Tirant d'eau voyage

Bonjour,
Je reviens sur un sujet qui a été traité par ailleurs, mais je voudrais poser ma question sous un angle spécifique.
Je souhaite construire un voilier hauturier rapide de 11m, pour aller jusqu'aux Antilles, avec escales et cabotage aux Açores, aux Canaries, Cap Vert et Antilles bien entendu. Et passer l'hiver entre la Bretagne et la Méditerranée. Vaste programme (et que nous réserve l'avenir ?), mais on part sur l'idée que la vie est longue.
Ce voilier aura le plus grand tirant d'eau possible... Tout et autant qu'il faudra accéder aux marinas et mouillages des zones mentionnées. Je pars sur l'idée d'un TE entre 2 et 2,20 m.
Pour vous, est-ce que ça va coller avec le programme ? Quel est le TE max pour ces zones ?
Merci pour vos avis.
Vincent

L'équipage
18 mar. 2021
18 mar. 2021
1

Bonjour,

Aux antilles 2m ça demande déjà une bonne annexe car souvent on est loin de la côte.

J'ai 1m70 et je trouve ça pas mal (j'ai souvent mouillé avec moins d'1m sous la quille).

Certains lagons sont simplement inaccessibles aux quillards, ainsi que certaines mangroves et trous à cyclones.

Après je ne suis pas allé partout non plus.


18 mar. 2021
0

prends un pogo 12.50 avec quille relevable ,grand tirant d'eau en nav et tout petit au mouillage
alain


vdm@navaldesigner.com:Le but est d'éviter une quille relevable. Moins cher à fabriquer, plus fiable, etc. Sinon, je suis convaincu.·le 18 mar. 23:41
vdm@navaldesigner.com:Je veux dire, une quille fixe est moins cher, etc. Hormis ces considérations, une quille mobile peut être une très bonne solution.·le 18 mar. 23:42
Arno33:ou un First 28! ;-)·le 22 mar. 15:31
18 mar. 2021
1

bien d'accord avec alain et si quillard ,ne pas depasser 1.80


18 mar. 2021
1

Je pense que le tirant d'eau du bateau n'est pas vraiment un problème. Tu adaptes ta pratique à ton bateau. Le dériveur intégral permets parfois de te poser à un endroit ou tu ne serais pas allé en quillard, essentiellement en Europe, Angleterre, Ecosse...), mais il t’empêche de caréner posé le long d'un quai. Un grand tirant d'eau est généralement l'apanage de bateaux de près. Les bateaux de voyages, stables en route ont plutôt des quilles plus longues et relativement peu profondes (1.50 à 1.80m). Je n'ai pas souvenir d'avoir été embêté par mon tirant d'eau de 1.70m. Par contre, un TdM avec un dériveur, là, j'ai été embêté, car la dérive était régulièrement coincée en haut et avec 1.30m de T.E. les passages comme remontée de La Réunion à Aden ou le nord de la Mer Rouge ont été longs.


18 mar. 2021
2

Hello,
Bah, même avec 2m, pas de souci aux Antilles...de temps en temps, tu auras 2Om de plus à faire avec l'annexe(allez, 50m à Ste Anne en Martinique, si risque de houle)
Lors du passage de Maria, en 2017, 2 monos quillards de 50 pieds(au moins 2.40m) sont venus se réfugier tout près de mon "trou" favori, en Guadeloupe, ils ont même réussi à se mettre dans la mangrove...
Je compte bien retourner pratiquement aux mêmes endroits avec mon nouveau jouet et ses 85 cm de plus...


vdm@navaldesigner.com:Du coup ça te fait 2,85 ? ·le 18 mar. 23:51
Pat45:ha ha, non, mon cata avait 1m de tirant d'eau...·le 19 mar. 18:59
18 mar. 202118 mar. 2021
0

Biquille performant , voir le site d Erik Lerouge , si je me faisais un mono c est cette option que je ferais


Smart Sails:C'est aussi la solution pour laquelle j'opterais·le 19 mar. 00:24
18 mar. 2021
0

j'ai eu un hood 38 mk2
la quintéscence du voilier de voyage ...
alain


18 mar. 2021
1

Cela ne répond pas à la question, mais pourquoi un grand tirant d'eau? ou du moins un tirant d'eau inhabituel pour la taille que tu envisages.
L'associes-tu à une largeur faible, inhabituelle par les temps qui courent.


vdm@navaldesigner.com:Je ne te l'apprends pas, un grand TE permet de mettre moins de lest, et plus bas. Donc avoir un voilier un peu plus léger. Et le lest est plus efficace. Donc soit tu gîtes moins, soit tu portes plus de toile. Alors pourquoi sur un voilier de voyage chercher les réductions de poids ? Parce que si tu charges pour une grande traversée, à l'arrivée tu peux naviguer relativement léger. Tout est question de dosage sur ce qui est essentiel dans le bateau, le nombre d'équipier prévu, et chacun a sans doute une réponse qui lui est propre. La problématique est d'arriver à obtenir le mouton à cinq pattes, un voilier polyvalent hauturier+performant.Autre argument, la sécurité. Une bonne largeur implique une forte stabilité de forme, aussi bien à l'endroit qu'à l'envers. Si tu décales le CG vers le bas, ou en l’occurrence vers le haut quand le voilier est à l'envers, tu diminues la stabilité à l'envers. Mon programme n'est pas les mers du sud... mais on connaît des voiliers qui se sont mis sur le toit dans l'Atlantique.Du coup le but de ma question est de comprendre auprès de personnes plus expérimentées que moi quelle est le TE acceptable une fois que tu veux te balader "un peu" partout (mais pas partout, c'est certain). Dans quelle mesure tu peux te réapprovisionner en eau à peu près régulièrement, quitte à prendre une annexe correcte pour aller voir comment est le rivage le reste du temps.·le 18 mar. 23:32
Calypso2:hum mais comme le bateau est large à l'envers le centre metacentrique va etre important et ce que l'on gagne en position du cdg avec un lest profond ne va pas forcement suffire a compenser le centre metacentrique qui lui augmente avec le cube de la largeur ..donc a voir de plus pret a mon humble avis ·le 19 mar. 09:18
Calypso2:autre chose que je ne comprends pas .."moins de lest et plus bas " ce qui en stab reviens au m^me que plus de lest mais plus haut ... donc coté gite ça doit etre semblable ..pour la legereté ok ·le 19 mar. 09:28
vdm@navaldesigner.com:Exact !·le 19 mar. 12:20
18 mar. 2021
0

Le TE sur un quillard a deux effets : le couple de redressement et le plan anti-dérive.
Plus le tirant d'eau est faible, et moins grand est le plan, donc moins le bateau remonte au près.
D'où l'intérêt des quilles "sabot" où le lest est intégré au voile de quille, contrairement au bulbe.
Mais il y a un TE en-dessous duquel on perd sur la dérive.
Pour ma part, et pour te donner un point de référence, sur un 38' j'ai opté pour un TE de 1m75.


vdm@navaldesigner.com:Merci. Tu soulignes l'importance de la cohérence d'ensemble : couple de redressement, plan anti-dérive. Il faut ajouter devis de poids et stabilité de forme. Ma question vise plutôt sur ce qui est acceptable en fonction des destinations. Par exemple aux Antilles un marnage de 80 cm c'est déjà beaucoup. Mais je n'ai aucune expérience des formes des fonds, est-ce que ça joue juste sur 50m de plus en annexe comme le dit Pat45. Qu'en est-il aux Açores et ailleurs ?·le 18 mar. 23:50
19 mar. 2021
1

Açores, Canaries, Cap Vert, Méditerranée : Pas de problème avec 2,20 m de tirant d'eau, ça ne fera pas de différence significative.


19 mar. 2021
0

1.95 m pour 39 "
Les antilles , c'est pas la bretagne . Et il vaut mieux etre un peu eloigné du rivage à cause des moustiques entre autres.


faby9:Un petit tirant d'eau interdit de mouiller loin de la rive ? ·le 19 mar. 10:51
19 mar. 2021
1

Le posteur a un pseudo email d'architecte naval.
Étonnant qu'il pose ce genre de questions 🤔..


matelot@19001:Quel rapport avec l'expérience de mouillage aux Antilles ?·le 19 mar. 09:24
holothurie:C'est une question de culture générale nautique. Un veritable "navaldesigner" sait très bien que cette histoire de tirant d'eau ne se pose pas du tout aux antilles ( et encore plus aux açores...).·le 19 mar. 09:37
DomNomade:www.navaldesigner.com[...]/ est un site d'un logiciel de CAO d'architecture navale :"Naval Designer est un logiciel développé au départ pour des besoins personnels, l’idée de base est d’avoir un modeleur à la fois simple et puissant, et un module de calcul permettant de calculer les éléments les plus utilisés en architecture navale (surfaces, volumes, coeff. prismatique…)."le site est doté d'espace client et de forum.je suppose donc que notre ami est client utilisateur de ce logiciel.·le 19 mar. 10:04
yantho:On peut être créateur d'un logiciel d'architecture et demander aux navigants leur expérience de navigation avec effets pratiques vécus des choix. .Allez voir à "contact" sur le site "naval-designer".·le 19 mar. 10:15
vdm@navaldesigner.com:Oui, je suis le concepteur du logiciel Naval Designer. Je n'ai pas navigué depuis 20 ans pour des raisons de santé. Je dois bien avoir deux-trois idées théoriques correctes mais mon expérience de navigation est assez pauvre. Le partage de vos expériences est précieux !!! ·le 19 mar. 11:28
19 mar. 2021
2

En matière d'architecture navale et de bateaux de voyage, voir plutôt le site de JF ANDRE

www.jfandre.com[...]/

Un gars qui a déroulé du câble et auteur de nombreux plans.

Il sait de quoi il parle.

PS pub totalement gratuite


vdm@navaldesigner.com:Merci pour le lien, c'est très intéressant. Je réalise à l'instant que c'est un utilisateur de ND. Cool.·le 19 mar. 15:52
19 mar. 2021
3

il me semble que pour ce rendre aux Antilles la navigation se fait plutot au portant donc un GTE perd de son interet ..

et a entendre ceux qui on fait le périple chacun avait le bateau idéal que ce soit des GTE , des deriveurs ,ou des cata ou des mono ..


AKALOA:Oui mais il y a le retour et la, ce n'est plus l'autoroute des alizés!!!·le 25 mar. 18:49
19 mar. 2021
2

justement si en bretagne après le biquille performant genre lerouge est très adapté .


19 mar. 2021
2

Pour avoir vécu ce programme (Bretagne, Canaries, Cap Vert, Antilles, Açores) avec un tirant d'eau de 1,90, puis avec un TE d'1,10m :
- je confirme que le tirant d'eau d'1,90 ne m'a jamais empêché de profiter de la vie et de mon voyage.
- mais je confirme que la différence entre les deux est assez conséquente à l'usage : il n'y a pas "que" 80cm d'écart entre les deux. Il y a le fait qu'à 1,10m, on voit à peu près systématiquement où on met sa quille (au mouillage ou "passes" compliquées), ce qui fait qu'en réalité on se permet un pied de pilote bien plus faible. Ceci d'autant plus que dans mon cas, vu le bras de levier du grand TE, il ne me paraissait pas concevable de prendre le risque de toucher qq chose. Alors que mon petit TE a été "conçu pour" (dixit l'architecte et le chantier), ou en tous cas une touchette à vitesse réduite n'aurait posé aucun problème. Donc, dans la pratique, il y a plutôt 2m d'écart entre mes 2 TE. Ce qui commence à faire une sérieuse différence. Mes zones de mouillage n'étaient pas les mêmes. Lorsque j'étais dans les mêmes mouillages que "tout le monde", mon TE me permettait d'être dans une zone moins saturée ET plus près de la côte avec ce que ça comporte (annexe, clapot...).
J'ai pu aller me balader ou trainasser dans des endroits où je ne serais pas allé sinon. Les trous à cyclones qui m'étaient accessibles étaient bien plus sécurisants (surtout dû au fait que nous y étions peu nombreux).

Voila. Ça fait de vraies différences.
Mais on peut tout à fait profiter de la vie avec un TE de 2,40.


Arno33:sur un mouillage de Houat que l'on aime pratiquer, on a le même principe avec nos 1.15 quille relevée, et du coup, on peut bénéficier d'eau calme au lieu d'un roulis avant que le vent ne tourne dans la nuit... et au petit matin, c'est le bonheur dans les cailloux avec peu de monde!·le 22 mar. 15:41
19 mar. 2021
5

généralement la plupart des voyageurs évitent le près ,ou alors le moins possible ...
un voilier léger ne supporte pas du tout la charge et surtout on augmente les contraintes et en cas de mauvais temps la structure dérouille ,voir les décollages de contre moules ,fissures autour du lest
faiençage autour des cadènes et souvent tout à la fois
mettre 1t dans un voilier de 6 c'est 17% du poids total et 1t c'est vite fait
un voilier dit lourd je reviens au hood qui fait ses 14t pour 12m il ne s'en rends même pas compte si c'est bien réparti et surtout centré ..et c'est curieux les voiliers nordiques sont rarement des déplacement légérs
vous allez me dire maintenant avec les prévision météo ,ça n'arrive pas ,perso je ne prendrais pas le risque .
alain


faby9:"1t c'est vite fait"700 litres d'eau, 400 litres de GO. ·le 19 mar. 12:23
fritz the cat:sur mon petit voilier actuel qui fait 4800kgs à sec ,quand je fais les pleins d'eau et de carburant je passe a 5.3 et je suis à 6 bon poids quand je pars en croisière avec tout l'armement .et je n'ai que 8 jours de vivres car je ne vais pas loin .donc pour un tour de l'atlantique on peut allégrement en ajouter une encore ne serais-ce que pour l'équipage et tout ce qui va avec .·le 19 mar. 12:27
lilas blanc:Dans le cas du bateau prévu par le concepteur du post , je pense que le poids de l eau sera remplacé par un desslinisateu et qu une partie du poids du gasoil sera amorti par un bateau plus performant au près, avec des voiles légères qui permettent de profiter du petit temps et un moteur moins lourd·le 19 mar. 13:12
vdm@navaldesigner.com:C'est bien l'idée Lilas blanc. Et je ne pense pas partir avec un équipage très important. Enfin, c'est ce que j'imagine pour le moment.·le 19 mar. 13:31
Ar-men (anciennement Tan’oz):Bonsoir,Sauf qu’il ne me viendrait pas à l’idée de partir au long court en comptant principe sur mon dessal. En cas de panne....Sur mon canot, malgré le dessal, je partirai avec les 600 l des cuves et des bouteilles d’eau. Mourir de soif, quelle horreur !!!Après, chacun fait comme il veut.Bonne soirée,Patrice·le 19 mar. 19:13
James :Bonsoir, Putaing, 600 litres plus les bouteilles d'eau plus le dessal,le canote doit etre à la hauteur de la parano,assez important ?Après si tu peux charger tout ce poids ,j'imagine que l'eau des cuves doit servir aux douches...Moi aussi je suis parano en ressources mais là tu me bats !Et puis faut rajouter l'alcool ,ça étanche la soif aussi !·le 19 mar. 19:24
faby9:D'accord avec Ar Men. Sur le petit bateau conçu pour 2 par Amel, il y a 1 000 litres d'eau, et un dessal. Est il possible de concevoir qu'il s'agit là d'un choix, sans aller chercher la psychologie à 2 balles ? Nous, avec nos 700 litres, on tient 3 à 4 semaines, sans se priver de douche le soir. Un choix. ·le 19 mar. 19:32
lilas blanc:Tout a fait, je ne partirai pas non plus en haute mer avec un dessal sans le minimum vital.·le 20 mar. 12:49
Ar-men (anciennement Tan’oz):Merci James de me traiter de parano. Ça fait toujours plaisir...Pourquoi partirais- je avec des cuves vides? Avec un 47´, ce serait dommage de se priver d’un certain confort.Patrice·le 20 mar. 20:14
James :Ho, c'est de l'humour, puisque je dis que je le suis aussi...Entre la cuve vide et tout à bloc il y a un monde non ?·le 20 mar. 22:18
olcdlm:un dessal c'est lourd et cela consomme de l'énergie, il faut donc augmenter le poids de la production d'énergie : panneaux, batteries, groupe, etc.pour moi, son avantage est surtout de produire une eau saine pour la boisson et éviter les ravitaillement d'eau à boire.·le 24 mar. 12:55
19 mar. 2021
1

On peut penser que si le lest est très profond, le voile de quille ne sera pas très large (voir les voiliers de course).
Ces voiles longs et étroits sont performants plutôt à hautes vitesses qu'aux petites.
Cravacher sa monture pour être efficace est-il compatible avec la croisière hauturière?


vdm@navaldesigner.com:Hmm, c'est une vraie bonne question. Mais as-t-on besoin d'être efficace tout le temps ? Et pourquoi ne pas l'être la moitié ou le tiers du temps ?·le 19 mar. 13:33
faby9:Pour ma part, l'efficacité en voyage se mesure à l'autonomie. Que ce soit en eau, vivres, GO, qu'en outillage, pièces de rechange, ou même médical... ·le 19 mar. 13:58
Imarra:En grande croisière on navigue 30% du temps, 70 % en escale.En navigation au portant genre alizés un GTE ne sert à rien.Si en plus on envisage de naviguer efficace que la moitié du temps cela semble peu intéressant de se trimballer un grand tirant d’eau....·le 19 mar. 14:25
vdm@navaldesigner.com:Ok. Je prends note. ·le 19 mar. 15:37
faby9:30% du temps en navigation ? ? ? Sur une année, ça représente 110 jours, de quoi traverser l'Atlantique 4 fois... ·le 19 mar. 18:24
19 mar. 2021
2

un voilier rapide est inconfortable au possible s'il n'es pas exploité convenablement ,il devient rouleur difficile à tenir au cap,d'ailleurs quel qu'il soit quand le voilier marche bien on le sent
physiquement ,on fait corps avec sa monture ,
j'ai eu un uldb de 14m ribadeau dumas dl 1.2m /3.40m marcher à 14nds n'avait rien d'éxeptionnel
mais quel tambour ,s'il n'avait pas la toile du temps c'éait l'enfer il roulait d'un bord sur l'autre
par manque d'appuis ,si on gardait la dérive basse c'était encore pire il fallait la remonter de moité
à la main avec un treuil .
mais dès qu'il accélérait on le tenait à la barre entre deux doigts .
maintenant il est au guatemala depuis 15ans avec son nouveau propriétaire ,si vous le croisez c'est "passim"
alain


vdm@navaldesigner.com:"on fait corps avec sa monture", c'est ce que je cherche. J'ai connu ça un temps avec un véhicule terrestre à moteur, conçu par un certain Chapman, vous savez "Light is right". Je ne pouvais mettre qu'un sac à dos dans le "coffre" et l'autonomie était de 250 km, trop juste pour partir avec ma chérie. Mais deux sacs à dos et 500 km ça m'aurait suffit. Cela dit, à part le bruit infernal, l'eau qui remontait le long des jambes dès qu'il pleuvait, c'était très ergonomique et confortable. Du coup légèreté et ergonomie sont des concepts directeur pour mon retour à la navigation, sans exclure le principe de réalité : 70% d'escale comme le rappelle Imarra.Merci de me proposer le Guatemala comme nouvelle destination. Je vais regarder ça :-)·le 19 mar. 15:49
19 mar. 2021
0

Un vieux class 40, c'est pas cher si 3 m de te ne t'ennuies pas.
En stockage ,tu enlèves la quille du boitier conique.
Et après, tu installes une quille relevable. Fastoche...


19 mar. 2021
3

2.20 pour un quillard de 11m’paraît un peu beaucoup... mais no soucaïs pour les Antilles’ forcément pour se planquer dans une mangrove en cas de cyclone, faut oublier.. un peu plus haut il y a les Bahamas, ( autre chose que les Antilles) et là, avec un grand tirant d’eau c’est très frustrant de ne pas pouvoir profiter des superbes mouillages. 1.5m de TE maxi pour aller partout donc DL ou DI... comme dit plus haut va voir le site de JF André ( moi aussi pub gratis 😜)


19 mar. 2021
1

Bonsoir pour un voyage autour du monde dans des pays, des iles ou les structures portuaires sont plus "légères" qu'en Europe, je privilégierais un dériveur (lesté ou intégral), pourquoi pas un biquille. Plus de 2 m de tirant d'eau me parait handicapant pour se protéger sous le vent d'une cote, rentrer dans une mangrove etc... Le prés dans un voyage au long cours n'est pas la priorité!
Et puis un dériveur intégral avec les lest dans les fonds quel confort !


22 mar. 2021
0

S'il fallait un deriveur pour voyager autour du monde ,ça se saurait....
C'est curieux , aux Antilles ou ailleurs il n'y en a pas beaucoup.
Mais à partir d'une certaine taille , c'est un avantage.
Pour nettoyer , entretenir ,peindre une dérive , sans fosse , c'est compliqué .
Un biquille bien dessiné avec mat carbone résous pas mal de priorités.
Faut pas s'échouer involontairement.


blue kiss:Que vient faire un mat carbone dans «  un tirant d’eau grand voyage »🤔......·le 22 mar. 15:26
Patxaran:Quand on réduit le tirant d'eau, il faut augmenter le poids de la quille. Ou/et réduire le poids "dans les hauts" par l'utilisation d'un mat carbone pour conserver la même raideur.·le 22 mar. 15:34
faby9:C'est étonnant, parce que le dériveur est à mes yeux le bateau de grand voyage, et au contraire j'ai l'impression qu'il y en a beaucoup. En tout cas bien plus que des biquilles...surtout avec mat carbone !·le 22 mar. 15:36
blue kiss:Iolapo , Paxatan ; «  s’il fallait un mat carbone pour voyager autour du monde ça se saurait 😁😜.... » vu peu de biquilles ( autour du monde ) avec des mâts carbone ... ceci dit sur le mode humoristique ...il fait beau, c’est le printemps , on reste copains😂 ·le 22 mar. 17:14
Patxaran:ma remarque concernait le "tirant d'eau" et non le "grand voyage".... ;-)·le 22 mar. 17:31
blue kiss:D’accord avec toi , Réduire le poids dans les hauts, ça vaut pour tous les types de bateaux, pas que pour les biquilles... quand à gratter une dizaines de cms de tirant d’eau pour le prix d’un mat en carbone àu lieu d’un mat alu, en croisière , ça se discute...·le 22 mar. 17:44
22 mar. 2021
0

Si le seul but est de réduire le tirant d'eau il y bien sur des solutions moins chères...


22 mar. 2021
0

Salut,

Par rapport à mes quelques expériences de location, je dirais que jusqu'à deux mètres, ça me semble gérable.
Sur une construction amateur ou à l'unité, une dérive de près pourrait permettre de concilier un tirant d'eau acceptable avec la capacité de faire du près.

J'ai plus de peine par contre à imaginer tous les compromis qu'il faudra faire pour "un croiseur hauturier rapide de 11m."
Pour moi, c'est contradictoire. Qui dit croiseur dit de la charge utile, pour l'eau, le gasoil, la nourriture, etc.
Donc une coque à déplacement. Avec une longueur de flottaison de 11 mètres, ce sera un déplacement lourd, exit les ambitions de vitesse.
Même une coque moderne comme le RM 10.50 se retrouve pénalisée une fois chargée. Et Dieu sait si certains les chargent !

On peut certes partir en mode spartiate, en équipage réduit. Faire l'impasse sur l'annexe et son moteur, remplacés par un kayak de mer, voire un gonflable "full dropstitch", etc. Économiser sur tous les postes.

Ça risque quand même d'être sérieusement compliqué...

Amitiés,
Jef


vdm@navaldesigner.com:Merci Jef. Oui, c'est certainement des compromis assez compliqués ou impossibles. Je constate que dans la (ma) vie les envies/besoins évoluent. Il me semble intéressant d'étudier différentes options, Voir si on peut adapter le chargement du voilier à un programme. Léger un jour, plus lourd le lendemain. Bon, je ne me vois pas vraiment faire l'impasse sur une annexe (mais certainement sur son moteur).... A suivre.·le 22 mar. 19:58
22 mar. 2021
1

2,00 ou 1,80, ou même 1,60 mètres, ça ne change pas grand chose quand on choisit de naviguer sans vraiment revenir chaque fois à "sa" place de "son" ponton.

Ce qui ouvre vraiment les choses dans ce cas, c'est d'avoir un tirant d'eau inférieur à 1 mètre
Là, deviennent accessibles les petits ports de barques de pêcheurs, dont l'entrée est envasée, les embouchures de petits cours d'eau, ou encore ces coins abrités mais envasés. J'en suis très amateur, et je constate qu'il y a quand même beaucoup d'endroits comme ça. J'y trouve comme intérêt d'être assez peu fréquentés (combien de fois j'ai vu des voiliers se diriger vers moi, avant de rapidement faire demi tour !), et on y est donc encore mieux accueilli.
Pour ce qui est des moustiques, après expériences répétées plusieurs fois, j'ai remarqué que mon petit tirant d'eau (75 cm) ne m'interdisait pas l'accès à des mouillages ayant 5 mètres ou plus !


22 mar. 2021
0

10,50 m de long, 4,00 m au maître bau, 2,40 m de tirant d'eau et un bulbe d'une tonne pour moins de 4 tonnes de déplacement
Le bateau va vite, est facile.
Mais quille basse, il y des mouillages interdits.

Heureusement, une fois la quille relevée, le tirant d'eau est réduit à 1,20 m

Regardez les plans avec quille sabre de Lombard ou Manuard.

Bonne navigation


23 mar. 2021
0

Un classic 38 ou budelli 38 avec quille relevable, plans David Reard, correspondent au cahier des charges


vdm@navaldesigner.com:J'ai regardé ce ce côté là, ils me plaisent bien également et ça peut correspondre. Mais j'ai écarté la quille relevable pour des questions de simplicité/fiabilité/encombrement.·le 23 mar. 15:06
Smart Sails:Alors du côté de chez Erik Lerouge, un biquille performant qui combine TE raisonnable et vitesse de croisière élevée.·le 24 mar. 08:52
Patxaran:j'avais vu aussi le TP44 biquille. fr lucaswww.trainepatoune.eu[...]/ www.fr-lucas.com[...]44-1566 ·le 24 mar. 09:47
Patxaran:aussi le JPK45 en quille "normale" 2,25 et en "courte" 1,90·le 24 mar. 09:49
23 mar. 2021
0

Bjr, avec la charge inhérente à un TDA , mon 2,35 TE était en réalité devenu un 2,5 .....En 8 ans , Je ne me suis pas senti en "marge" dans 95% des mouillages pratiqués. Je n 'ai touché que 2 fois une première en sortant à marée basse ( mal évaluée) d 'un port aux Canaries, puis une fois dans les ICW que nous avons remonté à l'intérieur à 60/70% depuis Miami jusqu'à Norfolk , ne passant en mer qu 'en 2 occasions.Par ailleurs nous avons choisi de ne conserver qu 'un réservoir de 220 l d 'eau avec un dessal 60L/h , nous n 'avons jamais regretté ce choix particulier ( 2 à bord) ; en prévoyant néanmoins le nécessaire en bouteilles pour les longues traversées.
A refaire je ne changerais rien .
Cordialement .


vdm@navaldesigner.com:Merci. La question du dessalinisateur revient souvent. On sort de la question TE, mais combien pèse un tel dessal et combien consomme-t-il ?·le 23 mar. 15:07
SCORSEAU:Je pense qu 'un 60 l/h doit peser dans les 20/25 Kg ( Voir doc Dessalator ) pub assumée....Consommation de départ 40 A , puis en production de15 à 20A selon température, salinité etc etc .Cdlt .·le 23 mar. 17:01
tikipat:même sous les tropiques , le dessalator consonne 33/35 A pour 60L/H·le 24 mar. 12:53
vdm@navaldesigner.com:Ah, super infos, merci. Je découvre que les dessal, ça pique un peu en prix et en consommation électrique. Je crains que ça ne rentrera pas dans mon budget, à creuser. ·le 24 mar. 16:28
olcdlm:compter entre 4000 et 6000 € le dessal.Il faut dans l'ordre: un décanteur 100µ, une vanne 3 voies, une pompe basse pression, 1 préfiltre 5µ avec un manomètre, une pompe HP (la partie coûteuse, une pompe de Karcher est possible, mais sera à remplacer tous les ans), avec son moteur électrique, les membranes osmotiques standard, une sortie eau douce avec un débimètre, une sortie eau saumâtre avec un manomètre et une vanne de régulation. Le salinimètre peut-être portable (25€). Le tout coûte 2000€. Les éléments les plus coûteux étant la pompe HP et les membranes.·le 24 mar. 16:43
JeanLW:Bel ,exemple d usine à gaz permettant une douche quotidienne, Plus les consommables et l entretien quotidien plus les précautions en cas d absence , on me ditTant mieux si les utilisateurs sont satisfaits Keep it simple stupiKISS·le 24 mar. 17:56
olcdlm:Keep it simple stupid.Tu as raison, c'est ma philosophie. c'est pourquoi le seul intérêt à mon sens est d'avoir de l'eau pour boire sans les maladies qui vont avec dans les endroits chelou qui sont nombreux dans le monde (je parle de l'eau potable). Mais tu dois être aussi vieux que moi (en plus suis un vieux con). les temps et les plaisanciers ont changé... Sur certains bateaux charters aux Antilles il y a 2 dessal, au cas où un tombe en panne afin que les clients puissent prendre une douche après chaque bain ! même si c'est 10 bains par jours... Donc on fait tourner aussi le groupe toute la journée pour avoir le 220v qui fait tourner la bête à fabriquer l'eau.·le 24 mar. 18:23
JeanLW:Quand ma fille est née à colombo en 1986, rien dans les supermarchés, pas d eau potable en bouteille et eau du robinet totalement suspecte, on faisait bouillir et on filtrait l’eau, je suis un vieux con, et des adultes dans des bateaux à xxxx € et leurs trucs à dessaler , bon je me retire·le 24 mar. 18:41
olcdlm:ça fait plaisir, nous sommes au moins 2 vieux cons ! je me sens moins seul !😉👍·le 24 mar. 18:50
jdmuys:Le dessalinisateur bien compris devient avantageux. Faire bouillir l'eau: combien d'énergie (fossile) consommée? Et quelle eau? L'eau en bouteille? que deviennent les bouteilles en plastique? Quel est leur impact carbone, transport compris?·le 25 mar. 02:03
jdmuys:Quand je dis bien compris, c'est avec production électrique suffisante sans générateur. Evidemment, ce n'est pas toujours simple.·le 25 mar. 02:04
Pat45:oui, bien d'accord...je gardais un lot de bonbonnes de 5l, que je stockais à l'ombre, du coup un peu moins de "gâchis" de plastiques...quand on voit certains appros, aux Canaries, ça laisse effectivement songeur, quant au nombre de packs de bouteilles plastiques de 1.5l embarqués...·le 25 mar. 20:16
24 mar. 2021
1

je prépare un grand voyage, départ aout 2021 et pour le plus longtemps possible, il ne me serait pas venu à l'idée de partir avec un déplacement léger.
j'ai un déplacement moyen que je peux charger. c'est fou ce que l'on emporte pour voyager loin, longtemps et en autonomie.
évidement si c'est juste pour un tour de l'atlantique, un déplacement léger peut le faire.
j'ai une quille à 1,5m (1,53 en chargeant un peu), quille en acier avec 3t de plomb au fond, une dérive devant la quille pour améliorer le près. stabilité calculée pour 120°.
je ne voulais pas de dérive, ou de quille relevable pour des raisons de sécurité et d'emmerdes.
our le dessal, je me pose la question (nous partons à 2 et j'ai 2 réserves de 250l d'eau, soit 500l).
j'ai fait cette semaine le stage "dessal" de l'EFT : passionnant. Mais cela ne m'a pas permis de décider s'il en fallait un ou pas car c'est vraiment une question personnelle. En plus il faut de la place. Et surtout, je ne veux pas augmenter le parc de batteries et de production d'énergie à cause de cet engin.
Si j'emporte un dessal, ce sera soit un tout petit (nous sommes 2) soit un modulaire fait maison avec le minimum d'équipement. Car cela semble vraiment simple à faire selon le formateur qui est un professionnel des dessal. C'est du reste son conseil pour mon cas.
Le but étant d'avoir de l'eau à boire au mouillage sans avoir besoin d'aller me ravitailler avec une eau parfois douteuse (donc vecteurs de maladies, voir noonsite sur le sujet).


vdm@navaldesigner.com:Bon courage pour les préparatifs. Mon projet est un peu différent, vous l'avez saisi, il s'agit de faire des A/R sur l'Atlantique à deux et de traîner un peu en route. On n'est pas dans un objectif de grand voyage avec une grande autonomie pour une famille complète. Merci pour ton point de vue.·le 24 mar. 16:26
olcdlm:c'est pour cela qu'il n'y a pas de bateau parfait, ni même idéal, il n'y a que des rencontres entre un marin, un programme et un bateau.je pense que l'important est surtout de partir.Et partir en sécurité et en confiance.·le 24 mar. 16:35
tikipat:tellement de bateaux différents , j aime les bateaux léger , fun , et ça peut très bien faire un grand voyage . ·le 24 mar. 18:44
olcdlm:oui, mais quand tu pars 10 ans dans des coins reculés et que tu fais des listes de matériel et pièces détachés, tu te rends compte qu'il faut alourdir le bateau et tu perds l'avantage d'un bateau léger. Un bateau construit pour un programme hauturier est forcément plus lourd.·le 24 mar. 18:48
ED850:Moi, je dois dire que j'ai beaucoup de mal à comprendre le dessal hors charter ou équipage pléthorique. Le deuxième TdM, on était 2 adultes, 3 enfants + le chien avec 500l et on faisait gaffe. Mais on est jamais resté plus de 2 mois sans remplir les cuves avec 1 grain. On a, si je me souviens bien, jamais pris d'eau à terre. Par contre, on ne prenait pas des douches tous les jours. Maintenant avec 1t d'eau à 2, on prends des douches autant qu'on veut, on consomme sans faire attention, vaisselle à l'eau douce etc... Et on remplis toujours avec le taud.·le 24 mar. 19:01
faby9:Si tu fais le "grand voyage" type tdm en 90 jours, tu peux (tu dois!) avoir un bateau léger et rapide.Si tu veux le faire en 5 ans, c'est une autre histoire...·le 24 mar. 19:01
tikipat:du matoss d avance , ça pése un peu , mais c est pas ça qui fera que l on doit prend un bateau lourd pour emmener 200 ou 300 kg de plus pour un long voyage ·le 24 mar. 20:20
matelot@19001:Comme l'initiateur du fil le dit et le répète, il n'a pas l'intention de faire un tdm mais un petit tour de l'atlantique, pas plus que de trimballer toute sa maison avec lui ... C'est son choix, il n'est sûrement pas sans savoir que d'autres font des choix différents. Alors pourquoi s'acharner à vouloir démontrer que notre manière de vivre est la seule bonne ? J'ai toujours l'impression que ceux qui le font cherchent en fait à s'autoconvaincre de la justesse de leurs choix. Allez, bonne nuit.·le 24 mar. 23:30
24 mar. 2021
3

Faby9 ; TDM ou équivalent en 90jours ❗️T’es sur le Vendée Globe ou quoi? .. chez nous il y a 500l , on se permet même de prendre des petites douches eau douce en traversée à 2 , ( la plus longue effectuée 45jremontée Atlantique sud) jamais vu l'interêt d’un dessal à bord après 2 TDM le 1er 6 ans et le 2ème 4 ans ... et un bateau léger et rapide, c’est très crevant en grande traversée mais ça c’est l’avis d’un p’tit vieux en charentaises à bord ....


faby9:Bah oui : c'est exactement ce que je dis. Tout dépend du projet.Je répondais à l'idée qu'un bateau léger peut faire un grand voyage : le VG le prouve... mais si ce type de bateau est super pour quelques mois, il ne permet pas un voyage de plusieurs années. ·le 25 mar. 10:30
tikipat:pourquoi ? ·le 25 mar. 19:12
24 mar. 2021
2

Bonsoir,
L'avantage du dessal c'est quand même que l'on peut boire cette eau tout de même.
Bon j'ai pris un 35 litres/heure qui consomme 10 A surtout pour un usage pro,et qui ne m'a coûté que 1200 euros d'occase.
Durant mes voyages avec l'autre bateau j'ai souvent fait le plein à terre ,par exemple aux Canaries ou au Cap Vert ou il ne pleut pas souvent,du moins dans les saisons ou j'y étais .
Au Brésil pareil ,une fois seulement on s'était pris de la pluie à Salvador de Baia,mais le reste du temps c'était sec.
Aux Antilles tout depend de la saison évidemment, mais c'est vrai qu'avec un grain on remplit vite avec un taud adapté 300 litres de reservoirs.
En Méditerranée l'été faut pas trop compter sur la pluie, hormis les orages.
Pour l'avenir l'eau va devenir un souci dans beaucoup de pays c'est peut-être bien de prévoir une certaine autonomie...?


24 mar. 2021
0

comment avez vous trouvé un taud adapté ?


ED850:Un taud normal avec un passe coque au milieu sur lequel est inséré un tuyau qu'on met dans le réservoir après quelques litres. Un sandow tire le centre du taud vers le bas. J'ai la même chose sur une boite "tuperware" que j'accroche au vis de mulet quand il y a un grain en navigation. Balancine un peu reprise et tout coule dans la boite. Un filtre en sortie du réservoir et on a toujours bu l'eau des cuves sans jamais manquer d'eau.·le 24 mar. 22:50
James :Pour moi c'était l'inverse.Au départ je voulais un grand taud qui résiste au vent donc j'ai posé en travers trois lattes jonc forcées en travers qui le bombaient légèrement et le rendaient béton,en cousant des goussets.Ensuite il suffit de rabattre les bords extérieurs latéraux,une couture au milieu et à une extrémité (le taud étant légèrement incliné vers l'avant), ça fait gouttière J'ai cousu le rabat en insérant un petit tube pvc sur lequel s'enquillait un tuyau des deux côtés sur la partie avant.Comme les nables d'eau etaient juste à l'aplomb à coté des cadenes de haubans ça remplissait tout seul et très vite.Tres bien aussi l'idée de Ed pour récupérer en nav,je vais penser à faire un truc similaire. ·le 25 mar. 07:37
James :Ps"Gouttière" fermée/cousue à l'arrière de toute façon un peu plus haut que l'avant.C'est un copain qui m'avait donné l'idée pour que le taud résiste à la fois aux alizés forts (et ne fasse pas un flap flap énervant ) et puisse récupérer l'eau.Je le bénis encore !·le 25 mar. 07:44
blue kiss:Utilise un tissu adapté , comme du Sunbrella de qualité ( clair pour les tropiques ) il est étanche longtemps et faut un grammage correct fixé sur les filières avec uniquement des Sandows , avec des bouts ils n’y a pas assez d’élasticité et ça arrache les points de tire sur la toile ( privilégié aussi le cousu ( petits morceaux de sangle) aux œillets ...) découvrir toutes ces petites astuces en observant ou discutant avec les autres bateaux dans un mouillage, ça fait aussi partie du plaisir de naviguer... ( le pire : la bâche plastique bleue qui frappe et se délamine ) ·le 25 mar. 09:19
olcdlm:merci pour ces trucs.la toile fixée aux filières va d'un bord à l'autre ?·le 25 mar. 17:01
James :Faut pouvoir passer dessous par les passavants c'est plus pratique...L'avantage d'un taud avec des lattes forcées c'est qu'il peut rester assez haut au niveau de la bome et comme dit très bien Bluekiss des elastocs sont super pour le bloquer sur les filières. Les perfectionnistes rajoutent sur les cotés une partie verticale plus ou moins grande pour faire plus d'ombre.Sinon j'avais utilisé pour ce grand taud une bache pvc légère (insensible aux uv) blanche d'un côté et bleu ciel de l'autre ,légèrement plus facile à coudre sur beaucoup d'epaisseur comme sur les rabats ou ourlets.Un trou pour passer la balancine si ca dépasse en arrière et une drisse frappée sur la latte du milieu pour régler et bloquer le taud et dessous une sangle pour passer dessous la bome.Profil du taud bloqué, avec les lattes et les haubans tu peux prendre un gros orage avec beaucoup de vent sans rien arracher grace aux sandows comme dit.Une petite astuce pour le rangement j'avais coupé au milieu les lattes jonc avec un petit tube en alu qui faisait jonction pour reduire l'encombrement plié/roulé. Un tissu ou une bache de qualite comme dit Bluekiss sont indispensables. D'accord avec les sangles ,j'avais fait un bimini et une capote sans fermeture eclair juste des minis sangles cousues en V,ce qui permet de répartir les efforts et de tendre parfaitement la toile sans plis.·le 25 mar. 19:39

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (63)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021