Truc, ou astuce - à vous de juger!

Ce mercredi-là, 30 août 2000, nous étions en traversée Corse-Continent sur notre voilier.

Il est 0845 heures. La mer est calme. Nous nous trouvons à une trentaine de milles de notre destination, le Golfe de St.Tropez.

A environ 2 milles sur notre tribord, nous apercevons une embarcation, immobile, sans erre. Nous nous en approchons et constatons qu'il s'agit d'un bateau à moteur de type "Rocca", immatriculé CN 44 38 61. Il est en bon état, il n'y a personne à bord et le panneau d'entrée est fermé à clé. A la proue, une amarre attachée à un corps mort qui lui pend à quelques mètres dans l'eau.

J'en avise le Crossmed qui précise que c'est à nous de décider si nous voulons le prendre en remorque ou non, et de les en informer.

La météo annonce un grand frais avec rafales sous orage sur la Côte Varoise. Laisser un bateau à la dérive serait un vrai danger pour la navigation, aussi décidons-nous de le remorquer tant que l'état de la mer le permet. Nous en informons le Crossmed.

Le corps mort est coulé car trop lourd à hisser à bord. A l'horizon, le ciel devient menaçant, le vent d'Est se lève. Nous décidons de changer notre cap et faisons route sur les Iles d'Hyères. La mer devient de plus en plus agitée. Le remorquage devient difficile, nous avançons à 3-4 noeuds; si nous laissons le bateau dériver à quelques milles des Iles - où nous arrivons 8 heures plus tard - il dériverait rapidement pour s'échouer…Nous informons le Crossmed de notre nouvelle destination, Port Cross.

A Port Cros, une personne de la capitainerie (qui était déjà au courant de notre arrivée grâce au Cross), vient nous aider à amarrer le bateau remorqué à quai. On me dit que le propriétaire a pû être contacté et qu'il viendra chercher son bateau. (Par contre on ne me donne pas ses coordonnées..?.)"A vous de vous arranger avec lui loesuq0il viendra".
Je laisse mes coordonnées à la capitainerie et nous restons pour la nuit amarrés à une bouée.

Tôt le lendemain matin, je sors par hasard dans le cockpit pour voir quel temps il fait! Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vois passer juste à côté de nous le bateau trouvé, à plus de 15 noeuds, (5 nœuds max. permis dans cette région…).A bord 2 jeunes individus. Ils accélèrent, ralentissent, semblent s'amuser follement, disparaissent derrière l'Ile de Bagaud, réapparaissent, tournent plusieures fois pour disparaître pour de bon.

Intriguée j'appelle la capitainerie à la VHF - le bateau aurait-il été - volé?
Mais non! "Le propriétaire vient justement de le récupérer", me dit-on. Toujours sans me donner son adresse..

A ce jour, nous n'avons toujours pas de nouvelles de l'heureux " propriétaire. Un simple merci nous aurait fait plaisir!

PS: Plus tard, de retour à la maison, j'essaie en vain de contacter le CROSS MED: Téléphones, E-Mails...rien! Personne est au courant!
Finalement, 1 réponse: "un ami" (dit-il) du CROSS MED - qui eux, ne voulaient pas me contacter directement - me donne l'adresse et N° de tél. du propriétaire!
Mais, il n'y a personne à cette adresse!

L'équipage
12 mar. 2004
16 mar. 2004
0

A Gebe faites du bien à un âne!
juste pour te dire que c'est un âne qui a porté le Christ vers la croix, alors bénis-les! merci pour ta générosité gratos ! Quand même je peux comprendre ta reaction et je crois que je n'aurais pas été différent de toi! peut-être étaient t'ils jeunes et pressés d'aller rejoindre leurs petites amies ? Qui sait peut-être toi tu avais un bateau style le "fRANCE" et intimidés ils sont partis sans penser au Merci patron se disant il est bourré de fric ce mec donc il ne sait pas ce que c'est un merci! et peut-etre et merde alors!

12 mar. 2004
0

« La fête passée adieu le saint »
Bonjour Gébé.
Pour moi aussi, c’est ce genre de situation que je déteste, et que j’exècre. Mais malheureusement, c’est ainsi tout au long de la vie, ce n’est pas inhérant à la voile.

12 mar. 2004
0

prise de mer
Je ne veux pas excuser l'ingratitude, mais ces attitudes sont peut-être dues à la peur par le "sauveté" que le "sauveteur" fasse jouer la clause de la prise de mer.

Pas plus tard que le week-end dernier, j'ai ramené au port un planchiste désemparé (temps à grains, grêle, pied de mât explosé, planchiste exténué et frigorifié).

En voyant qu'il avait des problèmes, on lui a tourné autour plusieurs fois. Il nous a regardés, sans demander d'aide. C'était peut-être dû, soit à une pudeur mal placée, soit à cette crainte de la "prise de mer". Finalement, je lui ai proposé moi-même de l'assister.

Une fois la planche en remorque et lui à bord, on lui a fait le coup "Chouette, on a gagné une belle planche, prise de mer!" pour rigoler, eh ben, il riait jaune en se demandant si c'était du lard ou du cochon.

Il nous a quand même bien remerciés avant qu'on se quitte. Tout le monde n'est pas pourri.

Dans les 2 anecdotes ci-dessus, la notion d'argent n'est pas absente, au moins à l'état latent:
"A vous de vous arranger avec lui lorsqu'il viendra".
"- Pas de problèmes, nous allons vous dédommager..."

12 mar. 2004
0

bien sûr, gébé
Toi, tu ne pensais pas "à mal", mais eux ont peut-être eu peur que ce soit le cas. L'argent n'était pas absent de leurs préoccupations, à eux.

Ca n'empêchait sûrement pas de dire "merci" avant de s'éclipser au plus vite sans demander son reste.

Bah, des gougnaffiers, yana partout.

12 mar. 2004
0

Une autre histoire de planchiste
Totalement épuisé, couché sur sa planche, à la dérive par fort vent au large de Porto Pollo en Corse. Impossible de se remettre debout.. je lui demande s'il désire assistance. Oui, mais il veut rester sur sa planche. OK. Je le ramène près de la plage où nous mouillons. Arrive alors sur son immense annexe, le skipper d'un énorme voilier...mouillé plus loin. Alarmé, et dans tous ses états, il le ramène, tous les deux partent, sans bonjour, ni au revoir!
Voilà voilà!

12 mar. 2004
0

erica, il ne faut pas t'en faire, c'est quasiment toujours comme ça
et comme toi, je pense toujours après qu'on m'y reprendra plus et on se faire avoir encore et encore

ça s'appelle la solidarité des gens de mer, il parait mais c'est souvent à sens unique

amicalement

ps: pour voir le résultat et je n'ai pas pu m'en empecher.. je constate que certains qui attendent des mercis en sont particulièrement avares quand il s'agit de remercier une commune qui ne fait pas payer le mouillage et qu'ils vont bien aussi dans la catégorie des "tout m"est du gratos et sans remerciement":-D

12 mar. 2004
0

prise de mer !!!!!!
c'etait il y a une quinzaine d'annee nous revenions a bord d'un 8m sous spi de banyuls, a la hauteur de la grande motte nous entendons comme des sifflets, il etait environ 23h et je ne pensais pas etre si pres de la cote pour entendre deja les bruits de la ville
on affale toutes les voiles, et stupefaction dans le phare de notre lampe nous decouvrons un jet ski casse en deux avec deux enfants de 14ans qui nageaient accroches et sur ce qui restait du jet, une gamine de 5 ou 6 ans, il etaient frigorifies et appeure.
nous les avons pris a bord rechauffer fait boire des chocolats et les avons ramene au port de la grande motte sans oublier les restes du jetski.
le cross ayant prevenu les parents ceux si ( le pere uniquement)nous attendait a l'arrivée, les premiers mots du pere furent de m'engueler d'avoir remorquer le jet n'importe comment !!
j'ai mis plusieur mois pour recuperer les habits que nous avons prete aux enfant.
depuis je me suis dit que la prochaine fois que garderai l'objet comme prise de mer mais on ne se refait pas et depuis ce jour j'ai souvent depanne, desenchouer des bateau mais je n'ai jamais rien demande sio ce n'est un merci

12 mar. 2004
0

Cela peut nous arriver à tous! Donc...
Aux Antilles, au mouillage: j'aperçois mon annexe qui s'en va au large (aaah ces noeuds!)
Ce monsieur me la ramène, je demande "combien ?"
"Si vous avez une bière bien fraîche... car cela m'est aussi arrivé!

12 mar. 2004
0

Attention
Remorquer un bateau (ou une planche) en panne avec qqu'un dessus, ne constitue pas une prise de mer mais une assistance obligatoire à personne en danger.

Pour qu'il y ai "prise de mer", il faut être dans le cas de Erica qui a trouvé un bateau abandonné en mer : l'appropriation de l'objet incite les marins à remorquer ou renflouer l'épave pour supprimer un potentiel danger pour la navigation.

Dans le cas de Gébé et des 2 pêcheurs en panne, il devait assistance aux personnes mais avait effectivement le droit de négocier le remorquage de l'embarcation.

Heureusement, il y a encore un certain esprit d'entraide entre plaisanciers qui fait qu'on ne va pas moneyer ce genre de service systématiquement.
Mais, la moindre des choses, c'est au moins de proposer un remboursement des frais occasionnés par le remorquage...

En général, je demande juste l'apéro au bistrot du port ;-) Ca permet de détendre l'atmosphère...

Mais, c'est vrai, y'a des gougnaffiers partout. La dernière foi, j'ai à peine eu droit à un remerciement étouffé et une petite remarque comme quoi je n'avais pas ramené le bateau à son catway habituel mais que je les ai laissé en linéaire sur le quai d'accueil !!

12 mar. 2004
0

à qui est l'orin ?
on dit qu'en étant sur un bateau en nécéssité, il faut lancer son orin de remorquage au bateau qui vient nous sauver, et surtout pas accepter celui qui nous est offert par le remorqueur

dans le premier cas on démontre etre encore au commandement de son bateau, dans le deuxième non

cette ancienne règle interpretative est elle appliquée en France ?

12 mar. 2004
0

Peu de gens sont au courant
Si tu lance un filin tu demande assistance et tu es maitre à bord.
Si tu prends un filin lancé tu acceptes implicitement un contrat de remorquage.

12 mar. 2004
0

pas trés sur..
comme les jetski n'ont jamais d'orin de remorquage(:&gt)
je crois que c'est plus une question de sécurité: celui qui remorque doit pouvoir larguer l'autre en cas de besoin (par exemple si tout le monde part aux caillous, le remorqué et le remorqueur, cause manque de puissance), sans perdre sa remorque! donc on utilise la remorque du "remorqué" ?

12 mar. 2004
0

document écrit
pour qu'un assisté soit redevable, il doit renseigner et signer un document intitulé "no cure no pay". Sans cet écrit, rien ne peut lui être réclamé, et encore il faut que le sauvetage réussisse.

12 mar. 2004
0

comme j'aime bien les éclairs noirs,
et que ça amuse bien certains......,
il me semble que la notion d'assistance aux personnes en danger qui est stricte et bien normale n'emporte pas l'obligation de secourir les biens et qu'il est possible de prendre à son bord des gens en danger sur un bateau et de refuser de remorquer le bateau.(ce qui n'empeche pas bien sur dans le cadre naturel de la sécurité de la navigation des signaler sa position au cross)

il doit etre possible juridiquement, sur un refus d'embarquer de l'équipage secouru, d'alerter le cross sur ce refus, de donner les indications permettant un sauvetage par un organisme officiel, d'attendre un peu a proximité et poursuivre son chemin à l'arrivée des secours.
de plus, il doit etre possible de considérer que ce refus d'embarquer sur le bateau sauveteur est un signe non équivoque de l'absence de demande de secours

mais bien sur, j'ai été remorqué par un voisin de ponton, il y a peu, à l'entrée de port camargue et je secours par tous les moyens possibles ceux qui en on besoin dans mes parages en navigation

bye

12 mar. 2004
0

Je confirme absolument
La seule obligation concerne le secours aux personnes

12 mar. 2004
0

Une méthode pratique ...
consiste à prendre le CROSS à témoin de la négociation du coût du remorquage.

J'ai assisté à cette négociation l'été avant-dernier: un voilier de 15m à 500 kE légèrement échoué sur une plage en pente douce par temps totalement calme n'arrivait plus à s'en sortir au moteur, même avec de la gîte.

Il a donc discuté avec le CROSS, qui l'a renvoyé vers une société de remorquage privé. La conversation de coût a eu lieu en VHF (donc publique devant X témoins auditifs), et le CROOS a explicitement donné sont accord pour témoigner de la convention conclue oralement entre les deux parties (dans les 500 euros de mémoire).

C'est pour ça que l'histoire initale d'Erica qui semble dire que le CROSS couvrait ce qu'on doit bien appeler une malversation me semble atterrante. S'il y avait à son bord des témoins sans lien de famille avec elle, cela aurait valu la peine de pousser un peu le bouchon, bien que je comprenne qu'on puisse ne pas avoir envie de passer son temps en plaidoiries. Je pense que la hiérarchie du CROSS n'aurait probablement pas couvert ce petit arrangement "local" .... enfin, je l'espère !

Robert.

12 mar. 2004
0

je ne me pose pas toutes ces questions
... du moins quand c'est moi qui suis en position d'aider quelqu'un.

Mais il est vrai qu'on devrait peut-être se les poser quand on est soi-même en demande d'assistance. Dans ce cas, passer un contrat, fut-il oral, devant témoins, pour limiter la somme à payer, n'est peut-être pas une mauvaise idée (mais on a probablement la tête à autre chose).

Quand j'ai loué l'été dernier en Grèce, les documents du loueur indiquaient clairement qu'il nous était INTERDIT d'accepter une assistance sans en référer au loueur d'abord. Apparemment, le truc de la "prise de mer" attrappe-gogo est une espèce de sport local.

12 mar. 2004
0

les bateaux sont assurés
et il existe pratiquement toujours une clause dans les contrats (et en tout cas c'est d'ordre général) autorisant l'assuré à engager des frais remboursables pour réduire le préjudice à la charge de l'assureur en cas de sinistre ( c'est un devoir de conservation de la chose assurée)

hors, lors d'une demande d'assistance, il est bien possible que le demandeur soit dans la situation de demander secours aussi pour ne pas aggraver un préjudice pour son assureur et ainsi l'assureur devra bien rembourser l'assistance si elle n'est pas exorbitante et dans les limites usuelles

je vais pour ma part poser la question par écrit à mon assureur pour le cas où je devrai payer des frais d'assistance
et dans ce cas il ne faudrait pas hésiter à conclure un accord sachant que les frais seront pris en charge (c'est valable dans les deux sens car pourquoi prendre des risques pour eviter des frais à l'assurance du bateau sauvé)

amicalement
ps: bien sur ça ne s'applique pas aux personnes

13 mar. 2004
0

assurance de l'Assurance rassurante...
Bonjour,
une autre avec variante:
Trajet Canet-Cap d'Agde il y a deux ans 1ere quinzaine de juillet.
Brouillard sortie de Canet/corde dans l'helice/2 heures de plongeons sous la coque pour essayer de retirer le cordage coince entre l'helice et l'aileron et pris dans l'etambot-pour rien car.../moteur arrache de ses supports/couronne de demarrage bloquee dans les supports/bete voie d'eau a la prise d'eau/ la pompe electrique casse(axe)/la neuve dans son emballage ne fonctionne pas(elle me sera remboursee)/seance de pompage manuelle (efficace mais crevant)/reprise de la route a 1 ou 2 noeuds car peu de vent/Petites angoisses au large de Port La Nouvelle a l'ecoute des cargos qui rentrent au port et croisent notre route (la difference de puissance des cornes de brume n'est pas rassurante...et moi je suis sur le pont.../toujours le brouillard et il nous suivra pendant toute la nuit et le lendemain/Essai d'entree dans le port de Cap d'Agde la nuit mais vent de nord-nord-est et l'eclaircie ne dure pas longtemps. Je renonce par securite/ Nuit de veille a la barre; trempe / J'essaie d'atteindre Frontignan mais le vent faible de nord-est me fait faire une route d'environ 95/100 degres qui m'eloigne de la cote et m'oblige a depasser mon objectif pour esperer l'atteindre apres virement de bord./Appel radio amical d'un bateau rencontre en Espagne et en France/Eux ont passe la nuit au Cap, ignorent ma situation et vont vers Port-Camargue/ J'explique, ils decident apres reflexion de se derouter pour venir me chercher (les heures passaient et je ne me voyais pas passer ma 2eme nuit dans le brouillard sans avoir pu dormir)...
Arrivee au port; entree assuree par les services du port; J'offre le resto le soir(simple) et leur dit que j'assumerai leur nuit au port(elle n'etait pas prevue). Quand j'emerge ils sont deja partis et ont paye leur place. Le port etait prevenu et je ne suis pas content de leur encaissement. Je decide de contacter mon assurance pour cela et demande que la place et les frais de carburant (estimes) soient rembourses: double de la facture du port, rapport de mer, attestation sur l'honneur (plus le rapport de l'expert pour l'avarie qui confirme le contexte)et mon sauveur est defraye sans benefice particulier.
Les aspects marins humains contractuels et materiels ont, me semble-t-il, ete a peu pres tous honores et ma foi j'en etais bien content.
Si cela pouvait etre toujours comme cela...

15 mar. 2004
0

a propos de remorquage
Vos discutions me rapelle qu'à chaque catasrophe de pétrolier et cargo il y avait une discution sur le prix du remorquge .

Quand on a été remorqué , on peu toujours versé un petit don à la SNSM à défaut

15 mar. 2004
0

La loi et la jurisprudence disent:
Le secours aux personnes est gratuit.
Le secours aux biens peut être facturé.
(je cite en bref, je n'ai pas le texte sous les yeux)

16 mar. 2004
0

SNSM et remorquage
Bonjour,
Bénévolat ?
une froide soiree d'hiver un 36 pieds de jeannot echoue a la balancelle( bouee du rhone)secouru humainement et gratuitement par le zodiac des pompiers remorque pour la modique somme de 35.ooo francs ( 5335 €) jusqu'aux saintes marie de la mer!
je veux bien que les marins de la SNSM soient des benevoles a qui l'on doit respect, je ne pense pasque la SNSM soit bénévole au sens strict du terme

16 mar. 2004
0

Qui doit payer le Gas-oil, l'entretien et l'assurance du canot,
si ce n'est ceux qui demandent la sauvegarde de leur bien?

16 mar. 2004
0

la SNSM facture les frais de sauvetage du matériel
JAMAIS les frais de sauvetage de personnes.

Et tout cela me paraît bien normal. Ils ne sont pas là pour offrir un service de remorquage gratuit. D'ailleurs, en général, les assurances prennent en charge.

16 mar. 2004
0

un remorqueur de mer assez puisssant ...
avec son équipage a un coût total réel de l'heure dont l'unité de comptage est le millier d'euros.

A 5000 euros, cela ne fera pas beaucoup d' heures ...

Je ne pense pas que le contribuable local serait ravi de voir ses impôts partir en fumée pour faire gratuitement le travail qui devrait normalement échoir à des sociétés privées de renflouement !

16 mar. 200416 juin 2020
0

6 à l'eau
en mer : sur une planche : 6 jeunes : emportés d'une plage par les courants, pour 'mieux voir' de plus pres le tall ship race! on leur a jeté un bout et remorqué en douce plus près des plages, savaient plus d'ou ils venaient...
puis appelé 'sauveteurs' d'un club de voile leur demandant de vouloir les prendre pour la dernière distance jusqu'à la plage, à cause de notre quille ne pouvant pas aller plus loin : le type du club : vous aider? mais c'est pas des membres de notre club ceux-là !, sont venu contre leur gout,vive l'entraide !

16 mar. 2004
0

remorque
certes ce n'est pas au contribuable de payer un remorquage , mais bien au plaisancier ou son assurance.
Mais je vois mal des societes privees de renflouages tendre la main en disant a vot' bon coeur, nous sommes des benevoles
Dans le larousse au mot benevole il est dit: qui fait quelque chose sans etre renumere
au mot commercant il est dit ds le meme larousse:
vente ou echange de marchandise....et de vente de service.
a la quelle des deux categories avons nous a faire dans ce cas ?

16 mar. 2004
0

Petites finesses du langage
La SNSM possède des canots armés par des bénévoles (sauf Marseille: canot de la SNSM armé par le BMP)qui ont une obligation MORALE de porter assistance aux PERSONNES.
Un bateau ayant une valeur vénale, il est normal que son sauvetage soit rémunéré.
La valeur d'une vie humaine n'ayant pas pu être chiffrée (pour le moment) le secours aux personnes est gratuit.

16 mar. 2004
0

le Troll est trop gros, @roma.t
... passera pas. Plonk.

16 mar. 2004
0

big troll
peut etre ben oui, peut etre ben ...

16 mar. 2004
0

Remorque
L'été dernier, mouillé à Cézembre (en face de St Malo)le soir tombe, le mouillage se vide. Un dernier bateau tire sur son ancre. Sur le point de partir pour le Cap Fréhel, de grands signes en notre direction du canot automobile mouillé. PANNE. Demande de remorque jusqu'à St Malo.Pani problème. Une fois arrivé nous ont offert toute leur nourrice d'essence. :-)

16 mar. 2004
0

pour Catherine
tu pêches à la mitraillette?

(cf la photo) ;-)

16 mar. 2004
0

à spot
ferais mieux de pecher du 'comestible', je l'ai ai prix en photo croyant les revoir au ports (plus tard) pour petit remerciement...revu personne bien entendu !

16 mar. 2004
0

bon appat pour le requin
et bon montage : on ne voit même pas les hameçons

16 mar. 2004
0

si vous aidez pour attendre une recompense.
vous etes tombés bien bas.le fait d'aider est suffisant en soi.comprennez que celui qui aide,ecrase celui qui est aidé et que le premier en est aussi fier que le deuxieme en a honte.

donc,rien de plus normal qu'il y en ai un qui dise ils ont rien dit et sont partis,et l'autre qui se tire la queu entre les jambes.

relisés donc le "voyage de mr perichont"

gggrrr...

17 mar. 2004
0

Tu l'exprimes un peu violemment....
... mais je pense que tu as touché du doigt au moins l'une des raisons pour l'absence de remerciements.

Les "fautifs" n'arrivent pas à dire merci sans avoir l'impression de se mettre encore une fois en situation de faiblesse après une expérience déjà traumatisante.

16 mar. 2004
0

souvenir
c’était en 1975, j’étais moniteur voile à la « grande baie » en face de Cordouan ; cette baie se remplissait et se vidait par un étroit goulée: bonjour les courants.
Par vent de terre, je faisait parfois, le soir un tour en zodiac (MK2 + 20ch) pour récupérer les ballons plastiques et autres objets flottants entraînés au large, et en faire cadeau à un monitrice pour les enfant …….. à, c’est une autre histoire…
Un soir, en faisant mon tour, j’aperçois ce que je prend pour un gros ballon, je fonce et découvre un espèce de pseudo bateau en plastique, modèle « superfina » de mémoire, au quel était accroché ….. un gars 60 ans – 90 kgs, qui tenait à ce qui était devenu son radeau de survie par un petit bout accroché à l’avant : son truc s’était retourné.
Cela se passait à 2-3 nautiques au large, avec un courant fort remontant la gironde, vers 18 heures.
Le gars était content de me voir, mais déjà bien fatigué et violacé, le hisser dans le zodiac n’a pas été facile. Une fois à bord, il n’y a pas eu besoin de grandes explications sur la sécurité, il était parfaitement conscient de ce qui venait de lui arriver ; et quand je lui ai dit que son truc superfina était d’abord très dangereux et qu’en plus je voyais pas (et j’avais pas envie) de le ramener il était d’accord : le truc a été coulé sur place.
Le lendemain, il m’a amené un bouteille de cognac de « grande marque » et je suis sur que cela était vrai, car il devait bien mieux connaître le cognac que la mer.
Hélas, à cette époque je ne faisais pas moi-même la différence entre un gin-tonic glacé et une fine champagne !!!

25 nov. 2004
0

merci...
Je passe le permis cotier demain, si par malheur je me trouve un jour ds une situation ou l'un de vous me sauvera la peau, il me semble evident que je ne saurais pas quoi faire pour lui prouver ma reconnaissance (un verre ou l'apero ne saurait etre qu'un minimum) et se pourrait etre l'occasion de faire plus ample connaisance... "Toi qui m'a donné du feu quand ..." Pour l'heure, Laissez moi vous remercier a la place de ceux qui ne l'ont pas fait

25 nov. 2004
0

pourquoi attendre
un merci, on rend service,puis a mon avis on se sent bien , le reste c'est du vent.
faisont le un point c'est tout et acceptons l'autre comme il est.
Geo

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

Souvenir d'été

  • 4.5 (144)

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

novembre 2021