Tirant d'eau minimum pour stabilité

Il me semble avoir lu sur le forum qu'il existe un principe de design des voiliers qui donne un TE minimum en dessous duquel un voilier deviendrait dangereusement instable.
Ce minimum étant corrélé à la longueur de coque.
Est-ce que quelqu'un connaissant la source (Finot Conq ou un autre architecte ?) peut nous redonner ces éléments car je ne les retrouve pas avec la fonction recherche.?
Merci

L'équipage
29 août 2020
29 août 2020
0

www.finot.com[...]eau.htm
Je pense que c'est ça que tu cherche.


Chemistrebor:Oui merci Pascal, je connaissais pas ces graphes mais le n°2 est bien intéressant. La limite est la capacité à remonter au près, et le bateau tient mal la mer donc devient dangereux. Ce graphe m'interpelle : J'ai un First 25 S en version quille relevable : Finot Conq et associés Longueur hors tout7,90 m’ Longueur coque7,50 m’ Longueur flottaison7,35 m’ Largeur coque2,75 m Tirant d'eau quille relevable0,85 - 1,85 m’ Poids du lest quille relevable620 kg Tirant d'eau court1,45 m’ Poids du lest court615 kg Tirant d'air12,50 m41’ Déplacement lège CE2 150 kg4,740 lbs Donc quille haute j'ai 0.85 m de TE ce qui est super pour les mouillages et l'accessibilité aux ports non dragués. Mais si je navigue quille relevée et en mer formée, ce bateau devient donc dangereux ? ... J'avais remarqué que quille haute il remonte mal au près et dérive beaucoup, mais je ne pensais pas qu'il puisse devenir dangereux (et se retourner ?) Même remarque pour les pogos à quille relevable, il ne faut jamais naviguer en mer avec la quille haute car ils pourraient aussi se faire coucher sur le coté ?
(bien sur il n'y a aucun intérêt à relever la quille pour naviguer mais je pense à une défaillance humaine ou mécanique dans le système de relevage)·le 29 août 16:37
29 août 2020
0

Principes fondamentaux à BIEN comprendre !!!: Il y a DEUX types indépendants de stabilités :
Une de forme (ex. cata) et une de lest (quillard). Naturellement pour un monocoque on cherche à conjuguer. les deux, selon les objectifs poursuivis.


29 août 202029 août 2020
0

Ces graphiques sont très intéressants, mais attention à ne pas prendre à la lettre les courbes sans un minimum d'interprétation.
Cela dépend beaucoup du déplacement du bateau, de sa largeur et longueur à la flottaison, qui n'apparaissent pas ici, où seule la longueur est précisée.
On trouve facilement des contre-exemples sur des carènes atypiques.

J'ai eu un H-35, bateau suédois de 10,60 m avec un tirant d'eau de 1,5 m. C'est peu d'après le graphique, or ce bateau est une bête de près... Mais il a des élancements gigantesques et fait 2,60 de large pour 2,8 tonnes !

Le même tirant d'eau sur une carène large et lourde, et le bateau est à la peine au près dans la brise, là ou le mien avait un vmg extraordinaire, gîté à 30 degrés.

Et...

il ne parlent pas de stabilité, mais de remontée au vent pour une quille fixe.
D'excellents dériveurs intégraux calent très peu, avec des carènes plates. C'est tout à fait autre chose. Stabilité de forme et de lest, comme dit au dessus.


Chemistrebor:Si si, il y a bien une phrase : "Lorsque l’on réduit le tirant d’eau, les qualités du bateau diminuent progressivement et se dégradent brutalement en particulier avec le vent, la gîte et la mer. En fonction de la taille du bateau et à partir d’une certaine force de vent et de vagues, le bateau devient incapable de remonter au vent, de manœuvrer ; il devient dangereux. Il ne faut donc pas construire ou acheter des bateaux en dessous d’un certain tirant d’eau."·le 30 août 11:58
29 août 2020
0

Bonjour les futurs architectes, c'est un vrai métier, et vu les bateaux sortis seuls les meilleurs y arrivent!!!


29 août 2020
0

La fonction recherche? le meilleur moyen de ne pas trouver ce que tu cherches; va plutôt direct sur Google ou Ecosia ou Qwant etc.


29 août 2020
2

@Chemsitrebor : les bateaux à quille relevable ne sont pas conçus pour naviguer à la voile quille relevée.


Chemistrebor:Je sais bien mais je suis surpris qu'il n'y est pas un warning évident sur la dangerosité de naviguer quille relevée. Même quand j'en ai discuté avec Pogo Structure dans les salons, j'ai jamais entendu des propos sur le risque de chavirer. De plus il y a -t-il un contact de fin de course avec alarme au cas ou par erreur un skipper oublie de redescendre la quille ? Les erreurs humaines même rares ne sont pas inévitables, beaucoup d'exemples sont relatés sur le forum.. ·le 29 août 23:07
fab:Un dériveur integral n est pas plus dangereux derive haute. Un quille relevable l est, mais dans le cas d une grosse mer, tu n as pas besoin de voyant pour sentir que les mouvements du bateau son dangereux. ·le 30 août 03:44
FredericL:C'est normalement indiqué dans le manuel utilisateur. C'est par exemple indiqué très clairement dans le manuel du First 27.7. ·le 30 août 11:07
30 août 2020
0

Le tirant d’eau minimum en conservant la stabilité est le dériveur intégral.


30 août 2020
2

Toute la transat, toute la Transpac faites dérive entièrement relevée, 80 cm de tirant d'eau et une parfaite stabilité.
Ça confirme la notion de stabilité de forme et que l'emplacement du lest (ici situé dans la coque et non dans la quille ou dérive) est plus important que la mesure de tirant d'eau.


damienz:Une transat ça ne confirme pas grand chose... Au portant (vu que tu as la dérive relevée) même avec la moitié de lest en moins sur ton DI il y a fort à parier que tu serais arriver sans encombre de l’autre côté ( et même un peu plus tôt)... Je pense que tu peux parler par contre de parfaite stabilité de route puisqu’en relevant la dérive tu recules le centre de carène. Par contre, pour mieux apprécier la stabilité de forme et de lest mieux vaut évaluer la capacité d’un voilier à remonter au près dans 45kts de vent avec la mer qui va avec. Et là on se rend compte de l’intérêt du tirant d’eau & du bras de levier...·le 30 août 11:38
Calypso2:la stabilité de route n'a rien à voir avec le centre de carene ,il s'agit du centre de derive qui n'est pas la m^me chose ,il est vrai que l'on confond tres souvent ces deux centres ·le 30 août 12:39
30 août 202030 août 2020
0

Le tirant d'eau influe sur deux choses :
- la raideur : moins de bras de levier du lest dans le cas d'un quillard rend le bateau moins raide. On peut le compenser en mettant plus de poids dans le lest.
- La dimension du plan anti-dérive, qui si on le diminue trop ne permet pas une bonne remontée au près.


30 août 2020
1

En lisant Finot j'ai une pensée pour Slocum.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

D'un hiver à l'autre...

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (7)

D'un hiver à l'autre...

février 2020