TDM composite vs alu pour réparer seul

Pour avoir construit et navigué sur un cotre en acier (12 m 12 t, Petit Prince), on a sur ce bateau un sentiment d'impunité totale face au vent et à la mer, mais au prix de perf très basses. Ce qui fut un choix de passion des années 70 est sans doute à revoir aujourd'hui. Le choix du composite me semble rationnel pour le grand voyage.

L'idée ici est de plancher sur sa capacité à "réparer seul", ce que le composite permet, pas l'alu ou l'acier.
Le raisonnement "coffre-fort" à cloisons étanches, crash box etc a un certain sens, mais n'est-il pas préférable de choisir une construction en composite avec le niveau de sécurité que chacun souhaitera (+/- de cloisons étanches...), y compris pour le mât et le gouvernail, car en cas de pépin, jusqu'à un certain point, on peut réparer seul avec du tissu de verre ou carbone et qq litre de résine époxy.
On peut même réparer sous l'eau avec des résines spéciales :

On peut se souvenir des réparations magnifiques réalisées par Yves Parlier ou Alex Thomson respectivement sur le mât et la barre ... Ou encore Robert Redford dans le très bon "All is lost" que vous avez vu j'espère !

L'équipage
13 juin 2015
13 juin 2015
1

je suis étonné de voir quelqu'un qui a construit un bateau en acier et navigué dessus envisager sérieusement de passer au plastique pour du grand voyage! n'importe qui, ou presque est capable de réparer de l'acier, et partout! Par contre ce n'est pas le cas pour l'alu c'est vrai. Mais personne n'est à l'abri du container sous la surface, ou du bateau qui à la côte... l'acier s'en sortira à coup sûr, avec le plastique tu n'auras même pas besoin de sortir ta résine et ton roving... enfin je dis çà... pour avoir essayé un peu tous les matériaux...

13 juin 2015
1

L acier était bien a l époque , car " c était comme ça " mais l entretien est important et souvent ce qui se voit pas rouille et perce a un moment donné . Rare sont les bateaux qui se perdent sur un reef ,sur une plage , au plus tu dérapes , boussile ton safran ce qui revient au même coté réparation .

15 juin 2015
0

On n a pas du voir les même bateaux acier de 30 ans d age .....

15 juin 201516 juin 2020
0

Celui du dessus un petit jeune de 28 ans et celle ci une demoiselle de 51 ans

01 août 2018
0

le polyester c est léger , voilier plus rapide , entretien très réduit , facile a réparer , l acier a trop d entretien et de maintenance

15 juin 2015
1

pas d'accord pour "l'entretien". Un bateau correctement traité au départ, çà ne rouille pas!

15 juin 201516 juin 2020
0

Sans doute ...:)

01 août 2018
0

Une corrosion si elle se détecte trop tard génère un p'tit trou ... Donc un indice d'eau.... J ai en ça sur mon p'tit prince.... J ai réparé à l époxy bicomposant sous l eau.... Et dedans... Deux ans plus tard lors du carénage... Rustine découpe soudure programme peinture.... Zéro stress de la découverte à la réparation.... Ça delaminee pas. C pas sandwich. C facile....

14 juin 2015
0

Il me semble qu'il faille se dire que l'acier, sauf programme rude dans les glaces, est passé de mode (comme certains le pensent ci-après)
En phase avec tdm ci-dessous, les situations extrêmes de grosse cata mettent beaucoup de bateau à égalité...
La question qui se cache derrière la première que j'ai posée dans ce fil à la recherche de la mesure de différentes solutions technique, est bien évidemment celle du choix initial :
- je pars, j'envisage le pire ou pas ?
Car à envisager le pire, cad "tous les cas de grosses cata", mer, vent, container, éperonnage, la cote, culbute, ... longue, très longue liste..., on ne part pas ou on part avec ... euh ça ressemblerait à quoi un bateau qui supporte tout, qui est beau, et qui avance ?... :whaou:

13 juin 2015
0

le composite est a mon avis le matériau le plu " moderne "
a moins d'avoir un programme typé glaces ,l'acier ne s'impose pas , trop lourd , peu "nautique" , d'un entretien intérieur problématique ,impose une isolation complexe pour éviter les ponts thermiques , plu lourd a taille égale , impose donc un équipement supérieur , l'époque est passée , le composite a considérablement évolué notamment avec la course au large , la réparation même importante est facile , la conception des coques avec les cloisons étanches , les ponts plus ergonomiques , les casquettes de protection des descentes etc ..... nous donne beaucoup de latitude pour les adapter a nos bateaux hauturiers , les bateaux sont plu léger ,plu véloce , permettent selon la forme de carène , d'avoir plus de charge sans écrouler rapidement les performances , j'ai eu un Chatam , sa reste néanmoins un bon souvenir ...............

13 juin 2015
4

A moins d'avoir vraiment défoncé très fort,pour une réparation de fortune, l'alu ne pose guère de problème:
un bout de tôle, du sika, des rivets pop, une perceuse sur batterie (voir une chignole à main) une pince à rivets, et roule ma poule, ça tiendra bien jusqu'à un port "civilisé" pour une réparation définitive.

14 juin 2015
0

Excellent ! Merci pour ce "mode opératoire" de l'alu. Ca donne un bon point de repère de ce que l'on peut faire avec cette solution et un minimum d'équipement peu encombrant à bord.

15 juin 2015
0

bien plus rapide avec des vis auto-forante

15 juin 2015
0

Pour un prochain depart j'emene le convertisseur 3000w et le poste TIG , plus des rivets

13 juin 2015
0

voila un sujet interessant, merci Bus de l'avoir initié: je suis!

13 juin 2015
0

Je suis bien d'accord avec rack. J'ajoute que naviguer sur un bateau en acier procure une tranquillité d'esprit qui est un facteur important pour
la réussite d'une croisière.
Bien entendu la protection intérieure doit être pensée dès la conception
du bateau, en privilégiant une construction sur fer plat et non cornière
ou té. Il faut aussi faire des aménagements facilement démontables
pour faire des visites périodiques. En particulier les planchers qui doivent
être sur charnières. Il ne doit pas y avoir de zones inaccessibles à l’œil
à la gratte et au pinceau.
Je me permets d'intervenir sur ce fil car NUNKY navigue depuis 1982 et
reste en très bon état.
Concernant les perfos, au portant entre 100 et 130NM, sous génois seul
et régul, sont bien suffisants et cela permet de vivre à bord en toute sérénité.
En conclusion, 40 ans après le début de sa construction, je referai
sans hésiter le même choix.

15 juin 2015
1

moi aussi CLAP, merci. Après avoir eu des bateaux en acier, j'ai un plastique: je n'ai jamais été vraiment tranquille... tandis qu'avec l'acier, on dort bien!

13 juin 2015
0

Pour les performances ...regardez le temps mis (et les journées faites) par Guillain en solo sur son Joshua avec de lourd mats bois un accastillage limité avec ceux des destriers moderne en composite qui traversent avec l'ARC à longueur de flottaison égale ils mettent majoritairement plus de temps en équipage...

15 juin 2015
0

je ne crois pas que Guillain ait jamais eu un joshua

15 juin 2015
1

mes excuses longcours, j'avais confondu avec Jonville. Quoi qu'il en soit, nous sommes d'accord pour l'acier! :topla:

15 juin 2015
0

Tu as raison il n'ont pas eu UN Joshua mais DEUX :) !!
Pygmalion et le Tonnant
En solitaire plusieurs journées à 200milles
18 jours de traversée sur son livre il est ecrit : "le meilleur temps accompli par la flottille de cette année "
Avec mat, EDF de 350 kg, lest ferraille et ciment.
Une traversée entre deux iles Canariennes 95 mille en 12 h .
Pas mal pour un bateau d'un peu plus de 10m à la flottaison et 15 tonnes pas affuté (mat lourd, pas de lest plomb (bon au portant moins d'incidence) sous conservateur d'allure fait maison, pas d'enrouleur pour ajuster en permanence la voile au vent, pas d'assymetrique etc etc .
Probablement autour du monde un Joshua ira moins vite qu'un A35 ....mais probablement aussi ...il finira son tour du monde :)

14 juin 2015
0

Il n'y a qu'en France que ce genre de discussion (à mon avis obsolète) a lieu.
Le composite se répare très facilement, n'importe ou.

14 juin 2015
0

et sans fer à souder et alimentation électrique par exemple et c'est si fréquent que cela des grosses réparations en TDM ???
:lavache:

14 juin 2015
1

Je parles de ce que je connais. A Madagascar, destination de plus en plus fréquentée, en raison des soucis dans le golf d'Aden, on peut avoir à réparer.
.
Alu : rêvez pas trop. Il n'y a pas d'alliage marine dans le pays... (je sais, j'ai cherché et un de mes potes à la meilleur entreprise de soudure du pays)
Les seules entreprises (deux ou trois) ayant le matériel et les soudeurs qualifiés sont à Tananarive, à une ou deux journées de route dans les montagnes.
Ils descendrons avec un camion, un soudeur et de l'alu, s'il en ont (...), mais ça va coûter très cher et ce sera de toutes façons à refaire, puisque l'alliage utilisé ne sera pas bon.
.
Acier : ah oui, n'importe où, même au milieu du chemin, avec du fil de fer et un chalumeau. Maintenant, si vous voulez du travail de qualité convenable, vous relisez le paragraphe précédent, et la conclusion sera la même ! Les acier de merde, ça on en trouve, mais des aciers de qualité, faut pas rêver. C'est quand même moins pire que pour l'alu, puisque qu'il a de la construction et de la réparation navale, mais c'est du "brut de décoffrage" sur des navires de pêche ou commerciaux.
.
Inox : là oui, pas de problèmes. Il y a pas mal de nuances disponibles (en raison des centrales hydroélectriques qui nécessitent des bons alliages). j'ai fait faire des très belles pièces par mon pote, en 316L. Qualité au top et surtout beaucoup moins cher qu'en France. Mais il faut envoyer les pièces à réparer en avion depuis la cote. Je l'ai fait pour mon ancien bateau. Le transport de la cadène à refaire a du coûter 10 euros, et 30 euros de fabrication (cadène fil de diamètre 16)
.
Composite : on trouve de la résine polyester et époxy de qualité , en grande quantité chez les fournisseurs. Mais pour reste, c'est la misère... A ce demander avec quoi les entreprises stratifient leur résine !!!
Donc sergé de 250 g à 800 g environ. Mat de verre pareil. Taffetas de 160 g chez un fournisseur.
Les charges... laissez tomber, ils ne connaissent pas.
Les âmes... c'est quoi ? faut aller à l'église ?
Néanmoins, par expérience, je sais que ça ne pose pas de soucis. Plusieurs chantiers font des bateaux en polyester (vedettes de loisir et de pêche sportive exclusivement). Au moins deux chantiers font des coques en CP époxy de qualité (ils commandent leurs charges en direct).
Moi-même, je construit en verre époxy avec de bons résultats.
.
CP marine : une fournisseur sur Tana, auquel commandent les chantiers.
.
Peintures : tout, comme en France. Les mêmes, beaucoup moins cher !

14 juin 201514 juin 2015
0

Conclusion :
Il y a deux ou trois voiliers en aciers, qui traînent leur rouille autour du pays, dont celui de mon ami Jean, qui doit se rendre dans le grand port de commerce de Tamatave lorsqu'il veut faire bricoler un truc en acier (souvent).
.
Les bateaux en alu, j'en connais deux (très gros) qui font du charter pro, et ont quelques soucis lorsqu'il s'agit de faire réparer. Je crois que l'un des deux va en Afrique du Sud.
.
Tout le reste de la flotte (quelques dizaines de voiliers et quelques centaines de bateaux à moteurs) sont en polyester ou Cp époxy.
J'en vois en réparation aux quatre coins du pays, sur n'importe quelle plage, ou dans des hangars, avec un groupe électrogène, de la meilleur façon, jusqu'à la pire...
ça dépend du soin apporté par l'opérateur et de la façon dont le bateau est stocké, davantage que des matériaux utilisés.
Bateau en verre époxy, à ma connaissance, il n'y a que mon trimaran.

14 juin 2015
0

Merci Guillemot, pour Madagascar, on reste au composite ! :coucou:

15 juin 201515 juin 2015
0

Mais prenons une des avaries les plus terribles, l'OFNI type container semi-immergé...
Il y a régulièrement des avis et des cartes de zones "à risque" pour ces boîtes (préfet maritime de l'atlantique par exemple).
Tout bateau y laissera des plumes... Pour le composite, les crash-box joueront à plein, mais jusqu'où ?
Quel serait le comportement d'un alu par exemple, en mono ou multi ?

"Chez nous", HeO, on trouve ce fil sur la réalisation d'une crash box
www.hisse-et-oh.com[...]ash-box
(La vidéo du Dehler 31 est intéressante et rare :

)
Mais est-ce bien efficace sur un container pris à 10 n ou plus ?

Par ailleurs, et cf. le All is lost où le grand Robert prend un container sur le flan... on ne met pas de crash box sur les flancs de nos ventrus mono... Alors, il faut bien viser, la nuit, pour prendre l'OFNI de face ... ! :-p

15 juin 2015
0

je préfère prendre un container avec de l'acier plutôt qu'avec du plastique. Mais ce n'est qu'un choix personnel...

15 juin 2015
2

quant on voyage un peu loin de la France , on constate que plu de 80% des bateaux qui "tournent " sont en plastique souvent bien optimisés par leur skipper , en alu sa reste très souvent franco-français , un peu d'acier , quelques rares bois ou fero .... c'est une réalité sur laquelle on peu s'appuyer ....

15 juin 2015
1

quelque soit le materiau on doit pouvoir reparer seul, avoir a bord la matiere premiere et les outil qu'il faut...donc plutot de se demander ou pourra t on faire telle intervention mieux vaut se dire quoi emmener et quelle materiaux en accord avec ce principe d'autonomie...
Alors : acier ou alu : de la ferraille un poste du courant des rivets etc
composite : du tissu de la resine et ce qui va avec, mais il faut la temp et l'hygrometrie
bois : des bouts de planche de le ppu de l'epoxy des clous de vis.
De plus il est tellemnt plus economique de se demerder seul correctement que de se faire arnaquer pour un travail merdique parce qu'on est dans l'urgence
Je trouve , chauvin comme toujours, que souder est le plus simple le plus rapide a condition d'avoir le jus, groupe ou grosses batteries (mais pas trop pressé dans ce dernier cas)

15 juin 201515 juin 2015
0

bonjour à tous : 39 ans de bateaux alu =romanèe 55 ooo milles + deux tours du monde par le proprietaire suivant, aujourd'hui reparti avec un couple d'allemand=ras!! passoa garçia apres 26 ans=ras que du bonheur!!entretien et surveillançe habituels pour ce type de bateau!! à refaire???l'alu malheureusement en neuf aujourd'hui est hors de prix et demande malgrè tout une surveillançe(raisonnable);si je devais acheter un bateau en polyester= un westsail 33 ,un rustler ou un hans christian dans les tailles moyennes pour les plus grands sans hesiter un contest 50/52/55 d'une dizaine d'annèes (bateaux certifiès aux loyds) maintenant tout depend aussi de ses gouts, de sa culture et de son experiençe et de son age et bien sure du programme! si c'est pour faire de la course croisiere ou de la regate avec un equipage de "brutes" un voilier"mode" avec un interieur style chambre de novotel et gardè quelques saisons peut faire l'affaire! un coup de jet d'eau et basta à la semaine prochaine !si c'est pour musarder des annèés à l'englaise en baltique, ecosse, norvege, canada, un interieur cosy, chaleureux, bien chauffè vous mettra en joie dans votre fauteuil au coin du poele pendant que dehors soufle le blizzar! perso les coques qui craquent jouent en tout sens ont les portes de placars qui ne ferment plus au moindre coup de vent et rendent anxieux si le vent monte vraiment me font preferèr le jardinage! cordialement

15 juin 2015
1

Pour les bateaux en composite, en France, nous sommes en retard, en Scandinavie ils sont passés aux composites sandwich pour les brises glaces, ce qui me semble être la meilleur réponse aux détracteurs des bateaux en sandwich composite :
archimer.ifremer.fr[...]052.pdf

15 juin 2015
0

Même remarque que dans l'autre fil sur ce lien il n'est question que de 3 lignes parlant d'une étude de faisabilité ,si tu as des liens ou l'on nous montre un brise glace en composite ayant déjà été construit et utilisé merci.
Perso toujours pas trouvé lorsque de tape brise glace c'est toujours les Russes en Acier utilisés depuis des decenies qui apparaissent , si je mets brise glace composite c'est le "brise glace Lego" :)

16 juin 2015
0

Ce n'est pas pour te harceler , c'est que notre fier coursier est en cours de vente (je fais sans doute la deuxieme grosse connerie de ma vie après la vente de Oaristys il y a 21 ans !!) et un chantier de composite nous propose de construire l'evolution de Hoa ...mais le composite et moi ...sauf si sur un article ils expliquent le pourquoi du comment etre aussi resistant que le metals dans tout les domaines (surtout chocs et abrasion pour la glace) alors si ils ont réussis à resoudre le problème qui avait detruit la peau de Trismus cela nous ouvrirait une "option" .

16 juin 2015
0

Je cherche aussi car je sais qu'il en existe, mais toujours facile de trouver sur la toile. En revanche, j'ai repensé à ce trimaran qui a affronté les glaces :
www.voilesetvoiliers.com[...]assage/
Et ce catamaran :
www.voilesnews.fr[...]d-Ouest

15 juin 201515 juin 2015
2

Contrairement aux idées reçues, le sandwich composite se comporte très bien face au poinçonnement.
j'en ai fait moi même l'expérience sur un voilier Verre-polyester/balsa.
Si j'ai bon souvenir, Erik Lerouge était venu l'expliquer ici même sur Hisse et Oh

15 juin 2015
0

D'ailleurs les propriétaires de Trismus-composite ont quelques anecdotes a raconter témoignant de la résistance de leur coque face à quelques rochers imprévus…

15 juin 2015
1

C'est de l'humour ? :) relire le livre de Van God " Pour l'aventure".
Même sans faire le "brise glace" la peau de Trismus a été bouffée par la glace , il a eu un mal fou a réparer après cela (bateau fragilisé ?) après un "abordage d'orque" il a coulé et ils ont finis en survie dynamique....
Ah oui dernière précision à la lumière de son expérience son Trismus suivant était en ...aluminium :)

PS je n'ecris pas les commentaires de Van God , je l'avais déjà fait , à relire très instructif.

15 juin 2015
1

perso à l'epoque ou je me baladais dans la glaçe, en quelques jours je n'avais plus de peinture à l'etrave, et l'alu etait vite à nu(romanèe) je ne pense pas qu'un gelcoat appreçie longtemps ce traitement! je peux me tromper.......

15 juin 201515 juin 2015
0

Dommage que la discussion dérive... comme les glaces !
La question initiale n'a rien à voir.
.
Pour en revenir à la capacité des composites d'être réparés n'importe où, avec un petit multicoque à Madagascar, c'est une évidence.
Sur nos trimarans de 6 mètres, nous emmenons un kit "maison" de moins d'un kg comprenant tout le nécessaire pour boucher une trou ou une déchirure dans une coque.
.
Pas la peine d'espérer bricoler du métal, quel qu’il soit, là où nous allons, à moins d'être totalement autonome en énergie à bord, avec groupe et poste à souder.
C'est donc une toute autre problématique, pas adaptée à la quasi totalité des bateaux dans le pays.
A ma connaissance, il n'y a qu'une Goélette alu de 35 m ayant du matériel à bord. Et encore, pas pour souder des feuilles de 16 mm comme ses bordés ...

15 juin 2015
0

ben justement je compte bioen etre autonome: je crois que je prefererais un convertisseur (3000w ca doit le faire pour mon poste) car moins lourd et plus simple...bien sur s'il y a de la longueur a souder il faudra vailler a ne pas casser les batterie et donc faire ca sur plusieurs jours..
l'ennui c'est le poids du matos: poste TIG 27kg + argon 15kg + accessoires 10kg....
je ne suis pas encore sur d'emmener tout çà pour le prochain depart , mais vraiment les g soudeurs lors du precedent TDM ce fut galere..ne serait ce que pour reparer ou modifier le greement, meme une modif mineur obliger a des demarcje et des detours sans fin qui valent sans doute les 50kg
et comme ca on sera deux a avoir le matos a bord

15 juin 2015
0

Il faut dire que dés l'énoncé de la question la dérive était initiée...:
"...L'idée ici est de plancher sur sa capacité à "réparer seul", ce que le composite permet, PAS l'alu ou l'acier. ..." :) :heu:

15 juin 201515 juin 2015
1

Ok longcours,

mais je peux revenir pour la énième fois sur mon accident avec un Maracuja 42, coulé à pic en 5 minutes après un choc sur la dérive arrière.
j'ai récupéré le bateau. C'était à Mayotte. C'est pas le bout du monde... en principe.
.
Il y a (avait...) un chantier de construction naval alu, architecte, postes et alliages qui vont bien.
Et bien, refaire un safran et une dérive, c'était trop compliqué pour eux... pourtant ils construisaient des vedettes de belle facture (pour l'état, entre autres).
Il nous ont expliqué que les formes à la con avec double courbure, ils ne pouvaient pas de le faire, n'ayant pas d'olives.
.
Je ne juge pas, mais on peut quand même s'interroger sur la pertinence d'un tel choix de matériaux, quand un chantier naval alu ne peut pas refaire des pièces, mais seulement un chantier spécialisé dans le construction de voiliers.
.
Conclusion : la dérive et le safran furent commandés en France, et reçus 6 mois plus tard en conteneur... et ça nous a coûté un testicule :-(

15 juin 2015
1

Content qu'il t en reste une :) !

Si en plus tu avait un trou de le bordé : direct la castration :)

15 juin 2015
0

il faut une coque simple a bouchains...le metal perd une partie de son interet si on a des formes a la con

15 juin 2015
0

On peut avoir du composite (sandwich) très solide, avec en prime une quille extrêmement fine, et garder la quille en toutes circonstances :

static01.nyt.com[...]rge.jpg


www.sailingworld.com[...]nes.jpg

Bateau Sydney 38, "Low Speed Chase", aux Farallon.

Par contre, un autre problème du composite sandwich (J 133 lu sur sailinganarchy) : Choc avec un OFNI. Dommage/perforation UNIQUEMENT de la peau extérieure 15 cm sous l'eau. Aucune fuite, aucune trace intérieure. Personne ne s'est inquiété. Mais nettement plus tard, sans aucune cause immédiate : fissure sur fatigue de la peau intérieure à son tour , et la voie d'eau importante...

15 juin 201515 juin 2015
0

@ mayco
Je suis totalement d'accord sur ce point. coque à bouchains. Veiller en particulier à ce que le safran et la dérive, si c'est une dériveur, soient de formes simples.
.
évidemment, concernant la dérive, on va être loin des magnifiques quart d’ellipses qu'on voit maintenant sur toutes les constructions alu.
.
J'en profite pour vous signaler que sur le très beau dériveur intégral en Strongal (un Dalu 42) d'un pote, la dérive sabre est en bois époxy !
Et c'est exprès, d'origine.

16 juin 2015
0

Pour faire face brutalement un obstacle on a: effacement, amortissement, déformation, rupture.
Pour les bateaux Meta en Strongal, le puit est étroit et on a choisi une dérive relativement légère et maniable et le principe du fusible donc la rupture. Sur les dériveurs à puit long on a la place pour utiliser l'effacement par rotation (si la dérive n'est pas complètement bloquée).
Ce long puit devrait ètre équipé de lèvres pour réduire le frein hydrodynamique induit.

17 juin 2015
0

Plus que l'alu, c'est une mauvaise conception. Sur le via 42, les dérives sont rotatives avec une double sécurité : palier lisse et by pass hydraulique. Par contre suis d'accord sur pb réparation alu Mayotte ou similaire. Après le Via, j'ai acheté un dehler 38, mieux construit.

16 juin 2015
0

Dans le cas du Dalu, c'est une dérive sabre, donc le choix de la dérive en bois comme fusible est parfaitement justifié.
.
J'ai tordu deux fois la dérive arrière en alu sur le Maracuja (il est indispensable de la descendre car sinon la barre est extrêmement dure, particulièrement dans la brise et pendant les manoeuvres au moteur, et en eau peu profonde elle accroche)
.
la dérive tordue la première fois s'est révélée impossible à retirer, et il a fallu la tronçonner par dessous. En bois, on aurait pu sortir ce qui restait par le haut
.
La deuxième fois, tordu vers l'arrière, elle est venue bloquer le safran de travers et a rendu le bateau non manoeuvrant, ce qui aurait pu être grave.
Il a fallu tirer le bateau par le nez sur 20 miles avec un semi rigide fortement motorisé pour mettre le bateau à l'abri et pouvoir le soulever pour extraire la dérive. La manoeuvre a pris une journée complète à deux noeuds, car le bateau se mettait en travers. heureusement que la dérive centrale s'escamote complètement, ce qui a permis au bateau de glisser de travers.
Dans ce cas également, une dérive en bois aurait cassé net et n'aurait pas entravé le safran.

15 juin 2015
0

Sur Oaristys aussi bien sur la dérive que sur le safran un seul rayon de courbure , profil constant sur toute la longueur : rein de compliqué à faire .
Sur Hoa ...derives sabres en cp plastifié :)
Mais les même faites en alu , même moi j'y arriverais et pourtant je suis gaucher !

16 juin 201516 juin 2015
0

Erreur .

16 juin 2015
0

On peu bien débattre pendants des lunes le matériaux idéal n'existe pas . Tout ce qui compte c'est que chacun soit content de ce qu'il a . J'ai l'impression que l'on ne fait que cogner dans ces histoires .......

16 juin 2015
0

Je plussois le point de vue de Guillemot, sans cogner je pense que l'interet est d'échanger, il y eu plusieurs posts ici, notamment celui a propos de certaines destinations qui sont tres utiles!

16 juin 201516 juin 2015
1

Absolument pas d'accord avec ce que tu dis.
Il ne suffit pas d'être "content", il faut choisir un matériau en connaissance de cause, et savoir à quoi s'attendre.
Concernant l'alu, mon pote et moi même avons eu une cruelle désillusion, ayant cru béatement à la publicité des chantiers et revues françaises.
.
Ce genre de forum est un lieu d'échange d'expériences qui est à mon avis très utile pour ceux qui veulent faire un choix raisonné, quelque soit le matériaux choisi.
.
Et n'aimant pas l'alu, je dis bravo à un mec comme mon pote qui a un Dalu 42 en alu, qui sait très exactement comment il va le réparer le cas échéant, qui a ce qu'il faut pour le faire, et qui est même allé jusqu'à faire des modifs pour corriger ce qu'il considérait comme des points faibles.

16 juin 2015
0

forcement si tu achetes dans un chantier qui fait de la pub ca doit pas etre joli; on ne fait de la pub que pour les mauvais produits ou pour les productions inutiles....
et forcement alu bois platoc ou quoi que ce soit il y a forcement a corriger ce n'est pas un defaut

16 juin 201516 juin 2015
0

J'ai pas dis "un chantier" qui fait de la pub, j'ai dis "les chantiers et revues françaises" !
Et le chantier, c'était Garcia, et c'était très joli :bravo:... mais les soudures des puits de dérive étaient mal faites et sans aucune structure autour ni crash box :oups:
C'était une construction de 1987. Gageons qu'ils font mieux aujourd'hui...

17 juin 2015
4

combien en avez vous vu des vieux garçia avec des coques dans un etats catastrophiques?? perso j'ai un passoa mis à l'eau en 1989à ce jour la coque est à l'etat neuf mes amis viennent de partir avec son sister ship pour un tour du monde coque irreprochable!je connais aussi une dizaine de garçia avec plusieurs tours du monde= ras ! alors il ne faut pas dire n'importe quoi et de preferençe etayer ses affirmations!des bateaux utilisès n'importe comment avec des montages electriques halluçinant genre negatif de l'eolienne à la coque il y en a! mais de la à faire des generalitès! sur une coque en alu quelque soit le constructeur un huissman, un trintella ou une coque certifièe pour un bateau militaire avec le plus fort grade au loyds si vous faites des improvisations fantaisistes la se sera la cata!des coques accidentèes et reparèes à l'economie par des "bouineurs" il y en a aussi mais ça ne met pas en cause la qualitè initiale du bateau

17 juin 201517 juin 2015
0

Captainwat, ce n'est parce que nous avez un Garcia, qu'il faut affirmer que ceux qui ont eu des problèmes avec ont fait n'importe quoi...
C'est limite insultant pour des gens sûrement aussi compétent que vous, et qui ont été victimes de mal façons de la part de ce chantier.
une soudure sur plusieurs mètre n'étant qu'un vulgaire collage, associée à une absence totale de structure (je me répète...)
je n’appelle pas ça un problème électrique. D'ailleurs, le bateau était équipé d'un détecteur de fuite, avant le naufrage, comme ensuite, après sa reconstruction complète.
Par contre, je suis d'accord avec vous sur un point : la coque est impeccable extérieurement comme intérieurement...

18 juin 201516 juin 2020
0

Un seul et même propriétaire depuis 1987.
Six mètres au total mesurés de soudures "oubliées" coté intérieur autour du puits. Renforts "oubliés".
les magnifiques soudures résurées du chantier en photo (prise de l'intérieur du puits)...
Vous avez raison, n'y croyez pas !! :-D
PS : pour info, on voit la trace d'impact de la dérive sur le bout de tole restant en bas. les taches sur le tôle, c'est du ciment, que j'ai coulé dans le fonds pour pouvoir renflouer le bateau. Le gos bout de bois visible en bas était juste un coffrage, car j'ai coulé près de 10 cm d'épaisseur.
En haut de la photo, c'est du sable et de la vase. Plusieurs tonnes dans le bateau.
L'enlever tout ça a été un vrai plaisir...

17 juin 2015
0

c'est exactement ce que je dis, tous les vieux garcia que je vois ont des coque dans un etat catastrophique, ce genre de personne nuit a la reputation du materiaux

17 juin 201517 juin 2015
1

ca c'est sans doute l'explication, mais il n'enreste pas moinsque dans ce cas le chantier aurait du donner les consignes ad hoc en particulier pour l'electricité...de plus ton cas n'est pas une regle car j'ai croisé dans le temps de garcia recent avec des phenomenes electriques bizarres
quoiqu'il en soit pour avoir un bateau metal en toute quietude, je crois qu'il faut soit trouver une vieille occas saine ou alors acheter une coque nue quitte a employer un menuisier pour l'interieur si l'on n'est pas menuisier soi meme, et faire le reste, electricité plomberie accastillage greement.
pour finir un jour ou l'autre il faut se mettre a la soudure car les modif et travaus d'entretien fait par des soudeurs exotiques sont tres decevantes et/ou cheres

17 juin 2015
0

Garcia a aussi construit des bateaux en prenant des libertés avec les normes élémentaires de la construction navale .
Par exemple réaliser la jonction de deux tôles pile poil sur un barrot ,c'est certes plus facile, mais c'est contraire aux normes établies par Veritas , Loyds et compagnie.
Tu fais une jonction x fois l'épaisseur de la tôle après un "point dur" sinon ....et bien ta soudure pête (vécu sur un Garcia le 26,86 sur notre blog), lorsque par exemple une descente ou une marche les angles ont des rayons pas de "decoupes" toutes bête à 90° sinon ....cassure de la tôle à l'angle (vecu sur notre Garcia)
Donc Garcia comme les autres a fait des conneries.
Et l'exemple donné plus haut par Guillemot n'a rien à voir avec une masse d'eolienne : "soudures mal faites ".

18 juin 2015
0

depuis 27 ans j'ai vu des garçias partout dans le monde, souvent dans les coins les plus improbable, jamais je n'ai entendu parler d'un probleme de soudure aussi grave! ce qui ne veut pas dire que ça n'a jamais existè! par contre dire que les vieux garcia ont des coques dans un etat catastrophique c'est n'importe quoi!! les chantiers hollandais ou canadiens lorsque l'on parle avec des pros reconnaissent à l'unanimitè l'exellence de la constrution de ce chantier français pourtant concurrent que ce soit pour les coques acier ou alu! par contre je me repete peut etre mais il y a eu des proprietaires qui ont fait ou font n'importe quoi comme mettre des sels d'argent dans les reservoirs ou oublier regulierement de remonter les derives à marèes basse apres c'est tres façile d'incriminer le chantier! dire qu'une soudure sur plusieurs metres est un vulgaire collage assoçièe à une absence de structure me laisse perplexe et m'incline à ne pas perdre mon temps dans ce debat..... à priori chaque coque subit un controle par ressuage! je doute qu'un vulgaire collage passe l'epreuve!je n'ai pas de sympatie particuliere pour le chantier garçia je me base simplement sur 26 ans de navigation sur un de leur bateau et sur de multiple discussions avec d'autres proprietaires! apres pour etre objectif il est certain que des bateaux de voyage de 30 ans qui ne sont pas menagès et passent de mains en main avec des proprietaires pas toujours tres soigneux vieillissent aussi comme le reste! comme me le rappellait reçemment un ami expert aux avaries quand on fouille sur l'origine d'un probleme ou d'un accident on a parfois de sacrès surprises!! etant d'une tres vieille famille d'armateurs au commerçe et dans le milieu maritime depuis des generations comme me le rappelait reçemment mon fils lui meme offiçier, parfois d'exellents bateaux coulent ou disparaissent sans explication comme les avions dailleurs!

18 juin 2015
0

degueulasse, vous verriez mes fonds apres 42 ans a coté de ca c'est du neuf...chantier Dupéré qui n'existe plus..domage

18 juin 201516 juin 2020
0

Juste pour le plaisir ! :-)

16 juin 201516 juin 2015
3

Bonjour
Discussions quasi éternelles... mais intéressantes.
Eliminer le risque majeur (perte du voilier) est impossible, des voiliers en acier ou autres se sont perdus pour des raisons "atypiques" difficiles à imaginer avant et de toutes façon sans issue. En huit années autour du monde (navigation inter tropicale), les bateaux que j'ai croisés étaient en polyester pour 95% d'entres eux, des solides et des moins solides. Les navigations "extrêmes" doivent répondre à un cahier des charges particulier, ils méritent à eux seuls un fil de discussion.
Mon bateau était en polyester très costaud + retour de galbord + quille longue en pente douce + dérive solide mais basculante, je suis monté plusieurs fois sur des patates de corail (eaux protégées, erreurs, une fois ça tossait je l'ai sorti en urgence) sans aucun dommage. Il était lourd pour sa taille ce qui est un gros avantage pour le confort, ne tapait pas au près, remontait bien au vent, avait une stabilité de route totale, jamais barré ce bateau le régulateur d'allure a fait tout le boulot par tous temps.
Les anecdotes de perte de bateau que j'ai croisées/connues de près sont toutes à base d'une grosse erreur ou négligence.
par ex, attention aux erreurs de way point (facile d'entrer 53 au lieu de 35) et hop l'équipier qui prend son quart conduit direct le bateau sur la côte au lieu d'éviter l'obstacle (cas vécu près de moi).
Combien de bateaux coulés pour rencontre avec un OFNI pour combien de millions de miles parcourus par les autres ? Cette question a son importance car je pense qu'on doit tomber à un pourcentage proche du voyage en avion. Qui peut nous donner une piste sur cette info ? (qui n'est peut être pas disponible)
Avis perso : si je devais partir sur un bateau en matériau X ou Y je ferais en sorte de savoir et pouvoir réparer ce matériau. Il est peut être plus raisonnable d'envisager le choix d'un matériau sous ce critère plutôt que sous celui de sa solidité dans l'absolu. Etre autonome le plus possible est un objectif qui rendra beaucoup plus de services que de vouloir se prémunir contre l'accident ultime. Je dirais que n'importe quel matériau convient à celui qui se sent à l'aise avec. De plus les techniques de construction on suffisamment de recul pour savoir quel degré de solidité à atteindre en fonction de ses choix.
Totalement d'accord pour dire que les moyennes sur de grandes traversées sont un critère de discussions de salon... si on choisit de traverser un océan sur un voilier en équipage réduit et familial, viser 15 km/h de moyenne, vitesse ridicule dans l'absolu c'est déjà quasi impossible. Alors on fera du 8/10 km/h comme tout le monde. Je parle en km/h je trouve que ça remet les choses à leur place. Par contre avoir un bateau qui remonte bien au près me semble une très très très utile. Stabilité de route aussi, critère rarement abordé mais tout aussi vital à mes yeux en équipage réduit.
Cordialement
Yves

16 juin 2015
0

Merci Yves de cette riche contribution, un détail néanmoins:
"Mon bateau était en polyester très costaud + retour de galbord + quille longue en pente douce + dérive solide mais basculante..." de quel bateau s'agissait il?

merci!

17 juin 2015
0

Merci de préciser que le régulateur d'allure a toujours fait le boulot (sur un autre fil je me suis fait taper sur les doigts pour "oser" prétendre cela :) )

16 juin 2015
0

j'aime bien ton analyse, qui rejoint celle de pas mal de concepteurs dans le domaine de la mer comme de l'aéronautique.
On ne conçoit pas un objet uniquement pour résister à un accident très improbable, mais en priorité pour pourvoir aux situations les plus rencontrées.
.
Et les situations couramment rencontrées dépendent du programme. Glaces ou tropiques, c'est pas les mêmes.
je conçois bien l'acier ou l'alu pour aller dans les glaces, pas sous les tropiques ou les zones tempérées.

17 juin 2015
0

Mon ex bateau est à nouveau à vendre, taper sur gogolito "Ne quid nemis occasion" il est à Raitea (Polynésie).
Super bateau de croisière au long cours pour un couple.

17 juin 2015
0

@matelot4x4 je l'ai trouvé, il est super et l'interieur est vraiment beau, si le cn Soubine avait fait un NQN 39 mon voilier idéal existerait, couple + amis ou famille a l'occasion. Mon prochain fil pourrait etre "retour d'experience souhaité: rallonger une coque composite" :-D

17 juin 2015
0

je suis d'accord .......................................................

17 juin 2015
0

:mdr:
matelot 4x4...En lisant la description de ton bateau, je me suis dit : "tiens, on dirait un ne Qui Nimis"" !
.
En ayant eu un nommé "ELNI" pendant huit ans, je confirme. Cette magnifique construction sandwich balsa - verre - vinylester (rare, j'en conviens) m'a définitivement rassuré quant aux qualités du matériau et à sa facilité de réparation. (j'exclus les glaces de mon raisonnement. Je n'y suis jamais allé)
.
je connais aussi le tiens.

18 juin 2015
1

Bonjour
Mon bateau était le tout premier construit en monolithique (pas en sandwich), l'annonce est erronée il fait 34 pieds (10,20m)
Si certains lecteurs du forum sont intéressés je peux leur donner beaucoup d'infos sur ce bateau.
CN Soubise a construit un (ou plusieurs ?) 12 m DL sur plan Joubert (type Cocaine).

Plus haut, il est question d'un convertisseur de 3000W pour pouvoir souder à bord. Je vois mal ça fonctionner en basse tension (12 ou 24 v) vu les ampérages qui vont être nécessaire, sauf à avoir un parc de batteries géant et d'énormes moyens de recharge. Un groupe électrogène serait bien plus adapté me semble t il.

Cordialement
Yves

18 juin 2015
0

faut juste faire le calcul mettre les fil et les fusible qu'il faut et surveille la conso...
fil d'alim du convertisseur 70 ou 90mm2 pour 2 m de cable + un gros fusible
en 220 pour un courant de soudage de 200A la conso est de 13A environ.. ca fait dans les 300 A au depart des batteries, en tablant sur une decharge de 25% avec mon parc de 400AH ca donne tout de meme 20mn de soudage ce qui permet deja un travail non negligeable.
si on doit faire plus on attend demain ou apres demain c'est mieux que de faire quelques centaines de milles et d'attendre le bon vouloir d'un hypothetique pro si on le trouve...donc ce n'est pas geant juste pointu

18 juin 2015
0

pour guillemot: bonjour suite à la question d'un membre du personnel de garçia(chantier rachetè aux freres garçia) vous avez donc achetè au chan tier garçia( un autre chantier a egalement construit des maracujas) un maracuja qui a brutalement coulè pour cause de malfaçons et qui a ete reconstruit! merçi de votre reponse ça interesse beaucoup de monde!

18 juin 2015
0

Juste pour info la coque construite par Garcia dont je parle , deux soudure des tôles de pont ont lâchées après très peu de milles de navigation, reprises trois fois mais vu les erreurs de conception décrite ci dessus recassées à deux reprises...
Si ces règles (Veritas, Loyds, ABS, ) existent c'est qu'il y a une raison.

18 juin 2015
0

Bonjour
Je persiste à penser que souder à partir d'un convertisseur n'est pas réaliste surtout que je ne vois pas bien la raison qui déconseille d'avoir un petit groupe électrogène à bord ! ? 200amp c'est énorme, 20 mn de soudage c'est très peu, pour recharger les batteries comment on fait ? Si la réponse est : on met le groupe en route... je vais sourire (très gentiment)
Cordialement
Yves

18 juin 2015
0

pas de groupe trop lourd et/ou tres cher, et utile uniquement pour ca. et ce n'est pas un petit groupe ,un essence de 3000-3500w ca pese c'est encombrant ca stocke de l'essence...disele je n'y pense meme pas ( 3000-4000€?)
a titre de comparaison le guideau chez moi consomme jusqu'a 100A
20 mn de soudure ce n'est pas tres peu , 20mn on fait un cordon de 1.5-2 m en tig et le double en mig...je ne sais si tu soudes propre mais 20mn en continu deja ca existe pas on travaille par tranche de quelques mn, car ce petit matos chauffe; a fond a 210A on ne peut faire qu'une minute a la fois ( je parle d'un poste de faible poids pas du 350A pro en triphasé) ..20mn en continu represente au moins 1h de travail
.
pour recharger on recharge comme d'hab paneaux 300w alternateur 1h =60-80AH( chez moi), comme on a consommer 100AH c'est pas la lune... en tout cas, je ferai comme ca..c'est tout de meme mieux d'avoir cette possibilité que rien du tout. en plus si on est a quai on aura le jus et toujours pas besoin de soudeur de delai de depense , je ne vois pas en quoi c'est nocif a part bien sur les 50kg de matos.
.
petite histoire: en 1993 lorsque j'ai acheté mon premier panneau au salon , personne n'en avait et le vendeur a dit " on ne peut pas faire marcher un frigo avec des panneaux"!!!

18 juin 2015
2

Pourquoi cette obsession de grosse réparation. Si après le souci la bateau n à pas coule la réparation pourra attendre. Et dans l urgence ce n est pas un poste à souder qui réglera le pb mais sima résine humide petite tôle rivet pop etc enfin c comme cela que je le vois

18 juin 2015
1

Ben j'allais le dire.
la preuve par l'image (deux heures de boulot)
le bateau a fait ensuite 50 miles en remorque sans faire d'eau.

18 juin 201518 juin 2015
0

pourquoi faire moche si on peut faire bien...par ex je suis arrivé a uschuaia avec le davier detrouit pour cause de rencontre avec une falaise....et bien trouver un soudeur a ushuaia en 97 y'a avait pas pour moi sauf un reparateur de mobylettes.
a tahiti j'ai changer les cadenes et fait faire des soudures au passage du pont , toutes merdiques, je vais y remedier seulement maintenant que je sais souder ( 17 ans d'attente + du frix sur deux autres soudeurs nuls).
Si tu veux juste placer un pontet soudé, ou renforcer un espar, reparer ton tangon,modifier telle ou tel detail, ce ne sont pas de gros travaux mais c'est toujours une galere.. je suis faignant avant tout
pour l'alu ce n'est pas tout de trouver le mec,encore faut il qu'il sache travailler proprement...quand c'est toi qui fait tu sais si c'est ok ou pas tu es dedans...quand au prix !!!
si j'ai appris a souder ce n'est pas pour faire le malin, c'est apres 20 ans avec ce bateau a essayer de faire autrement, et bien ce n'est pas possible.
.
il est curieux ici que en general tous vous freiniez des 4 fers quand on vous parle d'etre autonomes , curieux , pres a vous former , a progresser, alors qu'a tout bout de champ j'entends " c'est le progres etc..." le progres c'est ca ce n'est pas la consommation.
.
pour la resine c'est sans doute different il faut des conditions ..encore que... vous connaissez elessendro di benedetto!!

18 juin 2015
1

je trouve le composite mille fois plus pratique à réparer et sans poste à souder et 500 kilos de batterie. Je suis tres autonome et sur l'atlantique j'avais reflechi a la pose d'un safran de secours sur le tableau AR (j'avais les bons boulons pour fixer 2 planchers l'un sur l'autre, les aiguillots femelots. j'avais aussi un galhauban un bas hauban, 2 GV et 3 Genoa !!
une perceuse sur batterie et une chignole à main !

18 juin 2015
0

Souder sous l'eau en apnée, moi, je sais pas faire !
Par contre, les bricoles ci dessus, oui !
.
Et puis ressouder des bordés de 10 mm, c'est pas à la portée de tout le monde. D'ailleurs, le seul chantier de Mayotte ne pouvait souder que 8 mm au mieux.
.
Le nouveau puits de dérive est donc en 8 mm, mais fortement structuré, avec crash box.

19 juin 2015
0

Seulement 8 mm ? Ils devaient avoir un poste minuscule ?
Te rappel tu la puissance du poste ?

19 juin 2015
0

il faut theoriquement dans les 200A pour du 6 mm mais si on a le doigté on peut faire plus 8mm coup sur..et ca c'est un poste casto ou presque

19 juin 2015
0

Longcours
Je n'ai aucun souvenir du type de poste à souder ni de son ampérage.
Le soudeur du chantier aurait pu faire du 10 mm, mais il m'a expliqué que me poste était très juste pour des cordons continus de plus d'un mètre chacun.
Il voulait que les soudures soient impeccables. On est donc passé à 8 mm structuré, ce qui ne pose aucun problème.

18 juin 2015
0

Re sute
Perso je prône l'indépendance et l'autonomie.
C'est bien d'éviter de croire que tout le monde à le même bateau que soi même, que tout le monde fait soi même. Il me semble que nous devons discuter "en général" et qu'ensuite chacun adapte à ses possibilités, envies, compétences.
Tout le monde n'a pas un bateau bardé de panneaux solaires qui mettront quand même un ou plusieurs jours à digérer 20 mn de soudage, c'est peu quand on n'est pas un pro d'autant qu'en général il faut du temps de meulage pour faire pas trop moche (je ne parle pas du temps éventuel de préparation, tronçonnage, meulage, etc)
Tout le monde n'a pas un parc batteries de 400amp, etc..
Par contre une bonne majorité de navigateurs ont une annexe avec un moteur hors bord qui marche à l'essence, ils en ont donc à bord.
Il y a bien sûr cette possibilité d'avoir un convertisseur de 3000W mais il faut prévenir que ce n'est pas aussi simple et mirifique que ça !
Cordialement
Yves

18 juin 2015
2

je propose quelque chose que personne ne songe a faire, donc je discute....je sais que mes propositions semblent a la con mais depuis si longtemps que je les experimente je me dois d'etre charitable et de vous faire partager celles d'aujourd'hui :bravo: :scie:

19 juin 2015
0

Un groupe Chinois pas cher, puisque tu aime les motopompes Chinoises pas chères cela ne doit pas te poser de problème :)
environ 800€ un 5 kw

19 juin 2015
1

il vaudrait mieux changer de bateaux pour un composite sandwich forte epaisseur (60 mm ) kevlar /verre pour peau exterieur avec crash box avec forme avant permettant de monter sur les ovni potentiel quelques cloisons etanche et la tu pourras dormir tranquille
et la plus besoin de prevoir tout ca !!!

19 juin 2015
0

As tu une idée du poids de la coque dans les épaisseurs que tu préconise ayant (par exemple ) la même solidité que la notre ?

5 cloisons étanches sur la longueur (ben oui on est parano ou pas !!)
des raidisseurs bien partout , des réservoirs intégrés cloisonnant les fonds...
Pour résumer un bateau capable d'accepter toutes les conneries que nous faisons avec l'actuel (se faufiler dans des coins pas possibles , pousser la glace , la casser, se poser sur son ventre sans risque etc etc .

Quels meilleur "composite" pour résister à l'abrasion, celui résistant au poinçonnement, quelle type de résine conciliant l'absence d'osmose et la facilité de réparation etc .
Pour la mousse quelle type de mousse ?
Pour le balsa et les nids d'abeille il semble qu'il y ai eu des retours négatifs (quel different type "d'ames" pour les nids d'abeille (j'ai entendu parler d'alu ayant causé des problèmes sur un bateau de course coulé/cassé (ou cassé à moitié coulé)

19 juin 2015
0

il faudrait avoir les sous

19 juin 2015
0

les bateaux alu ont toujours une tres bonne cote !!!
certainement lie a cette legende
je comprends bien on fait avec ce que l on a !!!
moi je suis comme toi !!
j ai un bateau alu et je pense le strater en epoxy dans l avenir
j aime pas trop l alu et je prefer un bateau inerte !!
je sais je vais encore eveiller des levees de bouclier mais j aime trop le composite et j achete mes bateaux d occas donc je fais avec ce que j ai !!!

19 juin 2015
0

60 mm denssité 250 : 15 kgs/m2
Peau exterieure combien ? 6/8 mm ? disons 6 mm : 9kgs/m2
Peau interieure (doit elle etre "symetrique à la peau exterieur pour equilibrer le "travail" ? si non disons 3/4 mm : 5 kgs/m2

Donc pour un bordé qui m'inspirerait confiance : 29 kgs/m2

Si je compare le poids à celui du bordé de Hoa :
Alu 10 , 12 et 16 disons 12 mm de moyenne : 32,4 kgs pour la peau, les lisses qui représentent 5,4kgs /m2
Les membrures je ne les compte pas , disons que leur poids serait utilisé pour des renforts intérieurs
mais je rajoute le poids de notre isolant 2,4 kgs /m2
Donc pour Hoa (sans les membrures) bordé : 40,2 kgs/m2

Soit 11,2kgs/m2 "d'economie"
pour le bordé de Hoa 136M2 (y compris le pavois)

1T523 d'économie

Pour le pont on dit quoi ? Peau de 4mm, âme de 45mm, peau de 2mm ? 20,25 kgs/m2
Alu :6mm 16,2 kgs/m2, lisses 1,6mm 4,32 kgs/m2, isolant 2,1 kgs soit 22,62kgs

Gain 213 kgs

Gain pour la "peau et les lisses" 1736 kgs soit (sauf erreur !!) un gain de 23%
En supposant le même gain sur toutes les parties de notre coque cela donnerait : 11,5 x 0,23 =2660 kgs de gain sur la coque pour un coffre fort en composite (c'est nouveau cela vient de sortir :) )

En ajoutant toutes les economies de poids que nous pourrions realiser par ailleurs (vaigrage en 4 mm au lieu de 11mm, cloisons en 15mm au lieu de 27mm, un seul moteur, tri des outils, plus "d'habillage" necessaire sur certaines cloisons ou interieur de placards , dérive en composite au lieu de cp plastifié (? cp plastifié c'est aussi un composite !!), réservoirs totalement integrés, mouillage un cran en dessous etc etc )

Nous pourrions "tomber" le deplacement en pleine charge à 27,3T, à mis réservoir à demi pleins 23,7 t

27,3t une étrave plus droite flottaison 19m
D/L : 109

L'avis de ceux qui connaissent bien le composite est le bien venu par contre pas de course à la légéreté je revois encore leroof d'Autissier sandwich "petite peau , petite mousse petite peau" pas de barrots et ...un grand trou de plusieurs m2 :)

19 juin 2015
0

tes calculs sont fondamentalement juste
mais la densite du sandwich est largement suffisante en 100 kg
ce qui doit te donner a la louche 1.8tonnes de gain sur tes calculs
mais c est sur la tu est tres tres loin d etre a l echentillonage seulement necessaire
tu es surdimentionne partout avec des valeurs de base comme celle la !!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (139)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021