Traversée de la Manche

Bonjour,

Que conseillereiez-vous en taille de bateau pour traverser le Manche (6 personnes). Un 36 pieds vous semble-t-il suffisant pour être securit ?
Nous pensions plutôt à un 38/40 pieds.

Merci pour vos avis éclairés !

L'équipage
14 mar. 2008
14 mar. 2008
0

amha
ce n'est pas la taille de Ton bateau qui est important, mais la taille des autres à éviter.... ;-)

14 mar. 2008
0

Traversée de la Manche - 14-03-2008 16:28 -
OK, mais selon la taille de mon bateau et sa puissance , je peux éviter les autres plus ou moins facilement, d'où ma question. Quelle taille me conseillerais-tu donc ?

14 mar. 2008
0

Peu d'importance
Que l'on marche à 5 Kn avec un un 26 pieds ou à 7Kn avec un 38, la différence reste négligeable si on la rapporte à la vitesse des cargos (20/23 Kn)
Mais bon, ce ne sont pas non plus des Formule 1 !! Il suffit de surveiller leur relèvement. Si celui-ci reste constant, attention... Mais on a toujours le temps de manoeuvrer même si par instant,c'est vrai, c'est un peu stressant.
Ceci dit, j'ai vu trois Muscadets français aux Scillys en juin dernier ( une année agitée - à gîter!- s'il en est)... Donc...

14 mar. 2008
0

La taille du bateau jouera sur....
la durée de la traversée et les conditions de confort. On peut traverser avec un bateau de 8m ou moins. on mettra un peu plus longtemps qu'avec un bateau de 10m et ce sera certainement moins confortable.
Quant au trafic des gros, on a largement le temps de les voir arriver et d'évaluer les risques potentiels.
Lorsque cela risque d'être un peu juste, il faut manœuvrer clairement assez longtemps à l'avance pour ne pas les induire en erreur. Bon nombre d'entre eux disposent d'un système couplé au radar, permettant de prévoir les trajectoires respectives et ils changeront leur route de quelques degrés, ce que nous ne percevons pas en fait.
En dehors des zones réglementées, il ne faut pas brandir le RIPAM et se dire que nous manœuvrons plus facilement, donc éviter de les gêner.

Le secret est donc d'observer,mesurer au compas de relèvement en cas de doute et ANTICIPER!
Tout cela est plus une question de skipper que de taille de bateau.

Mais d'où comptes tu partir pour arriver où?

14 mar. 2008
0

Ben
un 36 est plus que suffisant, apres c'est une question de confort en terme de volume disponible

14 mar. 2008
0

il y a 30 ans
On traversait la Manche en toute sérénité (presque) avec un Sangria (7m60).

La taille du bateau fera la différence au niveau des conditions météo "supportables". Avec l'amélioration des prévisions, il n'y a presque plus de surprises, si on est relativement prudent.

La taille du bateau n'a que très peu de rapport avec les risques de collision (qui sont très exagérés dans l'imaginaire collectif).

La taille du bateau jouera sur le confort à bord, on parle ici de traversée de moyenne durée, il est impératif de pouvoir dormir et se restaurer convenablement.

36 pieds pour 6 personnes, ça ne me ferait aucunement peur.

16 mar. 2008
0

pas besoin de remonter a 30 ans ;)
Nous avons traversé a deux sur un sangria pas plus tard que l'année derniere, ma foi ca s'est tres bien passé.
Le seule moment ou le bateau nous as semblé petit c'est quand nous somme resté coincé au port pedant 3 jours...

Donc avec 36 pieds, tu peux y allée sereinement florence.

14 mar. 2008
0

Traversée de la Manche - 14-03-2008 16:28 -
Merci !

14 mar. 2008
0

D'accord avec Hubert,

La compétences du skippeur a bien plus d'importance que la taille de voilier (si la traversée se fait dans des conditions météo favorables).

La manche étant très fréquentée, un minimum de vigilance s'impose, de plus, les cartes de navigation sont indispensables.
(Attention tout de même aux bancs de sable,...).

Bonne route,

14 mar. 2008
0

Des bancs de sable ?
Où ça ? Jamais vu !!
Vite un coup d'oeil sur ma carte! Quelque chose m'aurait échappé?
Ah, dans le Pas de Calais ? Ramsgate/Margate ? OK !
En tous cas de Bréhat à Plymouth, 90 à 100 m constants, déjà un problème d'évacué !...

14 mar. 2008
0

Aucun problème
Fait la traversée assez fréquement (Ouistreham Cowes) à quatre avec un Arpège (9,25 m, 28 pieds environ)
Aucun problème, super traversées.

14 mar. 2008
0

il y a
20 ans on traversait en Muscadet et sans Gps quelle horreur alors 36 ,38 ou 40 pieds , je vois pas l interet de la question !

:-D :-D :-D :-D :-D

14 mar. 2008
0

grognon!
bougon!
ronchon!

14 mar. 2008
0

ben oui golf,mais:
il y a 20 ans, florence était toute petite,alors soit gentil avec elle, sinon elle va aller sur l'autre site qu'est meme pas en couleur,et nous ,on aura perdu florence,que si ça se trouve,elle voulait s'inscrire et que pas a cause d'un grgnon comme toi
ha lala!

14 mar. 2008
0

tres utile
parfois, le radar plus que qq pieds.
Il y a 30 ans je traversais en Cognac avec un compas et un loch.
Maintenant je ne le ferais plus par temps de brume sans radar.

14 mar. 2008
0

par temps
de brume , radar ou pas je ne me lance pas dans une traversée des rails en manche , je m y suis fait prendre une fois au milieu sans radar et sans gps en 1984 , je m en rappele encore et je ne reprendrais pas ce genre de risques !

;-) ;-) ;-) ;-)

14 mar. 2008
0

le mieux est peut-être...
...là !

www.directferries.fr[...]rre.htm

;-)

14 mar. 2008
0

Pour se sentir
vraiment sécurit, il faudrait peut être que le bateau, peut importe qu'il fasse 36 ou 40 pieds, ait un radar au cas où le fog tombe d'un coup.

14 mar. 2008
0

Quant au fog...
Si la météo annonce des bancs de brume ou des fog patches pour les Gibis, il vaut mieux attendre tranquillement que cela passe... à moins d'avoir un radar bien sur.

14 mar. 2008
0

amha
ce n'est pas la taille de Ton bateau qui est important, mais la taille des autres à éviter.... ;-)

14 mar. 2008
0

pense surtout à la météo :
l'ideal est un anticyclone sur les British, qui te procurera un vent régulier d'Est ou à la rigueur N-E; si tu peux partir d'Aurigny, tu as les côtes anglaises à 60 milles : une bonne journée de traversée.
Attention en effet à la brume : radar indispensable!

15 mar. 2008
0

Traversée de La Manche
Nous traversions de Calais à Douvres sur First 18 sans aucun problème et plus tard de Boulogne à Rye.Une bonne météo et en route.

15 mar. 2008
0

cette question
en appelle d'autres :
quel est exactement ton projet? Il semble que tu n'aies pas encore de bateau, comptes-tu en louer un, ou bien nos réponses détermineront ton choix pour un achat?
Quelle est ton expérience en navigation à voile?
On pourra mieux te conseiller si tu t'expliques mieux...

16 mar. 2008
0

Guère moins, mais pas plus...
J'ai du traverser une demi douzaine de fois, entre Brest ou l'Aber Wrac'h et la Cornouaille ou les Scilly, soit 120 M environ.
Les 2 premières fois avec un Sun Rise 10m, puis avec un Sun Shine, un First435, un First 38S5 et un First 35.5.
Pour ma première traversée, cela avait été assez chaud. Départ de l'Aber le samedi matin 10/08/1985, avec une couverture météo pas géniale: du SW F5 à F6. Bon y va quand même, car c'est du portant. Et dans la soirée, puis dans la nuit, cela forcit très régulièrement pour monter à un F8 plein sud (rafales à 50n à l'anémo). Visi nulle, en dehors du balcon avant éclairé par les feux de route. Impossible de se retourner avec les yeux ouverts tellement la pluie cingle. Tourmentin et 3 ris. On se fait bien branler jusqu'au matin et là, miracle, le vent se calme, le ciel se dégage, soleil (centre de la dépression ?)et...mer énorme (creux de 6 à 8m ?).On a du passer pas très loin d'Eddystone Rock, mais on n'a pas eu peur... puisqu'on n'a rien vu.
Nous croisons alors la course du Fastnet, équipage au rappel dans les filières, tout au moins pour ceux qui ne cassent pas: Drum perd sa quille devant Falmouth et nous captons pas mal de messages annonçant diverses avaries et abandons. Les côtes de la Cornouaille sont en vues et permettent de faire un point par relèvement (le GPS n'existe pas et nous n'avons pas de Decca). Nous faisons route sur Plymouth à 2 ou 3 milles dans notre est. Nous y arrivons en même temps que les éclopés du Fastnet: bomes pliées, dématages, etc. Quand même 24 abandons sur 54 inscrits !
Equipement classique à l'époque: compas de route, une VHF, une gonio, un compas de relèvement et c'est à peu près tout. Six adultes à bord, dont 3 malades. Peu de casse, en dehors du chariot d'écoute qui a arraché la butée d'enbout de rail sur un empannage pas très raisonnable. Le stress, c'est quand on sent le vent et la mer continuer à forcir depuis des heures et qu'on se dit "jusque là ça va encore, mais si ça continue à forcir...?".
Donc, un 10m ça le fait, même par très gros temps !
François

16 mar. 2008
0

Super, ...
... je suis sûr que cette description va rassurer les trans-mancheux potentiels! :-D

17 mar. 2008
0

du progret....
C'est sur qu'on a beaucoup plus d'outils maintenant qu'il y a quelques années...
Ne serait ce que le fait d'avoir une position précise...

Je suis toujours épaté quand je lis quelques anciens récit de croisière, ou la nav se faisait a l'estime... jamais réussit a comprendre comment on fait...

Sinon le corsaire JOG il me semble que c'est 5,50m et non 6,50

17 mar. 2008
0

Je suppose (enfin, j'espère)
que tout le monde est d'accord avec toi, non ?

17 mar. 2008
0

Totalement d'accord avec ça.
Ce qui n'empêche pas d'avoir éventuelement un équipement minimum bien utile pour la sécurité:
GPS, VHF, loch et sondeur tout de même.
Celà dit pour le loch, j'ai encore un magnifique Vion en bronze à hélice trainée. On le fixe sur le balcon arrière avec un bout d'une vingtaine de mêtres; sur le balcon un compte/tour totalisateur gradué en nautique, extremement précis et pouvant sans problème servir d'étalon.
En prime on a une indication de la dérive due au vent avec l'angle que fait le bout trainé.
Souci par contre comme avec une ligne de traine: ne pas oublier de le remonter à bord en atterrisant. Dans la belle boite en bois verni, il y a d'ailleurs une hélice de secours...
Mais je digresse...
Electronique ou pas et sutout à quel niveau d'équipement, il me semble qu'il faut être nuancé.
Ce qui est certain c'est qu'il faut savoir faire une estime correcte en toutes circonstances. Equipement minimal requis:
Compas bien compensé avec courbe de déviation, loch, sondeur, règles cras, montre, horaire des marées, carte papier, carte de courants, crayon, gomme, calepin, compas à pointe sèche, calculatrice de poche (Facultatif), une table à carte digne de ce nom et, le plus important, un cerveau . Seule source electrique nécéssaire: La pile de la calculatrice facultative et une petite lampe pour éclairer la table à carte.
En dehors d'être un élément indispensable de sécurité, c'est un exercise intellectuel très riche et c'est à mon avis un moyen très efficace de dévelloper son sens marin.
Il faut savoir apprécier les grandeurs (La dérive en particulier, due au vent et à l'allure et due au courant), savoir négliger ce qui peut l'être, apprécier les marges d'erreur. C'est difficile, je le concède, mais quelle satisfaction de constater avec le GPS que l'on a fait une bonne estime. En tout cas, moi j'en tire un plaisir renouvelé à chaque fois.
Petit "jeu" à bord auxquel l'équipage se livre régulièrement: On coupe le GPS, je met le loch Vion à l'eau et chacun fait son estime, sans electricité. Le plus proche de la position réelle (Obtenue au GPS) a gagné (Quoi? C'est selon; en tout cas un minimum l'estime des autres). C'est très formateur et un excellent antidote contre la paresse intellectuelle qui nous envahit tous avec l'inflation d'électronique et d'informatique.
Et tout celà ne m'empêche pas d'avoir, un DGPS, une VHF ASN, un récepteur AIS, un Navtex, un loch/speedo/sondeur combiné (Mais pas de traceur ni de cartes electroniques dont je me mefie come de la peste)
Bon, j'ai un peu digressé d'une éventuelle traversée de la Manche pour laquelle il faut à mon avis mais celà a déjà amplement éte dit:
Un bateau marin(Peut importe la taille), un bon équipage, de la bone humeur, de la bonne bouffe, un bon équipement, du sens marin comme dans toute navigation, une veille attentive (Souligné trois fois), une bonne préparation, une bonne météo. Rien de tout celà n'est insurmontable. Lancez vous!

17 mar. 2008
0

La taille minimum? 6,5 m
Il a été écrit plus haut: « Il n’est pas besoin de remonter à 30 ans. Nous avons traversé a deux sur un sangria pas plus tard que l'année derniere, ma foi ça s'est tres bien passé. »

Les seules différences avec il y a 30 ans, c’est qu’il n’existait pas de :
-Decca
-Gps
-Génois et GV sur enrouleur
-Emmagasineur
-Guindeau électrique
-Frein de bome
-Pilote automatique
-Radar
-Fourrures polaires et vêtements gore tex
-Prévisions météo trés fiable

La taille du bateau n’a aucune importance pour traverser la Manche. Il y a 30 ans on traversait à 7/8 sur un Brise de Mer (31 pieds), à 5 sur Sangria. Sans moteur de surcroît.

Dans les années 60, en Manche, les courses du RORC faisait couramment 150 à 200 milles et les voiliers allaient du Corsaire JOG (6.5 m), Golif, Primaat, puis, pour les plus "luxueux",Atlante, Super Challenger 9 m. Les départs étaient donnés quelque soit la météo annonçée...

Soyons honnête, je ne le referais pas.

17 mar. 2008
1

Bin perso,

Je n'ai jamais compris comment on ose s'embarquer sans savoir se passer d'électronique... :-(

Amha il faut être un fameux cretin (dit sans méchanceté ni attaque personnelle) et pourtant, je suis un fada d'électronique et de trucs inutiles :alavotre:

pfffzzzz

17 mar. 2008
0

Autres temps...
Un certain nombre d'entre nous ont fait leurs débuts à une époque où, dans le meilleur des cas, on ne disposait que que d'une ferrite gonio reliée à un Super Navitech, qui donnait souvent un large chapeau!
Alors il fallait préparer sa navigation en prenant en compte les vecteurs de courant d'heure en heure pour définir son cap.
Il en reste quelque chose et c'est notre sécurité en cas de panne d'électronique (il suffit d'une panne de batteries).
Personnellement, j'utilise tout de même le GPS, simple et sans cartographie et je reporte une position toutes les heures, voire moins selon les circonstances. En cas de panne, je n'aurai donc au maximum qu'une heure d'estime à reconstituer avec peu de risques d'erreur.
La connaissance des conditions de courants qu'il faut gérer, rend tout de même la navigation plus intéressante que de suivre aveuglément les indications d'une cartographie électronique qui risque en plus de te mettre sur les cailloux (cf le fascicule du SHOM : "GPS et navigation".
Dans des chenaux un peu compliqués et/ou étroits, il ne reste que la technique "classique" si on veut passer sans problème.
Willo, penche toi sur la question, fais toit expliquer et tu verras que c'est assez facile à comprendre et fort intéressant. C'est un bon moyen de mieux "connaitre la mer", facteur de sécurité et de plaisir.

17 mar. 2008
0

comme le dit si bien Viking
honnetement, je ne le ferais plus.

17 mar. 2008
0

dis donc Wilo,
si tu as une panne totale d'électricité, comment tu fais pour naviguer sans aides electroniques?

17 mar. 2008
0

tout dépend ou je suis....
en cotière pas de probleme...
EN nav "hauturière" c'est une vrai question. Je me suis toujours efforcé de faire des points réguliers (1 H a 1H30 entre deux points), et a imaginer des solution de replis à partir du dernier point connu, qui me permette de tolérer des erreurs, et de trouver des élément de corrections, bref faire ce que j'appellerais de la navigation défensive.

Bref, me dépatouiller sans électronique je pense que je saurais faire (quite a faire demi tour), par contre construire toute un navigation comme ca c'est une autre paire de manche...
Les quelques essai d'estime que j'ai pu faire m'ont vite convaincu que l'erreur pouvait vite devenir importante...

17 mar. 2008
0

En navigation hauturière
Et le sextant alors? Ca ne fonctionne pas à l'electricité (En dehors de la pile de la calculatice)
Essais en estime: En faire, en refaire et encore en refaire en en vérifiant l'exactitude avec le GPS. L'erreur s'amenuise avec l'entraînement. Si elle est très importante, c'est qu'on a mal évalué un paramètre, (La plupart du temps la dérive, le plus difficille à apprécier). Ca s'apprends comme on apprend à "sentir" son bateau.

17 mar. 2008
0

La Manche et la nav.
et oui tout se perd,
La taille des tables a cartes dans les bateaux recents est presque inexistante.
Normale un GPS, le lecteur de carte et on part au bout du monde car on se voie sur un ecran...
On ne sais plus faire une estime correcte, on ne sais plus ammarer son bateau correctement, ect.
il suffit d'ecouter la VHF en été et de se ballader sur les pontons... c'est la triste réalitée.
On n'a meme plus le respect de son propre bateau.

j'ai traveré plusieurs fois la manche et parfois dans le brume avec pour seul aide de l'epoque un gonio et un lock à cable.Ben on passe du temps a la table a cartes avec les instructions nautique; on prevois un atterissage dans une zone pas trop risquée et on veille..

Donc pas de taile mini pour traverser mais sans doute quelques competances.
La mini Transate se court sur des 6.50m.

17 mar. 2008
0

6,50 m
il suffit d'un bateau homologué en 4 ème catégorie (ancienne mode). J'y suis allé un tas de fois en Mousquetaire à partir de Carteret via Guernesey.
En terme de navigation il faut et il suffit d'emporter :
* les bonnes cartes
* la carte des courants très forts en Manche
* un compas
* un compas de relévement
* une règle Cras
* un compas pointes sèches
et si on a en plus une bonne montre, c'est bon, on peut partir.
Tout le reste n'est qu'élément de confort !

Na !
PS : j'oubliais, si la route ne prévoit pas d'escale aux anglo-normandes, pensez au Whisky !

17 mar. 2008
0

A Angots La manche
PS : j'oubliais, si la route ne prévoit pas d'escale aux anglo-normandes, pensez au Whisky !

Ca c'etait bien avant, a l'epoque de gonio.
Aujourd'hui il faut mieux partir avec toutes ses munitions.C'est vraiment hors de prix labas.
Tous les WE tout Jersey et Gurenesey viennent faire le plein de Bibine et autre Gwen Ru Chez nous..
Sans Instuments pour traverser, le meilleur point de reperage c'est le rail. ca permet de TRES bien recentrer l'estime. car Les gros naviguent JUSTE dans le rail.. Donc pour la veille pas de Pb: quande on monte un coups d'oiel a gauche pendant 1H. 1H de repos, puis un coup d'oeil a droite pendant 1h. Puis penard jusqu'a la vue des cotes
(les 2 petits rails anglais sont peu frequentés)

17 mar. 2008
0

A St Hélier
tu trouves les alcools meme le ricard en détaxe .

17 mar. 2008
0

navette
detaxe egalement sur les navettes anglo de st malo / granville dielette et carteret ( saison )

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (180)

Le beau temps !

mars 2021