Trimaran pour transat et Caraïbes ?

Je me permets solliciter l'expérience des membres du forum, plus particulièrement celle des propriétaire de trimaran.
Je réfléchis à la pertinence d'un trimaran autour de 32 pieds pour une transat et découverte de la caraïbe en couple.
J'ai un budget limité et en parcourant les annonces, j'ai vu des dragonfly 920 et 1000, rapides et cependant civilisés semble t'il, et surtout, abordables.

Pensez-vous qu'ils soient adaptés à mon programme compte tenu de leur taille, poids, etc...où sont-ils d'avantage réservés à du cabotage ?
Je vous suis très reconnaissant de l'expérience que vous pourriez partager.

L'équipage
02 juil. 2020
02 juil. 2020
1

Tout tourne autour du poids que tu veux emmener par rapoort au poids que tu peux emmener.

Il y a des propriétaires de DF sur le forum qui sauront te le dire mieux que moi mais je n' ai pas de doute sur la capacité de ces bateaux à transater.

Par contre, je n' aimerais pas le faire avec un tri surchargé, quel qu'il soit.

Je projette un Tour de l' Atlantique avec mon Twiggy. C'est un bateau peu porteur et je prévois des choix assez radicaux pour éviter la surcharge.

Pour un DF, une bonne révision des articulations semble importante


03 juil. 202003 juil. 2020
1

Merci triple jim, en effet, en multicoque la charge est importante. En ce qui me concerne, je ne prévois ni machine à laver, ni bouteille de plongée !
Concernant les DF, le 920 est annoncé en catégorie B, le 1000 en A.
En effet, c'est le système de pliage qui, si pratique au port, me fait peur en navigation hauturière. Si ça casse, c'est l'enfournage assuré !
Mais j'ai également peur de la sensibilité extrême de ces engins aux hausses de vents, réglages de voiles...bien en compétition, plus laborieux en croisière qui se veut tranquille.
L'éternel problème du mouton à 5 pattes !


03 juil. 2020
0

Pour ce qui est de la "sensibilité aux hausses de vent", particulièrement en traversée, il faut anticiper et être très conservateur. Ca n'est pas le contexte où on cherche à faire des records de vitesse.
Au portant, plutôt un ris de trop que trop de GV, un ris de plus la nuit.
Avec la disponibilité de la météo qu'on a aujourd'hui, on peut raisonnablement anticiper et porter la toile des rafales à venir.


03 juil. 2020
0

connaissez-vous l'Exception 42 de Philippe Briand ?


03 juil. 2020
0

Bonjour,
Je fais partie de ceux qui pensent qu'un monocoque de taille modeste mais bien préparé peut tout à fait répondre à ton programme, mais pour un trimaran c'est certainement plus délicat.
Comme dit précédemment il y a la charge qui sera à bien surveiller sous peine de faire de la casse.
Mais le paradoxe qui va faire frein c'est lorsque les conditions se durcissent, aux près, s'il y a une mer courte caractéristique des Antilles, on ne peut pas serrer un peu en accompagnant les risées car le bateau s'arrête au bout de 3 ou 4 vagues par manque de masse et dès que l'on abat il reprend très vite de la vitesse et rentre très fort dans la mer en donnant la sensation qu'on va tout casser à l'atterrissage.
Au portant ça cavale aussi très fort et ça peut enfourner en rattrapant la vague.
J'ai aussi navigué sur un 47 pieds, en mode régate, dans des conditions assez dures et là ça passe en force au près sans donner l'impression de tout casser.
J'ai rencontré il y a quelques années, en Martinique, un couple qui avait traversé sur un Corsair 31 en mode brosse à dent coupée et qui continuaient sur le Pacifique. Ils reconnaissaient que certains moments avaient été chauds.
Maintenant pour le reste les petits tris performants c'est le fun total, j'en ai les poils qui se hérissent.


03 juil. 2020
0

je pense comme Lepapé , ce tri est trop petit pour ce genre de futur envie de nav


03 juil. 2020
1

Merci pour vos commentaires.
Certes, un bon et classique monocoque a fait ses preuves.
Malheureusement, je suis sensible au mal de mer (et oui...) sauf en multicoque !
Alors, compte tenu de mon budget modeste, un vieux catamaran de 40 pieds, de type Lagoon 380, Nautitech 40, etc..., moins amusant, est peut-etre préférable à un trimaran de 35 pieds?


tikipat:oui préferable et plus de confort ·le 04 juil. 2020 08:24
03 juil. 2020
1

Comme toujours c'est jouable avec un équipage qui sait où il va.
Sur ce type de bateau une GV avec l'enroulement dans la bôme est une bonne formule qui autorise une belle grand voile lattée (voire une voile de course), avec toute les possibilités de réduction simplement et rapidement.
Après il y a des tris plus camions qui ne vont pas affoler les compteurs, mais personnellement je n'en vois pas le bénéfice.


04 juil. 2020
1

@smeso

Faire de la croisière, des longues traversées en trimaran, ça n' a rien d' évident, ça relève d'un choix déterminé. Et donc d' accepter les contraintes qui vont avec, en particulier le peu d' espace et peu de charge utile, d'autant plus critiques que le tri est petit. En bref, si tu hésites entre un cata et un tri, prends le cata.

@ Lepapé

Pour ce qui est du passage au près dans une mer courte, il y a de nombreux facteurs qui jouent et je ne pense pas qu'on puisse généraliser ce que tu dis. Sur mon tri, si 3 ou 4 vagues successives peuvent être un problème, c'est plutôt pour virer de bord dans une mer formée. On a pas mal navigué en Adriatique (mers très courtes) et ça n' était pas si horrible. Mais tu as raison : le manque d' inertie est un vrai problème.
Ca m' est arriver de piper au près dans un vent fort mais en général, je préfère lacher quelques degrés pour garder un peu de vitesse, avec la toile bien réduite.
Le volume et le dessin des flotteurs influent grandement sur le confort : les flotteurs très volumineux offrent une bonne sécurité au portant mais font un bateau plus brutal au près.A l'inverse mes flotteurs à 110% sont un souci au portant mais je les apprécie au près.

Mis à part les DF et les Farrier / Corsair, bien connus, il y a une multitude d ' autres tris, en un petit nombre d' exemplaires chacun, très différents les uns des autres, ce qui rend difficile le cumul d' expérience. Quels sont les points communs entre un Searunner, un Newick à aile, Spirit, un Twiggy et un Neel ?

Pour avoir un peu d'espace dans un tri, il faut au minimum 40 pieds, 50 pieds étant la vraie bonne taille pour le voyage. En dessous de 35 pieds, c'est un choix très spartiate au vu des standards d' aujourd'hui, et qu'il faut assumer. Le manque de budget peut y aider...
Il y a aussi tous ces moments de grâce, une glisse fluide dans un vent quasi absent, un long bord de bon plein pleine balle dans une houle longue...


04 juil. 2020
0

Expérience d'un Corsair 24 et d'un DF 920 en EU + 50 ans de croisières en monocoque (y compris loin de la France).
Ce n'est ni la manipulation ni la limitation de poids embarqué qui me feraient renoncer, ces 2 critères peuvent se gérer.
Ces tri repliables en polyester ne sont pas rigides + une obligatoire fragilité des articulations. Je ne partirais pas faire une transocéanique avec de tels engins. Naviguer dans les Antilles est moins cool que sur les dépliants touristiques.
En croisière "locale" c'est l'état de la mer qui conditionne l'utilisation. Les mers courtes (ou pire hachées) sont une punition au près. Je ne parle pas des performances, si on tire sur la bête ça avance, ça craque de partout, ça se gondole mais ça passe. Peut être pas pendant longtemps... La souffrance des structures nous ont toujours incités à renoncer ou faire demi tour dans ces conditions.
Avec beaucoup d'années en moins à mon compteur (qui ne comporte pas de remise à zéro...) je partirais bien autour du monde avec un trimaran. 14 m à 15 m pour avoir un peu de volume intérieur pas trop tarabiscoté et un peu de capacité de charge. (Sans capacité de charge mini = autonomie très réduite) Le plaisir et le confort de naviguer à plat avec de bonnes performances, surtout au près, les mouillages rouleurs qui deviennent confortables avec le tri, le plaisir de la glisse.
Mais je crois bien que dans ces tailles il n'y a pas grand chose de disponible sauf peut être avec bcp de $ £ €.
Cdt
Yves


04 juil. 2020
1

Si tu penses aux catas et que tu es sensible à la performance, regarde les Plans LEROUGE, les Outremer 40 ou un Catana 42 S, ça peut se trouver dans des budgets raisonnables.
Pour beaucoup d'autres il faut bien regarder les moteurs...


05 juil. 2020
0

Dans les 15 m, il y a quelques trimarans intéressants en vente actuellement :
- Pat's, ex bateau personnel de Newick
- Avalanche, un Hammerhead 54 de Chris White
- les 2 Juniper (encore Chris white), je pense que Juniper 2 a été vendu

Si j' avais le budget, je pencherais probablement pour le Hammerhead.


05 juil. 2020
0

Belle bête cet Hammershead ! Mais pour barreurs avertis, avec forte expérience (ce qui n'est pas mon cas). Et hors budget malheureusement. J'ai vu qu'il existe en version 34, beaucoup plus abordable !
Bon, pour être plus précis, j'avais vu des dragonfly autour des 100000 euros, d'où mon intérêt pour ces bestioles.
Outremer et Catana, des références bien sûr, mais pas donnés en occasion (peut être trop à la mode pour un prix raisonnable ?).
Même si ce qui fait le prix finalement, c'est la demande, pas la valeur intrinsèque.
Lerouge, je pense que c'est plus destiné là-aussi à un voileux experimenté, pas pour une première acquisition. Mais peut être suis-je trop timoré !

Merci pour vos apports, vraiment de haut niveau. Je suis content que ce sujet ne génère pas de disputes entre intervenants, comme parfois.


05 juil. 2020
2

Sans vouloir rafraichir ton juvénile enthousiasme, c’est ta peau et celle de tes proches qui est en jeu.
Si tu tiens au DF, achètes en un et limite toi à de la croisière côtière. Tu te feras plaisir.
Et on peut faire aussi bien qu’un TdM en restant en Atlantique, tour de la Bretagne, Angleterre, Irlande, Ecosse, pays nordiques.
Pour le sud, un grand tour de Med te comblera.

Bon vent

Hervé


05 juil. 2020
1

Des Outremers 40 se sont vendus à moins de 100000 euros voici quelques années, des versions petit roof en général, pas nécessairement en très bon état, avec du boulot (et des dépenses) pour les remettre à niveau. On en voit plus guère. Les Catanas sont plutôt plus chers et on ne trouve plus trop de vieux modèles.
On trouve des trimarans "Golden" dans les 60/80000 euros, la plupart du temps avec un refit à la clé mais pas toujours. Tu peux jeter un oeil sur le site de Philippe Echelle, Multicoques Consulting. Après, si tu n' as aucune expérience préalable des trimarans, il vaut mieux prévoir une phase de découverte dans un premier temps, par exemple en côtière avec un tri pas trop exigeant.


MALWINE:merci pour toute ces infos·le 06 juil. 2020 22:07
06 juil. 2020
1

Perso, les articulations DF je ne suis pas fan pour le hauturier. J'ai peut être tord, mais je n'aurais pas confiance, trop de retour de propriétaires sur la fragilité ou l'obligation de maintenance régulière.

Pour la taille du bateau, ce n'est pas le seul critère à prendre en compte. Le dessin du bateau est tout aussi important. Il existe de très bon multis de moins de 10 mètres avec lesquels j'aurais plus confiance que dans certains cata de 12 mètres. Je ne me suis jamais fait peur avec mon F27 (j'ai pris quelques mauvais coups de vent ou mer compliquée avec), je le trouve très marin ce bateau. Il manque cruellement de volume et de charge admissible pour un bateau de grande croisière, c'est la raison pour laquelle, nous étions passé sur un cata de 10 mètres pour notre congé sabbatique.

Si tu veux resté en tri, il y a un bepox 333 qui semble très intéressant en ce moment. La forme et le volume des flotteurs donne à ce bateau un côté très sécurisant, mais j'ai peur qu'au prés dans les Antilles, ça tape fort dans les canaux.


06 juil. 2020
3

Ayant possédé un Farrier 32RX, puis maintenant un cata de 40 pieds, je trouve que comparer ces bateaux revient à comparer un Kart et une Berline de sport.
Le F32 est très humide dés que la vitesse dépasse le 12/13 nœuds (assez souvent sur ces petites bestioles) et assez exigeant en manœuvre donc fatiguant sur le moyen/long terme. Par contre c'est un bateau très fiable et marin. Je n'ai jamais eu peur à bord. La géométrie des plans Farrier m'inspire plus confiance pour le large que le système DF. La plateforme reste rigide, même dans la mer formée. La forme des flotteurs, assez bananés, offre un passage à la mer remarquable et une sécurité vis à vis de l'enfournement (plus le bateau accélère, plus il se cabre sur l'arrière des flotteurs et donc soulage les étraves)
Comme dit plus haut, la capacité de charge est assez limitée et se ressent très vite sur le comportement du bateau. L'habitabilité, même sur le F32 RX aft cabin (version large avec cabine arrière), est très faible. Le principal problème à mon sens étant l'impossibilité de se croiser à l'intérieur. Vivre dans ce type de tri, c'est comme vivre dans un couloir étroit, avec des surlageurs au niveau de l'assise.
Il faut se rappeler que le temps passé sur un bateau est quand même en majeure partie au mouillage.


06 juil. 2020
0

bonjour, même s'il faut différencier les anciens DF et les nouveaux quand à la rigidité, même si j'en connais qui on traversé plusieurs fois le golfe de Gascogne, l'Atlantique, la mer du Nord cassante, la med en long et en large :-)
j'en connais aussi qui ont cassé des axes :-(
Bref à partir d'une certaine taille je préfèrerais la rigidité et la solidité de bras fixes et solidement fixés à la coque centrale.


06 juil. 2020
0

Après lecture de vos très intéressants commentaires, je pense qu'il m'est plus raisonnable de me lancer sur un cata, d'occasion et autour de 40 pieds question budget, et plus probablement de type lagoon qu'outremer (sauf affaire du siècle!)
La recherche ne fait que commencer (et vos suggestions bienvenues, meme s'il y a déja eu de nombreuses discussions sur le cata idéal)!

Merci á tous!


06 juil. 2020
0

J' avais une pleine confiance dans la structure de mon Twiggy... jusqu' au jour où j' ai découvert que les tirants de poutre n' étaient pas conformes au plan, diamètre 6,35 au lieu de 9,4 !
Le remplacement est en cours mais je dois dire que l' ensemble poutres fixes / tirants même sous dimensionnés n' a jamais montré de traces de faiblesse même dans des conditions rudes.


06 juil. 2020
-1

Si tu cherches maintenant un cata aux capacités hauturières, mais pas trop cher, tu peux te tourner également vers la production anglaise.
Le Snowgoose 37 et surtout ses successeurs en 38 et 39 pieds sont des bateaux qui a défaut d'être dans les canons de la mode et très performants, sont biens construits et ont fait leurs preuves en grande traversée.
J'ai croisé plusieurs tourdumondistes sur Snowgoose 35 et 37 dans l'océan indien.


06 juil. 2020
0

Question avons nous du plaisir à naviguer sur un Snowgoose 37?


tang-nard:Si le plaisir c'est d'être sur l'eau oui !!!Si le plaisir c'est barrer à hautes vitesse, beaucoup moins.·le 07 juil. 2020 10:24

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ecosse, convoyage en 2007

Souvenir d'été

  • 4.5 (93)

Ecosse, convoyage en 2007

novembre 2021