Virement en solitaire avec génois

Hello chers H&O-iens,

Mes demandes sur le forum se font généralement lors d'heureux évènements (comme l'achat d'un nouveau bateau :-) :-) :-p :-p :-D) et je sais qu'à ces moments là vous m'êtes toujours d'un précieux secours.
Du coup, je continue à profiter de vos conseils et vous verrez plusieurs posts sur différents sujets sur lesquels je m'interroge, suite à l'achat vendredi dernier d'un TRIDENT 80.

AYant uniquement navigué sur des dériveurs de sport puis sur mon DUfour T7, je découvre là une voile à grand recouvrement, donc le passage d'un bord à l'autre lors des virements, me laisse perplexe. Je dois convoyer le bateau prochainement, sans avoir vraiment le temps de le découvrir auparavant. Ce sera donc mise à l'eau, vérif qu'il ne coule pas, sortir du port et quelques virements et manoeuvres de prise en main (réductions GV, GSE, empannage, etc...) et zou, nous irons de Agde à Fos d'une douce petite traite.
Question: comment gérez vous le virement avec le génois, en équipage et en solitaire? Faut il vraiment l'aider à passer? sachant qu'en plus j'ai un bas-étai qui obstrue un peu la plage avant.
J'ai entendu parler de tackle-line, serait ce une solution en solitaire? A moins qu'en tirant bien sur la contre-écoute, le génois daigne passer tout seul?

Merci de vos avis, je poserai d'autres questions techniques sur d'autres posts, pour ne pas tout mélanger.

L'équipage
28 juil. 2009
28 juil. 2009
0

EN SOLO
ton génois devrait passer comme le mien qui est a 150%. :bravo:
N'oublie jamais qu'en solo il faut toujoiurs une main pour le bateau et une main pour....toi

non non pas sur la tête

:jelaferme::jelaferme:

28 juil. 2009
0

Oui tu as raison,
mais alors qui tient la bière?? :-)

Pour moi en solo, sauf très beau temps, c'est harnais, comme çà si ma main pour moi glisse, je reste à bord ;-)

Bon super ton info, tu dis donc que je devrais rien avoir à faire de spécial pour voir mon génois passer?

Parceque je lisais dans je ne sais quel bible glénan-taise, qu'un équipier devait souvent aller faire le tour du mat avec le point d'écoute à la main. Non seulement je le plaignais pour les coups d'oeillet qu'il risque de prendre, mais je me voyais mal être à l'étrave et à la barre :-)

28 juil. 2009
0

virement de bord
ça doit passer normalement tout seul, comme sur un dériveur si tu as bien passé tes écoutes.

Seulement, comme tu as un bas-étai, il faut qu'il fasse plus de chemin. Parfois il faut l'aider. Mais si tu tires trop sur la contre-écoute et en fonction du noeud au point d'amure, ça peut coincer. (d'ailleurs j'ai un article en cours de rédaction sur ce sujet précis). Essaye en laissant à contre un peu plus longtemps.

Virer en équipage ou en solo, pour moi c'est pareil.
Sauf qu'en solo tu dois tout faire donc tu prépares mieux ta manoeuvre.

Pour une première prise en main, ne déroule peut-être pas tout le génois ? tranquille, peinard, quoi !

Dans ta check-liste avant départ, pense au moteur/plein de carburant et la partie sécurité (gilet/harnais/ligne de vie).

bonne nav et félicitation pour l'acquisition.

François

28 juil. 2009
0

pas de problème
pour virer de bord en solitaire
bien border et être au près serré
sur un trident tu as une barre franche, pour virer tu te place bien eu milieu du cockpit et mets la barre entre les jambes. Les 2 mains sont libres.
Tu monte dans le lit du vent en poussant la barre pour loffer avec tes jambes, une main sur l'écoute à libérer du winch, l'autre pour l'écoute à border.
La GV est au taquet et passera toute seule d'un bord sur l'autre. Dès que le génois passe tu embraque sur le nouveu bord, tu bordes bien le génois et c'est fini.
J'ai souvent pratiqué de cette façon sur des bateau comme le First 35. Si tu coordonne bien le mouvement des jambes pour virer et le lâché de l'écoute de génois ainsi que sa reprise sur l'autre bord : c'est finger in the nose!
bon courage tu verras c'est beaucoup plus facile qu'on ne se l'imagine. Entraînes-toi par petit temps.
Bonne nav

28 juil. 200916 juin 2020
0

voilà une proposition
sur mon précédent bateau donc le génois très grand ( enfin par rapport au bateau :-) )était difficile à passer et surtout les noeuds de chaises (à l'époque) se prenaient dans le bas étai donc voivi la solution que j'ai adopté.

sur le bas étai, poser ces fameuses rondelles vendues pour les filières , et les maintenir écartées par des protection de filières fendues.

on règle la hauteur des rondelles permet de faire passer le point d'écoute entre elles.

ces rondelles tournent facilement autour du bas étai, donc le génois s'appuie sur une surface qui roule, et donc pas de frottement et plus de risque de point d'écoute qui bloque sur le bas étai,

un petit dessin, j'espère avoir été clair et répondu à la question , car ces temps ci je bug de temps en temps (enfin plus que d'habitude ) :mdr:

28 juil. 2009
0

Pas de problème...
Sur mon EdM, j'ai aussi un génois à grand recouvrement, mais pas de bas étai.
Sauf accrochage intempestif d'une écoute dans un taquet par exemple, le génois passe tout seul.
Ma méthode : en général, je suis sous pilote.
Je déclenche la commande de virement de bord.
J'ai déjà enlevé un tour sur le winch pour l'écoute en service afin qu'elle se libère facilement.
Je la retiens juste ce qu'il faut pour que le génois prenne un peu (très peu) à contre.
Je laisse filer et je borde à la volée dès qu'il est passé sur l'autre bord, avant que le vent ne l'ai pris à nouveau.
La plupart du temps, je n'ai besoin que de très peu d'intervention au winch, juste pour fignoler.
Sans le pilote, c'est idem, sauf un peu plus compliqué car il faut aussi gérer la barre.

28 juil. 2009
0

Oh ben alors le bateau pourra même naviguer seul :-)
Ca a l'air sans problème à vous lire.
Je ne sais pas quel est le "kjziuhzkchaiuchljkh" qui a écrit des trucs compliqués dans son bouquin alors que ca n'a pas lieu.

Heureusement que les Héoliens sont là!
Aliguen merci pour ta procédure bien détaillée, comme çà je vois que ca ne se passe pas différemment de sur mon petit T7 et que je peux démarrer plus serein. Je me sens en terrain connu du coup, merci!

Goudspeed, ton astuce est impeccable, parcequ'aussi très rapide et simple à mettre en place. J'achète direct! Par contre, ton explication était clarissime, et j'espère que tu n'as pas trop galéré pour me faire le dessin. Je note un coté artistique certain :-)

Ecumeur, oui tu as raison, laisser porter un poil à contre ne peut qu'aider, et puis de toutes façons l'inverse est déconseille pour éviter de bloquer le virement, je vais faire ainsi.

Je crée un autre poste pour d'autres questions techniques...ne partez pas trop loin ;-)

28 juil. 2009
0

Une des (nombreuses) bêtises
que je fais parfois, c'est de libérer l'écoute trop vite sans embraquer la contre-écoute assez rapidement. Quand il est entièrement déroulé, le génois a alors une fâcheuse tendance à vouloir passer devant l'étai. Question de dosage, ça confirme tout ce qui a été dit ci-dessus.
Autre problème : quand l'annexe dégonflée est attachée sur le pont devant le mât, et que la chaussette du spi est affalée dessus, le point d'écoute du génois prend un malin plaisir à venir se coincer dedans.
Mais en général, ça se passe plutôt bien.
J'ai un pote sur un gros bateau qui enroule systématiquement son génois avant un virement de bord. Mais il a un enrouleur électrique, ça facilite les choses.

28 juil. 2009
0

Wrenna
Oui tu as raison, il faudra que je fasse gaffe à pas "tout lacher" pour éviter que le génois roule autour de l'étai.

Par contre, ton pote sur son gros boat qui enroule tout, je ne sais pas si c'est le top, il risque un jour que ca "refuse", non? une vague au mauvais moment, ou un truc pas bon, et hom, demi tour :-)
Parceque faire un bon près sans voile d'avant, ca parait délicat.

28 juil. 2009
0

Je complète....
sinon, on perd de la force motrice et le bateau risque de s'arrêter, voire de manquer à virer.
Il faut de la vitesse pour virer!!!

28 juil. 2009
0

A Wrenna
Oups! guère de place entre les deux, c'est sûr!
Merci pour la photo.
C'est un peu galère, mais en même temps avec l'enrouleur électrique, + le coté sympa d'une plus petite voile à poste pour le gros temps, c'est vrai que la recette est intéressante.
Je suppose qu'il navigue souvent seul ou en réduit?

28 juil. 2009
0

Enrouler le génois....
est nécessaire lorsque l'on a génois et trinquette juste derrière.

28 juil. 2009
0

oui avec une trinquette,
je comprends qu'il faille en passer par là.

Pour ma part, je n'aurai pas ce souci là, à moins de gréer mon tourmention sur le bas étai pour jouer les cotres, ciré jaune sur le dos, pipe en bois de noyer aux lèvres, et bouts en chanvre :-)
Ben d'ailleurs, faut que j'en trouve un de tourmentin, car j'ai trouvé 2 jeux de voiles à bord de la bête (2GV, 2 GSE: 1 jeu normal - medium, et un jeu de régate bien amoché), mais pas de tourmentin. Je suppose que je peux récupérer n'importe quel tourmentin solide de quelques m2, à mousquetons, et l'envoyer sur le bas étai, génois roulé, le jour où il le faut. Le fameux bas étai aura cette utilité que je n'aurai pas à acheter le petit tourmentin magique qui se grée avec un "sac" autour du génois roulé. N'empêche, l'idée est pas mal, mais je suppose que le prix aussi.

J'ai découvert un somptueux spi bleu et rouge des années 20, donc tout à fait symétrique, et dans mon imaginaire: un peu délicat à manier!

Je vais m'y atteler doucement vu que mon expérience spinakrienne est proche du zéro absolu, mais je me demandais si l'asymétrique, ou même un gennaker ne serait pas plus simple et plus approprié, quitte à me bricoler un chti bout-dehors. Je m'explique: moins limité en termes d'allure que le symétrique, et à mon avis plus facile pour un débutant en spi.
Qu'en dites vous?

28 juil. 200916 juin 2020
0

Tu as raison
Mais sur son bateau (un Sunkiss 45), mon pote a un deuxième étai à enrouleur non largable fixé en haut du mât qui arrive sur le pont à environ un mètre derrière l'autre, avec un petit génois de gros temps. De toute façon, le grand génois ne pourrait pas passer déroulé entre les deux étais.

28 juil. 2009
0

je le laisse a contre...
... un petit moment et ca passe sans soucis, j envoie le virement, sans lacher l ecoute du winche ou taquet, je laisse passer la gv, le genois se retrouve a contre et aide le bateau a passer, ensuite je lache l ecoute et ca vient tout seul, le bateau ne perd pas trop de vitesse.

28 juil. 2009
0

le bas étai du trident si il est du meme style que celui du First 30
est surement trop court pour gréer meme un TMT et bien verifier que la réistance de la cadene est prévue pour

un TMT ca tire autant qu'une voile plus grande ...

28 juil. 2009
0

Affaler un génois sur enrouleur
Ca se descend aussi facilement qu'un génois sur mousquetons et même plus facilement.

Mais, et le mais est de taille, tu te retrouves avec 50 mètres carrés ou plus sur les bras dans le balcon avant dans la piaule et surtout, tu n'as plus rien à envoyer. Donc idée à proscrire absolument sauf cas d'urgence, génois déchiré qu'on ne peut plus rouler ou enrouleur bloqué.

Tu peux avoir aussi un un étai à double gorge, c'est utilisé en régate pour envoyer simultanément un génois léger et un génois lourd.

Si tu ne peux pas gréer un 2ème étai si possible largable, je ne vois pas trop comment tu pourras envoyer un TMT, surtout qu'il sera bcp trop à l'avant s'il est gréée au niveau de l'étai.

Quant à envisager de laisser un minimum de génois déroulé, tu vas d'abord abîmer ton génois qui n'est pas conçu pour ça et en plus, tu auras un vrai sac à l'avant au lieu d'une voile la plus plate possible. Je parle de situations extrêmes avec 30 noeuds de vent et plus.

Donc, tu ne peux éviter la solution du TMT, il n'y a, AMHA, pas d'autre alternative.

RV

28 juil. 2009
0

ca c'est intéressant, Jean!!
Parceque j'hésitais à récupérer le TMT de mon T7. Petit certes, au pif de dirais 2 m2, mais en même temps il a déjà suffit à nous faire atteindre de belles pointes à 7 noeuds avec lui seul grée, GV affalée, et fardage réduit avec les deux membres d'équipage cachés au fond du cockpit :-)

Du coup en terme de taille, ca passe je pense, et l'effort aurait été réduit. L'idée était aussi d'avoir un centre de poussée vélique plus proche du mat et donc du CG du bateau, plutot qu'un petit bout de toile de génoa déroulé à l'extrême avant. Mais comment savoir si cela tiendrait? et comment comparer les efforts normaux dans ce bas étai (lié si j'ai bien compris à l'appui du tangon pour éviter de flamber le mat? rien d'autre????).

Bref, un sujet intéressant à creuser, avec vos avis. D'autant que sinon il faudra soit oublier le TMT et considérer qu'un génois presque tout enroulé est un TMT correct, ou acheter le fameux TMT de storm. Sans parler du risque de l'enrouleur qui se bloque le jour où on a besoin de l'enrouler presque en totalité et que le vent s'énerve...car je suppose qu'il est très difficile d'affaler un génois sur enrouleur dans ses conditions?

28 juil. 2009
0

D'accord
Je comprends bien ce que tu dis...et c'est vrai que je ne risque pas d'envoyer mon TMT à mousqueton sur l'étai creux d'enrouleur!!!

Mais alors est ce que la conclusion n'est pas que la majorité des bateaux qu'on croise partout en Med n'est pas du tout prête à affronter un bon coup de vent? Car 30 noeuds, ca peut arriver et ca mérite largement d'être pris en compte, même si on est sage et qu'on suit bien la météo. Je dis çà car beaucoup de bateaux n'ont pas d'étai largable, et à mon avis pas de tourmentin "storm" à passer autour de leur étai creux.

A commencer par celui que je viens d'acheter qui n'a même pas de tourmentin dans sa panoplie. Ce qui m'a un peu choqué car sur mon T7, on avait que deux voiles d'avant: un grand foc et un tourmentin, et vu la taille du foc, le tourmentin est sorti 30% du temps de navigation dans l'année, dès 20 noeuds il fallait l'utiliser sous peine que le bateau ne soit pas du tout équilibré et tenable.

C'est pour çà que j'aimerais pouvoir envoyer ce tourmentin sur mon bas étai...à condition qu'il y résiste. Mais aurai-je une drisse au bon endroit? pas sur.

AU final, il me semble presque certain qu'on doit trouver:
- ceux qui se sont montés un étai largable (ceux qui naviguent vraiment)
- ceux qui envoient 10% de leur génois ou font route au moteur (le pire, à mon avis) si le vent se lève!

C'est quand même hallucinant que le bateau "de base" qu'on trouve partout, et même neuf en sortie de chantier, soit un bateau équipé d'enrouleur de génois, sans aucune solution correcte pour gréer un TMT, qui au passage, était encore légalement obligatoire il y'a peu (passons sur cette surprenante disparition).

28 juil. 2009
0

je le laisse à contre aussi...
d'autant plus que je suis sur un cata ( depuis pas longtemps ) et que sans voile d'avant le virement de bord devient une partie de poker ; mais l'ecoute de genois au vent trouve trés souvent un taquet, ou un winch pour s'accrocher , donc souvent il est impossible de passer le genois sans une manipulation en catastrophe ( et autant dire que pendant ce temps là le cap au près dejà difficile sur un cata ne s'arrange pas...) ; peut être faut faire une protection amovible autour à ce niveau?
si quelqu'un à une idee, merci d'avance!!

28 juil. 2009
0

Merci Hervé
Je vais contacter le gars du site du trident, tu as raison. Si quelqu'un doit savoir, ce sera surement lui.
Car pour le moment, j'avoue que cet enrouleur me casse plus les c**** qu'autre chose quand j'y pense.
On a acheté le bateau avec mon meilleur pote, et lui est très content qu'on est un enrouleur. Moi je préfère endrailler les voiles ,mais d'une part il faut changer le jeu de voiles (€€€€!!!!) et d'autre part comme c'est moi le chef de bord, ca a tendance à tomber sur lui d'aller jouer les n°1 quand ca secoue :-).

ALors forcément, je me vois mal virer l'enrouleur direct, avant même qu'il n'ait eu l'occasion par lui même de me dire que ce machin là ne sert à rien. On est en démocratie (au moins à Terre) :-)

28 juil. 2009
0

Mes limites
Je suis allé regarder les caractéristiques du Trident 80:

camus.jeanmarcel.free.fr[...]_2.html

Longueur : 8 m
GV: 11 mètres carrés
Génois : 23 à 25 mètres carrés

Mes remarques dans mon post ci-dessus s'appliquent sur des bateaux plus gros de 40 pieds et plus.

Sur des bateaux de 7 à 9 m, j'ai tjs navigué sans enrouleur avec un jeu de focs dont un TMT.

Si les infos que j'ai glanées sont exactes, le génois fait le double de la GV!!

Reamrque supplémenatire, je doute fort que tu puisses faire grand-chose avec un TMT de 4 mètres carrés, en tout cas, pas du près.

Je ne sais pas comment ça se passe avec un enrouleur sur un bateau de 8 m et un génois de cette taille. Roulé partiellemnt au max, je doute qu'il serve à qque chose. De plus, il y aura la mer du temps, donc le bateau au mieux fera du travers.

Je te suggère d'envoyer un mail au propriétaire du site ci-dessus:
camus.jeanmarcel@free.fr

Tiens nous au courant.

RV

28 juil. 2009
0

le gegene
sur le tridant 80 la modif de l'ancrage du bas etai s'impose il faut le ramener sur la remontée du roof.
mais en attendant tu peux si tu veux faciliter le passage le rouler un peu ou enfiler sur le bas etai un tube pvc qui facilitera le passsage .
je ne sais pas si c'est toi qui a demande des conseils concernant ce voilier mais relis mon post et tu verras ce qu'il faudrait faire pour faciliter et securiser les manoeuvres et le voilier .
bonnes nav attention la camargue ce n'est pas evident bien que cela parraisse facile
le mieux c'est de la longuer au sondeur avec une pied de pilote de 10m et laisser la derniere bpiée à la sortie du petit rhone bien dégagée a 50 m vers le large
alain :-)

28 juil. 2009
0

JE CONTINUE
pour déplacer l'ancrage du bas etai il faut faire une cadene qui se prend sur la cloison de la cabine avant avec une petite equerre de renfort sous le pont et la monter avec un petite plaque etanchee au mastic polyurethane .
l'ancienne cadene de bas etai te servira pour frapper la poulie de renvoi du hale bas de spi
ou eventuellement un troumentin avec un draille metalique si tu as prevue une sortie de drisse à cet effet juste au dessus de l'ancrage du bas etai mai peu etre que le hale haut de tangon peut faire l'affaire .
a voir
alain :-)

28 juil. 2009
0

oui c'est moi sur l'autre post
Et j'ai bien noté tes infos la bas, et sur ce post là. Faudra avant tout que je regarde ce que me propose le mat comme sortie de drisse!
Merci de tes billes précises, c'est le top, j'enregistre le post pour les travaux.

28 juil. 2009
0

virement
Le façon la plus simple pour virer de bord avec un génois à grand recouvrement et avec un bas-étai est d'empanner.
Ce n'est pas très académique, mais ça n'abime pas les voiles, on n'accroche rien, et c'est bien moins pénible pour embraquer.

28 juil. 2009
0

La plupart du temps, les virements de bord...
se font lorsque l'on est au près.
Alors faire le grand tour pour empanner, c'est vraiment chercher les complications, surtout si le vent est relativement voire très fort!

29 juil. 2009
0

les jambes
comme Aliguen j'utisise aussi les jambes sans le pilote mais je croise mes écoutes

29 juil. 2009
0

Oui c'est exactement cela...
Pour les écoutes, tu as compris.
Quand au fait de substituer un virement de bord par un lof pour lof, c'est ce que faisaient les navires d'antan qui avaient du mal à franchir le lit du vent par gros temps.
et l'inverse... substituer l'empannage par un virement de bord, c'est ce que font certains solitaires en course au large pour éviter de casser des lattes.
Il faut parfois savoir s'adapter aux conditions de vent, de mer et de distance à parcourir entre deux changement de bord.

29 juil. 2009
0

erse à bouton
Rectif avec un H c'est pour casser les mottes

29 juil. 2009
0

360 dur dur
faire un lof pour lof par vent fort et mer formée est une opération fastidieuse en solitaire,virer vent devant c'est facile en utilisant la fonction automatique du pilote réglée à 120° mes écoutes sont croisées ,j'utilise donc le cabestan au vent naturellement à portée de main souvent je n'utilise même pas la manivelle je me contente d'etarquer en 'pompant' avec la partie de l'ecoute traversière ensuite je peaufine mon cap en reprenant le réglage du pilote le genois est passé en roulant tranquilement sur tubes des haubans sans accrocher (herse a bouton)

29 juil. 2009
0

croiser les écoutes...
dans le cockpit? pour les avoir sous la main? pour savoir si j'ai rien raté.

Oui l'empannage, c'est dangereux quand ca souffle fort, et louvoyer en empannant ca revient à faire du sur-place :-)

29 juil. 2009
0

Voiliers anciens
Oui difficultés pour virer vent devant pour celà il faut contrebrasser le hunier il arrivait même de culer pendant la manoeuvre combien de voiliers perdus sur des roches pour un manque a virer mais nos voiliers bien équilibrés virent comme des toupies mais il faut parfois abatre un peu pour prendre de la vitesse avant de virer ,un voilier sous toilé se traine et dérive (il crabe)il a du mal a franchir le lit du vent,la voilure doit être bien équilibrée ,trop de voile d'avant fait abattre un voilier mou a du mal à virer

31 juil. 2009
0

virement
Si le vent est relativement fort voire très fort, le génois n'est plus à grand recouvrement, la question ne se pose plus.
L'empennage est une manœuvre de base, j'espère pour lui que ça n'a rien de compliqué, surtout sous génois...........
Dans mon cas, j'empanne parfois car j'ai des mains courantes qui gênent, des sorties d'aérateur, une survie, un bas étai, certains ont en plus un gros bitard et un guindeau. De plus, je stoppe au virement alors qu'à l'empannage que conserve une vitesse. La distance perdue est compensée par le gain en vitesse.
De plus, lorsqu'on est parti pour plusieurs/jours, suis pas persuadé qu'on enchaine les virements de bord, ce n'est pas un parcours olympique.

29 juil. 2009
0

empannage
frablo : "Le façon la plus simple pour virer de bord avec un génois à grand recouvrement et avec un bas-étai est d'empanner."

hum... le sujet du fil était de virer en solo. Moi, je ne trouve pas plus simple d'empanner pour virer ! Déjà que si tu barres avec les genoux, tu auras dur de compenser l'auloffée qui suit l'empannage. Deuxièmement, tu as l'écoute de GV à gérer en plus alors que quand tu vires, tu n'y touches pas.
Troizio, oui, tu uses le génois chaque fois qu'il se regonfle d'un coup dans un grand claquement.

Enfin, il a toujours été dit qu'il est plus délicat d'empanner que de virer. D'ailleurs qu'apprend-on en premier à l'école ?
Pourquoi par vent fort préfère-t-on justement virer vent debout plutôt que d'empanner ?

29 juil. 2009
0

Pas de discrimination sexuelle, svp :-)
Ben oui, tu dis "chacun vire comme il veut..." ;-)

SInon ben puisqu'on parle d'empannage, allons y, c'est quand même un des sujets importants et "sensibles" en bateau, la preuve en est.
Moi je l'avoue, quand ca souflette trop, je préfère faire le grand tour et passer vent debout, même à plusieurs. Je veux dire qu'en solitaire quand ca envoie, c'est sûr que ca fait plus de trucs à gérer à la fois, et c'est plus dangereux aussi. Mais même à 2 ou 3, si chacun est à la manoeuvre, ca n'empeche pas que si la mer est un peu formée et que le vent envoit bien, l'auloffé peut faire peur. (Dieu que je suis pleutre :-) Quand ca part un peu plus loin que prévu, que le vent apparent augmente d'un coup au passage, le tout encouragé par un petit coup de gite sympa ...Brrrrr! ca n'est pas toujours une manoeuvre très zen. Alors que vent debout c'est mieux.

Pour moi l'empannage c'est:
- la manoeuvre logique par vent calme ou médium lors d'un changement de cap ou d'un changement de vent pour lesquels je reste au portant ou vent arrière.
- la manoeuvre de secours si j'ai peu d'eau à courir sous le vent et que j'ai peur de manquer à virer (ou que je manque à virer, genre panne de moteur dans le grau d'adge et tirage de bord dans 30 mètres de large :-(

Je me pose la question des grosses unités: pour ramener la GV au centre avant d'empanner, ca doit etre pas mal long comparé à un petit voilier??? il faut donc garder un cap précis durant toute la manip, je suppose que quand ca bouge un peu, on doit préférer border la GV au grand largue qu'au plein vent arrière, pour éviter d'empanner involontairement sur une embardée?

Dans le même registre ,que pensez vous des retenues de bôme. SUr le T7, j'en grée souvent une en bout, (ce n'est plus une retenue mais un "blocage" :-). Car mon co-équipier a ce travers de ne pas encore avoir saisi ce qu'un empannage imprévu peut signifier, et il lui arrive de froler la limite... enfin, je fais ca par vent calme uniquement, sinon ce serait un coup à tout casser ou à coucher le bateau dans une auloffé bome coincée à contre! Oupppsss!

29 juil. 2009
0

ecumeur
merci pour ta description détaillée, pour ma part l'utilisation de 2 retenues (un truc assez classiques chez les anglos axons au long cours) me parait franchement préférable

tu largues une tu prends l'autre et tu n'a rien à aller installer d'un bord à l'autre

je ne naviguerais plus sans

et une bome de 9 metres ca fait mal des force 2 !!

29 juil. 2009
0

Quelle taille de bateau?
C'est important car ce qui est possible sans problèmes avec un bateau de 7m devient impossible avec 3m de plus!

29 juil. 2009
0

Vent vitesse

Pratiquée sur des bateaux de 20 à 36 pieds

Un des objectifs et de ne pas ralentir donc que le vent vitesse ne baisse pas pour ne pas augmenter la pression dans la voile... je ne sais pas bien pour la taille du bateau étant donné que tout est échantillonnés proportionnellement à la taille il y a peut être une limite je ne sais pas...

OUI oui grigri il y a plein de matos d'escalade pas cher utilisable sur un voilier

A ce propos il y a une marque orientée voile qui vient de mettre sur le marché un frein de bôme très très inspiré du descendeur d'escalade près cité.

29 juil. 2009
0

well , mes 2 retenues
reviennent 2 winches sur l' ar du roof
ya pleins de winches sur LW
6 dans le cockpit

18 août 2009
0

oui mais ecumeur
en principe lorsque le vent est fort le genois se trouve lui fort reduit en surface et passe generalement bien devant le bas étai .

Donc en principe si tout va bien le lof pour lof s'effectue par petit temps il n'y a pas de gros risque .

amha c'est pas une mauvaise methode et dans certain cas c'est la bonne ,car face à un obstacle le lof pour lof peu etre plus s^r qu'un "manque à virer".

josé

29 juil. 2009
0

J'approuve...
Quand on vire vent debout, le seul risque est le manque à virer si le bateau n'a pas suffisamment de vitesse. Le génois passe naturellement d'un bord à l'autre. Sur mes haubans, j'ai enfilé du tube de plomberie en plastique de 10mm avec une rondelle en plastique pour l'appui sur le protège ridoir.
L'écoute fait rouler le tube et passe sans problème.

Par contre, le virement lof pour lof, c'est une autre affaire, surtout dans la brise si la manoeuvre n'est pas parfaitement contrôlée. C'est alors le distribil, voire la casse...
C'est là que le génois part devant et il faut éventuellement le ramener à la raison au winch et on risque un grand claquement d'icelui lorsqu'il reprend le vent.
Si le mouvement de la GV n'est pas parfaitement accompagné (chariot ramené au milieu, comme la bôme avant de faire passer sur l'autre bord et laisser filer en freinant), on risque la déchirure de la GV si elle passe brusquement et/ou, au choix : rupture de hale bas, de chariot d'écoute, de bôme.
Sur le grand coup de lof en finale, ce peut être un équipier catapulté par dessus bord alors que le canote n'est pas très manœuvrant.

Pourquoi est-il conseillé dans les cours de voiles de repasser au près et virer ainsi si l'empannage apparait trop problématique?

Mais enfin, chacun vire comme il veut...

29 juil. 2009
0

j'utilise 2 retenues
de bome, je vire autant avec les retenues qu'avec l'écoute, c'est tres sécurisant, double controle

29 juil. 2009
0

Sur un gros... et retenue de bôme.
Lorsque l'on est aux allures proches du vent arrière et a fortiori sur la fausse panne, il me semble indispensable de gréer une retenue de bôme, surtout sur un bateau rouleur à ces allures (la plupart des bateaux des années 70/80 et je pense que le Trident n'échappe pas à cette fâcheuse habitude (c'est le cas notamment de l'EdM ou du First 30!). Le roulis seul peut faire passer brutalement la bôme d'un côté à l'autre sous l'effet de son poids, m^$eme si on n'est pas sur la fausse panne.
Il vaut mieux fabriquer un palan à plusieurs brins avec un coinceur, le tout accessible du cockpit pour étarquer ou choquer. On grée ce palan entre la milieu de la bôme et le rail de fargue avec un mousqueton ouvrant. Evidemment, on doit aller sur place l'installer et le désinstaller.
La retenue de bôme rétablit la paix à bord et éloigne le stress.
Dans une transat par les alizés où on est en permanence à ces allures, les voiles en ciseaux lorsque l'on n'est pas sous spi. Le génois est alors tangonné et on le bloque par un bout frappé à un taquet avant. Ainsi, tout triangulé, rien ne bouge.

L'empannage sur un gros bateau : j'ai pratiqué sur des unités jusqu'à 13 mètres (Melody, Sun Légende 71, Océanis 430 en transat).
On ramène le chariot au centre de la barre d'écoute et il faut également border la GV dans l'axe avec des biceps et de la vitesse, en mettant à profit les diminutions de vent apparent provoquées par les accélérations du bateau.
Il vaut mieux être à plusieurs alors que sur un bateau de 8m, on parvient à tout faire seul avec un peu d'entrainement.

Pour la navigations en solitaire, le maître mot est "anticipation". Il faut avoir décomposé toutes les phases de la manœuvre dans sa tête, prévoir les ennuis possibles en application de la loi de Murphy. Toutes les opérations doivent être décomposées en séquences pour un homme seul àla différence d'un équipage ou plusieurs choses peuvent être faites simultanément. Il faut donc prévoir deux à trois fois plus de temps qu'en équipage pour la même manœuvre.
Pour une prise de ris par exemple, il ne faut rien oublier pour ne pas devoir revenir au coquepite, par exemple popur larguer le hale bas oublié!

29 juil. 2009
0

The bible et l'empannage

Le bouquin des nésgland c'est souvent pour moi: pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué j'ai toujours trouvé ce livre assez confus.

Perso seul j'empanne à la volée, faite attention à utiliser le bon bras pour ne pas vous blesser (celui du bord ou vous êtes, pas celui ou vous allez passer)généralement au plein vent arrière juste quand les brins du palan mollissent tirer et passer en V.
Si les réglages sont bon d'un côté ils le seront de l'autre, moins de risque d'abattée, pas de manipulation du charriot,très rapide pour s'occuper de la voile d'avant choquée dans la foulée.

Par vent plus soutenue utilisation d'un descendeur d'escalade en huit juste pour ralentir amortir le passage de l'autre bord sans bloquer la bôme (comme on le ferait avec l'écoute si l'on avait mis charriot et bôme dans l'axe).

29 juil. 2009
0

Droits d'auteur
Bon ben lorsque j'écrirai mon grand "cours avancé de voile - Un livre écrit par un collectif de vieux loups de mer" (16,99€ chez Flammarius), je penserai à vous en collectant mes droits d'auteurs. QUe de conseils avisés distillés sur chaque page, il faudra que j'évite de signer grigri sinon l'imposture sera découverte et vous me réclamerez votre quote part du magot :-)

J'aime bien le système de la double retenue de bome à palan ramenés aux cockpit.
Pour le 8 d'escalade, ca veut dire que la super retenue de bome de chez Wichard ou chez-pas-qui qui coute la peau des..miches... peut etre remplacé par du matos courant chez nos amis coccinelle (oui, vous savez, elles vont toujours vers le haut quand on les as sur la main).

29 juil. 2009
0

heu pas très claire...
Concernant le bon bras

Si je suis babord amure, j'utilise mon bras tribord pour faire passer la voile à babord je suis maintenant tribord amure avec une épaule qui n'a pas souffert.

29 juil. 2009
0

Quelques liens sur le sujet

www.stw.fr[...]ers.cfm

30 juil. 2009
0

bricolo
autrefois je naviguais sur un Aloa 21 en solitaire avec un grand génois a recouvrement et un bas étai pour faire de nombreux bord au prés j'installais un sandow du point d'écoute au point d'amure du génois celà me rammenait le point d'écoute sur l'avant pour dépasser le bas étai

30 juil. 2009
0

bricolo , bravo!
tout bete mais lumineux.

30 juil. 2009
0

passer le genois d'un trident 80
Le moyen, que j'utilise, sont les rondelles, avec un ecartement bien, determiné. Avec un peu d'habitude, ca passe assez facilement...
Cependant, je me pose quelques questions notement sur les "condition, extreme 30 noeuds de vent voir plus " ok pour le plus, mais 30 noeuds, ne represente pas de condition, extreme, certe musclé, mais sans plus, j'utilise un etai larguable, avec un foc arrisé 8 a 6 m², et toumentin 4 m²...testé a mes depends dans un coup de tram violent et imprevu ...desolé de contredire captainhervé, mais pas de bord carré, certe ce petit bateau, a le chic pour contredire les idées reçus. voir depitant pour des bateaux plus récent, et plus grand...J'ai des tofs pour les larmes.... par contre pour l'etai larguable il est certe assez en avant, env 30 cm de l'enrouleur, avec un tirant repris sur l'etrave...surtout ne pas endrailler de tourmentin, sur le bas etai...voili voilou pour un petit retour d'experience, j'y retourne de suites, et bonne nav, juste attention, au passage de la camargue, et au "tres gros bateau"

30 juil. 2009
0

bas étai du trident
Sur le bas était de mon trident j'avais mis un petit tube PVC (tube IRO de magasin de bricolage) qui en roulant faisait passer le génois aussi vite que si je n'avais pas eu de bas étai, même dans le petit temps: un vrais régal! Vraiment aucun besoin de l'aider à passer.

J'ai vu des trident sans bas étai, j'avais essayé, mais à déconseiller, le mât pompe fortement dès qu'il y a un peu de clapot.

A+

phil

18 août 2009
0

Virement Trident avec bas-etai...
...ne nous pose pas de souci particulier : ma barreuse vire toujours de 90° histoire de ne pas trop serrer le vent et de reprendre vite de la vitesse. On centre le chariot de GV. Dans le même temps, avant le virement, je borde la contre écoute, 3 tours sur le winch+manivelle à poste, je lache deux tours sur l'écoute en la gardant sous tension. Quand le bateau a passé le lit du vent, je garde le (très grand...) génois a contre le plus longtemps possible, ce qui aide le bateau a virer et empeche le génois de s'enrouler sur le bas étai et l'aide a se positionner plus vite sur la nouvelle amure. On borde puis on se félicite de notre coordination :)

23 juil. 2013
0

Besoin de conseils car le Trident est mon premier voilier : peut on utiliser le bas etais pour lancer un tourmentin ou trinquette afin de gagner en vitesse avec un genois, ou etre plus en securite par gros temps avec juste ce type de petit foc puisque le genois serait enroule sur son enrouleur?? Remplacer la cadene d origine du bas etais par une plus grosse est utile?

23 juil. 201323 juil. 2013
0

Un solent a la place du génois......quasiment pas de manque a virer sous Solent; le voilier est plus maniable, plus manœuvrant....une voile précieuse , qui aide sacrément a la manœuvre, s'il y a des cailloux, que l'on est en zone mal pavée ou du vent....on peu rajouter un étai largable, même textile sur la majorité des voiliers, a prévoir en amont.....Très facile d'utilisation, a fortiori en solo...excellente au pres et puisqu'il est question de virement de bord....
Par mer formée ou quand ca monte un peu, elle facilite vraiment la vie a bord

23 juil. 2013
0

Salut Carnator66
Pour répondre a ta question "peut on utiliser le bas étais"
Réponse : Non
Sur ce bateau tu as un pont en "sandwich" c'est a dire polyesters et une âme balsa. même si tu changes de cadene, + contre plaque, tu n'aura pas la résistance nécessaire, je te dirais même de vérifié cette cadene entre autre, qui dans sa monte d'origine est peut étanche, j'en ai vue partiellement arraché avec un virement de bord musclé alors que le génois bloquait au passage d'un bord a l'autre.
La monte sur ce bateau, d'un étai largable, est a mon avis possible sur le devant de la baille a mouillage, avec reprise sur l'étrave.

23 juil. 2013
0

si on navigue avec un italien on ne vire pas en solitaire ,
alain :heu:

23 juil. 2013
0

Ben si, Alain !! Surtout si c'est l'Italien qui donne les ordres, a ce moment là, il a les deux mains prisent...

23 juil. 2013
0

avec du tabac ??
prises ,comme pour le courant
alain

23 juil. 2013
0

Pfffff........Oui mais là ... Je peux rien, pour moi, j'ai pas que les deux mains de prises !!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer