Tout dessu par force 7 ??

Je me pose une question liée au fil initié par "Laurent le Hareng".
On m'a toujours appris, que par gros temps, il fallait toujours porté la même toile au portant que celle que l'on pourrait porter au près. Ceci pour pouvoir récupérer un équipier qui tomberai à l'eau (même pendu par sa longe), sans avoir à prendre 1 ou 2 ris, changer la voile d'avant ... Toujours plus compiqué dans ce contexte.
Est-ce vrai ou un excès de précaution ? Merci pour vos contributions.
J'ai posée ma question dans le fil concerné mais, je crains qu'elle ne se soit noyée ;-)

L'équipage
09 nov. 2005
09 nov. 2005
0

choix personnel

mais bon je fais toujours comme ça, meme toile au portant que avec l'(eventuel) apparent au près; parfois c'est un peu contraignant, dans le sens que avec bcp de vent le bateau est beaucoup plus stable juste avec un bout de voile avant et GV complètement affalée, donc en gardant par ex la GV avec 2/3 ris il faut suivre un peu plus la barre, mais bon...

ce n'est pas que l'homme à la mer: on peut devoir modifier son cap pour esquiver un obstacle, manoeuvrer face à un navire, remonter pour passer un cap etc, bref plusieurs cas dans lequels amha il est plus sécurisant savoir de pouvoir loffer et changer rapidement d'allure à n'importe quel moment

09 nov. 2005
0

Choix personnel tout à fait...
Plus qu'avec précaution moi je dirais qu'il faut agir avec distinction...

Si on devait toujours ne porter au portant que la toile que l'on supporterait au près, on enverrait jamais le spi pour commencer...
Ensuite, si l'on est pas sous spi et qu'il faut de suite lofer, il est toujours possible de neutraliser la GV en la choquant à fond en attendant de prendre un ris et/ou de rouler le genois si tu as un enrouleur. Ok ca fait du bruit mais au moins on reste sécu.

Je dirais que là ou il faut se méfier c'est si tu n'as pas d'enrouleur à l'avant. Changer un voile prend du temps...

09 nov. 2005
0

trop peur!
de ne pas savoir gérer en catastrophe avec tout dessus...
pas envie d'abimer le bateau, je ne suispas sur que tout soit dimensionné pour s'encaisser les chocs (parce que par ce vent là, tu as généralement la mer en rapport)
de toute façon, avec des coques non planantes, le delta vitesse avec la toile du temps doit être relativement peu important.
par contre en cas de merde, je suppose que le delta devient alors nettement plus conséquent

cordialement

ps: j'ai déjà pratiqué une fois, en équipage configuration régate, spi de tête en l'air et tout et tout. on était très content que ca s'arrête.

09 nov. 2005
0

Ca semblerait vouloir dire
qu'en solitaire, tu peux tout te permettre :-D :-D.

Je crois surtout que c'est pour attirer l'attention sur les dangers du vent ""apparent"" et que c'était valable sur des bateaux classiques (bordés en bois, grément aurique, mât en bois et haubannage de cisal), dont l'accastillage se résumait à quelques poulies et palans et où la difficultée à exécuter la moindre manoeuvre mettait effectivement la vie des marins en danger.

Aujourd'hui, on peut peut être moduler ça avec l'evolutivité des bateaux modernes, la facilité de manoeuvre, les moteurs auxiliaires...

09 nov. 2005
0

moi aussi presque solitaire

gv ou pas, si je tombe à l'eau je suis mort, sur et certain que ma femme ne viendra pas me recuperer

occasion trop belle pour etre ratée :-D

09 nov. 2005
0

Le mieux serait de prendre
une deuxième femme.
Quoique.......
Bien choisie, elles s'autocontrôlent, mais mal choisie, une te pousse pendant que l'autre renvoie la toile :-D .

09 nov. 200516 juin 2020
0

a roberto
rassures toi, tu n'es pas le seul dans ce cas, si tu as un doute, pose la question autour de toi sur le ponton, et là, tu t'apperçevras que dans environ 80 pour cent des cas, Madame, est incapable de récupérer son canard de mari.
Moralité de l'affaire, si tu tiens à la vie, comme moi, gilet, ligne de vie,
bon vent
alain

09 nov. 2005
0

peut-être une bétise...
C'est pas Eric Tabarly qui disait que ceux qui tombaient d'un bateau étaient ceux qui n'avaient rien à faire dessu ??
Je reprend pas à mon compte cette phrase, c'est juste pour savoir si c'est vraiment de lui (ironie de l'hiostoire)

09 nov. 2005
0

d'abord, c'est larent le hareng ...
d'abord, c'est larent le hareng ... lol

on se place dans l'hypothèse qu'il y a beaucoup de vent,

il me semble qu'il y a plusieurs sujets dans ton fil :
- le fait que l'on t'ait dit qu'il fallait porter la même voilure au portant qu'au près : je ne vois pas le rapport, au près, c'est plus facile avec voile d'avant et GV (avec diminution de voilure au fur et à mesure de l'augmentation du vent), au portant, c'est plus facile avec la voile d'avant seule,

  • pour l'HLM, tu as normalement la voilure du temps donc pas de soucis de dimension de voilure, tu te mets à la cape (voile d'avant bordée à contre) et tu gardes éventuellement de la manoeuvrabilité avec la barre (plus ou moins sous le vent) et la GV (plus ou moins bordé) de façon à éviter que tes voiles claqueent, ce qui les abîmes à vitesse grand V,

maintenant, pour ce qui concerne un HLM par 6B voire plus, si il y a de la houle, je pense que tu ne le rattrapera jamais, donc harnais, ligne de vie etc etc ... en permanence pour tout l'équipage

cordialités maritimes
larent le hareng

09 nov. 2005
0

Désolé, laurent !!
Tout d'abord, désolé pour avoir écorché ton pseudo :-)
Mais, le postulat de départ est : "dans des conditions de gros temps", sinon,effectivement, comme le dit bourricket (je fais gaffe avec les pseudo maintenant), s'en serait fini du spi (NON !!!!!)
Pour l'HLM, se mettre à a cap, ne permettra pas de le récuperer, il faut revenir deçue.
Quoi qu'il en soit, je pense que la conclusion qui s'impose c'est on s'attache !! Pour evenkeel (décidemment, pas facile les pseudo) et roberto, faut peut-être s'attaché à sa femme directement :-D

En tout cas merci pour vos réponse. Même si apparement, personne ne sait à qui attribué la citation qui est, semble t-il de Tabarly.

09 nov. 2005
0

C'est un élève de Tabarly qui disait :
"Celui qui passe à l'eau n'a pas sa place à bord"

Un virtuose du colibet et jeu de mot et parfois disciple de Ph. Bouvard, dans les grosses têtes, surnommé l'Amiral.

J'ai nommé de Kersauson.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

Souvenir d'été

  • 4.5 (159)

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

novembre 2021