Traversée en flottille : Pourquoi?

Bonjour à tous,

Le fil récent demandant des partenaires pour faire une traversée du golf de Gascogne en flottille m'amène des questions. Comme je n'ai pas voulu polluer ce fil et que mes questions sont d'ordre générales, je les poses ici.

Tout d'abord le fil en question ...

www.hisse-et-oh.com[...]artants

... et mes questions:

Qui à une expérience de traversées en flottilles et sur quel trajet?
Pour quelles raisons avez vous choisi ce mode de traversée?

Est ce vraiment faisable de faire route à plusieurs bateaux sur un long trajet?

Bien sur, je comprends qu'il ne sagit pas forcement de rester à vue, mais qu'apporte vraiment la flottille, pendant la traversée, à par qu'il est sympa de se retrouver à l'arrivée à plusieurs bateaux et de faire quelques étapes ensemble?

Est ce pour des questions de sécurité, de convivialité? autre?

Merci d'avance d’assouvir ma curiosité.

A+,
Now.

L'équipage
25 oct. 2011
25 oct. 201125 oct. 2011
0

Une traversée du Golfe de Gascogne en flottille peut être sympa à conditions d'avoir des bateaux dont les vitesses sont équivalentes.
En 2003 nous avons fait route avec un couple copains, partant pour un grand périple, de La Turballe à La Corogne. Lui sur un Flot 40 plan Langevin en acier bien chargé et nous avec notre Symphonie. Les vitesses étant assez différentes surtout dans le petit temps au début, nous étions obligé de ralentir pour ne pas le semer. il s'est vite retrouvé seul, sa femme étant très indisposée par un mal de mer tenace.
Nous avons gardé le contact sur les 3/4 du parcours, ensuite la brise s'est levée et nous étions obligés de tirer des bords de près pour revenir sur lui, un peu galère.
Nous avons pris la décision de nous retrouver à La Corogne et avons maintenu le contact par VHF (tant que ce fut possible).
Pour la sécurité c'est un plus mais les contraintes peuvent être fortes.

Par contre je ne serai pas opposé à renouveler l'expérience, car sur une grande partie du trajet, notre présence à proximité, a été importante pour le copain.
Et aussi parce que ça peut être sympa de naviguer ainsi sur un parcours pas trop long.

25 oct. 2011
0

bonsoir, je reste persuadé que cela peut être un gage de réconfort moral mais pas forcément plus. Expérience sur traversée vers les Baléares, j'accompagne le Triangle du soleil, course de 6.5 comptant pour la mini transat. Bref on a vu deux concurrents à l'aller et on est arrivé 24 heures après tout le monde. On a été longtemps en contact VHF avec un bateau ayant pas mal de soucis. On l'a réconforté comme on a pu mais delà à lui venir en aide .... remonter au vent une tramontane F7 pas sur qu'on aurait pu le faire.
Autre expérience à l'envers de la première, traversée pour la Corse, nuit sans vent et donc moteur, navigation à vue et même très près et heureusement car je casse mon moteur au petit matin (récit fait sur mon voyage en Sicile), je siffle un grand coup et mon copain m'a remorqué durant 10 heures. Encore merci.
dernièrement deux copains partent aussi pour la Corse, ils se sont perdu de vue après .... deux heures de nav. et se sont retrouvés à l'arrivée.

Je reste persuadé que c'est un bon moyen de voyage être à plusieurs bateaux, chacun chez soi, faire ce que l'on peut durant les traversées et se retrouver aux escales.

Gilles

25 oct. 2011
0

une expérience vécue:
de retour d'espagne (Santander-LR), on est parti à 3 bateaux mais pas de façon concertée, un peu décalés (j'en connaissais 1 des 2 autres).
Pendant qques heures, pas de pb, puis la nuit très gros front orageux qui monte, nuit noire totale, le déluge, rafales à + de 40nds, etc...
j'ai entendu à la vhf qqu'un dire qu'il était perdu, un peu panique à bord, l'autre à proximité le rassure, lui confirme le cap à suivre, et le guide, l'assiste ...

en se contactant plus tard, on a su que le bateau un peu perdu était un Evasion à un couple de personnes âgées, et le skipper paniqué avait perdu toute référence et en fait suivait une route totalement déordonnée et erratique !

si j'avais eu connaissance de ça (l'age des proprios, peut-etre leur inexpérience) on n'aurait pas hésité à rester à portée visuelle et VHF, en adaptant nos vitesses

voili voilou, ça peut être bien de naviguer en flotille,
reste à trouver la méthode et à s'adapter ....

25 oct. 2011
0

J'ai navigué avec quelqu'un qui organisait des croisières pour le club local. Avant de partir il fixait des waypoints de regroupement (2 par jour) où les premiers arrivés attendaient les suivants (à la cape par exemple). Si les conditions météo changeaient de nouveaux waypoints étaient communiqués lors de ces regroupements (ou avant si tous étaient joignables).

Lorsqu'il a eu un problème de moteur il a proposé aux autres de ne pas l'attendre (le vent était tombé) mais un des participants a fait demi-tour pour le remorquer jusqu'au port le plus proche où il a pu réparer.

Dans des conditions difficiles l'aide apportée risque de n'être que morale car j'imagine mal qu'un skipper puisse sans risques quitter son bateau pour dépanner son voisin - il peut par contre récupérer celui-ci plus rapidement s'il abandonne son bateau (cas rare heureusement).

25 oct. 2011
0

si les conditions sont difficiles, on utilise les voiles, seule l'arrivée au port peut être délicate si pas beaucoup de place pour manœuvrer.

25 oct. 2011
0

Je ne l'ai pas précisé, mais il n'y a pas de lien entre le dernier § et le précédent. Je développe donc:
2° §: il n'y avait pas de vent et pas la pièce nécessaire à bord pour réparer.Si le skipper n'avait pas navigué en flottille il aurait évidemment rejoint un port à la voile une fois le vent revenu sans se soucier du planning de la croisière.
3° §: si un skipper se blesse par exemple son voisin ne pourra pas venir à son bord et manoeuvrer à sa place. Il m'est arrivé personnellement de dire que tout allait bien à un skipper qui me doublait avec son trimaran de régate alors que c'était faux, parce qu'il n'aurait pas pu m'aider (je n'étais pas en danger).

25 oct. 2011
0

Bonsoir à tous.Pour ma part il est vraiment difficile en flotille de rester groupés,les un allant plus vite que d'autres,et puis la météo decide,mais se retrouver dans une escale,tous ensemble c'est super ceci dit si il y a pétole tous s'arange,le groupe peut rester homogéne.En passant je te salut NOW.André

25 oct. 2011
0

Souvent utilisé la méthode...1,2 ou 3 bateaux.

Cela pimente un peu les parcours, surtout si les bateaux ont des caractéristiques proches.
On a toujours envie d'être devant et quand on est derrière on trouve toujours des mauvaises excuses.

Sentiment de sécurité...même à 12 ou 24h on sait que l'on a toujours des potes dans le coin.

Réelle sécu 1 seule fois...près des côtes dans le brouillard breton.3 bateaux 1 seul moteur.
1 casse son safran,
2 a le moteur pour aller le chercher et le remorquer
3 se concentre sur la nav (sans GPS,sans visu, donc à l'estime) en restant à vu des autres pour ramener tout le monde au port.

On c'est vraiment fait un bon gueuleton ce soir là !!!

Mais j'ai quand même tendance à aimer l'idée d'arriver quelque part sans connaitre du monde.

25 oct. 2011
0

Bonsoir,

Une expérience de navigation assez longue à 3 bateaux, du même genre, entre 11 et 12 m en acier, donc assez lourds, entre Ténériffe et Dakar, j'ai oublié la durée exacte, il me semble une petite semaine ! C'était sympa, nous sommes restés en contact VHF et à vue jusqu'au bout, sans trop de mal. Au cas où certains se reconnaîtraient, j'étais sur le Flot 40 L'Oustal, les autres c'était "Baïlecito", un petit Joshua et "Thétys", un plan Caroff dont j'ai oublié le nom.

Mais si les bateaux sont très différents, c'est vite galère ou carrément impossible. Mais on peut se donner rendez-vous à l'étape suivante et c'est une vraie sécurité pour un petit bateau qui va forcément moins vite et un encouragement. ça peut aussi rassurer un équipage non aguerri de savoir qu'il est attendu et qu'on s'inquiétera.

Ah oui, j'oubliais, j'ai pratiqué ça récemment, enfin l'hiver dernier avec le Kelt 707 Malhoa, sur une seule étape, de Carro aux Stes Maries de la mer, ils avaient un pb de moteur, je l'ai raconté sur mon blog.

triton-moustic.heoblog.com[...]

Billet : le Saint-Bernard ou quelque chose comme ça ! ;-)

25 oct. 2011
0

bonjour

2 bateaux equivalent pendant 2 semaines
Super souvenir des navigations proche "pas de vent "
des jours avec que des contacts radio.Le premier au port
le soir facilite l'arrivé de l' autre
Oui c' est aussi un recomfort moral.
Le plaisir de partager.
Pas regret je le refait.

Le Moko

26 oct. 2011
0

quand il y a un doute il a pas de doute.... tel est mon CREDO
tout ca pour dire que si on compte sur les autres IL NE FAUT PAS LE FAIRE.

Et puis trois quatre jours de traversé c'est pas le perou, le seul truc qui est valable pour tous et partout c'est de NE PAS ÊTRE PRESSE, bien choisir sa fenêtre et avoir confiance en son bateau.
De toute les maniérés il y a toujours quelqu'un pas trop loin sur l'eau meme si on les voit pas.

faut se lancer,

26 oct. 201126 oct. 2011
0

Nous.....
encore un doublon damned!!

26 oct. 201126 oct. 2011
0

Nous avons souvent fait des traversées de la Manche en solo, celle du Golfe de Gascogne fut à 2 bateaux à l'aller et en solo au retour, no problem.
Les 2 façons de naviguer sont complémentaires et dans TOUS LES CAS, il faut pouvoir assurer son autonomie.
L'aide d'un autre équipage est un plus, mais il faut faire comme on était seul.

26 oct. 2011
0

"L'aide d'un autre équipage est un plus, mais il faut faire comme on était seul "

exact, tout est dit par le Grand Sage , Maître Aliguen

:pouce:

26 oct. 201116 juin 2020
0

J'ai souvent fait des traversées, Baléares, Corse, en flottille à 2 voir 3 bateaux.
Comme Koala était le plus gros, je diminuais systématiquement la voilure, afin de rester à vue avec les autres voiliers, dans un rayon de 1 mille maximum.

En 1982, au cours d'une traversée vers Majorque, j'ai remorqué pendant 17 heures le Sangria de mon cousin, en panne de moteur.

Cependant en cas de très gros temps, je pense que la présence d'un autre bateau serait plus rassurante sur le plan psychologique que réel.

Traversée 2011 vers Minorque, avec Gabier II et Coco des Iles

26 oct. 2011
0

Lors du trajet Séte/Frioul pour le visu on été trois bateaux ; Roland (avec Pascal en passager), Dédé et moi.
Je suis tombé en panne moteur et bien sur période de pétole en suivant.....
Super Pascal et passé sur mon boat pour dépannage..........cela dit avec une mer formée je pense qu'on aurait bien rigolé........
:-D

26 oct. 201126 oct. 2011
0

Merci pour vos témoignages.

ça confirme bien ce que je pensais.

Pour les traversées, je suis bien d'accord avec vos témoignages qui sont unanimes pour dire qu'il faut être autonome même si on est à plusieurs (ça, c'est du bon sens).

Par contre, l'assistance, ne serait-ce que morale peut être appréciable, et se retrouver aux escales est bien sympa.

Continuez, c'est intéressant.

A+,
Now

PS: Pour le visu du Frioul, on a fait le trajet à deux bateaux aussi, avec Pierre, mais ce n'était pas une traversée et il n'y avait que 40 Mn à faire. Comme mon bateau est plus petit, j'avais du mal à suivre, mais ça m'a permis aussi de faire l’effort de trouver une solution pour ne pas rester scotché en l'absence de spi. Autre avantage, de pouvoir faire des photos sous voiles...

26 oct. 2011
0

"il faut être autonome même si on est à plusieurs"

existerait il des plaisanciers à peu près sérieux qui n'auraient pas conscience de cette exigence ?

26 oct. 2011
0

Laurent,
Il faut espérer que la réponse à ta question est "non".

C'est pour cela que je dis "c'est du bon sens" et je suis ravi (et pas surpris) de voir que ce bon sens ne manque pas chez les matelots d'H&O.

A+,

26 oct. 2011
0

Je pencherai plutôt pour un "oui". Il suffit d'écouter le canal 16 en été.

Jamais naviguer en flottille (hors régate) et pô prêt de le faire. J'aime trop ma liberté de décision....... mais je suis pô sauvage non plus.

26 oct. 2011
0

moi j'y est trouvé un avantage en quart de nuit ,la veille est assurer par plusieur bateaux , celui qui ouvre la route peut avertir les autres en cas de collision éventuelles ou pour tous autres problèmes et c'est rare que tous les skippers s'endorme en meme temps

26 oct. 2011
0

J'avoue que c'est la premiére fois que je peux "m'appuyer" sur le radar des deux autres et que sur la traversée du golfe de Fos c'est trés agréable........
Ce qui est plus génant c'est que ça donne envie de dépenser des sous .......
:tesur:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Inishmore island

Après la pluie...

  • 4.5 (22)

Inishmore island

mars 2021