Techniques de remorquage

J'aimerais bien lire des expériences de remorquage , je veux dire, des réelles vécues, pas des théoriques lues dans le bouquin des glénans ou d'autres :-)

J'ai pu tester (sans succès) cet été ! 10-15 noeuds de vent, 1 mètre de creux résiduel du coup de vent en extinction, mer courte cassante, 2 milles des côtes, vent poussant à la côte. Un feeling 10.40 venait vers moi au près à 100m, juste dans l'axe. Je le regardais pour l'éviter tranquilement (j'étais au moteur) quand soudain il fait un 360° sans toucher ses écoutes. Puis un second 360° dans la foulée, comme une toupie ... tiens, que peut-il bien tester de la sorte ?

En fait il venait de perdre son safran. Après le PAN-PAN règlementaire et le dépêchage d'un remorqueur (qui vient d'assez loin), je lui ai proposé un essai de remorquage. Impossible ! Son bateau partait comme une toupie à gauche, à droite, chaque vague le faisant tourner comme un bilboquet. L'amarre a fini par casser (une écoute de 14 mm environ).

J'aimerais bien savoir qui a essayé ce genre de truc avec succès, autrement que sur eau plate évidemment ou dans un port :-) , là ça marche toujours ...

Robert.

L'équipage
28 août 2004
28 août 2004
0

SNSM
La société de sauvetage en mer doit pouvoir vous apporter de nombreux éléments de réponse.
www.snsm.net[...]ion.htm
Il dispose d'un savoir et d'une expérience peut commune à nous autres simples plaisanciers et sont toujours prêts en plus de leurs difficiles missions à répondre directement, pour peu que vous fassiez la démarche d'aller tout simplement les voir sur place.
:-)

28 août 2004
0

CAS VECU
Idem même chose safran cassé en vue de l'estacade de Nieuwpoort et un grand frais dans le dos.
1/ il faut installer l’ancre flottante, dans notre cas vent arrière ancre à l’arrière.
2/laisser au génois un caleçon de grand-mère.
3/ le remorquage se fait avec une aussière très longue +- 30 mètres pour le gibsea 24.
4 /l’aussière doit passer par le chaumard MAIS doit être fixée au pieds du mât sinon risques d’arracher le taquet.
J’ai pu aussi goutter aux joies de la toupie et voir l’estacade se rapprocher trop vite à mon sens.
Après avoir lancé le panpanpan je me suis mis au pieds du mât en faisant monter et descendre les bras.
Moins de 15 minutes après l’appel nous étions en remorque et nous n’avons pas oublié de remercier le dépanneur même si c’était payant.

28 août 2004
0

petite combine.
dans les cas delicats comme celui là,ne pas hesiter à mettre de la distance.....

plus la longueur est grande plus l'ammortissement est bon.et si bleme de bare,le navire remorqué doit si possible laisser trainer derriere lui tout ce qui peut le freinner(seaux,bout avec chiffons ou fringues au bout,etc....)de façon a tenir le bateau en ligne........
comme dans les fuites delicates.....

gg.

28 août 2004
0

la SNSM est vraiment compétente en la matière
mais elle possede aussi des bateaux étudiés pour ce qui n'est pas notre cas, avec des points d'amarrage aussi étudiés pour et des remorques prévues pour cet usage...
en clair il me semble que comme le dit Robert, jusqu'à certaines conditions, ça marche toujours et au dessus il faut etre et équipé pro, ce qui n'est pas notre cas, mais ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut rien tenter..

amicalement

28 août 2004
0

CELA N EMPECHE
Dconnaitre les gestes de bases comme le dit GG.
Cela permet au moins de ne^pas attrapper le tourni

28 août 2004
0

tu as bien raison Babou, mais comme
je ne connais pas ces gestes, je préfere laisser de + compétent que moi les donner

amicalement

28 août 2004
0

sauf que
il me semble que les remorqueurs sont équipés de crocs d'amarrage montés élastique et si tu as à bord un ressort d'amarrage, il ne doit pas etre mauvais (en théorie) de l'utiliser pour frapper la remorque

amicalement

28 août 2004
0

Ne pas oublier qu'avec une bonne annexe
on peut remorquer pas mal de charge si on est à couple.
Le truc c'est que avec 1m de creux sérrés, c'est pas la solution, mais bon, c'est juste pour si des fois, par mer calme...

28 août 2004
0

c'est la longueur .......
de la remorque qui se charge de l'amortissement,pour nos bateau.et on peut meme si cela est un peu court lester au milieu.cela s'enfonce dans l'eau au ramolissement et l'eau freine le retour en tension......

on peut dans certain cas trés speciaux remorquer à couple en intercalant matelas et autre amortisseurs de chocs en plus des par bat'.....delicat par mer trés formée......

de toutes les façons,ne pas se risquer dans des operations trop scabreuses sauf cas extremes et penser d'abord aux passager,les autres et aussi les siens..car mettre son bateau avec ses passager en peril pour sauver du materiel est si on y reflechi bien,ridicule et irresponsable.

une fois les passagers embarqués,poser une ancre fotante,ou meme laguer tout le mouillage(en laissant le bout accrocher à l'avant bien sure...)
et si c'est possible un autre bateau plus adapté fera le travail.
il n'est pas question dans mes propos de prime,ou de part,car pour ma part,a part peut etre les frais de reparation sur mon ship occasionnés par la manoeuvre,jamais je ne demanderais quoi que ce soi pour un sauvetage.......

gg.qui fait ce qu'il peut.....

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Baie de la madeleine - été 2013

Souvenir d'été

  • 4.5 (188)

Baie de la madeleine - été 2013

novembre 2021