plupart des gens que je croise en voyage et qui ont des grands bateaux. C'est pas parce que l'on est "minimaliste" que l'on est sans le sou. (Et oui je gagne du fric, mais ce n'est pas la question).
J'ai personnellement un tourmentin de Love Love sur mon 28 pieds qui me sert à ça, et ça fait le Job parfaitement, bien que utilisé dans les cas ultimes, j'ai de la chance d'avoir un bateau qui fait pas l'essuie glace
Maintenant, est ce qu'il y a mieux que cette solution, sans aucun doute, je n'ai jamais dit le contraire.
De toute façon, comme je dis toujours, il n'y a pas de solution unique, une solution devant correspondre à chaque configuration de bateau et programme.
Mon point de vue est toujours de partir du plus simple (le tourmentin 😋), voir si ça marche, et si non essayer plus complexe/cher. Si par contre ça marche, banco, tant que ça marche...

09 août 202009 août 2020
09 août 2020
0

la plupart des ketch et yawl utilisent la voile du tape cul ou de l'artimon arisée ou non pour stabiliser le voilier au mouillage,sans aucune voile spéciale .
et ça fonctionne
pour moi le problème ne se pose pas ,c'est impossible ,mais je joue sur mes panneaux solaire orientables comme les ailerons de F1.
mais je suis désolé pour faby9 si ça fonctionne contre toute attente .
je l'ai expérimenté à maccinagio il y a quelques années pendant trois jours coincé au mouillage avec du vent à 150km/h dixit le sémaphore juste au dessus .
alain

09 août 202009 août 2020
0

@ Fritz : oui, je sais que le tape cul ou l'artimon, ça fonctionne.
Mais j'ai beau chercher, je ne dispose ni de l'un ni de l'autre..

Je ne dis pas que le tourmentin, "ça ne fonctionne pas" (ne joue pas au Juliusse, stp).
Je dis que j'ai essayé le mien, et que sur mon bateau ça ne fonctionne pas.
Et je donne les constatations : TMT beaucoup trop grand, beaucoup trop rigide, la coupe ne correspond pas (suis obligé de le monter très haut). De plus, ainsi que je l'ai déjà signalé, j'ai un pataras qui se divise en 2.
Quand je l'ai essayée, c'était hyper encombrant, difficile à mettre en oeuvre (et à replier), et en plus ça ne marchait pas, le bateau faisait essuie glace quand même (et quand on y réfléchit, on comprend que cela ne peut pas être autrement : la voile n'est pas absolument positionnée comme elle le serait sur un tape cul, ni même un artimon).

Je dis aussi que ceux qui ont conçu une voile de mouillage après moultes essais (l'idée du TMT est certainement parvenue à leur esprit, ils en ont fait l'essai comme moi, faut pas croire que tout le monde est idiot), ils la décrivent en V, montrent comment elle fonctionne, etc...
et enfin, je dis que celle qui est vendue (et qui fonctionne parfaitement) est en Y. Là encore, quand on s'intéresse à la chose, on y voit des avantages, ne serait-ce qu'en terme de surface de toile (le Y étant un V dont une partie du pied est commune).

Plutôt que de chercher un petit tourmentin, de risquer une nouvelle saison sans (je suis très loin de mon bateau), j'ai préféré assurer la chose et casser ma tirelire de quelques centaines d'euros pour avoir un truc bien conçu, hyper solide, qui se marie parfaitement avec mon pataras, aisé à mettre en oeuvre, rapide à replier, et qui fonctionne.
Je ne vois pas en quoi ce choix serait sujet à railleries.

J'attends le film (pas une simple photo) d'un tourmentin utilisé avec succès comme voile de mouillage.

09 août 2020
0

ok avec un pataras double mais avec un simple ,ou sans comme c'est mon cas.
souvent les trawlers on un mat de charge pour l'annexe avec possibilité d'envoyer une voile plate pour limiter le roulis et aussi pour les stabiliser au mouillage .
alain

09 août 202009 août 2020
1

ne joue pas au Juliusse, stp

@faby9, belle preuve d'éducation et de politesse.
C'est pas parce que tu n'es pas d'accord avec les gens que tu es obligé de leur manquer de respect.

09 août 2020
-1

Parce que tu respectes ceux qui ne sont pas d'accord avec toi quand tu écris : " je me suis fait fumer comme quoi c'était pas adapté, que c'était trop grand, que seule la voile "spécial mouillage" à lapoduku€ était viable et bien sur que aucun voilier digne de ce nom ne pouvait en fabriquer à l'exception de la marque "Ultrachèr""

Toutes fausses affirmations.

09 août 202009 août 2020
0

Je ne veux pas troller, réponse en mp..

09 août 202009 août 2020
09 août 2020
09 août 2020
0

ah oui quand même !
dans une vidéo, on en voit un qui l'accroche avec une ficelle au pied du chandelier.

Bon, on ne parle pas de la même chose...

09 août 2020
3

bonjour à tous
Il y a deux ans je me suis pris des rafales a plus de 45 nds au mouillage avec un ketch (sharki) en Med ;
on avait deroulé environ la moitié de l'artimon pour rester dans l'axe mais sous les rafales la voile qui etait étarquée à mort fassayait enormement , mais le resultat était tres bon et le bateau swinguait tres peu
Du coup, je m'en suis fabriqué une en Y l'hiver dernier, je l'ai fait tres petite (2m carrés j'ai un 32 pieds)et super costaud mais je n'ai pas fait de mouillage avec des vents superieurs à 20 Nds cette année, donc pas de retour d'experience
par contre ici des comparaisons entre
pas de voile
voile simple
et voile en Y
c'est en cosaque du Nord mais lorsque l'image est accelerée les images parlent d'elles même

10 août 2020
1

ben ya pas de vent du coup ça marche, mais sympa la vidéo pour apprendre le cosaque du nord

30 déc. 202030 déc. 2020
0

Il y a la traduction en Anglais sur YouTube:
Can someone translate the results of this test for me? Thanks in advance!
The conclusion was that with the triangel anchorsail the sway was 20 degres.
With the normal anchorsail 30 degres and
with out anchorsail the sway was 50 degres.

Je vous laisse traduire.

Juste une question : y a t il un brevet sur cette idée? Je connais une sellerie nautique qui pourrait faire cela.

09 jan. 2021
0

@Courtox : "Juste une question : y a t il un brevet sur cette idée? Je connais une sellerie nautique qui pourrait faire cela."

L'origine est américaine. En France (Europe?), la fabrication est faite à La Trinité (Delta voiles). J'ai eu un prix en Italie, et la voile m'a été envoyée de La Trinité !

Je suis quasi certain que oui, il y a un brevet là dessus.

09 août 2020
0

excellent !

09 août 2020
0

excellent la video mais,
moi quand j'ancre je mets une main de fer avec amortissement? c'est pas mal aussi...

30 déc. 2020
0

Moi après le fromage, si je peux aussi avoir du dessert....
en fait c'est complémentaire

09 août 2020
0

Bjr, j'ai lu dans un post que l'on pouvait trouver des plans de cette voile de mouillage ... OÙles trouver ? Mercid'qvance pour les infos.
Amortisseur de mouillage...sur le fond de sable d'un e lolie crique philippine j'ai été étonné de trouver de nombreux amalgame de 5 ou 6 sacs de riz (de 50kg) remplis de sable. Il y en avait beaucoup. Renseignements pris, cette baie est un abri à typhons et les pêcheurs (gros barlus en bois) qui viennent s'y réfugier ont inventé cet amortisseur de mouillage gratuits, presque ecolo, réutilisable, facile à mettre en oeuvre.... Depuis, patago transporte 20 sacs de riz vides mais évite surtout les périodes cycloniques répertoriées !!!

10 août 2020
0

Les dimensions sont ecrites :
2.40 x 2.40 m
C'est quand meme assez balaise.
Prise de ris ??

13 août 2020
0

Merci pour ces mesures,...mais ce n'est pas très explicite ! Voir un plan serai mieux...

13 août 202013 août 2020
0

Dans un des articles trouvés sur la toile :-) , il est préconisé;
1 m² pour les sloop jusqu'à 35 pieds jusqu'à 1.85 m² pour des bateaux de 35 à 50 pieds.
Des petites subtilités que je ne traduis pas bien au sujet du creux de la voile et des lattes de renforts ! ?
mais avec l'expérience "voile" on comprend bien ce que peut donner un morceau de toile qui n'arrete pas de passer d'une amure à l'autre en claquant dans un coup de vent

et en prime un tuto !

Avec tout çà il ne reste plus qu'à devenir créatif :-) et pourquoi pas y rajouter une prise de ris ?
à deviner sur celle ci

@suivre

13 août 2020
0

Pour moi, ce dispositif n'a aucun intérêt en vent faible : l'essui glace à ce moment n'a aucun importance.
Le seul vrai intérêt est lorsque le vent devient très fort, et que les coups de rappel sont tels que l'on peut craindre pour la tenue de l'ancre.
Dès lors, une voile simple présente l'inconvénient est : "ce que peut donner un morceau de toile qui n'arrête pas de passer d'une amure à l'autre en claquant dans un coup de vent".
Ici, (tuto), la solidité du machin et l'accroche de la ficelle au pied du chandelier laissent penser à quelqu'un qui va vite rentrer à sa place de port dès que ça va dépasser les 15 noeuds de vent... strictement rien à voir avec les renforts de mes oeillets, par exemple.

Il est dommage que les habitués de l'utilisation d'un tourmentin dans des conditions ultimes (sic) n'aient pas de photos ni de films à nous montrer.

13 août 2020
0

il y a un intér^et par vent faible : stabiliser l'ombre pour la sieste et l'apéro.
Par vent fort, voir l'intervention d'IrisT : sa voile est double, ce qui évite le passage d'une amure à l'autre et améliore encore la stabilité. (60 kts de vent)

13 août 2020
0

Suis d accord avec faby9, pour que ce soit valable , il faudrait que dans les mouillages encombrés tout le monde en mette une...
Les voiles qui sont vendus dans le commerce sont faites pour aller en standard sur tous les bateaux et donc à mon avis trop à l avant, plus le dispositif se trouve à l arrière et mieux ça fonctionne.
J’ai fabriqué la mienne pour que je puisse Étarquer le guindant à mort via mes winchs d écoutes et drisses de GV et écoute de GV.
Pas besoin de plan les côtés sont à prendre sur le bateau.
J ai tendu des fils puis relevé les angles vécus une fusse équerre , reportés sur une bâche bleue deux balles collée avec du scotch d’emballage puis après plusieurs essais, j’ai reporté l ensemble sur un vieux Génois. J ai tracé deux formes que j’ai cousue l une sur l’autre pour la partie droite du Y
Mais comme indiqué plus haut, je ne suis pas parti en croisière cette année, donc pas de retour...

13 août 202013 août 2020
0

C'est tout simplement le plan de la FinDelta.
2,40 m c'est pour les bateaux >12 mètres (de mémoire) et/ou > x tonnes.

Voir le % que représente le pied et chacune des branche du Y. Le pied est nettement plus petit (je n'ai pas mesuré, mais je dirais 1/3 contre 2/3 ?
Il faut un grammage fort, mais pas celui d'un tourmentin.
Et renforcer sérieusement les oeillets par une sangle, car il faut étarquer et border à fond.

Dans les mouillages encombrés, quand il y a besoin de cette voile, le mouillage n'est plus encombré. Et je préfère rester maître de mes mouvements (stable face au vent) que de jouer l'essuie glace avec de coups de butoir à chaque rappel. Les autres font ce qu'ils veulent, et assument les choix qu'ils ont faits.
Mon bout à plat pont de 10 mètres environ joue à fond son rôle et travaille bien assez comme ça pour compenser les surventes.

13 août 202013 août 2020
0

Pourquoi mettre double épaisseur sur le pied du Y ?
Par contre, le faire d'une couleur différente, ça facilite le montage.

13 août 2020
0

Dommage pour le manque de retour, l'idée me semble pas mal du tout.....

13 août 2020
0

Sur,disons un 30 pieds,ne peut on envisager un panneau en Y rigide suffisamment petit pour être rangé démonté dans le coffre de cockpit et juste assez grand pour jouer son rôle de girouette par vent fort?

13 août 2020
0

J'y pensais.
Pas besoin d etarquer.
Pas facile à hisser mais facile à ranger.

13 août 2020
3

Holà,
Peut-être qu'on pourrait utiliser en cas de baston la boule de mouillage couplée avec le cône du moteur pour enfin sortir ces trucs de leur poussière !?

13 août 2020
-1

J'adore...

Sinon un petit mouillage arrière arrange bien les choses.

30 déc. 2020
0

Cette façon de greer une voile de mouillage en Y ou a plat .....quelqu'un a t il essayé sur un mouillage à marées avec courants de renverse ....une certaine stabilité en travers de la lame..? suivant predominance vent ou courant, on peut y penser, mais quelqu'un a t il vraiment essayé..???
La possibilité de se remettre dans le vent, ou dans le sens de la mer, par un mouillage traversier frappé sur la chaine de mouillage, suppose etre resté à bord....
Bref pas simple...tout ça...

31 déc. 2020
0

Bonjour, personne n'a essayé avec un manches à air sur pataras ou drisse et patte d'oie.
Il faut du vent mais ça doit faire un point très arrière avec une force dans l'axe du vent ?

31 déc. 2020
0

pas de 2,5 m ou 4,4m aéroport :)

31 déc. 2020
-2

Jamais entendu parler de ça avant...
Certains bateaux (catas, mais pas que) tirent des bords au mouillage. D'autres non.

Si le système peut sembler bien pour les bateaux atteints de ce défaut jusqu'à une certaine force de brise, encore raisonnable, il me semble bien que deux voiles envoyées sur l'arrière doivent faire une forte prise au vent quand ça s'énerve vraiment, et augmenter un risque de dérapage du mouillage.

Je ne suis pas convaincu du système.

31 déc. 202031 déc. 2020
2

Cela fait pourtant longtemps que les voiliers équipés mettent au mouillage leur tape cul au mouillage, et les ketchs leur artimon. Quand ça commence à souffler, rarement quand il fait beau temps...

C'est justement quand il y a beaucoup de vent que le système est intéressant, quand le vent est gentillet, il est inutile de l'installer. J'en ai fait l'usage lors d'orages violents, avec fortes surventes et grosses variations de direction du vent.
En général, à ce moment-là, les catas et les touristes sont partis se réfugier dans des ports depuis longtemps. Certains rajoutent une deuxième (mauvaise) ancre à leur première (mauvaise) ancre; d'autres coulissent 5 kg de plomb le long de leur chaine.
Si on n'a jamais l'occasion de rester mouiller dans ces conditions, ou si son voilier est particulièrement stable à ces moments, le système peut paraitre inutile.

Je l'avais vu fonctionner en Grèce, sur un voilier canadien, lors d'un bel orage. Mon dériveur tirait des bords (bien à l'abri de la houle), avec rappels violents dont les chocs étaient absorbés par mon câblot de 22 mm installé à plat pont, avec diminution inquiétante de son diamètre tant il s'allongeait.
Le Canadien, lui, restait gentiment dans le lit du vent, avec à peine un oscillement de quelques degrés.
Depuis, je me suis équipé, et l'ai utilisé 2 fois. J'ai donc pu observer la différence avec/sans.

L'expérience montre qu'il y a au contraire beaucoup moins de prise au vent avec cette voile : le fait qu'elle soit double - une partie commune amurée à la bôme + une partie amurée à ArBd + une partie amurée à ArTb- implique que justement les forces s'annulent. La coque reste en permanence pile dans le lit du vent offrant le minimum de fardage, quelles que soient sa force et sa direction, il n'y a plus d'effet essuie glace (tirer des bords) , et donc plus du tout de ces dangereux coups de rappels brutaux, et il y a en conséquence diminution notable du risque de décrochage de l'ancre.
On trouve sur le net quelques vidéos filmées dans des conditions musclées.

On peut objecter que le fardage est augmenté. Certes, mais nettement moins que celui du flanc de la coque lors des bords.
Ce n'est pas la force statique du vent qui fera déraper mon ancre (je l'ai choisie en conséquence), mais les forces dynamiques provoquées par la houle et les coups de butoir provoqués par l'essuie glace. L'installation de ce système, ajouté au câblot amortisseur dans la ligne de mouillage (plat pont ou dans l'eau, peu importe), participe grandement à la tenue du mouillage.

31 déc. 2020
0

entièrement d'accord avec Faby9.
j'ai essayé la plupart des solutions proposées par les autres intervenants et je confirme que la voile en Y est vraiment exceptionnelle pour stabiliser un sloop ou un cotre,
comme je l'ai expliqué dans mon intervention du 31 août 2019 (voir plus haut).
J'ai eu plusieurs fois l'occasion de comparer le comportement de mon bateau équipé de cette voile dans des mouillages ventés, et alors que la majorité des bateaux à l'ancre font "l'essuie-glace", le mien ne bouge guère plus que 5 à 10° de l'axe du vent.
Cela fait plaisir de lire l'expérience concordante de Faby9. J'espère que cette voile se développera dans les mouillages français. Cela éviterait bien des dérapages.
Bien organisé, il ne faut pas plus de 5 minutes pour l'installer.

01 jan. 2021
0

Merci Faby et arc en ciel pour le retour. J'avais vu cette voile et j'envisageais l'achat. Votre témoignage confirme l'intérêt.

31 déc. 2020
0

Bon résumé.
On peut rajouter que par beau temps la suppression de l'essuie-glace stabilise l'ombre pour l'apéro

01 jan. 2021
0

Ce système de voile sur le pataras est décrit dans quasiment tous les bouquins de navigation hauturière.
Si c’est très à l’arrière du bateau il n’y a pas besoin d’une grande surface.

08 jan. 2021
0

Bonjour à tous,
Fortement intéressé par le sujet et les retours d'expérience ci-dessus. Etant donné que j'ai un taud installé en permanence et mono-pataras, je ne vois pas comment installer le type de voile en Y qui semble être la bonne solution. Est-ce que quelqu'un aurait essayé une voile en V en partant du mat ?. J'imagine une simple voile partant des deux extrémités de mon rail de GV sur le rouf et passant derrière le mât ?.
Merci,

08 jan. 2021
0

Qu'est ce qui empêcherait d'installer la voile de mouillage correctement ? en tout cas ni le taud, ni le mono-pataras.

08 jan. 2021
0

Le taud couvre toute la largeur du cockpit sans compter qu'il y a les panneaux solaire sur le taud, donc je ne vois pas bien comment faire passer les écoutes de chaque côté à l'arrière et quel point d'ancrage pour ces mêmes écoutes. Raison pour laquelle je me posais la question précédente même si bien conscient que plus c'est sur l'arrière du bateau et plus l'effet recherché devrait être obtenu, merci de vos retours en tout cas,

08 jan. 2021
0

J'ai également un taud, que je laisse bien sûr quand on est au mouillage. Je l'enlève cependant quand la voile de mouillage devient nécessaire (cas de vent très fort, orage...).
Les 2 points d'amures sont ramenés au plus large de la coque, sur les taquets arrière. Ils passent donc au delà du taud.

08 jan. 2021
0

Jusqu'à présent, on a pris max 35 - 40 nds au mouillage et je n'ai pas jugé nécessaire de replier le taud alors qu'effectivement le bateau fait l'essuie glace et les à coup en butée sont inquiétant pour l'ancrage. Effectivement si pas de taud ou replié c'est plus simple et cohérent. Bon en attendant que je me décide, que penses-tu de l'idée que j'énonçais ?
Merci, fait plaisir les échanges constructifs !!.

08 jan. 2021
0

Je ne me prononcerai pas sur cette idée. Tout ce que je sais, c'est que mon système fonctionne, et que je n'en changerais pas.
Dans ton cas, je pense que je ferais un, en fait 2 passages à travers le taud comme c'est déjà sûrement le cas pour le pataras

09 jan. 2021
0

Ce procédé en triangle me semble tres interessant, particulierement dès que le vent monte.

  • En revanche, près de 400€ le bout???? Ça me semble tres cher. (Pour ce que c'est)
  • De plus, sur des mouillages frequentés, le risque est de toucher les voisins qui ne sont pas equipés, non?
09 jan. 2021
0

Le phénomène d'essuie glace n'est pas du tout lié à un changement de direction du vent. A touche touche il y a plus de risque de collision si tous les bateaux font l'essuie glace. Après, même dans les mouillages bondés, c'est tout de même une drôle d'idée de mouiller dans la zone d'évitement du voisin...

09 jan. 2021
0

Bah... y a des fois où la zone est limitée au regard des voiliers mouillés (ceci dit je n ai jamais touché ni frôlé un voisin, en revanche j’ai déjà sorti en cata les parebats a cause d un visiteur)...

Pas d accord avec toi sur l essuie glaces, tous les bateaux au mouillage subissent les mêmes trajectoires, légèrement différentes en fonction de la longueur de ligne de mouillage et du fardage principalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

Après la pluie...

  • 4.5 (16)

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

mars 2021