un plaisancier secouru cette nuit dans son radeau au large de port-Camargue

Article du "Midi Libre" du 26 juillet 2018 :

Le skipper d'un voilier a appelé au secours alors que son bateau était en train de couler. Il a été secouru par un autre plaisancier, puis hélitreuillé et conduit à l'hôpital de Montpellier.
Dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 juillet, vers 00 h 30, le Centre Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de La Garde, dans le Var, a été contacté par le skipper d’un voilier en perdition à environ 80 km au Sud de port Camargue. Son embarcation de 10 mètres avait été victime d'une important voie d'eau et était en train de couler.

Réfugié dans son canot de survie

Face à l’urgence de la situation, le CROSS Med a alors demandé au plaisancier de se réfugier dans son canot de survie avec ses équipements de sécurité. Ce dernier prend alors la décision d'accrocher son radeau de survie au voilier et attend les secours, tandis qu'un hélicoptère Panther de la Marine nationale basé à Hyères, soit à environ une heure de la zone, est dépêché sur place.

Hélitreuillé puis conduit à l'hôpital

Au moment où les secours arrivent sur zone, le voilier a déjà coulé, mais son skipper a été secouru par un autre bateau ayant capté le signal de détresse. Hélitreuillé et pris en charge par les secours vers 2 h du matin, la victime a été conduite à l'hôpital de Montpellier.

L'équipage
26 juil. 2018
26 juil. 2018
0

des détails dans un article de "La Provence":
"Un plaisancier sauvé cette nuit au large de Port-Camargue.
L'opération a été efficacement menée malgré l'obscurité. Cette nuit vers 00h30, un plaisancier victime d'une importante voie d'eau provoquant l'enfoncement de son voilier de 10 m a contacté via le canal 16 de la VHF le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de Méditerranée (CrossMed) à La Garde. Son bateau se trouvait alors à 45 nautiques au sud de Port-Camargue (Le Grau du Roi), soit environ 80 km. Tandis qu'un hélicoptère Panther de la Marine nationale décollait de la base aéronavale d'Hyères pour lui porter secours, l'homme, suivant les consignes du CrossMed, a percuté son radeau de survie et s'est retranché à l'intérieur avec son équipement de sécurité (gilet de sauvetage, signaux lumineux, VHF portable...) tandis que son voilier sombrait.
Par chance, un autre bateau était présent dans le secteur, le voilier Loustic. Ayant entendu les appels radio du plaisancier en détresse, son occupant s'est porté à son secours et a récupéré le rescapé à son bord aux environs de 1h30 du matin, avant de confirmer aux autorités la position du voilier coulé, et l'absence de débris dangereux sur zone. Le tout avec, souligne-t-on du côté de la Préfecture maritime de Méditerranée, "un grand professionnalisme". Un peu avant 2h du matin, l'hélicoptère, arrivé sur zone, a hélitreuillé le naufragé, qui a été conduit au centre hospitalier de Montpellier."

www.laprovence.com[...]ue.html

26 juil. 2018
0

on connait les causes de l'importante voie d'eau ?

26 juil. 2018
21

Bravo a loustic et son skipper :pouce:
Et toujours avoir Le 16 on

26 juil. 2018
1

ASN* ;-)

26 juil. 2018
0

Vhf on quand meme si elle éteinte... asn ou pas

26 juil. 2018
0

Bonsoir,
avec les VHF AIS, même si tu n'es pas sur le 16, tu reçois le message Mayday avec alerte sonore.

26 juil. 2018
0

Exact, j'ai l'index qui a fourché...

28 juil. 201816 juin 2020
0

J'ignore si c'est le même, mais il y en a un sur H&O en Méditerranée.

www.hisse-et-oh.com[...]bateaux

L'an dernier, il cherchait une carte.

26 juil. 2018
2

Qui nous disait que si prés des cotes la survie était inutile ?
En tout cas bien vu pour le sauvetage!

26 juil. 2018
0

La survie est un élément INDISPENSABLE !
Même tout prêt des côtes, dans une eau à 16° elle peut vous sauver la vie !

26 juil. 201826 juil. 2018
3

Surtout si on a pas d'annexe, très très peu de plaisanciers ont une annexe. :mdr: :doc: :heu:

26 juil. 2018
0

un ptit bloc de plongée outre pour les interventions d'hélice est bien pratique dans ce cas ;)

26 juil. 2018
1

ok hormis incendie je préfère l'annexe qui pourra bien être au fond d'un coffre et dégonflé mais toujours moin lourde et galère que mon BIB en sac 6 places que je suis presque incapable de bouger seul avec ses 60kg et ceux par temps calme, posé sur cale au sec....

26 juil. 201826 juil. 2018
0

actuellement elle est positionné pas trop loin du bastingage pour que je puisse faire "rouler" le cube énorme et ses 50/60kg.... vieux bateau je n'ai pas ce type de balcon. je ne me le resouhaite pas mais la plupart du temps un bateau met du temps à couler (c'est plus dur qu'on ne le croit ^^) vraiment j'ai 0 confiance en ces BIB hors de prix

26 juil. 2018
2

moi j'en ai une... mais le temps que je la gonfle avec la pompe ...... :heu:

26 juil. 2018
0

En effet beaucoup de plaisanciers ont une annexe ...la plus part du temps dégonflée dans un coffre ou dans une cabine.
Si tu penses avoir le temps de gonfler une annexe sur un bateau touché par un incendie, je t'assure que tu te trompe.

26 juil. 201816 juin 2020
1

Ben, suffit de la positionner de manière à ce que tu n'aies qu'à larguer une sangle pour qu'elle tombe à l'eau. Parce que ton annexe, le temps de la gonfler, t'as intérêt à savoir nager... Ceci dit, une combi de plongée est aussi un élément de survie ignoré, mais super efficace.

26 juil. 2018
0

La température de l'eau est à 16° en Méditerranée ?
Par ailleurs, en 2018, il existe des moyens de sauvetages plus surs, et moins onéreux qu'un canot de survie.

Il est fréquent qu'une survie soit percutée par précaution,et rare qu'elle contribue au sauvetage.

27 juil. 2018
1

Non, non, en ce moment, c'est plutôt 22 à 23 ° en pleine mer.

26 juil. 201826 juil. 2018
0

viking35

La température de l'eau est à 16° en Méditerranée ?

non non elle est à 25° toute l'année !

Par ailleurs, en 2018, il existe des moyens de sauvetages plus surs, et moins onéreux qu'un canot de survie.

Et on peut savoir lesquels ?

27 juil. 2018
0

25 toute l' année tu es dans quel coin de la Med :lavache:

26 juil. 2018
0

Je ne comprends pas cette incitation à ne pas respecter la div 240 45 milles des cotes le bateau avait un bib dès lors pourquoi aurait il fallu ne pas s’en servir d’autant mieux lus que malheureusement le navire a effectivement coulé avant l’arrivée des secours

Certes le fasnet 79 a conduit à n’utiliser l’abandon du navire qu’en dernier recours mais il semble bon en que ce fut la cas

En tout état de cause j’ai une pensée pour le naufragé et je salue l’intervention du plaisancier et du cross qui ont mené à bien le sauvetage

27 juil. 2018
0

"le fasnet 79 a conduit à n’utiliser l’abandon du navire qu’en dernier recours mais il semble bon en que ce fut la cas" Malheureusement, ce ne fut pas le cas.

A la décharge des participants, les canots de survie existaient depuis seulement quelques années et apparaissaient comme plus sûrs que leur voilier . A tort.

karibario.blogspot.com[...]er.html

26 juil. 2018
2

on peu utilisé par exemple www.google.com[...]/search
plus dure pour le repérage me me dite pas que vous n avez jamais vu ça

26 juil. 2018
0

avec toute ces technique la vraie question à se poser c'est combien de temps sommes nous prêt à attendre la mort ?
Courageux comme je suis j'opte pour la rapide plutôt que la lente agonie

26 juil. 201826 juil. 2018
0

Ben en fait dès que tu as trouvé une combine 6 personnes tu me donnes la référence ... Parce que moi je demande que ça de faire des économies !
;-)

26 juil. 2018
7

Je n'arrive toujours pas à comprendre comment on peux tenter d'expliquer que le BIB est inutile...
Je suppose que vous pensez la même chose des airbags et de la ceinture de sécurité en voiture...
Il n'y a jamais trop de sécurité.

26 juil. 2018
0

c'est comme l'appendice c'est utile d'en avoir un mais en soit ça sert à rien et la plupart du temps cause plus de problème que de solution, sauf évidemment le cas ici préent...

26 juil. 201826 juil. 2018
0

:mdr: :cheri:
C'est pour alimenter le débat les opinions sont multiple sur le sujet, ok le monsieur de notre article a été secouru et a survécu grâce au BIB (et cest tant mieux !) alimentant ainsi les sources de l'opinion adverse et prouvant bien que ce n'est inutile que dans 99.999999% des cas.
J'essaye donc de mettre de côté ces 0.01% de situation nécessitant un BIB et discuter des 99.9% n'en necessitant pas, et combien de % de situations dans ces 99% sont devenus plus dangereuse de part le gonflage du BIB....
On peut aussi parler du fait qu'en bon proprio on met tous XXXXXeuros par an dans l'entretient et la sécurité de nos bateau, à paufiner la moindre vanne et passe coque mais en cas de pépin on s'en remet à un sac ou coffre balconé 365j en plein cagnard et dont le contenu et son bon fonctionnement sont tout aussi mystérieux que le montant des révisions...
Je ne suis pas anti BIB vraiment... la preuve j'en ai un.

26 juil. 2018
3

à 45 milles de la côte tout de même :litjournal:

26 juil. 201826 juil. 2018
0

L'été en Med, dans un coup de Mistral ou de Tram, ton annexe ne fera pas longtemps le job.

26 juil. 2018
0

Limite un paddle !!! :pouce:

26 juil. 2018
1

Le Relou est plutôt chelou, sur ce coup-ci... :acheval: :acheval: :acheval:

26 juil. 2018
3

Une annexe aurait fait le job, une survie si pres de la cote l ete en med

26 juil. 201826 juil. 2018
0

J'ai laissé tombé sur ce sujet avec certains .Quand je coulerais j’espère pouvoir poser mon uc vite fait dans une bonbonne scabreuse, la survie , mais équipé avec elle(la combi , au top serait celle de survie mais j'ai toujours eu mes combi de plongée ou shorty sous la main en bateau ,c'est ma base ); de survie en cas de pêt; les vrais de survie je n'en n'ai pas mais, c'est un outil fantastique . La combi je la porte depuis tout petit et je crois savoir que l’élément qu il'entoure ne rigole pas trop longtemps .Donc ceinture et bretelle comme on dit .Obligé . J'aimerais bien avoir l'avis sur le site des plongeurs qui se font déchiirer au pied des plateformes ,cela me serait plus utiles que certaines élucubrations de personne qui ne se sont jamais fait bouger dans l'eau.

27 juil. 2018
0

vendebout Je te le concède tout à fait . Copie bâclée , non relue, précipitée , fourre tout ,limite gloubi bulga 5/20 . J'y reviendrais tanquilou . ;-)

27 juil. 2018
1

ça dépend de l'annexe. la mienne fait 3,70 m et 60 kg plus un moteur de 15 cv.....

27 juil. 2018
1

J'ai ma bouée canard. :famille:

27 juil. 2018
0

"combien de % de situations dans ces 99% sont devenus plus dangereuse de part le gonflage du BIB.... "

LA REPONSE : karibario.blogspot.com[...]-m.html

29 juil. 2018
0

"Il n'y a jamais trop de sécurité. "

Ben si. Il y a des cas ou il peut y avoir TROP de sécurité :

1) L'avion. L'aviation générale est devenue tellement chère que les gens ne se tuent plus en avion. Ils se tuent maintenant en ULM moins cher...

2) Le permis de conduire est devenu tellement cher que le nombre de gens conduisant SANS permis est en augmentation ...

26 juil. 2018
0

mais le marchant il peut en vendre plus d une :heu:
libre a toi d utiliser une longe pour les relier :jelaferme:

27 juil. 2018
0

Comme prévu tu ne fais pas preuve de beaucoup d’intelligence.
Mais au lieu de faire le malin tu peux peux peut-être nous démontrer l'intérêt économique d'acheter six combinaisons et six balises à la place d'un BIB et d'une balise ...

27 juil. 2018
0

"Rappelons que maintenant, à partir de 25 noeuds, nombre de navigateurs parlent de tempête et certains abandonnent leur voilier."
Tu lis trop de romans ...

27 juil. 2018
2

Avant tout, c'est l'efficacité que je recherche.
Il m'étonnerait qu'un naufragé éventuel abandonne son voilier au moindre soupçon qu'il va couler s'il devait se jeter à l'eau en combinaison de survie , ce qui arrive fréquemment avec un bib .

Rappelons que maintenant, à partir de 25 noeuds, nombre de navigateurs parlent de tempête et certains abandonnent leur voilier.

26 juil. 2018
0

Des combis reliées ,cela s'appelle un radeau .

26 juil. 2018
2

il faut quand même reconnaitre que le bib a été crée et n'a pas évolué depuis longtemps (30, 40 ans ?)

Epoque ou aller en mer, rappelez vous les anciens, essayez d'imaginer les jeunes, c'était l'aventure.
On ne savait pas ou peu communiquer.
On ne savait pas précisément se positionner.

Aujourd'hui a l'époque des GPS, balises, satellites, etc ...
On sait a quelques mètres presse positionner, on peut par appuis sur une simple touche envoyer un message de détresse qui sera relayé et indiquera la position exacte du sinistre.
il faut commencer a aller trainer sa quille dans des coins vraiment isolé, ou des météos vraiment dégueu. pour risquer d'attendre plus de 2 h après avoir appuyer sur le bouton, avant de voir un cargo ou un hélico se pointer.

Le Bib n'est certes pas totalement inutile, mais objectivement une balise assortie a un moyen de tenir 2 ou 3 h après sinistre sont aujourd'hui les meilleurs méthode pour ne pas laisser sa peau en bateau.

26 juil. 2018
1

Le problème est que si ils créent de nouveaux BIB plus high tech etc etc, les Marins grincheux vont vouloir acheter les anciens en disant « c’était Mieux avant », un peu comme avec les bateaux aujourd’hui !!!!

01 août 2018
0

si c'est comme les bateaux d'aujourd'hui, ils auront grandement raison!!! :whaou:

27 juil. 2018
0

Pour "attendre plus de 2 h" après un appel sur le 16, il faut naviguer à plus de 200 milles des côtes françaises.
A CONDITION, d'avoir un moyen efficace d'alerter les secours.
karibario.blogspot.com[...]-m.html

26 juil. 2018
1

Ouai. Pis avez déjà passé deux trois heures dans une eau à 10 degré et du vent?
Moi non mais je fais du dart16 en Manche nord au moi de novembre et bas même avec une combinaison de 5mm des lycra et une veste de quart et alors qu’on se baigne pas( juste les paquets de mer) et bah je peux vous dire qu’on claque des dents vite fait

Donc entendre en faisant la planche même avec un combar de survie moi ça me tente pas

D’ailleurs dan les chaînes sar il y a un bib étrange non?

27 juil. 2018
1

Quelle idée de mettre une veste de quart sur un bateau qui peut chavirer ?
Si tu as froid avec une néoprène de 5mm, l'étape suivante c'est la combi sèche avec une combi polaire en dessous.

27 juil. 2018
0

c'est ce qu'on utilise ici en mer du nord entre avril et juin

27 juil. 2018
0

on parle de la méditerranée en été....

26 juil. 2018
1

Et en cas d’incendie ; un bib c’est mieux que pas de bib ; même si on déclenche la balise ou un mayday se retrouver dans la flotte à trois ou quatre dans une mer agitée.. Faut quand même arriver à monter dedans.

27 juil. 201827 juil. 2018
9

Un voilier coule, un plaisancier survit grâce au bib et des imbéciles disent que le bib serait superflu.

Alors là j’ai tout vu. J’espère ne pas devoir croiser les intervenants sur l’eau. Mettez un pavilion noir à tribord, qu’on puisse vous identifier.

27 juil. 2018
5

Pourquoi desuite les insultes, apanache des faibles sans arguments, on serait autour d'un verre sûrement que vous nous taperiez.. respectez l'opinion d'autrui surtout quand c'est pour favoriser le débat

27 juil. 201827 juil. 2018
1

L'imbécile que je suis persiste. On sait depuis 40 ans que les bibs sauvent à peine plus d'utilisateurs qu'ils ne causent des décès sur des voiliers .

En 2018, il existe des combinaisons de survie à 100 € et des balises individuelles peu onéreuses.

27 juil. 2018
1

Et tout le monde navigue en combi de survie et chaque membre de l’équipage a sa balise sur lui ...

27 juil. 2018
0

Pas encore, mais il t'appartient d'effectuer les meilleurs choix pour ta sécurité. Cela revient moins cher que les révisions d'un canot de survie. A noter aussi, que depuis 10 années, il y a eu plus de deux canots de survie qui ont réellemennt sauvé une vie sur un voilier .

27 juil. 201827 juil. 2018
0

"On sait depuis 40 ans que les bibs sauvent à peine plus d'utilisateurs qu'ils ne causent des décès sur des voiliers ."

source exacte, svp...

L'url cité à plusieurs reprises ne mentionne pas tout à fait la même chose :

sur les 24 cas de percussion de canots recensés :
29,2% des canots de survie se sont avérés défectueux ou inutilisables
25,0% des utilisations d'un canot se sont avérées non judicieuses ou erronées

16,7% des utilisations d'un canot étaient dangereuses ou injustifiées

=> aucun cas ne mentionne le BIB comme source de décès sur des voiliers.

2 cas mentionnent une " utilisation à tort ayant mené à un drame ",

mais "5 utilisations de canot ont réellement permis de sauver leurs utilisateurs ( Océanis 39, Mélody, voilier acier, Rush, Class 40)",

5 contre 2 : soit 250% fois plus. !

27 juil. 2018
0

ben oui : ce sont les 2 cas mentionnés.
2 cas dramatiques (dus à une incompétence du skipper) contre 5 cas d'équipages sauvés, cqfd.

On peut donc écrire que les BIB sauvent des vies, à une condition : qu'on sache s'en servir.

Je préconise un stage de formation à ce sujet, avec
essai de récupération de 6 naufragés après quelques heures de dérive dans l'eau (on devrait au moins pouvoir aisément simuler leur dérive après 3, 3 6 et 24 heures..., )
essai également d'utilisation d'une annexe dans des conditions hard (annexe retournée, naufragés hors de l'annexe, etc), et comparaison avec un BIB...).

27 juil. 2018
0

Faudrait corriger cette pseudo étude inexploitable :
2 "drames" pour mauvaise utilisation du BIB
contre désormais 6 sauvetages grâce au BIB...
On est désormais à 300%...

27 juil. 2018
0

ce qui est de mauvaise foi évidente, c'est de porter au débit d'une engin de secours la mauvaise utilisation qui en est faite... et de faire croire qu'il tue presqu'autant qu'il ne sauve.

Ce que je constate, c'est que lorsque l'utilisation est faite correctement du BIB, celui ci sauve des vies. Encore une fois cette semaine...

La conclusion serait donc d'inclure un stage d'utilisation du BIB dans l'obtention du droit à skipper un navire.

(Dans le cas d'un marin qui se borne à utiliser les bateaux des autres - en les comptant !!!- , une combinaison à 100 euros suffit peut être...)

27 juil. 201827 juil. 2018
2

hum... pour qu'une expérience "prouve" quelque chose, il faut qu'elle soit répétée à maintes reprises avec toujours le même résultat. On en est très loin ici.
Ici, on s'appuie en fait de données peu fiables et sur un nombre de cas non significatif, en tirant des conclusions générales absolument injustifiées qui tiennent plus du blocage de principe ("le BIB ça coûte cher et en plus ça tue!" ) que d'une analyse sérieuse.

Il est une chose de réfléchir sur un équipement individuel de sécurité quand on va sur le BDA
il en est une autre de prendre la responsabilité de la sécurité globale de son équipage...

27 juil. 201827 juil. 2018
0

"Parce que tu trouve normal que la sécurité n'est pas évolué depuis 1975."

Hum... toujours des affirmations péremptoires... et fausses.
source ?

27 juil. 2018
0

fais le rapport entre la poulation naviguante aujourd'hui et celle de 75 , et tu verras que les statistiques ont évoluées

28 juil. 2018
0

150% d'augmentation.
Mais le facteur multiplicatif est bien de 250%...

27 juil. 2018
0

La phrase suivante était :
"Trop nombreux sont les canots utilisés à tort, (Kelt 7.5, Attalia, Folie Douce…), ce qui, pour certains, a été la cause de drames. (Impensable, Banjer 37)"

27 juil. 201827 juil. 2018
0

précision :
Je préconise un stage de formation à ce sujet, avec en outre :

essai de récupération de 6 naufragés équipés d'une combinaison de survie individuelle (à 100 euros ?) après quelques heures de dérive dans l'eau (on devrait au moins pouvoir aisément simuler leur dérive après 1, 3 6 et 24 heures..., )

essai d'utilisation d'une annexe dans des conditions hard (annexe retournée, naufragés hors de l'annexe, etc),

et comparaison avec un BIB....

27 juil. 2018
1

Il est certain que quand on compare des périodes différentes avec une évidente mauvaise fois, on obtient des résultats variables.

Mais je t'invite à trouver des chiffres officiels concernant les voiliers.

Au fait, peux tu nous indiquer combien de sauvetages ont été effectués plus de deux heures après un appel de détresse ?

27 juil. 2018
0

L'expérience prouve qu'il ne suffit pas d'une formation pour apprendre qu'un bib doit être utile qu'en cas où le voilier a réellement le pont dans l'eau.

Il ne faut pas mésestimer la fatigue et l'aspect psychologique qui concerne même des navigateurs trés expérimentés.

27 juil. 2018
0

Parce que tu trouve normal que la sécurité n'est pas évolué depuis 1975.

Par ailleurs, rassure toi, j'ai aussi pris "la responsabilité de la sécurité globale de mon équipage..." des centaines de fois. La dernière fois, la semaine passée...

27 juil. 2018
0

Informe toi. Le canot de survie a été rendu obligatoire pour les voiliers à partir de 1975 en fonction du maillage des stations SNSM .

Peu ou pas d'évolution depuis.

Ce qui a évolué est l'efficacité des moyens de sauvetage par hélicoptère.

27 juil. 2018
0

Les statistiques sur les accidents de voiliers n'existaient pas en 1976 , pas plus qu'en 2018 !

Par ailleurs, c'est peut être seulement à partir de 1976 et non 75 que le canot de survie est devenu obligatoire.

28 juil. 201828 juil. 2018
0

nan 150 % ^^
pardon. pas pu m'empécher...

28 juil. 2018
2

Enfilez une combinaison de survie et on en reparlera. Même pour des entraînés, c'est parfois un défi selon les conditions de mer.
Alors demander à tata Thérèse et tonton René d'enfiler ça je n'ose même pas.

28 juil. 2018
1

exact et surtout quasiment impossible de bouger une fois enfilée : à La Coragne il y a une école navale qui organise des exercisses de sauvetage : c'est bien simple pour les sortir de l'eau c'est au treuil...

28 juil. 2018
0

Le mieux est d'avoir le max des possibilités, bib, annexes, combi de survie, et aussi paddle, possible que des bricoleurs inventifs imaginent d'autres solutions de survie en utilisant les pare-battages...

27 juil. 2018
5

Repérer un humain de nuit sans radeau et par mer agitée, faut espérer que l'envoi du message de détresse avant que le navire sombre stoppe les courants.
Bravo au plaisancier sauveteur et à l'efficacité des secours.

27 juil. 2018
0

"mer agitée" 8/ 10 noeuds de vent.

"stoppe les courants" Merci de nous expliquer...

27 juil. 2018
1

J'interprète par: panne d'électricité du fait de la submersion des batteries suite au naufrage du bateau. Faut dire que j'ai fait "mec bourré" deuxième langue.

27 juil. 2018
3

J'interprète comme : "l'envoi du message de détresse devrait arrêter les courants marins pour que les naufragés restent à la position indiquée. .

27 juil. 2018
0

Le courant ligure qui en 1h de délai d'arrivé des secours éloigné le plaisancier de sa position initiale. Lire le livre de Florence Arthaud sur sa chute en Méditerranée de son voilier

27 juil. 2018
4

Viking, t'es en train de nous expliquer qu'un élément de sécurité supplémentaire est dangereux... ton résonnement est vraiment étrange...
C'est un élément de sécurité supplémentaire, ce n'est pas la solution à tout et il ne faut pas compter que sur le BIB pour sauver son pti cul mais de la à dire que c'est dangereux... fallait oser l'écrire.

Je t'invite à tester ta combinaison de survie pendant plus d'une heure à ramasser des vagues dans la tronche et on verra ensuite si tu trouves qu'être un peu plus au sec c'est toujours aussi inutile ;)

Quand à ceux qui disent qu'une annexe fait l'affaire, regardez le temps qu'il vous faut pour la gonfler... en cas d'incendie on en reparle ;)

Le sujet pour moi, je rejoins Fanchsf, c'est l'évolution du BIB... il serait temps qu'ils se penchent sur le sujet... la c'est un véritable scandale.

27 juil. 2018
1

Pourquoi parle d'une annexe degonfle? Je n'ai pas de bib pour des raisons d'economie et de manque de confiance. Par contre mon annexe est gonfle a poste sous arceau, mise a l'eau en quelque secondes. Moteur HB a poste + sac etanche pret contenant moyen de com + chargeur solaire + bouffe + eau. Je pense etre en parfaite securite. Ceux qui pense qu'il faut faire evoluer les survies, bravo, elle seront encore plus cher. Les passionnes ne pouront vraiment plus navigue.

29 juil. 2018
0

Pour plus de sécurité il y a cela et c'est mon choix... dès que j'ai un bateau de ...29 m :-)
Çà plus les combinaisons, les balises, les VHF SMDSM, les rations de survies, la trousse médicale, les fusées, le dessal.... etc :alavotre: :doc: :goodbye:

ovatek.com[...],0,html

27 juil. 2018
5

Prétexté le fait que la survie soit plus chere du coup on pourra plus naviguer... faut peut être pas abuser non plus ;)
Je suis évidemment d'accord sur le fait que les survies ont un prix élevé au vu de ce qu'elles apportent mais clairement je suis pour plus de sécurité.
Et le discours de certains qui viennent nous dire "c'était mieux avant", vous êtes juste devenu des vieux "grabataires" :D ;)

Perso je fais partie de la "nouvelle" génération et je ne suis en rien opposé à plus de sécurité.
Et qu'on ne vienne pas me parler d'acceptation des risques, j'ai fait 2 fois les 24h Moto en tant que pilote donc je sais ce que c'est mais faut être sacrément dérangé du ciboulot pour refuser une sécurité supplémentaire...

27 juil. 2018
0

@jackx308. Absolument pareil. Pas de bib, mais une semi rigide en hypalon avec hb 15 cv a poste gonflée sur portique.

27 juil. 2018
0

Parce que tu imagine qu'embarquer dans un bib, c'est rester au sec ? Bien au contraire...

Il suffit d'un verre d'eau dans le fond pour que tout soit mouillé.

27 juil. 2018
0

Dans l’exemple du J 133 coulé en 2010 par des baleines aux Etats-Unis, après 4 h dans le canot, les équipiers étaient déjà en hypothermie.

27 juil. 2018
0

au dela de 25° pas d'hypothermie

27 juil. 2018
1

Tu vas quand même pas dire que t'es plus "confort" dans un bib dans dans la flotte?
Pousse pas la mauvaise foi jusqu'au bout ;)

27 juil. 2018
0

Effectivement, c'est surtout le plus lourd qui "bénéficie" de la trempette. Dans la situation que j'ai connue, vent de plus de 30-40 kn,houle forte (mesurée 7 m au houlographe de Chassiron), je me sentirais mieux dans un bib à 6 que 6 à flotter ensemble. Il y a une différence entre une analyse objective et le vécu d'une situation. Notamment l'absence de réponse. Quand on actionne sa balise on a aucune certitude sur la réception. Et tout bascule quand on sait que l'on est repéré.

27 juil. 2018
1

L eau est encore fraiche apres la frontier avec le mexique

27 juil. 2018
0

Et du coup sans le canot, en combien de temps l'hyporthermie? ;)

28 juil. 2018
0

Ce qui limite du coup fortement la zone de navigation si on avait tous le même discours que Viking :D

27 juil. 2018
2

"JP se jette sur la VHF et envoie ses MAYDAY… Sans retour …

Je libère le BIB et le déclenche,
Je retiens le BIB par son amarre mais le cata plonge déjà par l’arrière, le panneau solaire, sur son portique, affleure l’eau à chaque ressac et son cadre vient crever le BIB.
Il ne se sera pas passé trois minutes depuis la panne moteur..
Nous embarquons dans l'annexe.

Nous dérivons de quelques mètres et le bateau s’enfonce jusqu’en pied de mat et semble stabiliser sa descente.
Il ne se décide pas à couler plus bas, nous prenons nos petites rames en plastique et nous souquons comme des forcenés pendant 20 minutes pour rejoindre le cata."

Ils seront retrouvés, par hasard, 48 h après par le cargo Nicola qui faisait route de Bilbao à Rotterdam.

Il aurait mieux valu qu'ils disposent d'un moyen de communication moderne...

27 juil. 2018
0

Le bib a servi d'exemple : si le skipper avait mis son annexe en premier attachée par une amarre, elle aurait crevé tout pareil à cause du ressac, et c'est le BIB qui aurait sauvé tout le monde...

Je maintiens : retourner une annexe, tout le monde à l'eau avec bottes vestes de quart et gilets, et regarder les naufragés s'épuiser à tenter de regrimper dedans...

27 juil. 2018
0

Prendre un exemple pour laisser supposer que le bib ne sert à rien...
Oui un moyen de communication moderne est indispensable mais le BIB a aussi son utilité quoique tu en penses.

27 juil. 2018
0

Non, Viking explique qu'un élément de sécurité que représente une survie devrait être efficace à 100%, ce qui n'est pas le cas. Quand on voit le rapport coût efficacité, il n'est pas sûr que ce soit réellement un élément de sécurité, puisque à cause de l'utilisation de cet élément de sécurité, des personnes sont mortes....cqfd.(un élément de sécurité doit diminuer la mortalité...).

27 juil. 2018
0

Entre ne pas être efficace à 100% et causer des morts alors qu'il est supposer sauver des vies, il y a une nuance......Dis moi quelle est la sécurité objective mesurée?

28 juil. 2018
1

La ceinture de sécurité a déjà sauvé des milliers d'automobilistes, associée à l'airbag depuis que celui ci est arrivé dans nos voitures.Elle empêche l'éjection mortelle dans presque tous les cas et les chocs à l'intérieur de la voiture.
Certains placent une pince pour empêcher la ceinture de "trop les serrer"(!!!). Le résultat est que la ceinture devient alors un acteur de création de blessures qui peuvent être graves car l'énergie cinétique du corps ne peut être absorbée d'une manière contrôlée par l'allongement de la ceinture après une tension instaténée par le système pyrotechnique.
Il se raconte aussi que la ceinture empêche d'échapper à une voiture en feu. Tout au contraire, après un choc, le passager attaché a de bonnes chances d'être conscient et de s'extraire du véhicule alors que celui qui n'est pas attaché aura probablement perdu conscience et restera là où il est.

D'où tires tu cette certitude que la ceinture et l'airbag sont source de morts?

28 juil. 2018
1

J'ai fait l'expérience de l'airbag dans une collision où j'étais passager à l'avant.
L'airbag se déploie en une fraction de seconde (on n'a pas le temps de comprendre ce qui arrive) et se dégonfle immédiatement tout aussi vite pour pendre lamentablement du tableau de bord dans la seconde. Il ne risque donc pas d'empêcher de sortir du véhicule.
Quant à la ceinture dont la boucle se coince, cela doit être rarissime, d'autant plus qu'elle est vérifiée tous les deux ans lors du contrôle technique.

Je reviens sur les "statistiques" de notre ami Viking. Je n'ai jamais entendu parler d'un bateau incendié (fait rarissime en mer) et dont l’incendie aurait été éteint grâce à l'extincteur (ou aux extincteurs) du bord. Devons nous en déduire que la présence d'extincteurs à bord est inutile?
On ne peut que souhaiter de n'avoir jamais à utiliser des moyens de prévention.

28 juil. 2018
0

Le hasard fait parfois bien les choses . c'est arrivé pareil a mon frangin éjecté de la 4 L dans des tonneaux dans un champ ; une fois la voiture arrêtée le toit était posé sur le volant . L'année dernière par contre ma vieille marraine , qui avait air bag et ceinture s'est fait littéralement exploser par une fracassée qui a tiré tout droit au lieu de prendre son virage . Ne pas oublier qu'en matière de gros coup durs la chance ne repasse jamais 2 fois. Donc faire ce qu'il faut pour essayer de limiter la casse surtout en milieu hostile , est bienvenu.

28 juil. 2018
0

:lavache: :lavache: :lavache: content que tu sois la pour le raconter .

28 juil. 2018
0

Mon père a travaillé plusieurs années dans ce qui est le smur , d'aujourdh'ui, après avoir passé quelques petites années sympathique en Algérie à ramasser les miettes ou la purée enfin ce qu'il restait des gens . On a fait beaucoup de chasse sous marine ensemble et je lui dois une certaine approche sécuritaire vis a vis de notre petite activité de loisir qu'est la voile .

29 juil. 2018
1

A l epoque des voitures en cartons, 4 L , Ds, simca 1000 (par ailleurs j adore j ai une 5 chevaux de collection)

Il valait peut etre mieux être éjecté, aujourd hui la conception des autos est differente, vaut mieux rester dedans ou ne pas avoir d accidents anyway

27 juil. 2018
0

"il lance des affirmation infondées et fausses." Lesquelles ?

Tu as des éléments chiffrés? J'en prendrais bonne note.

"Dans un fil précédent, en recherchant depuis 35 ans en Europe, (jusqu'en 2010) nous n’avons recensés que 10 cas d’utilisation réels d'un canot de survie à proximité des côtes européennes, là ou naviguent 95 % des voiliers.

Sur ces 10 cas, nous recensons :
- 25 personnes sauvées. GRACE au canot de survie
- 9 personnes perdues A CAUSE du canot de survie.
- 13 personnes perdues MALGRE le canot de survie."

27 juil. 2018
0

Et bien, indique moi donc quel organisme publie des chiffres "cohérents"...

Par ailleurs, je persiste. Les canots de survie ont peu évolué depuis 1975 ou 76.

Il y a 45 ans, il n'existait pas de :
- VHF,
- balise de détresse,
- combinaisons de survie.
- D'hélicoptères .

En 2018, nous disposons de combinaisons de survie (100 euros) et de balises de détresse (450 euros).

A rapprocher des 500 euros que vous réglez tous les trois ans pour une vérification de votre survie.

27 juil. 2018
0

Toi aussi, mis à part du vent, tu ne prouves pas grand chose.
Un truisme répété ad libitum ne devient pas subitement trivial par la grâce divine....

27 juil. 2018
0

Allez, on a compris que tu n'aimes pas Viking......(Alain Delon....)

29 juil. 2018
1

Selon une récente étude de la sécurité routière, 26% des personnes tuées sur autoroute n'avaient pas bouclé leur ceinture et ce fait multiplie par 10 le risque d'être tué.

27 juil. 2018
0

Un dispositif de sécurité ne doit pas nécessairement pas être "efficace à 100 %". Pour être justifié, il faut que les avantages qu'il procure soient largement supérieurs aux inconvénients.
Un dispositif de sécurité apporte une sécurité objective, mais aussi une sécurité perçue. Ce supplément de sécurité perçue peut conduire à prendre davantage de risques.
De ce fait, une condition pour qu'un dispositif soit efficace est qu'il apporte une sécurité objective et peu de securité perçue.

28 juil. 2018
0

même chose pour la ceinture de sécurité, ou l'airbag... qui eux, sont réellement sources de morts dans certains types d'accidents.
Cela n'est PAS le cas du BIB.

28 juil. 2018
0

Expérience personnelle.
La ceinture interdit de sortir de l'habitacle, et peut se bloquer (cela s'est produit à l'arrière d'une voiture de 2 ans.... heureusement en situation saine )
Tout comme l'air bag peut entraver la sortie du véhicule.
C'est donc potentiellement dangereux, ( évidemment dans de très rares cas et il hors de question pour moi de mettre en cause son intérêt.).

Contrairement au BIB... qui, lui, n'interdit ni oblige qui que ce soit à quoi que ce soit.
Le BIB est sans aucun doute mal utilisé, mais on ne peut pas lui reprocher l'erreur du skipper de l'utiliser alors que son bateau ne coule pas !

Qu'il ne soit pas le moyen le plus approprié, qu'on lui préfère autre chose, ok.
Mais khon l'accuse de tuer des gens comme l'aiment à répéter certains ici (sans vraiment comprendre les données sur lesquelles s'appuient cette accusation), c'est autre chose.

28 juil. 2018
0

Pour ma part, l'accident que j'ai eu m'aurait couté la vie si je n'avais pas été éjecté : TOUS ceux qui ont vu la carcasse de la voiture, gendarmes inclus, l'ont reconnu.
Mais c'était un accident très particulier, certainement peu courant. ...

28 juil. 2018
0

Moi, c'est la colonne de direction et le volant qui étaient remontés au niveau du dossier de siège conducteur... heureusement, j'étais déjà éjecté quand c'est arrivé.

28 juil. 2018
0

Entre autre joyeuseté , il avait passé toute son adolescence de 10 a 15 ans sous les pluies de bombes qui déferlaient parfois sur Tunis ou mon pépé travaillait à établir les réseaux de chemin de fer . Obligé de pêcher et traquer les petits oiseaux pour bouffer . Je suis parti ensuite de mon coté faire une petite ballade vers la Turquie , sans survie ,et le jour de mon départ il m'avait offert une balise aviation,,''prends au moins ça ..'' Donc aujourd’hui que c'est fait, plus question d'envisager de faire sans survie , surtout pas sur les conseils de X ou Y . S'il nous lit de son petit havre de paix d'un cimetière des bords de l'Aude , je le salue bien bas .

28 juil. 2018
0

J'ai connu des cas ou l'extincteur a servi à éteindre un feu de cuisine, à tort ou a raison... Pour un incendie plus important, jamais.

Je connais aussi deux cas de voiliers ou l'équipage s'est réfugié sur le bib pour des fausses alertes... Un des cas est relaté sur mon blog.

28 juil. 2018
0

Pour avoir fait l’expérience malheureusement cet hiver ceinture+prête s’il dit+airbag sont ultra efficaces
A part des brûlures sur l’anorak rien alors que la voiture qui hait 5000km est partie à la casse
Bref les discours de je sais tout sur la ceinture qui serait dangeureuse=pffff

L’arbag se dégonfle en quelques secondes la ceinture se détache sans problème

Si les raisonnements sont les mêmes pour le bib...

27 juil. 201827 juil. 2018
2

"Viking explique qu'un élément de sécurité que représente une survie devrait être efficace à 100%, ce qui n'est pas le cas."

il n'explique rien... il lance des affirmation infondées et fausses.
La ceinture de sécurité pas plus que les air bag ne sont efficaces à 100% ! dans certains cas, ils provoquent même des "drames"; selon les experts de HEO il faudrait donc les interdire ? ? ?

"un élément de sécurité doit diminuer la mortalité"

exactement ce que fait le BIB : delon "Viking", le BIB sauve des vies 3 fois plus souvent que l'erreur d'utilisation ne provoque des "drames".

27 juil. 2018
0

Lesquelles ? Que les normes de sécurité n'ont pas évolué depuis un demi siècle, par exemple

pour le reste, les chiffres que tu sors de ton chapeau sont incohérents, très mal interprétés, et ne prouvent rien.

27 juil. 2018
0

Le Bib devrait être obligatoirement positionné avec un système de largage aisé à déclencher sans avoir à déplacer 40kg, à proximité du cockpit, proche du tableau arrière, pour pouvoir être utilisé facilement et permettre l'embarquement. Malheureusement peu de voiliers sont conçus de cette façon, (pour des raisons d'esthétiques et pour ne pas effrayer l'acheteur.?) C'est pas vendeur diront les commerciaux.

27 juil. 201827 juil. 2018
0

Ben si, le mien. Voir plus haut...
Quant à l'annexe, même gonflée, je ne la vois pas rester dans le bon sens bien longtemps dans une mer un peu forte, faut voir déjà comment le bateau se fait bouger. De surcroît, pas de tente, pas de poches de stabilité, aucun système de redressement, je préfère mon bib, même si je le trimbale depuis 40 ans pour rien et même si je dois encore le trimbaler autant, toujours pour rien.
Et je ne saurais trop vous conseiller la lecture du livre de G.Bruce Knecht: "La mer ne ment jamais" Sydney-Hobart 1998, 115 voiliers au coeur de la tourmente. Instructif.

28 juil. 2018
1

OUUUPPPS......

...... Heureusement, deux se sont déchirés avant que les équipiers embarquent.

belle démonstration... :heu:
annA :famille: :cheri:

28 juil. 2018
0

"les 2 BIB ont été gonflés alors que ce n'était pas encore nécessaire => erreur du skipper "

PPF : Ne compte pas sur moi pour expliquer à Bernard STAMM qu'il a fait une erreur...

Cheminées Poujoulat 60 pieds :
« On nous a demandé d’embarquer dans un « bib » afin de nous éloigner du bateau pour tenter un hélitreuillage. Nous avons tout essayé mais nous restions collés à la coque à cause de la dérive du bateau...

Finalement l’amarre qui nous retenait à notre monocoque a fini par se coincer. Notre radeau s’est éventré et nous avons du l’abandonner »

27 juil. 2018
0

@hoolof : mon bib également. Il est dans un compartiment ad hoc sur la jupe AR, largable en un clin d’œil.
Quant à naviguer avec l'annexe dans les bossoirs : non merci, sauf entre deux mouillages.

27 juil. 2018
0

Tu as raison... Mais depuis 20 ans, de mémoire, je ne me souviens que de trois canots de survie percuté avec de la mer formée. Heureusement, deux se sont déchirés avant que les équipiers embarquent. Le troisième a permis de sauver deux des trois naufragés par 50 noeuds et mer forte.

« Par trois fois, le voilier s’est couché sur l’eau puis s’est redressé. Je me suis vue morte. Le couple de navigateurs décide alors d’abandonner le Seychelles III en préparant le radeau de survie. Arraché par une lame… »

Quand à ceux qui ont percuté le bib lors du Fastnet 1979, on connait la catastrophe pour leurs utilisateurs.

28 juil. 2018
0

euh... qu'est-ce qui a été "démontré" , exactement ?

c'est l'adverbe utilisé qui apporte une démonstration ?
sinon, on peut déduire :
que les 2 BIB ont été gonflés alors que ce n'était pas encore nécessaire => erreur du skipper
qu'il faut prendre des précautions lorsqu'on le percute, par exemple qu'il ne puisse pas être crevé ni arraché => erreurs du skipper

que donc il faudrait imposer aux skippers de faire un stage "survie" avant de prendre la mer.

quoi d'autre ?

27 juil. 201827 juil. 2018
2

Le sujet devrait être plus vaste - la sécurité.
.
A mon sens le vrai progrès sécurité c'est la communication.
Je vais donner 2 exemples.
.
1° Absence de communication:
petit bateau, voile légère, etc .. seul sur l'eau en hiver, fin de journée la nuit tombe vite, il fait froid.
Pas de moyen de communication a bord (ce n'est pas obligatoire), pas de vivre, pas d'eau.
Une avarie - panne moteur, démâtage, ....
Le vent porte au large, ou sur une cote rocheuse brassé par les vagues.
C'est un cas hyper simple mais ou le risque me semble maximum. Car l'incident ne sera ni connu ni positionné.
Et 1 nuit dehors en hiver, mal équipé, ça peut tuer.
Et faire cote dans les rochers et les rouleaux, ça peut tuer.
.
.
2° avec communication
voilier habitable
VHF ASN, GPS, balise, ..
Dématage --> attention probablement plus de VHF avoir une antenne de secours (ou balise).
.
EN cas d'avarie, on peut la signaler en temps réel et la positionner en temps réel, dans la grande majorité des cas, on peut poursuivre le positionnement et la communication durant l'arrivée des secours.
.
Pour en revenir au bib, qui rappelons le n'est obligatoire aujourd'hui qu'a plus de 6 Nm d'un abris.
Selon moi le risque de se retrouver à la flotte n'est pas plus important a 7 Nm qu'a 4 Nm des côtes.
.
Avant que l'avarie devienne naufrage, et avant que le naufrage devienne noyade ou hypothermie il y a du temps.
Ce qui va changer du tout au tout les conséquences d'une avarie, c'est le temps d'interventions des secours.
Hors pour que les secours puissent être rapide, encore eu t il fallu pouvoir les prevenirs.
.
A titre d'exemple Pour les anciens du temps ou les revues bateaux, V&V étaient lisables, il y a eu moultes récits de naufrage occasionnant des morts : je pense au maldives retourné entre les anglos et Granville - ou l'attente pendant plus d'une journée accroché sur un bateau retourné a tué. (de mémoire 36 h).
Je pense a un plaisancier qui a dérivé plusieurs jours dans son bib avant de faire côte du côté de la Rochelle
etc ...
je pense au semi rigide retourné au roches d'ouvres il y a quelques années.
Dans tout ces cas l'attente a tué.
Avec un moyen de positionnement et communication des vies auraient été sauvé.
.

27 juil. 2018
0

Je te rejoins sur l'ensemble des points mais certains viendront t'expliquer ici que ça coute de l'argent et que "ma tante en 1972 naviguait sans etc..."

27 juil. 2018
1

Dans le cas du plaisancier qui fit côte à bord de son bib à Aytré, près de La Rochelle, il s'agit du cas de "Pousse Rapière 2" si je me souviens bien, pris dans le mauvais temps. Le skipper et son épouse furent envoyés par dessus bord, au bout de leur longe réglée trop longue en l'espèce. La seconde fois, le mari réussit à remonter à bord mais pas son épouse qui mourut accrochée le long du bord. Finalement, le mari embarqua dans la survie qui s'échoua sur la plage d'Aytré. Le bateau ne fut jamais retrouvé, mais l'homme survécut grâce à sa survie.
Quant au Maldives, c'était entre Guernesey et St Malo, bateau de location qu'il fallait rendre à temps malgré une météo détestable. Barreur seul dans le cockpit, les autres s'étant réfugiés dans le carré. Premier enfournement de l'étrave sous le vent, le barreur tenta d'alerter ses équipiers pour choquer l'é&coute de GV hors de portée pour lui. Personne ne l'entendit et le second enfournement fut fatal. Une équipière noyée sous le trampoline et les autres à cheval sur les coque. Certains lâchèrent prise. Finalement, aux abords de Jersey après plus de 24 heures, un avion largua une chaîne de sauvetage... sous le vent et un équipier tenta de la rejoindre à la nage. Seuls deux survécurent sur 6. Pas d'évocation d'une survie. Faute de communication, l'alerte fut donnée tardivement, peut être par le loueur qui ne vit pas le bateau revenir.

27 juil. 2018
0

@Viking 35.
Ta conclusion est un peu rapide lorsque tu indiques que "une survie n'aurait été d'aucune utilité dans ce cas précis"!!!

Au lieu de tenter de tenir à califourchon sur les coques du Maldives retourné, on peut raisonnablement penser que l'équipage aurait mieux résisté dans un bib!

Je me souviens que le dernier disparu a tenté de rejoindre la chaine (un chapelet de plusieurs radeaux de sauvetage) largué sous le vent du cata retourné et non de rejoindre un canot SNSM (plutôt la RNLI dans ce secteur) en vue, ce qui n'aurait eu aucun sens!

28 juil. 2018
0

Je me demande ce qui est le plus enviable ; à 6 dans un bib ou 4 à la morgue .

27 juil. 2018
0

Je crois que cette aventure tragique a duré quelque 36 heures, mais les recherches ne furent certainement lancées que tardivement, probablement lorsque le loueur a constaté que le cata n'était pas rentré. Les recherches n'ont donc probablement pas duré 36 ou 48 heures. J'ai encore bien en mémoire cet accident survenu dans un secteur où je naviguais assez souvent à cette époque et qui m'avait marqué, mais certains détails m'échappent.

27 juil. 2018
1

1 Pousse Rapière était un Impensable ( proto du First 30 )

2 Le Maldive a chaviré sur une zone de hauts fonds, habituellement déferlants, situé entre la Nord Ouest et la sud-ouest Minquiers. La météo était mauvaise, mais pas exceptionnellement dure. Vent 30 noeuds avec rafales mais de sud. Ce qui est le pire pour effectuer Guernesey / St Malo. Il a été retrouvé au large de Roche Douvres .

A noter que le dernier disparu s'est noyé en étant impatient de vouloir rejoindre le canot SNSM qui était en vue. Une survie n'aurait été d'aucune utilté dans ce cas précis.

27 juil. 2018
0

On peut effectivement le penser .
Le mieux dans ce cas aurait été d'amarrer ( mais comment ?) le bib entre les coques. Parce qu'à 6 dans un bib avec 30/35 noeuds, cela ne doit pas être enviable non plus.

27 juil. 2018
0

Ecumeur: A l'époque, je fréquentais régulièrement les canotiers de St Malo. L'un d'entre eux m'avait indiqué ce que j'ai écrit. Mais compte tenu de l'incompétence notoire de certains, il est possible que ta version soit la bonne.

A l'époque, le canot de la RNLI avait été envoyé patrouiller dans la Déroute ! Il est totalement anormal qu'il ait fallu 36 ou 48 h pour retrouver un catamaran dans un rectangle probable de 30 milles.

27 juil. 2018
1

Je suis ok avec Fanchsf, il faudrait rajouter une longue liste d'équipement qui améliorent la sécurité, pouvoir faire route à la voile dans le mauvais temps pour se déhaler d'une cote (panne moteur ou trop de mer pour naviguer au moteur), trinquette & tourmentin sur étai largable, accastillage bien dimensionne, pas des winchs de 40 comme on voit sur des voiliers de 12m par exemple, lignes de vie solidement installées, attaches dans le cockpit, en cas de brume AIS et Radar, balise individuelle pour les équipiers de quart la nuit, et bien d'autres choses.

27 juil. 2018
0

On est déjà sur le stade d'après ;)

28 juil. 201828 juil. 2018
0

@Domde,

je ne suis pas fan des règlements, mais je dois noter que les évolutions réglementaires de ces dernières années vont dans le bon sens.

Suppression des fusées si VHF,
Balise obligatoire en hauturier
etc ...

Le Bib deviendrait obligatoire en dehors des eaux territoriales (12 Nm) ça serait bien mieux, et a mon sens la réglementation Française serait très bien.

Que je doive l'avoir a bord quand je traverse le golf de gasgogne ou monte en irlande pourquoi pas.
Mais quand je vais pécher avec mon semi rigide sur un plateau a 8 ou 10 Nm la c'est excessif.

27 juil. 2018
0

Un peu comme les canots de la SNSM, mais avec un mât, quoi.

27 juil. 2018
0

QUI EN SAIT PLUS sur ce voilier?
De quel type ?
Etait il en solitaire?

27 juil. 201816 juin 2020
0

communiqué de la PréMar sur twitter :
twitter.com[...]emarmed
pas d'autre info

27 juil. 2018
0

Comme presque toujours, peu d'informations précises sure voilier. On sait en tout cas qu'il était en solitaire.

C'est étonnant le nombre de voiliers en solitaire qui coulent , toujours en Méditterranée.

karibario.blogspot.com[...]es.html

28 juil. 2018
0

Je ne suis pas reponsable du fait qu'il y ai peu de voiliers de série qui coulent à moins de 200 milles des côtes françaises. Et je suis sur que ta grande mansuétude me pardonnera de ne pas mentionner les exemples ou je manque sérieusement de précisions.

Dans tes références, hotelières je suppose, je note qu'il y a 20 fois plus de nuitées en Méd qu'en Manche et 3 fois plus en Atlantique. Mais quel est le rapport avec la navigation à la voile ?

Quand aux exemples que je donne ,tu avais noté qu'il concerne pas les 7 dernières années. Je peux en ajouter un ou deux autres.

Bien sûr, tu pourras toujours me reprocher que je ne sais pas su chercher...

Evidemment , tu avais noté que mes documents n'avaient pas été mis à jour depuis 7 années.

28 juil. 201828 juil. 2018
2

"C'est étonnant le nombre de voiliers en solitaire qui coulent , toujours en Méditterranée."

Ah bon ? "TOUJOURS" ? vraiment ? ? ?

Sur cette page citée en référence ultime, je relève pourtant :
- 1 bateau coulé en Bretagne
- 1 bateau coulé en Manche
- 2 bateaux coulés en Méditerranée.

et encore faudrait il, pour que cela ait un minimum de sens (ce qui vu la taille des échantillons, est quasiment impossible), rapporter cela à l'activité locale (mesurée en nuitées, par exemple, la répartition est 58% en Méd, 19% en Bretagne, 3% en Manche).

28 juil. 201828 juil. 2018
2

"Je ne suis pas reponsable du fait qu'il y ai peu de voiliers de série qui coulent à moins de 200 milles des côtes françaises"

non, mais tu es responsable des affirmations que tu en tires et publies.

Je répondais à l'affirmation

"C'est étonnant le nombre de voiliers en solitaire qui coulent , toujours en Méditterannée."

en démontrant qu'elle était fausse en m'appuyant qui plus est sur le site dont tu fais régulièrement la promotion . Affirmation évidemment fausse, comme à peu près toutes celles que tu assènes (exemple : aucune évolution dans la sécurité depuis 1975 ).

Je ne consteste pas tes chiffres (pas les moyens ni l'envie ni le temps), mais les conclusions que tu en tires et que tu présentes comme vérités fondamentales : "les voiliers qui coulent en solitaires sont toujours en Méditerranée", ou encore "les BIB tuent presque autant qu'ils ne sauvent".

Quant à ma référence, je m'étonne que tu ne la connaisses pas, toi qui te présentes comme LE spécialiste des accidents en plaisance : tu n'as donc jamais eu l'idée de visiter le site du ministère ? ? ?
Il s'agit du nombre total de nuitées dans les ports -en 2015-, évidemment en escale, et hors contrats permanents.

27 juil. 2018
2

@Viking. Tres interressants ton blog et ton experience...
Tu penses à des problemes de veille et de collision?

27 juil. 2018
2

Sur ce cas précis, je me garderais bien d'effectuer la moindre supposition. mais force m'est de constater des constantes.

Les rares voiliers qui coulent le font majoritairement :
- En solitaire,
- En Méditerranée
- Par beau temps.

En équipage et en croisière, je crois ne me souvenir que d'un Arpège après talonnage, il y a 30 ou 40 ans !

27 juil. 2018
0

heu, il y en a aussi pendant qu'ils font la transat dans l'Atlantique.....

28 juil. 2018
2

Je vais en tirer une conclusion à la Viking35; le pastaga est la cause principale des naufrages en Méditerranée.

27 juil. 2018
0

A chaque fois, j'oublie de préciser que je ne m'intéresse qu'aux zones de navigation fréquentées par 95 %, au moins, des plaisanciers.

C'est à dire à moins de 200 milles des côtes.

C'est pourquoi, je pense aussi que le canot de survie garde son utilité au large.

28 juil. 2018
3

SVP, d'où sortent ce 95% et ces 200 milles? C'est fatiguant, à la longue ces chiffres balancés sans sources ni explication de la méthode employée ce qui devrait être pourtant le cas pour toute analyse statistique. Presqu'aussi fatiguant que l'auto-promo permanente d'un blog personnel.

Philippe

28 juil. 2018
6

donc, une fois de plus un chiffre sans fondement autre que votre conviction personnelle. Quant à l'auto-référencement (t'as qu'à lire mon blog), c'est simplement la méthode la moins scientifique que je connaisse.

28 juil. 2018
1

Les 95 % sont à la la louche, je pense même que c'est plus que cela. Qui a navigué plusieurs fois à plus de 200 milles?
Si tu avais lu le blog, tu connaitrais l'explication des 200 milles.

Personne n'a d' obligation de le lire mais, dans ce cas , on ne pose pas de questions.

28 juil. 2018
0

Plus de 200 milles des cotes c les acores ou les canaries, une toute petite portion des plaisanciers et la Bib de rigueur en esperant qu il se gonfle

27 juil. 2018
0

Un moyen d'améliorer le temps de survie dans l'eau avec la brassière: la capuche à rabattre sur le visage.
Ainsi les vagues sont arrêtées avant de frapper la tête.

28 juil. 2018
0

la cause du naufrage est elle connue ?

28 juil. 2018
0

Je ne savais pas que "le blog" que tu citais Viking était une source fiable et surtout complète...
C'est comme se fier aux ragots de comptoir ou le fameux "l'ami d'un ami"...

Quitte à être dans le déni du bienfondé du BIB, soit au moins factuel ;)

28 juil. 2018
0

A mon avis, enfin j'espère, les compagnie ies d'assurance doivent avoir des chiffres fiables et les causes liées aux accidents conuues (à minima)...

28 juil. 2018
0

"soit au moins factuel".
Justement, les chiffres que j'indique repose sur des faits. Je suis preneur d'informations fiables, si tu en connais...

Pour information, je ne répondrais plus à partir de demain pour cause de navigation.

28 juil. 2018
0

encore une fois, ce ne sont pas les chiffres qui sont contestés.

Mais le "constat" que tu en tires et que tu publies comme LA vérité absolue, la preuve se trouvant dans ton blog ...
ces chiffres montrent d'ailleurs le contraire de ce que tu affirmes !

Par exemple, quand tu affirmes que les navires coulés en solo le sont "TOUJOURS" en Méditerranée...
ou encore
"les bibs sauvent à peine plus d'utilisateurs qu'ils ne causent des décès sur des voiliers"
en n'hésitant pas à dire que : "On le sait depuis 40 ans"

28 juil. 2018
0

se baser sur ce qui s'est passé il y a 40 ans pour justifier de la pseudo dangerosité des BIB, fallait oser !
mais bon, on peut le constater : tu oses...

29 juil. 2018
0

Bonjour,

La question et bien évidemment légitime.

Je suis pas un spécialiste mais il me semble difficile de nier que les tissus, les colles, les techniques d'assemblage, etc. ont bien évolués en 40 ans.

Il doit bien y avoir quelques héonautes qui ont des archives de revues nautiques. En recherchant des essais ou même simplement des publicités de radeaux d'il y a 40 ans et de maintenant, nous aurions peut être un début de réponse.

Philippe

28 juil. 2018
0

En med ils coulent par beau temps et pres des cotes, ailleurs je sais paq

28 juil. 2018
0

Je fais amende honorable, je n'aurais pas du écrire 40 ans mais 39 . J'en suis désolé...

Lors du Fastnet 1979 :
« Sur les quinze radeaux utilisés trois ne se sont pas gonflés normalement, cinq ont chaviré, un s’est complètement désintégré. Il est clair que les radeaux de survie n’ont pas été capables d’offrir la sécurité que l’on attendait d’eux.
LES VOILIERS AUXQUELS APPARTENAIENT LES VICTIMES ONT TOUS ETE RETROUVES PAR LA SUITE et remorqués »

Rapport officiel du RORC.

29 juil. 2018
0

Les radeaux sont ils meilleurs ou moins mauvais maintenant ?

28 juil. 201828 juil. 2018
0

Les informations fiables sont dans les rapports d'activité des services concernés. Certes il est sans doute regrettable qu'ils ne soient pas tous publiés mais ils sont tous disponibles. Il suffit de les demander. L'avez vous fait ? J'en doute (mais comme je le dis tout le temps, perso n'est pas dico). Pour information, vous avez un outil à votre disposition en cas de refus , la CADA.

28 juil. 2018
0

si j'étais obsédé par la question ou thésard en mal d'information, je me poserai simplement les questions :
- quels sont les services de l'état pouvant s'intéresser aux accidents en mer ? MRCC ? Intérieur ? Mer ? Littoral ? Santé ?
- quels autres organismes peuvent s'y intérresser ? Assurances ? Industries Nautiques ?

Pour les premiers, une demande par écrit avec éventuellement recours à la CADA en cas de refus. Pour les seconds.. votre Directeur de Thèse doit pouvoir vous aider à ouvrir les portes.

Après, compilation des données, recollement puis moulinette. That's all folk.

28 juil. 2018
0

Je vous remercie de m'indiquer quels services collecte les données des accidents concernant les voiliers . Pour ma part, je n'en ai pas trouvé il y a une dizaine d'années.

28 juil. 201828 juil. 2018
0

"Pour information, je ne répondrais plus à partir de demain pour cause de navigation." Alons, allons en navigation côtière, ne tentez pas de nous faire croire que vous n'avez pas accès à la 4G :langue2:

28 juil. 2018
2

Le facteur déterminant dans le succès de ce sauvetage est d'abord le comportement des deux plaisanciers (le sauvé et le sauveteur) et la maîtrise dont ils semblent avoir fait preuve. Récupérer quelqu'un la nuit n'a rien d'évident. Beaucoup d'échecs et de drames ne tiennent pas au fait que la survie ne s'est pas gonflée mais ils sont la conséquence de mauvaises anticipations suivies de mauvaises décisions tout cela sur un fond d'angoisse bien compréhensible.
A ce propos, je recommande absolument les simulations préalables. La SNSM en avait organisée une cet été. Nous étions une dizaine alors qu'il doit y avoir 5 à 6000 bateaux dans la rade.
Dans ces conditions de sous information parler des avantages ou des inconvenients d'un bib est aussi passionnant qu'une discussion sur le sexe des anges.

28 juil. 2018
1

@ viking35: La sécu' ce n'est pas des stat' mais du bon sens.
C'est beau les certitudes! Seulement quand vous rencontrez des "flèches " dans le métier, vous vous apercevez vite que c'est toujours le doute qui prévaut.
Pour le bib c'est déjà le percuter, être capable de le retourner, d'embarquer et d'organiser la survie.

28 juil. 201828 juil. 2018
4

pour avoir coulé il y q mois , je prendrais au prochain départ plus de fusèes parachutes , celle a main on toute foiré .... ne pas oublier la VHF étanche portable , qui est fort utile pour communiquer avec le sauveteur ( nous ce fut un cargo )
On avait un bidon étanche ou au feutre tout était indiqué en cas d évacuation , papier , argent , vhf , tel sat . d autre fusée etc ...

28 juil. 2018
0

N'oublie pas que tu as le droit à Deux passeports un exemplaire pourrait être dans une poche étanche dans la survie.
La tester et faire l'inventaire, le compléter si besoin est, et la reconditionner chez le concessionnaire est une bonne idée pour qui va loin.

29 juil. 2018
0

Perso en navigation j'ai toujours un conteneur en plastic étanche comprends : une bouteille d'eau , mon GSM dans une pochette étanche ( celle que j'utilise sur mon DART ) , mon iridium 9555, mon passeport et ma balise PLB1 . ce conteneur est à poste près de la descente . En plus une VHF étanche et flottante à la table à carte

29 juil. 2018
0

Ca me fait me rappeler que pour passer mon permis de travail en chantier en Angleterre, il fallait se souvenir des différents types d'extincteurs. Vert, blanc, ou noir, me souviens plus trop. Et de leur utilisation en cas d'incendie de combustion "normal" ou bien chimique, électrique, etc.
On a lesquels dans nos bateau ?

29 juil. 2018
3

dans la mar mar du moins celle sous rif les exercises de securitè sont plus que reguliers
en plaisançe perso en cas de gros pepin je resterais sur le bateau jusqu'à la derniere extremitè ! apres une balise gps informera immediatement les autoritès competentes,tout le monde sera informè cargos plus ou moins proche etc apres une combinaison de survie est un plus mais on est salement engonçè et malhabile ,pour la survie si elle a ete correctement revisèe je vois pas pourquoi elle ne s'ouvrirerait pas! mais tout ça n'est que de la theorie de clavier! un sinistre est toujours imprevisible vous pouvez etre blessè,brulè, inconscient,ejectè,,bloquè à l'interieur tout est question de circonstances",mais le pire n'est jamais sure"

29 juil. 201829 juil. 2018
2

Tu as d'autant plus raison que, devant une urgence imminente, les réactions sont totalement imprévisibles : des mimiles à biscootos tatoués peuvent fondre en larme alors que des lavettes dégonflées peuvent être héroïques.

Pire, des héros devant certains événements peuvent être tétanisés devant d'autres.

Prévoir le matériel pourquoi pas mais prévoir le bonhomme, c'est une autre affaire.

29 juil. 2018
0

c'est une conclusion tout à fait realiste, l'important c'est de faire de son mieux! apres........

29 juil. 2018
0

quoi qu'on en dise on un même sinistre a beaucoup plus de chance d'avoir une fin heureuse en 2018 qu'en 1988.
Et cela pas grâce au Bib, pas grâce aux héros, mais uniquement car en 2018 on sait se positionner et communiquer.

29 juil. 2018
0

J'aimerai bien savoir ce qui a été la cause de la voie d'eau.
Qu'est-ce qui peut causer une voie tellement importante que l'on ne puisse l'aveugler ?
Ca ne peut pas être une sonde qui fuit, ni un presse-étoupe faiblard, ni une vanne cassée. Je ne vois que deux causes possibles :
- une collision ayant entraînée un trou dans la coque
- une collision sur un appendice (quille, dérive, safran) engendrant engendrant une rupture de la coque

Ou alors une voie d'eau de type vanne qui casse, mais située à un endroit inaccessible.

29 juil. 2018
0

Et mayday tardif

29 juil. 2018
0

Il est parfois difficile de localiser une voie d'eau.
Imaginons quelques centaines de litres d'eau dans les fonds qui se baladent au gré des mouvements du bateau. Trouver la voie d'eau, même si elle est accessible, n'est pas évident.

01 août 2018
0

En solo et s'il ne constate la voie d'eau que quand les planchers sont soulevés; j'imagine qu'il est déjà pas mal en difficulté.
Il faut un moyen automatique de pompage qui débite suffisamment pour avaler plus que la fuite .. sinon pas le temps de faire beaucoup de recherches avant que les batteries ne soient noyées..

29 juil. 201829 juil. 2018
0

J'ai essayé de chercher des infos tous azimuts (journaux, midi libre :-) , FR3...)
Temps calme.
Il semblerait que le voilier ait coulé très rapidement à cause d'une grosse ouverture dans la coque. -> On pourrait supposer une collision, à priori...
Container, cétacé qui roupille, sans oublier les "trafics en tous genres" y compris pêcheurs "à la morale douteuse"; c'est pas ce qui manque dans la zone...

29 juil. 2018
0

Celui qui le sait forcément, c'est LOUSTIC !
Personne ne le connaît ici ?

29 juil. 2018
1

Loustic est arrivé alors que le bateau avait coule

29 juil. 2018
1

Oui, mais ils ont peut-être causé un peu en attendant l'hélico ?

29 juil. 2018
0

A lire ces derniers post, !!!!! Ca me rappelle un film magnifique avec Jacques Brel en instit "Les Risques du Métier" j'avais moins de rides à l'époque..... :tesur:
La suspicion à de bôô jours devant elle :heu:
annA :acheval:

29 juil. 201829 juil. 2018
0

ah ! Superbe film tiré d'un roman de Josette et Jean Cornec, hussards rouges de la République en poste à Plougastel Daoulas ;-)

J'y ai beaucoup pensé ces derniers mois dans un tout autre registre. You too ?

Mais, on séloigne, on séloigne..

Philippe

29 juil. 2018
0

@annaA.bis. On fait des hypotheses... :alavotre:

29 juil. 2018
0

Pourquoi, t'aimes pas le film :reflechi:
:cheri: annA

29 juil. 2018
0

Ah quel moment ais-je laissé penser que je n'aime pas le film ? même s'il est aujourd'hui "daté", ça reste un chef-d'oeuvre qui, AMHA, devrait être (re)diffusé plus souvent et faire partie du cursus en IUFM.

29 juil. 2018
0

Excuses moi Phil_972, je répondais à "Ptimousse" :heu:
annA ;-)

29 juil. 2018
1

Qui se souvient des annexes classe V c'était une "Avon" qui me servit près de 15 ans comme telle, je la faisait réviser chaque année, mais en traversée elle était déjà à moitié gonflée brêlée en pied de mat, bouteilles de co², sac de survie en place en place j'étais donc sur de pouvoir l'avoir gonflée au cas ou ......
Le Bib qui suivi toujours révisé, en fin de carrière fut essayé en vain ...
le suivant je ne sais pas ce qu'il donnerait 'l'age m'ayant fait vendre le bateau
Mais je crois que je n'aurait quitté mon voilier qu'en cas d'incendie, ou de coque prête à couler les winchs de mat sous l'eau....
En plus de 30 ans les révisions m’ont coûtées pas mal...

29 juil. 2018
0

Temoignage edifiant, il y a aussi la qualité des revisions sur lesquelles il a deja été ecrit

Si les survies etaient 100 % fiables il n y aurait pas ce fil

31 juil. 2018
0

les causes du naufrages sont elles connues ?

01 août 2018
0

S'agit t'il d'un voilier RM 12.70 ?
www.hisse-et-oh.com[...]m-12-70

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (22)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021