traversée pour la corse....une folie???

Bonjour a tous....
Première fois que je mes les pied dans ce forum....
J'ai besoin d'un avis....
On part en voilier pour aller en corse de Toulon....

On se demande si ce n'est pas une folie de partir sans Skipper...
Moi j'ai une bonne experience en voile sur dériveur...et de l'habitable en lac....sortie a la journée...et jamais partit sur plusieur jours....
Mon pote a deja fait deux tripe de 1 mois sur habitable....mais pas du tout commpe skipper.....mais c'ets bien du genre a s'interesser a tout....

Bref c'est sur que votre avis ne sera pas objectif vis a vis de l'equipe de bras cassé que nous formons...mais si il y a ici des retours d'experiences ..... ou tous simplement des infos sur la traverssée....les point clef a gerer pour une telle aventure....

On vas peut etre partir 4 jours sur un autre habitable histoire de se mettre a jour.....quel sont les point clef a maitriser....

Voila...ce serait de la boulette si vous aviez deux trois infos....

Merci a tous.....

Fab.

L'équipage
18 mai 2006
18 mai 2006
0

la règle d'or
c'est la météo. Il faut traversé avec une bonne météo (bonne d'après plusieurs sources). Mais il se trouve que la mediterranée est connue pour ses coups de vents inatendus, et donc un peu d'expérience est toujours bien venu, pas forcement un skipper mais quelqu'un qui l'a déjà fait et qui peut être capable d'attérir de nuit par exemple.

18 mai 2006
0

Le plus important...
...c'est la météo !
Bien que fort capricieuse en méditerrannée, il faut en tous cas que la météo soit "nickel"...
Prévoir du fuel en suffisance, veillez à ce que la VHF, le matériel de sécurité et de navigation soit en ordre et, évidemment, être capable de réduire rapidement la voilure si nécessaire.
Assurer la veille, et faire gaffe au mal de mer qui peut "désactiver" un équipier !
Bonne traversée et bonjour aux dauphins.

18 mai 2006
0

le problème avec la Corse
c'est pas tellement d'y aller, même sans grande expérience, sous réserves que l'on ait une bonne météo, ya pas de raisons que ça se passe mal.
En revanche une fois la-bas, ça peut se compliquer méchamment si le mistral se pointe et il se pointe toujours dans ces cas là. Donc conditions de retour gratinées, voire impossibles.
C'est là qu'il ne faut pas faire le con et prendre les bonnes décisions et en particulier de ne pas bouger même si on a un bateau à rendre.

18 mai 2006
0

Bienvenue, Fab
Quel courage !
Pas de traverser, mais de t'exposer ainsi sur ce forum !
;-)
Il y aurait de quoi écrire un livre avec cette question ...

Personne de raisonnable ne te donnera d'autre conseil que d'en parler avec un "averti" dans le cockpit du bateau que tu veux utiliser, avec l'équipage avec qui tu navigues, amha...

Par exemple, invite un matelot du forum (y en a des pas mauvais, à c'qui se dit) à boire un coup à ton bord, il te donnera un avis, ou pas (si la bière n'est pas fraîche)...

Bon allez si, une info, personnellement, je partirais le matin très tôt, pour aterrir avec les phares et accoster de jour (30h environ de Toulon)
Possibilité de partir de Port-Cros, çà raccourcit de 20% la traversée...

Veinard, les premières fois c'est les meilleures !

:-)

18 mai 2006
0

fab
ok genial...
ca bouge bien dans ce forum.....

Mais ce que vous dite ca veut dire:

Gros mistral...on oublie de rentrer au continent....????

Pour un mistral bien etablie mais pas forcement violent..il faut compter combient de temps pour le retour....?????

Vous avez vu...je déchire tout en orthographe hein!!!!!

18 mai 2006
0

On oublie....sauf si...
Gros mistral...on oublie de rentrer au continent....???? OUI, on oublie

Pour un mistral bien etablie mais pas forcement violent..il faut compter combient de temps pour le retour....????? On oublie, aussi

La pire des galères pour rentrer de Corse vers Toulon = le Mistral....

Cela étant dit, si prudent, si pas sur-toilé, si patient, si pas malade, si bateau raisonablement entretenu...tout se fait !

Bonne bourre, les gars.

18 mai 2006
0

Dit comme ça....
Bonjour,

Ça n'a pas l'air engageant votre truc, là.

Bon, est-ce que l'un de vous a l'habitude de faire la navigation sur carte, porter les points, préparer une approche, utiliser les amers, etc...

Si vous ne l'avez jamais fait, oubliez.

Autre point, est-ce que l'un d'entre vous peut, à partir d'un bulletin météo, prendre la bonne décision, à savoir partir ou pas ?

Si ce n'est pas le cas, oubliez.

Ce n'est pas au moment où ça panique qu'il va falloir commencer à réviser ses classiques pour ce genre de petite traversée.

"Petite traversée" où vous allez perdre la terre de vue, sur une mer qui se lève en un rien de temps...

Le fait d'avoir fait 2 mois en équipier peut être en votre faveur si il s'agissait de participer très activement à la marche du bateau.

Comme par exemple tenir la nav à jour pendant son quart, prendre les bulletins météo et en tirer les conclusions pour l'avenir, décider des changements de voilure soi-même, interpeller le skipper quand vous déceliez une anomalie, etc, etc

Mais si le rôle d'équipier s'était de s'en tenir à suivre les instructions et n'agir que sur commande, oubliez...

Profitez de vos 4 jours pour progresser et voir dans quels domaines vous avez des lacunes, ou simplement vous rendre compte que vous pouvez le faire, essayer d'avoir une personne avec vous qui soit confirmée pour faire cette évaluation...mieux, entrainez-la dans votre aventure.

Au pire, changez de programme et adaptez les trajets à vos connaissances.

Sinon, il y a l'autre option, vous partez quoi qu'il en soit, à l'aventure, en adultes, en assumant, sans demander rien à personne et advienne que pourra.

Là, 2 solutions : le naufrage ou la réussite d'une aventure...mais faites gaffe, la chance ne vient pas à tous les coups !

Et la mer ne pardonne pas.

Vous êtes prévenus...à vous de prendre votre décision et vos responsabilités.

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

Ouais, et en cas de départ malgré tout,
et de problème technique nécessitant une assistance d'urgence, ne pas oublier que les frais de récupération du bateau sont payants, et là, s'agit de ressortir vos relevés de compte, parceque ça peut faire mal...
C'est un critère à prendre en compte aussi...

18 mai 2006
0

eh ben oui, c'était mon fil
et depuis j'ai changé d'avis je vais rester caboter tranquillou dans le var.
en plus le putain de bib que j'ai commandé depuis 3 mois n'est toujours pas arrivé donc... 6 miles des côtes .....tranquille mimil

18 mai 2006
0

Programme minimum
Votre projet de première traversée (mais avec une bonne expérience par ailleurs) est à mon avis réalisable avec quelques conditions impératives:

1) un bateau en très bon état, bien motorisé et fiable, de 10 mètres au moins.

2) un départ par météo stable et prévision calme sur 48 heures au moins. Donc fort probablement une traversée au moteur de 18 heures de Porquerolles à Calvi

3) un départ pendant une période où une place peut-être trouvée dans le port de Calvi ou à la riguer sur les corps morts de la baie (au plus tard tout début juillet)

4) un retour dans les mêmes conditions.

5) à partir de Calvi des excursions nautiques à la journée à partir de Calvi et retour à Calvi pour tâter les conditions de navigation sur Ouest-Corse qui peuvent être détonnantes !

6) et une préparation minutieuse, matérielle du bateau et intellectuelle des participants.

7) la force de caractère pour différer ou annuler le départ en cas de doute, quelles que soient les conséquences matérielles ou psychologiques de cette décision. On n'est ridicule que par les conneries qu'on fait, pas par celles qu'on ne fait pas ;-)

18 mai 2006
0

MERCI MERCI
Et bien merci pour tous ces conseils passionés et réaliste.....ca fait voir l'aventure avec beaucoup plus d'objectivité......

Et suite à vos remarque je lance un appel....il reste une place dans le bateau qui part le 8 juin....alors si il y a un type sympa qui s'y connait en voile et qui est pret a se faire payer avec des bouteilles de Chartreuse...il y a moyen qu'il y soit bien acceuilli....

Voili Voilou...
Merci a tous.....

précisison le bateau c'est un Gipsea 352....
On a tous entre 25 et 35 ans....

Mama que la vie est belle aujourd'hui

fab.
J'ai mis mon mail sur le post....

18 mai 2006
0

la vache, vous carburez à la Chartreuse la dedans?
pour désaltérer ya mieux comme boisson.

18 mai 2006
0

10 mètres ...
c'est la taille à partir de laquelle on supporte pas trop mal la mer cassée qui existe en Méd quand ça se gâte, et c'est aussi la taille à partir de laquelle les bateaux modernes ont un moteur qui permet de sortir d'un piège avec 30-40 noeuds de face ...

18 mai 2006
0

10m, Robert ?
çà doit pouvoir se négocier...
Une première traversée sur un Sangria, çà peut-être raisonnable, non ?
Pour la Chartreuse , je suis formel :
la verte à tribord, la jaune...où on veut...
:-)

18 mai 2006
0

C'est mieux...
Bonjour,

Pour oublier, quand tu coules...

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

Bonne taille de bateau...
Bonjour,

Vous allez sûrement trouver quelqu'un...

Et avec ce type de bateau, vous pouvez faire pas mal de chose sans problème...en connaissance de cause.

Bon vent et bonne mer.

19 mai 2006
0

oukilé ?
ton mail ?
quand est-ce que vous voudriez partir ?
amicalement

18 mai 2006
0

la traversée corse continent.....
je ne l'ai jamais faite en bateau , donc je ne donnerai pas de conseil ,je tiens seulement à rappeller qu'il faut que le bateau soit armé pour cette catégorie de navigation , c'est à dire supérieure à 6 milles et il faut également que le captain ai le permis de navigation hauturier(nav.sup à 6 milles) or à la lecture de ce que j'ai lu plus haut , je doute de la 2ème condition , car je n'ai rien lu d'écrit dans ce sens...
Donc Prudence les gars .

18 mai 2006
0

c'est quoi cette histoire de permis hauturier ?
j'ai raté un épisode de réglementation ou quoi?

18 mai 2006
0

sait on jamais
vu le nombre de règles particulières à la corse.

il peut d'ailleurs être utile de relire "l'enquète corse" de pétillon avant de partir afin de ne pas oublier de dire "nous adorons la corse" dès qu'on croise un indigène.

des fois qu'il fasse partie d'une des nombreuses "familles" indépendentiste. ;-)

18 mai 2006
0

Moi aussi, sans doute...
;-)

18 mai 2006
0

Erreur de formulation ?
Bonjour,

A ma connaissance, le permis "hauturier" n'est pas plus obligatoire ou exigé que tout autre permis pour utiliser un voilier, et ce, quelle que soit la distance.

Il est utile de l'avoir (surtout d'avoir les connaissances qui permettent de le passer), ou d'être en compagnie d'un titulaire de ce permis, mais pas obligatoire...à moins que la législation ai très récemment changée ?

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

Yep, avec des gros moteurs...
...mais laissez nous encore quelques années le plaisir de "voiler" sans permis... ;-) :-D

18 mai 2006
0

Surtout ne pas partir......
...en corse seul si tu ne la pas fait déja une fois!

Donc il faut partir avec qq qui la déja fait mais bien sur pas avec un taré qui l'aurait fait la premiére fois seul sans l'avoir déja fait!

La question est;
mais comment se fait il que qq y soit arrivé????
:-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D

18 mai 2006
0

Solitude ?
et pourquoi ne faudrait-il pas aller en Corse seul si on ne l'a pas déjà fait ? Si on généralise ta règle, on ne va plus nulle part ;-)

18 mai 2006
0

Ami Robert.....
....c'est second degré.....bien sur!!!!! ;-)

18 mai 2006
0

un peu de poesie dans ce monde de liquide
merci encore....

tiens et puis comme on est sur un forum qui parle de la mer.....

Vous connaissé Bernard DIMEY ?????

Un receuil super connu s'appelle "LA MER A BOIRE"

De la poesie d'ivrogne...de la tres belle poesie....

A recommandé.....
ce qui est donc fait.....

Bon courage
fab

18 mai 2006
0

Programe maximun
"1)un bateau en très bon état, bien motorisé et fiable, de 10 mètres au moins. "

Il y a aussi la SNCM si la voile te dérange, ils ont des moteurs en bonne etat selon les prospectus, et de long bateau.
C'est vrai que la division 224 intitulé "navire de plaisance" 2005 interdit la navigation au embarcation de moins de 10 metres sur des distances env 120 milles.

"2) un départ par météo stable et prévision calme sur 48 heures au moins. Donc fort probablement une traversée au moteur de 18 heures de Porquerolles à Calvi."

Oui effectivement pour tenir la moyenne sans vent il faut bien 10 metres surmotorisés. et dans ces condition, puisqu'il s'agit d'un bateau de location, autant louer un bateau a moteur.

"3) un départ pendant une période où une place peut-être trouvée dans le port de Calvi ou à la riguer sur les corps morts de la baie (au plus tard tout début juillet) "

D'ailleur rien ne t'empeche de reserver une place avant de partir, et cela dans tous les ports du secteur; ce qui te facilite la gestion de la navigation, tu es attendu de partout, au diable les autres..."moi Monsieur j'ai reservé y 72 heures"...deja entendu

"4) un retour dans les mêmes conditions. "

Oui entre temps tu raccourci pas le bateau

"5) à partir de Calvi des excursions nautiques à la journée à partir de Calvi et retour à Calvi pour tâter les conditions de navigation sur Ouest-Corse qui peuvent être détonnantes ! "

Oui en gros tu reste ou tu es, tu bouges plus, avec ton bateau "minimun". voir meme tu le mets au port et tu dors a l'hotel, c'est plus prudent...quoique !!! A calvi, tu evites celui en face la perception "

"6) et une préparation minutieuse, matérielle du bateau et intellectuelle des participants."

"A moins de 160 de coef intellectuel, tu renonces, et pas a deux , a l'unite 160 par individu... Oui ok la prepa minutieuse, tu peux..." et vive les vacances, tu oublies pas la photo de Sarco. c'est pour l'intellec

"7) la force de caractère pour différer ou annuler le départ en cas de doute, quelles que soient les conséquences matérielles ou psychologiques de cette décision. On n'est ridicule que par les conneries qu'on fait, pas par celles qu'on ne fait pas "

C'est la meme que celle d'envoyer un post ou pas, savoir se retenir en cas de doute, on est ridicule que par les connerie qu'on fait, alors comme je ne fais que les écrire, je m'en excuse par avance, je dois etre mal virer aujourd'hui, pourtant je vous lis souvent, mais la , je sais pas...j'ai l'impression que parfois certain projettent leurs angoisses dans des raisonnements !!

Ps: j'ai rien contre toi Robert," j'espere que l'humour n'est pas limitée a dix maitres" tu as des participations de qualités en général, et ce que tu ecris n'est pas, non plus sans bon sens total, mais a moduler toutefois dans ce cas.

18 mai 2006
0

Question de Stratégie
mon cher Pierre ;-)

Quand une personne pas trop sûre d'elle mais peut-être plus compétente qu'il n'y paraît pose une question comme celle de ce fil, on a deux stratégies de "conseil" diamétralement opposées :

1) montrer comme c'est difficle, réservé à une élite, infaisable si on n'est pas un pur produit d'une école de voile traditionaliste, qui ne voit de salut possible que si on est capable de tout faire à la voile , au couteau , et à la b**te ;-)

2) à l'opposée du cas précédent, donner le cadre restrictif dans lequel toute personne normalement constituée, susceptible de raisonnement convenable, équipé d'un matériel un peu surdimensionné peut y arriver très bien sans risque particulier, et avec un grand plaisir au point d'aboutissement.

Je choisis toujours la seconde stratégie, car je pense que c'est celle-là qui sert à quelque chose. Si tu connais bien ce coin là (la Corse et cette traversée), tu sais très bien le sens de ce que j'ai dit. Si tu ne connais pas le coin ... heuuuu .... ;-)

18 mai 2006
0

Pas mieux que les autres...
Bonjour,

Robert tu semblais être capable de discernement...ben finalement, non.

Il faut lire correctement tout ce qui est écrit, tu ne crois pas ?

Il n'est pas inutile de signaler qu'un minimum de conditions, comme d'avoir 1 (UNE) personne dans l'équipage qui sache prendre en main la marche du bateau (ou plusieures personnes réunissant l'ensemble des qualités requises d'ailleurs), tu ne crois pas ?

Si il y a cette condition, le reste ira de soi-même...c'est n'est pas une question de chapelle.

Au fait, au vu de ce qui est arrivé pendant la Volvo dernièrement, il est stupide de préconiser d'avoir un minimum de compétence à bord ?

Mais tu es de l'autre coté de la barrière, tes partis pris et tes a-prioris te troublent la vision, d'où la mauvaise lecture...

Expliquer en considérant que la personne est + novice qu'elle ne l'est réellement permet de couvrir les 2 situations (+ ou - novices) et permet de mettre en garde et peut-être d'éviter un accident tragique.

Dire qu'il faut y aller tête baissée et certainement très intelligent, cela faisant croire à quelqu'un sans discernement qu'il peut le faire sans problème...le plongeant droit dans l'erreur, puis dans le drame si quelque chose de grave arrivait.

Si Fab pose la question, c'est peut-être qu'il y a matière à douter...

Appliquez vos precepts à vous même, ne risquez pas la vie des autres sans être capables d'assumer ensuite...parce que si il arrivait un accident à Fab, je ne crois pas que vous ayez les couilles ni l'honnêteté de venir reconnaître votre part de responsabilité dans l'accident.

Vous avez raison, la mer est quelque chose de tout à fait innofensif et à la portée du premier candide venu, il n'y a absolument aucun risque à partir en Corse avec un équipage novice en croisière.

Comme entre New-York et Portsmouth avec un bateau et un équipage qui a parcouru 85% d'un tour du monde avant d'être frappé de plein fouet.

Aucun risque.

Aucun risque à persifler...mais c'est nettement moins drôle d'aller annoncer le décès d'un fils à sa mère et de lui expliquer qu'on y est peut-être un peu pour quelque chose...tu l'as déjà fait ?

A chacun sa conscience...

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

Assez d'accord avec la partie 2, Robert !
D'ailleurs, je ne lui disais pas autre chose...
(copie de ma réponse sur le fil, plus haut):
On oublie....sauf si... - 18-05-2006 09:42 -


Gros mistral...on oublie de rentrer au continent....???? OUI, on oublie

Pour un mistral bien etablie mais pas forcement violent..il faut compter combient de temps pour le retour....????? On oublie, aussi

La pire des galères pour rentrer de Corse vers Toulon = le Mistral....

Cela étant dit, si prudent, si pas sur-toilé, si patient, si pas malade, si bateau raisonnablement entretenu...tout se fait !

Bonne bourre, les gars.

18 mai 2006
0

Tout comme d'autres...
Bonjour,

Il y a aussi ceux qui prêtent aux autres des intentions que ceux-ci n'ont pas...simplement parce qu'ils considèrent que tout le monde pense et agit comme eux.

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

Folie assurée !...
Ne part pas.
Commence par naviguer tranquille autour des iles d'Hyères. L'équipage réapprend ou apprend les basiques. Vous apprenez à vivre ensemble.

L'année prochaine, la Corse n'aurait pas bougé et vous ferez votre grand voyage, en l'ayant préparé.

La traversée n'est pas infranchissable, mais c'est quand même une bonne trentaine d'heures, dont la moitié dans le grand bleu.

La Corse, c'est peu de ports, aucun balisage, des cailloux partout et quasiment aucun mouillage protégé du mistral.

En Méditerranée, tu peux, même en été, te chopper 3 jours de mistral à 45 nd.

Alors, si l'équipage n'est pas rodé, la frousse s'installe, la confiance s'envole et la guerre civile s'installe.

N'essaye pas.

Jacques

18 mai 2006
0

Sur tout la navigation de nuit
si on la jamais fait
mais avec un GPS un pilote auto et des quarts de nuit de deux
Vaut mieux s'entraînait 30 heures de navigation
Non-stop en cotiere
comme essais.

Un bon marin est un vieux marin

yves

18 mai 2006
0

Ah !
On dirait que les grands marins sont de sortie aujourd'hui :-D :-D

19 mai 2006
0

pourquoi, il n'y a
que des vieux ;-) ;-) ;-)

18 mai 2006
0

Machine arriere lente...
J'ai bien compris le sens de "la stratégie", vu sous cette angle, et c'est vrai que la question posé, par fab, apres relecture incite a une certaine reserve conditionnelle, de matériel, météo, preparation...

Il est vrai que j'ai "forcé la dose" non sans humour "le mien" dans le sens, qu'il est tout a fait possible avec des embarcations, certe de qualité "preparation ect" mais de plus petites tailles, de faire de grand nav en med, dans un confort, et une sécurite acceptable.

Néanmoins il me semble, que si une dégradation, subite des conditions, météo " med" c'est plutot l'aptitude et l'experience de l'equipage qui sera le garrant de la dite sécurité plus que le bateau en lui meme.
Alors effectivement on peux penser que plus le matérielle sera surdimentionné, plus on a de chance de s'en sortir "sans bobo", par expérience, je suis pas convaicu, il est souvent plus facile de réagir vite avec un bateau plus modeste, mais encore, c'est une notion, qui est en rapport avec l'experience de l'équipage.

Pour fab, je pense qu'ils devraient prendre la mesure de leurs compétences et de leur bateau, en naviguant avec des objectifs plus modeste, et si le temps, et la météo le permets a eux de prendre leur responsabilité, mais en connaissance de cause.
De toute facon, d'un beau mouillage a porquerolle, apres une bonne journée de "large" les impératifs, tout comme le plaisir sont les memes qu'en corse, avec la sécurite de se dire que l'on peux se mettre a l'abris au cas ou, c'est un début...

En faite tu vois Robert, je suis assez d'accord avec toi....rire

18 mai 2006
0

Assez en ligne avec ça, Pierre...
Bonjour,

Tout à fait d'accord, si les compétences sont à bord, le reste suivra, les erreures seront évitées ou réduites au point de naviguer en sécurité qui est le premier objectif à atteindre.

Et une étoile.

Bon vent et bonne mer.

18 mai 2006
0

je l'ai déjà fait ;-)
Ca me rappelle mes "préocupations" (== tripes nouées) lorsque j'ai fais "ça" les premières fois en muscadet (6m, 4 couchettes).
Prudent comme pas deux, et sans survie 3ème catégorie on (on était 4, fallait amortir) passait par le golfe de Gênes à l'aller et le golfe de Gênes au retour. C'était long (Nice-Macinaggio en 72h, le pastis à l'eau à 25° dans le cagnard à midi par pétole, le teuf-teuf du 3CV HB avec les réserve dans des cubi sur le pont :-&lt ) mais ça le faisait : Nice, la cote italienne jusqu'à Vado et Gallinara, la traversée du golfe (l'aventure, 20M des côtes) pour arriver du coté de Portofino, puis Livourne, Gorgone, Capria et le cap corse.

Bon, c'est pas pour radoter que j'en parle mais pour une heuristique qui me sert encore maintenant.

Le mistral (c'est surtout lui qui est à craindre l'été) débouche de la vallée du Rhone d'ou il part en éventail en prenant de l'W pour ateindre et contourner l'obstacle Corse. L'été le mistral n'est qu'exceptionellement généralise : pas de mistral à Nice (limite antibe, à St raph, à Camarat, à PQ, à Sicie, au bec de l'aigle ... selon grosseur). Et dans ce cas la limite de mistral suite grosso-modo une ligne passant par un point à 10M au N du cap Corse pour rejoindre Nice ou San Rémo.

Mon heuristique est donc la suivante : je faisais toujours (une fois la survie achetée) Nice - Calvi (95M au 105 je crois), on suit la route jusqu'à 20M de la cote d'azur, on y découvre le vent du large (== plus la brise, renverse souvent spectaculaire) et là on tire sur Calvi tant que c'est jouable (== pas de Mistral). Le point critique est au N de Calvi et à l'W du cap Corse. C'est là qu'il faut prendre la décision de continuer sur Calvi (si pas de mistral, car ça cartogne dans ce coin, comme dans les bouches ou au cap corse). Si au contraire le mistral se lève (ou si les signes annonciateurs ...) on fait de l'ouest pour passer au N du cap corse (10M N Giraglia), et si ç'est trop fort on rentre (plus ou moins franchement dans le golfe de gêne en mettant un peu de N dans la route). Attention à ne pas se laisser bercer par le mistral qui est portant dans ce coin et ne sera dangereux qu'à l'approche inévitable des côtes.

au retour, c'est pareil en plus simple. Je pars de Macinaggio (ou me dépale très vite du golfe au départ de Calvi mais j'aime pas), passe la Giraglia et pique sur St Raph. Si le vent (mistral) me gêne je met du nord, San Rémo au pire, voir Vado. Dès que ça s'améliore je remet de l'ouest (Antibes) et au petit matin j'arrive souvent à longer la cote varoise et à regagner le cap perdu la veille.

Bon, bien sur tout ça (surtout en 6m) c'est lorsque la météo est franche. Si on annonce du 6-7 je reste au port (5 avec mon muscadet, j'aime pas en chier).

Enfin, de nos jour la météo est devenue nettement plus fiable, même en med, et le bulletin VHF de Aix contient des infos à 3-4 jours (du style "pas de phéonmène dangereux"). Reste qu'une entrée imprévue d'air froid peut toujours arriver. A l'époque on écoutait toujours le bulletin de 20h sur FI GO, histoire de savoir si un front froid balladeur n'approchait pas les côtes de la manche pour débouler ensuite la vallée du rhone ou si un front froid ne s'était pas évanoui sur l'iberie hisoire de réapparaitre au moment de la traversée. Etla nuit on regardait les étoiles qui ne devaient pas scintiller en dessous de 45° d'élévation (== pas de scintillement bas sur l'horizon), marque d'une masse d'air négative en altitude. Idem pour les alto-cumulus lenticularis, bien sur. Et s'il a houle d'ouest se levait ... tous aux abris. Et aujourd'hui s'il y a nu talweg d'altitude dans les parages sur le fax de Northwood, je reste au port.

Et même si ça peut parraitre ridicule, l'avis de partance a son utilité : tu communique au cross les caractèristiques de ta traversée (sloop "goudouille" de type muscadet, longeur 6m, voile blanche coque blanche, 4 adultes à bord, VHF, départ de Giraglia à l'instant, arrivée prévue au cap d'antibes dans 20 heures, mon n° de portable est .., je vous recontacte à l'arrivée)

Mais va y, faut le faire, surtout la première fois.

Qu'éole te soit favorable,
Yves.

18 mai 2006
0

Le Cross en Méd ...
L'avis de départ et d'arrivée faite au Cross est un bon moyen de se rassurer. Mais je ne l'ai jamais fait après avoir entendu de temps en temps la mauvaise volonté évidente du Cross à enregistrer l'appel: c'est tout juste s'ils n'ont pas dit au gars qu'il n'en avaient rien à cirer :-(

On peut les comprendre en été, quand la traversée ressemble à un rail à voiliers à la queue-leu-leu , tous au moteur dans la pétole généralisée ;-)

En été, et si on veut être sûr d'une météo calme pendant 2 jours pour "bétonner", on a 99% de "risque" ou "chance" (c'est selon) de traverser au moteur. Pour la traversée et la nuit, avec un bateau comme le 35 pieds cité, on peut compter 6 noeuds par temps de pétole, cela fera 16 à 17 heures de moteur (95 milles). En partant à 2-3 heures du matin (juste avant le lever du jour), cela fait arriver en fin de journée avant la nuit.

La météo pétole étant bien assurée, le risque est la panne de moteur (d'autant plus rare qu'on a un bateau fiable, prévoir de la bouffe et du pastis pour 3 jours ;-) ), et surtout les filets dérivants au large du continent.

Mais bien entendu, personne ne peut se substituer à ceux qui sont sur le bateau pour décider s'il faut partir ou pas. Un ami qui a fait naufrage entre Corse et Continent (en été, il y a 30 ans) était très expérimenté, mais il a fait l'erreur d' y aller au portant dans une queue de mistral finissant qui s'est transformé en un mistral croissant violent ...

18 mai 2006
0

Que du bonheur....
et une étoile !
ca me rappelle un mois de vacances en Bretagne (Nord et Sud), à 2 sur un Maraudeur (pas de moteur, pas de carte en dehors des Michelin, pas de compas de relèvement et bien sur...pas de radio !).
C'est très con mais à 19 ans...ça le fait !!!

NB : y'avait moins de circulation en ce temps là...

18 mai 2006
0

hé les gars c'est pas le cap horn!
Comme vous dites c’est environ 30 heures départ de Toulon. Le plus court c’est de Port Cros pour arriver sur la Girolata (95m)
Le principal est d’avoir une bonne météo et un bon système de navigation. Il est important de bien se positionner car en corse, c’est vrai que c’est plein de cailloux. Maintenant une chose à retenir en méditerranée c’est ou pas de vent! Ou 9 fois sur 10 vent dans le nez. Le plus étonnant c’est qu’il arrive à tourner à 180° dans la journée. LE mistral dans ce coin ce n’est pas le plus terrible car en général on le connaît et il ne trompe pas son monde et pour y aller il pousse dans le bon sens le pire c’est le vent d’est. S’en méfier comme de la peste il peut arriver sans vraiment être prévu a sa juste force par la météo et ça peut monter à + de 50 nœuds.
En règle générale entre juillet et avant le 15 août il y a une forte probabilité de pétole donc il est important d’avoir un bon moteur.
Pour résumer si vous avez :
Une bonne météo
Un bateau en état équiper pour une navigation hauturière
Un moteur fiable
Que vous connaissez les secrets de la table à carte

Allez y les gars et régalez vous
Pour le retour si ça coince avec la météo vous avez toujours l'option de rentrer par le golf de Gènes en cas de Mistral

18 mai 2006
0

allez, encore une larme
Sur le mien j'avais un sextant (pour le plaisir) et un réveil matin avec un mickey dont la queue battait la seconde, remis à l'heure aux top horaires de FI GO c'était largement suffisant. Je tenais 7M de précision (seulement diront les puristes) mais le plus souvent c'était le homing gonio (vomissements assurés)

Maitenant je rajoute un décallage dans mon waypoint histoire de ne pas me tanquer les bateaux qui suivent un peu aveuglément la même route ;-)

Allez, on arrête là (oh, si, une dernière : quand j'avais pas de loch j'utilisais un horaire de la SNCF pour savoir par interpolation ou j'étais lorsque j'observai un paquebot, et je m'arrangeai pour arriver sur la Corse tôt le matin histoire d'identifier avec le soleil levant qui se levait sur le cap corse).

Yves.

19 mai 2006
0

il y a un hors serie V et V excellent , ma premiere traversee
cela couvre la corse les acores etc

c'est tres bien fait et je m'en suis meme servi recemmentàlors aue je n'en suis pas a ma premiere traversee ...

il doit pouvoir se commander

19 mai 2006
0

la méditéranée
bonsoir

la méditérannée est une femme d'aparence frigide et hautaine mais quand on sait la séduire et que l on est entre ces cuisses que du bonheur.

pour l'avoir fait très souvent tu ne risque rien (sauf dématage ou panique à bord)

tu prend une bonne fenêtre métèo bon ok moteur.

un coup de mistral arrive que tu n'a pas anticiper =
quelque risées brutales courte et séche et il est la

le ciel (les queu de jument)

l'observation de la mer (moutons qui approchent)

la sois tu assures on prend d'un coup 3 ris quitte a relacher

sois ton expérience fait que tu ne peux pas gérer et vous vous enfermer dans le bateaux a sec de toile (attention à la cote). à savoir un bateaux a sec de toile est quasiment invincible dans ces taille la par la mer il bouchonne.

par contre il faut gérer son propre stress et celui de ça famille. le sifflement du vent dans les haubants augnmente exponentiellement la situation et fait croire a un ouragan alors que le vent est a 35 nd tout ça car le bateau est statique . donc a relativiser

cordialement pat

19 mai 2006
0

complément d info
pour ceux qui te disent prend ton temp il n ont pas tort non plus.

va ballader dans le golfe du lion tu apprendras beaucoup

et si vraiment c 'est la corse trace une route qui t'amêne au large de la corse pour pouvoir abatre tranquillou si mistral se pointe (faire la cuillère)

19 mai 2006
0

Soyons sérieux
Je ne vois franchement pas l'intérêt de faire cette traversée dans ces conditions.

D'abord, parlons du bateau. C'est un bateau de loc ? Alors aucune garantie sur son état ou sa fiablilité. Tu ne peux pas le préparer. Tu le prend comme ça, et tant pis si le pilote te lache au bout de 4 miles et si le GPS est en rideau le lendemain.

Après, le programme. Bien sûr qu'une traversée vers la Corse ce n'est pas le tour du monde en solo contre le vent. Mais ce n'est pas rien pour autant.
Chaque année, un équipage ou deux y laisse sa peau.
Le scénario est connu. La situation merde, le vent monte, le skipper (qui est le seul qui comprend quelque chose) se trouve débordé, fait des erreurs et pour finir passe à la mer.
Le reste de l'équipage est totalement incapable de le récupérer, et fini par se foutre en l'air aussi.
4 mort l'année dernière comme cela. Les 4 hommes sont tombés à la mer les uns après les autres et les femmes restées à bord ne savaient même pas allumer le GPS pour donner la position au CROSS.

La solution de s'enfermer à sec de toile ? Riche idée. Le mistral porte vers la cote corse, constituée de falaises. A 4 ou 5 noeuds de dérive, vous ne mettrez pas longtemps à vous fracasser.

La voile, ce n'est pas le stress. C'est le plaisir. Tu l'aura en maitrisant la situation, pas en subissant.

Dernière chose. En Corse il y a peu de ports et ils sont archi saturés. Cela veut dire que tu passe beaucoup de temps à naviguer ou au mouillage. La promiscuité ainsi subie suppose une bonne entente dans l'équipage. Alors en situation de stress, tu es certain que l'équipage explose et que la moitié rentre en ferry.

Apprends tranquilement. Quand tu es sûr de toi et de ton équipage, vas y. Tu traverseras dans le plaisir et en sera fier.

En attendant, initie toi, et commence par aller voir les baleines à 40m de Camarat, cela te fera une première expérience mémorable. Tu peux en profiter pour essayer une navigation de nuit. Tu part la veille, tu verra le coucher du soleil en mer, les phares, les lumières loingtaines de la cote d'azur. Le matin tu cherches les baleines, à midi tu retournes vers la cote. Tu auras une bonne idée de ce que peut être la traversée et tu pourra comme cela te préparer.

Il n'y a pas que la Corse, le littoral et les iles entre Marseille et Cannes est aussi top.

Bonne nav
Jacques

19 mai 2006
0

"Chaque année un équipage ou 2 y laisse sa peau"
Juste à propos de ce point:
Heu non Erendil, c'est très exagéré, il ne faudrait pas voir à paniquer les foules.
J'ai eu le bateau basé en Corse à partir de 2003 et suivait régulièrement ce qui se passait là bas, directement ou par l'intermédiaire de connaissances sur place.

Si l'on se réfère uniquement aux accidents lors de traversée (je ne parle pas du bateau qui s'est fait couper en 2 à Maccinagio, des accidents de plongée ou d'engins de plage, des incendies et explosions diverses, ....) et hors régates, il n'y en a un qu'un seul depuis 2003.

De plus, c'était un équipage très expérimenté qui naviguait depuis plus de 20 ans.

Le scénario de l'accident a été dramatiquement classique: un bateau de loc pris pour une semaine ou 15 jours, un bon coup de mistral annoncé qui se lève mais l'équipage qui se dit "on n'a que 15 jours et avec l'expérience qu'on a c'est pas un coup de vent qui va nous faire peur donc on y va", la mer qui se lève méchamment comme d'habitude en arrivant à une 50aine de miles de la Corse, une vague un peu plus grosse que les autres, personne d'attaché, 4 gars à la flotte, 3 morts, 2 veuves et seulement un portique à peine tordu, et 1 rescapé qui a eu la chance de sa vie d'être repeché.

Je le redis, c'était un équipage très expérimenté. Donc chacun en tirera ses conclusions: vaut il mieux un équipage conscient de ses limites car débutant et qui ne prendra pas de risque ou un équipage expérimenté qui croit connaitre tout sur tout et qui du coup fait les pires conneries ?

AMHA, à méditer.

19 mai 2006
0

Erendil,
Nous parlons du même accident, qui n'a pas eu lieu l'année dernière (c'est en lisant la phrase sur les deux femmes rescapées qui ne savaient pas donner leur position que j'ai tilté, et ce fait est véridique)

Sur les 4 hommes, un a été miraculeusement repeché

Cet accident a eu lieu je crois en aout 2004 et on en avait (beaucoup) parlé sur le forum.

19 mai 2006
0

t'es fatigant éric
:-(

19 mai 2006
0

C'était même en 2003
(il me semblait que ce n'était pas tout frais ce truc)
Voici le lien:

www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

Il y a aussi les statistiques du CROSS pour l'année 2002, en tire les conclusions qui pourra (ou qui osera). La mienne est juste de tout faire avant pour éviter de se retrouver dans ce genre de situation.

On avait eu les résultats de l'enquête après (équipage expérimenté), mais vu comme la discussion avait tournée avec les marins qui connaissent tout sur tout, j'avais préféré laisser tomber .....

19 mai 2006
0

le rapport d'activité du Cross
Tu te souviens de l'URL de cet excellent/allucinant/consternant/educatif/... document.

A lire chaque année, histoire d'entretenir le petit serrement de tripes bien salutaire qu'on a au départ de toute nav (tant qu'on reste prudent ?)

Yves.

20 mai 200616 juin 2020
0

Toulon &gt la Corse, excellente idée !
Je l'ai fait pour la première fois en 1983 avec un 38 pied équipé d'une VHF et d'une radio gonio, sans pilote auto. Nous étions 2 couples d'environ 35 ans sans aucune expérience du large mais avec une grande envie d'aller en Corse. Le voyage aller, pas de problème particulier, on a du atterrir dans le milieu de la Corse, sur une plage ou il y avait des vaches !! On s'est régalé 15 jours du sud au nord de cette île magnifique. Le retour, depuis Calvi nous étions seuls, ils annonçaient du vent, certains rentraient en avion, laissant leur rafiot en Corse. Comme nous avions un bateau de loc et un impératif de date, nous n'avions pas le choix. En plus il faisait beau et nous sommes partis vers midi au moteur. Petit vent vers 15 h un peu plus fort vers 18 h et le ciel s'est couvert, noir, à 21 h on avait 45 kt dans le dos à l'anémo, le speedo à 10 kt; force 9 ! De 22 heures à 3 h du mat, derrière Porquerolles, rafales à 55 kt speedo à 10 avec un génois enroulé pour la valeur d'un tourmentin ! force 10. Quand j'ai vu le tout petit clignotement du phare de Camarat j'ai eu l'impression d'atteindre le paradis. Maintenant j'en ai un bon souvenir et on rigole encore de nos conneries. Un seul autre voilier avait fait la traversée ce jour là, c'était des allemands, un de leur panneau était resté ouvert et ils avaient fait le plein d'eau ! Le lendemain on apprenait à la radio que l'avion qui rapatriait le corps de Tino Rossi n’avait pu se poser à Ajaccio... trop de vent.
Ceci pour te dire, non pas de faire n'importe quoi, mais que le temps change très vite en Méditerranée et que des tas de bateaux font la traversée quand même.
Depuis, je fais cette nav régulièrement car j'adore la Corse. Pour vous rassurer, j'ai rarement eu les mêmes conditions météo et j'ai fait des traversées avec des équipiers qui n'avaient jamais mis les pieds sur un voilier.
Le principal, une prépa intelligente du bateau et une bonne motivation de l'équipage.
Bonne traversée et bon séjour in Corsica !
Mc

21 mai 2006
0

C'est spécial ..
Mc décrit bien la météo de ce coin là de la Méd ! On passe du moteur au tourmentin presque sans transition.

Il est rare en été de faire une traversée vers la Corse à la voile sur tout le trajet dans des conditions de vent "moyennes" pour un plaisancier (10 à 20 noeuds). Si on attends une fenêtre de prévision de vent "moyen" stable et durable, on risque de ne pas partir avant longtemps. Si on part avec une queue de mistral, on risque que ce ne soit pas seulement une queue. Et si on part par beau temps stable sur plusieurs jours, on est sûr de traverser au moteur.

D'où l'intérêt d'avoir un bateau d'une certaine taille et bien motorisé.

Un autre de mes amis faisait ce trajet régulièrement avec un bateau de 8m équipé d'un moteur HB (donc sans moteur). Ils mettaient quelquefois 3 jours sous le cagnard par 35° à l'ombre pour faire 95 mille de traversée ! Mais c'était en d'autres temps héroiques ;-)

21 mai 2006
0

Pilot charts personnels
en 12 ans 20 traversées de janvier à décembre (dont la moitié en été)
- 1 par vent de sud un bord de spi de la grande passe de Toulon jusqu'à la Revelata à 4,5 noeuds à plat...
- 1 par vent debout d'est force 6 et orages
- 5 ou 6 par vent d'est portant maniable à grand frais
- 4 reportées pour Mistral (sens Corse-continent) de un ou deux jours, 1 fois bâteau laissé sur place 3 semaines
- une bonne dizaine par pétole (dont un mémorable Bastia-Le Lavandou en 3 jours et 4 nuits pour panne moteur
-aucune traversée par mistral, jamais surpris par la météo (!)
Jamais de coup de vent...

Seul gros frisson sur ce trajet: envoyé dans les filières par une vague pyramidale près de la Giraglia par un joli temps d'est qui nous a propulsé en 18 heures de Bastia à Port-Cros.

Bien sûr çà n'a de valeur statistique que relative...

21 mai 2006
0

hi hi
;-)mdr :-D :-D :-D pi étre tu as tort :-p !

21 mai 2006
0

on lui tourve quoi à la lavasse ?
Prendre un coup de vent au près en maillot de bain, ou moins si affinité, c'est pas en atlantique ou en manche que tu le fera.
Le chauffage intégré, ça se paye ;-)

Ce qu'on y trouve aussi de bien :
- certaines côtes absoluement fabuleuses, découpées, qu'on se croirait en bretagne en 1976.
- Des bleds avec des gens et des bistrots pas possibles
- et plein d'autre choses (bouffes, vins, ...)

Comme très souvent en beaucoup d'autres endroits, d'ailleurs.

Yves.
PS : vu pour le degré !

21 mai 2006
0

C'est chiant, la Med !
Jamais de météo agréable ! Entre cagnard de plomb et ouragan, filets dérivant et NGV, on ne sort jamais les voiles en entier parce qu'on est soit au moteur soit sous tourmentin...
Mais qu'est ce que vous lui trouvez, à cette lavasse ???? ;-) ;-) ;-)
(Bien sûr, tout ceci au 2nd degré!)

21 mai 2006
0

Bon.
Ca me rassure...

21 mai 2006
0

Oui, mais la mer, dans tout ça ???
(c'est toujours du second degré, hein !)

21 mai 2006
0

-
J'aime bien les deux, chacun ses charmes. Mais l'eternel debat med atlantique n'est pas le sujet ici.

Pour revenir au sujet initial, etant donné que personne dans votre equipage n'a jamais été chef de bord, je ne vois pas comment vous conseiller autre chose que de commencer par un parcours cotier.
Ca ne me semble pas raisonnable pour un skipper debutant d'avoir à prendre la decision d'une traversée de 30 heures avec une meteo pouvant changer rapidement. Sera t il capable de dechiffrer le langage codé situé dans le bulletin meteo signifiant qu'il est possible qu'assez rapidement il se retrouve avec du force 6 et plus dans la figure (dans le genre depression sur le golf de Gènes...).

Au depart de Toulon, un programme de croisère bien sympathiqe et qui permetrais de se preparer pour aller en Corse l'année prochaine serait:
Toulon, les iles d'Hyères, Baie de Saint Tropez voir un peu plus loin à l'est selon le temps que vous avez, puis faire une grande nav de nuit pour rejoindre Marseille (ile du frioul...) et revenir tranquilement su Toulon en faisant les calanques, la ciotat, les embiez...

Bref comme ça vous etes toujours à portée d'un abris, vous avez la possibilités de racourcir les etapes si vous etes fatigués, que vous avez le mal de mer (ton pote qui a dejà fait des nav d'un mois doit savoir si il est sensible, enfin ça le fera peut etre chier d'avoir avec lui un equipage de loques en train de gerper par dessus les filieres), vous faites une longue etape avec une nuit en mer, histoire de voir comment ça se passe et tout le monde est content.
Partir en été n'est pas une garantie contre le mistral, rappelez vous l'été dernier, combien d'equipages de bateaux de loc sont revenus de corse avec du mistral dans le nez et n'ont pas du tout apprecier le voyage (des vrais zombis à l'arrivée)

Enfin bref, faites vous plaisir. Le programme que je vous ait proposer, certe ce n'est pas la Corse mais ça reste un perimetre de nav super joli. Quasiment aucune difficultés en matière de navigation, quasiment aucune roche piegeuse, ce qui n'est pas le cas en corse.

21 mai 2006
0

30 heures pour 95 milles?
ils ont pas dit qu'ils avaient un joshua ou un caroff, mais un bateau normal qui bouge quand meme + vite qu'un violet :-D:-D :-D

amicalement

vous pouvez aussi essayer Minorque, c'est aussi bien que la Corse au niveau du paysage et très différent au niveau des habitants ;-)

21 mai 2006
0

Mais il est où, Fab ?
70 messages et lui il ne répond plus ?

Je serai curieux de connaitre ses idées maintenant. Qu'est ce qui pense de tout ça aprés nous avoir lu ?

Les avis sont effectivement tranchés, mais il ressort quand même que tout le monde a connu une solide baston.

Je n'ai fait qu'une fois ou deux (sur une trentaines) la traversée à la voile d'une cote à l'autre. J'ai, très souvent, fait un morceau avec un ou des ris dans le foc et la voile.

J'ai des souvenirs fabuleur, mais aussi des tas de stress et de bonnes frousses. Avec toujours le même sentiment : mais qu'est ce que fais là, en sachant que l'histoire allait encore durer au moins une dizaine d'heure. Sur un cata de 35' que j'ai construit et sur lequel j'ai usé en 18 ans une bonne collection de cirés, drisses, pilotes, sans compter déja quatre jeux de voiles...

Alors, j'ai aussi appris la patience et l'intérêt de reporter un programme alléchant parce que ce n'était pas le moment.

Alors Fab, ton avis maintenant ?
Jacques

23 mai 2006
0

j'en profite
et oui j'en profite pour me mettre dans le sillage de ce fil et vous exposer mon cas de 1ere traversé pour cet été peut etre !!

alors voici mon cas :

les + :
- deja navigué de nuit
- nav cotière de + de 20h
- bonne connaissance de mon bateau
- prudent
- et surtout bcp de temps (1 mois et demi)
donc posibilité d'attendre une fenetre météo
optimum pour l'aller et le retour

les - :
- petit moteur HB(6cv) pas tout neuf
- petit bateau (7m) tout est relatif lol
- jamais fais de nav hauturière
- et surtout, ce qui m'embete bcp, un bib
que l'on m'a donné (périmé en 2004)
evidemment si j'avais les moyens j'opterais
pour un bib neuf mais malheureusement ...

j'avais oublié de preciser, je navigue toujours en solo, et la traversé ce fera en solo.

Voila, alors d'apres vous, raisonnable ou pas ?
en fait il n'y a que le bib (surtout en cas de controle) qui m'embete vraiment ...
mais peut etre suis je à coté de la plaque ?! lol

23 mai 2006
0

-
beaucoup moins inquiet pour toi.
Tu dois connaitre la navigation, a déjà l'experience de nav un peu longues, tu connais ton bateau et ce qu'il vaut.

Pour le bib, tu risques tout au plus une prune. Il est peut etre perimé, mais en cas de besoin, la probabilité qu'il s'ouvre doit etre voisine de celle d'un neuf (pas tres élevée cette probabilité d'après ce que j'ai entendu dire)

Le seul, hic, c'est comment gerer le sommeil si ta navigation devait s'eterniser faute de vent. Ton moteur est il capable de te propulser plusieurs heures ? Ca tu le sais mieu que nous.

Bonne nav.

23 mai 2006
0

pour le moteur
je l'ai deja utilisé 5h non stop, mais de la a faire toute la traversé ! puis j'aimerais vraiment traverser à la voile, meme si il faut passer une semaine à porquerolles.

pour le sommeil cela devrait etre gerable,
dormir 15min, 2 tour d'horizon, 15min, etc ...
je l'ai deja fais et j'ai l'habitude de faire
ce genre d'exercices dans mon boulot.

pour le bib, je me dis exactement pareil ...
une prune pour ce genre d'infraction ca va chercher dans les combiens ??

0

j'ai lu a peu pres tout
et c'est assez marrant on croirait que traverser pour aller en corse c'est une epreuve terrible!un peu de serieux quand meme,avec une bonne metéo c'est une balade accessible a la plupart des plaisanciers ,
un de mes copain retraité y allait regulierement avec son corsaire en cp!

23 mai 2006
0

Les difficultés ?
S'il n'y a pas de vent, il faut prévoir jusqu'à 3 jours pour traverser sans moteur ... en solo ... attention à la vigilance, c'est une autoroute à ferries, filets, et autres plaisanciers.

En cas de pépin, pas d'assurance car bateau peut-être pas dans les clous de la règlementation (homologation, taille, et équipement)

La prune est un risque négligeable en tant que tel (ce n'est que de l'argent).

23 mai 2006
0

A ce stade, il est peut être bon de rappeler
que les traversées sur la Corse en été, c'est ...........

chiant !

Désolé.

Mais 9 fois sur 10, c'est que du moteur (sauf pendant 4 H au départ quand on a encore le thermique)

C'est sur quand on l'a jamais fait ça donne envie, mais au bout de 2 ou 3 fois, on se lasse vite de se taper 20H de bourrin, et il n'y a absolument aucun exploit nautique à faire ça.

Et en été, la Corse, c'est ......

chiant aussi.

Re désolé.

Mais les mouillages sont pleins à craquer, c'est la bagarre (et là je parle au sens propre) dans les ports, le carburant n'en parlons pas, et dès qu'un coup de vent est annoncé, ce n'est plus la bagarre, c'est la guerre ! La flotte est pleine de pécul dans les mouillages (véridique !), c'est bourré de bateaux de loc (sans être péjoratif, mais il faut bien reconnaitre ....), quand on tire des bords on passe son temps à slalomer car il y a toujours pleins d'abrutis incapables d'abattre de 5° pour éviter les collisions (j'en soupçonne même d'en faire exprès), bref, la Corse c'est très beau, très très très beau, même ......

mais surtout pas en juillet et aout.

Sérieux, on a eu le bateau là bas pendant 3 ans, et l'été, le premier truc qu'on faisait, c'était de tirer un grand bord jusqu'à la Sardaigne ouest où on est bien plus tranquille ........

Donc encore une fois je comprends très bien que quand on ne l'a jamais fait on en a bien envie, mais si vous avez la possibilité de le faire maintenant ou d'attendre l'autommne ...... ben vous me direz ce que vous en pensez ;-)

Désolé d'avoir plutôt noirci le tableau, mais je pense qu'il était honnête de le dire

23 mai 2006
0

triste
c'était déjà bien rempli dans les années 70, mais la description de la Corse en ete terrifiante.

par contre si je crois tous les gens qui se déplacent principalement au moteur je me souviens quand même d'avoir fait Morlaix Calvi en juillet aout 76 à la voile pure. De tète on a fait Minorque Calvi avec 2 nuits en mer. Un des avantages de la med par rapport à l'atlantique est que par petole ou vent léger, l'eau est plate, à la différence du golfe ou la petole (fréquente en ete) s'accompagne souvent de houle, la c'est dur, sinon, repos lecture, cuisine, pas de stress et on attend le vent. C'est ce que je compte faire cet été pour Gibraltar Marseille. Excalibur, notre bateau en 76 était excellent par petit temps ( voir photo) mais quand même cela devrait le faite en First 30 qui se débrouille bien par petit temps aussi.

24 mai 2006
0

pour ceux qui aiment les details qu'on invente pas
la chaise du HB 4.5 est tombée dans l'ecluse de morlaix alors qu'on la posait à la nuit la veille du depart ... en plein we du 14 juillet, donc on a mis le moteur dans le coffre et on l'a utilise de temps à autre en med sur l'annexe
le bateau sur eau plate faisait presque 7 noeuds avec ce moteur d'ailleurs
bateau de 10, 20 m par 2.20 de large et 40 cms de franc bord

il etait encore recemment en corse, m'a t'on dit
si quelqu'un le voit ?

23 mai 200616 juin 2020
0

avec la tof
a cala Pi à majorque, on etait reste 3 ou 4 jours tant qu'on a eu de l'eau

24 mai 2006
0

merci
Merci a tous pour tous ces commentaires...

Le projet avance et evolue.....suite a vos commentaire et au conseil de gens avisé qui nous entoure...

Finalement nous partirons avec un skiper...un ami d'un ami....ce qui donne n cadre rassurant au projet....a vrai dire je pense que les filles (beaucoup plus pragmatique) ne voyais pas d'un oeil rassuré de vivre l'aventure par nos propre moyen.....ce qui est quand meme un element déterminant.....

Si nous etions partit sans skiper je pense que la corse serait devenu une pôssibilité et non plus un objectif....faire du cotier jusqu'en Italie aurait alors été envisagé...avec comme cerise sur le gateau une traversée par bonne conditions......

J'ai bien aussi compris que la reussite du projet repossait sur une mise en commun des envies et attente de l'ensemble de l'equipage......c'est a dire un defi autant humain que sportif.....

Merci en tous cas pour vos commentaires....ca fait vraiment plasir de voir que dans cette vie mille aventures restent encore a vivre.....et découvrir ce monde de la voile et de la navigation m'enchante a un point extreme.....

Bonne voile a tous.....

ps: en ce moment je suis entrain de lire OCEAN MER de alexandre Baricco...un vrai hymne a la mer......

Fab.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage a cap Lardier dans une eau digne des plus beaux lagons

Souvenir d'été

  • 4.5 (67)

Mouillage a cap Lardier dans une eau digne des plus beaux lagons

novembre 2021