virement à l'ancienne...

Bonjour

Je suis propriétaire d'un feeling 920 de 1982 et j'aimerai tester les sorties en solo à présent.
Je n'ai pas de pilote auto et veux donc fonctionner avec un bout et un sandow sur la barre franche.
Pour aller prendre un ris au mat ça devrait aller, le bateau devrait tenir son cap si je règle les bouts qd la GV est déjà larguée prête à la prise de ris. (Au pire à la cap)

Par contre pour un virement, je fais comment?
Je vire, je laisse le genois à contre, je bloque la barre et je fais passer le genois après ?

Voilà j'aimerai bénéficier de l'expérience de ce qui navigue sans pilote et seul.

Merci

L'équipage
17 nov. 2014
17 nov. 201417 nov. 2014
1

T envois le virement, tu choques le genois, tu stabilises ton cap et tu bordes. Perso j utilise aussi le pied pour lofer un peu et pour aider a border.

17 nov. 2014
0

Merci
si je fais comme ça le genois ne va-t-il pas bcp faseyer ?

17 nov. 201417 nov. 2014
1

tu fais comme en equipage mais plus vite tu as 4 ou 6 bras, c'est pareil en mieux , en fait aussi vite sans avoir a dire quoi que ce soit ni a engueuler personne.
faut embraquer le genois ou le foc a la main au bon moment pour avoir tres peu besoin du winch (ceci par temps faible ou medium j'entends)

17 nov. 2014
0

Avec l habitude pas plus que certains équipages.

17 nov. 2014
0

Bonjour Ragnar

Une petite variante tu abats un petit peu règle le génois
tu mets le moteur en marche pour avoir une allure stable tu largues la GV et fais ta prise de ris

Le Moko

17 nov. 2014
0

Mettre le moteur en marche pendant une prise de ris, j'oserais pas!
En général si tu dois réduire, c'est que le bateau gite trop. Le moteur ne va pas aimer du tout!
En plus, je ne vois pas trop l'intérêt.

17 nov. 2014
0

Oui, et en + ça augmente le vent apparent.

17 nov. 2014
1

J'ai aussi un Feeling 920 (de 83) et navigue en solo à 90% du temps. Pas besoin de pilote pour les virements. Le cockpit est suffisamment petit pour tout garder à porter de main (ou de pied) en permanence. Barre entre les jambes, une écoute dans chaque main et zou!
Par contre, j'ai des winchs ST. Le génois passe tout seul, jamais besoin d'aller à l'avant (je ne le laisse pas à contre, je le largue dès qu'il dévente). En général quelques coups sur la filière pour lui faire passer le chandelier avant suffisent si tu as des roulettes de fllières. Exceptionellement, tu as le temps de faire un aller retour à l'avant sans même bloquer la barre.
Tu es où?

17 nov. 2014
0

en Polynesie

17 nov. 2014
0

Content en voyant ton profil (courses au large) que tu aies opté pour un feeling.

18 nov. 2014
0

j'abuse puisque tu t'y connais bien, je le trouve très ardent c'est normal.

17 nov. 2014
0

C'est un bateau vraiment agréable, très confortable (après les bateaux de course) et sain. Bien construit simplement mais solidement, qui vieillit assez bien sauf quelques boiseries intérieures qui se sont assombries. Il reste surtout facile en solo, pas physique et peut encaisser du baston sans broncher, sans secouer ni doucher son équipage.
Pour l'anecdote, je l'ai racheté à un septuagénaire qui se faisait régulièrement des transgascognes avec, et le premier proprio de 83 s'appelait ... Caudrelier Brenac! C'est un signe, ça, non?

18 nov. 2014
0

Le mien est équilibré, très neutre. C'était même dans l'essai de "Bateaux" de l'époque un reproche, d'être trop neutre.
J'ai d'assez bonnes voiles de croisière pas trop creuses (GV dacron fullbatten radiale, Génois laminé triradial), et un accastillage permettant de bien les régler (c'est resté mon dada, je peux pas m'en empêcher!). Chariot de GV souvent débordé au niveau des bords de bancs...

24 nov. 2014
0

j ai aussi un Feeling 920 , et c est vrai que c est un voilier super agréable .
pour ce qui est d'être ardent , c est essentiellement du a des voiles trop creuses en général .
sur le mien , j ai mis pas mal de quête au mat , et tant que mes voiles sont restées assez plates ,il était parfaitement neutre a la barre , depuis un ou deux ans ces voiles se sont un peu creusées , et le bateau est devenu un peu ardent surtout au prés .

17 nov. 2014
0

Sur mon Filo (8,25 m), je lance le mouvement, il commence à remonter au vent, je peux me concentrer sur le winch avec l'écoute bordée, je choque face au vent, je reprends en face, donnant éventuellement un coup à la barre (soit pour aider le passage, soit pour le ralentir, ça dépend). L'écoute est reprise, bordée, je reprends la barre et on est parti !

Cela ne pose aucun problème.

Le plus ch..ant, c'est plutôt pour envoyer la GV quand ça piaule un peu (samedi, un peu plus de 20 noeuds, le HB avait du mal à tenir le bateau dans l'axe du vent...). C'est la seule manoeuvre où je galère parfois. La prise de ris, impec, le lâcher pareil, et pour affaler, la GV descend presque toute seule jusqu'au bout ! Je peux aller très vite au pied de mat pour finir mais il faut que je me mette une "contre-drisse" pour aider la fin de la descente.

Entraine-toi et tu verras que ce n'est pas sorcier la nav en solo !

:pouce:

17 nov. 2014
0

Salut
Les winchs "self-tailing" aident déjà bien... Et une barre franche peut mieux être contrôlée de l'endroit où se trouve le winch... Comme dit mon Motu préféré, il faut embraquer le plus vite possible le génois dès qu'il faseye, et pendant qu'il passe, le bateau bout au vent, ou pas loin. Tu peux même faire durer cette phase en virant lentement...
Si tu as du mal à le border, lofe un peu pour le faire légèrement faseyer, ça tirera moins, et tu iras plus vite.
Sinon, il y a les focs "auto-vireurs"... :mdr:

17 nov. 2014
0

Sur ce bateau (que je commence à bien connaitre), si tu embraque trop vite le génois va se bloquer dans les barres de flèches avant que la chute ne soit "déroulée". Donc pas de précipitation, ya tout le temps!
La surface reste tout à fait bordable sans effort exagéré pour ma cinquantaine et demie. Il suffit de laisser le bateau loffer tout seul au fur et à mesure que l'on borde, la barre retenue légèrement par le bout du pied.

17 nov. 2014
0

Sympa merci
je vais tester tout ça avec un equipier qui n'intervient pas et après je me lance

17 nov. 2014
0

Après, si tu veux faire des nav un peu longue en solo, je te conseille quand même d'investir dans un pilote auto. Cela permet de descendre dans la cabine, d'aller préparer un spi, de se poser en regardant son bateau avancer ;-)

17 nov. 2014
0

oui bien sur je parle de sortie journée

17 nov. 2014
0

J'ai fait ma première nav en solo entre zeebrugge et nieuwpoort le weekend passé avec mon bac de 8m. J'étais assez surpris de la facilité du changement de bord tout seul. Surtout bien penser à préparer tes écoutes à l'avance et checker que rien ne risque de s'emmeler.

Ensuite, il faut aller un peu au feeling et voire ce qui t'arranges le mieux comme position dans le cockpit. Perso je commence à tourner la barre à la main mais une fois que le nez approche du vent je la cale sous une jambe et je referme petit à petit les jambes pour la ramener au centre tout en tirant sur l'écoute. L'inconvénient c'est le risque de perdre l'équilibre. Si tu tombes, assure-toi de ne pas tomber sur la barre sinon tu risques de tout casser ;)

Plus il y a du vent, plus y a de chances que tu doives utiliser le winch pour les derniers réglages.

17 nov. 2014
1

Bonjour en solo moi aussi
un seul mot: entrainement
il y a peu de risque par moins de 4bft
au pire tu te retrouves nez au vent
j'en ai raté qque un et j'en suis pas mort...
petite astuce que j'utilise:
Par commodité j'utilise le winch sous le vent comme renvoi et je remonte l'écoute de génois sur le winch au vent. Cette configuration me permet de régler le génois sans descendre au vent et de garder la main et un œil sur la barre plus facilement.
amuse toi bien....

17 nov. 2014
0

Après avoir vu une image d'un cockpit de feeling 920, je vois que les winchs sont fortement avancé:
alors oubli pas ptite astuce
elle servira peut être à d'autre

23 nov. 201423 nov. 2014
0

Je remercie tout le monde.
J'ai essayé hier avec conditions parfaites 20 à 25 nds ré
gulier.
tt c'est très bien passé (j 'avais un équipier au cas où).
J'ai juste à chaque fois bien pris le temps d'équilibrer mon bateau pour régler la barre avec des bouts (pas de pilote).
J'ai coupé un PVC qui me rallonge la barre pour être tranquille au winch avec la barre a portée dans les virements.
Bientôt le gd saut.
Je pense mettre un système de miroir (pas en verre bien sur) qui renvoi mon écran de girouette vers l'avant car c'est un peu stressant au pied de mat de ne pas savoir si le bateau garde bien son cap.

Bonne nav.

23 nov. 2014
0

Personne ne l'a suggéré encore, mais tu peux tjrs enouler le génois, virer, et le dérouler sur l'autre bord.

24 nov. 2014
1

Rien de compliqué sur nos voiliers modernes. Je pratique comme décrit par matelot@17523. Pour moi un "virement à l'ancienne" c'était : choisir son moment et sa vague pour envoyer, espérer passer le lit du vent (sinon c'est un manque-à-virer, çà peut avoir des conséquences graves si on s'y est pris trop tard...), laisser le foc (ou la misaine) à contre, lorsque le bateau s'arrête inverser l'angle du safran (parce qu'on va culer...),abattre franchement, tout régler et attendre que la vitesse revienne...Ouf ! On évitait de virer pour rien...

24 nov. 2014
0

La question peut paraitre idiote mais que risque t-on avec nos "bateaux modernes"sur un manque à virer? Je ne dis pas que je suis coutumier du fait mais jusqu'à présent il n'y a eu que l'ego du chef de bord qui en a souffert. La situation est certes inconfortable dès qu'il y a du vent et de la mer mais je ne me suis jamais senti particulièrement menacé dans ces conditions. Peut être que cela dépend de la force du vent/mer et que je n'ai jamais atteind les conditions qui rendent cet évènement dangereux

24 nov. 2014
0

Il m'est arrivé plusieurs fois de manquer à virer avec des multis, et de devoir culer pour repartir. Une autre fois en Coco, mais là c'était parce que même le ferry faisait demi-tour à l'entrée du chenal du Four.

24 nov. 2014
0

Si tu as tendance à virer à 1 longueur d'une estacade, d'un caillou, 2 mètres d'un copain, je pense que c'est ce que sous-entend CLK...

24 nov. 2014
0

Bien sur. Si tu n'as plus assez d'eau à courir pour une deuxième tentative tu vas au plein ! On anticipait davantage...

24 nov. 2014
0

et on avait ancré dans la tête qu'on est jamais en aussi bonne position pour virer lof pour lof que quand on vient de manquer à virer vent devant...

24 nov. 2014
0

Oui jminet, mais il faut aussi assez de place pour çà...Je me souviens de quelques émotions fortes à lancer en désespoir de cause plein pot vent arrière un lourd canot avec bout-dehors pour virer lof pour lof au ras de jetées, de cailloux ou de bateaux...Jamais rien cassé heureusement.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer