Tempête du lundi 10 mars 2008....rafales à 12 annoncées !

Nous sommes depuis le 1er mars au port de la Trinité sur mer (56), c'est une place en contrat mensuel mais depuis le temps que nous l'attendions.Le port à sec c'est bien mais être sur ponton...c'est pas mal non plus.Profiter dès qu'on le peut de notre bateau ! Enfin, nous sommes ravis et Lili (notre Dufour 2008 acquis depuis 1 an et demi et que nous avons équipé, bichonné et choyé...semble s'y plaire ).
Lundi 10 mars, le vent souffle fort, très fort.Le bulletin météo annonce vent force 8 avec rafales à 12.Nous sommes à la maison : on pense à Lili mais pas d'inquiétude.Nous l'avons laissé le 2 mars, les amarres bien serrées !
Mardi 11, après-midi.Un appel de la Capitainerie ( bref mais clair): Nous venons de récupérer votre bateau sur les rochers, les amarres ont lachées ! Pas d'autres précisions, pas de réponse quand on questionne sur les dégats.Ce fut une après-midi et une nuit d'angoisse, de questions...bref, je vous laisse imaginer.
Mercredi 12, nous nous rendons sur place (nous avons signalé le sinistre à l'assurance).Et là, c'est pas très beau à voir mais on nous dit : pour un bateau qui est allé à la côte, il s'en tire bien.Superbe consolation !
En fait, ce ne sont pas nos amarres qui ont lâchées ! (Là, notre conscience est un peu réconfortée) mais le catway qui a cédé, les pontons qui se sont brisés !
Des vagues de 3 mètres entraient dans le port et comme nous étions juste à l'entré du port.On ne distinguait plus la digue.Nous avons vu des photos prises le jour de la tempête, c'est impressionnant .De plus, sur nos pontons, peu de bateaux...ils ont dû être tellement secoués .Au bout d'un certain temps, les pontons ont cédé, Lili est allé se jeter sur les rochers en face l'entrée du port (On est même à la une du Télégramme, le journal du coin).
Enfin, voilà, notre Lili est mal en point et ses marins dépités.
Sur place nous trouvons deux professionnels d'un chantier naval (merci de leur gentillesse et du temps qu'ils nous ont accordé), ils acceptent de venir voir les dégats .Le plus important est un laminage du puits de quille sans compter les multiples entailles ( et dire que l'antifooling n'avait pas 1 mois !).Il y a donc de très très gros travaux et du temps à passer.
C'est maintenant l' expert de notre assurance qui décide.
Et, voilà, l'avis est tombé hier soir : réparations dépassant le montant de notre garantie.Il faut se rendre à l'évidence, notre petite Lili n'est plus qu'une épave !!! ( Voir annonce de vente avec photo sur le site)
Ainsi va la vie mais la vie ce n'est pas toujours comme on l'espérait !
A quai désormais pour quelques mois, nous avons décidé de ne pas nous laisser abattre et de retrouver dès que possible une petite soeur à Lili.

Céline, la femme du Capitaine et le second de Lili

L'équipage
26 avr. 2008
26 avr. 2008
0

Sincères condoléances
Je vous souhaite beaucoup de courage, et de trouver rapidement le bateau de vos rêves.....

26 avr. 2008
0

désolent !
mais la responsabilité du port n'est-elle pas engagée du fait que ses équipements ont été défaillants ?

26 avr. 2008
0

bon courage
et bientôt vive LILI 2!

26 avr. 2008
0

Responsabilités
Si ce sont les catways qui ont cédé, la responsabilité des autorités portuaires est engagée, puisque les ouvrages sont sous leur responsabilité.
C'est quand même triste

26 avr. 2008
0

Pas si sûr
bien souvent les réglements portuaires dégagent la responsabilité du port audessus d'une certaine force de vent; certains prévoient même l'évacuation du port en cas de tempète, les contrevenant le faisant sous leur propre resposabilité... Malheureusement !!!
Enfin pas tous ...

26 avr. 2008
0

une histoire bien triste....
c'est bien de rebondir ,et de ne pas se laisser aller au découragement.
Mais il ne fait aucun doute que le Port est responsable des dégats occasionnées à votre bateau , c'est donc l'assurance du port qui doit intervenir. Ne vous laissez pas faire ,prenez conseil chez un avocat , quand on paye une place au port ( c'est pas donné !),et il faut que cela corresponde à une prestation , et la première c'est la sécurité du bateau.
Chez nous quand il y a la tempête et que les bateaux bougent dans le port , les employés du port se relayent toute la nuit pour vérifier les amarres ,et veiller au grain et ça fait partie de leur boulot...!

26 avr. 2008
0

Il semble que....
le contrat de Mariflo couvre les dommages au bateau puisqu'il fait référence à l'expert de son assurance.
Dans ce cas, son assurance lui verse une indemnité et se retourne contre celle du port. C'est comme en matière automobile, l'assuré n'agit pas lui même et n'a pas à engager une action éventuelle en justice. c'est son assurance qui s'en chargera le cas échéant.
Maintenant, le problème de Mariflo, c'est que le montant des réparations à engager dépasse le plafond d'indemnisation prévu (probablement une valeur agréée). Il n'y a donc aucun espoir de voir l'assurance indemniser au delà.
En fonction de la nature des dommages, il reste donc à Mariflo la solution de garder "l'épave" pour la vendre lui même en espérant trouver un acquéreur particulièrement bricoleur pour la remettre en état. Cela existe : je me souviens d'un ancien collègue de Lausanne qui acheta une épave... au fond du lac, la renfloua et reconditionna entièrement le bateau (en sandwich svp, vérifié par Véritas après travaux) .J'ai vu le bateau à cette époque, comme sortant du chantier neuf!
Seconde solution, faire le travail lui même s'il en a les capacités.
C'est certainement une mauvaise opération que de se lancer dans une procédure tout à fait hasardeuse!

27 avr. 2008
0

c'est bien le probleme

de la plus part des marinas ,elles n'offrent pas une securité aux bateaux qu'elles accueillent malgre une location cher.

Les pontons ne sont pas calculé pour subir l'effort du à la mer ,ils sont calculé comme des elements terrestre ne supportant qu'une charge au m2.Les efforts des bateaux ,des vagues ou du mouvements de la mer sont ignorés.

On peut se demander si le raisonnement ne constite pas dire on fait au minimum necessaire pour le temps ordinaire et le jour ou ça pete et bien on remplace ça coutera moins cher à long terme.Tant pis pour les bateaux

josé

27 avr. 2008
0

polémique
avant tout Mariflo bon courage a vous, et malgrés tous les tracas essayé d'avoir un projet encore plus beau.

Polémique donc: vous en connaissez des infrastructure légères qui résistent a des vagues de 3 mètres. Quand on sait que des mus en pierres sont défoncés !!

27 avr. 2008
0

on est bien daccord

ce sont des infrastructures "legeres" qui ne sont pas conçu pour supporter la mer , perso ça ne me parait pas normal et je dirais s'est assez calamiteux , faire payer pour un service qui n'en ait pas un.

Car q'attends on d'un port avant tout ? que le bateau soit à l'abri du gros temps non ,pas d'avoir l'electricité ou l'eau enfin il me semble.mais bon

josé

27 avr. 2008
0

dans certains
contrats il y a une close pour les conditions exceptionnelles, d'autre part les assurances ne se bouffent pas la laine sur le dos et il est des cas ou pour avoir gain de cause il faut déposer une plainte, et ne pas trop compter sur l'avocat de l'assurance, dans le cas il semble qu'une indemnisation est faite difficile d'avoir plus, et si il est vraiment cartonné il vaut mieux l'abandonné à l'assurance le récupérer pour le vendre ou le retaper (ce qui n'est pas gagné) il faudra de quoi le garder à terre plus tous les ennuis et emmerd!!!! qui vont avec!!!

27 avr. 2008
0

No comprendo
En cliquant sur l'avatar, je vois une dernière photo et je lis "nouvel achat, nouveau départ"; il s'agit apparement d'un 29 pieds assez récent.

Cela signifierait-il que l'histoire s'est somme toute [i]assez bien terminée[/i], avec l'achat d'un bateau plus récent ?

C'est tout ce que l'on peut souhaiter comme issue à une telle mésaventure mais quel intérêt alors de discuter des responsabilités et autres prises en charge, si cela a été réalisé ?
:reflechi:

27 avr. 2008
0

d'accord avec toi
geab see en plus il veut nous faire croire des trucs impossibles regarde la 4° photo je crois l'air fatigué ce ne sont pas les bouteille sur la table qu'il faut regarder mais sous la table il c'est bien gardé de nous faire voir ce qu'il y a. il pourrait au moins mettre un petit mot pour signaler se nouvel achat

27 avr. 2008
0

comment ça s'est passé en 87
dans beaucoup de port des bateaux en vrac il doit y avoir des cas concrets prochent de celui la

29 avr. 2008
0

Merci à tous
Tout d'abord merci à tous et pour vos encouragements et pour vos bons conseils.
Bon, vous méritez bien la suite de l'histoire qui est en fait le début d'une autre !
A ce jour, nous attendons (c'est une affaire de quelques jours )le remboursement de l'assurance.
Nous avions couvert notre bateau à hauteur de 15500 euros: c'est ce que nous récupérons.
Par chance, on ne nous déduit pas la valeur vénale de l'épave (on a trouvé repreneur à 3000 euros : un gars qui va faire les réparations lui-même) car nous avions lors de l'achat, en 2006, fait expertisé notre bateau.Il avait était été expertisé à 20000.
-Petit conseil à tous : une expertise coûte certes 300 euros (30 euros du mètre linéaire) mais c'est vraiment important.La preuve !-
Bilan de ce triste sinistre : même si on y a perdu beaucoup car notre Lili nous l'aimions, nous n'avons pas perdu d'argent et ça aussi c'est important, non ?
Du coup, comme nous avions le projet de changer de bateau pour un plus grand, nous avons décidé de tourner la page.Nous avons donc ces jours croisé Monik sur notre route (voir photo) : un Sun Odyssey 32.1 de 1996.
Nous sommes contents de notre nouveau bébé.Désolée d'en décevoir certain: nous ne l'appelerons pas Lili 2 (superstition ???)Le nom que porte ce nouveau bateau, nous plait bien!!!Et en plus un bateau qui s'appelle Monik a forcément de plus grosses fesses que Lili !-ça c'est le mot du Capitaine qui surveille d'un oeil ce que j'écris : des fois que !
Pour finir : Nous n'avons rien fait contre le Port, l'important pour nous s'était d'être remboursé.Et notre assurance couvre aussi les frais de renflouement et de terre-plein.
Et, bien, il nous reste maintenant à vivre de nouvelles aventures...
Encore merci à tous et peut-être au hasard d'une rencontre sur un ponton de la Trinité sur mer

29 avr. 2008
0

je connais Monik
et suis même montée le temps d'une courte visite à son bord.
un bien joli bateau dans un bien bel etat (hors genois un peu fatigué si mes souvenirs sont bons).

Au plaisir de recroiser la route de Monik un jour donc.

29 avr. 2008
0

Monik
je suis de Concarneau.

29 avr. 2008
0

Monik
C'est bien Monik que vous avez croisé.
Effectivement le changement du Génois est plus qu'obligatoire.On est à l'étude auprès de voilerieS.
Vous êtes de quel coin ?

29 avr. 2008
0

Concarneau
Concarneau, on a découvert le Port l'été dernier : c'est vraiment joli.
Exception faite des sanitaires : rien pour la nuit !!!

29 avr. 2008
0

euh
chez nous c'est des catway français qui ont ete placés c'est d'une qualité désolante surtout les caoutchouc qui relient au ponton principal, ils petent les uns apres les autres, en plus on met des bateaux trop longs a des catways trop court..et dans le contrat 'le club' (le port) n'est responsable de rien
il vaut mieux en effet faire evaluer son bateau pour tenir un prix adéquat quand il y a sinistre
note comet etait assuré a 28.000...

29 avr. 2008
0

bonjour
Avez-vous aussi été sinistré ?
Vous changez pour quel bateau ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (185)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021