tirant d'eau : quels réels inconvénients?

Salut à tous !

Habitué de canotes à faible tirant d'eau (et étant encore au stade du cabotage et non des ballades à travers le monde comme je le prévois), je me demande, pour mon prochain bateau (celui du grand départ), ce qu'il en est d'un tirant d'eau important type 2m ou 2m20.
Ma question ne porte pas sur les qualités nautiques, mais plutôt sur tous les à côtés, qui ont aussi leur mot à dire :

  • une fois sorti des côtes occidentales, les abris (de tous types) restent-ils majoritairement accessibles à ce TE ou bien ce mètre de trop oblige trop souvent à rallonger les étapes de 100 miles ?

  • quid d'éventuels béquillages de fortune parce que pas le choix et pas de grue ?

  • etc.

Bref, pour ceux qui savent : est-on dans l'ordre du surmontable genre jeter l'ancre 3h devant le port pour attendre de pouvoir rentrer, ou bien est-on dans l'ordre de l'insupportable qui change gravement le déroulement du périple ?

Merci d'avance pour vos contributions éclairées !

a +

fonkytur

L'équipage
15 oct. 2009
15 oct. 2009
0

pte / gte
tout est assez relatif ...

2 mètres de tirant d' eau , si on regarde bien , ce n ' est pas grand chose !

et puis , entre 1,50 et 2 m , ça se passe plus dans la tête que sur la table à carte , car en realité , rare sont ceux qui naviguent à 50 cm près ! (on ne parle pas de navigations cotières en Atlantique !)

Non , ça se joue ailleurs :

/ DI pour d' echouage .

/ biquille de voyage pour pouvoir ce passer d' un ber /echouer
/ multicoque pour faire un peu tout

Mais entre un quillard PTE et GTE , en grande navigation , il n ' y a pas vraiment de questionnement à avoir . Les problèmes seront les même avec juste 50 cm de plus !

15 oct. 2009
0

.

un avantage du dériveur intégral tu peu te mettre juste à coté de la plage au mouillage dans 1m d'eau

ça fait moins de coup de ram pour débarquer ça a un coté sympa d'être juste au bord comme ça, mais surtout si tu envisage le voyage avec des enfants pour la baignade et leur sécurité ça fait quand même un réel plus

15 oct. 2009
0

mais ...
difficultés d'entretien et d'inspection du dessous de coque
on peut pas tout avoir !

15 oct. 2009
0

La différence...
En tout cas, en Grèce, où nous naviguons en ce moment, c'est:

-Pouvoir se rapprocher (prudemment) de la plage pour être encore plus à l'abri

-Entrer dans tous les ports ( celui où nous sommes pour remotorisation n'est guère profond! 1,90mètre à l'emplacement où nous sommes!

-Diminuer la trainée aux allures portantes.

Nous avons un EVASION 37 dériveur lesté (TE 1,25 / 2,40m) La quille longue pèse 3 tonnes, la dérive, 400kg.

En conclusion, et comme très souvent, tout dépend du programme!
Voilà! En espérant que cette information te soit utile!

Thierry, sur Troll.

15 oct. 2009
0

du meme ordre que le choix du type de bateau, de materiau, d'ancre...
En fait il faut avant tout avoir une affinite avec son choix et, ensuite, il suffit d'adapter sa navigation a son tirant d'eau.

Cela peut signifier plus de calculs de hauteur d'eau, plus d'utilisation de l'annexe, moins de remontees dans les rias...etc, etc...

Comme tous les choix il faut les assumer.

Si le choix du grand tirant d'eau est dicte par le modele de bateau choisi, sa capacite a remonter au vent ou sa securite, voir sa raideur on en profitera donc sous voiles plus qu'en allant se mettre a quai a Roscoff.

ceci dit, ayant navigue dans des coins "favorables au petits tirant d'eau, j'ai remarque que l'avantage n'est pas si souvent utilise que ca par les pratiquants.

Est-ce mieux, est-ce moins bien...ce n'est pas forcemment la bonne facon de poser la question.

Nous avons 2,6 m et naviguons dans la zone des plus haut marnage d'Europe, sans difficulte particuliere.

Nous sommes aussi alles en Hollande par rexemple.

15 oct. 2009
0

En total accord
avec "faux problème" ;-)qui pose la vraie question !
C'est pas si courant de voir les dériveurs sur la plage ou les biquilles dans la vase. Et par expérience, rares sont les endroits où 50 cm de plus foutent le projet du jour en l'air !
En revanche, le choix du bateau pour coller à ta façon de naviguer et surtout du plaisir que tu en attends est crucial.
Mon cas : Sun Legend, TE 2 m : ca n'a jamais été un problème !!! (de toute façon, mouiiller trop près de la plage c'est s'exposer au ressac et à la houle !!!)
Arnaud

0

2m de TE
ca n'est jamais un probleme ,pour toi! perso je suis visceralement partisan du DI pour plein de raisons qu'il serait fastidieux d'enumerer ici ,vous avez raison de dire que c'est une question de choix et c'est heureux! je ne cherche plus a faire de proselytisme proderiveur depuis que j'ai compris ça ;-)

15 oct. 2009
0

Pour pratiquer depuis 20 ans la nav avec 80 cm de TE
Je pense que cela ne change rien quand on navigue (même en cotier). Qui va s'amuser à naviguer (je parle de naviguer) dans moins de 2 mètres d'eau ? Alors en avoir 80 cm ou 1,80 cm ne change rien.

Cela change tout au mouillage et dans les ports mal foutus. Au mouillage, parce que, effectivement, tu peux être tout contre la plage (sans forcément beacher, mais juste garder quelques cm sous les ailerons). Cela te permet de descendre par l'étrave et d'avoir de l'eau aux genoux. Et d'oublier les aller retour en annexe... Si t'as des gamins, ils font leur vie. Montent et redescendent du bateau pour jouer sur la plage sans justement monopoliser l'annexe.

Dans les ports bordéliques, tu es assurés de pouvoir te glisser dans un coin où les autres ne peuvent pas aller.

Jacques

15 oct. 2009
0

Après avoir" gouté" au (très) mauvais temps
avec un dériveur, je commence à devenir quelque peu partisan tellement j'ai trouvé le voilier rassurant parmi ces vagues déferlantes.
Que je voyais passer sous la coque avec beaucoup de facilité.

Le croc en jambe, une visée de l'esprit ?

Testez, vous verrez…

15 oct. 2009
0

je trouve que l'on a.....
ou on a l'impression d'avoir moins de contrainte avec un dériveur. Je suis proderiveur mais j'ai gouter aux grandes quilles donc c'est un choix :alavotre:

18 oct. 2009
0

technique a ses avantages et ses inconvénients...
si la quille profonde peut faire le croche-pied...elle est a contrario d'une simplicité absolue en terme d'entretien et de fiabilité par contre...

Et puis question sécurité, avoir une ouverture béante au milieu du bateau n'est pas forcémment un avantage...

Tout ce discute, infiniment, sur ces points la, encore une fois, à chacun de trouver chaussure à son pied et d'y être bien dedans sans s'illusionner sur son choix.

18 oct. 2009
0

Mouais, mouais
Je préfère une quille moulée dans la coque.

RV

19 oct. 2009
0

Mouais, mouais, mouais, mouais...
Vos quilles moulées, c'est bien joli, mais les boulons sont pas plus à l'abri de l'eau des fonds...

19 oct. 2009
0

Hi (Bis)
Et oui, pas de boulons de quilles, elles tiennent toutes seules ;-)

Je crois que la coque et les quilles du biloup nécessite un moule en 5 ou 6 parties pour que tout sorte d'une pièce.

C'est peut être plus complexe à la construction, mais après, c'est à l'épreuve de la vie de bateau! Vraiment sécurisant.

A+,

18 oct. 2009
0

Mouais...
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

Je préfère encore une quille mobile prévue pour être démontée assez facilement...

19 oct. 2009
0

Mouais, mouais, mouais +1
+1 pour la (les) quille(s) moulée dans la coque.
Fini les problèmes de boulons et de corrosion.

A+,

19 oct. 2009
0

Mouais..........(suite)
les quilles moulées avec la coque, c'est le cas sur les biquilles Biloup
le lest est coulé à l'iuntérieur et complètement encapsulé
LA solution !

;-)

19 oct. 2009
0

Hi
1) j'ai pas de boulons de quille apparents dans mes fonds

2) j'ai pas d'eau dans mes fonds

Et quand on dit moulé, c'est moulé dedans dessus dessous et plus encore.

RV

20 oct. 2009
0

Bon, bon, ok, je me rend.
sauf que dans vos mers y a pas de marée, et là la quille relevable est imbattable...

20 oct. 2009
0

il y a 2 ou 3 ans un chassiron a failli couler apres
un petit crack de rien sur la quille, il y a avait eu pas mal de corrosion interne et invisible et l'eau a pu remonter dans le puisard et envahir dans le bateau. l'enquete a conclu quu'il y avait eu malfacon et electrolyse

donc comme toujours il n'y a pas LA solution en plaisance à voile

les quilles en fonte qui ruillent c'est usant à la longue aussi

;-)

15 oct. 2009
0

Coté côte…
Il me tarde d'aller gouter un plaisir comme celui de mouiller en fond de port de Sauzon. En toute quiétude.
Cela fait longtemps que j'en rêve…

15 oct. 200916 juin 2020
0

lorenzo
embouchure du fiume santo !!!

15 oct. 2009
0

alternative DI / quillard
le biquille !

;-)

15 oct. 2009
0

boulons de quilles
Hello,

Pas forcement d'angoisses à avoir sur les boulons de quilles si comme sur Now, les quilles sont moulées d'un bloc avec la coque. Ça parait vraiment très, très, solide.

Je pense aussi que le biquille est un bon compromis.

A+,

15 oct. 2009
0

oui
:reflechi:....mais tourner en rond

15 oct. 2009
0

Autre plaisir du DI :
Tu quitte ton corps-mort 1/2 heures avant les autres, et tu le rejoins 1/2 après, ou avant, ça dépend de l'heure et de la raison pour laquelle tu rentres ! Et quand tu as fini ta ballade, tu quitte le bateau l'esprit tranquille, libéré de l'angoissante question "Nom de d..u ! j'aurai pas oublié la béquille tribord ?" qui te taraudera toute la nuit. (des questions qui ne se posent évidemment pas à l'embouchure du fiume Santo)

Par contre, au moment du carénage, j'envie les quillards qui peinturlurent debout sous leur coque, en costar blanc, sans avoir besoin de ramper dans la fange des zones techniques...

15 oct. 2009
0

Oui, dommage que cette solution
ne se développe pas plus. Sauf qu'on double les angoisses de boulons de quille ! En même temps, on peut se rassurer en se disant que la probabilité que les 2 quilles se barrent en même temps est assez faible... Mais peut-on continuer à naviguer avec une demi-biquille ?

16 oct. 2009
0

hmm
et s'il y a 30 noeuds de NE qui se lèvent ?

:-)

d'un ton ni sérieux, ni facétieux :alavotre:

15 oct. 2009
0

Bonjour à tous et toutes,

A vous lire tous (ou presque), on aurait l'impression qu'avoir un grand tirant d'eau est bien plus un handicap qu'autre chose; est-ce exact?

15 oct. 2009
0

En fait tu choisis en fonction du TE que tu as!
Par exemple, ayant un faible tirant d'eau, j'ai choisi les Turks et Caicos, les Bahamas, l'ICW jusqu'à Key West et ceux qui avaient un TE de deux métres ont choisis d'autres coins! Est-ce mieux, est-ce moins bien???
Cela dépend aussi de ce que tu veux privilégier : la navigation ou les escales. Est-ce davantage un logement et un moyen de locomotion ou plutôt le genre course croisière???
Ensuite, chacun trouvera son option la meilleure.
Il y a les partisans du DI à tout prix, ceux qui ne veulent qu' un cata, et tous ceux qui ont un TE entre le DI et le plus profond des quillards et qui naviguent comme les autres....
Analyse tes besoins, tes envies, tes possibilités financières et fait ton choix! Ce sera le meilleur pour toi!
Bon vent à ton projet!
:coucou:

15 oct. 2009
0

Certains...

Certains D.I. offrent-ils autant de stabilité que les "quilles longues"?
Quels seraient les meilleurs D.I. à ce niveau (en restant dans un gamme de voilier dont la longueur serait inf. à 10m.et le T.E. de maximum 80 cm.?

0

leicar
la stabilité est un faux probleme ,regarde les southerly(deriveurs integraux)ils ont une stabilité superieure a la plupart des quillards (ils ont une derive lestée)

15 oct. 2009
0

Un GTE permet
d'être très rapide du près au travers, et de le faire très serré pour le premier cas.
C'est un avantage et pas des moindres.

15 oct. 2009
0

.

En faite c'est un choix trés perso tout est question de style :p

Par contre quand comme moi on aime mettre le bateau prés du bord pouvoir se baigner autour tout en ayant pieds quand il est au fond d'une petite baie calme et paradisiaque et que l'on aime aussi les bateau qui marche bien voir très très bien.

Dans ce cas plus trop de solution il ne reste que les quille relevable qui dans les tailles de bateau hauturier coute un bras :/

Pour moi aussi quand l'heure du choix va arrivé ce sera un vrai dilemme :/

15 oct. 2009
0

J'aime cette conclusion...
synthétique, juste et pleine d'humour !
Personne n'a tort et tout le monde a raison...
c'est de l'antitroll !!! ;-)

15 oct. 2009
0

Je serai un peu plus précis, si tu le veux bien.
Ceux qu'ont un dériveur n'échangeraient pour rien au monde, mais regardent avec convoitise vers les GTE. Ceux qu'on des quilles longues se satisfont pleinement de leur TE, mais regardent avec envie Pierre2 marcher autour de son bateau, la tête au-dessus du liston...

15 oct. 2009
0

merci
Ok merci pour vos avis !

Ce que j'en retiens :
les proprios de dériveurs ne s'en passeraient pour rien au monde
mais les proprios de GTE s'en foutent, et ne considèrent pas être gênés par leur tirant d'eau.
C'est la réponse à laquelle je m'attendais, et elle me va très bien !

Merci à tous !

25 oct. 2009
0

!!!
du genre , oui oui ta raison , mais j'ai pas tort ( comme ca ex-eco ,ca menage notre égo ! ):topla:

15 oct. 2009
0

Exact Lorenzo...
j'ai 2,1m de TE l'handicap le plus grand c'est dans certain cas ne pas avoir accés à certain ports par manque de fond soit dans le port soit dans le chenal, ou pour certain entrée dangereuse suivant la houle comme Gruissan ou Taverna campoloro (corse), sinon pour le reste, meilleur prés, et en général moins rouleur quand on est au mouillage par rapport aux petits tirants d'eau

15 oct. 2009
0

Il faut changer de bateau
Quelques années de TE long pour la perf, le petit temps et le cap au près en privilégiant les zones d'accès sûr.

Ensuite un DI pour les rias et les petits ports sympas qu'on n'aura pas pu faire avant, et moteur en dessous de 10 nds de vent.

Ensuite reste plus qu'à hériter de mère grand pour se payer le mouton à 5 pattes : un cata de 50 pieds tout carbone et la place de port qui va avec :-)

16 oct. 2009
0

DL quadrature du cercle
Avec mon dériveur lesté, je baisse la dérive (3,30m) pour serrer le vent et je la lève (1,40m) pour serrer la plage.
Je m'échoue facilement et je me baisse pas trop pour caréner.
:-D

0

c'est comme tu le vois
y'en a qui disent le dl :inconvenient du quillard et inconvenient du deriveur !(humour ,bien sur)

16 oct. 2009
0

impartial
.....les avantages du dériveur et les inconvénients du quillard.....:alavotre:

16 oct. 2009
0

Impartial (2)
Mon DL est juste le meilleur bateau du monde et le meilleur compromis de l'univers!

C'est ABSOLUMENT incontestable!
:langue2: :goodbye:
Thierry , sur Troll.

PS: Je me demande si " de l'univers" n'est pas un poil excessif, quand même! :reflechi::mdr:

18 oct. 2009
0

Voila un capitaine

qui aime son bateau!
Il y a de quoi, c'est une belle unité!

Bons vents, merci pour votre site,:goodbye:

16 oct. 2009
0

J'ai eu
les 3 : Dériveur lesté, DI et maintenant quillard. Pour ce dernier, le choix a été avant tout financier le TE n'a pas joué. Avec plus de moyens j'aurais choisis un DI :
1) Pour avoir subi 55 kn au large du cap Finisterre avec un OVN 30 je sais que c'est rassurant de pouvoir remonter "ses jupes" et laisser le bateau riper sur l'eau,
2) il est des plus agréables d'aller mouiller au fond d'une baie et échouer (Sauzon en Belle-ile) par exemple).

Mais je me suis aussi rendu-compte que même avec un DI, aux Antilles ou en Polynésie on ne va pas "beacher" pour des tas de raisons : sécurité, nonos, ...

Avec mon quillard (1,63m) j'ai eu quelques frayeurs pour être retourné dans des endroits où j'étais passé avec l'Ovni. Je pensais que "ça irait", mais en cours de nuit le bateau a touché et pendant 2 heures j'ai prié tous les dieux connus et inconnus pour que la marée respecte l'horaire et remonte comme prévu. On avait bien 25° de gite. Mais, bon je ne peux que m'en prendre à moi-même.

16 oct. 2009
0

Dans loisirs nautiques
il y a eu un article que je peux te scanner si tu veux. (n° 363 de mars 2002)
Le titre est "Les dessous du tirant d'eau.
Avec 1,10 1,50 et 1,90 Ils font l'analyse des différente sorties en nb d'heures...
Je l'ai trouvé pas mal fait. et interessant.
Christophe

16 oct. 2009
0

ça m'intéresse !
Oui Christophe, ça m'intéresse !

Merci d'avance,

16 oct. 2009
0

OU
puis je te l'envoyer? Donne moi une adresse mail en message...
A+
Christophe

16 oct. 2009
0

TE 1,90
en med quand j'ai le choix,je ne mouille pas par moins de 5m d'eau, je trouve que c'est plus confortable:
moins de bateaux
moins de clapot
plus de calme
plus d'eau à courir si le vent se lève en portant à terre et on peut lacher de la chaine
meilleur amortissement de la ligne de mouillage

en revanche ça m'a conduit à acheter un HB pour l'annexe.

16 oct. 2009
0

le piege
si tu n'as pas de moteur et que le vent se lève c'est pas gagné avec un pneumatique à la rame, je me suis fait piéger a l'Argentière (La Londe)pour faire une petite centaine de mètres un vrai marathon

16 oct. 2009
0

2m
j'ai 2m, jamais senti le besoin d'avoir moins, et sans doute 1.20-1.50 n'aurait fait aucune différence, plus qu'un pied de pilote je prends une jambe de pilote :-D

pareil au mouillage, je préfère rester en eau profonde et relativement loin de la côte, des fois que le vent tourne...

bref, pour ce que je fais c'est parfait :-)

0

ben moi comme je suis flemmard
je prefere mouiller 20 de chaine dans un metre d'eau,ca amorti bien et j'ai pas besoin de hb ni de guindeau electrique ! ;-)

16 oct. 2009
0

parfait!
comme ça tout le monde est content et il y a de la place pour tous :-D

19 oct. 2009
0

Pas tout à fait
20 m de chaine dans 1 m d'eau ca amortit pas grand chose. J'ai même mouillé 60 m avec un Via par 40 noeuds de vent pour m'apercevoir que 10, 20 ou 40 m dans 1 m d'eau c'est pareil.. Faut mettre du textile en parallèle pour avoir la souplesse.

16 oct. 2009
0

Ce qui m'a surpris Pierre,
c'est que tu ais dit un jour qu'un dériveur était très utile en méditerranée, ce qui surprend à priori, vu les hauteurs d'eau là-bas…

Dis nous en plus.

16 oct. 2009
0

Deriveur en med
Laurent,

en attendant que Pierre te réponde...

Tu aurais du le voir dé-échouer quelques quillards dans la baie du langoustier (Porquerolles) pour voir qu'un dériveur peut être utile ici ;-)

A+,

0

en dehors de desechouer les autres
en med un deriveur permet ,en hiver de te planquer au plus pres de la plage quand il y a mistral,en eté tu as toujours une place au bord (bien sur il y a les bateaux a moteur ,mais il rentre le soir )et en corse, en sardaigne, et en grece il te permet de rentrer dans plein de petits ports et d'embouchures de riviere ,cet été ,encore,il ne s'est pas passé un jour ou je me suis beni d'avoir un deriveur (corse ,sardaigne)ah j'oubliai:au portant tu remontes la derive et le bateau est sur des rails ! ;-)

17 oct. 2009
0

puisque c'est scanné,
si certains sont intéréssés, ce sera avec plaisir que je vous ferait profiter de ce dossier...
Christophe

18 oct. 2009
0

salut Christophe
je suis intéressé par le dossier
je l'envoie mon mail perso en MP
Merci d'avance

18 oct. 2009
0

Toujours prêt à

apprendre de nouvelles choses, un grand merci.
Je t'envoie moi aussi mon mail en m.p.

Sympa ton blog...

Bye,

18 oct. 2009
0

Je serais bien intéressé aussi
Puisque c'est scanné...et hop envoie adresse email en mp ;-)

Il va falloir faire un envoi groupé

25 oct. 2009
0

Encore pour Christophe
Je suis aussi intéressé par l'article
mon mail : danielzimmermann@hotmail.fr
D'avance merci (quel succès cet article ...)
Daniel

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

Souvenir d'été

  • 4.5 (94)

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

novembre 2021