Utilisation d'un Spi Asymétrique

Bonjour,

Je vais louer cet été un bâteau équipé d'un spi asymétrique.
Ne connaissant pas ce type de voile quelqu'un pourrait il m'expliquer brievement comment utiliser cette voile (envoi, règlage et affalage).
Nota : Je sais utiliser un spi symétrique tangonné.

Merci

L'équipage
28 juil. 2005
28 juil. 2005
0

c'est plutôt simple
pour l'envoyer, sortir l'amure, puis tirer sur la drisse, mais ca tu l'auras trouvé tout seul.
si le bateau n'est pas équipé d'un bout dehors permettant de faire passer le spi entre son gunidant et l'étai (C'est clair?), faire passer la contre écoute derriere l'amure pour pouvoir empanner en mettant le spi en drapeau pour le récupérer derriere

si l'amure est réglable (une simple bosse ramenée sur un taquet, éventuellement via un winvh, ca peut tirer ces bêtes là), la reprendre avant d'empanner.

sinon, ne pas forcément le monter en tête, mais les réglages derrière, tu devrais les trouver...

plein vent arrière, tu peux le tangonner, mais il est beaucoup plus amusant de faire du largue avec ce genre de voile. Sinon par petit temps, ne pas hésiter à porter seulement l'assimétrique avec éventuellement le génois tangonné, ca marche pas mal du tout

pour l'affaler, si peu de vent, pas de souci, ca descent comme un génois, sinon, je largue l'amure et je le récupère dans la descente sous la GV en reprenant par le point d'écoute

bonnes navs

1

rien à ajouter à ce qu'a écrit spot
si ce n'est qu'effectivement, c'est pas glop par plein vent arrière, il faut tangonner (l'écoute, pas l'amure.
ça se rentre très facilement comme un spi sous la GV, d'ou l'avantage de l'amure règlable et larguable.
comme dit spot, ne pas hisser à bloc, la tête peut facilement rester à plus d'1m du mât pour une meilleure portance au largue

28 juil. 2005
0

avec chausette, peut-on ne pas monter jusqu'en haut ?
comme conseillé au largue ? Le pquet de la chaussette remontée ne va-t-il pas balancer en haut ? A priori cela ne devrait pas gêner.

29 juil. 2005
0

alors là
j'en sais foutre rien, la seule fois ou j'ai utilisé une chaussette sur le bateau d'un copain je m'en suis très mal sorti.

29 juil. 2005
0

Un bon montage, c'est plus facile.....
Bonjour,
Pour bien utiliser un spi asymétrique il faut absolument avoir un point d’amure monter sur une estrope qui passe dans une poulie et revient au cockpit pour permettre de régler la hauteur de ce point d’amure. Cette poulie doit être frappée devant l’était, sur un bout dehors c’est mieux, mais ce n’est pas obligatoire.
La drisse de spi doit passer devant l’était, et la contre écoute aussi. Les écoutes sont reprises sur des poulies frappées bien en arrière des winchs, puis reviennent sur ceux -ci .
Pour hisser ou affaler c’est comme tous les spis.
En navigation, plus on se rapproche du vent de travers plus le point d’amure et le point d’écoute se rapprochent du pont ( en vent de travers le point d’amure est le plus bas possible et un barber hauler est souvent nécessaire pour abaisser le point d’écoute ).
A l’inverse, plus on se rapproche du vent arrière plus ces deux point s’élèvent.(ne pas hésiter à monter le point d’amure à 2m en vent arrière).Mais le plein vent arrière n’est pas une bonne allure pour ce genre de spi.
Lors de l’empannage, il faut ramener le point d’amure vers le pont, choquer l’écoute tranquillement tout en reprenant la contre écoute en évitant que l’une d’elle passe sous le voilier.
Pour l’affalement, on choque l’estrope, on reprend de l’écoute, on attrape le spi par la bordure, on choque doucement la drisse et on range le spi dans son sac. Personnellement je fais toujours ça sur le triangle avant à l’abri de la grand voile.
Alain

29 juil. 2005
0

Merci à tous
Je devrai essayer d'ici 3 semaines. Vivement les vacances .
:-p

05 sept. 2009
0

Dans quel sens l'asymétrie
Bonjour à tous !

Désolé de réveiller un message aussi ancien (2005), mais je cherche une info... que je ne trouve pas.

Ne me jetez pas la pierre, mais je n'arrive pas à savoir si le coté le plus long du spi se met au point d'amure ou au point d'écoute !
Vous voyez ce que je veux dire ?

Actuellement, je mets le bord le plus long sur le point d'amure.

Sinon, en réveillant ce vieux fil, j'ai appris beaucoup sur le réglage de l'asymétrique.

A+

Mouzig
forumetap.free.fr[...]

05 sept. 2009
0

Merci !
Et bien merci !
Ca c'est de la réponse rapide !
Donc mon montage est convenable. (effectivement, rien n'est indiqué sur le spi)

Par contre, mon amure est fixe. J'ai bien noté le conseil d'une amure réglable avec retour au cockpit.

J'ai hâte de tester ça.
Sinon, naviger au spi asymétrique, c'est vraimment bluffant. Par vent de travers, j'ai atteind des records (records touts relatifs compte tenu de la taille de mon voilier !)

Merci encore,

Mouzig
forumetap.free.fr[...]

18 avr. 2013
0

Bonsoir,
J'espère que certain d'entre vous pourront m'aider, malgré l'âge de ce forum...
J'ai un bateau avec un spi asymétrique, chaussette et avaleur de tangon. Ce spi me met fasse à plusieurs questions problématiques. La plus importante est le fait que quand j'affale mon spi, il traine lamentablement dans l'eau. il y a deux patchs de fixation du bout de la drisse, mais je ne sais pas comment faire pour que le spi rentre dans sa chaussette sans trainer dans l'eau. Quelqu'un a-t-il un api avec le même système et si c'est le cas, comment faire passer la drisse? il me semble avoir tester tous les réglages possibles, mais je suis ouverte à toute idée nouvelle. Mon bateau est un dériveur, donc la distance spi-eau est très courte...

Merci d'avance et bon vent!

05 sept. 2009
0

Normallement
C'est marqué dessus. Sinon, oui, le plus long coté à l'amure, le plus court c'est la bordure, le dernier c'est la chute.

Jacques

05 sept. 2009
0

Amure réglable sur un asy ?
Inutile s'il est taillé pour ton bateau. Le guindant est à la bonne longueur.

Par compte, il faut que l'amure puisse être larguée facilement. Si la machoire du tangon s'ouvre avec une tirette que tu peux manoeuvre du cockpit, c'est top. Comme ça, si ca devient chaud, tu largues direct, et le spi part en drapeau, tu peux le laisser un instant, s'il y a une urgence à régler, ou l'affaler direct par l'écoute (en le faisant descendre dans la descente, pour ne pas qu'il risque de se gonfler et de partir à la flotte.

Jacques

19 avr. 2013
0

Si je comprends bien, tu as une chaussettte ? Dans ce cas, il faut dérouler la chaussette tout en donnant de l'écoute. Je ne comprends pas le tangon avec l'a symétrique. Choquer la GV pour étouffer le spi. Une fois le spi dans la chaussette, larguer doucement la drisse et rentrer le tout dans le sac, en laissant bien accessibles les 3 points, et en faisant en sorte que le bout de va et vient de la chaussette ne fasse pas de tours autour du spi.
Facile à écrire, moins à faire. Maintenant si c'est une dériveur de voile légère, pas besoin de chaussette et ramener le spi à grandes brassées avant qu'il ne tombe à l'eau !

19 avr. 201316 juin 2020
0

sur le gib sea , avec la delphinière c'est asy de rigueur et c'est vraiment le top . en croisière je m'en sert énormément .
après il faut que la voile soit bien coupé pour être polyvalente.
si elle est très épaulé sur le guindant , à 70 dégrées du vent le guindant faseye trop et au portant c'est le contraire en choquant le réglage d'amure le spi monte et l'air s'évacue bien et il se tient mieux .
à l'inverse , il permettra de remonter à 60 dégrées du vent mais sera médiocre au portant ( ce qui correspond plus à un gennaker ).
l'idéale c'est qu'il soit légèrement épaulé avec un creux raisonnable .
des barbers sont appréciables , ainsi qu'un réglage à l'amure ( attention aux efforts importants )avec poulie mouflé et retour sur winch au cockpit .
j'ai également une chaussette très appréciable en équipage reduit , mais il faut vraiment descendre vers 120 dégrées du vent pour affaler le spi dans sa chaussette surtout si le vent monte , d'autant que l'on se prend vite au jeu , et c'est très tentant et gisant de lofer pour avoir de bonne sensation , mais pour affaler c'est mieux d'abattre .
voili voilou

20 avr. 2013
0

Je ne comprends pas trop l'intérêt de ton réglage a l'amure ?

20 avr. 2013
1

Si trés important ! Plus tu seras proche du vent arrière,plus il te faut larguer du point d'amure, et au contraire, le reprendre au max et remontant le vent ( remonter :pas plus de 70/80° vent appt). Bien sur, c'est mieux si tu as un bout dehors.

20 avr. 2013
0

oui c'est ça , et dans le petit temps c'est bien de le choquer pour laisser "respirer" le spi

20 avr. 201320 avr. 2013
-1

En effet, et je ne l'utilise que dans le petit temps ! Dès 12/15 knts réels, j'ai tendance à partir au lof...( m'est encore arrivé il y a deux semaines...). :-(
Et d'ailleurs, je n'ai pas eu le réflexe de larguer le point d'amure, qui pourtant revient au piano. J'ai seulement dit a l'équipier de larguer l'écoute ( jamais de noeud en 8 au bout !)

20 avr. 2013
0

D 'accord avec tout ce qui précéde ,moi pour les changements d'amure je le rentre dans la chaussette je change le bras et roule ....ma poule J 'ai un petit spi par rapport à la taille du bateau ce qui permet de le tenir plus longtemps et suivant l 'état de la mer et mon humeur je n'ai que le spi d envoyer.

28 avr. 2013
0

Bonjour, je relance le fil pour une question théorique..
A partir du moment ou on peut faire du travers voir (bon plein-travers) avec un asym, est-il possible théoriquement de virer de bord ?
Car plus on se rapproche du vent, le spi commence forcément à faseiller à un moment et si on en profite pour reprendre la contre écoute et relâcher l'écoute ça pourrait marcher ?

29 avr. 201316 juin 2020
1

non le volume et la taille de la voile fait que ça ne passe pas bien en virant vent debout .
en plus le risque de le dechirer où tout simplement de faire un coquetier est bien réel.
un changement d'amure sous asymétrique se fait que par empannage.
j'ai même fait rajouter une latte cousue sur le renfort d'amure qui dépasse pour pouvoir mettre la contre écoute . ça évite de chaluter la contre écoute sous le bateau et pour démarrer l'empannage , c'est plus facile!

29 avr. 2013
0

Bonjour, si tu as rajouté une latte au point d'amure , ça veut dire que tu empanne , en faisant passer le spi devant , alors que généralement , on passe la spi et la contre écoute ,entre l'étai , et le guindant....mais si ça marche , tout est permis.....

29 avr. 2013
0

Quand il y a du vent soutenu c'est mieux

29 avr. 2013
1

il est fortement conseillé d’empanner pour changer d'amure avec un asy.
le faire passer contre l'étai ou le génois enroulé c'est prendre le risque d'un joli sac de nœud !

29 avr. 2013
0

Merci, en y reflechissant c'est vrais que l'avantage de l'empannage est que le spi est "soufflé" devant l'étai, donc avec le jeu d'écoute il reste à le guider... En virant de bord il est soufflé derrière et vers le mat, alors bonjour les frottements .... Peut-être avec un "mini spi" mais cela n'aurait plus du tout d'interet.. Merci a tous.

29 avr. 2013
0

en fait c'est faisable avec un code 0 qui est moins volumineux et moins grand qu'un spi asy.

01 mai 201316 juin 2020
0

cet après midi , nav tranquille sous spi donc photo !
110 degrés du vent apparent , 10/12 nœud et 6.5 à 7 nœud au loch.
en faisant monter le point d'amure à cet allure la voile est parfaite et on voit bien la petit latte qui maintient la contre écoute .

02 mai 2013
0

Bien vu Canardo ! Je retiens l'idée d'un poulie frappée au point d'amure. Le coup de la latte , pas mal non plus ! :pouce:

24 avr. 2019
1

le code 0 se roule pour virer de bord...

24 avr. 2019
0

Avec un bout dehors le problème est résolu.... :heu:

24 avr. 2019
0

Bonjour Canardo
J'ai un réa en extrémité du bout dehors et la drisse directe au point d'amure du gennaker , mais pas de réa sur la voile ( tout semble Ok ).
Avantages / inconvénients...?
Merci

12 oct. 2019
0

Salut
jai un assymetrique que je n'ai jamais utilisé..je n'ai jamais utilisé de spi d'ailleurs. Mon "- pied a un bout dehors.
Ma question est :pour l'utiliser le plus facilement possible en solo et novice en ce qui concerne les spi, est ce utile que je me tourne vers une chaussette de spi ou un enrouleur de spi?
merci

12 oct. 2019
0

mon 36 pieds

12 oct. 2019
0

en solo, la chaussette est un plus,
et un bon pilote qui tient le cap ...
si c'est un asy assez plat, un enrouleur peut aller.

14 oct. 2019
0

ok merci

14 oct. 2019
0

Je confirme pour la chaussette. Ça facilite les choses surtout en solo et ça sécurise le spi qui ne risque pas de se prendre dans les barres de flèche au hissage.

14 oct. 2019
0

La chaussette peut faciliter les choses, mais si on est novice dans l'utilisation du spi, mon avis est qu'il est préférable de s’initier sans chaussette...commencer par compliqué c'est plus simple et plus pédagogique, au moins sur des bateaux de taille raisonnable.

14 oct. 2019
3

"commencer par compliqué c'est plus simple ..."
original comme formule !

14 oct. 2019
0

C’est une variante de pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.

14 oct. 2019
0

Tsst,tsst...ne pas confondre simplicité et facilité. En fait la chaussette est un système relativement compliqué qui permet une manœuvre simple, son absence rend le système très simple au prix d'une manœuvre plus compliqué. D’après toi quel est la méthode la plus pédagogique?

14 oct. 2019
0

Cette formule n'est pas de moi, Je l'ai chopée dans le bouquin des Glénans il y a fort longtemps à une époque ou je dévorais tous les bouquins de voiles qui me passaient entre les mains, et j'adhère complètement à cette manière d'appréhender certains apprentissages, particulièrement pour tout ce qui concerne les manœuvres.

15 oct. 2019
0

Sur mon bateau j'utilise que le spi asymétrique et je trouve que sur ce type voile il y a deux manœuvres délicates, l'empannage et la rentrée du spi.
L'empannage parce que le risque de faire passer le spi entre l'etai et le mat est plutôt fréquent et dans ce cas le spi se met à tourner dans les hauts et c'est le cocotier assuré souvent difficile à défaire. Pour éviter ce type de mésaventure en équipage, il faut qu'un équipier aille sur l'avant chercher la contre écoute, ramène l'écoute du spi presque au niveau de l'etai pendant que le barreur abat vent arrière , ensuite la manœuvre d'empannage se poursuit en tirant rapidement le spi sur l'autre bord, le barreur n'ayant qu'á lofer ensuite pour regonfler le spi
En Solo c'est plus délicat, on peut aller chercher la contre écoute du spi en étant vent arrière sous pilote auto, ramener le spi sur l'autre bord, et se précipiter à la barre pour finaliser l'emannage, ce n'est pas toujours facile à faire en Solo.
Personnellement en Solo je déroule le génois que je borde à plat avant d'empanner le spi, ça évite que le spi passe entre l'etai et la mat, le spi vient se coller contre le génois et ça laisse un peu de temps pour l'amener sur l'autre bord.

Deuxième difficulté la rentrée de spi, s'il y a peu de vent cela ne présente pas de difficulté, par contre s'il y a un peu d'air ce qui est souvent le cas quand on doit rentrer le spi, le risque c'est de chaluter et un spi de 111 m2 qui commence à prendre l'eau c'est une vrai galère pour le ramener encore plus en Solo.
La manœuvre de rentrée doit être mener avec précision, le génois est déroulé et bordé à plat, le barreur amene le bateau vent arrière, on attend un peu que le bateau perdre sa vitesse sinon le spi va partir à l'arriere, on choque le point d'amure et chose très importante on ne lache pas la drisse tant que les deux points, écoute et amure ne sont pas à l'entrée de la descente, bien métrisé par l'équipage, ensuite seulement on peut régler la descente du spi
L.'erreur que l'on fait souvent, c'est de commencer à lâcher la drisse avant que les deux points amure et écoute soient ramener dans la descente et la le point d'amure part à l'eau, le spi part à l'arriere et se rempli d'eau c'est la cata.
Une technique qui permet de ramener le point d'amure dans la descente, c'est de fixer une écoute sur ce point d'amure, avant d'envoyer le spi, cette écoute on la fait passer en extérieur des hautbans et on la ramène jusque dans la descente, ainsi au moment de la rentré de spi on peut facilement ramener le point d'écoute vers la descente et éviter la mésaventure du chalutage.

15 oct. 2019
0

La chaussette a spi est non seulement facile à utiliser mais un vrai gage de sécurité.
il suffit de 10 petites secondes pour rentrer le spi équipier positionné près du mat au lieu d'être obligé à de dangereuses positions près des filières voire du balcon avant pendant plusieurs minutes.
Et je ne parles pas du fastidieux travail de pliage dans le sac ...
j'ai pratiqué les deux et jamais plus je n'aurai de spi sans chaussette.

15 oct. 2019
2

Bonjour pepere,

en solo (comme en équipage), on peut très bien affaler un spi (symétrique ou assymétrique) SANS sortir du cockpit:

1: on déroule ou hisse le génois
2: on le borde
3: on balance la drisse à l' eau derrière le bateau
4: on largue le bras
5: on attrape l' écoute de spi par dessous la bordure du génois
6: on ouvre le bloqueur de la drisse
7: on rentre le spi directement dans la descente, la bordure d' abord.

J' ai utilisé des chaussettes sur 3 bateaux différents dans les années 80/90, c' était pas top.
Çà arrivait fréquemment que çà coince, mais je suppose (j' espère) que le matos a évolué depuis, en tout cas, çà ne m' avais pas incité à en mettre sur mon bateau.

Gorlann

15 oct. 2019
1

Pour rentrer l'asy avec une chaussette larguez vous le point d'amure ?

15 oct. 2019
0

Non la chaussette se referme sur la voile et on peut même la laisser à poste pour la renvoyer plus tard.

15 oct. 2019
1

J’ai l’amure sur poulie donc c’est facile de relâcher depuis le cockpit.
En solo je choque l’écoute et l’amure à moitié, je descends la chaussette à moitié puis je choque tout et je finis de descendre la chaussette.
Avec une équipière on choque amure et écoute en même temps qu’on descend la chaussette.

15 oct. 2019
0

Mon expérience perso, sur plusieurs bateaux différents, avec et sans chaussette :

  • Pour un bateau jusqu'à 30/35 pieds, je préfère encore sans chaussette. La taille du spi fait que c'est parfaitement maîtrisable et ça évite des emmerdes supplémentaires dues au mécanisme de la chaussette : bosse qui fait des nœuds ou qui se coince dans la poulie à côté du point de drisse (ça m'est arrivé alors qu'il y avait un peu d'eau à courir mais pas tant que ça : obligé d'affaler comme un spi sans chaussette et de régler ça à plat pont).

  • Pour un spi très grand, la chaussette peut être rassurante, y compris pour les empannages (on étouffe le spi, un équipier aide à faire passer la chaussette sur l'autre bord et on renvoie).

  • Pour envoyer : 160° du vent réel (un bon pilote peut être très précieux), GV bien choquée, génois déroulé et bordé (ça évite le cocotier). Attention au passage des écoutes (tout extérieur) et de l'amure (a gréer après les écoutes, pour qu'on puisse empanner en faisant passer le spi entre son guindant et l'étai). Bien vérifier aussi que la drisse de spi ne fait pas de tour autour de l'étai en tête de mat, sinon l'affalage va être compliqué... On envoie d'abord le point d'amure au bout du bout-dehors, puis on hisse, puis on borde et enfin on roule le génois.
    Avec une chaussette, pas forcément évident de l'envoyer derrière le génois. Dans ce cas on roule le génois avant. Et il est plus sûr de hisser avant de border l'amure, pour éviter que le le spi se gonfle trop tôt.

  • Pour affaler, à l'inverse : on déroule le génois, on récupère le point d'écoute sous le génois, on largue l'amure, et on rentre tout dans le sac en même temps qu'un équipier choque la drisse progressivement. On peut aussi affaler dans la descente mais attention aux goupilles non protégées... La drisse balancée dans l'eau ça marche très bien aussi.
    Avec une chaussette, bien choquer l'amure avant sinon impossible de descendre la chaussette.

15 oct. 2019
0

merci pour les conseils. Je note de bien choquer l'amure car effectivement j'ai des fois des difficultés a l'etouffer avec la chaussette

16 oct. 2019
2

Attention en choquant ou larguant l'amure : si le vent est monté ça tire très fort et il y a un risque important de blessures aux mains ( arrivé une fois sur mon bateau ).
Si on n'arrive pas à descendre la chaussette il vaut mieux carrément larguer l'amure, donc ne pas mettre de noeud d'arrêt.

16 oct. 2019
0

Bien noté merci

16 oct. 2019
-1

Est ce que ça vaut le coup de faire une baille à spi rectangulaire car j'ai déjà le sac cerclé ??

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

Après la pluie...

  • 4.5 (107)

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

mars 2021