Traverser la manche sur un voilier de 6.60m

Bonjour,
J'envisage de traverser la manche début Août avec mon voilier. C'est un ETAP22 (donc 6.60m) bien équipé et en bon état. L'aventure se fera avec un bon copain avec qui j'ai l'habitude de naviguer. Le départ est prévu de Perros-Guirec, direction Plymouth histoire de voir si la bière y est bonne puis les Iles Silly, si ça le fait bien et si le temps le permet, et puis retour. Pour info les voiliers Etap sont insubmersibles et sont donc dispensés, comme tous les voiliers insubmersibles, de radeaux de survie. J'envisage cependant d'en louer un pendant 15 jours.
Je cherche quelqu'un qui a déjà fait ce genre de périple surtout avec un petit voilier comme le miens et des conseils avisés de personnes qui l'on déjà fait. (temps estimé de la traversée, meilleurs moment de la journée pour le départ, etc...)

Merci

L'équipage
09 juil. 2009
09 juil. 2009
0

va jeter un oeil sur le blog
" éric à Alésia "

aurore.heoblog.com[...]/

Il fait de belles nav en Manche sur un Bahia 6,50

Sur son blog tu y trouveras le récit de son voyage aux Scillys l'été dernier , en solo

09 juil. 2009
0

j'ai fait
la traversée (en Manche Est, donc plus court, certes) il y a 30 ans sur un Flirt 6,20, tout est possible ! Mais un bip est une bonne précaution d'autant que la dispense pour les insubmersibles est moins évidente depuis la nouvelle réglementation. Regarde bien aussi comment Laurent a écrit Scilly pour ne pas froisser les locaux, il est même bon de dire "Isles of Scilly" plutôt que "Scilly Islands" qui sonne effectivement comme "Silly Islands". Bonne nav.

09 juil. 2009
0

Bonne idée de louer un bib
L'insubmersibilité des Etap ne dispense pas toujours d'avoir un bib à bord. C'est fonction des anciennes catégories de navigation dans lesquelles ils ont été homologués. Si le 22 pieds était classé en 4ème catégorie, il faut un radeau de survie à partir de 20 milles d'un abri, ce qui est le cas pour une traversée Perros-Guirec/Portsmouth. S'il était en 3ème catégorie, on passe à 60 milles. Mais bon, deux précautions valent mieux qu'une.

09 juil. 2009
4

Sur le Mousquetaire
que nous avions, le BIB n'était pas obligatoire car l'engin était insubmersible.

Avec ce Mousquetaire nous avons traversé la Manche 3 fois, toujours en partant de Guernesey : les Scilly,, Plymouth, Weymouth, jusqu'à Poole où avec notre faible titant d'eau nous sommes allé jusqu'au village de Wareham (ammarré au quai, au pied des Pubs, un régal).

La dernière traversée fut très mouvementée : force 6 avec rafales à 8, bateau en mauvais état (le filoir du petit foc s'est arraché, le winch s'est désolidarisé de son support, et il a fallu faire de la menuiserie groissière en clouant des morceau de bois pour boucher les trous. Néanmoins nous sommes non seulement arrivé chez les Goddons, mais nous en sommes aussi repartis.

A l'époque notre équipement était succint : cartes + cartes courants + règle Cras, Compas de route avec un éclairage à pile (les Wonder plates) et un compas de relèvement. Ni Loch, ni sondeur (la dérive relevable en jouait le rôle). Nous suivions notre estime en reportant un point toutes le 2 heures basé sur le cap suivi, une vitesse de 4 noeuds, une estimation grossière du courant + dérive et en se recalant par des relévement sur les feux dès qu'ils apparaissaient. Le secret c'était de partir de façon à arriver au petit matin en vue des cotes.

A l'époque (fin 1970) le seul problème était les rails des cargos : on avait des feux Plastimo à piles et par sécurité on en avait envoyé un blanc en tête de mat. Quand un cargo était en vue on éclairait régulièrement la GV avec la torche.

Donc avec les bateaux d'aujourd'hui, GPS et autres système de navigation électronique, sur un bateau de 6,60m ça doit se faire les fingers in the nose (mais moins marrant).

09 juil. 2009
0

j'adore
ce genre de récit. même si c'est un peu hors sujet. C'est le genre de récit qui me font dire que quand on veut naviguer, quelque soit l'équipement, on peut

Maintenant sur un bateau un peu plus grand (c'est juste pour pouvoir tout casé), on se poserait la question de l'AIS, du radar, etc... pour finalement peut-être même plus partir car l'éléctronique n'est pas toujours fiable... :-D

Mes parents on fait ce genre de navigation sur un Leasure 23 et j'avais 4 ans.

Le plus de nos jours c'est quand même le GPS qui apporte un plus grande précision que l'estime et une certaine facilité pour reporter sa position.

09 juil. 2009
0

insubmersible mais ...
pas ininflammable !! Sur mon farfa II, je n'ai pas de radeau de survie, mais une très compléte collection d'extincteurs.

PS: 6.60 était considére comme grand, la principale limite sera l'équipage et surtout sa resistance physique :-)

11 nov. 2012
0

vieux blog mais interressant, j'ai le même projet !
y a t il quelqu'un qui a envie de parler de sa traversée de la manche en etap 22 ou équivalent ?
j'aimerais lire le récit et connaitre le programme de nav effectué.

11 nov. 201211 nov. 2012
0

salut,

il y a 20 ans, j'ai traversé pour la première fois avec mon Start 7, légèrement plus long, mais pas plus marin qu'un étap 22.
Nous étions à deux bateaux, le start et un Daimio.

On avait choisi de partir de Guernesey pour Brixham ou Dartmouth, en fonction des conditions rencontrées pendant la traversée.
Avantage de cette traversée. on l'à faite dans la journée.

Nous avons caboté ensuite pendant trois semaines jusqu'aux scilly avec un temps très clément, ce qui n'est pas toujours le cas passé le Lizard.

Aguerris et audacieux, nous sommes rentrés directement des Scilly sur Batz.

voila : il faut bien prendre la météo et oser.

11 nov. 201211 nov. 2012
1

aucun pb avec les météos de maintenant l'été.
Egalement en mousquetaire nous avions fait Cherbourg Penzance direct (40 heures)
puis au retour Scillys Cherbourg direct, un peu long par vent d'Est à Nord Est (64 heures)
Quant on voit ce que font certains avec des Muscadets ....
ou bien un monsieur de Cherbourg d'un certain âge qui a été jusqu'en Ecosse avec son mousquetaire (et retour) en solo
Hubert, de Cherbourg

11 nov. 2012
0

t'es un furieux Hubert !!

Mon mousquetaire, j'ai pas osé traverser avec.
J'ai bien fait.
Il s'est ouvert en deux le long de la pièce de quille dans le petit Russell au sud de St Samson.

11 nov. 2012
0

Il ne faut pas hésiter.
Nous, on a traversé jusqu'en Corse A/R avec un Corsaire, cad 5,5m et pas insubmersible.
A l'époque, je me souviens où est sorti l'etap 21, deux journalistes ont traversé la Manche bateau plein avec un trou dans la coque.
Un etap 22 est passé une fois, aspiré par ses hélices sous la quille d'un cargo. Il est ressorti. Bon un peu abimé mais il n'a pas coulé.
En matière de sécurité un bip me semble inutile. De toute façon, en cas d'avarie ton bateau ne coulera pas avant que quelqu'un se porte à ton secours. Alors mieux vaut rester sur le bateau dans tous les cas de figure.
En revanche et pour parler de sécurité réelle trois choses.
D'abord une bonne VHF et une autre portable et étanche. Dans la Manche, en août en plus il y a un trafic fou. Donc en cas de Mayday (ou plutôt Pan Pan tant que tu coules pas) j'évalue à moins d'une heure le temps pour que quelqu'un te vienne en aide.
Ensuite des gilets aux normes. cad 150N auto-gonflable.
Enfin, mais ça va sans dire sur un bateau alors que dire d'un petit : LA METEO. Pas plus de 3 beaufort et surtout, pas de brouillard et la bière est à toi.
Bonne nav.

19 oct. 2017
0

Salut,
Bien regarder la météo et la carte des courants. Traverser le rail le plus perpendiculairement possible. Et tout devrait bien se passer! Nous l'avons fait à 3 sur un Dufour 2800 en Septembre 2017 : Dinard - Guernesey - Dartmouth - Plymouth - Fowey - Falmouth - îles Scilly - Dinard.

19 oct. 2017
1

8 ans plus tard :-)

19 oct. 2017
0

Jamais trop tard! :-) Si ça peut motiver certains à larguer les amarres, c'est le principal! ;-)

21 oct. 2017
0

bonjour,perso je n'ai pas été si loin,a l'époque ou j'avais un flirt en dériveur lesté de 6m,a 3 et 2 personnes j'ai pris le départ du havre avec avis de grand frais pour chebourg,pas de changement du sens de vent comme annoncé,donc le courent dans le nez+ le coup de vent,37h pour rejoindre Cherbourg. ensuite perrose guerec une journée et une nuit de navigation en passent par le singe (le retour par le raz blanchard).Ensuite direction roscoff,j'ai été voir le rail;mais pas traversé car trop lent par rapport aux porte contenaires etc.Pour moi la priorité c'est vote rapidité et maitrise au réductions de voiles par gros temps...a par cela si tout est en très bon état,notamment le gréement,je ne vois pas trop les problèmes que vous pourriez rencontrer...mais faite déjà des sortie par forces 7/9,cela vous dira le reste sur vos comportement et celui du bateau....je sais que le flirt si l'on maitrise les réductions de voile,la navigation de nuit il y a pas vraiment de problème;comme l'on dit souvent les bons marins arrivent a bon port...pour les vitesses de vent elles on été mesuré a terre par le club de voile du havre et rapporté au retour par les personnes qui nous regardaient dans le coup de vent...a cette sortie j'etait avec deux ados qui ont fait leurs baptême de voile et qui sont revenu avec grand plaisir navigué a ma surprise...mais bon j'avais l'habitude de naviguer en solo et j'ai eu se bateau environ 10 ans...
bon voyage a vous

21 oct. 2017
10

C'est à mon avis complètement délirant de conseiller des sorties par 7 à 9B!!!
Par ces forces de vent, un bateau de 6,60m a sa place au port, bien à l'abri.

En Manche, que je pratique depuis une quarantaine d'années, on a une bonne vision de la météo sur plusieurs jours, on peut donc éviter de se mettre en situation difficile sur ce plan.

Au départ de Cherbourg, c'est quelque 70 milles, soit une vingtaine d'heures avec un bateau qui ne doit guère permettre d'assurer une moyenne supérieure à 3,5N. C'est déjà beaucoup.

Si le candidat n'est pas basé en Manche ouest, une bonne solution me semble être de rejoindre Boulogne en côtière (vocation d'un tel bateau), puis de traverser dans une marée, avec l'aide du courant, vers Douvres (27 milles), avant de longer la côte sud de GB, Solent, voire Cornouailles. Les Scillys sont déja plus problématiques (46 mille de Falmouth si je me souviens bien), surtout que, en cas de dégradation annoncée, il faut vite rejoindre Newlyn, Penzance ou Falmouth, faute d'abri convenable.

Mieux vaut encourager à des traversées prudentes que laisser entendre à des skippers peu confirmés que tout est possible.

Mais évidemment, nous avons ici de vieux briscards capables d'affronter n'importe quelle tempête, de monter au mât sans les mains en 1mn30 par force 8, plonger en apnée pour dégager une hélice et autres fantaisies!

21 oct. 2017
0

bonsoir ecumeur,je suis ok avec ce que tu dit,mais je vais remettre les choses dans leurs contexte pour ce que j'ai dit. Perso je n'ai pas suffisamment de jours de congés pour de tel navigation,donc pour moi c'est la traverser au plus directe,le cabotage plus sage me prenait trop de temps.Le bateau était en 4 catégorie a l'époque pour permettre la navigation a 20 ou 25M je sais plus trop.C'est évident que la météo est décisionnaire pour l'appareillage. La question c'est un changement de temps non annoncé quand tu est a 20 miles des cotes?tu agit comment et tu fais quoi?jusque a quel limite tu peux compter sur le bateau...car l'environnement n'est pas rassurent et que tu dois composer avec les éléments,y compris de nuit.Donc c'est pour cela que volontairement j'ai testé le bateau petit a petit sur 5 ans pour voir ses capacités,j'ai fait faire par un maitre voilier un génois qui allait jusque au 3/4 du bateau,remis a neur tout ce qu'il pouvait être avent de faire cette première navigation.Je ne me lance pas des fleurs,je ne suis pas un cadore non plus;je connais mieux mes limites et celle du bateau,c'est ce que je ferais avec mon nouveau bateau aussi.C'est vrais que nous nous chronométrions pour les prises de riz seul comme une navigation en solo...le résultat n'est que pour des raisons de sécurité. en nave de nuit toujours 2 sur le pont et 1 qui dort par quards. pour le départ cela fesait 1 semaine qu'il y avait des avis de grand frais,voyent mes congés défile,la croisière compromise,deux solution était possible,1 que je laisse tombé et que je parte en vacances en voiture ou utiliser la fenetre météo annoncé...a mis parcoure entre le havre et cherbourg,la renverse des courants et le changement du vent qui nous portait sur cherbourg avent l'avais de grand frais.donc a 7h le matin nous sommes partis. Évidement a la renverse le vent n'a pas tourné,donc dans le nez plus le courent-37h de nav. heureusement que nous avions fait ses petites préparations,cela c'est passé en toute quiétude,pas au confort du tout,malgré tout nous avions fait même des quards la journée,fait des plats chaud et boissons chaude...cela etait une super expérience...mais ne veut pas dire que je le referais volontairement...pour le moral c'est éprouvent...mais après 24h de biture et bouffe sur cherbourg pour se reposer..Pour mon nouveau voilier je l'ai choisi par sa carène qui m'a tapé dans l'oeuil,ce n'est pas un voilier de grandes performance de vitesse,mais un nounours robuste...quand je l'aurais pris en main,j'espère bien faire les iles anglaise,écosse et la cerise sur le gâteau monter au lockness..le tout avec le moin d'escale possible...POUR LA VITESSE que tu a annoncé,bingo,nous avions calculé une moyenne de 3,2 neus,tout a fait honorable pour un 6m en dériveur lesté...pour l'infos j'avais vue que des flirt avaient deja fait des traversés...donc en théorie ce que nous avions fait a cette époque avait grandement été fait...Pour le voilier que je refait c'est un albin vega 13 de 8,40m qui est fait part des chantiers suédois pour les mers du nord...donc je suis normalement dans les cordes...a moi de le découvrir et de le prendre en main avent toutes longue croisières qui seront évidement préparé a l'avance...
je te souhaite d'agréables navigations
amicalement j-b.

21 oct. 201721 oct. 2017
1

Conseillr de sortir par force 9 sur un 660 c'est chaud
Perso j'ai test en Kelt620 par f7 c'est déjà pas mal ( résultat safran casser dans la houle du cap lévi, je me la raconter moins pour le coup)
Sur plan d'eau abriter de la mer pourquoi pas

21 oct. 2017
0

Pour diverger sur un sujet connexe: c'est quoi les règles aujourd'hui pour un bateau neuf insubmersible?

21 oct. 201721 oct. 2017
4

@"Conseillr de sortir par force 9 sur un 660 c'est chaud "
Heuh,c'est pas chaud, c’est débile !
Je me demande quelquefois si on a toujours ont une juste idée de ce que représente les forces de vent dont on parle.
Force 9 c’est 41 à 47 nœuds, avec des rafales pouvant atteindre 65 nœuds, et un bateau comme le flirt cité plus haut est totalement incapable de s’élever au vent dans ces conditions, tout au plus pourra t’il fuir, et si la mer est à la mesure du vent, c'est-à-dire si elle a eu le temps de se lever, les chances de se retourner comme un crêpe sont élevées . A la limite en eau parfaitement abrité il pourra venir humer le vent mais sans vraiment pouvoir le remonter, parce qu’il n’aura pas assez de puissance pour ça.
Cela dit, il est tout à fait possible de traverser la manche jusqu’aux Scilly par exemple avec un très petit bateau, plusieurs l’ont déjà fait, mais dans des conditions compatibles avec les caractéristiques du bateau.

21 oct. 2017
0

tu n'as pas tore,mais c'est là ou c'est importent de savoir réduire ses voiles et au besoin de changer de cap...je ne suis pas un pro,juste un gas qui connaissais sont bateau,pour infos j'ai vue des 7,5/8m tirer leurs fusées part force 6/7...donc tout dépend jusque ou les personnes et les marins peuvent aller...si tu fait du côtier en cabotage ou de la traversé....quand tu est seul a 20 miles des cotes que la météo change par surprise sans être annoncé tu fais quoi?donc nous nous sommes préparé sue quelques années avent de partir avec un maximum de sécurité...Perso je n'aime pas trop les rond devant la plage,mais profiter de la liberté de l'eau a courir devant moi...une autre philosophie...je pense.mais respect a tous et toutes...

22 oct. 201722 oct. 2017
0

@boatlover
Tu à entièrement raison j'ai étais un peut trop gentil
Pour cette taille F7 est le grand max raisonnable (et seulement avec équipage expérimenté)

21 oct. 2017
1

C'est une bonne idée d'aller de l'autre côté de la Manche avec un petit bateau, les côtes de GB et d'Irlande fourmillent d'endroits accessibles avec de petits bateaux et de petits tirants d'eau.
Une bonne solution : traverser sur un ferry...

22 oct. 2017
0

@Papy-Boom
Je vous ai étoilé pour la dernière phrase. D'accord aussi pour la première.

21 oct. 2017
1

Je ne connais pas la Manche, à part des traversée en ferry, et n'ai donc pas d'avis sur le comportement d'un petit bateau pour la traverser.

En revanche, sur un plan général, il me semble que dans des conditions difficiles, le gouvernail accroché au tableau, de la plupart des bateaux de 6m50 à 7m50 est un point de faiblesse.

On lit ici et là, ne serait-ce que plus haut dans ce fil, des avaries de gouvernails cassés (Kelt 6.20, Brio, Kelt 7.60....) alors que des bateaux de tailles équivalentes (Love-Love, Sangria) avec gouvernail sur aileron n'ont généralement pas ce genre d'avarie.

Donc prudence quand même, avec la météo et loin des côtes, avec ces bateaux, qui sont excellents par ailleurs.

21 oct. 2017
0

bonjour KOALA-5;tu as raison...d'après ce que j'ai constaté lors des visites pour l'achat de mon future voilier,j'ai grandement pris en compte se problème. C'est la même maladie sur de plus grand voiliers,les seuls qui commençais a me plaire c'est ceux des chantiers des mers du nord;ils conçoivent leurs voiliers pour les grosses mers froide...vois la carène du mien...je pense avoir minimisé en partie le problème de la casse;sur le lien suivent...
www.boat-specs.com[...]in-vega
bonne soirée.

21 oct. 2017
1

éviter d'avoir plus de 30nd ça serait bien,pas la peine d'aller chercher les embrouilles,surtout maintenant avec des météos fiables sur au moins 4 jours

21 oct. 2017
0

tu as raison ,mois c'était en 90,le bulletin météo quand nous étions en mer,c'était la radio a 12h et enregistrions le bulletin sur K7 pour décortiquer les zones qui nous concernait;poste prévue pour cela et obligatoire dans l'armement de bord(les accastilleurs en avaient sur leurs etales en vente);la VHF n'etait pas obligatoir a cette époque,pour la navigation,cartes compas de relèvement;règle cras,les bouquins de navigation et le permis des premiers GPS de poche dans la plaisance...et notre chère gogno que je regrette a se jour..quelques année après,j'ai eu une info par un voileu aguerrie c'est de choper les météo des aéroports,ce son les plus fiables qui soit...

21 oct. 2017
0

Bonsoir. Juste comme çà en passant, cette année, retour des Scilly, coup de vent sur l'Irlande, me suis fait rattraper et suis resté deux jours barre amarrée à sec de toile , 60 et quelques milles d'Aurigny et de Guernesey mais la moitié pour Dartmouth. Quand çà s'est calmé, un peu, c'est cette direction que j'ai pris. Bateau de 8 m et seul à bord. Tout çà pour dire qu'un bon bateau comme l'Albin le fait. Un œil de temps à autre pour surveiller les cargos et c'est tout. A éviter toutefois de partir dans du 9 en sachant que çà va durer un certain temps.

22 oct. 2017
1

Avec la bonne fenêtre météo tout est possible! certains l'ont même traversé avec un petit dériveur sans cabine...

22 oct. 2017
3

Je remarque que personne n'évoque l'AIS. C'est, à mon avis, le principal élément de sécurité pour traverser la Manche.

22 oct. 2017
0

Bonjour. Avec une poche bien garnie en euros, une batterie kivabien, une antenne itou, la course à l'électronique etc..essayez d'intégrer tout çà dans un Flirt ou similaire en taille.

22 oct. 2017
0

On évoque ci-dessus une traversée de Manche en Flirt. Pour mémoire, en 1978, un solo a fait Noirmoutier- Les Marquises en Flirt quillard, en passant par le Canal du Panama. Seul problème matériel sérieux, si ma mémoire est bonne : aiguillot et fémelot de safran, faiblesse structurelle précisée également ci-dessus. Incroyable aventure à ne pas conseiller bien sûr. Comme quoi, la traversée de Manche en petit bateau, si on est prudent : Pourquoi-Pas ? Si j'ose dire ...

22 oct. 201716 juin 2020
0

il ne faut oublier aussi

22 oct. 201722 oct. 2017
0

a-t-il reussi a traverser la Manche 8 ans apres avoir poser la question ??? pas sûr :alavotre:

de toute façon dans cette aventure le principal c'est le matelot ...

23 oct. 2017
0

Tu es bien pressé ! Dès qu'il sera arrivé, il nous le fera savoir :acheval:

23 oct. 2017
1

C'est long une manche et il y a un coude à passer ;-) :acheval:

23 oct. 2017
0

le pauvre je l'imagine en train de errer dans la Manche depuis 9 ans ,il serait temps que l'on prévienne le Cross :acheval:

23 oct. 2017
0

ptete que faire la manche ça rapporte beaucoup

23 oct. 2017
1

Je l'ai fait avec mon père plusieurs fois sur le Muscadet il y a ....45 ans!
Aucun problème particulier. Mais il faisait beau à chaque fois donc pas de véritable expérience de mauvais temps. Sans doute à l'époque une bonne expérience de la météo côté paternel :heu:

23 oct. 2017
0

Traversées en long ou dans la largeur, c'est pas tout à fait pareil. Cherbourg Dartmouth 120 milles, 180 pour les Scilly et il reste encore à aller au "poignet" mer du nord.

23 oct. 2017
0

enfin restons raisonnable , vivons ,nos rêve si on peu s'accommodée de toute les restrictions
un exemple

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bergen , sous le soleil

Souvenir d'été

  • 4.5 (154)

Bergen , sous le soleil

novembre 2021