Un voilier s'échoue à Figueira da Foz. Équipage avec pronostic réservé

Tristesse. L'aventure tourne mal. Les images sont saisissantes. Faites éventuellement traduire l'article par votre navigateur.
www.publico.pt[...]1895808

L'équipage
02 déc. 2019
02 déc. 2019
1

L'entrée à Figueira da Foz est réputée dangereuse...

"La femme membre de l'équipage du voilier qui s'est échouée ce dimanche sur une plage de Figueira da Foz, environ 50 ans, a été grièvement blessé et a un pronostic réservé, alors que l'homme est stable, a déclaré la source de l'hôpital.

Le couple, de nationalité française, naviguait sur le bateau de 12 mètres en direction de Cascais, lorsque le bateau s'est échoué sur la plage de Cabedelo, au sud de la ville, vers 10 h 30 ce dimanche matin.

Une source de l'hôpital du district de Figueira da Foz (HDFF) a dit à Lusa que la femme, qui serait en arrêt cardiorespiratoire lorsqu'elle serait sortie de l'eau, avait été transférée à l'hôpital et centre universitaire de Coimbra et avait un mauvais pronostic.

D'autre part, l'homme est hospitalisé dans une situation stable dans la HDFF, restant sous observation.

Cadre d'affiche pour lecteur multimédia
Selon les informations fournies à Lusa par le Commandement des opérations de secours du district de Coimbra, après l'alerte, les deux membres de l'équipage ont été secourus après s'être jetés à l'eau : d'abord l'homme, légèrement blessé, puis, à 11h23, la femme, qui était en arrêt cardiorespiratoire.

Le bateau, ancré à une cinquantaine de mètres de la côte, dans une zone de forte brèche jusqu'à environ 17h ce dimanche, a fini par rompre l'amarre qu'il avait et a navigué plus au sud, s'échouant dans le sable à quelques mètres du premier éperon, à l'extrémité sud de la plage de Cabedelo.

Le voilier est orné et présente plusieurs avaries, apparemment par l'action de la houle, a vérifié le Lusa sur place.

Sur place, dans les opérations de sauvetage des victimes, il y avait des moyens aquatiques et terrestres du Capitaine de Figueira da Foz, de l'Institut National d'Urgence Médicale (INEM), de la Police Maritime et des pompiers Sapadores et volontaires de la ville."

Traduit avec (version gratuite)

03 déc. 2019
0

Merci pour la traduction !

02 déc. 2019
1

Ouhi :(
On ne comprend pas trop bien, finalement on dirait qu ils n etaient pas en train d essayer de passer la barre, l article dit qu'ils etaient mouilles a 50m de la plage, il y a une photo du bateau effectivement mouille dans des conditions pratiquement intenables.

02 déc. 201902 déc. 2019
0

Pas "pratiquement" intenable, mais complètement dantesque, dans la zone de déferlement !

(Peut-être la zone de déferlement s'est-elle rapprochée de leur point de mouillage avec la baisse de la marée)

02 déc. 2019
0

Meme rester accroches a un bateau qui bouge comme cela sans se faire catapulter en mer...

02 déc. 201916 juin 2020
1

Terrible...
Photos du journal Lusa sur le lien au dessus
LUSA/JOSÉ LUÍS SOUSA

03 déc. 2019
1

Ces deux photos sont vraiment terrible !
C'est assez catastrophique !

02 déc. 2019
0

Le bateau semble en bon état... mais peut-être avarie de barre ?
En route pour Cascais, ils disent.
Pourquoi se sont-ils retrouvés là ?

Bien triste.

02 déc. 2019
02 déc. 201902 déc. 2019
0

voir video ici

enter image description here

02 déc. 2019
1

A posteriori... mais on ne le dira jamais assez : tant que le bateau ne coule pas, il faut rester à bord.

06 déc. 2019
0

Pas dans ce cas ci. Il fallait au contraire se jeter à l eau puisque la plage est à coté et dés lors que le bateau commençait à tosser. La houle portuguaise est très forte (je connais celle de Povoa oû je suis rentré seul et au surf).
Nous ne sommes pas en config course au large. La plage est juste à coté et à partir du moment oû ça commence à tosser dur, la situation devient dantesque avec de quoi finir plus mal à l intérieur qu'à l' extérieur !
On ne le répétera jamais assez : chaque situation est différente. Là il fallait sauter au 1er tossage et s' eloigner au plus vite. Dans tous les cas essayer de garder son calme face aux éléments pour trouver la meilleure solution.
Ceux qui connaissent la côte portugaise voient de quoi je parle.
Bien à vous.

11 déc. 2019
0

C'est un point de vue, personnellement je serais resté à bord , mais plus encore je n'aurais jamais mouiller dans un tel endroit ,je connais la bretagne où j'ai fait mes armes...

03 déc. 2019
1

Un crève cœur...

03 déc. 2019
6

Ca fait toujours le même effet : mélange de tristesse et de compassion pour les personnes impliquées et petite voix dans la tête qui dit "médite, un jour tu pourrais te retrouver dans une situation similaire"

03 déc. 2019
0

@Iclo420;
Tout a fait d'accord avec toi !

03 déc. 2019
6

Cette histoire est bien triste, espérons qu'elle s'en sorte.
Je suis interloqué : connaissant Figuera da Foz - où je suis resté bloqué deux semaines pour cause d'interdiction d'entrer et de sortir du port - je me demande comment on peut même imaginer mouiller à cet endroit. Etait-ce un mouillage de miséricorde suite à avarie ? Il faudra attendre le rapport d'enquête pour le savoir.

03 déc. 2019
2

Je partage ton analyse, connaissant les lieux, c'est ce que je me suis dit. Qu'ils avaient eu une avarie de barre ou autre qui les avait obligé à mouiller là en urgence.

06 déc. 2019
-1

Le guide Imray explique bien la dangerosité de l'endroit. Il insiste sur la barre, et les bancs à l'entrée.
De mémoire il explique qu'avec un local ça peut passer.
Triste aventure mais pas la seule de cette côte oû la houle est énorme.
Encore une fois je répète que dans ce cas il fallait rejoindre la plage à la nage au plus vite dés que le bateau commençait à s' assommer sur le banc.
Ceci dit on m'objectera que depuis un fauteuil le raisonnement est aisé.
Je connais un peu cette côte, oû naviguer seul n'est pas toujpurs joyeux. Cdlt.

06 déc. 201906 déc. 2019
1

Le jour de l’accident, l’entrée (et la sortie) était limitée aux bateaux de plus de 33 mètres. « Barra fechada ». Il faut écouter en permanence le canal 16 et appeler le port (canal 9 en général) en cas de doute.
Les drames se succèdent chaque année pour les mêmes raisons.
C’est valable également pour la côte Algarve...
www.amn.pt[...]as.aspx

06 déc. 2019
1

JmarcRoche : ta préconisation va à l'encontre de ce qui est recommandé en toute circonstance : rester à bord tant que le bateau ne coule pas. Après, cette règle est-elle toujours la bonne ? Faut-il y déroger en certaines circonstances ? Difficile à dire.

Ici, vu l'état du bateau "après", il aurait clairement été mieux de rester à bord.

06 déc. 2019
3

La règle générale est bien de rester à bord le plus longtemps possible. Mais je veux bien croire qu'il est des cas où il faut déroger.

Toutefois, ici, je crois que quand on n'est plus maître de la manœuvre, tant que la coque est intacte, je crois que j'attendrais la marée basse sur et sous un coussin, coincé à bord. Se mettre à l'eau dans ces déferlantes me semble dangereux, et la preuve c'est qu'un des deux membres de l'équipage ne s'en sort pas indemne, loin de là.

Evidemment, on ne saura jamais ce qu'il serait arrivé s'ils étaient restés à bord.

Je reste accroché fermement à ma croyance du rester à bord.

06 déc. 2019
0

L' état du bateau "après" vous ne pouvez le constater que sur place. Pas devant une photo. Il est peut être bien destructuré. Le "en toute circonstance" n'existe surtout pas dans ce domaine ci oû la réflexion l' emporte sur les phrases apprises. Ĺà la cote est à un jet de pierre et elle est de sable. La difficulté de la sortie est de ne pas finir écrasé par la coque. Rester à l' intérieur c' est être assommé en permanence et risquer l' hémorragie interne externe. Des 2 maux possible et dans cette situation de houle forte je saute. Les 2 cas de toute façon ont été testés avec des succés et des échecs. L'homme a pu regagner la plage sauf. Je connais au moins 4 cas oû en restant sur le trimarran tout le monde est mort. Il vaut mieux éviter les poncifs en voile. Chaque cas est différent.

06 déc. 2019
0

Un cas similaire, bateau en approche a Horta (du cote de Porto Pim pour ceux qui connaissent), les pauvres presque arrives doivent avoir baisse la garde peut etre endormis sous pilote et slam le bateau sur les rochers. Les secours les ont sauves avec un va-et-vient avec un cable, descendre a l eau peut paraitre tentant avec la terre a quelaues dizaines de metres, mais bon c'est a se faire fracasser tous les os par la premiere vague.
Le lendemain matin le bateau etait totalement en miettes.


06 déc. 2019
0

Un cas similaire non. Le sable n' est pas similaire aux rochers d' ailleurs vous dites vous même que les membres étaient endormis. Pour nager il faut des forces et si possible en éveil. Rien de similaire. Prenez l' épisode de Canet oû les membres du multicoque étaient attachés avec une ligne à leur bateau. Ils ont fini attaché au bateau drossé contre la jetée. Aucun survivant. Dans l'urgence il faut essayer la moindre casse, tout en sachant qu' il y en aura.
J' espère que la dame s' en sortira. Pas simple.

06 déc. 2019
0

"Elle" a peut être été blessée dans le carré et pas pendant la sortie. Ce qui est vraissemblable. Il est écrit qu' en mer on doit rester coûte que coûte à bord. Voir l' épisode fastnet de 79. Mais là on est déja sur la plage. La solution anticipée est donc de sauter préventivement quand on "sait" qu inevitablement le bateau ira à la cote (et si celle ci est proche). C'est pour moi la solution la moins périlleuse. Je vous laisse le libre choix de faire comme dans le livre mais moi je sais ce que je ferais.

06 déc. 201906 déc. 2019
2

Tu as de la chance de "savoir" !
(et si c'est de nuit ?)

06 déc. 2019
-6

T as pas fait les paras ? T' as jamais sauté de nuit ? Ben merde alors tu rates un truc ! (Y a des livres pour la nav de nuit et lire coute presque rien) lol.

07 déc. 2019
3

Ce que je peux te dire pour revenir sur un sujet marin, c'est que ma "solde à l'air" (si tu visualise ce de dont je parle) m'a bien aidé à acquérir mon premier voilier perso (en 1978/79)
(Dois-je aussi mettre les photos de mes insignes ?)
C'est bien la première fois que l'on met ici en cause les conditions de mon Service National.... Et ma première navigation de nuit comme chef de bord,c'était en 1973... en Corsaire, j'avais 17 ans et un certain nombre des habitués qui fréquentent ce site doivent avoir une bonne idée de la route que j'ai fait depuis.
Avec toutes mes salutations les plus cordiales.

08 déc. 2019
-2

Honnêtement j'essaye de me concentrer sur le sujet de ce fil exclusivement. Les batailles d' égo ne m' intéressent pas.
Je navigue en solo depuis 20 ans et j' essaye surtout de n' emmerder personne avec mes insignes.
C' est le b.a-ba du savoir vivre.. bravo quand même pour tout cet étalage de savoir et Herbulot a fait d' excellents bateaux.

06 déc. 2019
-3

Tu parles à qui ?
Qui ""sait"" mieux qu un autre ?? Là c' est une conversation oû on essaie de comprendre et de voir quelle option aurait été la moins risquée si on avait eté là.
Personne ne prétend détenir une vérité et surtout pas moi. Je lis attentivement car apprendre des autres est important.
C' est bien d' avoir un dialogue constructif et un échange cordial et correct.

06 déc. 2019
0

La nuit... ? mais là l' article parle de 10h30 le matin oû une femme a été secourue.. le bateau était ancré devant la plage..

06 déc. 2019
0

La question que je me pose,c'est comment se sont-ils retrouves dans une panade pareille?
Ils ne sont pas venus mouiller intentionelement dans le shore break.
Avarie de barre,de moteur?
Mouillage a maree haute, qui devient intenable a maree basse?
Comment expliquer,qu'ils ne soient pas partis avant que ca degenere comme sur une des photos,ou il est deja trop tard pour larguer ton mouillage,et te barrer dare-dare?
Quant a savoir s'il faut rester a bord ou pas...Dans ce cas si pres de la plage,pour moi oui il faut abandonner.Mais ce n'est que mon ressenti,et pas mon vecu.C'aurait ete a flanc de falaise,j'aurai penser l'inverse.Peu-etre?

06 déc. 2019
0

Damjan je me pose les mêmes questions et quitte à rejoindre la terre...J y vais voile et moteur avec le bateau!!!

06 déc. 2019
2

On ne peux pas savoir, il n'y a pas assez de détails (normal on a qu'un simple article)
En cas d'avarie de barre par exemple, c'est pas facile de s'éloigner, et le mouillage est un réflexe "naturel" au moins en attendant de voir si on peux se dépanner... et puis ça peut devenir trop tard assez rapidement. Je ne dis pas que c'est ce qui c'est passé, mais c'est un des scénarios possibles.

06 déc. 2019
0

C'était déjà arrivé il y a quelques années avec un voilier allemand avec équipage de 5 ??
Il y en a eu d'autres auparavant pas loin.
Les bancs de sables se déplacent et créent des vagues déferlantes.
J'y ai eu un knock down mais c'est vieux...

06 déc. 2019
1

Que de commentaires et de terme anglais!!
La seule info, c'est que la cote portugaise peut être dangereuse.
Des nouvelles de cette pauvre dame??

06 déc. 2019
1

D’après la Polícia maritima le voilier était en route pour entrer. Un bateau de secours portugais est sorti pour les avertir de la fermeture mais trop tard car ils étaient déjà dans la zone dangereuse.

06 déc. 2019
1

Quitte à rester à bord,rassembler tous les matelas pour se protéger...

06 déc. 2019
1

Oui, bien sûr, tant que le bateau ne coule pas il vaut mieux rester dessus...

Mais à voir les sauts de cabri qu'il fait au mouillage, on pourrait se demander si ce n'est pas à ce moment là que la femme s'est blessée ?

Alors je partagerais l'avis de JmRoche, dans ces conditions j'irai en premier sur la plage (de sable) et j'attendrai que le bateau y arrive à son tour.

06 déc. 2019
4

Si c'est pour papoter..

Le temperature de l'eau doit etre quoi, 13-14degC ?
C'est l'hiver, on peut supposer qu'ils ne naviguaient pas en maillot de bain: essayer de nager habille et on est essentiellement au gre du courant (du moins j'ai essaye juste de me sustenter en cire et il a manque tres peu pour que j'reste, cela dans l eau chaude, en tout cas presque aucune directionnalite dans la nage). Avec les rouleaux de la photo il est tres probable qu il y ait un courant sortant sensible, il suffit d un fond un peu incline pour ne pas avoir pied tres rapidement et etre tenu loin de la rive.
Situation de stress, probablement soudaine (ancre qui chasse et bateau qui talonne violemment? on ne sait pas). Considerer aussi le reflexe d'inspiration immediate quand on tombe dans l eau froide, ce qui cause nombre de noyades immediates en eaux froides.
Bref, au vu de la photo postee du bateau mouille, je pense extremement difficile pouvoir y rester dessus (si on parle de personnes musculairement tres valides, donc pas d'enfants ou de quatrieme age, la ce serait le carnage), je crois aussi que se mettre a l eau presente un risque enorme de ne pas reussir a rejoindre la rive vivant.
Alors, en ce qui me concerne aucune certitude sur ce que je ferais ou pas, livre ou pas livres, je crois ce soient ces moments ou on voit la fin de toutes les cotes, qu'une rationnalite posee puisse ne pas etre la, et que le hasard finalement decide.

06 déc. 2019
5

Fallait-il rester dans le bateau où le quitter ? Impossible à dire.
Je suis toujours extrêmement surpris par les conseils de ceux qui, n'étant pas sur place, n'ayant pas les connaissances exactes des événements y vont de leurs certitudes.
En attendant, j'espère que cette femme s'en sortira.

07 déc. 2019
0

Pourquoi parler de certitudes ? Personne n' en parle mais peut on encore parler et de quoi ?
La cote portugaise j' y étais encore cette année. Je me pose juste la question qu aurais je fait. S' entourer de matelas est une bonne option.
Lorsque le bateau est cabré sur sa chaine face au vent et qu' il tient encore il est temps de sauter.
Dans le feu de l'action honnêtement j' ignore ce que j' aurais fait.
C' est bien de se poser la question maintenant. Qui n a jamais dormi sur sa chaine, avec une houle infernale, et de se dire je pars (mais c est risqué car trop près des fonds) ou je reste..
On peut se poser des questions sans s'attaquer les uns les autres. Concentrons nous sur le sujet et arrêtons les attaques puériles.

06 déc. 2019
0

C'est clair,et pour avoir quelques stages de survie en mer a mon actif,la conclusion est souvent que autant de reactions differentes que de situations,et c'est aussi vrai pour une meme situation...Le tout multiplie par le facteur humain(physiologique et psychologique).
Donc,comme tu dis roberto,la rationalite des bouquins et autres,tu peux te la mettre sous le bonnet!
Cela dit c'est toujours mieux d'y avoir ete un peu prepare.

07 déc. 2019
-15

Tu as absolument raison. La condition physique et mentale joue beaucoup. Un stage en condition de survie peut faire la différence entre un mort et un vivant. Et vu le nombre d' accidents de nav que nous cotoyons chaque année il serait bon de rendre ces stages obligatoires.

07 déc. 2019
16

A bon, parce que tu trouves qu' il n' y a pas encore assez de réglementation comme çà?

Et puis après, je suppose le contrôle technique, puis le permis, puis l' aptitude physique et psychique du skipper par un médecin aggréé!

Ah, j' allais oublier, le certificat d' aptitude à la réanimation, un brevet d' aptitude à nager au moins 25 km dans une eau à 2°!

Si tu veux d' autres idées de réglementation, n' hésite pas à demander, j' en ai encore plein en stock!

Gorlann

07 déc. 2019
2

Oh non non,j'y suis aller parce que j'avais pas le choix.Mais imposer ca a des gens qui naviguent 2 mois par an...
C'est instructif, interessant.Mais pas lieu de rendre ca obligatoire a un gars qui va traverser la manche en ete.Il faut arreter de tout surproteger.

07 déc. 2019
0

"vu le nombre d' accidents de nav que nous cotoyons chaque année " Tu en "cotoie" beaucoup?

Pas moi, peux tu me citer les deux derniers que tu as "cotoyé"?

08 déc. 2019
-1

Les 2 derniers ?? Je peux citer 2018. Juillet. Les cardinaux Hoedic un voilier se tape en pleine nuit le platier. Bateau secouru à 6h du mat.
Année précédente Hoedic, un voilier s' échoue de nuit à port Guen car mouillé trop près du bord. Bateau hs. Il y a aussi la presse.. Ouest france. Cette année a été faste en accidents. Enfin bon encore faut il s'y intéresser. Sur que c' est plus intéressant d écrire des conneries au km.

08 déc. 2019
1

En moyenne, depuis 30 ans, il y a en France une vingtaine d'accidents concernant des voiliers dignes de ce nom. Un échouement banal sur une plage, un talonnage sur une roche ne sont pour moi que des fortunes de mer, certe regrettables.

13 déc. 2019
0

@jmarcRoche dans les cas de Hoëdic que tu cites ce n'est pas un stage de survie mais plutôt un stage de lecture de cartes.

07 déc. 2019
2

Oh non non,j'y suis aller parce que j'avais pas le choix.Mais imposer ca a des gens qui naviguent 2 mois par an...
C'est instructif, interessant.Mais pas lieu de rendre ca obligatoire a un gars qui va traverser la manche en ete.Il faut arreter de tout surproteger.
Et puis, c'est pas organiser par des associations caritatives,si vous voyez ce que je veux dire...

07 déc. 201916 juin 2020
0

Le voilier allemand dont parle Lolapo est peut-être celui-là, en 2013.
Les cinq morts c'était un chalutier en 2015.

07 déc. 2019
1

oui, un autre point de vue en langue foreste :

sybrancaleone.blogspot.com[...]se.html

on voit bien le symbole de "brisants/arrebentacoes" dans la partie au sud de l'entree, la ou se trouve la plage de Cabedelo du bateau de ce fil.

07 déc. 201907 déc. 2019
0

Je viens de relire, il faudrait peut etre verifier l'article: il parle d'echouement dans la Plage de Cabedelo, la carte (que j'avais oubliee) montre la plage de Cabedelo a l'interieur des deux moles en beton, donc pas au sud du mole sud.
Ils ont peut etre essaye de rentrer (?)

07 déc. 2019
2

sicnoticias.pt[...]Coimbra
@Roberto
Oui ils ont essayé de rentré et ça ne laisse pas beaucoup de chance lorsque qu’il y a une annonce de barra fechada.
Si ça passe tout de même c’est 2000 à 3500€ d’amende...

07 déc. 201916 juin 2020
0

Les cinq morts c’était un chalutier en 2015.

J’étais là … Et ça prouve une chose, c’est que même les locaux peuvent se faire avoir, par gros temps, dans cette passe.
À l’époque, ça avait provoqué une polémique, car les secours en mer n’étaient pas partis. Nous-mêmes, plaisanciers coincés dans le port à ce moment-là, avions eu une nette impression d’amateurisme de la part du port.
Le seul type qui était parti aider le bateau était un employé des secours en mer qui était en congés ce jour-là (ils n’ont pas de SNSM, ce sont des pros). Et il était parti tard. Il a pu ramener le bib avec les deux survivants à bord ; les autres y sont restés.
Aucun ne portait de gilet de sauvetage.

(en photo, les tentatives de dégagement de la passe, quelques jours après. Je ne vous raconte pas le bazar : le premier remorqueur n’y arrivait pas, il a fallu en faire venir un deuxième …)

Bref, tout ça pour dire, Figueira da Foz, c’est un endroit dangereux. Par temps calme, ça passe très bien, mais dès que ça lève, c’est à éviter.

07 déc. 2019
2

Ce que je retiens de ce drame c'est qu'il faut résister à la tentation de l'escale à tout prix.Il ne faut pas oublier que le principal danger, c'est la terre... Sur le papier Figueras est idéalement placé entre Porto et Peniche pour qui a décidé de naviguer "tranquille" par "sauts de puce". Erreur, c'est un port dangereux qui était fermé. Il aurait fallu résister à la tentation, zapper l'escale et faire route.

07 déc. 2019
0

Ou Leixoes. Bien plus nord. Ou Aveiro. Mais avec la houle et les bancs le danger était le même.
En nov 2018 j' étais à Povoa la houle et surtout un courant du diable avait désamarré un voilier au port venu tosser sur un autre.
À ma connaissance ils vident entièrement le port l hiver (port à sec obligatoire) tellement la place est intenable..

07 déc. 201916 juin 2020
1

Vu cette année en août sur le port de Leixoes....

07 déc. 2019
0

Oups.. as tu d' autres photos ? J' ai hiverné hiver dernier à Leixoes. Ils soudent encore les pontons alu du matin au soir si je ne m' abuse.. la houle rentrait bien mais moins qu' à Povoa oû j' ai dû quitter précipitamment. À Viana le port était safe et bien abrité mais un peu cher.. bon..

07 déc. 2019
2

Si on zoom,on voit qu'il a oublie son dentifrice en quittant le bateau!!!

08 déc. 2019
0

Merci Pascal, photo impressionnante.
Ça doit être encore un autre bateau, il a une espèce de rollbar et un poteau avec le radome satellite que le bateau allemand dont on parle plus bas n'avait pas.

07 déc. 2019
-2

Damjan, tu redescends sur terre!!!

08 déc. 2019
1

Quel oubli. L'hygiène dentaire est essentielle... ! ! !

11 déc. 2019
0

Quand j'avais mon knock down , mât bien ébranlé , je me souviens d'un voilier français sur une remorque.
Lui aussi avait été roulé avec équipage a l'Hôpital.

12 déc. 201912 déc. 2019
5

Je suis triste a cause d'accident et j'espere que tout va bien au fin.
Nous avons eu des vents du sud avec 40+ noeuds et des vagues jusqu'à 6 m prévues au moins 4 jours à l'avance pour le 1er décembre. Les conditions étaient difficiles. Selon plusieurs journaux portugais, le couple venait d'Espagne (Nord) et se dirigeait vers Cascais. Figueira da Foz a été fermé pour les navires de moins de 35 mètres. On m'a dit que les autorités avaient essayé de contacter le voilier par VHF pour les informer que le port était fermé et qu'il ne fallait pas entrer. En l'absence de réponse, les sauveteurs ont envoyé un jet-ski avec un chauffeur formé aux conditions nazaréennes à travers les vagues pour avertir l'équipage du voilier.

J'en ai vraiment marre de le répéter et de le répéter encore et encore : les seuls ports sûrs sur cette côte où l'on peut entrer, quelles que soient les conditions météorologiques ou la marée, sont Leixoes ou Nazaré. Et pour connaître l'état des entrées du port, veuillez consulter la page web de l'Autorité Maritime Portugaise et adapter vos plans de navigation en conséquence

Traduit avec (version gratuite)

12 déc. 2019
0

Très triste ce naufrage. Les entrées de port sur cette cote ont l'air vraiment dangereuses dans certaines conditions.
Ce site sur l'état des barres est très utile, il ne lui manque qu'une chose: la traduction en anglais (ou alors j'ai mal vu). Pour les entrées vert ou rouge, pas de problème, mais en orange le contresens est vite fait.
Je me pose une autre question: les contacts VHF sont ils faits uniquement en Portugais ou aussi obligatoirement en anglais ?

13 déc. 201916 juin 2020
1

Dans le coin en haut à droite, tu peux traduire le site dans la langue de ton choix.

13 déc. 201913 déc. 2019
10

Les contacts VHF sont faits en Anglais, Portugais, et des fois même en Français en cas que l'operateur du radio parle le Français, mais l'Anglais es le standard avec les étrangers.
Avec le site, si un port es montré en jaune l'entree est toujours conditionné. Ça concerne normalement le longeur du bateau - des fois les conditions peuvent être manegeable de entrer avec un grand navire ou un bateau plus grand que une certaine longuer (avec un moteur de puissance), et des fois en generale de la maré comme par example à Vila do Conde ou quand les banques de sables ont changés.
Aprés l'accident de 2013 j'ai écrit quelques articles pour aider eviter les accidents et expliquer cette côte ici e la navigaçion, et j'ai publicié aussi un article au Internet. Il y a un lien sur noonsite et beaucoup de blogues, mais ça aide rien pour les gents qui le regardent pas. S'il vous plaît, passez le mot pour ceux qui vont naviguer içi, especiallement en hiver: . C'est en Anglais malheureusement, je vais essayer mettre une version Française les prôchaines jours.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (196)

Le beau temps !

mars 2021