Tout sur l'énergie solaire

Pour ceux qui comprennent la langue de Shakespeare, un site incroyable avec absolument tout ce qu'il est possible de faire avec le soleil.
Il y a même un scooter rechargeable sur panneaux solaires (pour Grain2) et un voilier (cherchez bien) dont le moteur est électrique et solaire (mais là, faut commander la revue...).
Une mine d'infos qui peut aussi vous servir pour votre maison.

www.builditsolar.com[...]cts.htm

L'équipage
13 oct. 2006
13 oct. 2006
0

Super
Gilou29 :-) :-)

13 oct. 2006
0

Voilier, a moteur electrique solaire
J'ai rencontré en Aout un couple de retraité qui venait de Brest et allait à Stasbourg, par mer puis caneaux.
Avec un fifty d'environ 7m motorisé par un moteur electrique.
Il avait deux panneaux de 100 w
avait une autonomie journaliere (au moteur) de 10 milles environ, a une vitesse de 3,5 Knts.

13 oct. 2006
0

il y a quelques années
au grand pavois, il y avait un Autralien qui vendait un bateau pour une centaine de passagers (peut-être moins ??) équipé de moteur électrique et qui fonctionnait en total autonomie grâce à une multitude de cellules photoélectriques ! Il avait servit pour les jeux me semble t-il ?

14 oct. 2006
0

et en suisse
sur le lac de bienne
www.top-news.ch[...]pub.htm

et d'autres sur le leman avec la société aquarel je crois

14 oct. 2006
0

je crois me rappeler
qu'il y a un traversier sur la tamise du même tonneau.
Les esprits ne sont pas prêts et la technologie pas assez performante. C'est un problème économique. Quand ça sera rentable, nocif ou pas, miuex ou moins bien, ça n'aura aucune importance... on vous l'imposera et vous n'aurez rien à dire :-)

0

zephir
c'est dommage que tu n'ais pas plus de renseignement c'est tres interessant ca!

14 oct. 2006
0

Je rapelle aux sectateurs d'Aton...
... que les panneaux solaires c'est très bien... quand il y a du soleil. C'est comme ça que je suis arrivé aux Canaries razibus et sur la 2e batterie parce que sous les beaux cumulonimbus je pouvais toujours chanter "Allons zenfants de la batterie". Même problème avec l'éolienne cette fois c'est avec le dieu Eole que l'on est en froid.

De plus comme tous ces ustensiles en quantité suffisante pour équiper valablement un bateau hauturier coûtent la peau des fesses et sont compliqués à caser, si j'étais riche avec un grrrrrand bateau (12 m et plus) je ne m'enquiquinerais pas avec ces choses en m'allourdissant en batteries et j'aurais un groupe électrogène parfaitement silencieux en cocon. Je parie même que ça ne serait pas significativement plus coûteux.

14 oct. 2006
0

le vrai probleme des énergies écologiques, c'est
qu'elles sont toujours disponibles là où on en a pas besoin et au mauvais moment

l'électricité solaire, c'est parfait sauf que c'est l'hiver qu'on consomme le + d'électricité et que c'est à cette période qu'il y en a le moins

l'éolienne, c'est a peu près pareil car il n'y a pas de vent tous les jours et on consomme tous les jours

ensuite, les endroits les + venteux sont toujours des trous perdus quasiment déserts alors que la région parisenne qui aurait bien besoin d'électricité a quasiment jamais de vent

c'est comme si on avait un système presque parfait qui produirait uniqument du froid au groënland et de la chaleur au Sénégal

un ami de Valence ( qui est déjà bien au sud et avec un bon ensoleillement) a un superbe chauffe eau solaire sur son toit ce qui est très esthétique

résultat, son eau chaude lui coutera rien pendant une canicule et ça tombe mal, car il va alors en utiliser très peu et le reste du temps, il consommera le pur jus EDF et il va en utiliser pas mal

amicalement

14 oct. 2006
0

La solution:
La solution, c'est de consommer le moins possible.
Les sources d'électricité "écologiques" sur un bateau ne peuvent se concevoir qu'avec un travail important sur réduction de la consommation électrique.

Une fois ce travail réalisé, il me parait tout à fait concevable d'être autonome à 90% (petit groupe électrogène ou alternateur moteur en appoint). Mais pour cela, il faut tout de même une autonomie en batterie sur plusieurs jours.

Et on peut trouver des solutions de réduction de consommation à peu près partout, grâce à des équipements économiques, et à des comportements judicieux:
* pilote: linéaire électrique de préférence, avec un (des) safran bien compensé, et un bateau bien équilibré et bien réglé.
* frigo: bonne isolation (un complément d'isolation n'est pas un luxe), dégivrage TRES fréquent, et ouverture du frigo le moins souvent.
* éclairage: éclairage fluorescent utilisé juste quand nécessaire.
* feux de nav: bons feux à LED.
* électronique: ne l'utiliser que si nécessaire (un sondeur en pleine mer ne sert pas à grand chose). Un GPS et un loch, ça ne consomme quasiment rien.
* ordinateur: prendre un de consommation raisonnable, et ne l'alumer que quand c'est nécessaire.
* audio: privilégier les équipements basse consommation avec des ampli "classe D" de faible puissance (enceintes I Pod ou équivalent, par exemple).

Bref, c'est toute une philosophie. Si on ne souhaite pas s'imposer ces contraintes, il faut soit avoir un bon groupe électrogène, soit fréquenter les marina 90% du temps.

Leon.

15 oct. 2006
0

l'intérêt
Il y a quand même beaucoup d'intérêt aux énergies renouvelables sur un bateau:
* absence de bruit pour le solaire
* simplicité par rapport à un groupe
* fiabilité (le solaire est fiable et ne nécessite que peu d'entretien)
* aspect moral: c'est un des avantages principaux: on est fier de ne vivre qu'avec de l'énergie "propre", de ne pas avoir à démarrer un groupe ou un moteur.

Et puis, un groupe fixe, ça coute quand même beaucoup, en comparaison d'une centaine de W de panneaux solaires.

Le moteur? Je n'ai personellement pas de In board, et l'alternateur du HB n'est que de 6A.
Pour recharger de 50Ah à 100Ah un parc raisonnable de batteries avec l'alternateur moteur, il faut combien de temps? Une heure en moyenne, d'après ce que j'entends à droite et à gauche. Plus que les "quelques minutes que tu mentionnes".

La saison prochaine, j'aurrais un alternateur d'arbre et un panneaux solaires, et je compte bien être autonome avec ça.

Après, que tout le monde ne partage pas la philosophie de l'énergie propre, je le comprend tout à fait!

Mais il faut que tu comprenne toi aussi que tout le monde ne cherche pas forcément la rentabilité.

Leon.

15 oct. 2006
0

réponse à JP
Dans quelques mois, j'aurrai bel et bien un alternateur d'arbre, alors que je n'ai pas de moteur in board!
Ce type de montage doit être plutôt rare, je pense.

Ca sera un bricolage: j'ai rénové mon bateau en enlevant le in bord (impossible à réparer), et en gardant juste le presse étoupe. On va mettre un arbre léger, un hélice 3 pales en composite (bricolée), et le tout entrainera un alternateur par l'intermédiaire d'une couroie.
J'ai un ami mécanicien qui va m'aider à réaliser le montage.

J'évoquais le sujet ici:
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

Sinon, l'éolienne a, c'est vrai, plein d'inconvénients: sécurité, encombrement, bruit, dégradation en cas de vent trop fort. Il n'y en aurra pas chez moi (en plus, mon bateau est trop petit).

Leon.

15 oct. 2006
0

je suis bien d'accord, sauf que là encore
le raisonnement en va pas dans le bon sens

en effet, si on réduit de manière drastique la conso pour pouvoir utiliser les "énergies douces", l'utilisation du diesel quelques minutes tous les 2 ou 3 jours pour compenser cette très faible conso n'est plus un problème et les systèmes éoliens et photovoltaïques perdent tout leur interet vu leur cout initial qui représente quelques m3 de gazole

amicalement

15 oct. 2006
0

je comprends aussi que tu nous dis ne pas avoir de in board
mais un hb et que tu nous dis aussi que tu vas installer un alternateur d'arbre

je suis très curieux de savoir comment on monte un alternateur d'arbre sur un HB

tu oublies aussi le bruit et les vibrations d'une éolienne

il y a une différence énorme entre les deux approches

celui qui préfère un groupe n'est jamais contre les énergies propres, mais il n'en voie pas l'interet, tout simplement alors que celui qui est pour celles ci est le plus souvent contre le groupe et fait du prosélytsme écolo

c'est affaire de chacun de faire au mieux sur son bateau en fonction de ses finances et ensuite de ses convictions

amicalement

15 oct. 2006
0

Autre site intéressant plus général

de Jean-Marc Jancovici, le meilleur que je connaisse sur ces questions. Les analyses me semblent honnêtes et réalistes. Voici une de ses conclusions sur le fait de savoir si les énergies renouvelables nous permettraient de vivre comme aujourd'hui:

""""Il est raisonnable de considérer qu'un monde qui ne fait appel qu'aux renouvelables a donc de sérieuses différences avec le nôtre. J'espère avoir convaincu le lecteur que l'abondance matérielle, qui suppose pour commencer la production de masse d'acier, de béton, etc, n'est pas possible au niveau que nous connaissons - voire pas du tout pour un certain nombre de matériaux très difficiles à obtenir sans pétrole - dans un tel contexte. Par ailleurs les problèmes de stockage des modes intermittents, avec les consommations intermédiaires que cela représente, le fait que les renouvelables posent de redoutables problèmes de concurrence d'usage des sols, et les limitations nées des lois de la physique (personne ne changera l'énergie cinétique d'une masse d'air qui se déplace à une vitesse donnée, donc la quantité d'énergie éolienne récupérable) font que notre monde actuel - où l'énergie abondante est omniprésente - ne peut subsister avec juste des renouvelables, et il s'en faut probablement de beaucoup. Dès lors est-il sage de nous organiser en dépendant chaque jour un peu plus d'une ressource qui ne sera pas commodément remplaçable ?

Ajoutons que la conversion éventuelle à des modalités renouvelables de tout ce qui pourrait l'être conduirait à une utilisation des sols que bien des "écologistes" réprouveraient probablement : il faudrait couvrir la quasi-totalité de la France de barrages, de forêts cultivées de manière intensive pour le bois de feu (donc avec une biodiversité pas toujours terrible...), d'éoliennes, et de cultures elles intensives pour les biocarburants. Peut-on considérer qu'un tel tableau correspond à un développement "propre" ?

Il est vraisemblable que sauf mise en oeuvre d'un programme raisonnable de réacteurs nucléaires à neutrons rapides (mais il faut compter 40 ans pour le mener à bien : en aucun cas le nucléaire ne pourrait servir de roue de secours pour remplacer tout le reste à bref délai lorsque nous aurons des angoisses de pénurie ou de dégâts climatiques), l'abondance énergétique prendra fin avec les combustibles fossiles, les renouvelables seules étant totalement incapables de les remplacer au présent niveau, même si elles ont bien entendu leur place dans l'approvisionnement du futur.

Même le recours au nucléaire ne permettra pas de conserver l'organisation actuelle de la société, l'électricité ne pouvant commodément remplacer le pétrole comme matière première. La première mesure si nous souhaitons être prudents, du point de vue énergétique, est bien de prendre le chemin d'une division de la consommation d'énergie par 2 ou 3, et non de l'augmenter "tant que ca passe", en pensant que les renouvelables permettront de prendre le relais quand nous le souhaiterons...""""

15 oct. 2006
0

oui bon..
On est loin du bateau la.
Mais il me semble qu²il est plus facile d²adapter un bateau a un fonctionnement ecologique q²une maison.
La maniere de le faire depent des besoins de chacun.
Un groupe electrogene peut tourner a l²huile vegetale ou au methanol.
D²autres trouverons leurs bonheurs dans l²eolienne ou les panneaux solares. :-) :-)

15 oct. 2006
0

Autonomie solaire...
Par ici, je connais aussi bien des maisons que des voiliers équipés solaire qui sont cent pour cent autonomes, sans faire tourner le moindre moteur !

Mais surtout sur un voilier, l'optimisation du rendement des différents consommateurs telle que le décrit Léon est primordiale et toujours moins onéreuse que d'augmenter la production.

Mon bateau étant ma résidence principale et mon bureau, avec tout le confort moderne en froid et en éclairage est honteusement énergivore, les ordis tournant pas mal…

J'ai donc un groupe électrogène qui sert essentiellement à recharger les accus, et 330 watts de panneaux solaires qui me permettent de diviser par deux les heures moteur et donc ma conso gasoil ce qui n'est pas si mal.

Si je doublais mon installation solaire je n'aurais plus besoin (ou rarement) du groupe, mais le bateau n'est malheureusement pas extensible.

Quelques entreprises de location de voiliers ont bien compris l'enjeu, s'équipent en solaire et optimisent les installations frigos qui sont les plus gros consommateurs, avec comme résultat concret 30% d'heures moteur en moins. Les clients ne font du moteur que pour propulser le bateau, pas pour recharger les batteries. Et ces bateaux n'ont même pas de chargeur de quai.

Ces choix techniques n'ont rien à voir avec l'écologie, mais uniquement par intérets financiers... le meilleur outil d'un bon gérant étant la calculette !

D'autres entreprises qui ont les mêmes bateaux mais laissés avec les équipements d'origine chantier en sont à faire deux ou trois heures de moteur au mouillage rien que pour les frigos, avec les moteurs lessivés au bout de cinq ans d'exploitation.

[color=blue]_/)[/color]

15 oct. 2006
0

Frigo et solaire
Je ne m'y connais pas particulièrement en frigo, mais le principe photovoltaique alimentant batterie alimentant compresseur ne peut il pas être remplacé par une transmission plus directe ?
Je pense à un frigo à absorption où l'amoniaque (je ne suis pas sûr que ce soit le fluide utilisé ou le seul) serait directement rechauffé dans un panneau solaire (du genre à circulation liquide, bien sûr). Probablement pas simple à réguler, car il faudrait de l'eutectique derrière vu le problème jour nuit. Et je sais que Tilikum n'aime pas ces bestioles.
Quelle est la solution employée pour les petits frigo pour médicaments utilisés en zone tropicale ?

15 oct. 2006
0

Ca existe !
J'en avais discuté avec un Américain qui fabriquait des systèmes frigorifiques à zéolite avec comme fluide… de l'eau ! Avec un capteur d'un mètre carré il arrivait à fabriquer sept à huit kilos de glace par jour par 40°C de température ambiante.

Les problèmes : le volume, le poids et le prix… inexploitable en mobile comme un bateau.

Il a arrêté la production pour les motifs suivants, je le cite : "le pétrole n'est pas assez cher, et les pays en voie de développent que ça pourrait intéresser n'ont pas les moyens"

Concernant les petits frigos "solaires", Danfoss fourni une unité électronique qui fonctionne de 10 à 40 volts et peut donc être alimentée directement par un panneau solaire sans passer par une batterie, mais ça fonctionne obligatoirement par "accumulation de froid".

[color=blue]_/)[/color]

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (101)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021