transfert expérience construction voilier amateur

Vous êtes vous lancé dans l'aventure d'une construction Epoxy-bois? quel type de bateau et pour quel type de programme de navigation ? comment s'est déroulé votre chantier? votre budget a t-il été respecté? votre bateau répond-il finalement à toutes vos attentes? et si cela était à refaire ?
Qu'elles sont les pièges à éviter lors d'une telle entreprise ?
Beaucoup de questions qui trouveront peut-être réponse!

L'équipage
06 sept. 2002
16 sept. 2002
0

expérience construction
Je suis moi aussi intérressé par les mêmes questions, ou plutôt par leurs réponses, vous pouvez me contacter sur mon mail ou au 04 91 62 54 59, en soirée.

03 jan. 2003
0

Moué Itou
Eric,

Je médite le même genre de projet. D'abord des croisières courtes aux Iles Trucmuche, qqes km.
Mini croiseur à voile, remorquable fastochly.
Je trouve les plans français en cétépé très laids.
J'espère pouvoir faire homologuer un plan GB ou US.
Où en êtes-vous?

10 jan. 2003
0

Quelques idées
Salut à tous.

Nous terminons ma femme et moi la construction d'un cotre en bois moulé époxy de 10,50 m (type Haliotis).
Nous sommes dans notre 13ème année de construction.
Encore pas mal de finitions à faire dans les aménagements mais le bateau a gouté l'eau salée cet été, ça commence à sentir bon.
Je ne vais pas vous faire un bilan fastidieux de la construction mais juste emettre quelques reflexions sur notre expérience.

Nos métiers respectifs n'ayant rien à voir avec les techniques employées, nous avons dû apprendre sur le tas (de bois).
Habitant le Val d'Oise, en région Parisienne, nous avons eu beaucoup de mal à trouver un local pour notre construction.
Nous avons commencé dans les Yvelinnes, à 1 heure de trajet de notre domicile.
3 ans plus tard, le proprio du local ayant d'autres projets pour son hangar, nous avons déménagé la coque en Seine et Marne (30mn de trajet), dans une association de constructeurs amateurs.
Le bateau est aujourd'hui dans un port de plaisance des Hauts-de-Seine.
Le chantier s'est donc étalé sur 3 départements et jamais le notre.

La coque à été construite en bois moulé sur lisses jointives et membrures lamellées,
(une première épaisseur de lattes de pin d'Orégon, et 3 plis d'acajou de 3 mm).
Elle n'a pas été stratifiée mais juste imprégnée et enduite d"époxy.

QUELQUES CONSIDÉRATIONS D'ORDRE GÉNÉRAL :

Nous avons mis beaucoup plus de temps que prévu (c'est rien de le dire !). On se console en constatant que c'est le cas pour beaucoups d'autres, mais je ne suis pas sur qu'on ferait beaucoup mieux si on recommençait maintenant.
Nous ne travaillons que les week-end et une bonne partie des vacances, ce qui nous prend déjà beaucoup de notre temps libre mais qui n'ést visiblement pas assez.
Je ne travail pas très vite, mais je manque surtout d'organisation. 2 défauts qui se paient très cher en temps quand ils sont conjugués.

A force de fréquenter les chantiers amateurs, j'ai pu classer les constructeurs en 2 familles : les bricoleurs et les pros.
Les premiers (dont je fais partie) sont plus ou moins adroits de leurs mains, mais ils construisent au feeling, en prenant les problèmes un par un. Apprenant au fur et à mesure de la construction, ils sont régulièrement bloqués par leurs lacunes techniques, et le rythme de travail s'en ressent.
Les pros, eux, gèrent leur construction comme une entreprise, plannifiant chaque étape et attaquant de front plusieurs problèmes. Généralement entrepreneurs, leur expérience professionnelle leur procure une grande éfficacité, que ce soit du point de vue technique que commercial (vu l'ampleur de l'investissement, savoir négocier et flairer les bonnes affaires est un sacré atout).

On ne s'improvise pas chef d'entreprise, et j'ai bien peur de n'être toujours qu'un bricoleur.
Mais j'ai beaucoup appris à cotoyer certains spécimens de la catégorie citée plus haut.
C'est l'énorme avantage des association de constructeurs amateurs, le partage des compétences, des expériences, aussi bien que du local et du matériel sont un gros plus pour faire avancer le shmilblik.

Je pourrais dire que pour mener à bien la construction du bateau il faut deux carburants :
le fric et la motivation. Que l'un des deux vienne à manquer et la machine s'arrête.
Si on croit au début être riche d'une réserve inépuisable d'énergie, on constate au bout d'un moment qu'il peut y avoir des fuites, et c'est la panne ! Quand une batterie est à plat, une deuxième est la bienvenue pour redémarrer. C'est pourquoi, dans un couple, les batteries doivent être chargées à bloc des deux cotés au début du projet. Si l'une est défaillante il faut pouvoir compter sur l'autre.
Et si les deux sont à plat, on risque de ne plus pouvoir repartir.
Chacun a sa recette en suite pour faire remonter le voltmètre. Certains s'arrêtent un peu pour souffler ou faire autre chose. Personnellement, si je m'arrête trop longtemps, j'ai beaucoup de mal à repartir. Le moral tient tant que ça avance, même lentement.

TECHNIQUE :

J'ai choisi le bois par affinité. J'adore cette matière (j'aurais été incapable de construire en acier). Associé à l'époxy, il forme un couple à l'efficacité redoutable, offrant beaucoup de possibilités.
L'époxy est une base qui peut servir de multiples façons : collage, stratification, joint congé, enduits... A part quelques règles de sécurité à suivre pour éviter l'allergie, c'est un produit simple utiliser.
La technique du bois moulé sur lisses jointives n'est pas très compliquée, elle demande juste du soin. Mais qu'est-ce que c'est long !
Le résultat, en revanche, est plutôt flatteur. C'est carrément beau !
Les procédés plus récents comme le strip planking sont beaucoup plus rapides à mettre en oeuvre, et me semble donc plus attrayants.

Pour le reste, la construction est une formation permanente dans tous les domaines.
On aborde toutes les disciplines avec plus ou moins de bonheur, mais on en garde toujours quelque chose.

On peut considérer la construction d'un bateau comme une suite de problèmes à résoudre, car si vous trouvez des conseils concernant les principes généraux des techniques à utiliser, il y a énormément de détails qui ne semblent avoir été créés que dans le but de vous retarder. Et là où les professionnels ont tous les outils adéquates ainsi que la main d'oeuvre nombreuse, vous vous retrouvez seul avec votre panoplie de bricoleur pour résoudre le problème.
J'en ai passé des heures à réfléchir pour trouver la clé et pouvoir sortir d'une impasse.
Mais, pour moi, chaque problème résolu est une victoire, et chaque étape franchie est une satisfaction.

CONCLUSION :

On ne se met pas à construire un bateau faute de mieux parce qu'on ne peut pas s'en payer un neuf. Il faut avoir réellement envie de faire.
Dans le doute, si vous voulez vous faire une idée plus précise de vos capacités manuelles, faites une maquette de bateau. Histoire de prendre contact avec les matériaux, de se prendre la tête avec les plans et surtout de jujer, non pas du résultat, mais du plaisir ou déplaisir que vous aurez retenu de l'expérience. Vous saurez deplus si vos mains seront des alliées ou des ennemies liguées contre vous.
N'espérez pas aller vite en ne travaillant que les week-ends, il n'y en a que 52 dans l'année et vous ne pourrez pas les consacrer intégralement à votre barcasse. Le seul moyen de construire vite est de travailler à temps plein. Evidemment, à moins d'être au chômage, c'est une activité non rémunérée, qui nécessite quelques économies.
La construction amateur est une course contre le temps, un combat perpétuel contre les problèmes, un parcours semé d'embuches durant le-quel votre motivation est testée en permanence.
Bref, un sacré challenge.
Mais c'est aussi une aventure formidable qui vous apporte énormément de satisfactions et qui occasionne de formidables rencontres avec d'autres excentriques comme vous, parlant le même langage et partageant les mêmes rêves.

Voilà.
Je ne suis pas prêt de recommencer, mais si c'était à refaire :
- je choisirais un plan entre 11 et 12 mètres, taille que je trouve idéale pour un grand départ.
- en bois époxy (strip planking ou contre-plaqué), surtout parce que j'aime travailler le bois, mais aussi parce que je pense que cela fait des bateaux légers, solides et faciles à réparer.
- je chercherais un local le plus près possible de mon domicile, quite à déménager pour m'en rapprocher.
- je chercherais à partager ce local avec d'autres constructeurs afin de mettre en commun l'outillage, le savoir-faire et la motivation.
- j'essairais de financer le projet (au moins en partie) AVANT de commencer. Ceci dans le but de travailler au moins un an à temps complet sur le chantier.

Ces reflexions n'engagent que moi, d'autres ont surement des idées différentes.

Bonne année à tous et bon courage à ceux qui se lancent.

10 jan. 2003
0

bateau idéal
Voici une expérience comme je les aime.
Je suis sûr Philippe que vous représentez la majeur partie des constructeurs amateurs.
Mais "crime", comme on dit chez nous, 13 ans de travail, chapeau bas...
Nous avons commencé notre projet en fin d'année dernière par la visite chez un architecte naval pour faire ce fameux bateau idéal, car chacun voit midi à sa porte, c'est bien connu.Nous avons cherché longtemps un plan, dans l'esthétisme et le pratique sans jamais être satisfait. Alors que faire sinon que le dessiné soi-même. Étant dans le dessin, j'ai mis toutes nos idées sur papier. Ayant choisi le bois comme matériau, nous avons suivi de courts stages, tel que lecture plans de détails, fabrication des varangues, couples, etc... afin de savoir de quoi nous parlions.
Après recherches et déconvenues sur les prix des architectes,(qui ne pense d'ailleurs qu'au 60 pieds open...), nous avons trouvé un jeune archi. sortant de l'institut maritime qui nous fait ce fameux plan pour le prix d'achat d'un plan de série pour auto-constructeur. il a pris cela pour un défi. Câline... il existe encore des jeunes de cette trempe... Il ira très loin...
Nous allons récupéré l'objet de notre désir dans un peu plus d'un mois...
Entre temps nous nous occupons de l'achat du bois et de sa transformation pour la future mise en oeuvre.
Nous avons connu un charpentier de marine qui nous recevras dès fin septembre dans son local pour la mise en chantier. C'est avec lui et sous sa surveillance que nous allons construire notre coque jusqu'au pontage. Nous serons les arpettes, mais comme vous le dites, Philippe, c'est bon de connaître son bateau et savoir le réparer si rencontre avec un ofni...
Nous avons en fait opté pour le strip-planking qui en fait garde les belles courbes d'une coque à l'ancienne.
Sans être avec dans une association avec partage d'un local et expériences, bien qu'avec notre charpentier, nous apprenons maintenant à anticiper les prochaines étapes. Mais comme vous avez raison, nous sommes toujours obligés d'apprendre les différentes interventions à venir, c'est enrichissant mais les journée ne font que 24 h. (et avec le travail...), il faut une bonne couche de motivation et d'aide morale...
Il serait bon, Philippe, de pouvoir parler de votre expérience plus en profondeur,car je suis sûr que nous tomberons dans les mêmes pièges de la construction que vous avez connus. Si le coeur vous en dit...
Que votre projet prenne les alizés. Bonne année 2003.

04 fév. 2003
0

Apprendre avant de construire
Bonjour,

Je trouve les deux dernier commentaires plus qu'interessant, et c'est vrai qu'il ne faut pas se lancer dans une construction amateur faute de budget. C'est pourquoi j'envisage de me trouner vers la renovation ( moins cher, plus rapide et plus simple ). Pour cela il faudra bien evidement effectuer beaucoup de travaux techniques qu'un novice comme moi ( bien que bricolleur et de formation mecanique, electrique et commerciale) ne connait pas.

Toute fois j'aurais une question pour GERANN qui, j'en suis sur, renseignera nombreux d'entre nous:

  • Ou se renseigner au sujet des stage de construction navale(Lieux, tarifs, dates, programme,....)?

  • Quel sont les coordonnees de votre jeune architecte naval ? Et possede-t-il un site ?

  • Avez-vous un site presentant votre projet ?

P.S.:

Au sujet de l'architechte naval, j'aurai une idee qui pourrait se revelee tres interessant pour avoir des plans a prix tres bas (voire gratuit) et qui permetterait de construire un bateau innovant.......il suffit de se renseigner aupres des ecoles d'ingenieurs et de rencontrer des etudiants et de travailler avec eux dans le cadre de leur projet de fin d'annee. Ces ecoles peuvent etre par exemple Arts et Metier.....A voir.

Qu'en pensez vous ?

Nico.

04 fév. 2003
0

Plan presque gratuit
Je pense que le coût du "plan" correspond à 5 à 10% du budget final du bateau. Ridicule donc, quand tu es prêt à investir pas mal d'argent, je pense qu'il vaut mieux mettre toutes les chances de ton côté.

De t'assurer l'expérience d'un archi et surtout ses conseils. Les conseils qu'il peut t'apporter peuvent se révéler plus important que le plan en lui même.

Si il y a une économie à faire sur ton budget, se serait surement pas sur ce poste là...

Bonnes recherches

18 avr. 2003
0

Votre opinion sur ce plan
Bonjour à tous,

Je désire moi-même me construire un mini-croiseur en strip planking et j'ai rechercher longtemps un plan intéressant et le seul que j'ai trouvé jusqu'à présent est un plan américain réalisé par Jim Betts et Ted Brewer, celui-ci ce nomme SO-DU-IT.

Ce Pocket Cruiser mesure 14 pieds de long (4.27m.)
J'ai contacté Jim Betts par e-mail il semble être le designer le plus concerné par ce petit croiseur. Ce bâteau se construit selon le plans original en cold molded mais celui-ci est possible de le faire en strip planking de cèdre et renfort en fibre et époxy.

Je n'est pas encore acheter les plans&patrons (pas cher)
85$US mais je magasine toujours.

Donner moi votre avis!
www.bateau.com[...]DI.php3

Si vous avez un plan pour un petit croiseur en strip planking à me conseiller.

Ecriver moi,

Jean-François
Gaspésie, Québec

18 avr. 2003
0

Constructeur amateur
La lecture des avis des uns et des autres montre à l'évidence que les conditions de constructions des amateurs sont diverses et variées. J'ai moi-même terminé il y a 7 mois la construction d'un Bepox 700 en CP époxy. Elu bateau de l'année 2000, il mérite bien sûr des éloges en navigations mais avec le recul il en mérite bien plus au niveau de sa facilité de construction. 600 heures de travail, 22 000 € de budget et en dix mois l'affaire a été bouclée. Elle est relatée dans le Loisirs Nautiques de septembre. En toute modestie, ce que j'ai fait est accessible à tout le monde. Même si j'ai pu rencontrer quelques problèmes, grâce aux conseils de l'architecte constructeur et des ouvriers du chantier je m'en suis sorti sans dommage. Lancez-vous mais ne visez pas trop grand ou trop cher. dans le meilleur des cas vous n'économiserez pas plus que la moitié de la valeur à neuf, ce qui est déjà beaucoup!
Bon vent!
Frédéric@

07 mai 2003
0

un petit trimaran
Bonjour a tous
Moi je me suis l'ancé dans la construction d'un petit trimaran destiné au camping cotier en famille...
C'est un bateau de 6,5m en contre plaqué époxy.
Que dire ...effectivement moi aussi je suis plutôt lent,cela vient surtout de l'apprentissage sur le tas. J'ai pratiquement fini le 2ieme flotteur et sa réalisation a été bien plus rapide que le premier.
Je pense que l' on passe beaucoup de temps à réflechir et à hésiter quand on s'attaque a un problème que l' on ne connait pas et puis on commet inevitablement des petites erreures qui font perdre aussi beaucoup de temps...La plus grande dificulté pour moi (je pense)a été l'ajustement des exigences de présision :trop on en fini plus, trop peut on perd du temps a rattraper les impresitions(j'ai plutôt tendence a en faire trop...)Et le plus important,c'est d'apprendre à preparer le travail c'est en preparant longuement que l'on gagne du temps.

Il est vrai aussi qu'il faut avoir envie de construire et que cela soit source de satisfactions pour tenir sur la durée du chantier.
De maniere générale il n'y a rien d'infesable il faut juste accepter le temps que prend chaque étape,ne pas mégotter sur la qualité,ni des plans on ne paye pas tant des plans mais le partage de l'expériance de l'architecte au travers de ses conseils et un suivit tout au long de la construction(même juste par telephone c'est important)ni des matérieaux,et encore moins sur la qualité de l'outillage si l'on veux que le travail soit satisfesant.
J'ai choisi de travailer chez moi et je pense que c'est un gros avantage malgre la taille tres "limite" de latelier,cela demande d'autant plus d'organisation...heureusement dans ce domaine là, je m'améliore au fur et a mesure du chantier.
Pour conclure, le contreplaqué époxy est a la fois performent, relativement economique et techniquement abordable il faut juste s'y metre en étant aussi réaliste que possible...et savoir ce que l'on veut.
Bonne chance à tous ceux qui ce lance!
Laurent

03 sept. 2007
0

hello
bonjour, je suis à la recherche de plans pour un trimaran puis-je avoir l'adresse de votre architecte ou vous racheter vos plans. salutations s g

30 juin 2003
0

construction en strip planking
vu pres de caen un chantier de construction amateur de 2 coques de TURBO 11m dans un grand hangar ...! c'est la le probleme . trouvez le hangar et votre coque est finie en 1 a.splendides coques .. une coque realisee en NZ
a tenu 15 knots de moyenne pendant 10h
(construction amateur parceque ce n'est pas un chantier .. mais des "amateurs" tres professionels quand meme ...)

10 jan. 2004
0

chantier Caenais
Bonjour,
As tu encore les coordonés du chantier dont tu parles? si oui merci de me transmétre.

JPP

01 juil. 2003
0

Jean-François :
Il y a quantité de plans de croiseurs de poche!
Il faudrait nous dire tes critères de choix en la matière, car il y a l'embarras du choix.
4,27m, c'est bien court dans les creux, même si la flottaison est proportionnellemnt longue!
Tu peux p-ê aller jusqu'à 15' ou 5m. On a de la place au Québec!
Mon récent coup de foudre: Meadow Bird, une extrapolation, je crois par Carl Clements, de la Titmouse de Sam Rabl.
16' 6" LOA (hors tout).
Version dériveur lesté pour le près.
Coque un peu à la Buzzard's Bay 25', si tu as lu le dernier WoodenBoat.

Le rouf se relève pour ne pas se cogner le crâne au mouillage en mangeant sa banane!
Mât relevable à "tabernacle" sur le pont.
Plans disponibles chez Chesapeake Marine Design
-ou Databoat, pour plus cher. Voyez leurs sites internet.
Il y a le Spartan de chez Gartside, et à bouchains plusieurs Selway Fisher, comme les petits Swan.
Le Glen L 17', chez Glen L, ou le Minuet. Pas terrible. Les Hartley australiens, à bouchains aussi, encore pires.
Nancy's China à bouchains, un peu mieux.
Il y a tous les plans Ian Oughtred, plus longs mais vraiment bien.
Meadow Bird est en simples lisses jointives (strip-machin), sans renfort de bois moulé (cold-moulding) dessus. Pas trop toffe à mon avis!
Il y a une version à clins (clinker) avec un tapecul (mizzen), genre canoe-yawl.

A+
Eric

01 juil. 2003
0

Nico:
L'idée est fort bonne, mais en pratique les meilleurs plans sont ceux éprouvés par l'expérience, construits à des centaines ou milliers d'exemplaires...Un plan est tjrs mauvais au début, il y a 34 choses qui clochent, un plan n'est né pour de bon qu'une fois traversée la période initiale de mise au point par les premiers utilisateurs, et d'améliorations dûment apportées par le constructeur sérieux...et ces cobayes ont eu de la chance s'ils n'ont pas payé leur plan plus cher que les ballots de suivistes qui leur succèderont!
Bravo à l'innovation, mais elle ne rime pas avec absolue tranquillité.

Eric

04 sept. 200716 juin 2020
0

ça faisait longtemps
que j'avais envie de construire un bateau
et le bois me semble plus agréable a travailler qu'un autre materiau en plus avec l'époxy pas besoin d'etre menuisier pour les assemblages
donc je n'ai pas hésitez une seconde à me lancer dans l'aventure , ça fait un an que je bosse aussi souvent que possible , soit 3 jours par semaine ,et surtout il faut que ton chantier soit au plus prés de ton domicile,moi j'ai la chance de le faire derriere la maison sous serre.
l'objet du delit est un catamaran de 12 X6 sur base de 2 coques non pontées de "tropic 40 " en cp + fond en polyester de chez naval force 3.
ma chance de trouver ces coques ( un bon prix ) + trouver la bonne personne " batelier de la vodka" pour les plans et suivi technique + trés bon esprit( heo ) font que les choses avancent plutot bien puisque le tout devrait toucher l'eau en 2009 !!!!
bien sur c'est ( beaucoup ) du travail
et il faut d'abord vouloir ( aimer ) construire
+ que naviguer! bien que l'un motive l'autre...

pour le budget bien sur c'est plus economique
mais ça reste conséquent, la matiere premiere est chère et ça ne fait qu'augmenter tous les ans, mais tu peux te dire qu'au bout tu as un bateau neuf pour le prix dun bateau d'occas meme un peu moins et tu connais bien la stucture de ton boat...
pour faire bref ,si te poses plus de questions que tu n'as de réponses et que tu n'as pas les 3/4 du budget sous le coude la sagesse voudrait que tu n'ailles pas plus loin et plutot voir du coté des occasions ou rénovations

photo de du chantier ______

04 sept. 200716 juin 2020
0

autre photo
pour + d' info n'hésites pas à me contacter

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bol d'Or 2016

Après la pluie...

  • 4.5 (168)

Bol d'Or 2016

mars 2021