Un sujet récurent : l'osmose !

Un expert me signale que la coque de mon voilier est osmosée. Sur toute la coque il y a 2 ou 3 cloques de la taille d'une pièce d'un euro. Il a fait des mesures d'hygrométrie alors que le bateau venait d'être sorti d'eau depuis à peine une heure et il était encore mouillé et un jour ou il a plu. Comme on peut le voir sur les photos que j'ai fait derrière lui. Bien sûr, j'ai lu attentivement tous les posts parlant d'osmose mais je suis incapable de dire si l'atteinte sur la coque est sérieuse, si elle doit être traitée tout de suite et sinon dans quel délai car je n'ai aucune confiance dans ces résultats.

L'équipage
05 nov. 2011
05 nov. 2011
0

Oops ! On peut cliquer sur les photos pour les agrandir car elles sont en haute résolution

05 nov. 2011
0

wingeim,

Faire des mesures d'hygrométrie dans ces condition, c'est tout simplement crétin !

Les 2 ou 3 cloques, tu les grattes si tu veux, mais il faudrait que ça séche des semaines pour que la réparation soit efficace.

alors moi je te dirais: profites de ton bateau, tu en as encore pour quelques années avant que ça ne devienne très préoccupant.

0

bonsoir
la mesure de l'humidité doit se faire plusieurs jours après le grattage de l'antifouling et pas sous la pluie !
Malheureusement il n'est pas possible à la seule vue des photos de conclure dans un sens ou dans l'autre.
Une osmose avancée met en cause la structure du bateau, une osmose plus récente peut permettre d'attendre.
Le seul conseil que je peux donner (j'ai traité mes trois derniers bateaux) : plus tôt on fait les travaux, plus le bateau séchera vite, moins il y aura de dégats à réparer.

cordialement
Hubert, de Cherbourg

05 nov. 2011
0

L'antifouling a été gratté à l'endroit de la mesure, ce qui est indispensable. C'est une mesure dans l'épaisseur mais qui peut être perturbée par une couche d'humidité. Il faudrait reprendre une mesure à 48h si tu doutes des conditions.
Tu comprendras qu'il est difficile "d'expertiser" sur photos. Tu ne mentionnes même pas ton bateau. Entre une osmose de vieillissement (tous les bateaux en GRP finissent par s'osmoser) et une osmose rapide sur une coque récente, le verdict n'est pas le même. A vue de nez, ta coque a + de 10 ans, voire 20 ans. Ton problème semble assez localisé. J'oserais avancer pour te répondre, que ton problème est plus une moins-value à la revente qu'un problème structurel. Je te conseille d'ouvrir tes cloques (l'odeur acide te confirmera l'osmose) et de laisser sécher avant de traiter localement à l'époxy. Lors du prochain carénage (1 an), tu prévois une période à sec un peu plus longue, ce qui te permettra d'envisager des mesures plus radicales si tu constates une extension assez rapide. Il faut alors tout poncer, voire peler, laisser sécher plusieurs semaines/mois selon les conditions ambiantes et traiter à l'époxy. Ne pas faire ce que j'ai vu à Raiatea : un couple à sorti son bateau, l'a laissé hiverner 6 mois sur ber, puis l'a pelé au rabot pour l'enduire d'époxy dans la foulée. Après discussion, ils refont cela tous les 3 ans... C'est prendre le problème à l'envers! On ponce ou on pèle, on laisse sécher et ensuite on attaque l'époxy sur du sec.

05 nov. 2011
0

J'ai eu aussi de l'osmose sur mon First 25, dans les années 90. A l'époque, c'était encore mal connu et j'avais traité presque tout de suite : décapage, un an de séchage ...etc
Je recherche le post que j'avais sauvegardé à ce sujet

05 nov. 2011
0

Je serais aussi de cet avis, si le temps est sec chez toi et que tu ne souhaite pas naviguer cet hiver, tu laisses le bateau à terre, tu ouvres sans craintes tes cloques, tu enlèves la sous-marine de partout, tu la protèges en faisant une jupe autour de la coque avec du polyane, et au printemps, tu rebouche tes trous avec du mastic époxy, trois couches de VC-TAR² avant la sous-marine de partout et vogue la galère !

05 nov. 2011
0

J'ai retrouvé le post, mais comme dit plus haut, il n'y a pas le feu ... le First 25 est solide

"On peut le faire soi-même - 08-03-2007 00:59 -

Je ne peux que faire part de ma modeste expérience en la matière. Au printemps 1991, en préparant mon First 25 pour la pose de l’antifouling, je constate la présence de cloques sur la coque. Un «spécialiste», présent sur le chantier confirme bien l’osmose.
Après réflexion, je décide de traiter moi-même, en suivant les conseils du «pro».
1) Enlever le vieil antifouling avec un décapant (International) et du thinner cellulosique.
2) Peler le gel-coat + les 2 couches d’epoxy Gelshied mises 1 an avant, ce qui confirme l’inutilité d’un traitement préventif sur une «vieille» coque. Toujours sur les conseils du pro, j’ai utilisé un décapeur thermique avec variateur électronique pour pouvoir contrôler la température. Il est impératif d’avoir un grattoir ou couteau de peintre bien affûté et des gants pour éviter les brûlures surtout quand on attaque le dessous de la coque.
L’avantage du décapeur sur la ponceuse est l’absence de poussière et aussi le fait qu’on n’entame jamais la fibre de verre (je n’ai pratiquement pas utilisé d’enduit).
3) Un rapide coup de papier verré gros grain, à la main et la coque pouvait sécher (presque un an).
4) Tous les 15 jours, 3 semaines, lavage de la coque au « Karcher » pour éliminer les résidus résultant de l’osmose (poudre blanchâtre).
5) En avril 92, ponçage un peu plus soigné, à la ponceuse vibreuse peu agressive pour éliminer les quelques fibres relevées par le Karcher.
6) Dégraissage de la coque à l’acétone (on a toujours une main qui traîne sur la coque pendant le travail).
7) Dix couches de primer époxy Interprotect (International) pour arriver à une épaisseur acceptable et à raison de 2 couches par jour.
8) Un primer d’accrochage pour l’antifouling et puis …. à l’eau. OUF !

Coût du traitement à l'époque : environ 300 euros

Le traitement a tenu 10 ans, puis les cloques sont revenues et j’ai revendu le bateau en perdant 2 à 3000 euros à cause de l’osmose.

Il faut savoir qu’un traitement osmose dans un chantier coûte de 3 à 5000 euros et plus suivant la taille du bateau et n’est garanti que 5 ans. "

05 nov. 2011
0

Faire une analyse d'humidité sous la pluie et une heure après avoir sorti le bateau de l'eau: c'est juste une escroquerie. Il est certain que l'analyse va confirmer un taux d'humidité trop important.
Je ne comprends pas trop ces plaques grattées. Pour voir l'état de la coque il faut gratter les couches d'anti fouling jusqu'au gel coat. Comme ta coque a bien 30 ans, tu vas constater des points d'osmose. Il faut percer pour laisser s'écouler le liquide, et laisser sécher la coque plusieurs mois avant de passer à autre chose.

Cet autre chose dépend de l'état réel de la coque après l'avoir grattée et poncée. Et de ton budget.
Le top c'est le traitement anti osmose. Là il faut aussi faire attention. Il y a des requins qui attendent les pigeons.

05 nov. 201105 nov. 2011
0

Merci pour vos réponses et leur rapidité !
Le voilier est un First 25 qui a 31 ans cette année (il ne les fait pas !).
Ce qui me fait douter de la compétence de l'"Expert" c'est qu'il n'a pas compris une installation électrique qui me paraît évidente et qui doit être fréquente sur des bateaux. Un régulateur de charge solaire installé pour maintenir une charge maximum de la batterie par les panneaux solaires tout en évitant aussi une décharge trop profonde lors de la consommation par les appareils électriques. Il ne comprenait pas que le régulateur était interposé entre la batterie et la totalité des appareils de consommation, tableau porte fusible des feux de route et de mouillage, éclairages de cabine et carré, etc...
Bien sûr, ses mesures d'hygrométrie juste une heure après la sortie d'eau.
Ensuite me demander de quand date le grément dormant. Et, devant mon ignorance, me soutenir qu'un grément doit être changé tous les 10 ans.

06 nov. 201116 juin 2020
0

J'ai augmenté le contraste et détouré les photos. On peut même voir les traces de grattoir. Est-ce que c'est plus explicite ?

On a remis le bateau à l'eau sans remettre d'antifouling sur les parties grattées (10cm x 15 cm)x4 ! C'est grave docteur ?

07 nov. 201107 nov. 2011
0

Salut wingeim
tu écris "si l'atteinte sur la coque est sérieuse, si elle doit être traitée tout de suite et sinon dans quel délai"
les photos ne montrent rien d'alarmant, voir pas grand chose de méchant ! Bon je suis pas tout près non plus mais je ne stresserai pas pour autant... moi je dirai soit une solution temporaire légère soit rien du tout. Une vraie intervention curative, c'est lourd à mettre en oeuvre (ou cher!) donc autant attendre quelque années. Le séchage risque d'être juste un peu plus long.

Comme dit par d'autres, l'"osmose" des résines polyester est un processus lent on est pas à trois années près !

Les zones non protégées par l'antifool remise à l'eau, est-ce grave ? non tu auras simplement des zones de culture de salades qui partirons au karcher la prochaine fois que tu le passeras.

06 nov. 2011
0

en réponse à Anacharsis, c'est tout ce qu'il ne faut pas faire. L'eau de pluie rincera l'acide produit, reboucher au polyester et non à l'époxy car l'époxy va ''étanchéifier'' la coque ce qui va créer un ''déplacement'' de l'acide à côté créant une nouvelle cloque etc ...

0

bonjour
les cloques ne sont qu'une conséquence de l'osmose. Vouloir utiliser de l'enduit polyester en se disant que sa porosité empéchera les cloques est un non sens. L'humidité va continuer à pénétrer, l'hydrolyse va s'accentuer, en particulier la gaine des fibres va disparaître puis la résine va se dénaturer.
Je suis désolé de paraître un peu vif, mais le conseil donné par Ghola est la pire des choses.
cordialement
Hubert, de Cherbourg

06 nov. 2011
0

D'après ce que l'on voit sur les photos, les cloques ne sont pas humides...
Si elles le sont, il faut en effet les rincer régulièrement mais protéger la sous-marine pour sécher la coque. Ensuite on peut reboucher au polyester, mais l'époxy est plus facile à manipuler et appliquer...
Ensuite si tu as bien enlevé la partie pourrie, une fois bien rebouchée, je ne vois pas quelle humidité pourrait se déplacer puisque pourriture enlevée, coque séchée, trous bien rebouchés, sous-marine protégée par le VC-TAR².
Toutefois, je ne suis pas professionnel, mais applique les conseils que celui dans lequel j'ai confiance m'a donné...

06 nov. 2011
0

Tous les bateaux avec coque plastique sont ou seront osmosés tôt ou tard, il n'y a aucune doute là dessus et surtout aucune illusion à se faire.
J'ai eu plusieurs bateaux qui ont montré des traces d'osmose, je les ai traités rapidement sans les laisser des jours ou des mois comme certains le disent, je les remettais à l'eau et je retraitais l'année suivante.
Faire une détection d'humidité sur un bateau qui sort juste de l'eau , c'est pas crétin comme dit quelqu'un, c'est de l'escroquerie pure et simple. Il faut des semaines voire des mois pour sècher une coque.
Juste deux commentaires pour ne pas m'étendre sur le sujet (certains le font très bien):on n'a jamais vu un bateau couler à cause de l'osmose (à condition qu'on s'en occupe un peu quand même), deuxièmement au vu de ce que font les experts (j'ai suivi avec interet à 2 expertises que j'avais demandées) et au vu de leur façon de faire et leurs commentaires sur le rapport d'expertise,je pense que j'aurais pu en faire mon métier.

06 nov. 2011
0

Sergio06 je confirme : Dans les années 80, on m'a demandé mon expertise pour expliquer certains phénomènes dans des accidents d'ULM et je me suis retrouvé avec des experts agréés payés pour ça. A entendre les réflexions de certains, ça fait froid dans le dos ! Quand je pense que ce sont les mêmes qui sont chargés des expertises de gros porteurs... Je préfère ne pas commenter ! Il doit y avoir les mêmes dans le nautisme. Mais comment faire la différence entre ceux qui sont sérieux et les autres ?

06 nov. 2011
0

Fais toi expliquer le principe de fonctionnement de son testeur de coque par exemple et pose lui la question de la validité de sa mesure. Tu seras assez vite fixé. On mesure l'humidité relative par comparaison de capacitance d'un matériau soumis à un champ électromagnétique (l'eau dégrade sa qualité diélectrique en quelque sorte). Cela pour dire que tous les testeurs ne se valent pas. Certains sont sensibles à l'humidité pellicule sur le gelcoat et ne donneront jamais de bons résultats, d'autres mesurent en profondeur (6 mm c'est déjà pas mal) et on se fout un peu de "laisser sécher la coque". Il faut juste enlever l'antifouling qui est une éponge à humidité d'une épaisseur non négligeable, et ensuite essuyer évidement, le tout sur une zone d'au moins 2 fois l'écartement ente électrodes. Ne pas oublier une mesure sur les oeuvres mortes à titre de comparaison. Le GRP n'absorbant pas plus que 2 à 3% de son poids en eau, encore faut-il expliquer les 60, 80% que l'on lit sur les testeurs, qui ne peuvent être que relatifs et ce que l'on préconise derrière. La plage jaune s'étale de 30 à 70% généralement et dans le meilleur des cas signifie que la résine est à 2% d'humidité absolue. Ces mesures doivent donc être comparées à celles de parties saines (sur oeuvres mortes) car elles dépendent de beaucoup de paramètres dont la nature de la résine. Elles permettent de déterminer les zones les plus atteintes.

Traiter ou pas et sur quelles zones, relève ensuite d'une inspection plus approfondie, de la conception du bateau, son échantillonnage, son âge, sa valeur vénale ou de l'intérêt que l'on porte au problème. On peut faire du préventif comme du curatif. Je réitère ce que j'ai écrit plus haut.

Nota: Si vous êtes allergiques aux testeurs un peu gadgets et que vous êtes curieux, vous pouvez appliquer la méthode de Don Casey qui consiste à placer des feuilles type rhodoïd ou slides de rétroprojecteur (préhistoire), scotchés bien hermétiquement sur les zones et analyser la buée après 24h, par beau temps. Si votre coque est bien sèche, pas de buée. Là encore, faut comparer. Cela permet surtout de vérifier une amélioration pendant une longue période à sec.
Et c'est quasiment gratos.

06 nov. 2011
0

En réponse à perioh, entièrement d'accord, il n'y a qu'un pelage, un séchage long et un traitement époxy pour résoudre le problème. Je voulais simplement signifier que l'époxy pour reboucher n'était pas bon dans le cas ou les cloques sont ouvertes dans une démarche immédiate. J'espère que c'est compréhensible.

07 nov. 2011
0

votre expert n'a pas fait son travail correctement, on ne fait pas de sondage sur un matériaux mouillé encore moins quand il pleut, un testeur d'humidité ou d'hydrométrie fonctionne en rapport à l'humidité ambiante et présente, il aurait du mettre le testeur diectement dans le port il aurait vu qu'il y avait de l'eau.
pour le fonctionnement il y en a de plusieurs types électrique courant passant entre 2 bormes, magnétiques "scaner", pour ma part je préfèrerai le scane plus performant que les bornes en appui sur le coque, certains scane vont jusque 20 mm d'épaisseur.

07 nov. 2011
0

Curieux qu'il n'y ait aucun chiffre d'annoncés?
Les quelques mesures que je fais tous les ans sur les canots ici,avec un sovereign indiquent 3 à 4% pour un bateau sec, plus de 25% pour un bateau dit"humide", ce qui n'implique pas automatiquement l'osmose.
Par contre quand il y a vraiment de l'osmose, ça se voit bien (une cloque comme le pouce tous les 20cm²)
à la vue des photos, je ne ne trouve pas ça ahurissant.
La meilleure méthode pour retarder l'osmose, est de sortir son bateau de l'eau le plus souvent possible, et avant de faire un traitement curatif (pelage...) il y a de la marge.

07 nov. 2011
0

J'ai déjà vu un bateau avoir de cloques à la sortie d'eau et revenir, 48h après, les cloques avaient disparues. Cloque ne veut pas dire osmose. Si elles sentent le vinaigre, ok, osmose.
Ensuite, si un bateau est vraiment bien attaqué, pas d'autres solutions que de le laisser secher et de faire un "curatif".
J'ai aussi vu un bateau qui avait été traité, pour l'antifouling, d'une couche silicone. Le travail avait été fait sans laissé secher le bateau avant. Et bien, la coque paraissait saine, le silicone, bien étanche, faisait office de traitement antiosmose. Mais tellement étanche, que l'eau avait été enfermée et ne pouvait plus sortir des oeuvres vives.
En résumé, pour moi, le bricolage ne sert à rien. Si le bateau à taux d'humidité, un peu au dessus du raisonnable, je ne ferais rien si ce n'est sortir le bateau l'hiver pour le faire respirer et si la coque est vraiment gorgée de flotte et que le traitement semble impératif, là, je laisserai le bateau à sec 6 mois après un pelage complet avant de traiter la coque.

07 nov. 2011
0

Tes cloques sentaient elles le vinaigre quand tu les as percées?

07 nov. 2011
0

Que reprocher vraiment à l'expert ? (Je crois que je vais me faire allumer !)

Il faut voir pourquoi et dans quelles conditions l'expert a été appelé sur place. Il y a 36 gradations (au moins) dans un travail d'étude ou d'expertise. S'il était simplement appelé pour faire une évaluation d'assurance, ce n'est ni le même travail, ni le même prix que s'il était mandaté pour faire une étude technique approfondie de tel ou tel matériau avec éventuel démontage ou sondage. On ne peut vouloir une étude technique complète (qui demande temps et matériel) si on demande à l'expert de "passer voir" pour un avis technique.

Selon ce qui est annoncé, l'expert est appelé par le propriétaire à examiner le bateau lors d'une sortie de l'eau.
Il inspecte la coque et constate visuellement des traces d'osmose (n'importe quel amateur un peu éclairé aurait pu faire le même constat).
Il semble avoir fait des mesures d'humidité mais on ne sait avec quel testeur (Les bons testeurs pro permettent de "lire" l'humidité en profondeur et non simplement au contact.
De là, aucune mesure ne semble être donnée ni servir de base à une interprétation.
Mais connaître la mesure à la sortie de l'eau puis ensuite régulièrement sur les mêmes points avec une comparaison sur les oeuvres mortes a un sens pour suivre une évolution.

je n'ai pas lu que l'expert avait été appelé (et payé pour) à se redéplacer une seconde fois et refaire une mesure lorsque le bateau aurait été un peu séché.
Il a fait les constatations qu'il a pu faire en fonction du moment où il a été appelé et avec moyens que le propriétaire consentait à exposer. (et ce n'est pas une critique du proprio, chacun fait ce qu'il peut)

Ceci étant, je n'en conclu pas pour autant que l'expert soit bon. Il est peut être même très mauvais mais rien dans l'énoncé de départ ne permet de conclure à autre chose qu'à la présence d'osmose.

Maintenant, il reste à quantifier cette présence d'osmose et cela passe par une inspection visuelle minutieuse et plus longue, éventuellement et préférablement précédée d'un décapage de l'antifouling et après, une vraie séance de prise de mesure systématique. Mais déjà une inspection visuelle du nombre et de la taille des cloques peut donner une idée mais sans certitude absolue.

07 nov. 2011
0

La dernière fois que j'ai passé l'antifouling, au mois de juillet 2011, je n'ai strictement rien vu. Je l'ai mis en vente à la rentrée et un acheteur est venu voir le voilier début septembre. Il lui a plu, m'a expliqué qu'il avait vendu le sien, que son propre acheteur ne devait libérer son mouillage qu'entre le 15 et le 31 octobre. Comme je n'étais pas pressé, je pouvais attendre jusque là. Pour confirmer son achat, il m'a viré 10% et nous avions convenu que l'enrouleur neuf que j'avais acheté mais pas installé soit posé. J'ai demandé à un chantier de le faire pour qu'il bénéficie d'une garantie. Vers le 15 octobre, je trouve sur internet une annonce qui proposait son bateau avec son N° de téléphone et ses initiales comme nom. Il m'appelle deux jours après et me signale que son assurance lui demande une expertise du voilier pour pouvoir le garantir (Ce qui me surprend car j'ai une assurance à la même compagnie que lui). Il trouve un expert et le bateau est sorti d'eau vendredi dernier (le jour où il y a eu des trombes d'eau sur la Bretagne (Ce qui n'est pas courant !). Il m'appelle samedi matin et m'annonce qu'il ne veut plus acheter car l'expert lui a dit que le voilier ne valait rien. J'attend qu'il m'envoi un double du rapport quand il le recevra. Il y aurait de l'osmose dans la coque, les haubans sont à changer (Je pense que le chantier qui a procédé à la pose de l'enrouleur l'aurait vu !) et bien d'autres choses...
Ce qui me surprend aussi c'est que l'expert ne comprenne pas le branchement d'un régulateur de charge ! Alors qu'il y a au moins 60% des voiliers qui en sont équipés pour réguler soit les panneaux solaires, soit l'éolienne. Et bien sûr, il me demande le remboursement de son acompte. Ce qui explique mes doutes !!!

07 nov. 2011
0

Juridiquement parlant, s'il n'a pas indiqué dans le contrat qu'il achetait sous la condition suspensive d'expertise conforme de la carène et de l'absence d'osmose, la vente est parfaite ... mais d'un autre côté, si tu n'as pas exclu toute forme de garantie, même à l'égard des vices cachés, tu es tenu à garantie vis à vis de l'acheteur qui a le choix entre l'action estimatoire (= à quel réduction de prix peut-il prétendre) et l'action rédhibitoire (= "annulation" de la vente)
Bref, a priori, cela me semble mal parti en toute hypothèse. Si tu poursuis la vente, ça se terminera au Tribunal.

Ceci étant, les annonces sur internet s'insèrent beaucoup plus facilement qu'elles ne s'enlèvent. A moins que l'annonce ne soit récente, le fait que tu aies pu la consulter le 15/10 ne veut rien dire.

07 nov. 2011
0

Tu parles de doutes?
Très clairement le gars ne veut plus acheter.
Il a demandé et payé un expert pour pouvoir se désengager et récupérer ses 10% certains diraient qu'il est dans son rôle.
On n'est pas entourés que de gens de parole.

07 nov. 2011
0

Je rejoins ce que dit bernard 1968
Soit il a trouvé mieux, soit, soit... y a plein de raisons de vouloir annuler une vente.
D'autre part sur les contrats de vente (du moins ceux édités par les douanes que j'ai toujours utilisés lors de la vente de mes différents bateaux) il est clairement spécifié que le vendeur s'engage a acheter le bateau, qu'il le connait bien pour l'avoir visisté etc..
Pour moi soit la vente doit avoir lieu, soit l'acheteur y laisse ses 10%

07 nov. 2011
0

Je rappelle l'existence de ce guide osmose, particulièrement pointu :

lorenzo.heoblog.com[...]dex.php

07 nov. 2011
0

Tu m'as devancé lorenzo, j'allais justement citer ce guide très intéressant et complet.
Voir également ici :
www.hisse-et-oh.com[...]-osmose
Avec ces deux liens, tu auras la réponse à toutes les questions que tu peux te poser.

07 nov. 2011
0

C'est assez délicat de parler d'un tel cas via internet.

je connais le propriétaire d'une petite péniche qui la vendait 45000 euros.
Il l'estimait en bon état, avec quelques travaux. Ce prix lui paraissait justifié.

Lorsque j'ai visité le bateau incognito, j'ai découvert des zones de pourriture un peu partout sur la partie roof.
En gros, ce bateau méritait une rénovation importante.

Un acheteur s'est présenté, emballé, mais la banque réclamait une expertise pour le prêt.
L'expert l'a estimé à 35000 euros.
L'acheteur s'est désisté.

Sans préjugé de quoi que ce soit, qui nous dit que votre voilier n'est pas dans un cas proche ?
Un voilier vendu bien au dessus de ce qu'il vaut ?
et un acheteur qui trouve un prétexte pour se désister ?

Je pose des questions,. N'y voyez là aucun jugement.
De toute manière, on ne peut pas juger un voilier derrière un clavier.

07 nov. 2011
0

Et surtout, ce questionnement n'efface pas l'autre cas de figure, celui que vous présentez.

07 nov. 2011
0

Tu est en droit de réclamer un double de l'expertise. Tu pourras voir ce qu'il en est.
En général, et si bien noté dans le compromis, l'acheteur peut se désister si un élément rend le bateau impropre à naviguer ou si les frais , pour une remise en état sont supérieurs à un pourcentage précis. mais clairement, si l'acheteur ne veut pas aller jusqu'au bout, meme si il l'achète, dans le meilleur des cas, il t'embeteras surement avec des histoires de vices cachés ou autres par la suite.

07 nov. 2011
0

Je le vendais pas cher et l'acheteur lui-même avait dit que c'était le plus propre qu'il avait vu comparé à d'autres First 25 : 9500 euros avec un moteur Honda 4tps 6/8 cv, un matériel de sécu neuf prévu pour 7 personnes, électronique neuve (GPS/Sondeur Garmin 421S avec une carte G2 Vision de la Bretagne et un pilote auto ST1000+). Par contre, il faudrait refaire la sellerie qui est d'origine donc usée et changer les hublots. Grand Génois modifié pour enrouleur en parfait état (enrouleur Plastimo double gorge neuf), Grand-voile d'origine acceptable, fatiguée à changer si on veut régater ! + les anciennes voiles sur mousquetons : Génois avec 1 ris, foc avec 1 ris et tourmentin.
Lors de la vente, il n'y a eu aucun papier de fait, juste le virement de 10%. A la suite de quoi, je me suis engagé sur un autre bateau et je comprend très bien son propriétaire qui garde l'acompte car je lui ai aussi fait perdre du temps et peut être râter d'autres acheteurs.

07 nov. 201107 nov. 2011
0

Si j'expose mon cas de manière aussi détaillée sur ce forum et demande vos conseils, c'est parce que je suppose que je ne dois pas être le seul à me retrouver dans cette galère.

J'en tire une règle d'or : Ne jamais bloquer une vente en acceptant un acompte. Garder sa liberté de vendre à celui qui peut payer, sinon, il reviendra quand il en aura les moyens. Si un autre acheteur se présente, tant pis pour le premier.

Pareil pour moi dans l'autre sens et avec cette règle, je n'aurais pas perdu mon acompte !

Si l'acheteur veut une expertise, pas de problème mais AVANT puisque celà devient automatiquement un élément de la négociation !

Avec les conseils que vous m'avez donnés, je vais sortir le bateau de l'eau et le laisser sécher. Puis, après quelques jours, crever les cloques si j'en trouve et vérifier si elles sentent le vinaigre. Si la coque est effectivement atteinte, je la traiterais.

De toute manière il faut prévoir une sortie d'eau ne serait-ce que pour remettre de l'antifouling là où ce soi-disant expert a gratté.

En attendant, je vais remettre une annonce et préviendrais les éventuels acheteurs en fonction de ce qu'indiquera ce rapport si je réussi à l'avoir.

Encore merci pour votre aide

07 nov. 2011
0

Bonsoir wingeim et bonsoir à tous,
Je n'ai pas lu tous les post et je m'en excuse. Il me semble avoir compris les critiques négatives formulées à l'encontre d'un expert. Il me semble que la première chose à faire en pareille situation est de crever les cloques les plus grosses, de voir s'il y a du liquide à l'intérieur et de sentir l'odeur du liquide. S'il y a du liquide et qu'il sent le vinaigre, il s'agit d'une cloque osmotique. Le détecteur d'humidité n'est pas un détecteur d'osmose. Il faut donc sortir le bateau le mettre sous abri et effectuer un premier relevé des % d'humidité en délimitant les zones de mêmes humidités. Une dizaine de jours après même opération. Si toutes les zones ont séché, il n'y a pas d'osmose. Si dans certaines zones l'humidité n'a pas évolué cela ne veut pas dire qu'il y a forcément de l'osmose (cloques osmotiques internes)cela peut vouloir dire qu'il y a du liquide de l'autre coté ou des isolants humidifiés (voir la forme géométrique des zones humides). Quand toutes les hypothèses ont été vérifiées, il reste la présence de cloques osmotiques dans le stratifié qui peut réduire sa résistance mécanique jusqu'à 30%.
Cordialement

07 nov. 2011
0

vouloir mettre entre les mains de futurs acheteurs le rapport d'un expert payé par un précédent acheteur qui ne voulait plus acheter, excuse moi , mais je ne comprends pas bien.
Tout expert est un expert , pas forcément très indépendant , sa façon de mesurer l'humidité de ta coque sous la pluie ne doit pas t'inciter à prendre son rapport pour argent comptant .

D'ailleurs pour le moment tu n'as pas le rapport de l'expert , mais seulement l'interprétation de ton acheteur de ce rapport.

07 nov. 2011
0

Bien sûr je verrais d'abord ce que dira ce rapport ! A part le problème de coque, j'ai suffisament de connaissances techniques pour apprécier le reste. Vis à vis d'un autre acheteur, il est plus sérieux de montrer le bateau hors d'eau, çà évitera les problèmes. Comme en plus, j'aime naviguer avec, que je ne le vend pas pour des raisons financières, il est fort probable que je ne forcerais pas sa vente !

08 nov. 201108 nov. 2011
0

Bonjour
au lieu de le peler tu peux le sabler c'est plus facile à réaliser , rebouchage après 7/8 mois de séchage puis vc tar et en route tu le sort tu le sable rapidement et au moi de mai tu rebouche et tu le vendra avec une coque refaite sans aucun soucis car effectivement il est très propre bon courage D F

08 nov. 2011
0

je n'ai pas dit de l'appliquer directement j'ai dit rebouchage donc effectivement un enduit et ensuite vc tar je l'ai fait il y à 10 ans et cela n'a jameis bougé donc pour moi c'est la solution mais chacun fait comme bon lui semble bien entendu

08 nov. 201108 nov. 2011
0

Autant que je sache, on n'applique pas du VCTar sur une coque sablée ou pelée, mais de l'époxy non solvantée genre GELSHEID, SICOMIN, ou autres.
Les époxy solvantées, type VCTar, ne conviennent que pour un traitement préventif, donc sur une carène non sablée ou pelée.
Voir les liens indiqués plus haut par aladis wing et moi-même. Tout y est.

08 nov. 2011
0

J'ai bien compris, merci Examoureuxdesbateaux (la trad est juste ?) avec tes explications, j'ai le suivi complet du traitement osmotique. Ce qu'a voulu dire pourquoipas1first (La trad est juste ?) c'est que je n'aurais peut être pas besoin d'un traitement très lourd car étant mouillé à côté de mon First, il connaît l'état dans lequel il est. Pour retirer l'antifouling sans agresser le Gelcoat, j'ai trouvé une société (Fast Nautic) à qui je vais demander un devis et voir avec le port si ils ont une place sur terre plein. L'antifouling enlevé de cette manière me permettra de mieux voir l'état de la coque et traiter ensuite en fonction de ce que j'aurais vu. L'avantage de l'aérogommage c'est qu'il enlève l'antifouling sans lisser les cloques et on peut donc mieux les voir ensuite. De toute manière, j'attend le rapport car, au vu des parties grattées, je ne suis pas très convaincu !

08 nov. 2011
0

Pas de problème.
L’incompréhension entre whynot1first et moi vient du fait qu’il préconisait un sablage plutôt qu’un pelage, ce qui sous entendait un traitement curatif classique, et donc l’application d’un époxy solvanté et non de VCTar.
Maintenant pour ce qui concerne l’opportunité de réaliser un traitement, whynot1first est certainement plus à même d’en juger que moi, puisqu’il connaît ton bateau.
Par ailleurs, pour enlever l’antifouling, un peu (beaucoup) d’huile de coude au service d’un bon (très bon) grattoir te permettra d’économiser beaucoup d’euros. Sur un petit bateau comme le first 25 on en vient vite à bout, même si, je le reconnais, c’est un boulot très chiant.
A contrario, si tu envisage un traitement curatif complet, il est bien sûr inutile de t’emmerder à faire ce boulot puisqu’un sablage ou pelage enlèvera l’antifouling en même temps que le gelcoat.
Mais je le répète encore une fois pour tous ceux qui se posent des questions à propos de l’osmose,il faut lire le pdf qui figure sur le blog d’aladis wing , c’est très complet, et aussi la description du traitement qu’a effectué aroc sur son bateau, qui est complémentaire.

:heu:

08 nov. 2011
0

J'ai reçu une copie du rapport :
Il y a des cloques d'un diamètre inférieur à 5 mm sur 3 des 4 zones et d'un diamètre de moins de 20 mm dans la 4e. On sait pas ce qu'il y a dedans car il ne l'a pas vérifié.
Contrôle de l’humidité relative (%HR) : A l’aide d’un appareil TRAMEX, nous avons obtenu les mesures suivantes :
OEUVRES MORTES BABORD et OEUVRES MORTES TRIBORD : Non mesurées car trop d’humidité extérieure
OEUVRES VIVES :
Zone Bâbord A : 100 Zone Tribord A : 100
Zone Bâbord B : 100 Zone Tribord B : 100

09 nov. 2011
0

Euh là, j'avoue que j'en reste pantois! Tu remarqueras que je n'ai pas critiqué la manière dont l'expert avait bossé car je n'étais pas sur place et que je ne connaissais pas son appareil de mesure. Je me suis donc contenté d'éclairer quelques points techniques afin de relativiser cette affaire de coque mouillée (à ne pas confondre avec une humidité à coeur). Maintenant, oser écrire dans un rapport que les oeuvres mortes sont trop humides (plus de chiffon ou trop de pluie?) et donner du 100% sur les zones testées, fallait oser!
Donc, il y a tous les ingrédients du foutage de gueule quant aux mesures. D'ailleurs un bon expert aurait mesuré la coque, dans de bonnes conditions, ET sur des zones variées (oeuvres mortes, oeuvres vives sans cloque...) Parce que trouver de l'humidité dans des cloques, il suffit d'un coup de cutter. A moins qu'il ne se rassure en se disant que son appareil est fiable. De là, à faire payer cela au client...

11 nov. 2011
0

Bonjour wingeim et bonjour à tous,
Explication sur les 100% d'humidité indiqués par l'expert dans son rapport :
Le détecteur d'humidité "Tramex moisture skipper meter" sur l'échelle 1 mesure les humidités relatives sur les coques en stratifié qui vont de 0 à 100%, l'échelle étant sectorisée par des zones : verte de 0 à 30% puis jaune de 30 à 70% puis rouge de 70 à 100%. Pour connaitre le % réel d'humidité contenu dans le stratifié, il faut utiliser un second tableau : "calibration chart" qui donnera la correspondance. Ex 100% d'humidité relative correspond à 5,2 % pour un stratifié avec gel-coat.
Cordialement

09 nov. 2011
0

Ce rapport est effectivement ''léger''
Sur mon canot, les mesures oscillent entre 4% et 6% sur œuvres vives, et 0% œuvres mortes.
Après un début très fastidieux au grattoir, J'ai fait faire un aérogommage par un type du coin. La précision de son travail et la caractéristique du ''sable'' utilisé ont fait qu'il n'a enlevé que l'antifouling. Il a laissé une fine couche grise (une couche d'accrochage?) que j'ai enlevé à la main avec un scothbrit. l'aspect du gelcoat avait celui de la coque: brillant.

09 nov. 2011
0

100%, effectivement, il fallait oser. En gros il a controlé de la flotte????

09 nov. 2011
0

Ben non c'est un expert payé par un client pour se désengager d'un achat , et récupérer les 10% déjà versés. Il était normal que l'expert fasse payer le client, normalement assez cher pour ce genre de "prestation".

09 nov. 2011
0

J'ai le même doute ! L'expertise était soi-disant exigée par la Cie d'assurance pour assurer le voilier et l'expert devait être agréé par elle. Comme par hasard, l'acheteur est... inspecteur d'assurance dans la même compagnie !
Dans le rapport d'expertise, les points positifs sont toujours sous-estimés et les points négatifs bien soulignés.
Exemples :
- Je lui montre la facture d'achat du moteur datée de janvier 2005. Résultat, le moteur est de 2004. Et, comme il n'y a rien à dire sur son état, il ajoute "Démarrage satisfaisant et refroidissement efficace. Prévoir une vidange d’embase pour contrôle étanchéité."
- Dans le puits moteur, la plaque de fixation du moteur est neuve. Il n'en parle pas. Pas plus que des panneaux d'accès du roof, neufs eux aussi.
- Il y a 2 mois j'ai refait un nouveau safran en CP marine recouvert de 4 couches d'epoxy et de 4 couches de peinture. Résultat : "Refait par le propriétaire avec finition Epoxy puis peinture. Mauvaise accroche de la peinture. Manque la goupille sur la mèche en partie basse." Mais en grattant le peinture il n'a même pas réussi à l'écailler.
- Pour être sur que ce soit bien fait, j'ai fait poser l'enrouleur par un pro au lieu de le faire moi-même pour avoir une garantie au cas ou. Ce pro a installé une poulie en haut du mat pour que la drisse ne soit pas parallèle à l'étai et ne risque pas de s'enrouler dessus. Résultat : "- Enroulement : Hauteur de guindant de génois faible par rapport à la taille du train de gaine, angulation importante de la drisse, provoque un travail anormal de la gaine haute, peu provoquer à plus long terme un travail anormal du sertissage supérieur de l’étai."
- Génois : Génois First 25 à mousquetons modifié par un voilier pour être monté sur enrouleur. Il sort de voilerie. Résultat : "Voilerie ROCHARD. ETAT : Ancien, bande anti UV récente, prévoir remplacement, voir enrouleur."
- Batterie : achetée fin 2010. Résultat : "- Année : Non communiqué" alors que l'étiquette collée indique Mois : 10 Année : 10 par perforation.
- Recharge batterie : j'ai 2 petits panneaux solaires régulés avec un régulateur 6A avec un shunt en cas de décharge profonde pour ne pas fusiller la batterie. Résultat : "Un régulateur CONRAD 6 Ah, fonctionne, raccordement à la batterie, raccordement aux circuits
bord, a priori coupure en cas de décharge de la batterie ( peu souhaitable )."
- Pour la sécurité : il marque "L’armement obligatoire est celui de la catégorie de navigation indiquée. L’Expert visiteur n’a pas contrôlé la présence de ce matériel." Comment il sait qu'il est conforme à la catégorie de navigation s'il ne l'a pas contrôlé !

Je vais arrêter là (il y en a encore !) mais je ne vais pas écrire un livre et monopoliser ce forum. Pour ceux qui souhaiteraient les coordonnées de ce supert expert, ils peuvent m'envoyer un MP

09 nov. 2011
0

C'est la première fois que j'entends qu'un expert indique que l'armement et bon mais qu'il ne le controle pas...En général, c'est l'élément qu'ils veulent voir par eux meme avant de l'indiquer car nous sommes sur du reglementaire.
Pourquoi tu ne fais pas une contre expertise si tu as vraiment une doute?
par ce que entre ca et le taux d'humidité à 100%...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (63)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021