Un "floréal 38",ca vous évoque quelquechose ?

Bonjour à toutes et à tous,

J'ai repéré l'annonce d'un voilier qui serait un "floréal 38". D'après ce que j'en sais, il aurait une quille pivotante façon "Damien 2" et serait gréé en sloop.

Auriez-vous quelques infos sur le dit Floréal? Quel architecte? Est-ce un bon bateau ou bien un sous-marin camouflé? Toutes les contributions sont les bienvenues!

Au passage, j'envoie mon "bonjour" au Batelier de la vodka (qui m'hébergea jadis à bord de son Hachélème) et a Django, le roi de la mécanique ;)

-- Goerges

L'équipage
06 sept. 2006
06 sept. 2006
0

J'ajoute ...
... que son propriétaire m'a dit que la coque étant en "acier navabord" ... A l'instant, ça ne m'en dit pas plus que ça, mais peut-être cette info. vous inspirera-t-elle ? :)

06 sept. 2006
0

Plan de Noël Carrère
Navabord : acier dur dont la couche d'oxyde est "protectrice".

Bateau très rare surtout en quille relevable, mais de bonne réputation.

06 sept. 2006
0

Carrère
Noël Carrère a dessiné également la série des Iris (31, 33) construits par Dujardin puis il a subitement disparu de la circulation.

L'acier Navabord est censé avoir une meilleure tenue à la corrosion. Le chantier Dujardin en était spécialiste, il a même construit les premiers Atlantis (plans Caroff) en acier Navabord.

Sur une annonce Internet, j'ai repéré un Iris 33 en acier navabord construit par Dujardin avec des toles de 2,5 mm, ce qui me semble quand même assez léger...

06 sept. 2006
0

A propos de la quille relevable (et de l'acier) ...
Dans "La V'limeuse", Carl se plaint pas mal de cette quille pivotante. Il y dit que bouger 3 tonnes de lest sur un bateau qui navigue n'est pas nécessairement rassurant, et que ca déplace le centre de gravité. Vous en pensez quoi?

Quand à cette acier, nécessite-t-il un traitement particulier ou bien une remise "à neuf" de la coque peut-elle passer par un sablage suivi des couches de peinture "classiques" ?

06 sept. 2006
0

OM
la goelette du chevulu corse avait ce principe. Ce n'est absolument pas fait pour naviguer avec, mais seulement pour accéder à des mouillages en eaux peu profonde.

06 sept. 2006
0

A propos de l'architecte Noel Carrere ...
Je ne trouve presque aucune litterature "Internet" a propos de cette architecte, savez-vous où se cacherait de la doc. à son sujet ?

06 sept. 2006
0

l'architecte Noel Carrere
il y a un article sur lui dans le HS n°19 de loisirs nautiques sur les architectes
ça date de 1985

alain

17 avr. 2007
0

floreal 38 "ar Theven"
salut Captain
j'ai été le captain du Floreal 38 N°13 de la serie; archi Carrere, Chantier Naval du Bon Port à Crique boeuf sur Seine.
C'est du bon canot, du moins pour le breton que je suis. depuis Toulon jusqu'aux Grands Lacs en deux ans , il ne m'a jamais trahi, mm ds le froid et les glaces;
si tu veux des précisions photos etc mail me;Je l'ai revu au Marin Martnik il y a peu; snif mon bateau. du costaud pour aller loin, manque un peu de volume sur le nez , question descentes de vagues en gros temps, sinon c'est mon seul vrai amour de bateau, j'aurais du mal à etre objectif...
un ptit coucou aux Larose qui me l'ont vendu en 99 . :-p
HUGUES MARIE MORGANE DAMIEN, l'equipage
f38 autour de 30 à 40M euros environ

22 mai 2007
0

A propos du Floreal 38
Bonjour à tous,
Si je peux être utile: non je n'ai pas disparu mais me suis consacré essentiellement aux travaux pour l'industrie, les bateaux ne représentant qu'un plaisir de création pour moi... J'ai perdu peu à peu confiance dans le chantier qui construisait mes bateaux et cela s'est terminé de façon très tendue. Je n'ai donc plus fait de pub pour des gens qui profitaient de mes travaux et envoyaient mes études et les clients à d'autres qui vendaient forcément moins cher des tonnes de plans... Peu importe, les F38 comme les IRIS33, au moins pour les premiers construits étaient de bons bateaux. Ils supportent encore la comparaison avec n'importe quelle création métallique actuelle...
Je n'ai plus les dossiers en ma possession mais si je peux aider par qqs conseils ce sera avec plaisir:
1 - L'acier dit NAVABORD (dénomination commerciale dont le chantier m'a interdit l'exclusivité par voie judiciaire!) est un acier à limite élastique un peu plus élevée que l'acier ordinaire habituellement utilisé. gain de rigidité, de poids et donc de perf. pour tout le bateau. Fonds et bordés en 4mm, bordés sup en 3 mm et pont en 2,5 mm.
2 - Le fait qu'il soit galvanisé est un avantage de protection contre la corrosion à la construction si les soudures sont bien reprises ensuite mais au bout de 20 ou 25 ans, il faut voir comment la beatau a été entretenu pour juger de la nécessité d'un sablage et zingage.
3 - Si vous en trouvez un à vendre pas trop cher, je suis preneur!!!
Bien cordialement
N. Carrère

25 déc. 2010
0

réparations en "navabord"
Bonjour,
j'étudie de près un floréal 38 à la vente en ce moment, et je voudrais savoir si quelqu'un a déja réparer la coque de ce type de bateau réalisé pa M. Carrère ? L'acier navabord se soude t il de la même façon qu'un traditionnel ? Est il compatible avec celui-ci ? Où peut on s'en procurer??
merci à vous, possesseurs de ce type de bateau, pour me répondre.
Cordialement?
Jefferson.

11 nov. 2007
0

A L ATTENTION DE NOEL CARRERE ARCHITECTE NAVAL
JE SUIS L HEUREUX PROPRIETAIRE D UN FLOREAL 38 DESSINE PAR VOS SOINS CONSTRUIT PAR DUJARDIN ET AMENAGE PAR RAMEAU DONT JE SUIS TRES SATISFAIT
IL N EST MALHEUREUSEMENT PAS A VENDRE MAIS J AI UNE QUESTION A VS SOUMETTRE JE VOUDRAI POSER DEUX PETITS HUBLOTS OUVRANTS SUR LES PLEXIBLES LATERAUX DU ROOF UN COTE CUISINE UN COTE TABLE A CARTE MAIS LES PANNEAUX DE 18 MM BOULONNES SERRES
APPARTIENNENT A LA RIGIDITE DU ROOF CETTE OPERATION EST ELLE ENVISAGEABLE SANS QUE LES PLEXIS NE SE DETERIORENT OU DOIS JE ABANDONNE CETTE IDEE
Y A T IL UNE LIMITE A LA TAILLE DES HUBLOTS
LA DIMENSION CHOISIE SERAIT APPROXIMATIVEMENT DE 10 X 20 CM

LE VOILIER EST EQUIPE D UN REGULATEUR D ALLURE ROYAL PERFECK DOUBLE MASTER QUI DONNE DES RESULTATS TRES DECEVANTS LE BATEAU NE REVIENT PAS SUR SON CAP AU LOF SAUF A DEBORDER FORTEMENT LA GRAND VOILE PEUT ETRE AURIEZ VOUS UNE SUGGESTION A ME SOUMETTRE

CORDIALEMENT
M. PELOUS

15 sept. 2008
0

voilier Iris 33
Danton est un Iris 33 de 1995 en parfait état il est à vendre .
Je connais trés bien ce bateau , son état est proche du neuf sans surprise .contacter moi par mail je vous donnerai le N° de tel .

29 avr. 2009
0

Double safran sur une coque de F38 avec quille relevable
Nous envisageons d'adapter un double safran sur une coque de F38 avec quille relevable. M. Carrère, vous qui êtes l'architecte de ce bateau, et tous ceux qui auraient un avis sur la question, qu'en pensez-vous ? Merci de vos réponses

29 juin 2009
0

floréal 38 ex
:-)Gavroche 1 ,le 001 de la serie .
depuis plus de 20ans je profite plainement de ce tres beau voilier ,merci NOEL.
quand à la quille pivotante, R A S ,dés le depart j'ai monté des vérins ,et depuis rien a dire .

23 avr. 201123 avr. 2011
0

Bonjour Mr Carrère,
Pouvez vous m'indiquer où je peux me fournir en acier E390D Navabord ainsi que la référence des baguettes de soudure. Faites vous les expertises de bateau?
En vous remerciant, salutations marines.

29 juin 2009
0

Je n'ai pas vu passer ce fil...
J'ai acheté à l'époque les plans du Floréal à Noël Carrère pour faire construire la coque dans un chantier, à ma charge de réaliser les finitions... mais cela ne s'est pas fait, le chantier de l'époque ayant omit de me signaler qu'il était en redressement judiciaire, je n'ai pas signé !

Cette construction aurait peut-être sauvé le chantier, mais j'ai considéré que je n'avais pas les moyens de prendre ce risque...

Juste après, nous avons acquit Tilikum, et les plans du Floréal sont restés au sec dans une cantine dans le grenier de la maison en Bretagne... quelques milliers de francs de l'époque dépensés pour rien, mais il ne m'est même pas venu à l'esprit de les revendre !

Aucuns regrets : le concept du Floréal me plaisait, et Tilikum, bien que totalement différent est un excellent bateau. :-)

_/)

01 sept. 2009
0

afin de comprendre ...
je reprends ce fil afin d' avoir une reponse à ces questions :

si les aciers Navabord sont bien , pourquoi y a t il si peu de bateau de ce type ?

en cas de problème est ce reparable ?

est ce que les aciers Navabord existe toujours ?

J' ai beau lire et relire le LN "special acier/alu/inox de Caroff , je ne vois rien sur le sujet ...Pourquoi ?

et puis enfin , c' est quoi au juste que le Navabord ?

01 sept. 2009
0

Pourquoi ?
... compétences... ? :heu:

_/)

19 sept. 2009
0

Autres réponses
Suite...

6 - Oui, en cas d'urgence (réparation importante) on peut souder n'importe quel morceau de ferraille E24 ou E26 avec une baguette ordinaire sur le E390 mais on n'a que la résistance de l'acier ordinaire...

7 - Oui, il y a une version double safrans d'origine avec la quille relevable.

8 - Tilikum, c'est quel chantier qui était en redressement ?

Cordialement

19 sept. 2009
0

Salut Noel,
C'est trop ancien pour mon neurone survivant : ça date de plus de vingt ans ! Il s'agissait d'un chantier quelque part en Bretagne, j'ai peut-être encore le devis avec la liasse de plans, mais je n'ai pas prévu d'explorer le contenu de mes cantines avant quelques années... lors d'une hypothétique retraite. :heu:

Dommage que le projet n'ai pas abouti : le concept du bateau me plaisait vraiment ! ;-)

_/)

19 sept. 2009
0

Que de questions
Bonsoir,

Il y a longtemps que je n'étais venu voir par ici... Et surprise, il y a plein de questions! Alors allons-y:
1 - NAVABORD = nom commercial imaginé au cours d'une conversation entre le chantier de l'époque CNBP et moi même pour désigner le matériau que j'avais chosi de mettre en oeuvre sur une gamme de nouveaux voiliers métalliques de 33 à 42'. Ce matériau était en fait un acier très ordianire dans l'industrie (E390D) utilisé dans certaines constructions, dans l'automobile, l'industrie lourde etc... Sa résistance limite élastique est supérieure de 60 % à celle d'un acier ordinaire E24 (dit "à ferrer les ânes" chez les mécaniciens) sans pour autant lui faire perdre trop de capacité de déformation avant rupture (gage de sécurité en mer). Il y aurait des aciers bien plus résistants encore mais trop cassants et plus difficiles à mettre en oeuvre. Celui là était le juste compromis résistance/capacité de déformation. Le choix d'utiliser des tôles déjà galvanisées visait surtout à simplifier le sablage et le traitement de la coque pour des constructeurs "amateurs" qui achetaeint les coques nues. Il fallait bien reprendre tout de même les zones de soudures avec un époxy-zinc ce qui au final plaçait ce traitement à égalité de longévité avec un système classique bien réalisé. Par ailleurs, pour obtenir le meilleur compromis poids/rigidité/sécurité, la structure était bien différentes des constructions aciers de l'époque et surtout rapportée et soudée après les tôles de bordé sur un manequin= pas de contrainte additionnelle non maîtrisée due au retrait des soudures... je ne veux pas vous assommer avec un cours de r.d.m. Ce n'est pas l'endroit. mais tout cela était nouveau et j'avais mis 2 ans à concevoir le Floreal 38 pour être bien certain d'atteindre mon objectif sans prendre mes clients pour des cobayes. Je dois tout de même avouer que lorsque j'ai mis à l'eau le premier 38 terminé (le 003 ou 004 je crois, c'était à ETEL), j'avais une sacrée boule à l'estomac! Le soir au retour, j'ai remercié le bon Dieu de m'avoir si bien inspiré!!! C'est peut être con mais vous devez savoir que contrairement à ce que prétendent cette bande d'escrocs incapables qui copient les bennes MARREL et y plantent un poteau dessus, la conception d'un voilier est infiniment plus complexe que celle d'un avion. Et même pour les avions, en s'y mettant à plusieurs on fait encore des bourdes. Alors pour un voilier, un bon ingénieur peut s'aider de toute la science disponible, il n'en reste pas moins seul au moment de faire certains choix et compromis avec une bonne dose de pifomètre et d'expérience sur l'eau, je dirais même de "sensations". Idem pour l'IRIS 33, j'étais inquiet jusqu'au jour où j'ai pu sentir ses réactions en mer et ce moment là vous récompense de toutes les heures et les nuits passées à estimer, calculer, modifier, refaire pour enfin dessiner... Donc au final, le mot NAVABORD désignait un concept matériau/structure plus rigide et plus léger que les constructions acier ou alu de l'époque, à partir d'un métal non utilisé par les architectes navals mais courant dans l'industrie.

2 - COMPETENCES SPECIALES: Oui et non. Souder ces tôles n'a rien de compliqué pour un bon professionnel et ceux du chantier CNBP comme leur contremaître étaient compétents. Toutefois ce serait déconseillé à un pur amateur.

3 - POURQUOI PAS REPANDU:
* J'étais le seul à avoir conçu mes voiliers ainsi. Ensuite, le patron du chantier a fait bénéficier de cette structure d'autres architectes qui ont pu "alléger" leurs créations qui en avaient bien besoin!!! puis diminuer le tarif des plans... J'ai voulu déposer la marque NAVABORD pour protéger un peu mon travail et en conserver l'exclusivité mais le chantier a fait annuler ce dépôt de marque pour pouvoir continuer à utiliser ce terme... Il m'a aussi avoué que faute d'avoir pu acheter certains formats de tôles il en avait employé des plus minces sur certains bateaux... et là je dois avouer que j'ai vu rouge... J'ai tout envoyé balader et n'y ai plus jamais envoyé de client! Quand je pense que le type en question se disait très pieux et donnait sans arrêt des leçons de morale! Aujourd'hui je sais bien que derrière les soutanes on trouve de tout et parfois le pire mais à l'époque j'étais jeune et je voulais encore croire que tout n'était pas pourri dans ce milieu...
* Pour un autre chantier, construire mes bateaux représentait un investissement en stock de tôles (qu'il fallait tout de même commander en grosses quantités), en formation des compagnons à cette nouvelle méthode et en construction des différents gabarits et manequins... Le marché n'était pas suffisant et je n'étais pas disposé à lancer un chantier tout seul.
* N'ayant ni le temps ni les moyens de travailler pour quasiment rien et me faire piller ensuite, j'avais assez de travail dans le domaine industriel pour m'y consacrer. Depuis, j'ai dessiné quelques unités, conseillé quelques clients et chantiers, réalisé pas mal d'expertises mais j'ai surtout conçu, breveté, mis au poiint, produit et vendu de nombreuses installations industrielles. J'ai tour à tour été riche et ruiné, seul et très entouré, connu de nombreux industriels et ingénieurs de génie et je suis aujourd'hui très heureux de mon métier de consultant.
* Lorsque mes enfants seront assez grands, je redessinerai mon bateau = un FLOREAL 42 à quille relevable hydraulique, en acier E390D épaisseurs 2,5 et 3 mm, pont en acier inox 2,5 mm, 8200 kg/12500 kg et pour le reste dans la philosophie du 38 avec quelques améliorations bien entendu...

4 - LA QUILLE HYDRAULIQUE: Oui bien entendu, c'est le seul système fiable et facile à utiliser. Il faut simplement choisir les bons matériaux pour le vérin et les composants. Les moyennageux qui n'ont pas écouté mon avis et ont voulu une quille à relevage par treuil l'ont toujours regretté. Aujourd'hui, je refuserais carrément que l'on équipe une quille ainsi! Il faut dire que l'on pouvait lire et encore aujourd'hui à peu prés tout et n'importe quoi sur les quille relevables et sur les vérins hydrauliques... Par exemple qu'un tel voilier quille relevée était instable. Mais qui serait assez con pour relever son lest en naviguant sous voiles ??

5 - Quant aux autres architectes, ils n'allaient pas me faire de la pub!!! je les ai tous connus ou à peu près. Il y en a pour qui j'ai de l'estime (environ 1/3), et d'autres pour lesquels il vaut mieux que j'évite de m'exprimer. Le malheur est qu'ils trouveront toujours assez de gens peu connaisseurs pour acheter des plans au kg pas cher puis passer la moitié de leur vie à construire un truc qui flottera, auquel il s'attacheront mais qui avec un peu plus de compétences aurait pu avoir de toutes autres performances et qualités... Nous n'avions vraiment pas la même conception du métier: Aucun de mes clients ne peut dire que j'ai perdu du temps à lui apprendre à souder, à monter un moteur, ni à lui dessiner les détails du boulonnage d'un winch sur sa platine... Beaucoup se plaignaient plutôt de ne pas avoir assez de plans de détails mais tous ont eu un bateau au comportement sain et au meilleur compromis possible de l'époque performances/sécurité/agrément.
Dans ma carrière, j'ai conçu, inventé, commercialisé plein de choses en méca*** ou *ique ou **tronique souvent pour l'industrie lourde et la sidérurgie et c'est toujours ma passion. Mais les voiliers représentent l'objet à la fois le plus intuitif et le plus proche du vivant qu'il m'ait été donné de dessiner et j'en suis toujours reconnaissant aux clients qui m'ont fait confiance.

Merci à Christian qui eut le courage de me choisir parmi tout un tas de barbus qui se disaient plus expérimentés et je suis bien content de savoir que ton bateau ne t'a pas déçu!

Bien cordialement à tous

19 sept. 2009
0

floréal 38
Voiliers d'occasion de 9 à 12 m, Editions Loisirs nautiques.

Quelques détails de l'articles qui n'ont pas été dits plus hauts :

"... trois plans de ponts, douze plans d'aménagement, 3 lests sont proposés.
Sur l'eau, le bateau démarre sans tyrop de peine grâce à un puissant plan de voilure ... le floréal reste raide à la toile ...
Différents roofs suivant la version choisie : cockpit central, ch^teau arrière ou superstructure de vedette : l'architecte a abordé tous les styles ...
Le modèle le plus fréquent ... présente un roof assez court qui préserve une immense plage avant au détriment du cockpit, bien étriqué et encombré. Une jupe est parfois proposée.
A l'intérieur, on trouve baucoup de volume grâce à la largeur de coque dont la structure autoporteuse a permis toutresles fantaiseies en matière d'aménagement.
20 ans plus tard, le floréal 38 peut réserver quelques surprises !"

30 exemplaires de 1982 à 1988
tirant d'eau 2.20 m ; 1.80 m ; 1.35 m ; 0.70:2.70 m .
longueur 11.70 largeur 4.05
poids lège : 7.65 t (version ?)
surface de voile 88 m²
2 ou 3 cabines, 6 à 10 couchettes.

19 sept. 2009
0

Floreal 38 de 25 ans
Oui, il est certain qu'en occasion un tel bateau peut révéler des surprises:
* Les bonnes: Comportement, quille si bien montée au départ
* Les mauvaises: corrosion comme dans tout bateau acier si mal entretenu. Fonds à surveiller en version quille fixe surtout si caisson de quille non étanche sans résine coulée ou puisard mal réalisé...

Un petit détail: la version 1,35 m n'a jamais existé. Le chantier a exigé de la mettre au catalogue parce que "les autres en faisaient", des "clients le demandaient", d'autres archis faisaient la promo du DL dans LN... J'ai réussi à dissuader tous mes clients de ne pas réduire à zéro mon travail en adoptant une telle formule qui aurait réuni absolument tous les inconvénients par rapport au 1,80 ou au 0,70/2,70! (Appendice mobile qu'il faut quand même surveiller et entretenir, mauvais rendement hydrodynamique de la dérive, mauvaise raideur à la toile, TE pas si réduit que ça et échouage pas vraiment serein = à éviter pour ce type de bateau...)

@+ comme ils disent maintenant!

19 sept. 2009
0

a souligner qu'un archi/pro intervient
c'est assez rare pour qu'on le souligne. d'autant plus que je n'ai jamais eu je n'ai pas et n'aurais jamais de bateau métallique qui relevent à mon sens del'hitoire (tabarly et moitessier) et de l'exception francaise en général (le nombre de fromage, les vins etc)

mais la passion et les explications de l'architecte m'ont paru tres convaincants

merci d'etre venu braver les furieux d'heo

20 sept. 2009
0

Versions...
Justement ! La version que j'avais choisi était celle de la quille relevable, rare à l'époque : dans mon esprit de débutant, c'était l'avantage d'un vrai quillard doté d'un lest idéalement situé au bon endroit, et modulable pour accéder à des endroits habituellement inaccessibles à ceux -ci ! ;-)

_/)

20 sept. 2009
0

franchouillard ou réaliste
d'autant plus que je n'ai jamais eu je n'ai pas et n'aurais jamais de bateau métallique qui relevent à mon sens del'hitoire (tabarly et moitessier) et de l'exception francaise en général (le nombre de fromage, les vins etc)


T'as pas dû beaucoup voyager dans les coins ou ça tape dur et ou l'on voit des bateaux acier de toutes nationalités ...c'est sûr que pour faire sa ballade dominicale par beau temps,et le plus vite possible, un composite / sandwich fait l'affaire...tout est une question de programme: j'ai eu des composite et pour rien au monde on ne m'en fera racheter un...ceux qui ont goûté à l'acier reviennent rarement en arrière et le dénignent encore plus rarement, même lorsqu'ils râlent à cause d'une tache de rouille... :-D

20 sept. 2009
0

Juste pour le fun :
[i]...ceux qui ont goûté à l'acier reviennent rarement en arrière et le dénigrent encore plus rarement, même lorsqu'ils râlent à cause d'une tache de rouille..[/i]

En pratique... j'en connais quelques uns qui sont passé à l'alu ! :-D

;-)

_/)

20 sept. 2009
0

pas vu beaucoup aux etats unis ni aux acores
mais je ne suis pas allé ushuia, cela dit l'acier est imbattable sur le rapport taille/volume et prix d'occasion

20 sept. 2009
0

Hé Ho les gars...
Tu as raison Jeanlittlewing, ils sont furieux dans le secteur! Désolé, je n'étais pas venu f... le b..azar! il y a ici plein de gens passionnés et sincères et ça m'a fait plaisir d'intevenir mais SVP, pas de baston à propos des matériaux. On a déjà fait ça plusieurs fois et ça va finir en "marin d'eau douce", "amiral de bateau lavoir", "tafiole", "méduse en décomposition"... et pire!
Perso. j'ai toujours dessiné les bateaux de mes clients comme s'ils étaient pour moi, d'où mes choix, aussi sans doute le nombre de clients qui se barraient en fuyant ma "psychorigidité" et les engueulades avec les chantiers... J'en rigole encore!. J'ai donc fait très peu d'alu et de composites, pas de bois ni de sandwich et surtout pas de ferro. Ma solution préférée me semble réunir pas mal d'avantages (sécurité, performances) mais j'en conviens, elle garde l'inconvénient de l'entretien... Quoi que les autres, il y a du boulot aussi non?
Après, chacun choisit en fonction de ses besoins et préférences et expériences bonnes ou mauvaises... Et puis il y a des contre-exemples à tout qui méritent le respect.
Bien cordialement

20 sept. 2009
0

Je me permet de prendre la défence de Jean.
Perso, moi aussi, je n'aurais jamais de voilier en acier.
Tout simplement parce que je n'aime pas ce matériau.
Et cela ne m'empêchera pas de tailler la route s'il le faut, en toute tranquillité, avec mon tuperware, comme plein d'autres qui sillonnent la planète.

Vive le polyester
vive l'acier
et surtout, vive les affinités électives.

Laissons tomber ce débat stérile, celui du matériau roi.

20 sept. 2009
0

Pour répondre à Tilikum
Moi aussi, j'ai comme beaucoup envisagé l'alu pour mon coffre fort, mais après avoir fait le tour de ses inconvénients (je bosse dans le travail de l'alu), j'ai laissé tomber: l'alu peut se détruire ou casser de façon sournoise et parfois extrêmement rapide, y compris avec des alus réputés résistants à la corrosion genre 6061 t6 que j'ai beaucoup utilisé (j'ai vu des trucs très surprenants sur des avions, certes le plus souvent fait avec des alus au cuivre= haute résistance mécanique mais mauvaise tenue à la corrosion),l'acier en revanche est lourd mais franc: quand il souffre, ça se voit ;-)
Quand à "aimer" l'acier: on aime son extraordinaire solidité et sa facilité de réparation, mais pour le reste...du point de vue aspect et confort, je préfère de très loin un bateau en bois lamellé collé...comme quoi... ;-)

20 sept. 2009
0

Materiau?
AMAH un bon bateau correspond à un programme précis.
par exemple un course-croisière (une idée marketing pour faire plaisir à Madame) pas si course que ça et confort en croisière seulement mieux qu'un course.
Une fois le cahier des charges parfaitement défini, le choix du matériau s'impose de lui même.
Pour moi un bon bateau est conçu pour répondre aux besoins du programme de nav choisie, est bien construit ( échantillonage suffisant et bon assemblage). Le matériau est aussi question de gout du proprio et du temps qu'il est prêt à consacrer à l'entretien.
A+
André

20 sept. 200916 juin 2020
0

Personnellement je n'aurai jamais...Fontaine je ne boirai jamais de ton eau
pourquoi se monter si péremptoire? Acier, alu même combat où seul le porte monnaie dicte le choix.
Pourquoi des marins autant émérites qu'Isabelle Autissier (sloop 50 pieds sur plan Joubert), de Christophe Auguin (cigale 16 alu), de Philippe Poupon (ketch 19m ), des frères Peyron (allures 44), ont-ils choisi l'alu pour leur voilier personnel?
Comme dit plus haut, le choix du matériau découle du bassin de navigation, d'un programme déterminé. Longtemps, les navigateurs ont privilégié l'acier à l'alu non seulement pour sa solidité mais aussi pour des raisons de coût, de facilité relative de mise en oeuvre et surtout de possibilité de réparation sous toutes les latitudes, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui concernant ce dernier poste.
Par contre pour régater, passer 3 semaines de vacances en famille sur la belle bleue, vive le plastoc.
En ce qui me concerne, je me contente, sur un 8m en plastique âgé de 35 ans, acheté à crédit le jour de ma retraite, de découvrir et j'en suis très heureux, chaque année d'avantage l'est de la Med. Mais si j'étaise un peu plus aisé, j'opterai pour Nébula bien qu'il ait lui aussi plus de 10 ans :-) et un TDM par les alisés; et enfin si le Loto se décide à frapper à ma porte mon choix se porterai sur le sister-ship des frères Peyron afin de tutoyer les glaces, tous ces projets (rêves)nonobstant toute idée de compétences navales et de problèmes de santé.

20 sept. 2009
0

Rectificatifs
1 -supprimer le "de" devant Auguin, Poupon, Peyron
2 - accoler "voyageurs" à navigateurs

20 sept. 2009
0

d'ailleurs j'ai slt dit
que c'était un matériau qui me laisse completement froid et qui est une spécialité francaise. Je ne crois pas qu'on en construise beaucoup. Mais quand on en a un c'est normal de le garder.

le "mothership" de la réunion de l'asso des First 30 à toulon était un bateau acier de 14 metres et 30 ans dans un état superbe. son propriétaire l'avait construit lui meme et j'ai admiré le travail et je l'ai chaudement félicité.

Il ne s'agit pas de personnaliser inutilement, vive tous les bateaux qui naviguent et les marins qui vont avec

20 sept. 2009
0

Cher Deha,
pour moi, c'est une vraie certitude, et dieu sait que je suis convaincu que les promesses sont souvent des leurres.

je n'aime pas du tout travailler l'acier et je ne conçois pas de devoir travailler un matériau pour lequel je me sens si peu à l'aise. On me donnerait un voilier en acier que je le revendrais.

j'ai croisé, voici trois ans, un voilier construit suivant un plan acier, mais en sandwich balsa/verre. Et au final, le poids de l'acier. Résultat, un bateau à la robustesse incroyable.

20 sept. 2009
0

Mais persone ne dit
que l'acier n'est pas un bon matériau !

20 sept. 2009
0

Sémantique et connotation
Peut être, deha, que le débat serait moins "partisan" si, tu n'opposais pas "acier" et "plastoc" (je te cite).

Je pense, de la même manière qu'il serait enflammé si tu parlais de "composite" et de "ferraille".

Reste donc prudent et neutre et comparer le "plastoc" à la "ferraille" ou le "composite" à l'"acier" me semblerait plus honnête. :-)

20 sept. 2009
0

Entièrement d'accord avec toi.
:-)

20 sept. 2009
0

merci samedi
je ne voulais pas relancer le 46558 eme fil sur acier versus polyester, juste remonter le fil car les contributions de l'archi mérietaient d'etre encouragées. Au lieu d'avoird es amateurs qui déblattent des avis comme par ex de Lerouge apportent un grand plus.

ma formulation a du etre malheureuse ...

20 sept. 2009
0

justement j'ai un peu voyagé
et je n'en pas vu beaucoup des bateaux en acier, parmi les tres nombreux américains qui font leur circum, qui sont dument listés par la revue Latitudes 38, tous en poly

20 sept. 2009
0

Alu...
Et puis l'alu, à long terme, c'est toxique...
:doc:

20 sept. 2009
0

les west sails
archétype du poly bestial, tres tres lourd tres solide

bateaux pour aller partout et qui y vont d'ailleurs

1100 construits quand meme dont 800 32

www.westsail.org[...]/

20 sept. 2009
0

Laurent,
Que, comme toi, l'on refuse telle ou telle autre option, en l'occurrence ici l'acier, parce qu'on ne l'aime pas, est un choix que je respecte; par contre, et tu ne l'as pas fait, nul n'a la droit de décrier quoi que ce soit sous le seul prétexte qu'il ne l'aime pas.
Jeanlittlewing, tu as certes plus voyagé que la plupart de chacun d'entre nous, moi le premier, mais tu t'obstines aveuglément à opposer le plastoc à l'acier (et/ou l'alu). Je soutiens que, dans des épaisseurs et coûts standards, à chaque matériau correspond un programme. Exple: 1 -Combien de voiliers ont franchi le passage du N.O et combien étaient en plastoc? 2- Combien de voiliers métalliques ont été engagés dans le Vendée Globe?

20 sept. 2009
0

Effectivement
Laurent, personne ne l'a dit Par contre j'ai écrit "décrié" relis à ce sujet le post de Méca à 08h38

20 sept. 2009
0

je suis maladroit, il est vrai
et je conçois que l'on puisse interpréter plastoc comme péjoratif, ce qui n'était pas mon intention, mais la résultante de mon manque d'éducation, de même que je ne voulais pas opposer ces matériaux mais les présenter comme complémentaires. Je présente donc mes excuse à tous ceux que mes propos ont offusqués.

20 sept. 2009
0

bof pym,mon bateau
est en plastoc et je l'aime bien.
Dans tout ce fil,ce n'est pas le débat des différences de matériaux et de leur dénomination que je retiens.
Ce que je retiens,c'est la passion de cet architecte
pour ces créations,et sa disponibilité pour donner des renseignements en ce qui concerne ses bateaux
;-)

20 sept. 2009
0

Merci infiniment Noël
Je t'ai lu avec grand plaisir. A condition que ce fil ne dérape pas, comme tu le demandes, en un énième débat acier contre le reste du monde.

RV

20 sept. 2009
0

voyager et voyager
"justement j'ai un peu voyagé et je n'en pas vu beaucoup des bateaux en acier, parmi les tres nombreux américains qui font leur circum, qui sont dument listés par la revue Latitudes 38, tous en poly"


j'ai parlé d'endroits ou "ça tape dur" ...la très grande majorité des circumnavigateurs adoptent la phylosophie "à la Antoine" et restent bien sagement entre 50° de latitude nord et 40° sud et encore, les "extrêmes" seulement pendant la belle saison...en passant par les canaux de panama et suez...
J'aime pas la chaleur donc...
;-)

20 sept. 2009
0

Evidement que jean a raison
quand il dit que l'acier est une spécificité française pour l'acier quant au voilier de voyage. Je ne vois pas d'autres pays qui aient adopté ce matériau avec un tel engouement dans les années 70s.

20 sept. 2009
0

Euh ...
La hollande ?

20 sept. 2009
0

je parle
de voilier de voyage, de construction amateur, etc…

C'est vrai, en Hollande, on trouve pas mal de voilier en acier, mais c'est une tradition plus ancienne et il ne me semble pas qu'il y ait eu ce même engouement pour le circumnavigation en acier.

20 sept. 2009
0

Hollande la pays de l'acier
"de voilier de voyage, de construction amateur, etc…

C'est vrai, en Hollande, on trouve pas mal de voilier en acier, mais c'est une tradition plus ancienne et il ne me semble pas qu'il y ait eu ce même engouement pour le circumnavigation en acier."


Il me semble bien qu'avant Moitessier, il y avait extrêmement peu de constructeurs amateur Français et encore moins de circumnavigateurs...quoique perso je suis plutôt style "Bardiaux": le défi personnel gratuit :-D
Sinon en effet en Hollande beaucoup de voiliers acier, et lorsqu'on parle de bateaux "hors grande série", les Américains ont toujours été plus branchés "wooden boat" que "steel", ce qui ne signifie pas qu'ils n'en font pas...c'est comme pour les avions amateur: il préfèrent majoritairement l'aluminium et les Français le "bois et toile", pourtant en nombre il y a plus d'avions amateur bois et toile aux USA...question de taille de marché :-D

20 sept. 2009
0

entendu dans une écluse :
-votre bateau , l'est en "tole"..........
-voui , et le votre, l'est en planches ??????.............

21 sept. 2009
0

moit acier
Le chantre de la démerde à la française n'avait à priori aucune dépendance en matière de matériaux :
snark et marie thérèse en bois, il envisage un bateau en papier plié...
L'acier du joshua c'est comme l'alu du dernier, c'est parce que ça ne lui a rien coûté (il ne savait même pas faire une soudure !).
Les vrais fans du guru de la cloche à voile n'ont aucune raison d'avoir des à-prioris si définitifs.

21 sept. 2009
0

en tout cas ...
merci à l ' "archi " pour nous avoir aussi bien renseigné !

la guerre de materiaux n 'etait pas le but de ce sujet , nous voulions juste en savoir plus sur cet acier un peu particulier .
merci encore !

quand à l ' histoire des materiaux utilisés dans la construction de nos bateaux , je pense qu 'elle n ' a rien à voir avec une aptitude particulière à faire un TDM , mais simplement un savoir faire autour d' une production local .

Aux US , le travail du bois est une grande tradition ainsi d' ailleurs que les grandes productions industrielles , donc il est logique qu 'on y trouve du bois et du plastique .

en Europe on travaille le metal depuis très longtemps , il est donc normal d' y trouver des bateaux metaliques ! D' ailleurs , je trouve logique de trouver des bateaux alu dans un pays de bord de mer , producteur d' alu comme la France !

J 'ai toujours un peu de mal à comprendre cette petite guerre des materiaux . Nous savons tous que l ' ideal n ' existe pas !

En tout cas , en passant à Arzal j' ai vu un IRIS 33 sur le terre plein ,je voulais en savoir plus .
(en plus il y avait un Vulcain à cotè , c' etait interessant ! )
J' ai les reponses à mes questions , c' est parfait !

21 sept. 2009
0

en tout cas ...
merci à l ' "archi " pour nous avoir aussi bien renseigné !

la guerre de materiaux n 'etait pas le but de ce sujet , nous voulions juste en savoir plus sur cet acier un peu particulier .
merci encore !

quand à l ' histoire des materiaux utilisés dans la construction de nos bateaux , je pense qu 'elle n ' a rien à voir avec une aptitude particulière à faire un TDM , mais simplement un savoir faire autour d' une production local .

Aux US , le travail du bois est une grande tradition ainsi d' ailleurs que les grandes productions industrielles , donc il est logique qu 'on y trouve du bois et du plastique .

en Europe on travaille le metal depuis très longtemps , il est donc normal d' y trouver des bateaux metaliques ! D' ailleurs , je trouve logique de trouver des bateaux alu dans un pays de bord de mer , producteur d' alu comme la France !

J 'ai toujours un peu de mal à comprendre cette petite guerre des materiaux . Nous savons tous que l ' ideal n ' existe pas !

En tout cas , en passant à Arzal j' ai vu un IRIS 33 sur le terre plein ,je voulais en savoir plus .
(en plus il y avait un Vulcain à cotè , c' etait interessant ! )
J' ai les reponses à mes questions , c' est parfait !

21 sept. 2009
0

guéguerre ...
"J 'ai toujours un peu de mal à comprendre cette petite guerre des materiaux . Nous savons tous que l ' ideal n ' existe pas !"


La "guerre des matériaux" est systématiquement lancée par les fanatiques de composites réputés "inaltérables" (on sait qu'il n'en est rien) et autre maniaques de la performance à tout prix (ULDB boys) et qui considèrent tous les autres matériaux comme étant comme de la "merde", l'acier en particulier...
Le matériau idéal n'existe pas en effet (le titane peut-être?) :-D , mais selon son programme et la configuration du bateau il y a un matériau qui sera plus logique que d'autres...
ex:il ne viendrait à personne l'idée de faire en composites,surtout sandwich, un dériveur intégral susceptible de tâter des glaces et de poser le fond sur autre chose qu'un lit de vase homogène, ou alors je me poserais des questions sur la santé mentale de l'architecte et de son client...
;-)

21 sept. 2009
0

A propos de la guéguerre ...
Je n'ai pas tout à fait la même analyse que toi, méca.

Je crois que cette querelle idiote vient du fait que chaque choix fait sur un bateau (matériau, gréément, plan de pont, moteur, énergie, préservatifs, apéritifs, équipière, etc.) revient systématiquement à trancher entre plusieurs solutions qui ont toutes leurs avantages ... et leurs inconvénients.

Ainsi, et puisque le mot "choix" s'apparente au mot "sacrifice" (je sacrifie telle qualité au profit de telle autre), certains ont du mal à admettre ces sacrifices et ont besoin de [se] les justifier. Et éventuellement tenter de montrer aux autres que ce sont eux qui se sont trompé de peur de s'être trompé soit-même.

Perso, je suis satisfait de mes choix (de matériau, l'acier), et je sais bien ce que j'ai laissé en les faisant. Néanmoins, je ne peux pas passer ma vie à vouloir un bateau qui serait "sweet" comme le bois, dur comme l'acier, inoxydable comme l'alu, non-electrolysable comme le plastoc (rire ;)), rapide comme les composites, peu cher comme les "dalles beton feraillées", beau comme un wally, et puissant comme un trawler.

Dit autrement, je crois que guéguerre et frustration se rejoignent ;)

(C'était ma participation polémique du lundi matin ;)).

21 sept. 2009
0

et pourtant ...
Le 1er Trismus en acier à été suivi d'un sandwich polyester-balsa qui est allé jusqu'en antarctique ... et en est revenu ...
Alors, les opinions tranchées,absolues et péremptoires ... ;-)

21 sept. 2009
0

Faux et archi faux
tu te trompes de cibles Méca.

Personne dans ce fil n'a décrié l'acier.
Moi même et jean n'aimons pas l'acier par manque d'affinités, mais nous lui reconnaissons tous deux une grande qualité structurelle.

le débat ne s'est pas porté sur la qualité du matériau acier mais sur son développement dans le monde, au niveau du nautisme.

Et je renvois même l'ascenseur.
Ce sont souvent les propriétaires de voilier en acier qui mettent l'acier sur un piédestal, ce qui est évidement excessif.

Je suis désolé de pratiquer du hors-sujet sur ce fil mais il me semble qu'il s'agit seulement de ne pas dire de contre-verités.

21 sept. 2009
0

petite précison
mon 1er bateau de "départ" était (il est toujours d'ailleurs...)en pur acier et le l'ai gardé prés de 10 ans, je n'ai donc pas de parti pris "anti" acier

22 sept. 2009
0

chance
"Le 1er Trismus en acier à été suivi d'un sandwich polyester-balsa qui est allé jusqu'en antarctique ... et en est revenu ... "


La chance des inconscients rien de plus... :-D
Faut dire qu'on n'entend en général plus parler de ceux qui font "glou glou" dans ces coins là... :heu:
Le polyester balsa c'est sans doute le pire matériau pour affronter les glaces...bateau jetable...

22 sept. 2009
0

Quelle mauvaise foi !
et quel parti pris !

Pour avoir converser de la solidité des Trismus avec Jacques, le webmaster du site des Trismus et propriétaire d'un Trismus 37, j'ai accumulé quelques récits de voilier en sandwich ayant remarquablement résisté à des chocs.

Il faudrait arrêter de prendre pour référence la navigation antartique. qui reste une entreprise exceptionnelle et extrème.

Et limiter le débat à la confrontation sandwich/acier est bien réducteur.

22 sept. 2009
0

oui !
une foi de plus , le materiaux n ' est qu 'un elemenet de solidité .
ce qui compte , c' est son etat , sa mise en oeuvre et biensur , la nature du peril .

beaucoup de materiaux sont interessant en construction , mais ce qui change , c' est travail demandé pour bien viellir , que ce soit à la construction et à l 'entretient .

22 sept. 2009
0

extrême...
"Il faudrait arrêter de prendre pour référence la navigation antartique. qui reste une entreprise exceptionnelle et extrème. "


Pas besoin d'aller si loin: l'Islande c'est pas mal aussi dans le genre, je me souviens d'un dérapage au mouillage sous un coup de vent brutal , spécialité des ces coins là), le bateau, qui a embrassé rudement un rocher, s'en est sorti avec une bosse, réparée 1 an après...je ne crois pas qu'un composite s'en serait sorti avec des dégâts aussi mineurs...
Quand au sandwich, les peaux étant minces (un bateau sandwich est plus léger qu'un monolytique c'est qu'il y a bien une raison...), un choc sur un objet "contondant" n'est absolument pas comparable avec le même choc réparti sur une grande surface de coque et dès lors que la peau extérieure est percée ou/et délaminée, c'est le début de la fin...
just my 2 cent comme ils disent là bas...

22 sept. 2009
0

amateur acier
si on sort des sacrés spots franco-francais, cad brésil, afrique, antilles
et qu'on va par ex en NZ Australie, y'avait toute une culture de bateaux acier amateurs
qui a certainement bcp diminué to-day
:-)
mais qui résiste, et l'important c'est d'avoir un bateau bien, bien, trés bien fait....
quand au choix du matériau c'est un feeling et un choix par rapport au programme, comme pour le mono, le cata, le dériveur etc...
c'est mon sermon du mardi matin :-) :-) :-) :-)

22 sept. 2009
0

pour infos sur le floréal 38
paru ds les années 80 ds l'écho des naviguants de l'UA, un compte-rendu du retournement de Matahiva (apparemment récit également ds V&V)... 45 minutes quille en l'air à 25 miles sud du cap Horn + bilan intéressant de la nav et des équipements, carêne etc..

26 sept. 2009
0

Retournement
Pour les matériaux, vous avez dit l'essentiel, mais ce n'est pas parce que le Kon-Tiki a traversé le Pacifique que sa construction est la meilleure. Il y a quand même des différences fondamentales entre eux et tout dépend de ce que l'on recherche. Le FIRST 30 version Mauric est un "mauvais-bon" exemple tant il était bien desssiné (enfin à mon goût) et bien construit. Je me souviens qu'un OFNI m'avait fait un trou dans une coque de GIBSEA 82: 8 mm de verre/polyester près de la flottaison à l'avant ça n'était pas très rassurant. J'avais pu réparer tout seul comme un grand sans sortir le bateau au sec... mais tout était léger et fragile sur ce "bateau"...
Pour MATAHIVA Effectivement, c'était sur V et V en 87 ou 88 il me semble mais je ne l'ai pas retrouvé. Ils avaient vécu l'enfer car entrées d'eau (Aérateurs moteur, passage relevage de quille) et surtout fuite de gas-oil dans lequel ils ont mariné 45 mn... Je ne sais pas si la quille était bien verrouillée sortie ou si elle est rentrée dans le puit, ni si le mat était resté en place. Je n'avais pas beaucoup de contact avec le skipper.
Il avait opté pour une relevage de sa quille par câble ce qui pose évidemment le problème de l'étanchéité du puit de quille et de la sécurité en cas de retournement. L'hydraulique est incomparablement plus sur si on choisit bien les composants (Ce n'est pas d'aujourd'hui que les engins de TP fonctionnent dans des conditions bien pires).
Il n'y a pas matière à statistiques sur les retournements (et heureusement!) et chacun est un cas particulier... Le retour à l'endroit peut se faire ou pas !!! selon que le bateau est démâté ou non, que son grément fait encre flottante et le maintient bout aux vagues, que les vagues sont toutes énormes ou seulement une de temps en temps etc... Là, ils s'en sont sortis... mais je comprends bien que dans un tel moment, on maudisse la planète en général et en particulier l'architecte sensé être bien au chaud derrière sa table à dessin au même moment!!!
J'ai appris qu'ensuite, MATAHIVA a été équipé du système hydraulique qui va bien (Voir GAVROCHE et les suivants) et d'une jupe avant une expédition Arctique en 98 dont il y avait un carnet de route sur le net.
En général, les propriétaires s'accordent sur la raideur à la toile, une bonne vitesse, la puissance et la remontée au vent du F38, un peu ardent mais pas instable non plus. Il ne faut pas le surcharger au delà de 11 000 kg (7650 kg lège si la cuisine n'est pas en marbre massif et les cloisons en 25 mm... carène optimisée pour 9700 kg) et bien répartir la charge centrée sur 60/65% AR. Ceux qui ont monté une jupe ont pu le charger davantage avec des réservoirs eau et fuel de 1000 ou 1200 l, des batteries, des groupes électrogènes, des postes à souder, des congélateurs, même un plumard de 2m X 2m ! C'est fou tout ce qu'ils ont pu y mettre que je n'avais pas cru possible! mais ce n'est plus alors le même bateau. Il suffit de le savoir et d'en accepter les limites...

Bien cordialement à tous
N. Carrère

26 sept. 2009
0

merci Noel pour tes contributions
Toujours très intéressantes, ne ce qui concerne le First 30, étant sur HEO le dévoué "frapadingue" de ce bateau dont j'ai certainement beaucoup - trop - parlé je ne peux que souscrire à ton commentaire

Citation
Le FIRST 30 version Mauric est un "mauvais-bon" exemple tant il était bien dessiné (enfin à mon goût) et bien construit
Fin de citation

Pourquoi "mauvais bon" exemple si il est bien dessiné et bien construit ? Pour la construction c'était vraiment loin devant tous les autres à l'époque (pas de safrans ni varangues en contreplaqué comme chez jeanneau par exemple, 3 bagues de safran, rien ne bouge sur ce bateau, armature inox dans la cabine avant, boulons de quille sur dimensionnés etc etc, bateau sec). Et pourtant il n’est pas si lourd quand on prend en compte le poids du lest.

Je n’en suis pas trop fier mais une fois je me suis pris un mur sous marin à bilbao à 5 nœuds plus. Arrêt buffet avec projection de l’épaule duu skipper sur un winch de roof. Ben rien

26 sept. 2009
0

Voila qui confirme ce que nous nous disons entre nous
les heureux proprios de First 30, alors que son dessin était tres classique mais réussi, sa construction était tres sérieuse. Bénéteau jouait son avenir sur ce bateau et ne pouvait échouer.
Cordialement
Jean

26 sept. 2009
0

et une association tres dynamique et un site tres réussi

26 sept. 2009
0

ou "bon-mauvais" exemple
Expression inventée un peu comme "vrai-faux" machin... Je voulais dire que pour défendre le polyester, c'est vraiment l'un des meilleurs exemples et ancien en plus mais pour les détracteurs, ce n'est pas le bon car une exception par rapport aux constructions des séries suivantes des années 80/95...Aujourd'hui, le matériau est mieux connu, sa mise en oeuvre plus constante et maîtrisée, les constructeurs ont compris que le coup de crayon d'un archi talentueux ne remplaçait pas forcément le BE et les retours d'expériences ont porté leurs fruits.

Bien cordialement

26 sept. 2009
0

Matahiva, votre réponse
à Noêl Carrère.... en effet, d'après le CR non daté de l'UA que je possède encore (un certain respect de l'écrit en qqsorte, il s'agit d'une expédition antarctique démarrée en octobre 1986 (retour qqs mois après je suppose). Oui, tous les récits sont imprègnés d'une dose subjective, surtout après 45' innoubliables. En essayant de lire ce récit entre les lignes, à la lueur de vos remarques ...cela parait cohérent et il fallait le dire. J'apprécie réellement votre ouverture d'esprit et la qualité de ce fil ... parfois, trop rarement, H&O transmet de la vraie info... pour moi, cette fois ci, c'est le cas. cordialement à tous.
ps: scan du cr UA disponible si qqun est intéressé.

14 sept. 2010
0

Floréal 40
Je guigne actuellement un Floreal 40, acier, biquille. Quelqu'un sait-il si ce bateau est également dû au crayon de N. Carrère ? Avez vous des infos à me communiquer sur ce boat ?
Merci par avance.

10 oct. 2010
0

Up
Si quelqu'un dispose d'infos...
Comment contacter directement N. Carrère ?
Merci...

10 oct. 2010
0

Pour contacter Noël Carrère....
tu tapes son nom sur Google et tu obtien ça :

fr.linkedin.com[...]13b/371

et tu vas sur contacter (je pense que c'est lui, ingénieur "arts-et-métiers"....)

;-)

10 oct. 2010
0

Merci
J'avais déjà trouvé ça, mais je n'étais pas sur qu'il s'agisse du même... Je vais essayer malgré tout. Merci encore.

11 oct. 2010
0

Au pire...
que risques-tu ? (97 % de chance que se soit lui !) :reflechi:

26 déc. 2010
0

crach tests à 6.5 noeuds...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (31)

Le beau temps !

mars 2021