TDM en débutant, le doute est là...

Pour faire très succin dans l'explication du projet :
- l'envie : très forte pour nous deux
- le budget : environs 70 000 € pour 2 à 3 ans (comprenant achat du voilier)
- le voilier : 6 mois avant le départ (budget environs 30 000 €
- le temps : on le prendra...
- la préparation : on se donne 2 à 3 ans
- l'expérience : c'est là que le bas blesse je pense.

Nous avons ma femme et moi 24 et 33 ans et avons comme expérience uniquement côtière sur un voilier de 5 m depuis 2 ans. Nous n'avons jamais navigué en hauturier (en tant que skipper).

Nous commençons biens entendu à en parler à notre entourage et une phrase de beau-papa m'a fait retourner le cerveau sur mes certitudes de cette aventures. voila la belle phrase :

"tu as envie de vivre longtemps ? si oui alors ne part pas..."

Ça brasse un peu quand on vous dis ça et que vous êtes à la fois sûr et complètement incertains.

Donc je viens vers vous, ceux qui ont déjà traversé l'atlantique et voyagé au long court, est ce vraiment une utopie et faut il vraiment manger des miles pendant des dizaines d'années pour partir uniquement à la retraite ?

Vous aurez deviné que la réponse attendue serai rassurante pour moi, mais que je souhaite des avis très éclairé...

PS : cela fait 4 ou 5 ans que je lis tous les forums et blog du sujet, je n'ai donc pas besoin de conseil matériel, mais uniquement sur l'expérience pour affronter dans un premier ce bel océan atlantique

PS2 : Alizé bien sur... mais avant golf de gascogne...

L'équipage
08 juil. 2014
08 juil. 2014
11

a 19 ans j attaque la construction d un 9 m , départ a 22 ans , expérience juste du dériveur ( vice champion de france ) et un mois équipiers sur un 14 m , un sextant plastique ( c était en 80 ) et vogue jusqu a Tahiti en 5 ans .

08 juil. 2014
0

LANCEZ VOUS, il faut se donner une chance de vivre ses reves.... Mais avant tout il faut acquérir de l’expérience, trouvez vous un bateau bien avant 6 mois avant le départ, je serais a votre place je prendrais le bateau minimum 2 ans avant le départ pour pouvoir l’aménager a votre gout, et pouvoir bouffer le plus de miles possible, ca permettra aussi de déceler des éventuels problèmes.
Cherchez des blogs sur le net, vous vous rendrez compte des différentes difficultés rencontrés ceux qui l'ont déjà fait.

08 juil. 2014
0

voila une réponse courte et clair, mais du type de retour qui me rassure...

Cela dis, nous envisageons tout de même des stages qui vont bien...

08 juil. 2014
2

votre jeunesse va vous donner des ailes ....

08 juil. 2014
0

je précise aussi que nous avons prévu dans ces 6 mois de ne pas travailler à coté, c'est à dire que ce seront 6 mois à temps plein sur le voilier entre préparation et miles parcouru. Quand tu parles de 2 ans, tu pensais à 2 ans tous les WE ou à 2 ans à temps plein ?

08 juil. 2014
7

\o/ un aussi fou que moi, persos, nous prévoyons, si pas de pépins, achat d'un canot d'ici un an maximum, en casant 2 ou 3 stages par ci par là, pour départ sur une boucle atlantique (pas un TDM) d'ic 2 ans max… mon expérience voile : optimiste il y'a fort longtemps… expérience en mer: passager plus que de raison sur d'énormes boites en feraille sur lesquelles, si on m'avait demandé mon avis, j'aurais pas embarqué sur toutes…) et l'argument "tu veux vivre longtemps" sorti par un membre de la famille ou de la belle-famille, si j'avais pas des gamins, ça serait le meilleur moyen pour me faire acheter le premier 7m osmosé/pourri qui traine et me faire partir plus vite que prévu… la vie est une longue maladie incurable qui se termine par la mort, autant rêver et se faire plaisir que de se faire chier avec une mousse devant les reportages alarmistes/idiots de la une en étant vautré dans une vache morte…

08 juil. 2014
1

Bon c'est cool, je ne suis pas le seul fou sur ce site... Toualenver, j'adore la fin de ton post !!! et la partage complètement...

08 juil. 2014
1

merci, j'ai choisi mon pseudo un peu parce que je doit faire à l'inverse de la "logique" si je veux réaliser ce rêve… en étant un peu fauché, les stages, on pourra pas s'en offrir des tonnes, le canots, ça sera pas du grand luxe, et l'année de préparation que je prévois une fois l'achat fait, ça devra être notre logement "familial"… mais entre les conseils, des gens d'ici, d'un pote marin pro, etc, et le fait d'être une tête de mule, on doit pouvoir y arriver… et si on le touche juste du bout des doigt, snas tout à fait y arriver, déjà, on a la satisfaction de pas s'être "encrouter", et d'avoir essayer d'aller de l'avant (le post de sillages ci-dessous est très bien je trouve)

08 juil. 2014
0

Les rêves sont faits pour être vécus, et je rajouterait de son vivant et à tout age. La vie est un déjeuner de soleil et quand on regarde derrière c'est trop tard

08 juil. 2014
0

mieux vaut vivres ses rêves que de rêver sa vie . alors.......

08 juil. 201408 juil. 2014
1

Eh ! voila un fil plein d'énergie positive qui donne la pèche ! Merci bert'eau et bonnes navs

08 juil. 2014
0

que de belles phrases encourageantes, merci beaucoup.

Si je pouvais avoir quelques témoignages en plus ce serai vraiment un plus...

Il me semble avoir lu, je ne sais plus où, qu'il était plus difficile de navigué en côtier plutôt en hauturier, est ce vrai dans les grandes lignes bien entendu...

09 juil. 2014
0

Bien sur que c'est vrai.
Il y n'y a pas de cailloux, le vent est plus stable, la houle plus longue et il y a moins de monde.
Les choses plus difficile en hauturier sont l'endurance (sommeil, bien manger) et prevoir la meteo a plus long terme.

10 juil. 201410 juil. 2014
1

Il me semble avoir lu, je ne sais plus où, qu'il était plus difficile de navigué en côtier plutôt en hauturier, est ce vrai dans les grandes lignes bien entendu...

je ne suis pas bien sûr que ce soit une question... il n'y a pas de point d'interrogation...
Oui il est plus difficile de naviguer le long des cotes. L'un des principaux danger en mer est de s'echouer, donc de toucher la terre. Hors cette terre, c'est bien près des côtes que tu la trouve: chenaux, plateaux rocheux, longues plages de sables n'offrant pas d'abri ... et les éléments sont souvent "exacerbés" par la proximité de la côte, tant par les reliefs terrestres que par la remonté des fonds (dés que tu est inférieur a 100m de profondeur). Les reliefs accélèrent les vents, créent des disparités de T° entre la terre et la mer qui peuvent favoriser des vents, mais aussi de la brume. La remontée des fonds va augmenter les effets de marées et des courants. Ces derniers "suivent" aussi la topographie des fonds et ainsi peuvent varier fortement en direction et en force vis-à vis du sens général.
Enfin, les vagues sont aussi plus fortes au fur et à mesure qu'elles se rapprochent des cotes, pour peu que les fonds remontent.
Pour finir, les configurations délicates peuvent apparaitre en fonction des angles de vent, de courant et de la cote, qui peuvent s'averer être de vrais pièges si tu ne sais pas les anticiper (mouiller au vent de la cote, se laisser porte dessus et être obligé de louvoyer pour en sortir, ...) ou encore en fonction d'un autre élément de l’environnement: la visibilité. La brume qui tombe alors que tu est au milieu des rochers n'a pas la même portée que si tu est au large.
Si c'est plus "délicat", en revanche, la proximité des cotes est aussi la proximité des secours (si ils existent pour la cote sur laquelle tu navigues a ce moment).
.
Le large est bien moins pourvu de dangers (physiques); les collisions avec d'autres bateaux, le mauvais temps au delà de tes capacités, l'accident matériel ou physique sont des risques bien plus simple a apprehender, a anticiper. Pour autant, l'éloignement des secours est la véritable problématique et rends l'autonomie en haute mer le seul paliatif: préparation technique, pièces de rechanges, large autonomie en eau, matériel de sécu adapté ....
.
Pour bien détacher les choses, l'interface entre le bateau et l'environnement, c'est le navigateur. Tu as trois type de navigation: le pilotage, avec un tel besoin de précision que ce n'est plus TA position qui compte, mais celle des dangers autours de toi; le côtier ou tu navigue en vue de la côte, mais hors de dangers, et le large ou tu ne vois plus la côte.

10 juil. 2014
0

Oui Oliv44 c'était bien une question... Ta réponse est excellente et me conforte dans le fait que je n'ai pas de prémices à devenir Jeanne d'Arc...

Je prend très bonne note de tes infos et conseils...

08 juil. 2014
08 juil. 2014
0

oui je connais ce blog, je les suit depuis leur départ et reçois leurs messages spot tous les 2-3 jours.

08 juil. 2014
0

Jettes une oreille sur le reportage d'aujourd'hui (08/07) ici:
www.franceculture.fr[...]taire-1

08 juil. 2014
0

Bonjour, un peu de formation et un bateau déjà prêt et équipe simplifiera grandement les choses si vous débutez.

En respectant un peu ça, vous avez plus de chance de vivre vieux que en prenant votre voiture pour aller bosser tous les jours !

Le voyage commence avant de prendre le large, vous êtes déjà dans le rêve, bon voyage donc.

Norbert

08 juil. 201408 juil. 2014
0

Bien sûr, on peut apprendre à naviguer ... en navigant...
Tu crois que Pidgeon ou Auboiroux et des centaines de plaisanciers avait de l'expérience en partant ?
Le Golf..E de Gascogne, c'est pétole presqu'un jour sur deux en été. Et puis beaucoup ici ou ailleurs peuvent te conseiller. Ca peut souffler plus fort au Cap Finistère... et ailleurs !
Tu n'as pas besoin de conseils... et bien en voici quand même
Prépare ton bateau en pensant d'abord à la sécurité:
1 - passe-coques, presse-étoupe, gréement dormant, mouillage (moins cher que la marina pour les bourses plates, mais il faut du sérieux)
2 - moteur (et oui, c'est de la sécu aussi)
3 - voiles pas trop pouraves (sinon, c'est galère quand ça se déchire)
4 - Un bib et une balise de détresse (pourquoi s'en priver)
5 - Des guides de navigation (genre Imray)
6 - Fuir les pêcheurs comme la peste, et se méfier des cargos
7 - S'exercer à prendre des ris / rouler le génois dès le départ et souvent !

Et au delà de la nav, les belles rencontres aux escales...(surtout avec un peu d'anglais, d'espagnol ...)

08 juil. 2014
0

@takari : oui c'est ce que nous imaginons, un voilier un temps soit peu équipé.

@Pytheas : Nous envisagerons de toute façon une révisions complète du voilier ainsi que tout l'équipement nécessaire...

Même si nous ne demandons pas de conseils, bien sur que ceux sont toujours bon à prendre...

les vagues de 4 m à 5 m de creux, les crocs en jambes, le coup de vent a 40 nds, voila quelques inconnus dont nous aimerions avoir un peu plus de renseignements.

08 juil. 2014
0

Vagues de 5, 7 , 10 m. Si c'est une longue houle, c'est curieux mais totalement inoffensif. Sur un parcours par les alizés, les coups de vent de 40 nds et les hautes vagues qui vont avec sont rares, à la saison adéquate.
Sinon, c'est GV au dernier ris (le 3ème est obligatoire, ou ferlée) et tourmentin (indispensable), à une amure qui dépend de chaque bateau (du près au petit largue) y compris la fuite au grand largue si nécessaire.
Il faudra expérimenter pour voir et sentir... chaque fois que le vent monte, pour être prêt le jour où...Quand tu auras ton bateau, les conseils pourront être plus précis...
S'exercer souvent à la cape courante (calmer le jeu pour souffler et se reposer; je connais pas la cape sèche)
Crocs en jambe, pas d'expérience directe...

08 juil. 2014
1

Fonce, l'expérience tu l'auras au retour.

08 juil. 2014
2

Si l'aventure est dangereuse, la routine est mortelle .....
Go !!!

08 juil. 2014
0

c'est une des base de ma réflexion... en fait le projet de départ c'est juste un tour de l'atlantique... et si vraiment l'expérience et l'assurance se fait ressentir au top on continuera...

08 juil. 2014
0

"les vagues de 4 m à 5 m de creux, le coup de vent à 40 nds" , navigue en Bretagne (je rejoins Pythras sur le cap Finistère) et tu en auras sur tes 6 mois avant le départ. Sinon quand ça craint vraiment, vous préférez la cape ou en fuite? (question ouverte à tous, en cas de mer à courir sous le vent bien-sûr). Je préfère en fuite, j'ai pas de tourmentin et je déteste me faire secouer, de plus mon bateau est une luge qui supporte très bien les vagues de derrière.

08 juil. 2014
0

On peut toujours préférer quelque chose mais ce qui est possible un moment ne l'est plus forcement à un autre, dans ces situations agitées. C'est la mer qui commande, le comportement du bateau (et de l'équipage) et la possibilité ou non d'eau à courir.
.

08 juil. 2014
0

Je commence a retrouve foi en notre projet, le doute commence a partir, grâce a vous...

08 juil. 2014
0

@bert'eau : je sais pas quelle est ta région de base, moi je suis en rhone-alpes, j'ai presque 6 ans de plus que toi, vu qu'on as presque le même projet de fous, on peut essayer si ça te dit de se tenir informer de nos évolutions, ça nous remonteras le moral les jours ou le projet avance pas…

08 juil. 2014
0

avec plaisir... nous sommes en Charente, royan-la rochelle

08 juil. 2014
1

ah oui, ça facilite les choses un peu par rapport à nous… le premier plan d'eau salée est à 4h de route ^^

je t'envoie un mp avec une de mes adresses mail, pour qu'on se contacte facilement

08 juil. 2014
2

Se poser les questions c'est normal. Mais si ce que tu attends ce sont des réponses qui te rassurent tu vas être déçu.
Une grande traversée n'est pas sans risques.
Mais même moi qui trouve cela difficile j'y retournerai. Malgré les doutes et parfois les peurs, larguer les amarres est tellement palpitant que tant pis, on y retourne.
Le rapport à la mer est une affaire personnelle. Le risque encouru est là mais suffisamment faible que pour espérer ne pas faire partie des statistiques.
Il reste donc les peurs. Durant notre voyage nous avons croisé quelques personnes qui ne connaissaient pas du tout l'appréhension avant de faire le grand saut que constitue une grande traversée. Tant mieux pour elles.
Nous avons aussi vus pas mal de gens qui étaient submergés par leurs peurs. Ceux là abandonnent. Ce n'est pas grave, rien ne nous oblige à aimer la haute mer.
Et puis, la majorité dont je suis aime assez la très haute mer et l'aventure que constitue une grand voyage en voilier que pour dominer ses peurs.
Alors on l'a fait et on repart bientôt.
A toi de voir dans quelle catégorie tu te situes. Si tu es inquiet que cela ne te retienne pas.
Si tu es terrorisé à l'idée de partir, reste chez toi ou trouve une autre aventure à vivre.

O

08 juil. 2014
1

merci pour ce message Fleurdelys. Pour te répondre, je te dirai que je me situe dans la catégorie de ceux qui partiront, c'est sur...

C'est trop fort en moi pour que cela ne se fasse pas. Mais j'ai mon coté terre à terre (c'est marrant cette expression dans ce genre de site...) qui me demande de partir en tant que sachant. C'est à dire que je veux savoir ce qui nous attend après avoir largué les amarres.

Mes inquiétudes, rassurées ou pas, ne feront que retarder le projet pour avoir plus d'expérience maritime au fil des années. Cependant je souhaite que ce fil des années ne soit pas trop long car nous souhaiterions pouvoir faire ce voyage au long court en étant jeune (si tant est que 34 est jeune pour certain, vieux pour d'autres).

Ce que je sais, c'est qui a trop de question reste à terre...

08 juil. 2014
0

Un peu d'expérience avant de partir va t'éviter pas mal de mésaventures du genre déchirer tes voiles ou rater des manœuvres, mais l'expérience n'atténuera pas l'inconfort du à la hauteur des vagues en haute mer. Don pas la peine d'attendre de trop.
Quand à la longue houle atlantique décrite dans certains livres.....je ne l'ai jamais rencontrée. Sauf en absence de vent. Mais alors la situation du voilier est vraiment la pire. Il est à l'arrêt.

09 juil. 2014
0

A trop ce poser des questions on fini au café du port !!!! Je. Suis a Marennes !

09 juil. 2014
2

Il ne faut pas hesiter a se lancer, meme avec peu d'experience.
On peut tout a fait naviguer a son rythme, discuter avec d'autres bateaux sur les difficultés d'un itineraire, attendre la bonne meteo.
Aux glenans on apprend a naviguer (et encore, a 8 sur un bateau par petole, je pense qu'on apprend pas grand chose).
Mais partir en tour du monde, la navigation occupe une petite place.
Le guide de manoeuvre de Tabarly est assez complet et concis.
Le gros morceau, d'apres mon experience, c'est savoir bricoler, parler anglais, et prendre des decisions avec bon sens (parfois on fait des betises par flemme, impatience ou manque de reflexion).
Bon courrage, ne pas ecouter ceux qui n'ont jamais rien fait de leur vie.

09 juil. 2014
0

Une réflexion me vient à l'esprit.
Si l'on se réfère au passé (remontons au moins au siècle passé), combien de néophytes se sont lancés dans des croisières au long court sans expérience? Probablement beaucoup. Et ce sans la technologie d'aujourd'hui offrant une sécurité accrue (GPS, AIS, radar, MOB, BIB, SARSAT...). Et combien n'en sont pas revenu? Probablement quasi tous...
Tu rencontreras surement des pépins, tu affronteras aussi des peurs et angoisses pour tes premières grandes traversées. Mais, pour autant que tu ne te navigues pas sous les quarantièmes rugissants (météo clémente), le plaisir de la découverte et de la navigation devrait en toute logique supplanter les difficultés rencontrées.
Bon aboutissement à ton projet.

09 juil. 201409 juil. 2014
0

Si tu comptes lui remonter le moral avec ce type de phrases.
"Et combien n'en sont pas revenu? Probablement quasi tous... " :-)

09 juil. 201409 juil. 2014
0

Comme tu es en 17 commence par te faire 2 ou 3 fois le golfe de Gascogne c'est le plus difficile... Ensuite aller a madère ou les Canaries est bien plus facile .

En voyage nous avons souvent rencontrer des bateaux dont l'équipage n'avait aucune expérience et l'on acquise lord de leur première transat.

Se rappeler de l'expérience des meffles.... Qui n'avait jamais navigué

Bon vent et a bientôt sur l'eau

09 juil. 2014
0

Tup : cette phrase a été écrite pour tenter de correspondre à la réalité qui justement est porteuse de très peu de dangers graves. Au même titre que pour les gens vivant au rythme du métro/boulot/dodo et qui risquent de se faire tuer par un accident de la route. Le risque est donc bien réel mais infime (à ce que je sache, Tabarly n'est pas mort en regardant la TV) et ne pourrait, uniquement pour cette raison, remettre en cause un projet de grande croisière.
Il me semblait tout de même que le fond de mon message était encourageant. Il ne pourrait d'ailleurs en être autrement : j'ai le même projet que Bert'eau...

09 juil. 2014
0

Dis voir bert'eau:
(mode avocat du diable on)
T'aurais pas ouvert ce fil pour nous faire braiser, des fois?
(mode avocat du diable off)

09 juil. 2014
0

@Mosquito17 : tant que je n'ai pas de voilier hauturier, je ne peux pas m'éloigner de trop de la côte, mon terrain de jeux étant l'estuaire de la gironde (parait qu'il est formateur... au moins pour l’apprentissage des courants).

@now or never : ta petite phrase ne me dérange pas à la vue de la précision du siècle passé (j'espère juste que parlais des années 1800 car nous envisageons un voilier des années 1980 à 1990).

Nous savons que le risque est partout de toute façon.

Nos doutes ont fortement diminués grâce à vos encouragements, mais resterons toujours présent pour ne pas nous faire partir n'importe comment.

Si je résume, notre petite expérience en côtière, quelques stages et disons quelques dizaines de sortie en hauturier et nous devrions être prêt à partir en formation sur la route de de madère...

Donc dans deux à trois ans cela n'est pas une utopie ni de la poudre aux yeux avec beaucoup de motivation ?

09 juil. 2014
0

@chti luma : te faire braiser ??? oula je connais pas tous les termes marin moi... mdr que veux tu dire ?

09 juil. 2014
1

@bert'eau: c'est un peu comme bisque bisque rage, mais tu t'en doutais. Bon, c'est pour rire. Et pour répondre à la question d'origine, vas-y fonce. Comme je disais sur un autre fil, le véritable intérêt d'un tel projet, c'est de s'en approprier les défis. A la fin, le bateau n'est que le vecteur, c'est l'accomplissement qui compte. Alors, bons vents, bonnes navs.

09 juil. 2014
0

est ce que la présentation de notre projet vous intéresserai sachant qu'il y en a déjà eu beaucoup sur ce site ??

09 juil. 2014
0

De bonjour.
Je confirme que l estuaire est très formateur car c est un peu mon terrain de jeu !!!en effet je n navigue entre bordeaux et la Rochelle. Je n ai pas la prétention de te donner des conseil sinon d'avoir un bateau fiable une grosse expérience du large et surtout se connaitre soi meme !!! A ce titre navigue en solitaire cela permet de ce découvrir et d'anticiper sa nav !!!

09 juil. 2014
0

Avec beaucoup de motivation tu peux partir demain! Faut se lancer, c'est tout!
bonne aventure

10 juil. 2014
0

regarde notre blog: sailingsalamander.com[...]
ou ceux des autres TDM-istes

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (77)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021